Étiquette : intellectuels

  • Incroyable mais vrai ! – « Nous ne sommes pas sûrs de savoir ce que c’est que penser comme un glacier »

    Tribune d’un collectif en première page du journal Le Monde, en date d’aujourd’hui (réservé aux abonnés) : « Penser les glaciers comme des acteurs d’un monde que nous habitons en commun ».

    Rien qui me choque dans le titre, vous me connaissez : je suis l’auteur de Le dernier qui s’en va éteint la lumière (2016) ; je suis par ailleurs membre de l’assemblée statutaire de GreenPeace France et je n’ai aucune sympathie a priori, ni a posteriori pour « un domaine de ski hors-piste, privilégiant l’autonomie de pratiquants engagés dans un milieu encore sauvage, en bordure du parc national ».… Lire la suite…

  • « Le Débat » (1980-2020)

    La revue Le Débat est donc morte après quarante ans d’existence. On y vu beaucoup de beau monde. Il y a aussi beaucoup de beau monde qu’on n’y aura jamais vu. L’éventail politique des idées qu’on y défendait s’étendait de la droite (jusqu’à la droite limite) au centre-gauche. Qu’on s’en tienne là était logique puisqu’il s’agissait de conjurer l’intellectuel engagé sartrien qui avait dominé l’autre partie du spectre.

    L’entreprise n’était pas innocente : on laissait entendre ainsi qu’aucun véritable intellectuel n’habitait les terres situées à gauche du centre-gauche. Gallimard n’y était pour rien, qui continuait d’accorder son hospitalité aux Temps Modernes, plus ou moins fossilisés depuis la mort du patron.… Lire la suite…

  • Avenir du Blog de Paul Jorion, avenir des intellectuels, avenir de la démocratie ? par Cédric Chevalier

    Billet invité.

    Le blog Jorion est-il anémié ?

    En tant que lecteur régulier et contributeur occasionnel, j’ai cru pouvoir observer trois tendances qui émanaient du blog de Paul Jorion ces derniers mois : … Lire la suite…

  • Nous sommes las, M. Valls, de votre politique, par Les Amis du Blog de Paul Jorion

    Une discussion interne au groupe Les Amis du Blog de Paul Jorion a conduit à vouloir faire de ce texte, un texte collectif, rédigé au nom du groupe. La question qui se pose maintenant et sur laquelle nous attendons vos commentaires, c’est : « Faut-il faire de cette lettre, une véritable pétition, à proposer à la signature de tous les Français ? ».

    « Et je demande : où sont les intellectuels, où sont les grandes consciences de ce pays, les hommes, les femmes de culture, qui doivent monter, eux aussi, au créneau ? Où est la gauche ? » (discours du Premier Ministre M.… Lire la suite…

  • LE TEMPS QU’IL FAIT, LE 4 AVRIL 2014

    Sur DailyMotion, la vidéo est ici. Meilleur son que sur YouTube, mais peut-être de la pub envahissante.

    Expliquer ce qui se passe par « la connerie humaine »
    « Si vous n’êtes plus prophète, qu’est-ce que vous êtes ? »
    Chacun peut jouer le rôle de l’intellectuel, de l’empêcheur de penser en rond.

    Philo Escales à Louvain-la-Neuve, le 29 mars

    France Culture, Les carnets de l’économie, du lundi 31 mars au jeudi 3 avril

    Keynes et le fait que la plupart des gens pensent de manière « conventionnelle » (= « pensent à peine »)

    Paul Jorion : La crise du capitalisme américain (La Découverte 2007 ; éditions du Croquant 2009)

    RTS.ch,Lire la suite…

  • « OÙ SONT PASSÉS LES INTELLECTUELS ? » (III) LA RÉPONSE D’ENZO TRAVERSO

    À propos d’Enzo Traverso, Où sont passés les intellectuels ? conversation avec Régis Meyran, Paris : Textuel 2013

    Il faut noter pour commencer qu’Enzo Traverso accepte de situer son exposé sur les intellectuels dans le cadre de la question posée par le titre de son entretien avec Régis Meyran, c’est-à-dire que, d’une certaine manière, les intellectuels ont bien disparu, ou sont en tout cas invisibles aujourd’hui. Il dit : « Je ne suis pas sûr qu’il y en ait si peu, mais certes ils n’ont pas une grande visibilité » (p. 49).

    Qui sont tout d’abord les intellectuels ? Traverso reprend à son compte la définition de Karl Mannheim dans Idéologie et Utopie (1929) :

    « un groupe social relativement indépendant – « librement flottant » ou « sans attaches » (freischwebend) – qui s’érige au-dessus des classes et se fixe la tâche de forger un imaginaire nouveau, des alternatives sociales, des utopies » (pp.

    Lire la suite…

  • Le supposé « fourvoiement fondateur » de Foucault, par Jeanne Favret-Saada

    Billet invité.

    Selon Paul Jorion,

    « Chez Michel Foucault, le fourvoiement fondateur n’est pas marxiste : c’est le soutien qu’il apporte au projet de théocratie iranien. Engagement ‘ fondateur’ bien que tardif – parce qu’il éclaire rétrospectivement le parcours intellectuel antérieur. Il intervient si tard dans le cours de sa vie que le temps lui manquera pour entamer son autocritique – au cas où tel aurait été son désir. »

    Pardonnez-moi, mais on ne peut pas écrire cela. La première « cause » défendue par Foucault a été celle de ses étudiants tunisiens de 1966 à 1968. Foucault arrive à Tunis en 1966 : peu après, les étudiants se mettent en grève et manifestent pour protester contre le prix du transport à l’Université.

    Lire la suite…

  • « OÙ SONT PASSÉS LES INTELLECTUELS ? » (II) JEAN-PAUL SARTRE EST MORT EN 1980

    Jean-Paul Sartre représentait en France mais également en-dehors des frontières de la France, la figure de l’intellectuel, et il n’est peut-être pas injustifié d’affirmer que les intellectuels ont disparu avec lui à sa mort en 1980.

    Il y a sans doute là une exagération mais peut-être pas autant qu’il pourrait tout d’abord sembler. Sartre a représenté l’intellectuel « universel » du XXe siècle : acquis à une utopie, il s’est enthousiasmé un temps à sa mise en application, avant d’en découvrir les limites, à savoir les horreurs, pour élaborer ensuite une critique de cette utopie, de ses applications, et de son propre engagement vis-à-vis d’elle.… Lire la suite…

  • Au diable la pensée !, par Bertrand Rouziès-Léonardi

    Billet invité. À propos de « Où sont passés les intellectuels ? ».

    « La pensée fait mal aux reins. On ne peut à la fois porter des fardeaux et des idées. »
    Remy de Gourmont.

    Où est-elle, cette pensée ? Hou, hou ? – Chut ! Pas trop fort. Un rien l’effarouche. Les intellectuels, dépités de n’avoir su purger leurs contemporains des vieilles tentations homicides, ont fait leur deuil de la pensée. À sa place, ils promènent un fantôme de pensée sous les projecteurs criards d’émissions tous publics. S’il effraie quelqu’un, ils le renvoient, gênés, dans la coulisse et se résignent à l’indignation en débraillé chic et foulard Hermès.… Lire la suite…

  • RELIRE « LES PÊCHEURS d’HOUAT », TRENTE ANS PLUS TARD (I)

    Il m’arrive plus souvent aujourd’hui qu’autrefois de relire les textes que j’ai écrits précédemment. La raison en est le blog. Les commentaires sont nombreux qui demandent : « Pourquoi ne parlez-vous jamais de ceci ? » et je réponds alors : « Parce que j’y ai déjà consacré tant de chapitres dans mon livre paru telle année ». Pour que je puisse répondre cela, il aura fallu alors que je me relise pour être sûr de l’avoir bien écrit et, si nécessaire, je complète de telle ou telle manière.

    Mais pour un livre comme Les pêcheurs d’Houat, paru en 1983 et réédité aujourd’hui, la dernière fois que je l’ai lu a dû être au moment de la correction des épreuves, soit environ six mois avant sa parution.… Lire la suite…