Archives par mot-clé : « Comment sauver le genre humain »

Fanjeaux, dans l’Aude, Société de Secours Mutuel Saint-Roch : Paul Jorion, Le 1er novembre 2020

Je suis toujours ravi de découvrir qui a envie de m’entendre. Cette année la procession en costumes en l’honneur du saint n’aura pas lieu mais on aura l’occasion de venir échanger avec moi. On reste quoi qu’il en soit dans le cadre de l’espérance d’un monde meilleur 😀

L’annonce de ma venue :

Partager :

Recension de Comment sauver le genre humain, par Cédric Chevalier

Pour Joseph Tainter, théoricien de l’effondrement, la théorie du conflit problématise l’Etat comme institution coercitive de la domination et de l’exploitation. La théorie de l’intégration en fait une solution : l’institution consensuelle des intérêts sociaux partagés.  Dépassant ces visions limitées, le philosophe Michel Foucault rejette l’idée d’Etat comme trop abstraite et se concentre sur les modes d’exercice pratiques du pouvoir, la gouvernementalité. Partageant le constat des risques existentiels, nos auteurs proposent ainsi une nouvelle gouvernementalité de l’urgence : un effort de guerre écologique via un Etat planificateur repensé. L’ouvrage bousculera les certitudes des « collapsonautes » institutionnellement résignés. L’Etat étant l’organisation humaine la plus puissante de l’histoire, les dégoûtés doivent expliquer pourquoi ils l’abandonneraient aux dégoûtants. Malgré une histoire étatique écodestructrice, Jorion et Burnand-Galpin écrivent qu’un Etat anti-collapse est encore possible, nécessaire et souhaitable. Nous n’avons pas mille ans mais dix. Avec un réalisme enraciné dans notre sol –les gens, idées et institutions tels qu’ils sont–, l’essai referme systématiquement des portes : déni, résignation, citoyennisme, survivalisme, révolution, abandon de la technologie et des marchés financiers, écologisme graduel, utopies ou eschatologies. Exit bien sûr capitalisme, économisme et profit, vive une politique des fins et non des moyens. Une seule porte reste ouverte : nous vivrons ou nous périrons tous ensemble. Le citoyen a besoin de l’Etat, l’Etat a besoin du citoyen. Comme le dit Bruno Latour, le citoyen est la clef pour recharger l’Etat de nouvelles pratiques. A lire d’urgence pour nous retrousser les manches et ne pas nous complaire dans le fatalisme. L’Etat c’est nous.

Cédric Chevalier, coauteur de Déclarons l’Etat d’Urgence écologique (avec Thibault de La Motte, Editions Luc Pire 2020)

Partager :

Ce que je pense de Comment sauver le genre humain, par Cédric Chevalier

Paul, Vincent, je suis invité par Pablo Servigne à rédiger une recension de votre essai « Comment sauver le genre humain » dans le magazine Yggdrasil (« Yggdrasil, effondrement & renouveau« ).

Servigne n’a jamais caché ses sources d’inspiration anarchistes, même s’il a toujours l’intelligence d’être assez indirect dans ses interventions et de se distancier face à des théories extrêmes : Ici il fait parler Kropotkine… L’Etat, ça a tout détruit dans la violence, les gildes, etc. Kropotkine : si on détruit l’Etat, l’entraide va revenir spontanément. (ça ce sont les courants anarchistes)

Mais dans Comment tout peut s’effondrer, Servigne & Stevens évoquent déjà le rôle que pourrait jouer l’Etat, à partir des expériences des économies de guerre UK et US (p. 235 et suivantes) : « lorsqu’on s’organise dans un but commun, il est possible de faire vite et de voir grand ». Continuer la lecture de Ce que je pense de Comment sauver le genre humain, par Cédric Chevalier

Partager :

« Comment sauver le genre humain » : Un livre qu’on continue donc à lire en haut-lieu !

Le Figaro : Le premier ministre promet la création d’un commissariat au Plan, le 15 juillet 2020

Pour rebondir face à la crise, l’exécutif ressort le commissariat au Plan. Le premier ministre Jean Castex a en effet profité de son discours de politique générale, ce mercredi après-midi à l’Assemblée nationale, pour annoncer le grand retour de ce portefeuille censé « rééclairer l’action publique d’une vision de long terme ». Pour lui, le commissariat a vocation à permettre « de planifier la politique économique et définira les gisements de croissance future ».

Ajout [18 juillet 12h45] : Continuer la lecture de « Comment sauver le genre humain » : Un livre qu’on continue donc à lire en haut-lieu !

Partager :

Élections municipales et Convention citoyenne : vert à moitié vide ou à moitié plein ? par Vincent Burnand-Galpin

Avec la supposée « vague verte » du second tour des élections municipales et les annonces du Président Macron aujourd’hui sur la Convention citoyenne, sommes-nous en train de prendre enfin le bon chemin pour sauver le genre humain (du moins en France…) ?

Les faits sont là. Hier, le second tour des élections municipales a été marqué par la conquête de nombreuses grandes villes par les forces écologistes. A Lyon, malgré un accord entre LREM et LR, l’écologiste, Grégory Doucet, remporte l’élection haut la main avec plus de 52,4% des voix, alors que le candidat était encore inconnu au bataillon avant ces élections. A Bordeaux, bastion historique de la droite, c’est Pierre Hurmic de EELV qui remporte l’élection. Encore à Marseille, l’écologiste Michèle Rubirola arrive en tête avec 39,9% des voix. Il faut encore citer Strasbourg, Besançon, Poitiers, Annecy ou encore Tours… en tout, une trentaine de grandes villes ont maintenant à leur tête un maire écologiste.  

Chacun aura son explication, mais cette poussée verte est certainement une conséquence de la crise sanitaire. Comme (j’en proposais l’hypothèse) le 24 mars 2020 sur ce blog, la crise sanitaire a agi comme révélateur de notre fragilité et de l’interconnexion entre biodiversité, climat, santé et économie. La crise sanitaire aurait agi comme dernier avertissement de la Planète et il aurait été enfin entendu. La crise sanitaire actuelle est un exercice grandeur nature du type de crises qui nous attend dans les décennies à venir et les électeurs se rendent bien compte que ce n’est pas le monde qu’ils souhaitent pour l’avenir.

Continuer la lecture de Élections municipales et Convention citoyenne : vert à moitié vide ou à moitié plein ? par Vincent Burnand-Galpin

Partager :

« Comment sauver le genre humain » : une lecture par Gilbert Chabian

Ouvert aux commentaires.

Cela n’apparaît que lentement, mais ce livre sera un pas important pour les années qui viennent. Car il offre un « plan de bataille » pour affronter le changement climatique. Loin des « petits gestes » et des perspectives romantiques : une marche collective, une feuille de route de gouvernement.

Toute lecture est particulière. Mais ici c’est le moment de lecture qui est tout particulier. Un livre écrit en 2019 peut-il encore nous atteindre en mi-2020 ? Nous sommes en train de vivre une épreuve qui frappe toute l’humanité, la laissant dans l’angoisse et dans l’incertitude (comment s’y adapter et pour combien de temps?), ainsi que dans une colère envers les gouvernements libéraux, au sens le plus large, pour leur impréparation. Lire après le surgissement de la pandémie, c’est lire avec un sentiment d’urgence et de colère. Et la perspective s’est rapidement orientée vers « le monde d’après » : quelle économie et quelle société avec l’impact du confinement et des précautions sanitaires ? Et quel débat politique ? (1)
Continuer la lecture de « Comment sauver le genre humain » : une lecture par Gilbert Chabian

Partager :

« Comment sauver le genre humain » au temps du Coronavirus ? le 26 avril 2020 – Retranscription

Retranscription de « Comment sauver le genre humain » au temps du Coronavirus ? le 26 avril 2020.

Bonjour, nous sommes le dimanche 26 avril 2020 et je dois faire un petit exercice qui s’appellera : « Comment sauver le genre humain » au temps du Coronavirus ? Et la petite astuce, c’est que les premiers mots « Comment sauver le genre humain » sont entre guillemets parce qu’il s’agit du titre du livre que j’ai écrit avec Vincent Burnand-Galpin et qui fait partie de ces ouvrages maudits qui sont sortis en période de confinement, c’est-à-dire que vous n’avez toujours pas l’occasion de l’acheter [si, si : ce n’est plus vrai]. Vous pouvez l’acheter probablement sous forme numérique, quelque part. Il y a eu quelques exemplaires chez Amazon que les gens ont rapidement achetés. On était encore à l’époque du flux tendu. Et voilà, donc, il n’est pas vraiment disponible [si, si : ce n’est plus vrai]. Si, il est dans des caisses chez des libraires, dans leur cave ou bien déjà sur les rayons, prêts à être vendus.

Ce n’est pas pour ça que je vous en parle. Ce qui m’intéresse, je voudrais m’intéresser à l’actualité de ce livre. C’est une actualité tout à fait virtuelle [non, non : ce n’est plus vrai] mais la question que je me posais ce matin, c’est : « Est-ce que ce qu’on a dit tient bien dans la tourmente ? C’est-à-dire est-ce qu’il y aura déjà des raisons de modifier ce qui est écrit dans le bouquin ou bien non ? »

Continuer la lecture de « Comment sauver le genre humain » au temps du Coronavirus ? le 26 avril 2020 – Retranscription

Partager :

« Dédicace genre humain », par luami

« Dédicace genre humain »

…inspirée par l’ouvrage ci-après

« Comment sauver le genre humain »
Est une question existentielle
Qui nous indique les chemins
A explorer pour l’essentiel !

Nous sommes enfants de Mère Nature
Comme nos propres enfants ensuite
Alors faisons que nos cultures
Soient bienveillantes plutôt qu’en fuite !
Continuer la lecture de « Dédicace genre humain », par luami

Partager :