Archives par mot-clé : Extinction Rebellion

Le Blog de Paul Jorion, par naroic

Ouvert aux commentaires.

Le blog de Paul Jorion, que je consulte depuis 2008, ressemble de plus en plus à une galerie d’art, notre hôte nous présente une pensée pertinente, enrichie de multiples strates d’expériences dans une foultitude de domaines, dans le même temps cette pensée est dynamique, cette œuvre est toujours en cours et il nous invite à y participer – un fab lab ? –

Mais, pour en revenir à l’analogie avec la galerie, l’impression est que nous évoluons en microcosme, de bonnes volontés, bien éduqués & instruits pour la plupart, nos contributions tombent sous le sens commun d’une intelligence/sensibilité largement partagée par les visiteurs du blog – & nous voulons changer le monde qui contient au moins 80% d’opinions très éloignées de nos préoccupations débattues sur cette plateforme numérique –

Continuer la lecture de Le Blog de Paul Jorion, par naroic
Partager :

Extinction Rebellion participe à un combat mondial de vie ou de mort, par un citoyen anonyme

Ouvert aux commentaires.

« Je sens que je ne peux plus m’abstraire d’un combat mondial de vie ou de mort ». C’est avec ces mots qu’Edgar Morin s’engage en 1943, à 21 ans, dans la Résistance française. 

Est-ce grandiloquent ? Je ne sais. Mais comme Morin il y 80 ans, j’ai en 2019 le sentiment d’un combat mondial de vie ou de mort. Alors que l’urgence écologique, sociale et démocratique s’intensifie drastiquement, je n’ai pu trouver le repos de l’esprit qu’en intensifiant tout autant mon engagement d’être humain, de père, de citoyen et d’intellectuel. A l’inverse de Morin, m’engager ne menace pas ma vie. Ne pas nous engager par contre met en péril toutes nos existences.

Je suis d’un naturel prudent. Ne voulant commettre aucun mal, ni à personne ni à aucun bien, je me garde des excès. Mais face à l’urgence écologique, trop de prudence devient imprudent. Cela m’oblige à l’audace, seule aujourd’hui raisonnable. Morin nous rappelle la vanité de la maîtrise des effets de l’engagement : « L’écologie de l’action nous indique que toute action échappe de plus en plus à la volonté de son auteur à mesure qu’elle entre dans le jeu des inter-rétro-actions du milieu où elle intervient. Ainsi l’action risque non seulement l’échec, mais aussi le détournement ou la perversion de son sens. » C’est pourquoi je veux clarifier mes intentions : agir pour que demeure possible une vie authentiquement humaine sur Terre, sans violence, en renforçant la démocratie et la justice sociale.

Continuer la lecture de Extinction Rebellion participe à un combat mondial de vie ou de mort, par un citoyen anonyme

Partager :

La rébellion contre l’extinction, par Vincent Burnand-Galpin

Ouvert aux commentaires. Si de nombreuses ONG agissent depuis plusieurs décennies pour sensibiliser les citoyens et les États aux enjeux…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

À nous de contraindre les États à faire mieux, par Vincent Burnad Galpin

Ouvert aux commentaires. L’État ne peut pas devancer les aspirations de ses citoyens : il a toujours un temps de…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

L’inaction climatique est causée par l’absence d’intérêt citoyen, par Vincent Burnand-Galpin

Ouvert aux commentaires. Voilà trente ans que les politiques climatiques sont un échec. Dès son second rapport datant de 1995,…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

Vidéo – Après la démocratie parlementaire, quoi ?

Ouvert aux commentaires. Entre gouvernements inefficaces et populisme. Une logique de fins plutôt que de moyens. La vraie rationalité, plutôt…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

Mme Ségolène Royal, qui faut-il « réprimer très rapidement », Extinction Rebellion ou le conseil d’administration d’Exxon ?

Ouvert aux commentaires. « L’écologie c’est la paix. C’est des règles, de la discipline », dites-vous, Mme Royal. Allez-vous demander des comptes…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

Tant de grands tournants en même temps !

Ouvert aux commentaires.

Ç’aurait été bien que le grand tournant du Blog de PJ ait eu lieu en même temps que les autres. On y a passé toute la nuit en vain : trop de systèmes de sécurité conflictuels. On y arrivera !

Les autres grands tournants n’ont pas attendu. Je parle des péripéties de l’histoire humaine d’abord (Royaume-Uni, États-Unis) avant de parler du Grand Tournant, celui avec des majuscules.

Au Royaume-Uni, vous avez dû voir, on a cessé de parler de Brexit, pour parler d’élections législatives anticipées le 12 décembre. Il faut dire – comme je vous l’ai rappelé – qu’on a dépassé hier la troisième date à laquelle on avait dit (« Vous allez voir ce que vous allez voir ! ») qu’on quittait l’Union européenne.

Continuer la lecture de Tant de grands tournants en même temps !

Partager :

Projet de 4e de couverture – Déclarer l’état d’urgence pour le genre humain Jorion & Burnand-Galpin

Ouvert aux commentaires.

Déclarer l’état d’urgence pour le genre humain

Paul Jorion et Vincent Burnand-Galpin

À titre individuel, nous n’avons jamais été aussi riches et en aussi bonne santé. Au même moment, la survie de l’espèce humaine dans son ensemble n’a jamais été aussi menacée. En dépassant la capacité de charge de notre environnement, nous mettons en cause aujourd’hui notre propre existence.

Le constat de notre vulnérabilité est maintenant bien partagé. Mais que faire ? Les tentations sont nombreuses : celle du repli sur soi du survivalisme, celle de la fuite en avant du transhumanisme, celles aussi hélas de l’eugénisme et de l’exterminisme visant à éliminer une partie de la population jugée nuisible ou inutile.

Relevons la tête tant qu’il en est encore temps et réalisons qu’un autre avenir est possible : la rébellion contre l’extinction est désormais en marche, poursuivons-la, soutenons-la de la réflexion programmatique que l’on trouvera ici.

Réquisitionnons toutes les ressources : mettons à profit nos connaissances, mobilisons les citoyens du monde, et engageons nos États dans un effort de guerre contre l’extinction. Seule une entreprise de cet ordre est à même de garantir une véritable transition humaniste, sociale et écologique vers un monde remis à neuf. Cette fois sur une base de pérennité.

À paraître chez Fayard en avril 2020.

Partager :

Réchauffement climatique : Les individus isolément n’y peuvent rien, par Vincent Burnand-Galpin

Ouvert aux commentaires.

Face à la question climatique, il n’est pas rare que la responsabilité soit renvoyée au consommateur. Dans le discours médiatique, on entend souvent que les ménages et individus devraient adopter sans tarder des « éco-gestes » qui pourraient permettre le changement nécessaire pour atteindre les objectifs climatiques. Mais une étude du cabinet de conseil, Carbone 4, spécialisé dans la stratégie bas carbone, datant de juin 2019, (« Faire sa part ? Pouvoir et responsabilité des individus, des entreprises et de l’État face à l’urgence climatique ») montre que les gestes individuels, même « héroïques », sont loin d’être suffisants pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris.

En 2017, l’empreinte carbone moyenne des Français s’élevait à 10,8 tonnes de CO2 par an. Pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris, elle devrait ne pas dépasser 2 tonnes de C02 d’ici 2050, sinon plus tôt.

Continuer la lecture de Réchauffement climatique : Les individus isolément n’y peuvent rien, par Vincent Burnand-Galpin
Partager :

Le citoyennisme et ses limites, par Vincent Burnand-Galpin

Ouvert aux commentaires.

Le citoyennisme est très souvent une réaction spontanée à la désillusion devant la gestion effective de l’État. Autrement dit, si l’État ne peut rien, le citoyennisme affirme que c’est aux citoyens de s’organiser entre eux pour être directement acteurs du changement attendu. L’idée fondamentale du citoyennisme est d’atteindre la masse critique nécessaire pour engager un basculement des comportements de l’ensemble des individus d’une société.

Cette philosophie était assez présente jusqu’à peu au sein du militantisme écologique : c’était la position notamment du directeur général de Greenpeace France, Jean-François Julliard. Dans son livre, Les Veilleurs du ciel, publié en 2015, il dessine sa philosophie d’action. Selon lui, il ne faut plus rien attendre des États sur les questions de l’environnement. Ayant observé de très près plusieurs COP, il note leur inefficacité la plus totale depuis trente ans.

Continuer la lecture de Le citoyennisme et ses limites, par Vincent Burnand-Galpin
Partager :

Fissures dans le vieux monde ?, par Jacques Seignan

Ouvert aux commentaires.

Actuellement il y a de nombreuses révoltes urbaines partout dans le monde. Les médias européens sont évidemment centrés sur nos pays et Barcelone est au premier plan avec des images d’émeutes inimaginables (pas plus qu’à Paris en décembre dernier…).
Mais si l’on considère que rien n’est résolu ni en Algérie, ni à Hong Kong avec des mobilisations massives (qui tournent à la violence dans cette ville), il y a d’autres foyers dont on parle trop peu :
– En Guinée : à Conakry, 9 morts dans des manifestations contre Alpha Kondé (81 ans).
– En Équateur : à Quito où Lenin a dû céder après avoir fui sa capitale …
– au Chili : état d’urgence à Santiago (très sinistre souvenir) après le chaos à Santiago, hier
– au Liban : un 3e jour de manifestation, le centre-ville de Beyrouth comme un champ de bataille…
– en Irak : 100 morts à Bagdad après 6 jours d’émeute, la situation semble « calmée »…

Continuer la lecture de Fissures dans le vieux monde ?, par Jacques Seignan
Partager :

Louvain-la-Neuve, À quoi bon penser à l’heure du grand collapse ?, le 30 août 2019 – Retranscription

Retranscription de À quoi bon penser à l’heure du grand collapse ?, le 30 août 2019.

Merci d’être là. !

La prise de conscience

Vous venez d’écouter, d’entendre, peut-être même d’apprendre un certain nombre de choses. En effet, les faits sont là. Si j’étais moi, Antoine, je dirais : « Non, ce n’est pas une crise. Non, ce n’est pas un effondrement. C’est seulement, mon général, une extinction ».

Ça me rappelle qu’effectivement – il y a été fait allusion tout à l’heure – quand j’ai écrit ce livre en 2015, qui est paru en 2016, qui s’appelait Le dernier qui s’en va éteint la lumière, l’éditeur, pour qu’on sache de quoi il s’agit, si le titre n’était pas suffisamment éloquent, a voulu mettre ce bandeau « Essai sur l’extinction ». La question s’est posée à ce moment-là. Est-ce que c’était une bonne idée ou non ? Parce que ça a fait rire un certain nombre de personnes et c’était seulement il y a 3 ans, seulement il y a 3 ans.

C’est pour ça que quand on me dit parfois : « Vous ne regrettez pas de prêcher dans le désert ? », je dis : « Non, les choses vont très très vite ! ».

Continuer la lecture de Louvain-la-Neuve, À quoi bon penser à l’heure du grand collapse ?, le 30 août 2019 – Retranscription

Partager :