Nous sommes las, M. Valls, de votre politique, par Les Amis du Blog de Paul Jorion

Une discussion interne au groupe Les Amis du Blog de Paul Jorion a conduit à vouloir faire de ce texte, un texte collectif, rédigé au nom du groupe. La question qui se pose maintenant et sur laquelle nous attendons vos commentaires, c’est : « Faut-il faire de cette lettre, une véritable pétition, à proposer à la signature de tous les Français ? ».

« Et je demande : où sont les intellectuels, où sont les grandes consciences de ce pays, les hommes, les femmes de culture, qui doivent monter, eux aussi, au créneau ? Où est la gauche ? » (discours du Premier Ministre M. Valls à Limoges, le 5 mars 2015).

Nous sommes là, M. Valls. Partout, tout autour de vous. Mais vous ne pouvez pas nous voir.

Ce n’est point faute d’avoir manifesté notre présence, à de multiples reprises, d’avoir envoyé des signaux comme des fusées de détresse.

À mesure que le temps passait, il nous a bien fallu nous rendre compte de l’évidence : vous ne pouvez pas nous voir car vous semblez atteint de cécité.

Vous refusez de voir que l’abstention croissante des citoyens ‘de gauche’ fait mécaniquement augmenter le Front National. Les causes à ce retrait du champ électoral (mais pas du champ politique, lequel n’est pas réduit heureusement aux seules élections) sont pourtant limpides : vous conduisez, M. Valls, une politique de droite, une politique d’austérité, une politique dont les effets alimentent le Front National.

50 milliards d’économies seront imposés pendant les trois années qui suivront, aux collectivités locales, à l’État et à la Sécurité Sociale, réduisant un investissement public nécessaire pour relancer l’économie, réduisant d’autant la capacité des institutions publiques à répondre aux besoins des citoyens les plus fragilisés par une crise toujours en cours.

Dans le même temps, le CICE (Crédit d’Impôts pour la Compétitivité et l’Emploi) et le Pacte de Responsabilité ont été institués, permettant une baisse des cotisations patronales de 41 milliards, sans contrepartie quant à des embauches, pour les entreprises.

En comparaison, les 5 milliards attribués à la baisse des cotisations sociales des salariés, à une suppression de la première tranche d’imposition sur les revenus et à une revalorisation des minima sociaux permettent de comprendre les raisons de notre désaffection.

La politique d’austérité budgétaire, imposée par le gouvernement allemand à l’ensemble de l’Europe, n’a pas non plus été critiquée, encore moins rediscutée, lorsque le nouveau gouvernement grec a recherché des appuis en Europe, appuis que le gouvernement français ne lui a pas fournis.

Enfin, quand vous parlez d’un « apartheid territorial, social, ethnique » en France, vous ne tirez pas les conclusions logiques qui devraient s’imposer d’une telle affirmation, a minima en mettant en œuvre les moyens au niveau nécessaire pour détruire un tel « apartheid ». Ce type de posture ne peut qu’alimenter le Front National.

Pour toutes ces raisons, nous avons donc disparu de votre champ de vision, mais nous sommes toujours des citoyens français et nous sommes désormais bien las de votre politique.

Nous n’acceptons pas vos discours culpabilisants quant à la montée du Front National, a fortiori de la part d’un Premier Ministre qui conduit une politique qui n’a mené qu’à une augmentation du chômage et à une aggravation de la pauvreté en France.

Nous voterons donc désormais comme nous le pourrons, pas à droite, ni pour un parti qui conduit une politique d’austérité, évidemment pas pour le Front National. Nous voterons à gauche, nous voterons blanc ou nous nous abstiendrons, peut-être.

Mais nous n’assumerons pas pour vous les effets de votre politique, M. Valls.

Nous sommes des femmes et des hommes, des citoyens, provenant de la Culture ou non, intellectuels ou pas, nous avons notre conscience, grande ou petite, nous sommes de gauche et nous sommes déjà au créneau.

Liste des signataires de la Lettre « Nous sommes las, M. Valls, de votre politique » :

Nom :
Prénom :
Ville :
Profession :

Partager :

286 réflexions sur « Nous sommes las, M. Valls, de votre politique, par Les Amis du Blog de Paul Jorion »

      1. Oui bonne idée! pour couvrir le coût de l’opération pourrait on en avoir une évaluation et réfléchir au financement ! eh oui remettre encore la main à la poche, mais pour une bonne cause.

      2. Je signe ce texte également. Et je ne peux qu’être d’accord avec vous : il mérite d’être en une d’un ou plusieurs quotidien(s)

    1. On ne peut pas être pour l’Europe libérale et contre la politique de Manuel Valls-Hollande. Cette Europe n’est pas réformable et le gouvernement Tsipras va l’apprendre à ses dépens. Il devra choisir entre l’Europe et l’intérêt du peuple grec.

  1. la « Rupture » ,une fois encore dans notre République,est consommée…un peu trop rapidement et de façon partisane,donc superficielle,voire fausse.
    Monsieur Paul Jorion dit et dit Juste.
    Et,contrairement à votre propos,

    Nous sommes là :
    Légions dans les « médias »,sur le terrain,au milieu et Avec Les Gens.
    Entourez vous,si besoin,de « conseillers » avisés,peu soucieux de trop de « com/marketing » =
    Ces « Elites »,intellectuelles ou Personnes d’Expérience(s),ne souhaitent ,essentiellement,viscéralement,qu’une Réalité:
    Le Vivre ensemble,dans l’élévation ,le Respect donc , de La Dignité de Tous les Humains :
    En un mot : de l’Homme.

    **J. , L. Bars / Médecin Retraité (Fonction Publique d’ETAT)

    le « dieu de l’argent, »que l’on appellera ,selon ses goûts,béhémoth ou mammon, devra très vite être écarté pour parvenir au but sus cité,seule « aventure » qui possède Un Sens.
    Celui d’un Bien Commun,auquel participe Tout Homme.

  2. Bonjour,

    Pour ma part, je ne suis pas d’accord avec la loi Macron.

    C’est pas le 47-3 qui me gène,
    C’est la loi Macron en elle-même, ni queue ni tête, = désastre.

    Désolé,

    petit jean

  3. Comme le disait ici très justement un commentateur :
    « Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes. »
    Quant à cette initiative, je me demande comment elle pourrait éviter son destin inéluctable de « lettre morte » ?

    1. J’ai ouï dire que les gros banquiers ont tendance à beaucoup rire d’ailleurs.
      (…)
      Heureusement que souvent, sur la durée ou pas, l’effet annule sa cause.

      Elle n’est pas morte !

  4. Je dirais « cécité volontaire »

    Ces politiques ne veulent pas voir ce qui au moins ébrécherait un système qu’il faut maintenir à tout prix dans un déséquilibre qui favorise leur maintien plus ou moins branlant mais apparemment plein d’avantages.

  5. « nous sommes de gauche et nous sommes déjà au créneau. »

    La gauche c’est le bien, la droite c’est le mal.

    Manichéisme bien français. l’homme de droite écrira l’inverse avec parfois le même aveuglement.

    On peut préférer la vérité qui est au delà de cette dialectique réductrice, vérité qui est apaisante et transcendante à cet enfermement. Vérité toujours à rechercher au delà des héritages politiques partisans.

    Les citoyens de gauche sont donc paraît-il partis dans l’abstention, nouvel argument un peu récupérateur d’une masse qui s’abstient à part égale dans toutes les tendances selon les instituts de sondages. Dans ce domaine on a entendu tous les raisonnements qui se neutralisent.

    La critique de la politique de réduction des dépenses sans analyse de leur efficacité est simpliste. Il y a des dépenses inutiles à traquer qui sont un des paramètres les plus influents de notre paralysie. Un petit exemple emblématique sur lequel tout le monde peut facilement converger et où tout le monde politique reste inerte, c’est la suppression des organismes inutiles et onéreux. Le conseil économique et social par exemple. le premier gouvernement qui supprimera ce genre de danseuse aura le pays derrière lui avec l’étiquette droite ou gauche peu importe.

    Je ne crois pas que l’austérité soit forcément une catastrophe. Il y a un gâchis énorme de moyens dans le système et c’est être dans l’erreur que d’assimiler les dépenses improductives aux dépenses incompressibles.

    Je n’entends guère ce discours à gauche, c’est d’ailleurs pour cela que les électeurs la quittent.

    Cordialement

      1. Olivier pas Yves.

        Nous ne sommes pas de la même famille rapprochée, mais de la même famille humaine.

        Cordialement.

    1. Il y a des dépenses inutiles à traquer qui sont un des paramètres les plus influents de notre paralysie.

      Effectivement, payer les intérêts de la dette qui d’une part bloque toutes initiatives par concentration de richesses en plus de détruire la planète

      1. @ Michel Lambotte 9 mars 2015 à 13:36

        Effectivement, payer les intérêts de la dette qui d’une part bloque toutes initiatives par concentration de richesses en plus de détruire la planète

        Tout à fait d’accord sur la première partie de votre déclaration.

        Quand on est endetté c’est parce qu’on a préféré consommer avant de travailler. C’est le remboursement de l’emprunt qui constitue une entrave à la marche en avant et bloque les initiatives, même lorsque les intérêts sont pratiquement nuls comme actuellement.

        Ce ne sont pas les intérêts qu’il faut mettre en cause, mais le fait de consommer de l’énergie avant de l’avoir extraite du système au sein duquel on vit. Pour pouvoir emprunter de l’énergie, il faut bien que quelqu’un l’aie concentrée, accumulée, capitalisée, préalablement.

        Ce qui fait la richesse des uns, c’est le fait se s’imposer de consommer moins d’énergie que ce qu’ils extraient de leur environnement.

      2. o, est endetté aussi à force de rembourser des banques qui ont parié sur le mauvais cheval spéculatif
        quel pourcentage de la dette se quelque pays que ce soit est du au renflouement des banques?
        pourquoi le fait d’oser parler d’audit de la dette fait-il frémir les actionnaires?

      3. Et si la dette provenait non pas d’un excès de dépense, mais d’un déficit de recettes, lié à l’évasion et optimisation fiscale des citoyens et entreprises les plus fortunés,
        à quoi il faut ajouter les intérêts versés au secteur financier privé qui, cumulés depuis 40ans, représentent a peu près – à eux seuls – le montant de cette dette,
        alors que la création monétaire est privilège d’état! (du moins si nous étions en république démocratique)?
        (sans parler de ce que les banques nous ont coûtées suite à leurs magouilles spéculatives)

        Autrement dit si les dés n’étaient pas pipés, les finances publiques seraient largement excédentaires!

        Pourquoi ignorer systématiquement cet aspect ?

  6. Beaumarchais réplique au petit caudillo

    Ainsi donc le petit caudillo à l’approche des élections départementales a « peur » du Front national. Un premier ministre exprimant la « peur » cela s’apparente au mieux à une tentative de manipulation de l’opinion au pire à une désertion devant l’ennemi. La meilleure réplique à Manuel Valls revient à Beaumarchais dans le Barbier de Séville : « Fi donc, trembler! mauvais calcul, monsieur. Quand on cède à la peur du mal, on ressent déjà le mal de la peur. »

    http://josefort.over-blog.com/2015/03/beaumarchais-replique-au-petit-caudillo.html

    1. Détrompez vous, en Espagne ça marche, à force d’agiter le spectre d’une révolution Bolivarienne Podemos est en train de reculer (prés de 6 points de moins au dernier sondage) à la faveur du partit Ciudadanos (un erzats de Podemos monté à l’arrache par la droite pour récupérer les dégoutés de la corruption). Alors Manu il aurait tort de se priver si ça marche chez grand papa pourquoi pas chez nous?

      1. Il s’appelle vraiment Monedero ? Ca signifie porte-monnaie en français, je suis vraiment mort de rire.

      2. Podemos vient de porter plainte aujourd’hui contre le PP pour accusations mensongères de financement illégal. Il n’y a pas d’affaire Monedero, il a pris 400000€ sur 2 ans pour faire du conseil auprès du gouvernement venezuelien pour soit disant étudier et conseiller pour la mise en place d’une monnaie commune pour les pays de l’ALBA ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Alliance_bolivarienne_pour_les_Am%C3%A9riques ) mais il a signé une clause de confidentialité donc on ne peut connaitre la nature réelle du travail effectué. Il a créé une soci´té unipersonnelle pour déclarer cet argent et il semble qu’il l’ait fait un peu tard (mis en demeure par les impots de régulariser sa situation) il a donc versé 187000 € d’impots sur le fil (en janvier) avant d’être verbalisé. Rien d’illégal donc et selon ses dires pas un centime n’est allé a Podemos (mais oui a la télévision qu’il a monté avec Iglesias et cie : La Tuerka (la vis)). Voila ce que j’ai compris de la lecture d’El pais (mais je me méfie un peu de l’objectivité du média). Pour les hispanisant ci dessous sa conférence de presse complète (que je n’ai pas encore visionné) à la suite de laquelle il a publié la totalité de son patrimoine alors qu’il n’est ni élu ni candidat a rien pour l’instant.

        https://www.youtube.com/watch?v=4RDfEipr2qw

      3. Oui, oui, Monedero n’a été à aucun moment inquiété par la justice, même si comme Dup le dit, c’est « sur le fil » qu’il a payé des impôts.
        Mais sur le plan moral et politique ça la fout mal évidemment de voir le paquet d’argent gagné en deux ou trois ans, et même pas à temps plein, hein. Il est prof de fac et très actif dans Podemos, et il a même eu une mission d’expertise pour l’UE.
        Il a certes mis un paquet d’argent dans la chaîne de télévision La Tuerka, mais une chose qui fâche un de mes amis espagnols est qu’une partie de son argent, pas loin de 100.000 euros je crois, au moment où l’affaire a été rendue publique, était « investie » dans des produits financiers.

  7. Je n’étais pas au courant de cette question rhétorique tordue (et culottée au possible) de notre médiocre quoique ambitieux premier ministre. J’avais seulement entendu, il y a quelques mois, qu’il avait eu le front (si j’ose dire) de proposer que le parti socialiste change de nom, idée que je trouve sordide (voire infâme), moi dont l’un des grands-parents, Lucien Streiff (alias Luc Damiano, comme résistant pendant la deuxième guerre mondiale), a été envoyé dans un camp de concentration en France parce qu’il était … socialiste (et fier de l’être). Je suis fier de mon grand-père et de ses idées et j’ai la ferme intention d’en perpétuer l’héritage, dès maintenant.
    Je souscris donc, avec tristesse et préoccupation, à la lettre « Nous sommes las, M. Valls, de votre politique »
    Nom: Moretti
    Prénom: Alessio
    Ville: Nice
    Profession: chômeur
    (Intellectuel: docteur en logique et philosophie, conférencier multilingue et chercheur en philosophie, logique et mathématiques)

    1. Euh, pour ma part je trouvais l’idée assez bonne vu que le PS a abandonné toute idée de mener des politiques socialistes en 1983. De ce point de vue Valls me semble être le plus honnête de la bande. Je crois surtout qu’il ne faut pas confondre socialisme et hollandisme, deux doctrines très opposées ! La mémoire de votre grand père sera respectée le jour où ils décideront de fonder le parti de la droite complexée en lieu et place de cette vieille machine électorale à bout de souffle.

  8. Je cite M Le Bitoux, merci pour cette analyse lucide (et je le remercie au passage ) :
    « Si l’information ne percole pas, c’est que paresse et conservatisme font plus que Lumières et innovation. La lutte des castes a remplacé la lutte des classes : Zélites, Zélus, Zélotes même combats pour entretenir des Zakis Zaristocratiques. Ce sont bien les mêmes réactions vitales qui construisent ou détruisent organismes et tribus selon l’échelle d’application : Fractales fatales. »

    Autisme, paresse intellectuelle, conservatisme, manque d’audace, MORTIFERE ! ça suffit !

    Il est temps effectivement que nous prenions notre destin en main !!!!!!

    OUI JE SIGNE !

  9. Je signe aussi. Malgré la tristesse de ne pas voir émerger une politique de résistance de gauche qui ne craigne pas de s’attaquer AUSSI aux gaspillages du bien public , à la réduction des dépenses ET des inégalités sociales, économiques et culturelles, sans prioriser comme le fait le gouvernement la contribution du bas et du centre de l’échelle, en France et en Europe. Je suis scandalisé que le gouvernement ait laissé la Grèce sans soutien dans son affrontement avec l’Eurogroupe, même si le soutien de Mme Merkel au freinage des ambitions poutiniennes en Ukraine réclamait quelques égards.

    1. Je suis scandalisé que le gouvernement ait laissé la Grèce sans soutien dans son affrontement avec l’Eurogroupe

      +1

      un avis qui pourrait figurer dans une publication comme suggérée plus haut

    2. Pour information :

       » Une lettre de 1985 du Premier ministre Laurent Fabius précise les moyens humains et matériels mis à la disposition d’un ancien Président de la République et de sa femme.

      Lors de sa cessation d’activité, le Président et son épouse ont à disposition :
      – un appartement de fonction meublé et équipé, dont la maintenance et les charges, y compris le téléphone, sont assumées par l’Etat
      – deux personnes prises en charge par l’Etat qui sont affectés au service de leur appartement de fonction
      – deux policiers à titre permanent pour assurer leur protection rapprochée
      – une voiture de fonction dont l’entretien est assuré, avec deux chauffeurs
      – la gratuité sur l’ensemble des réseaux de transport publics dans la meilleure classe
      – sept fonctionnnaires (un chef de cabinet, deux assistants pour le secrétariat particulier, un fonctionnaire des archives nationales et trois secrétaires dactylographes)

      Selon la loi n°55-366 du 3 avril 1955, sa retraite correspond à celle d’un conseiller d’Etat, elle s’élève donc à 63 000 euros environ par an.  »

      ——————————————————————————————————————————–

      M.Giscard d’ Estaing, M.Chirac, M.Sarkozy vivent toujours au frais des contribuables. C’est mieux en le disant. Louis XIV est définitivement détrôné. Une telle RETRAITE EN OR pour chacun des protagonistes tout ça pour sept ( Giscard ) ou cinq années de TRAVAIl, c’est vraiment scandaleux. Qu’il commence par eux-même leur politique d’économie budgétaire. Comment ne pas voir ces cadeaux outranciers comme DES PRIVILÈGES ?

  10. Le seul rôle que ce type à l’air de se donner est : « quelque soit la question, je ne dois pas passer pour un *** », oreilles fermées; ça nous laisse aucune chance, ou pas beaucoup.
    Il faudrait que tout le monde l’encourage en faite …
    ‘C’est où ‘qu’on signe?

  11. Je suis partagée : j’ai envie de dire oui à une pétition, et en même temps, nous avons en face de nous des gens tellement autistes, sourds et aveugles.
    De plus en plus, je les vois s’agiter dans des tactiques purement politiciennes, et la diatribe de Mr Valls est de cet acabit : nulle part, jamais, je n’ai entendu les politiques qui se présentent aux élections dans 15 jours maintenant, parler des problèmes à régler dans leur région, et pourtant tant de problèmes du quotidien dépendent de leurs compétences : seul compte leur petit pouvoir…

  12. Bonjour à tous,

    toutes les actions qui contribueront à nous manifester seront les bienvenues face à des gens déterminés à nous ignorer. Je crois.
    De Belgique, je signe.

  13. ..vous ne pouvez pas nous voir car vous semblez atteint de cécité.

    Si le diagnostic est juste, une pétition de plus ou de moins ne lui rendra pas la vue.
    Si le diagnostic est faux, c’est donc qu’il voit clairement les choses mais il n’en tient pas compte. Une pétition de plus ou de moins ne le fera donc pas changer d’avis.

    CQFD

    Puis-je citer Paul Jorion; pas plus tard que vendredi dernier :
    « C’est le fait que, malgré que vous soyez nombreux – c’est pas mal, pour un blog, d’avoir 100 000 lecteurs mensuels – eh bien, ça ne diffuse pas dans la société. C’est-à-dire, c’est vous, les 100 000, vous représentez une partie de l’opinion publique qui n’est pas négligeable, mais ça ne communique pas, ça n’arrive pas au niveau des … eh bien, même là, ça tombe dans une indifférence générale »

  14. Il doivent comprendre qu’il faut qu’ils s’en aillent.

    Qu’ils ne servent plus à rien.

    Je ne sais pas si un constat aussi accablant peut être fait posément, dans le calme.

    Accepter de s’être trompé est une preuve de force,

    Mais la perspective de le faire est toujours un passage difficile…..

    « Myope et le nez contre » disait Saint Ex…

    Vous croyez encore qu’ils sont accessibles à la compréhension ? Moi pas.

    Mais bien sur qu’il faut écrire cette lettre, pour l’avoir fait ! Et je signe.

  15. De la lassitude, de la colère, de la tristesse et beaucoup d’autres choses encore qui font qu’un être a une vie psychique.
    Que nous ne sommes pas d’abord et avant tout des êtres voués à survivre à marche forcée dans un model politico-économique maintenant devenu totalement caduc pour ne pas dire extrêmement dangereux ; mais aussi un rapport au monde et à la vie indigne – le vieux système pour paresseux – je produis / je consomme.
    Et vous, les politiques, qui gérez la boutique et puis rien de plus.
    Nous ne nageons pas dans le cosmos, c’est bien dommage, nous croupissons dans l’absurde d’une prison intérieure / extérieure et ça c’est vrai pour la plupart d’entre nous.
    On signe comment ?

  16. Jyrki Katainen, vice president of the European commission: “We don’t change policies depending on elections.”

    Si après ça vous êtes surpris qu’on soit nombreux à s’abstenir lors de l’élection du Chef des Relations Publiques de la Komandantur Départementale…

    Georges Lagarde – Grenoble

  17. En France, sous la IIIe République, les radicaux étaient souvent comparés aux radis: « Roses à l’extérieur, blancs à l’intérieur, et toujours près du beurre ». Ce dicton politique décrivait le comportement du parti radical: politiquement à gauche (« roses »), économiquement à droite (« blancs »), et presque toujours dans le gouvernement (le « beurre »). (Source : Wikipedia et ma grand-mère)
    Avec les sociaux-démocrate de soi-disant « gauche moderne », on pourrait même rajouter « et de l’argent du beurre ».
    En 2012, j’ai voté aux primaires socialistes, pas tant par conviction que pour éviter les candidatures de MM Valls et Hollande…
    Alors, le terme de gauche étant tellement galvaudé par ces héritiers d’un radicalisme, qui déjà n’en avait que le nom, j’hésite souvent à l’employer, pour éviter la confusion.
    Ceci étant dit :
    – Je ne me reconnais pas dans un gouvernement qui cherche avant tout, voir uniquement, à choyer et protéger ses élites économiques, financières et politiques, au détriment de la qualité de vie et des libertés d’un peuple qui l’a élu.
    – Je ne soutiens pas un gouvernement qui, au nom d’un modèle croissantiste dont les aspects mortifères sont connus, méprise toute considération environnementale, au delà d’un greenwashing de façade.
    Donc je signe !
    Nom: Brient
    Prénom: Patrice
    Ville: Peyrins
    Profession: informaticien-pas-encore-chômeur
    (Pas intellectuel, mais citoyen atterré, doté de conscience et d’esprit critique)

  18. Je signe aussi.
    J’espère surtout que Sarko ne se présentera pas en 17, et qu’il y aura en face de Le Pen une personnalité suffisamment crédible et utile aux Français pour pouvoir les rassembler.

    1. Ne vous inquietez pas, le système a choisi depuis une année environ, Alain Juppé, qu’il tente de faire passer pour une personne cool(dans les Inrocks, ou encore dans des magasines féminins, ou de mode).
      Quant à Sarkozy, que je n’apprécie au demeurant pas, le système fait tout pour qu’il ne soit pas le candidat de l’UMP, craignant un match Hollande-Sarkozy, sans issue, et favorable à Le Pen.
      Par conséquent, la presse française massacre systématiquement Sarkozy, via des articles toujours très négatifs à son égard.
      Marrant à observer, meme si le procédé est condamnable.

  19. Je ne suis pas un intellectuel, pour autant que je sache, mais je me permettrais de faire valoir l’idée qu’il est grand temps que l’on cesse de prendre des gens comme Manuel Valls au sérieux et que l’on s’adresse enfin directement aux oligarques auxquels il s’efforce de plaire et qui dirigent son action. On m’objectera que ces personnes là ne sont pas connues en tant que telles. C’est bien dommage car il me semble nécessaire que l’on puisse enfin les désigner par leurs noms, et ce pourrait être l’objet utile de ce blog de déterminer précisément qui ils sont et quelles sont leurs responsabilités directes dans tout ce gâchis. Que l’on procède enfin à leur mise en cause directe et que l’on cesse de participer à cette mascarade honteuse.

    1. Ha ha ha ! Voilà une demande concrète et certainement plus active que la signature d’une lettre !
      A-t-on oublié les Islandais ? Ne veut-on pas se rapprocher des Grecs ?
      Dénicher les vrais décideurs, ceux qui dictent à Holland and co leur politique, ce n’est pas très difficile. Il n’y a qu’à voir le pédigrée des cabinets ministériels, surfer sur quelques sites Internet qui ont survécu par miracle, les docs et l’Histoire et les faits sont là..
      Non c’est le courage qui manque. Pas besoin d’être un intellectuel brillant et s’acharnant à longueur de livres ! Non c’est juste dangereux, et c’est pour ça que personne n’y va. *Car en face, c’est vrai, ils sont très agressifs, et prêts à tout, et disposent de tous les moyens.
      Malheureusement. Sans doute que beaucoup l’ont compris pour que personne ne parte à l’assaut, même littéraire…

  20. La réponse est oui.
    Il faut faire de cette lettre, une véritable pétition à proposer à la signature de tous les français.

    Où est la gauche ? Elle est toujours là, Monsieur Valls ! Mais vous ne la voyez pas, vous ne l’entendez pas, vous ne l’écoutez pas !
    Vous préférez écouter Bruxelles et le MEDEF.

  21. « Les causes à ce retrait du champ électoral (mais pas du champ politique, lequel n’est pas réduit heureusement aux seules élections) »

    Oui ! il y a aussi les pétitions ! …… Ni je ne vote ,ni je ne pétitionne : ce sont les deux faces d’une même monnaie de singe .
    Le vote pour des représentants ou la pétition ne changent rien au fait que ces deux pratiques sont le chapeau politique de l’absence du champs politique . Valls ne nous voit pas parce qu’il n’a pas besoin de nous voir puisqu’il est chef de l’exécutif et qu’il a été élu pour ce faire et qu’il y a les pétitions pour s’exprimer.
    La politique c’est tout ce que Valls et nous tous ne voulons pas : c’est partager ensemble à égalité le pouvoir , c’est à dire activer des modalités et des structures permettant à nous tous ,citoyens, de réfléchir – agir -décider ; le vote est ici référendum , aboutissement d’une réflexion collective sur un grand problème national ou local. Des réunions et du boulot.
    Lui préfère le pouvoir ,c’est valorisant au plus haut point ; nous préférons lui refiler le bébé, c’est plus confortable ,on peut vaquer à nos affaires privées et critiquer . La démocratie représentative habit comme un gant la main de la gestion du libéralisme. L’absence de référendum permet à l’état de se tenir au milieu de la route , sur son axe central , tantôt à gauche ,tantôt à droite , pour ramasser les voix des spectateurs que nous sommes à droite et à gauche , au bord de la route . L’état libéral ne choisit jamais; il navigue , il a pour ambition de se maintenir à flot , au milieu ;
    ça ne marche que temps….. que ça marche ; aujourd’hui ça ne marche plus .
    Alors non! pas de pétition ,plus de pétitions; plus de vote non plus pour désigner nos chefs ; mais la revendication du champ politique . Le champ politique est tout le contraire de ce qui se passe en politique actuellement : c’est le domaine du projet , de la prospective , de la construction collective et collaborative de la société ; on agit pas par mesures ,par programmes , par idéologies ..On se réunit concrètement , physiquement , au local sur nos bassins de vie , au national , autour de projets . On n’impulse pas des régulations sectorielles venues d’en haut , on pense globalement , on se projette, on décloisonne grâce au projet.
    Ce champ politique ne peut que s’expérimenter au local , avec de vrais gens qui se connaissent sur de vrais bassins de vie qu’il va s’agir d’aménager et développer ensemble ; ensemble étant les acteurs diversifiés , élus , non élus , socio pro etc etc
    Le problème étant qu’on a pas besoin d’aménager et développer quoique ce soit : les villes sont construites pour nous , les logements sociaux pour eux , les super marchés et les caddys pour manger , les centrales au fuel ou au nucléaire fonctionnent ……Et même Vals qui réfléchit et décide pour nous !!!!!
    La difficulté avec l’alternative …c’est que c’est l’alternative ! et qu’on a même pas d’assise bien bétonnée pour la bâtir ……Alors , il y a Valls ! Et les pétitions.

  22. Le dernier ouvrage de Jacques Testart (l’Humanitude au pouvoir) recèle également de bonnes idées, il conviendrait également de s’en inspirer ?

  23. Le FN à presque 30 % et les abstentionnistes à 55 % (ou plus si manque d’affinités), ça fait une sacrée pétition !

    NB 1 : 30% de 45% de votants ça fait 13,5 % ça relativise
    NB 2 : 9% (pour le FG) de 45% ça fait 4%, et ça aussi ça relativise

    Corollaire relativiste : Le trou noir de l’abstention déforme la réalité politique

    1. NB 3: 20% de 45% de votants cela fait 9% pour le PS et cela aussi cela relativise.

      NB 4: 28% cela fait 12,6% pour l’UMP…….

      Je suis toujours amusé de voir les uns et les autres diminuer le score du camp d’en face pour se rassurer.

      J’aime les raisonnements qui peuvent s’inverser.

      Cordialement

    2. Pour que le trou noir ne puisse déformer la réalité politique un vote blanc massif sera peut être l’étincelle, voire plus non?

      1. Plus que la comptabilisation du vote blanc, c’est un changement du mode de scrutin qu’il nous faudrait

        Il se trouve que j’ai travaillé assez longtemps dans l’agro-alimentaire et en particulier en analyse sensorielle.
        En analyse sensorielle on cherche à mesurer soit les perceptions qualitatives des produits par les sujets (analyse descriptive), soit les préférences d’un panel parmi un échantillonnage de produits (analyse hédonique; j’aime / j’aime pas)

        Une des méthodes pour cinq à dix échantillons consiste par ex à utiliser des test de classement : on demande au consommateur de choisir et de classer selon sa préférence trois produits (dans l’ordre de préférence) parmi les cinq à dix produits présentés.

        Cet méthode à l’avantage d’éliminer les produits les moins bien perçus (les plus rejetés) tout en donnant une « chance » aux produits les plus consensuels, les moins discriminants.

  24. Une discussion interne au groupe Les Amis du Blog de Paul Jorion a conduit à vouloir faire de ce texte, un texte collectif, rédigé au nom du groupe. La question qui se pose maintenant et sur laquelle nous attendons vos commentaires, c’est : « Faut-il faire de cette lettre, une véritable pétition, à proposer à la signature de tous les Français ?.

    Il me semble que l’idée de devoir faire une lettre / pétition à partir de l’idée ici présente est bonne. Mais il me semble qu’elle pourrait être légèrement améliorée (au niveau de la structuration notamment et insister sur la responsabilité de Valls & Hollande, c’est déjà le cas, mais il faudrait surtout mettre dos à dos : promesses électorales vs politique actuelle, pour pouvoir dire : pourquoi voter pour un parti dont on sait à l’avance qu’il ne réalisera aucune de ses promesses… et n’essaiera même pas de les mettre en œuvre ? Pourquoi voter pour un parti qui s’acharnera à faire volontairement l’exact inverse de son programme ? Vous aviez une majorité à vous seul à l’Assemblée, une majorité au Sénat, la quasi-totalité des régions, une majorité des communes, une opposition fragmentée, divisée, sans leader, cernée par les affaires… si un parti doté d’une telle puissance est incapable de commencer le début d’une perspective de politique de gauche : Comment reprocher aux citoyens de ne plus croire en un système électoral aussi intrinsèquement défaillant ? Pour inverser la tendance, il faudrait reconquérir l’électorat de gauche, non pas en lui mettant le couteau sous la gorge, en menaçant du risque Front national, mais en menant la politique économique pour laquelle vous avez été élus. ). Bref, c’est qu’un élément de la chose.

    Il serait bien aussi, puisque c’est une adresse des « intellectuels », qu’une telle lettre soit aussi le fait d’autres intellectuels, connus ou non, qui pourraient participer à la rédaction de celle-ci.

    1. pourquoi voter pour un parti dont on sait à l’avance qu’il ne réalisera aucune de ses promesses… et n’essaiera même pas de les mettre en œuvre ? Pourquoi voter pour un parti qui s’acharnera à faire volontairement l’exact inverse de son programme ?

      Et vous pensez qu’un tel parti se laissera convaincre par une simple lettre / pétition ??

      On a déjà un parti qui applique la méthode Coué. Si l’opposition s’y met aussi …

      Mais bon, ça ne mange pas de pain comme on dit, mais de là à faire avancer le schmilblick …

      1. Non ! Effectivement, cela ne changera rien à l’action que mènera ce Gouvernement. Mais il ne faut pourtant contrer pied à pied ses ratiocinations médiatiques aussi inlassablement que possible pour que personne ne doute une seule seconde de cette réalité : Valls a plus que sa part de responsabilité dans la montée du FN.

    2. Bonjour. Comme vous avez raison !

      Vous aviez une majorité à vous seul à l’Assemblée, une majorité au Sénat, la quasi-totalité des régions, une majorité des communes, une opposition fragmentée, divisée, sans leader, cernée par les affaires… si un parti doté d’une telle puissance est incapable de commencer le début d’une perspective de politique de gauche : Comment reprocher aux citoyens de ne plus croire en un système électoral aussi intrinsèquement défaillant ?

      Sauf que le problème ne réside pas dans le système électoral. Il se trouve tout simplement dans la réalité: Une politique de gauche , telle que définie dans les promesses avant élection est impossible. S’il suffisait de prendre aux riches et donner aux pauvres, il y a longtemps que se serait fait et nos problèmes résolus.
      Je me répète: on ne peut envisager des solutions au ‘soliton’ qu’après une révolution copernicienne politique, autrement dit, après l’abandon du manichéisme opposant les bons (nous..) aux mauvais (eux..) et la considération rationnelle de toutes les réalités psychologique, économique, environnementale et démographique.

      1. Une politique de gauche , telle que définie dans les promesses avant élection est impossible. S’il suffisait de prendre aux riches et donner aux pauvres, il y a longtemps que se serait fait et nos problèmes résolus.

        On pourrait peut-être exiger de nos (futurs) élus qu’ils mettent en place certains outils
        * Interdiction des paris spéculatifs (P.J.)
        * Taxation du capital (Piketty)
        * Référendum d’initiative populaire

        ….

      2. « S’il suffisait de prendre aux riches et donner aux pauvres »

        Mais est-ce que les riches sont d’accord ? Je me suis laissé dire que nombres d’entre eux n’étaient pas obligés de faire une pétition pour se faire entendre du gouvernement !

  25. Bonjour
    Le vote blanc n’étant pas comptabilisé dans le pourcentage final, il ne reste plus que le droit de
    s’abstenir pour protester, et peut-être, par là-même, questionner ( on peut rêver ) cette « élite » médiocre » et insignifiante, à laquelle appartient M. Vals.

  26. Je ne crois pas que manuel Valls soit autiste ou sourd. Je crois qu’il a décidé -en toute sincérité ou par ambition, je n’en sais rien – de ne pas tenir compte de son peuple, ou de la partie minoritaire de son peuple qui renâcle à se laisser gouverner de pareille façon.

    Je viens de (re)lire un livre qui m’a semblé remarquable par la simplicité de ses propos : « L’Empire de la Honte » de Jean Grenier – ou de quelle façon nous sommes les témoins impuissants (jusqu’à maintenant) d’un mouvement général et mondial de re – féodalisation où importe seulement la maximisation de profits juteux quel que soit le prix à consentir (y compris celui de la survie des pauvres surtout, des enfants notamment, et au moyen de la dette exponentielle qui est cyniquement imposée, sans parler de la perte des souverainetés nationales …) édifiant ! les exemples repris témoignent de belle et très lumineuse façon de l’effondrement démocratique actuel.

    Il convient je crois de tout essayer, même si, comme cela a déjà été dit, c’est sans succès apparent à court terme. Je signerai, donc (j’attends les instructions pour ce faire), et avec une sincère gratitude envers les initiateurs de cette lettre.

    1. Vous l’avez lu?
      Ce livre est de Jean Ziégler, pas Jean Grenier. Distraction ou gag?
      Si c’est un test, personne n’a relevé votre gag en un peu de plus de deux heures d’affichage. 🙂

      1. Si si Leboutte mais on préférait voir afficher le nom de Grenier une seule fois, même faussement, sans ajouter celui de Z… une nouvelle fois de trop.

      2. non, c’était par pure et innocente distraction … mais j’aimerais bien savoir et comprendre pourquoi c’est si grave ? ! aucun des deux qui ont relevé l’erreur (vous, et l’autre ci-après) ne m’aident le moins du monde en la matière. Je n’ai jamais lu Grenier et je me demande bien comment j’ai pu faire ce lapsus peut être révélateur (mais de quoi donc, Vindiou ?). Je maintiens simplement que j’ai apprécié le côté simple, clair et non intello de la démonstration qui ne contredit rien, me semble-t-il de tout ce que j’ai lu sur le présent blog. Certes, certes, je ne suis pas née de la cuisse de Jupiter autant que je sache ; ceci expliquerait donc peut être cela : que j’ai pu oser faire tâche sur ce blog, sans avoir la moindre notion de l’ampleur de ma bévue. auquel cas, je plaide coupable bien entendu, mais sans démordre de mon appréciation première, dénuée de tout préjugé de caste. Bon, n, on peut passer à autre chose maintenant ?

      3. C’est fait, ma chère. Mais vous auriez pu être une blagueuse bien sûr.
        Je suis un fan absolu de Jean Ziégler? S’il fait une conférence à 100 km, j’y vais, et je conseille à chacun de l’écouter si l’occasion se présente. Il est pour moi une des grandes consciences de notre temps.

        Cordialement,

        G.

  27. très bien vu Zébu.

    Une mise en perspective remarquable des propos récents de notre PM en perdition.

    Quant à l’initiative, je crois plus dans des actions que dans des pétitions, mais pourquoi pas ?

    CM

  28. J’aime la citation du « Naïf » : « Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes ».
    Je trouve quant à moi que M. Valls, comme M. Hollande, sont cohérents avec cette gauche, et ils ne me déçoivent pas. Quand mes ancêtres se battaient avec les républicains espagnols en 1936 cette gauche leur refusait les armes. Quant aux ancêtres de mes amis Algériens, ils se souviennent encore de M. G. Mollet et de M. F. Mitterand, entre pouvoir spéciaux, exécutions et traffics d’élection. Quant à mes contemporains ils se remémorent sans doute des brillantes analyses de cette gauche concernant le projet de constitution européen. etc etc…. Alors signer cette pétition pleine de bonnes intentions et qui manifeste une louable déception ne serait-ce pas encore se mentir à soi-même et faire croire que M. Valls, comme M.Hollande, comme au parti héritier des lâchetés de la SFIO, qu’ils ont pu, un jour, créer l’illusion ?.

  29. Ça serait bien de faire qq chose et je vous soutiens.
    Les pertes d’Areva sont de 5 milliards d’euros rien que pour cette année. Ça fderait 1000 euros par chomeur…
    Le dégout monte…

  30. Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes.

    Bossuet

    Mr Valls et consort sont de tels hommes. Ce n’est en effet, pas tant le score du FN qui monte, que l’abstention qui augmente. Lorsque l’on a dégoûté l’électorat de gauche, par des politiques qui n’ont rien de socialiste, comment pourrait-il en être autrement ?

    Donc, nous ne céderons plus au chantage à la menace FN, c’est un épouvantail tellement commode, qui permet d’éluder les questions de fond : à savoir que dans le cadre de l’UE actuelle, nous sommes dans un carcan économique, qui ne peut que faire augmenter le chômage dans les pays « les moins compétitifs », qui ne peut que conduire à l’appauvrissement des populations de ces pays, car l’UE n’est pas une association de pays solidaires, mais de pays en concurrence sauvage, pour le plus grand profit d’une oligarchie transnationale.

    1. Pardonnez-moi ce pédantisme un peu tatillon mais, ayant vu plusieurs fois cette citation formulée quelque peu différemment, l’idée m’est venu de gratter un poil du côté des sources.

      Sans chercher bien loin (wikiquote), voici la citation originale :
      « Mais Dieu se rit des prières qu’on lui fait pour détourner les malheurs publics, quand on ne s’oppose pas à ce qui se fait pour les attirer. »
      Histoire des variations des églises protestantes, Bossuet – Œuvres complètes .

      Cela dit, je dis « Oui » pour une pétition, (au moins pour se rendre compte du niveau de percolation et pour se compter).

  31. Le déni de réalité est un grave problème.
    Peut être pourrait-on lui indiquer l’adresse d’un bon hôpital psychiatrique ?

    Sinon, je suis favorable à cette lettre et à sa diffusion par pétition. Je la trouve même plutôt gentille.

  32. Je signe car je n’ai aucune raison de ne pas signer.
    Je connais trop l’indestructible bêtise bouffie d’orgueil de ces gens là, pour savoir que rien n’ébranlera leurs convictions. Mais si ça peut les pousser seulement de 1 Angström vers la sortie, c’est déjà ça.

  33. Paul Jorion, dans une récente vidéo, vous vous interrogiez sur la causalité faisant que votre blog ne rencontre pas un écho large, citant par exemple, les téléspectateurs de TF1.
    La réponse se trouvait dans la question, puisque TF1 est la propriété de Bouygues, et n’a dès lors aucun intérêt à la diffusion de vos idées.
    Il en va de même, des journaux détenus par des banques et industriels.
    Par conséquent, l’unique moyen de faire progresser les idées du blog, ne réside pas dans une pétition, qui ne rencontrera que peu d’écho(et qui serait, en cas contraire,au mieux éphémère).
    L’unique solution, à mon sens, est l’action politique, dans le réel, par le biais de la constitution d’un mouvement ou d’un parti, se présentant aux élections, garantissant ainsi, par le biais des obligations légales applicables à la presse, un temps de parole dans les médias à forte audience.
    Evidemment, c’est du boulot, cela demande de la logistique, le sens du détail, de l’organisation, etc, ce que nombres de personnes, préférant les idées à la matière, sont incapables de réaliser, préférant un bon livre à une sortie collage d’affiche.
    Pourtant les idées doivent, pour progresser, s’accompagner d’action réelle, en somme de matérialisme.
    Sans action politique, vous en resterez au stade des idées.Ce qui est utile lorsqu’elles se diffusent, car il y aura toujours des volontaires pour les mettre en place.
    Mais dans le système tel qu’il est organisé aujourd’hui, les idées du blog ne se diffuse que sectoriellement, et sont vouées à rester cantonner à la part des 100.000 personnes que vous évoquiez.
    Elles n’avanceront que par une percée dans les médias dominants, à forte audience, ce qui ne peut se faire que par la seule ouverture possible: la participation aux élections, et la garantie d’un temps de parole que cela induit.

    Exemple:
    Dans mon entourage familial, personne ne connait le blog de Paul de Jorion.
    Cela ne serait pas le cas, si il y avait participation à des élections.

    1. Dans mon entourage familial, personne ne connait le blog de Paul de Jorion.

      Comment voulez-vous convaincre des milliers de gens en collant des affiches si déjà chez vous le milieu reste imperméable, malgré j’imagine vos efforts d’explication ?

      Pour faire bonne mesure, chez moi c’est pareil, mais il y a longtemps que j’ai renoncé à coller des affiches.

      Quant à construire un nouveau parti, comme vous le dites, c’est du boulot !!

      Mais pour ne pas rester sur une note pessimiste je crois au contraire que les opinions basculent petit à petit. Les émissions d’Arte et / ou les reportages d’A2 ou certains films par ex font bouger les lignes, preuve que dans la doxa cela fermente gentiment.

      Il arrive un moment ou les scandales ordinaires apparaissent pour ce qu’ils sont ; insupportables, ou l’impensé d’une époque se dévoile et devient scandaleux, un moment ou les consciences sont affectées, donc mises en mouvement.
      (Voir Frédéric Lordon; la Société des affects)

  34. Comment se fait-il qu’avec un niveau de prélèvements obligatoires aussi élevés, la France ne réussisse pas mieux? Quelles évolutions de l’utilisation de ce déplacement de ressources pourraient améliorer l’efficacité de l’état social, réduire le chômage…
    Les libéraux affirment que c’est justement ce niveau de prélèvements qui empèche la France d’aller mieux.
    Ce que je veux dire, c’est que je ne vois pas bien les perspectives d’amélioration qui se dégageraient de ce billet. Bien que je sois d’accord avec la musique qui s’en dégage, je ne signe pas faute de bien en comprendre les paroles.

      1. Il n’y en a peut-être plus, mais l’état providence a bien contribué au développement, si on en croit Eloi Laurent et son « Bel avenir de l’état providence ».
        Il me semble que la redistribution n’est pas assez mise au service de notre adaptation.
        Quant aux dettes, nous finirons bien par renoncer à les rembourser, comme ça a toujours été le cas. Il est possible de continuer à se mentir encore un temps, mais ça va péter!
        Pour ce qui est de l’Euro, comment peut-il survivre si la redistribution solidaire au sein de l’Europe ne se met pas au niveau de ce qui se passe entre les régions d’un même pays (par exemple en France, la région Ile de France redistribue environ l’équivalent du produit d’une ville comme Nantes aux autres régions, en particulier vers le sud). Est-ce que les Européens sont prêts à s’engager dans une telle redistribution?

  35. Pourquoi se soucier de Manuel Valls et encore plus de ses proférations ? Comme si c’était lui ou son président qui avait le pouvoir… M’enfin.

  36. Je trouve épuisante cette propension de Jorion et ses amis à faire semblant de croire que nos politiques sont de bonne foi…
    Valls parle d’un côté (il faut bien dire quelque chose au petit peuple) et a une action de l’autre, mais celle la est dans l’intérêt de ses amis, soit les lobbies qui gravitent autour du pouvoir. Donc il faut maintenir l’euro même s’il est failli, il faut faire de l’austérité parce qu’avec un euro a ce niveau on a effectivement un problème de compétitivité, il faut déréguler parce que sans frontière ni droits de douane, on trouvera toujours un bangladais pour faire le boulot a la place du prolo français, il faut laisser les banques spéculer parce que la dette (qu’il faut « évidemment » rembourser) est financée par ces mêmes banques, etc, etc…
    S’il vous plaît, monsieur Jorion, arrêtez donc de prendre ces gens pour des hommes sincères; car si eux vous savent sincère, il nous prennent vraiment pour des imbéciles!

    1. oui, je suis tellement d’accord avec Totor ! et je l’ai dit il y a longtemps sur ce blog… Il a simplement été oublié que les hommes pouvaient agir par pure perversion, et même les politiques !

  37. Excellente initiative qui malheureusement ne forcera pas les ânes à boire…
    Peut être la compléter en montrant la continuité de nos élites ( ou supposées telles…autoproclamées !!! ) et leurs champions, les Présidents Sarkhozy et son discours de Toulon et Hollande du Bourget, à nous faire prendre les vessies pour des lanternes……
    Les grecs ont Siriza, les espagnols Podemos…et nous ???? Nouvelle donne …..???? ( déjà dans la sauce politicienne !!), peut être n’avons nous pas assez touché le fonds…pour nous permettre de mettre le grand coup de pied salvateur ???
    la mécanique se remonte….les situations se tendent….ce n’est qu’une question de temps….continuons à semer, sans se décourager…..merci au blog de PJ…

  38. J’ai comme un doute sur la capacité de cette très sympathique initiative, non à pouvoir changer le cours des choses – hélas, 3 fois hélas – , mais à seulement retenir l’attention de notre petit caudillo national. En effet, les Valls, Hollande et avant eux, Sarkosy, Villepin Chirac etc… ne sont que les fondés de pouvoir de la caste des gros plein de fric de ce pays, dont par ailleurs Gattaz est le représentant syndical officiel. Cette caste les a placé là, à charge pour eux de lui garantir ses privilèges et ses revenus, le tout sous le contrôle bienveillant et pointilleux de l’Allema… Pardon, de l’Europe. C’est ainsi qu’un salaire se transforme en charge alors qu’un dividende versé à l’actionnaire, représente bien sûr un vrai bénéfice pour l’entreprise. Donc, le Valls, cette pétition, il s’en fiche déjà avant même sa publication.

  39. Mais dans le système tel qu’il est organisé aujourd’hui, les idées du blog ne se diffuse que sectoriellement, et sont vouées à rester cantonner à la part des 100.000 personnes que vous évoquiez.
    Elles n’avanceront que par une percée dans les médias dominants, à forte audience, ce qui ne peut se faire que par la seule ouverture possible: la participation aux élections, et la garantie d’un temps de parole que cela induit. Rémi

    Résumé : Je rejoins, Rémi et peut être d’autres sur ce point de vue. Au delà des quelques heures passées à découvrir l’univers de la Real Politik Idéaliste de la la série Borgen, toutes mes réflexions et mon intuition convergent vers la nécessaire création d’un parti européen, seul moyen de prendre le système à revers d’après moi. Et on en a les moyens techniquement maintenant avec le web participatif et (c’est la nouveauté!) collectif !

    Réponse à la question posée sur cette pétition : Oui… et non!

    Oui sur le principe.

    Pour tenter un « surf » sur cette opportunité offerte par M. Valls dans son discours.

    Non sur la forme d’une simple pétition « au format texte »

    A l’heure du web qui nous réunit ici il faut au minimum :
    — Une mise en page qui traduise un fil, une histoire, qui accroche l’oeil et facilite la compréhension et la mémorisation. Je peux vous soumettre un projet pour participer; et ce serait mieux encore avec quelques dessins, schémas, ou caricatures.
    — Une version internet, sous forme d’une page-site, qui permette de rassembler les emails et commencer à constituer un « trésor de guerre » en terme de communication. Et ne surtout pas céder cette fonction à un site spécialisé dans les pétitions, dont la fonction est de récupérer des emails pour on ne sait trop quelle fin. la aussi , je peux aider j’ai un serveur avec une bande passante inutilisée tant que cela ne dépasse pas les quotas!

    Sur la forme toujours,
    — Pour faire « tilt » aupres du public, il est necessaire de toucher une perche mentale existante dans le cerveau du public, pour que l’interet soit déclenché. Le plus simple et efficace est d’associer des noms « connus » que cela soit (je rigole mais. bon.. la la fin justifie tous les moyens!) des stars du cinoche, du foot ou que sais je encore… ah! Madonna!

    Ensuite, sur le fond,
    — une telle occasion de « .com » ne doit pas être gachée. Il convient de « Capitaliser » dessus. C’est tout un boulot de communication de mijoter un écho de ce genre, quoi qu’en disent les médias qui présente la magie du « Buzz » internet, derrière il y a une dépense d’energie et vous en savez quelque chose. Donc il faut « SURFER » et ancrer ce « contact » avec un groupe, un projet, qui ait du corps un avenir. Sinon, à quoi bon?

    En communication, on a plus souvent un fusil a un ou deux coup qu’un revolver a six coups et encore moins une mitraillette.

    Et pourquoi ne pas aller plus loin? Beaucoup plus loin!?

    => Annoncer… (ou lancer l’idée de et proposer de rejoindre le mouvement en gestation), la création d’un parti européen « citoyens de l’europe », européen au sens de.. européen : dont l’objectif numéro 1 soit de représenter les européens aux prochaines élections parlementaires
    => qui puisse faire ses dents lors des prochaines élections nationales
    la « logique » étant inversée : à la différence des partis nationaux qui mandatent des représentants au parlement Européens, il s’agirait d’un parti.. européen, qui « mandaterait » des représentants locaux!

    L’idée est à peu près aussi folle que la création du parti des « Nouveaux Démocrates » dans le monde virtuelle de la série Borgen, série qui constitue une passionnante immersion pédagogique dans ce que pourrait être une « idéal Politik, réaliste… » Pédagogique, ou anticipatrice? That is the question!

    Mais de nos jours, les idées les plus folles sont aussi celles qui ont le plus de chance.. de passer les seuils des 1001 barrages de l’information et paradoxalement.. qui peuvent avoir plus de chances de réussir!!

    1. D’accord avec vous. Le repli chauvin est une capitulation sans condition. Mais il faut un programme. Sur ce blog, je ne vois guère de consensus sauf sur l’interdiction de la spéculation, il en faut d’autres.

    2. Est-ce que ce serait de l’ordre du rêve que d’entamer la rédaction d’une constitution pour l’Europe ? (Parce que celle dont on nous a botté le cul y’a quelques années … Je me souviens des réflexions autour de moi, et la mienne comprise, « Hein, quoi ? C’est ça une constitution ? Et où est-ce qu’on vote ? ») Sur 100 000 personnes qui fréquentent le blog, ce serait bien le diable s’il n’y avait pas quelques juristes, économistes et autres spécialistes capables et qui auraient envie de la faire. Et puis s’il y a aussi quelques Grecs, Allemands, Danois, Espagnols, etc, qui passent par ici …

      Créons un assemblée constituante. Au lieu de créer un parti et ensuite trouver un projet, ce serait un projet autour duquel pourraient se développer beaucoup de choses.

      Il est possible que cela ait déjà été fait par ailleurs, mais j’ai pas tout suivi non plus.

      1. Constituante? Il me semble que cela s inscrit dans une démarche révolutionnaire. Or nous en sommes loin et nous sommes milles fois mieux pourvus que nos camarades de 1789 :: la démocratie est la, fonctionne depuis 50 ans : A nous de nous en servir déjà, avant de dessiner autre chose. Nous avons une chance fantastique de vivre notre époque! Quel confort! Quelles possibilités!! 😇 et même sans révolution, sans faire couler le sang, sans attendre une grande famine.
        Bref, il me semble beaucoup plus simple de créer un parti dans un premier temps et d’acceder par les lois de la démocratie a la parole, aux médias et aux financements par ailleurs détournés et utilisés a milles autres fins personnelles… Le gâteau est la, et c est un gateau en forme d échelle pour le peuple qui saura s en saisir accompagne de bobos éclairés z et bienveillants! Hugh

      2. M’enfin, j’ai écrit nul part que je souhaitais faire couler le sang !?
        J’ai utilisé deux mots qui ont effectivement une résonance historique, mais j’ai bien écrit UNE assemblée constituante, et pas une copie ou une imitation de L’Assemblée Constituante de 1789.

        Maintenant créer un parti qui causera finance et uniquement, ça percolera pas (ça y est j’lai placé) dans les salles de pause de l’usine. Et causer finance et subprimes debout sur une caisse un dimanche matin au marché de Daoulas ça risque de créer plus de gène que d’intérêt dans le regard des badauds.
        Y’a des mouvements ces derniers temps qui ont connu beaucoup de succès, et fulgurant, Occupy Wall Street , les Indignés et d’autres peut-être. Y’a aussi les Anonymous qui sont une force étonnante. Et tout ça sans parti.

    3. OUI OUI !! Quelque chose comme « CITOYENS d’EUROPE ».Cela aurait de la gueule.
      PJ serait peut-être d’accord ? A lui tout seul il dépasse les frontières avec aisance.Nous le
      savons.

      1. J aime beaucoup l association de common / commun et économie. Il y a quelque chose a creuser la! Jusqu’à a présent on avait la micro économie et la macro /je ne résiste pas la macreau / économie. Bref : a développer!

        Le mot decency en revanche induit une dose de morale, qui certed est essentielle sur le fond, mais que j aurais tendance a.. Masquer par la notion d efficacité qui inclut la decency /pour que cela marche il faut que tout le monde y trouve son compte. Donc juguler les indécences/ mais qui est plus apte a lutter sur le terrain de l efficacité, fer de lance du néo libéralisme…

        Dans cette veine, donc ca donnerait « Common économics efficiency »
        Avec économies au pluriel induisant l empilement des cycles d echanges variés a harmoniser… Et toujours cette belle idée d associer common et économies, et commons avec un grand C!!!
        Food for thoughts!

      2. Pas mal vu, roberto man.

        Efficiency peut être mis en avant, et « decency » en sous-titre, libre aux différentes communautés de s’approprier un morceau ou l’autre
        (un peu comme les mots peuple/nation/état dont les liaisons peuvent être discutés sans fin, l’important étant que ce questionnement se fasse sous un jour d’émancipation et pas sous l’accumulation d’aliénation )

  40. Un brein ridicule est de se revendique de gauche dans un pareil contexte.
    D’autre part, ce serait une erreur de ne pas balayer avec le porte voix sur toute la surface de l’échiquier politique.
    Vraiment pas utile de se revendiquer de gauche. L’enjeu dépasse cette question.
    Il faut s’adresser à tous et s’émanciper du père si je puis dire.
    Je ne pense être ni naïf ni opportuniste.

  41. Une pétition? Si je pouvais j’en signerais mille par jour. J’en ai mal au poignet. Y-en a-t-il une seule de toutes celles qui circulent sur la toile qui ait changé quoi que ce soit à la face de l’immonde? Et notre bulletin dans l’urne, ce n’est pas une pétition? Et le bulletin blanc que je vais déposer, pour la première fois depuis que j’en ai le droit (et le devoir?), soit une quarantaine d’années, que je vais déposer donc aux prochaines départementales (c’est quoi ce machin?), au premier comme au second tour, et aux régionales, et aux européennes, et ad nauseum? A quoi sert ce simulacre? M. Juncker, deus es Europa, l’a clairement dit: à rien. Partout le déni et la tromperie. Une pétition pour dire que ni le torero ni le péhesse ne sont à gauche? Pourtant, quand il s’agit d’eux, entendez-vous, lisez-vous (je veux dire: ailleurs que sur le blog de Paul Jorion, par exemple) autre chose que cette « vérité »: le péhesse, c’est un parti de gauche? Qu’il disparaisse comme c’est le cas le plus probable, et pour longtemps, voire pour toujours, en 2017 n’a rien pour me rassurer. Ce sera au profit de plus ardents zélotes de la religion féroce, voire pire (est-ce possible?). Entre le rose depuis longtemps fané, le rouge désenchanteur, le vert couleur crocodile de portefeuille de ministre, le bleu qui n’a de républicain qu’un paravent pour la loi du plus malin et le brun-marine, je n’ai plus envie de choisir. Qu’ils aillent tous vallser.

  42. C’est à eux qu’il faut s’attaquer !! (et leur envoyer un courrier ne servira à rien)

    « Les politiciens n’ont aucun pouvoir puisqu’ils sont l’émanation du pouvoir économique. Donc ils sont juste là pour légaliser ce que le pouvoir économique a envie de faire passer comme lois. » Audrey Vernon

    http://dai.ly/x2ind89 • Durée : 4 min • Date : 04-03-2015 • Source : Audrey Vernon

    1. C’est ce que je pense aussi.
      Les voir tous ainsi, plus ou moins déterminés (pour quoi faire ?) derrière les créneaux, avec un armement hétéroclite, casque de fortune sur la tête, barbiche au vent, ne me rassure pas du tout.

  43. Le texte est excellent en ce qui concerne la synthèse des prédations opérées par les gouvernements de François Hollande.
    Mais il y a les limites du pétitionnement, relevées par Di Girolamo et quelques autres. Et il y a pour moi un second problème :

    Que désigne désormais le mot « gauche », et à qui appartient-il aujourd’hui?

    Hollande est étiqueté socialiste, et Valls se dit de gauche – alors que nous voyons bien qu’ils sont d’une droite concurrente de l’UMP dans le régime de l’alternance.
    Même si Frédéric Lordon se réclame de la gauche, qu’il définit et re-définit, en termes touchants et volontaristes, sous le titre « La gauche ne peut pas mourir » , et même si Paul Jorion aussi brandit ça et là l’étendard de la « gauche », et quelques autres encore, est-ce que cela suffit pour que le mot conserve le sens des origines (un peu douteuses) ou celui des batailles et des acquis du passé?

    Si nous observons les médias, l’expérience grecque, au programme modéré qu’on aurait appelé social-démocrate dans les années 1950, est désignée partout sous l’expression de « gauche radicale », car la « gauche », c’est le SPD du gouvernement Merkel, ce sont les collaborationnistes espagnols du PSOE ou la bande à Hollande.

    C’est l’usage qui décide de la langue, pas nos volontés individuelles.

    « Gauche » est un mot usé, violenté, décharné, désossé, lessivé… Ses représentants sont de nouveaux notables, bien installés dans la corruption des idées et de l’argent.

    Si on veut être entendu par les 55 pc d’abstentionnistes, je crains qu’il ne faille trouver autre chose…

    _______

    Post scriptum: J’aimerais avoir l’avis de Jean-Claude Michéa! 🙂

    1. Il me semble qu’une grande quantité de mots ont vu leur signification « inflationnée » (entre autres ceux de … « libéralisme » et « capitalisme »!). Je pense que, en général, on peut « re-sémantiser » de tels mots inflationnés. Ça demande un effort, mais dans certains cas ça peut en valoir la peine. Un pan de la théorie d’Alain Badiou permet de penser cela, c’est sa théorie des procédures de vérité, avec, plus particulièrement, la notion de « subjectivation » (du Sujet d’un parcours de vérité) et, plus spécifiquement encore, celle de « résurrection » (d’une Vérité).

      Dans le cas du mot « gauche », au vu des défis qui sont les nôtres (si l’on suit les analyses de Jorion, Stiegler, Lordon et d’autres personnes intelligentes et de bonne volonté de ce genre), il me semble que ce mot (gauche, mais aussi socialisme) vaut tout à fait la peine d’être re-sémantisé.

      L’usage par Valls, Hollande, Renzi, Blair et d’autres du mot « gauche » est nul et non avenu.

      L’idée, d’après moi, c’est que l’idée de « gauche » (et « socialisme ») est suffisamment puissante (c’est une sorte de « attracteur » mathématique en politique) pour ne pas avoir à s’émouvoir des vicissitudes politiques récentes (qui essayent de la prostituer sans vergogne). C’est nous qui avons à être à la hauteur du défi, en pensant à nouveaux frais l’idée fondamentale, qui est celle de « partage équitable, solidaire et humaniste » (ou quelque chose comme ça). Si nous proposons une vision cohérente et puissante, le reste suit (un jour ou l’autre). Paul nous y aide beaucoup et il n’est même pas seul au niveau des théoriciens. Nous pouvons y arriver

      1. J’espère que vous avez raison.
        Mais il se peut aussi que le sauvetage du mot ne soit pas nécessaire, et Podemos a fait le choix de ne plus l’utiliser comme étendard, ce qui lui permet d’accroître son électorat sur pièces, sans être parasité par les conflits du passé: des électeurs traditionnels de droite peuvent le choisir sur sa pratique et sur son programme, toute étiquette écartée.

        Moi qui ne suis pas un fan de Michel Onfray, qui vient de bien se disputer avec Manuel Valls, je reconnais avec plaisir la qualité de son intervention au micro d’Europe1. Elle est excellente! Il se réaffirme de gauche et certifie que Valls n’y est plus, ni son parti depuis le « tournant de la rigueur » de Mitterrand en 1983. Ça commence à faire long.
        Vidéo dans cette article:
        http://www.lalibre.be/actu/international/michel-onfray-a-propos-de-valls-cela-s-appelle-un-cretin-54fd67f035707e3e93c9361f

    1. @Un naif

      Cette lettre de Maryse Souchard est pas mal non plus, et si elle a les mêmes arguments où peu s’en faut, on y trouve en plus l’énergie d’une saine colère qui me manquait un peu dans la « notre ».

  44. Le pire serait de ne rien faire.
    Je signe en tant que citoyen belge. J’ aurais préféré le faire en tant qu’ européen mais au vu du gâchis ce sera non.
    Je fais parvenir mes coordonnées complètes via / me contacter.

    Merci

    1. Le pire serait de ne rien faire.

      Ah bon! A faire et à défaire, on n’est pas à rien faire?
      Si vous ne savez pas quoi faire, ne faites rien, car si le pire est de ne rien faire, faire n’importe quoi ça donne l’impression de faire quelque chose.

      1. Oooooh ! Quelle culture ! Et quelle drôlerie ! T’as bien fait de venir Dissonance, tu nous aurais manqué.

      2. Je pourrais sans doute en dire beaucoup plus à la suite d’une telle proposition mais je ne voudrais pas paraître désobligeant.

  45. Je trouve que l’idée est bonne, mais je crains que cela ne changerait pas grande chose. La priorité du PS c’est de gagner un maximum de voix. Le bonheur du peuple n’y a aucune place.

    Valls panique parce que Le Pen prend des voix au PS, les propos de Valls au sujet de ses inquétudes pour la France sont de la pure hypocrisie démagogique.
    Le soucis du PS c’est de mener une politique alignée aux directives allemandes et donc néolibérales, au prix d’une dégrangolade sociale/déstructuration de la société encore plus marquée

    1. interessant les commentaires sur l’article du point, pas un seul a faveur de la grèce et tout le monde qui dit vite vite sortez les de l’europe! bref la panique totale devant la déferlante de barbares… Joli coup du ministre Grec en question il a mouché la ou sa fait mal…

    2. « Si l’Europe nous lâche en pleine crise, on l’inondera de migrants, on leur distribuera des papiers valides qui leur permettront de circuler dans l’espace Schengen. Ainsi, la marée humaine pourra se rendre sans problèmes à Berlin. Et tant mieux si, parmi ces migrants, se trouvent des djihadistes de l’État islamique ». Et d’ajouter : « Si l’Eurogroupe nous cherche des ennuis, nous frapperons à notre tour. »

      Quel bel homme ! Quel tact et quel talent de négociateur ! La Grèce est sauvée avec des types de ce genre, merci Syriza !

      (Vous lisez les articles que vous collez ?)

      1. Rien de nouveau, au 15 siècle de nombreux Grecs ont préféré l’occupation ottomane au sectarisme et à l’arrogance des « Francs ». Ils ont ainsi laissé passer en Europe des millions de « jihadistes », pas jusqu’à Berlin mais Vienne.

      2. On a vraiment la fine fleur. Un ministre de la défense appelle de ses souhaits, dans une grande clarté, des actions terroristes en Allemagne, et on a des types qui applaudissent et justifient…

      3. Julien Alexandre
        M’enfin il ne s’agit pas d’applaudir à des propos qui ne font que traduire une grande nervosité de l’exécutif grec, placé entre marteau (l’UE) et l’enclume (le demos), alors que qu’apparaissent, pour le côté spectaculaire, ce qui ressemble à des rationnements pour cause de manque de liquidité (les bières belges notamment).
        L’intransigeance de l’UE risque seulement d’aboutir à une volte-face définitive de la Grèce qui par bien des aspects est plus une interface entre Orient et Occident qu’un pays strictement européen.
        Au 15eme siècle c’est le catholicisme féroce qui avait fait échoué les plans de sauvetage de Constantinople et précipité la Grèce dans les bras des Ottomans. Aujourd’hui c’est une même religion féroce qui risque d’obliger les Grecs à aller chercher autre part leur bonheur.

      4. Bonjour à tous ! Ca farte ?

        La haine, à juste titre, de la « religion féroce », (qui n’existe pas selon moi, c’est un effet de style littéraire), permet de vérifier que pleins de gentils humanistes brailleurs, pourraient finir en bien mauvaise compagnie par inversion des réalités et modification du sens des concepts. Bref, cette époque est passionnante.

        C’est pour ça que je trouve contre-productif et parfaitement confusionnel de parler de « fascisme en cols blanc » ou de « dictature » en parlant du libéralisme. C’est idiot !

      5. Et vous julien Alexandre c’est boa constrictor ou Pitbull ??
        voilà un exemple des enfants de choeur qui se baladent dans les vertes contrées hélleniques et dont MS Tsipras et Varoufakis ont conscience, impayables non ?

        http://rue89.nouvelobs.com/2013/09/28/coup-darret-neo-nazis-daube-doree-grece-246147

        Je cite un extrait :
        Dans un éditorial alarmiste sur la montée de la violence d’Aube dorée, il y a deux jours, le quotidien britannique The Guardian évoquait cette crise en des termes inquiétants :

        « Le défi d’Aube dorée ne s’adresse pas seulement au pouvoir de l’Etat grec. S’il continue à croître, il concernera son essence démocratique. Les Grecs ne peuvent pas se permettre d’attendre la prochaine crise.

        Le temps que se brise l’indifférence de leurs créditeurs d’Europe du nord face aux conséquences humaines et sociales de leurs actes, il sera trop tard. La prochaine crise risque fort d’être d’une toute autre nature ».

        la forme ou le fond ?
        désolant, vous n’avez rien compris ! !

        @ Cloclo ratiociner sur des mots ne mènera nulle part, concernant vos propos je suis sure que les grecs apprécieront……….quant à vos raccourcis faciles et douteux relatifs au libéralisme je vous en laisse la propriété, ça n’est certainement pas du libéralisme, les idéologies sont dévoyées par des egos et des ambitions malhonnetes , c’est tout !

        Pour info le guardian : http://fr.wikipedia.org/wiki/The_Guardian

        The Guardian est un quotidien d’information britannique fondé en 1821. Sa ligne éditoriale relève du social-libéralisme (centre-gauche)1. Membre éminent de la « presse de qualité » britannique, le site internet du Guardian est en 2012 le troisième site de presse le plus consulté au monde2.

        libéral vous avez dit libéral ???
        le téléphone pleure…………..

      6. C’est bien beau Gudule, mais on a toujours pas compris en quoi les propos de Kammenos ne sont pas à gerber, à part le relativisme du pauvre « oui, mais regardez, ça peut être encore pire ». Oui, merci on est au courant.

      7. à propos de Y. Varoufakis :

        « Le mode était meilleur quand il permettait à de formidables personnes comme Margaret Thatcher d’arriver au pouvoir »

        Eloge de la Dame de Fer, par le spécialiste des Jeux (ils sont faits), lors des funérailles de l’amie de Pinochet…

        Alors, c’est pas marrant ça.

        source « Le Canard Enchaîné » O4 Mars 2O15 , Article « Prise de Bec », titre de l’article : Yanis Varoufakis: Il en fait un marx.

      8. Kommunist, tu l’as lu le billet du blog de Varouf d’où est piquée ta minable citation ? Manifestement non.

      9. Oui JA je vous l’ai déjà dit , ces propos ne sont pas acceptables, ils sont juste à replacer dans leur contexte………..ce qui ne les justifie pas non plus, cela va de soi.

        Le relativisme qu’il soit du pauvre ou du riche ne m’interessent pas, je dis simplement qu’il faut replacer les éléments dans leur contexte, cela n’exclut en rien le le fait de constater que ces propos sont graves, aucune misère n’est RELATIVE, qu’elle soit materielle ou intellectuelle.

        Kammenos qui l’a mis à ce poste sensible ?
        Ce n’est pas le recul ni la sagesse qui semblent prédominer chez cet individu …
        Bon on peut aussi se poser la question de sa nomination à ce poste ?

        un pitbull ça mord, ça montre les dents, ça peut être trés féroce, mais pour les talents de négociateur ça se saurait………………….

        cela dit en face dans un style plus feutré et odieux voire infect, vous me concéderez que c’est pas mal aussi …

        vaut il mieux en rire ou en pleurer ?

        la seule chose qui permet au mal d’avancer est l’inaction des hommes de bien. Edmund Burke

      10. Oui JA je vous l’ai déjà dit , ces propos ne sont pas acceptables, ils sont juste à replacer dans leur contexte………..ce qui ne les justifie pas non plus, cela va de soi.

        Si le contexte ne justifie pas le propos, il fait quoi alors ? Il en limite la portée ? Le fait que la Troïka ait traité les Grecs comme des chiens, ça doit relativiser la portée des mots du ministre de la défense grec ?

        Rire ou pleurer ? Personnellement, je vomis depuis que Tsipras a fait alliance avec Kammenos, mais chacun son truc.

      11. Et en plus il nous cite du Burke cet innocent…
        (et même un Burke je te dis pas ce qu’il aurait pensé et écrit de ce Kammenos…)

    1. Ce n’est pas beau la gueule du malheur, de la misère, de la peur, de la souffrance !

      quand vous arrêterez de vomir, vous n’aurez plus peur des pleins de soupe qui aboient et se dégonflent comme des baudruches quand il y a le feu dans la maison…………….

      amicalement votre

      1. C’est tout à votre honneur de vivre en conscience avec vos principes, grand bien vous fasse !

        les miens ne m’interdisent pas de regarder la misère en face et de rester fidèle à ma conscience, sans haine et sans reproche, c’est mon choix !

        @ vigneron
        ni innocent, ni coupable, pourquoi on est au tribunal ?
        c’est quoi cette pseudo morale à 2 balles ?

        et même un Burke, je vous dis pas ce qu’il penserait de votre étroitesse de vue..)

      2. Gudule, vous esquivez la question, une nouvelle fois.
        Pour le reste, l’accusation vaine tombe à plat : les gens qui interviennent ou collaborent au blog ne sont pas exactement réputés pour être insensibles à la misère aux dernières nouvelles. Regardez, je suis même sensible à votre détresse à vous débattre dans le trou que vous creusez à justifier/pondérer/relativiser/contextualiser les déclarations de Kammenos !

  46. Au lieu de protester, d’aller contre (ce qui ne sert à rien), il faut créer à son tour. Faire autre chose, s’organiser différemment, penser et surtout agir différemment. Pourquoi ne pas créer une banque, à défaut de créer sa propre monnaie ?

    Parce que protester contre c’est déjà se positionner en « victime de », il faut déjà avoir le courage de faire une toilette mentale. Il n’y a pas de victimes. Dans un système où il y a des victimes, il y a forcément des bourreaux ! Quoi de plus naturel ! Alors il incombe à chacun d’être responsable, 100% responsable. Donc il faut créer autre chose pas se positionner contre. Sinon vous risquez de pédaler en rond pour encore un petit bout de temps, après le capitaine de pédalos (il va de soi).

    1. merci , JA, aucune détresse, pas d’esquive, pas de trou, alice va bien au pays des merveilles , alice n’aime pas plus les kammenos A2 jambes que vous, et je SAIS, on arrête d’en faire un fromage..grec, alice a sa conscience et Ja aussi, je ne justifie rien; par ce qu’il n’y a rien à justifier , il n’y a qu’à regarder et constater les dégats, en condamnant certes mais en évitant de juger à tout va sur des bêtises , bon sang de bois c’est de soutien dont LES GRECS ont besoin et ils vont bien devoir faire avec ce gouvernement avec tout ceux qu’il comporte de douteux !

      Là est le problème , c’est cela que je veux dire, les faits sont têtus , on approuve ou pas mais en attendant qui soutient les grecs ?

      Les grecs se battent point barre !

      Arrêtons donc de pointer la betise de ce type, ce n’est vraiment pas interessant et apportons plutôt du SOUTIEN pour que cela evolue favorablement pour eux !

      je n’accuse personne, je ne juge pas, j’observe, et des fois c’est vrai, c’est pas joli, joli alors on va s’exciter sur la misère intellectuelle du ministre de la défense ???

      UNE FOIS QU ON L A DIT IL Y A MIEUX A FAIRE C EST TOUT !

      Merci à vous JA, cordialement.

      1. Mauvais endroit.

        En fait, si l’UE avait réellement le pouvoir, les grecs auraient besoin d’être mis sous la protection et tutelle de l’UE. Comme toutes les nations du continent en fait. Mais avec la bande de nationalo souveraino pouet pouet de droite et de gauche c’est pas encore possible. Ca viendra ne désespérez pas !

  47. On appréciera à leur juste valeur les menaces toutes Kadhafiennes du sinistre Kammenos. Y’a pas, c’est la classe internationale ce salopard.

    1. Pour le moment, je trouve ça plutôt drôle.

      Une petite leçon de ce qui attendrait les intégristes de l’austérité si la Grèce échappait à tout contrôle. Kammenos est un tendron à côté des trésors vivants de l’extrême-droite grecque.

      1. Pour le moment, je trouve ça plutôt drôle.

        C’est clair : hilarant. J’avais un copain comme ça : il se bidonnait en mettant la main sur une plaque électrique allumée.

        Je cite Kammenos :

        « Si l’Europe nous lâche en pleine crise, on l’inondera de migrants, on leur distribuera des papiers valides qui leur permettront de circuler dans l’espace Schengen. Ainsi, la marée humaine pourra se rendre sans problèmes à Berlin. Et tant mieux si, parmi ces migrants, se trouvent des djihadistes de l’État islamique »

        Kammenos, il est « Charlie », hein Leboutte !

      2. @ Guy Leboutte
        Je ne trouve pas ça drôle, c’est idiot et contre-productif.
        Inutile de s’étendre sur cette déclaration, ce serait hors-sujet.

      3. En attendant, les « djihadistes » sont déjà à Berlin et personne n’y trouve rien à redire… Ils font pourtant beaucoup plus de morts…

      4. Ben, j’ai dit « pour le moment ».
        Je n’arrive pas à prendre ce gros bouffi au sérieux.
        Évidemment que ses déclarations sont odieuses autant qu’enflées, mais elles sont aussi des rodomontades complètement irréalisables. Croire qu’il serait en état, par la magie des passeports made in Greece, de rendre les frontières de Schengen poreuses, ça n’a pas de sens. Groucho Marx apprécierait.
        Il est surtout un opportuniste et un guignol, son parti est d’une fabrication récente et d’une longévité tout à fait inconnue à ce jour, et s’il était un facho cohérent, il ne serait pas au gouvernement Tsipras.

        Aube dorée en revanche, est un repaire de vraies crapules nazies, bien implantées et depuis longtemps, qui tiennent sous leur contrôle deux quartiers à Athènes.

        Si nous donnons tous nos superlatifs à Kammenos, nous n’aurons plus de mots pour Aube dorée.

      5. Ah, c’est ça l’explication… c’est pas grave parce qu’il peut pas le faire pour de vrai. Cqfd
        C’est pour ça qu’on s’offusque, on est bêtes à manger du foin : on pensait comme des ânes qu’il allait vraiment faire le tri et envoyer des djihadistes sur Berlin. Mais en fait, non. Ah ben ça va alors. Kammenos, reviens, tout est pardonné, tu es Charlie !

        Quant à Aube dorée et tous ces ersatz, pour ce qui me concerne j’en ai sous le pied, le réservoir est pas prêt de se vider.

    2. Ces propos sont odieux ! Je suis d’accord !
      D’où le danger à pousser les peuples qui souffrent dans leur retranchements !

      la provocation odieuse de kammenos ne vole pas plus haut que la bêtise, le cynisme et l’autisme de leurs adversaires , c’est evident !

      De la classe………….hum encore faut il qu’il y ait un homme politique qui soit un homme d’état ,qui ait de la hauteur et de l’envergure, ce qui me semble t il est plutôt difficile à trouver par les temps qui courent…..!!!!

  48. Je suis plus que favorable au fait que cette lettre soit soumise sous forme de pétition auprès de tous-tes les citoyens-nes, tous-tes les français-es…

    D’une part parce que cela pourrait enfin mettre au claire « des » raisons de l’abstention, raisons sociologiques et politiques, sociétales (engagements de faire cesser les contrôles aux faciès, d’accorder le droit de vote aux « Etrangers-ères »… reniés pour une base électorales de gauche) qui comme je le pense depuis un moment sont majoritairement celles de la déception, des trahisons, reniements, etc de la pseudo « gauche »… Mais pas que… Les vraies forces de gauche pourraient s’auto-critiquer par ailleurs de ne pas pouvoir bénéficier d’un report de voix. Qui puis est chercher des raisons de l’abstention par ce fait devient impératif.

    Surtout quand la droite est tentée d’occuper le terrain de l’abstention, paradoxalement au vu de sa « tradition » n’est-ce pas (?), et que le fhaine se sert de l’abstention comme preuve de vote d’adhésion à ses haines, à son fascisme « traditionnel »…

    Enfin quant-on constat le mépris institutionnel, gouvernemental qui est dirigé vers les votes abstentionnistes, des citoyens-nes républicaines-nes par ailleurs… l’intention de Valls et ses soutiens de préférer courir derrière l’électorat crédules, haineux plutôt que celui de l’abstention, vers ces 57% d’intention d’abstention aux prochaines élections départementales, on comprend comme raison d’un tel mépris le danger que serait une élection avec si peu d’inscrits votants-es… L’illégitimité à gouverner tous-tes, pour tous-tes en étant les représentants-tes que d’une minorité, illégitimité des tous-tes les élus-es de quelque partis qu’il soit, et pire encore, des institutions, etc, les mettrait en danger autant que la démocratie, etc.

    D’autre part cela pourrait revitaliser de manière horizontale le débat politique et public sur le domaine du social, sociétal, et économique par extension, dans ce pays sclérosé par ses « Zélites, Zlus-es », médias de masse aux ordres, etc, sur ces plans..

    Je persite donc et signe.

  49. Nous voterons donc désormais comme nous le pourrons, pas à droite, ni pour un parti qui conduit une politique d’austérité, évidemment pas pour le Front National. Nous voterons à gauche, nous voterons blanc ou nous nous abstiendrons, peut-être.

    Avec cette incroyable initiative, je viens de recevoir un texto d’une source bien intégrée, « en haut lieu ils sont terrifiés, sinon on a piscine à 18h30 », surement !

    1. Qu’est ce que c’est chouette d’avoir un troll qui chante le lundi au soleil ; elles sont où les claudettes ?

      qu est ce qu’on ferait sans les lutins …….

      1. Si on n’est pas en pâmoison devant le texte tiédasse et insipide de zebu on est un troll ? Alors vive les trolls ! C’est ce texte mon pauvre GUDULE qui s’apparente à une chanson de Claude François et vous êtes la Claudette (on ne voit pas ce que l’on a sous les yeux…).

      2. Non je ne pamoisone devant personne et encore moins devant un texte et je ne danse pas avec les trolls sont trop petits 🙂

  50. Hélas, je crains que le seul électrochoc qui puisse faire bouger les lignes en France c’est l’arrivée au pouvoir de Lepen. On assistera immédiatement à une régénération de la classe politique toute entière du fait qu’il ne s’agira plus d’être dans l’opposition mais dans la dissidence et je gage que les Valls et autres soupeurs bombeurs de torse de tous bords seront les premiers à s’échapper….

    1. @Dup

      je cite « Hélas, je crains que le seul électrochoc qui puisse faire bouger les lignes en France c’est l’arrivée au pouvoir de Lepen. »

      hep hep hep allez demandez aux citoyens grecs ce qu’ils en pensent avec aube dorée qui matraque à tout va moralement et physiquement et alors j’espère que vos souhaits s’orienteront vers une perspective moins néo fascisante, car en la matière on file déjà avec l’europe un coton qui n’est pas franchement des plus « soyeux « .

      merci de ne pas faire de souhaits que nous risquerions TOUS de regretter !!!!!

      Je suis d’accord avec des propositions constructives pour des alternatives, aller contre en s’affirmant comme posté par AL2015, cette démarche est positive.

  51. Au moins Valls est cohérent : Il souhaitait changer le nom du parti socialiste, on voit qu’il compte aussi changer l’expression « militant de gauche » en « libéraux ». La mine désabusée de l’électeur qui avale cette couleuvre lui déplaît, alors Valls se fâche. Les électeurs du premier ministre n’ont pas compris que le socialisme était « ringard ». On dira que Valls sur ce coup a manqué de « pédagogie », ou que Hollande était un menteur.

  52. Maintenant si l’on veut coller à l’actualité quant à parler des raisons de l’abstention, quant à bousculer les habitus, n’est-il pas possible de rajouter dans ce texte une autre raison de taille qui puis est…? Celle qui fait que la pseudo « gauche » dans sa « réforme territoriale » et le changement des prérogatives des conseils… que la « décentralisation » et le législatif n’a pas encore voté, va demander aux citoyens-nes de voter pour des « Zélus-es » sans savoir quelle pouvoir ils-elles leur donneront au juste… Juste un flou plus qu’énorme agite les milieux au courant, et aucunement les citoyens-es les médias de masse si peu pour ses derniers, du moins juste le minimum qui leur fera dire « on en avait cité au moins deux mots), les constitutionnalistes, etc… C’est assez inédit pour une démocratie non..?

  53. L’Europe de l’Euro a trouvé un moyen pour détruire ceux qu’elle considère comme inférieurs:c’est l’austérité et dans cette optique tant mieux si les enfants grecs meurent de faim ou de manque de soin…Ces politiques plus ou moins fascisantes ont toujours rallié de nombreux soi disants opposants:le 10 Juillet 1940 Pétain a recueilli 540 voix à l’assemblée Nationale bien entendu vous voyez comme avaient pu voter certains « Défenseurs de la Démocratie »…Dans ces conditions croyez qu’éventuellement un gouvernement très brun arriverait à recruter parmi les ministres actuels…….

    1. C’est comment qu’on signe ?

      Ben, ça dépend : chez les catholiques on SE signe, comme ça, mais chez les orthodoxes, on se signe comme ci…
      Faites-moi signe…

  54. …Une pétition plus digne de nos énergies serait de refuser l’armée européenne tant que le projet UE se limitera à de la normalisation technique et à des règles de budget et de monnaie, et n’avancera pas vers l’intégration fiscale et sociale !

    Voir la mise en perspective du Yeti, qui parle du suicide de l’UE, dans Politis.fr.

  55. Je suis un homme ayant comme beaucoup d’entre vous, mon cœur situé à la gauche de mon corps asymétrique.
    Né dans une famille d’ouvrier, fermier, (mineur, cultivateur), bien loin de ces pensées politiciennes.
    Les défunts m’ayant partagés leurs idées sur ce monde;
    On fait que je ne peux supporter, ou voir, ou entendre, notre premier ministre en fonction, incapable d’être posé, ni honnête avec les valeurs qu’il devrait porter.
    Après réflexion surtout point de partis ni d’hommes supérieurs ou représentant de rien du tout , mais un collectif de tous amis ennemis, divergeant et convergeant afin d’ aboutir à un tronc commun point

    1. surtout point de partis ni d’hommes supérieurs

      Il n’est pas de sauveur suprême, ni Dieu, ni César, ni Tribun,
      Producteur sauve-toi, toi-même, décrétons le salut COMMUN.

  56. Je signe la pétition. Pour le reste, l’important c’est la superficie du titre dans les journaux. Sinon, c’est le néant. Négocier avec le Monde ? Mais faire vite..Et les journaux ne sont pas innocents face aux élections cantonales. Enfin, texte un peu de voeux pieux. Pas de revendication. Un juste ton désabusé.
    De la discussion, il ressort le besoin de faire autre chose. Et je retiens les propositions de Roberto Man (n°47) comme un prérequis – sans que cela soit suffisant. Bâtie d’abord un partenariat avec d’autres cercles, autour de revendications.

    1. Enfin, texte un peu de voeux pieux

      Of course, mais vous signez, AMEN.

      la superficie du titre dans les journaux

      Si c’est une question de surface, ça fait pas le pli en comparaison avec PUBLICIS, panneaux géants.

  57. Bonsoir aux Ami-e-s de Paul Jorion,

    J’ai lu. Je dois dire que je suis très agréablement surpris par les mots, les excellentes trouvailles expressives ( ex:  » désertion du champ électoral mais pas du champ politique  » ) et le ton de la missive, calme, déterminé, certes un tantinet fataliste, mais absolument pas désabusé. J’ai beaucoup apprécié cette idée d’un Premier Ministre frappé de cécité, qui ne comprend pas pourquoi il ne voit personne, nulle figure parlante sinon la sienne, un homme en proie à la panique personnelle et à l’angoisse, travesties en subite culpabilisation des foules.

    Un tout petit bémol cependant. Je sais bien pour avoir bien compris l’explication lumineuse de M.Jorion, que le travail disparait ; étant donné qu’il est remplacé exponentiellement par les robots et l’automatisation générale de la société. L’ on pourrait considérer dès lors comme cohérent que la notion de  » Travail  » n’apparait nulle part dans la lettre proposée à pétition. Il n’empêche, ne serait -il pas mieux tout de même de changer un peu les termes finaux de la lettre :

    Fin de la lettre initiale :  » Nous sommes des femmes et des hommes, des citoyens, provenant de la Culture ou non, intellectuels ou pas, nous avons notre conscience, grande ou petite, nous sommes de gauche et nous sommes déjà au créneau.  »

    Proposition finale :  » Nous sommes des femmes et des hommes, des citoyens, provenant du monde du travail, du chômage de masse, issus de la Culture ou non, intellectuels ou pas, nous avons notre conscience, grande ou petite, nous sommes de gauche et nous sommes déjà partout au créneau. « 

  58. Bonsoir aux amis du blog de Paul Jorion.

    J’ai lu votre lettre et plusieurs points me semblent non exacts.

    En effet, la montée du Front National n’est pas due à la politique de Monsieur Valls et ce n’est pas non plus l’abstention croissante des citoyens de gauche qui font monter mécaniquement le Front National.

    Cette augmentation s’est faite de façon progressive au cours du temps avec l’apparition d’une nouvelle génération d’ouvriers née après 1975 et qui s’est accentuée après 1978 avec une banalisation du vote FN.

    Le renouvellement générationnel a permis au front national d’élargir son électorat en ciblant ceux qui étaient le plus touchés par la crise.

    Sur le taux de chômage ce que vous expliquez n’est pas correct.

    En effet lorsqu’on analyse le taux de chômage en France sur plusieurs années, on s’aperçoit que le taux de chômage des femmes a baissé sur les tranches 15-24 et >49 et le taux de chômage des hommes sur ces mêmes tranches ont augmenté.

    Nous pouvons observer que les femmes sont maintenant plus diplômées que les hommes même si elles sont moins présentes que ces messieurs sur le marché du travail.

    Cordialement.

  59. La Grece nous montre le chemin
    Le PS se transforme en PASOK
    je vous parie que personne dans les médias institutionnels ne fera une analyse en voix des prochaines élections départementales .
    il se seront tous la bêlant ‘ le FN 1er parti de France » alors que les progressistes dégoutes seront resté chez eux et ont refusé leurs voix au « socialistes de droite ».
    Mr Valls ne s’adresse qu’au cerveau reptilien des citoyens.

    je signe , et je re-signe et je re resigne

    1. La Grece nous montre le chemin

      Pour la vis du pressoir le chemin est droit et courbe: Héraclite

      La Grèce montre que les partis n’y peuvent rien, voilà, mais ça on le savait déjà.

  60. Monsieur le Premier Ministre,
    Vous appelez à l’aide après avoir écarté avec superbe toute idée dérangeant le cours des choses PS; le cours des choses politiciens. La

    1. Désolé pour cet envoi impromptu ! La politique des partis est une démocratie de l’entre-soi, qui fonctionne en mode dégradé, très dégradé. Anne Cheng définit la culture chinois des premiers empereurs comme un respect des rites – ce qui permit à des tribus Mongoles de s’emparer de l’Empire du Milieu. S’il suffit de respecter des rites dégradés pour entretenir une Cour et rester au « pouvoir », ne vous étonnez pas que « n’importe qui » puisse répliquer ces rites et s’entourer d’une Cour de collaborateurs, sans trop froisser les instances en place. Où sont les Lumières ? La Citoyenneté a-t-elle un sens en Néolibéralie ? Merci de nous le confirmer. La fréquentation des partis de notables sans imagination n’est guère rassurante. Il serait peut être temps de devenir sérieux ?

      1. Vous semblez dessiner la solution dans la définition de la problématique 😉, en évoquant les mongols… Les mongols peuvent aussi venir de l intérieur, et se regrouper en dehors de la cour…. Quelque part, sur la toile du net par exemple, et finalement investir l empire du milieu, ou le milieu mafiosi de nos aimables politiques.

        Le problème vient peut être plus des mongols que de la cour :: comment les… Faire se réveiller!? Comment les sortir du chaudron, pour reprendre la belle image des grenouilles endormies dans le chaudron par la douce chaleur..

        Je ne peux m empêcher de me dire que le problème, c est nous surtout, ce qui est une chose plutôt récente a mon avis car auparavant le poids des classes sociales pesait tres tres lourd. Mais ce couvercle a saute et la majorité des européens ont bénéficie d une éducation et jouissent de grandes libertés et potentiel d action. Et cette liberte est aussi pour nous une nouvelle responsabilité, au il nous faudrait apprendre a gérer, en dehors des situations heroiques , comme si la vie, courante, de tous les jours, faisait aussi appel a l héroïsme tapis en nous. Mea culpa!!

        Et ce qui est frappant, remarquable, sont toutes cès initiatives concrètes, ces colibris qui s y collent, mais bizzarement, avec une grande humilité, a toute petite échelle, comme si il était devenu impossible d envisager un mouvement d ampleur. Est ce une réaction contre les séismes des grands mouvements idéalistes : socialistes, nazis, totzlitaires ou communistes qui auraient jeté l opprobre sur tout mouvement de masse!?

        Il me semble que nous sommes dans un contexte différent, tant au niveau des moyens, de la population européenne, que des enjeux européens et mondiaux, qui appellent une action a un niveau de continents et du monde. Et qu il faut trouver le moyen de rendre foi dans la possibilité de grands rassemblements de masse qui soient encore plus democratiques , et d enterrer cette montagne de culpabilité accumulée sur la base de la première moitiés du xxeme:siècle qui fut si catastrophique et traumatisante.

        Podemos, syriza, ce qui se passe au Brésil sont des signes encourageants, le réveil des mongols!??

  61. Je signe, mais avec la mention finale : « je ne suis ni « de gauche » ni « de droite », je rêve de ce jour béni où être élu signifiera représenter une part du peuple, pas un parti politique ».

    1. Je suis d »accord avec yves, je ne veux plus signer pour un parti politique, je ne supporte plus leur vision dogmatique étroite et partisane, je fais partie du peuple pas d’un parti , je pense qu’il est grand temps de s’affranchir de ces ‘ machines’ à broyer sans coeur sans ame sans vision et qui n’ont plus rien à proposer car elles sont inféodées à une autre grosse machine à broyer !

      C’est l »être humain , l’environnement, une politique doit être au service du bien vivre ensemble et du bien commun , la RES PUBLICA, et les egos doivent se mettre au service de cela et non l inverse !

      1. RES PUBLICA,

        Vous vous croyez au temps de Caton?

        Res publica amissa
        omnia mutari

        Puis, pour la bonne bouche : Cartago delenda est

    2. Un livre à lire :

       » Ni droite ni gauche – L’idéologie fasciste en France (Broché)
      4e édition revue et augmentée de Zeev Sternhell

      Bonne lecture.

  62. Je suis belge, donc ma signature serait inutile.
    Mais cette pétition à attiré mon attention sur une particularité du blog de P.J., à savoir, il n’y a pas de « Newsletter »
    Or les média relaient très peu les idées ou actions de la société civile, il serait préférable d’envoyer cette pétition aux blogs des associations progressistes locales. A eux de diffuser aussi, s’ils y souscrivent.

  63. C’est beau l’espoir ! Je ne crois pas qu’une pétition chantera quoi que ce soit dans ce petit monde politique. Ils adapteront leur discours, leur com’, si la pétition obtient de nombreuses signatures: ils en feront des munitions pour mieux nous abattre.
    Pourtant la seule faille dans ce système est l’homme politique, parce qu’il tient à sa parcelle de pouvoir, bien qu’il ne soit qu’une marionnette.
    Créer un parti? C’est s’intégrer aux rouages de la puissante machine. Un mouvement d’idées me paraît la bonne solution. Le blog en fait partie. Un autre mouvement moins « intellectuel » pourrait stimuler la prise de conscience de ceux dépassés par l’économique et la politique.
    Quand autour de nous nous expliquons du « Jorion », souvent ça entre par une oreille et sort par l’autre. Il faut du CONCRET, l’impact sur la vie de tous les jours, et aussi du sensible. Voyant un reportage sur la vie des grecs, l’un de mes fils a pleuré, parce qu’il comprenait ce que la troïka provoquait.
    Signer? A défaut d’autre chose… C’est un début.

    1. A défaut d’autre chose… C’est un début.

      Ce n’est qu’un début, continuons le combat!

      et hop, une autre pétition,puis : Ce n’est qu’un début….

    2. J

      e ne crois pas qu’une pétition chantera quoi que ce soit

      Amusant, une pétition chantante
      quant à la beauté de « l’espoir », un bémol :

      L’espoir est la laisse de la soumission

    3. Ce n’est pas une question d’espoir, c’est qu’il faut agir de multiples manières et commencer par quelque chose.
      Une pétition a aussi pour objectif d’informer d’autres personnes que certains d’entre eux agissent et réfléchissent ensemble. Cet objectif est peut-être même plus important dans un premier temps que celui d’écrire au premier ministre.

      1. Ce n’est pas une question d’espoir,

        certains d’entre eux agissent et réfléchissent ensemble. Cet objectif est peut-être même plus important dans un premier temps que celui d’écrire au premier ministre.

        Question espoir, de toute façon, ça n’ira pas très loin;
        question de réflexion, je veux bien, mais c’est quoi l’action : signer?

        Le premier Sinistre est un arriviste, comme la plupart de ceux qui accèdent « au top » (comme Magie, l’amie de Pinochet eut la chance d’y accéder, selon l’irrésistible Y.Varouflakis) sont des arrivistes, ils/elles font carrière là-dedans, puis à l’instar de Sarkozy en profitent le restant de leurs jours;
        Vous ne pigez pas, ou quoi?

      2. komunist bonjour
        Que voulez-vous faire ? Vous énerver ? Vous mettre en colère ? Pester tous les diables ? Attendre une « descente » du peuple dans la rue ?
        Hé oui j’ai compris, comme tant de gens aussi et il faut sortir de l’immobilisme que les participants au blog n’ont jamais connu évidemment. A ceci près que je ne partage pas votre avis sur M. Varoufakis du tout… libre à vous de faire des amalgames. Nous verrons bien jusqu’où il pourra tenir, en tout cas je soutiens son action. Il agace là-haut, ce n’est pas rien.
        Oui, signer est une action. Une action que vous considérez si dérisoire sans doute. Signer c’est aussi donner de la légitimité aux amis du blog, car, que faites-vous du poids de la reconnaissance d’un travail par le plus grand nombre ? Et si un jour vous entendez parler du « non agir » comme mode d’action, j’imagine la teneur de vos commentaires 🙂 !
        Bonne journée

        PS : Alors ? Vous la signez cette pétition ou pas ?

      3. Que voulez-vous faire ? Vous énerver ? Vous mettre en colère ? Pester tous les diables ? Attendre une « descente » du peuple dans la rue

        ?

        Je ne me mets pas en colère : je suis la colère.
        Je n’attends rien de bon du peuple, le « peuple » c’est ici qu’on y croit, la démocratie, le populisme c’est ici -comme partout- que l’on en a plein la bouche. C’est ici que l’on cherche à réformer l’irréformable, à recréer, à rénover,à refaire du lien social, c’est ici que l’on regarde l’avenir dans le rétroviseur; ici que l’on veut refaire l’état-providence, remettre au goût du jour les idéaux du Conseil National de la Résistance, où l’on réclame une démocratie plus démocratique, un capitalisme à visage humain, des banquiers vertueux et confits de philae…

        Hé oui j’ai compris, comme tant de gens aussi et il faut sortir de l’immobilisme que les participants au blog n’ont jamais connu évidemment.

        C’est à mon tour de ne pas piger : quel est le sens de cette phrase?

        Le reste de vos considérations, Armelle, je regrette de vous le dire un peu brutalement…
        sont comme bourdonnement de moustiques à mes oreilles.
        Y.Varoufakis…un homme d’état, c’est tout dire. C’est dire, un Tribun, encore, un autre, toujours.
        Le fait de compter sur l’état, de demander à l’état, de s’en remettre à l’état, aux tribuns, aux sauveurs est l’aveu même d’une impasse, non vous n’avez pas compris, Armelle.

        Armelle  » Et si un jour vous entendez parler du « non agir » comme mode d’action, j’imagine la teneur de vos commentaires 🙂 ! »

        Hélas, Armelle, le non-agir, cela fait longtemps que je connais, je ne suis pas de la dernière pluie, les doctrines orientales, et le toutime, c’est très intéressant, à condition d’en sortir, les disciples du Taoïsme, du Tantrisme, du petit du grand véhicule, la pensée de Lao-Tzeu, celle de Tagore et celle du Bouddha Sidharta, le Zen, les poèmes merveilleux des illuminés, je connais Armelle, et vrai, pour le non-agir cette fois, encore j’y adhère, non, non non, je ne signe rien.

        I come back to my darkness, Armelle.

  64. Je ne signe pas car je trouve cette lettre complètement ridicule, dont le style oscille entre celui de l’amant éconduit et celui du pré-ado qui commence à se rebeller. De plus vous vous coupez de tous ceux qui ne se sentiraient pas spécialement de gauche, or il est possible que la grande majorité des Français n’en aient rien à faire de savoir si c’est de l’authentique de gauche ou pas pourvu que ce soit globalement bénéfique au pays.
    Quant à Valls, il me parait logique de le sanctionner sans avoir à s’en justifier comme s’il s’agissait de désobéir à maman. Le « dorénavant on votera.. » résume à lui seul des années de vote automatique. Pas étonnant qu’on en soit là.

      1. 2 raisons : c’est lui qui a le lead de cette campagne électorale, et sa politique n’a aucune cohérence globale (au passage je ne vois pas en quoi ouvrir 12 dimanches plutôt que 5 serait « de droite », la « droite » n’adhérant d’ailleurs même pas à cette idée)

    1. Merci Philibert de cette lecture, au delà du cadre, au delà du cadre de notre pensée, de notre perception: il faut bien se rendre a l evidence. Il n y a peut être plus de droite, plus de gauche au sens franco français, au sens d une gauche socialiste et d une droite liberale.

      La fracture semble se déplacer entre les conservateurs, et les progressistes. Or si les conservateurs peuvent se retrouver dans le front national, les progressistes se retrouvent cul-nus, sans aucune représentation adéquate.

      Et le PS est mort, fini, mais c est dur d en faire son deuil… Moi j ai été au centre, au centre j ai tente le PS une fois, on m y reprendra plus, cela doit m être plus facile, que ceux qui ont une histoire, un héritage PS et je comprends leur attachement,
      Mais je les invite a redéfinir une nouvelle position, adaptée a notre temps et nos défis.
      Enfin, je dis ça pour ma pomme déjà!

      Un espèce de centre nouveau, progressiste, idéaliste et réaliste?

      Qu en pensez vous?

      1. Il faudra aussi qu’on m’explique ce que c’est qu’être conservateur ou progressiste.

        Être pour ou contre les centrales nucléaires, c’est être conservateur ou progressiste ?

        Être pour ou contre la souveraineté nationale, c’est être conservateur ou progressiste ?

        Être pour ou contre une taxation des profits financiers, c’est être conservateur ou progressiste ?

        Être pour ou contre une refonte des statuts de l’entreprise, c’est être conservateur ou progressiste ?

        Et si le vivre ensemble suppose qu’il y a des questions qui transcendent les clivages politiques, alors il faut modifier nos institutions pour acter cette obsolescence des partis politiques, de leur financement, de leurs idéologies…

        Une pétition n’y suffira pas. Pire elle nous conforte dans l’idée que la démocratie se résume à un vote, un clic, une signature.

      2. roberto man,
        je pense que les partis sont à peu près arrivés au bout de leurs parcours respectifs mais que ces partis ne poseraient pas tant de problèmes si les gens qui les composaient ne posaient pas déjà eux-mêmes de sérieux problèmes. Nous avons pléthore d’élus et de systèmes de représentation, et on pourrait en supprimer les 3/4 que ça ne changerait pas grand-chose au quotidien de l’individu lambda. Parmi eux, notamment ceux du gouvernement actuel, je crois que l’on n’arrive même pas à 20 trimestres (chiffre à la louche) travaillés dans le privé en additionnant toutes leurs expériences professionnelles.. Ca ne saurait pas gérer un salon de coiffure ni un kébab et ça prétend gérer un « pays démocratique » qui de plus possède un espace maritime gigantesque et des TOM qu’on ne peut tout simplement pas abandonner à la misère ou à d’autres.

        Nous assistons donc à une recomposition de l’offre politique, mais c’est lent puisqu’il faut aller de rebondissement en rebondissement pour terrasser un parti (l’histoire du PCF le démontre). Pour la recomposition du système politique lui-même (au minimum passage à la proportionnelle puisque c’est ce qui se fait partout ailleurs), il faudra encore attendre. Au rythme actuel, disons d’ici 30-40 ans.

        Quant au clivage progressisme/conservatisme, cela a un peu de sens mais sans plus. Tout le monde veut prétendre être pour le « progrès », et je vous répondrai que Staline de son temps était considéré comme le phare du progrès humain. Dans sa version actuelle, le « progrès » consiste à élargir le droit au mariage (éventuellement la PMA puis la GPA), assister voire faciliter les dernières étapes pour les personnes prêtes (psychologiquement ou physiquement) à mourir, reconsidérer la politique d’urbanisation pourtant calquée sur le modèle socialiste du grand-frère soviétique (grandes barres de Kroutchev), etc. Alors oui, je pense qu’on a déjà notre quota de progressisme et les gens ont voté pour ça en connaissance de cause. Mais pour le reste, cela me semble sans rapport avec le sujet. On parle de taxer les transactions financières ? Mais achetez ne serait-ce qu’une seule action Eurotunnel et vous verrez que vous êtes taxé au 1er centime. Ah, mais alors ce sont les entreprises qu’il faut taxer, ce qui nous ramène au problème de la TVA non applicable… Toutes ces idées progressistes sont délirantes, on peut faire simple, efficace et surtout utile en s’en tenant aux propositions de Paul Jorion (cours déterminé quotidiennement au moment de la clôture, et autres). Le critère progressiste n’est pas du tout adapté à la problématique, voire il est une relique des communistes staliniens comme dit plus haut dont il faudrait logiquement se méfier, mais je comprends que faute d’arguments beaucoup se rabattent là-dessus. A vue de nez, je dirais bien 30-40 supplémentaires pour constater les échecs et repartir sur d’autres bases.

    2. Droite gauche, rien à cirer
      C’est à peu près le fond de votre pensée. ça n’est pas parce que ces deux tendances historiques se confondent aujourd’hui qu’il n’existe pas une différence. En tout cas, je travaille au cœur des ghettos…. de pauvres….. et la droite ne s’en est jamais intéressée bien au contraire, ni dans leurs papiers idéologiques ni dans les faits. La vie et l’évolution des ghettos est une réalité totalement ignorée par beaucoup d’entre nous.
      La gauche a fait parfois, souvent, pire dans ce domaine….. ne faut-il pas le leur signifier ?
      Au contraire, j’apprécie le ton de cette lettre.

      1. Armelle, de quels ghettos parlez-vous, en vérifiant bien le sens de ce mot ?

        « Droite gauche, rien à cirer »
        Absolument rien.

        « et la droite ne s’en est jamais intéressée bien au contraire »
        Ah bon, Debré et Chaban-Delmas n’ont pas fait le nécessaire en leur temps ?..

        « ne faut-il pas le leur signifier ? »
        Bien sûr, mais le message qu’ils sont le plus à même de comprendre, et encore, est la privation de mandats électoraux. Si vous pensez que la pétition peut jouer un rôle significatif, je vous encourage sincèrement à y participer.

      2. Le terme « ghettos » est couramment utilisé depuis quelques années, y compris dans divers documents de la fonction publique (Etat et territoriale), pour désigner certains quartiers de banlieue.

      3. Ah bon, Debré et Chaban-Delmas n’ont pas fait le nécessaire en leur temps ?.

        Ils ont été sensibles à l’indignité des bidonvilles…. mais ils auraient pu prévoir qu’à long terme leur politique d’urbanisme (confirmée et amplifiée après), les conditions d’attribution des logements et l’enclavement par le manque de transports auraient des conséquences indésirables. Une crise économique par là-dessus et nous avons le tableau.

  65. Bien sûr, moi aussi, je signe.

    Mais je signe aussi contre le détournement de la République qui a cessé de l’être le jour où s’est substituée à elle la « Monarchies Élective » sous laquelle nous nous sommes soumis par détournement.
    Mais aussi je signe contre « la démocratie révolver sur la tempe calibre 49-3 » pour faire passer un projet néolibéral dissimulé dans une multitude d’articles dont on a du mal à percevoir les effets destructeurs dissimulés.
    Et je signe encore contre le dépeçage des Services Publics, contre la désertification médicale, contre l’agriculture industrielle et l’élevage concentrationnaire…
    En attendant de pouvoir participer à la mise en place d’une Société humaine qu’il faudra bien construire, ensemble, et qui aura pour nom : le « Bien Commun » ou le joli nom de République, non dénaturée, dans laquelle chacun aura sa place.

    Où peut-on poser sa signature ?

  66. une chose est d’envoyer une motion de défiance à valls, et je m’y associe bien volontiers en tant qu’électeur de gauche pas systématique mais ne trouvant que dans un mix entre eelv fdg et npa
    un reflet de mes idées
    sans m »éclater de joie, l’arrivée de hollande ne m’a pas dérangé
    ce qui m’horripile ce sont les reniements de ce monsieur qui mène une politique qu’il a combattue tout au long de sa campagne

    fans un livre avec plénel, hollande emettait l’idée d’une possible remise en cause de son mandat à sa moitié au vu de son action
    malheureusement le statut monarchique que lui confère les institutions de la Veme république le rend intouchable

    ce sont donc bien ces institutions d’un autre temps qu’il convient de combattre bien plus qu’un individu qui n’a jamais fait mystère de ses intentions

    1. Je signe.
      Il faut d’autres actions apres celle là.

      D’autres pétitions, d’autres signatures, allon-z-y, ne restons pas passifs : signez, nom de dieu!
      Valls va être ému, je vois d’ici le tableau : larme à l’oeil, va tout de suite rectifier le tir, sûr de chez sûr, sûr;
      Lui qui, Sinistre de l’Intérieur vira plus d’étrangers en situation irrégulière que son prédécesseur, Sarkozy, sûr, un vrai tendre,une pétition rien de tel pour infléchir son esprit, sûr qu’il va s’en torcher.
      Allez, censeur, coupez ce commentaire, par trop indélicat, comme vous avez coupé celui que j’ai envoyé hier soir..

      La liberté ne se demande pas, elle se prend

      .

      1. La fermeture des commentaires m’a empêché de vous répondre à ce sujet :
        Je vous aurais répondu ceci :
        1/ Ou vous m’accusez de ne pas savoir lire, alors que vous refilez une fausse citation de Marx et que je l’épingle.
        2/ Ou vous m’accusez de mauvaise foi, quand vous refilez une vraie citation que vous interprétez de travers : (car à vous lire « toutes les classes et tous les partis » serait le peuple face au prolétariat !) Mais de quoi Marx parle donc quand il écrit dans le même ouvrage : « De même que les Bourbons avaient été la dynastie de la grande propriété foncière et les Orléans la dynastie de l’argent, les Bonapartes sont la dynastie des paysans, c’est-à-dire de la masse du peuple français ».
        3/ Vous êtes décidément un piètre lecteur en m’accusant de me gargariser du peuple…euh où ça au fait ?
        4/ Vous auriez fait un bon procureur ou un bon juge d’instruction à charge à la fin des années 30, коммунист.
        5/ Et vous vous plaignez de censure ! Le boulot abattu par ceux qui valident les post n’est évidemment pas celui d’un jury de thèse, où une fausse citation, ça pardonne pas. De mon point de vue entre vos anathèmes de donneurs de leçons, votre style, et le coté pseudo de votre pseudo, je vous aurais coupé le sifflet depuis un bail. Sont gentils sur le blog de Jorion !

    1. franck
      10 mars 2015 à 10:00

      Une lettre contre Valls ?
      Et pourquoi pas une boîte de chocolats ?

      Ah, tiens, j’ai envoyé un truc du genre hier soir : « ça va beaucoup impressionner l’arriviste Valls, sûr qu’il va s’en torcher ».
      Mais les censeurs démocratiques du blog démocratique du démocratique Paul Jorion, et néanmoins aristotélicien à la philae plein la bouche, ils ont pas aimé, pas vrai…
      comme quoi, vous en avez de la chance, Franck.
      J’avais ajouté :

      La liberté ne se demande pas, elle se prend

      .
      et c’est pas démocratique de prendre, c’est anti-démocratique, et non consensuel…
      Ah, les amis du Blog…

  67. Bonjour à tous, ça fait plaisir de repasser, ça faisait longtemps. Continuez comme ça!

    Je veux bien signer ce texte, en émettant quelques réserves:

    -Ce texte s’attaque trop mollement à M Valls . Si vous voulez l’attaquer personnellement, n’y allez pas par quatre chemins, prenez exemple sur notre camarade Sapir.
    D’ailleurs on ne dit plus virer à droite, mais valser LOL

    -Les auteurs de ce texte semblent penser que M Valls serait consécutivement à une traîtrise du P »S » davantage responsable de la montée du FN que les électeurs.
    De mon point de vue, les statistiques sont sans appel : c’est bien le dépassement (par l’abstention) de la démocratie représentative qui est en question ; et non la mise en danger de la société française par ses hypothétiques fascisations de gauche comme de droite.
    Ma théorie est la suivante: les citoyens perspicaces sont désormais lucides sur l’inanité du vote; tandis que les cancres eux, continuent d’aller voter, d’où la récente évolution des scores électoraux…

    1. Soupir ? Monsieur troisième dimension qui se prend pour un général ? (humour)
      Euh, La troisième dimension, c’est finie (humour).
      Bon plus sérieusement,
      Concernant vos statistiques puis votre point de vue qui entrevoit un dépassement d’abstention,
      Je crains que votre estimateur soit fortement biaisé.
      En effet, le taux d’abstention représente le nombre de personnes inscrites sur les listes électorales et qui ne se déplacent pas.
      Nous pouvons observer sur les différentes élections présidentielles que le taux d’abstention en 1995 était de 20,3% et en 2002 aussi(20,3%),
      Ensuite il a baissé en 2007, en effet, le taux d’abstention était à 16,06% puis en 2012 il est revenu à son état initial à savoir aux alentours 20%.
      Aucun dépassement en vue mon Général.
      Cordialement.

  68. Je pense à ce que disait F Lordon, « des privilèges comme ça, ils ne les lâcherons que si le peuple se fâche tout rouge » . Le pb est de remettre en cause tout un système comme en 1789.
    Comme à l’époque les « philosophes des lumières » avaient œuvré à la prise de conscience, les intellectuels actuels, dont Paul Jaurion, y œuvrent. Une lettre pourquoi pas, ce sera un grain de sable de plus et peut être celui qui fera la bascule.
    En tout cas il faut continuer car on le constate les solutions actuellement appliquées sont néfastes au plus grand nombre. Ça commence à craquer, voir la Grèce entre autre. « On lâche rien » me semble une bonne démarche. Courage à Paul et tout ceux qui travaille à ce grand changement.
    Donc je signe !!!

      1. vigneron
        10 mars 2015 à 14:54

        T’as raison et on va même se faire une joie de te la prendre, kommunist.

        Vous me tutoyez, et là, je ne suis ton camarade, que comptez-vous me prendre au fait?

        Je croyais que les odieux censeurs ne se comptaient que parmi les idéologues marxistes, mais à présent, Vigneron est des leurs, ah, allez retournez à vos vignes,
        « Il est des nôtres, il a bu son verre comme les autres »
        http://www.lesechos.fr/journal20150226/lec1_enquete/0204183440704-varoufakis-ministre-pour-la-beaute-du-geste-1096817.php

        Voilà en anglais :Despite all these contradictions, the world was a better place when it allowed formidable personalities, like that of Mrs Thatcher, to rise to the top. It is highly questionable whether someone of Mrs Thatcher’s strong convictions and bravado could rise again to a position of genuine power. And this is, surely, a sad reflection on the world after Thatcher.
        Et alors? « the word was better place », « formidables personalities » « rise to rhe top », tout est là,le « Despite all this contradictions » n’enlève absolument rien au fond, un ministre, reste un ministre, une amie de Pinochet reste une amie de Pinochet, c’est formidable, Vigneron, there is no alternative à votre stupidité.

      2. La » dictature libérale ». Arrête de faire de l’Orwell bonhomme, t’es pas dans un romans, même si je conviens que ça c’est le kiffe de pas mal ici.

      3. commie, toujours pas lu ? J’te remets le lien, comrade…
        http://yanisvaroufakis.eu/2013/04/09/farewell-mrs-thatcher-in-spite-of-everything-you-are-being-missed-already/
        Té, en prime, un complément autobiographique de Varouf extrait des commentaires sous son billet. Tu veux une traduction ?

        yanisv on April 9, 2013 at 03:35
        Larry,
        I spent 1984 on the barricades with the miners and experienced the brutality of the Thatcher regime up close and personally. I was there when mounted police attacked unionists outside Murdoch’s Wapping ‘castle’. I saw the desperation in the eyes of the families of steelworkers that Mts Thatcher wrecked. I lived through 11 years of Thatcherism inside the universities that lost their academic innocence, and never recovered it, due to her and her cronies’ decisions (Sir Keith Joseph being the worst). Later, I lived in Scotland, in Glasgow, were the scars Thatcherism left behind refused to heal. BUT, let me add this, since you mentioned Kinnock: It was the Labour Party’s betrayal of the British working class that did more to damage the nation’s soul than anything Thatcher did. For this reason, I ‘miss’ her, so to speak: She was a true class warrior. A constant reminder that the only people whose stopped believing in class war was the Labour Party. Ultimate proof of that was a (once) young man that went by the name of Tony Blair.

        C’est pas du coco pur jus ligne Carlito ça, bien calé dans son fauteuil club râpé avec les sociaux-traîtres du labour dans la ligne de mire ? Huh ? comrade..,

      4. Suis pas ton comrad, allez donc cuver votre piquette, mister the Landlord: Rien à cirer de ces considérations, Y. Varouflakis considère Margaret Thatcher comme une « personne formidable », c’est normal puisque tous les deux sont des politiciens, se soutiennent quand même, quand à vous, vous n’avez qu’une maigre idée du communisme, mais vous serez, Dieu m’entende,bien vite au courant, à la vôtre, social vallsiste et hollandais, c’est tout dire.

        P.S. Pour la traduction, vous repasserez, traductor soy, y tu qué?

      5. Le texte de Varoufakis n’est pas une eulogie de Thatcher. Il s’en fout royalement. C’est une critique en creux des politiciens contemporains en général. La mort de Thatcher n’est qu’un prétexte, un « angle » éditorial convenu.

    1. vous exprimez « Ça commence à craquer, voir la Grèce entre autre ».

      Vous avez un wagon de retard monsieur, la Grèce craque depuis 2009 et elle commence à lâcher le wagon justement…

      le ministre de l’économie(spécialiste de la Théorie des jeux coopératifs) de la Grèce se fiche de nous et de son peuple, les solutions pour éviter la descente aux enfers sont là et il ne le fera pas à la place il fait des tours de passe-passe en utilisant la propriété de superadditivité d’une Fonction caractéristique.

      Je ne signe pas.

  69. Pourquoi tirer sur l’ambulance ?
    Mr Valls applique les directives européennes avec plus ou moins de bonheur certes,
    mais avec application.
    Voter a toujours des conséquences, il suffit d’en prendre conscience et d’agir en fonction du résultat souhaité.
    En l’occurrence le 22 mars , tous les français vont voter pour des partis nationaux. Le nombre d’élus est important et ceux ci sont des militants et agissent dans leur parti, ce n’est pas transparent, même si ce n’est pas spectaculaire, ou révolutionnaire.
    S’offusquer des conséquences désagréables de nos choix politiques précédents c’est confortable, mais la politique menée est approuvée majoritairement par nos élus et les partis qui les regroupent.
    Prendre le contrepied , de la politique menée par des élus entrainent naturellement une crispation de ces derniers. Le lobbying a mener est donc un peu plus subtil.
    Le politique suit l’évidence, pas la révolution, c’est juste une question de survie.

  70. Les pétitions les plus signées sont à propos :
    – des agriculteurs tortionnaires de ragondins ,
    – de la survie du loup ,
    – des massacres des dauphins dans la baie de Taiji ,
    – de la vente de fourrure en France,
    – du statut juridique des animaux,
    – du tortionnaire de Pépette (c’est une chienne …)
    Alors Valls , poourquoi pas ?

  71. J’ai fini par aller voir le film de Vincent Garenq :  » L’ Enquête  »

    Un film qui relate le combat mené par Denis Robert contre la centrifugeuse d’argent sale, Clearstream alias Deutsche Börse.

    Il faut aller voir ce film avant qu’il ne disparaisse complètement des écrans de cinéma, il montre bien les coulisses du phénomène, les dessous de cette chambre de compensation internationale située au Luxembourg, spécialisée dans le blanchiment d’argent et l’évasion fiscale par trillion de milliards de dollars depuis sa création.

    Personne ne pourra plus dire qu’il ne savait pas et plus personne ne peut plus se demander pourquoi la faim, les guerres, la misère existent encore sur Terre. Maintenant nous savons.

    Les hommes politiques internationaux ne font rien pour en finir avec ce système de ploutocratie mondialisée mais maintenant nous savons. Oui, nous savons que nos politiques au gouvernement en France ne veulent rien changer à cet ordre mondial de la misère et de l’austérité. Ils ont trop intérêt à le laisser tel quel et à alimenter les guerres pour vendre de l’armement et pour rafler la mise via des rétrocommissions ou autres pots de vin.

    Ils alimentent la désespérance et tous les fascismes, les fascismes politiques ou religieux. Maintenant nous savons. Eux savent aussi que nous savons.

    SABEMOS !

  72. @Rosebud 1871,05

    Vous perdez votre sang froid, car la citation du 18 brumaire, et je peux en fournir d’autres signifie bien le peuple contre le prolétariat.
    Vous me demandiez d’où je tiens que P. Jorion est essentialiste, eh bien…de lui-même, demandez lui s’il y a oui ou non « nature humaine », en tout cas sur ce blog, il a lui-même écrit un commentaire disant expressément cela. Vous débarquez ou quoi?
    D’autre part, vous bredouilliez, je ne sais quelle sottise à propos des LGTB, comme quoi ils ou elles peuvent, ou pourraient être « essentialistes », décidément, monsieur le postulant censeur, vous n’y entendez cuts, je ne sais rien des notes que vous avez obtenu, mais je sais qu’à ce sujet, comme à d’autres, vous ne tenez pas la route.
    Les lesbiennes, gays, trans,bi, sont une inclination sexuelle, et n’ont pas l’apanage d’être hors-société, hors rôles sociaux, hors idéologie de genre, vous pigez?
    Bouton de Rose fané avant même d’éclore.
    So sad.

    1. @Rosebud 1871,05

      Bruno Colmant- Paul Jorion :

      Au sujet de Sir Keynes, Paul Jorion dit :

      « …ou dans « Les alternatives économiques de nos petits enfants », ou bien….il est visiblement du côté de ceux qui considèrent que le travail est un domaine de notre vie où nous obtenons de manière privilégiée la reconnaissance des autres, ce qui nous remplit d’une satisfaction en harmonie avec l’essence même de notre nature humaine »

      Alors, Rosebud, ça vous épate-t-il pas? Vous qui fréquentez ce blog depuis….vous auriez obtenu une mauvaise note sur une synthèse de l’idéologie de M.Paul Jorion, au cours d’un examen, alors s’il vous plaît, laissez tomber l’exégèse de Karl Marx, c’est visiblement au-dessus de vos moyens.
      Vous pourrez toujours vous recycler, en bonne compagnie, par exemple avec le Landlord Vignerond (celui-là même qui encule la Nature, oh pardon qui « enc…la nature », ce qui est presque un pléonasme dans le cas d’un exploitant de vignoble) pour vous érigez (héhé) en censeur aujourd’hui, tout en supputant ce que j’aurais été en 1930, date à laquelle ma mère avait 7ans…
      Pauvre Vignerond, qui se prend pour Marlon Brando dans « Le dernier Tango à Paris », avec la scène fameuse du « passe-moi le beurre », quel enfant, il ne sait pas que l’on ne laboure pas ainsi LA femme, pour obtenir une précieuse descendance, mais il sait tout ce que le terme comporte de mépris, d’insulte machiste.
      Veuillez agréer Messieurs….

      1. C’est certain qu’accoler « harmonie » « essence » et « nature humaine », c’est du lourd à porter…

        Je parie sur un moment d’égarement de Jorion, puisqu’à le fréquenter textuellement je ne saurais le ranger dans ces cases. De plus sa formation d’anthropologue, sa fréquentation de la psychanalyse, sa détestation de ceux qui carburent à l’essence (les libertariens et leur droit naturel, leur liberté niaise) ne vont pas dans ce sens. Qu’il intervienne himself comme déjà écrit…sans effet !

        Par contre remarquer que le travail est un domaine qui alimente la reconnaissance des autres est pour moi un point incontournable de butée de ce rêve d’un revenu universel. La notion d’utilité sociale est inéliminable pour nos contemporains, plus tard (si ça arrive !), quand il n’y aura plus d’Essence… ? Qui sait ?

      2. @Rosebud 1871
        Un moment d’égarement?

        Mais, justement cela se tient très bien avec l’anthropologie et la psychanalyse, ces sciences humaines, humaines, vous voyez.
        Ce que postulent ces « sciences » c’est un invariant humain, aussi bien pour l’une que pour l’autre, la position même du chercheur dans ces disciplines implique un invariant, une « nature », une « essence » humaine.
        Pourtant, les êtres humains sont des êtres historiques et sociaux, donc l’invariance, la nature, l’essence est justement la variabilité; la seule « chose » qui ne varie pas, c’est que tout varie.
        Au sujet du travail,qui n’est pas un domaine, mais une activité, votre point de vue est essentiellement bourgeois. Vous écrivez que le travail « alimente la reconnaissance des autres », point de vue idéaliste, qui laisse de côté les considérations bassement matérielles.
        En effet, pour des millions, et je suis léger, le travail « alimente » d’abord la personne qui vend sa force de travail, et permet sa reproduction, manger, boire, se vêtir, se loger, ce faisant le salaire permet du même coup la reproduction du procès d’ensemble du capital. Cela semble vous échapper.
        Ce que vous écrivez au sujet de « la notion d’utilité sociale » n’est pas plus perspicace, toujours le même idéalisme, la même approche non-critique, toujours les même abstractions complaisantes.
        J’avais noté dans l’un de vos commentaires cette expression à propos de M.Paul Jorion « …fait son beurre » de l’économie politique, c’est très exact. Quant à moi qui ne fais pas de beurre (tiens encore le beurre…), mon vice serait plutôt la critique de l’économie politique, et c’est tout autre chose, d’abord l’on y gagne que peu de « considération », de reconnaissance sociale, pas de perspective brillante, d’interview, et c’est heureux. Je ne fais pas profession, même universitaire de la pseudo-critique, et postule encore moins à l’écoute, même distraite, des puissants décideurs.
        Je vous laisse donc à vos abstractions, en vous souhaitant, néanmoins de parvenir, un jour cela peut arriver, à vous en sortir.
        OMNIA MUTARI

  73. merci hervé de donner cette info, effectivement denis Robert est un journaliste qui était trés seul et laché par tous les médias au moment où il a entrepris de commencer à dévoiler certains faits (clearstream et les chambres de compensation) , il a été harcelé par de groupes trés puissants , sa vie est devenu un vrai champ de ruines, j’avais lu son livre publié il y a de cela une dizaine d’année, « pendant les affaires les affaires continuent. »
    Malheureusement pour lui à l’époque, il a été discrédité et blacklisté par les médias mainstream et maintenant france 2 fait la promo au jt pour présenter ce film alors que PERSONNE NE VOULAIT ni le recevoir ni publier les résultats sulfureux de ces enquêtes et de son long travail de divulgation.

    Ces enquêtes sont un vrai travail de journaliste d’investigation, et forts de ses lectures vous comprendrez mieux pourquoi M Jorion , dans ce blog , parle de voyous en cols blancs.

    Merci pour lui, ce JOURNALISTE a pendant des années mené un vrai combat et a accompli un vrai travail d’investigation sur la finance de l’ombre, chapeau bas il n’a jamais laché !

    La finance, l’argent c’est de l’énergie et cette éNergie doit être au service des peuples , des citoyens , des entreprises, de l’économie REELLE et de la vie, ce qu’elle est et qu’elle aurait du rester, un BIEN COMMUN géré avec intelligence et respect !

    Nous savons alors agissons !

  74. A propos de la pétition mise en ligne

    _ Elle devrait rester sur la page d’ accueil pour interpeller quiconque visiterait le blog

    _ Si on veut voir sa signature apparaître il faut s’ enregistrer au préalable (sur le site de la pétition / change.org).

  75. Bonjour à tous,

    Non, décidément, pas de signature pour moi.
    D’abord je n’ai jamais signé de pétition, cette forme « d’action » (ou plutôt d’inaction teintée d’active soumission à l’Autorité) ne me correspond pas.
    Et puis signer une pétition pour dire à Mr Valls que je suis las…
    Je discerne bien trop de mépris chez cet homme pour m’ abaisser à son niveau et me plaindre d’ une politique dont il est le principal exécutant.
    Ma signature a plus de valeur que cela.
    Excès d’orgueil, diriez-vous?
    Sans aucun doute, mais il se trouve que, comme certains d’entre vous, j’ai glissé un bulletin dans une urne, il y a quelques inter(-)minables années, et que ce bulletin a permis à cet homme de se hisser aux commandes pour servir la politique que j’ai désignée alors par mon vote.
    Pourtant, comme beaucoup d’entre vous, je savais fort bien que mon favori était boiteux, myope, apathique et dénué de courage ainsi que par voie de conséquence, de toute combativité.
    Sachant tout cela avant même son avènement comment pourrais-je avoir l’hypocrisie de m’ opposer verbalement contre une telle politique aujourd’hui?
    Je ne regrette en rien mon vote, et quel qu’il ait été, je suis convaincu que rien d’autre n’aurait pu se passer que ce que nous avons effectivement vécu par la suite…
    Le problème se situe sur autre plan.
    Comment retrouver la démocratie perdue, puisque tout scrutin aujourd’hui pose le même dilemme, à savoir qu’au fond, l’unique programme politique proposé de tous bords consiste pour les électeurs, sous la pression des politiciens en place, à empêcher l’accession aux commandes de ce que des médias captifs qualifient comme étant l’extrême droite…
    Dans un tel contexte, ou chacun reconnait l’évidente collusion des organes d’information avec le pouvoir en place, peut-on continuer à rejeter, comme il nous est fortement conseillé, un rassemblement qui par un discours, certes nationaliste, mais dont les propos évitent le plus possible, désormais, racismes ou xénophobie, a réussi à drainer une grande partie des militants et de l’électorat des gauches extrêmes ou modérées?
    Je ne parle même pas des militants gaullistes du centre ou de droite…
    La gauche et la droite moribondes n’ont à proposer face à ce rassemblement très divers, mais soudé par un vieux concept soit-disant démodé (le patriotisme), qu’une lente dérive antidémocratique sur fond de lois des marchés débridée, et d’accaparement des richesses européennes par des minorités non élues à la solde de puissances extérieures à l’Europe!
    Alors? Voter blanc? Ne pas voter? Quelle lâche hypocrisie! Je haie l’hypocrisie.
    Ah! non je sais! Attendre une 6ème république! Mais les Français n’attendront pas!
    Mélanchon va encore rater son train vers le pouvoir, bloqué par les grèves de ses propres amis!
    Alors une pétition, vraiment… ça manque de gueule!
    Désolé, pourtant je suis de gauche, j’espère donc que vous saurez trouver une réponse qui vous convienne pour votre prochain dilemme de citoyen.
    Pour moi ce sera ce que la majorité voudra, puis comme depuis longtemps, la résistance quotidienne.
    bien fraternellement, Eric.

  76. Re-bonsoir à tous!
    Bon on va pas broyer du noir, hum pardon, déprimer!
    Moi j’ai bien une idée pour secouer un peu les esprits et ramener un peu de gaieté dans nos paysages politiques, économiques, financiers, industriels et commerciaux!
    C’est pas une pétition, non.
    Parce que réclamer à Valls, au bout d’un moment, ça peut lasser, aussi…
    Mais c’est vrai, ça ne coûte pas grand chose d’essayer…ça ne peut pas faire grand mal (c’est même cela qui risque de lasser justement), mais bref…
    Que diriez-vous d’exercer collectivement (nous tous, les humains, pas seulement les « gens de gauche », le clivage, c’est ringard, dépassé!) notre droit naturel à une certaine forme de légitime défense?
    Ne sommes nous donc pas agressés? culpabilisés? stigmatisés? rançonnés? menacés?harcelés moralement? et dans certains cas physiquement, etc (à compléter au cas par cas.)..?
    Sachant que nos abusives élites élues ou non sont nombreuses au sommet de la pyramide, il serait peut-être bon (pour ceux qui souffrent de certains excès du pouvoir, en tous cas) de permettre, au nom de la justice et de la démocratie, une parfaite identification par tout à chacun, des quelques éléments les plus gravement pervertis .
    Il conviendrait, pour ce faire, de permettre à tous, parallèlement au blog, l’accès facile à une nouvelle page, sorte de « chamboule-tout virtuel » sous la forme d’une chouette galerie de portraits photographiques des plus talentueux de nos accapareurs de richesses et de pouvoir, qu’ils soient nationaux et supranationaux.
    Le jeu consisterait bien sûr à faire tomber les têtes des plus performants de nos champions en matière de vente d’armes, de détournement de fonds d’états, comptes aux paradis fiscaux, phobies fiscales et administratives, mise en place d’éclairage électrique dans le Sahara et autres broutilles à visée purement écolo-humaniste sans aucune arrière pensée…
    Je précise, faire tomber VIRTUELLEMENT, au moyens de harengs(ou maquereaux), trognons de pommes, vieilles chaussettes ou chaussures virtuels… à libre disposition sur le stand… les battes de baseball, enclumes, clefs à molette et armes automatiques étant proscrites.
    La chute d’une tête pourrait entraîner à titre purement instructif (pour les enfants et les ignorants) l’apparition d’une courte biographie stipulant, chiffres à l’appui, les plus marquants exploits des sujets visés, en matière de malversations publiques ou privées réalisées de préférence à grande échelle et en temps de crises, famines, catastrophes naturelles,etc…
    Mais surtout, en s’en tenant toujours aux faits réellement avérés, ce qui devrait suffire pour amuser petits et grands dans un premier temps.
    L’intérêt du jeu résiderait bien sûr principalement dans les statistiques que l’on pourrait en tirer sur la plus forte popularité des responsables présentés en fonction du nombre de tirs reçus.
    Il suffirait ensuite, toujours sur des bases pacifiques et non violentes, bien sûr, de procéder à un classement permanent évolutif, dont le succès ne manquera pas de faire le buz, à condition de définir une notation rigolote des performance de chacun…
    Je pensais à AAA pour les meilleurs, je vous laisse imaginer pour les autres mais il y aurait probablement plus drôle.
    On pourra ensuite à loisir, récompenser utilement les meilleurs tireurs en les autorisant à soumettre à la sage appréciation du modérateur la candidature d’un nouveau champion pour des exactions récemment apparues au grand jour et qui risqueraient de retourner injustement dans l’ombre sans cela!
    Je pense qu’un peu d’irrévérence ferait le plus grand bien au moral des Français et pourrait délivrer un message positif à tous, en ces temps troublés, en contribuant, par un sain et légitime défoulement citoyen et familial, qui sait, peut-être à dissuader les extrémismes et pourquoi pas, à nous épargner une révolution! On est bien tous Charlie, non?
    Allez, hop, vous reprendrez bien un peu d’ « esprit du 11 janvier »!
    Bon je vous laisse, mais ne vous avisez pas de faire payer les joueurs, vous risqueriez de finir riches et épinglés en bonne place avec les autres!
    Bonne nuit à tous, Eric.

  77. Bonjour à tous

    Je signe… Mais qui sont « les amis du blog de Paul Jorion » ? Moi qui le lit régulièrement, et qui ait occasionnellement contribué financièrement, puis-je en faire partie? Et comment / qui a rédigé ce texte (pas pour le critiquer, mais pour peut-être participer la prochaine fois)?
    Ceci dit, ce texte mérite effectivement débats, approfondissements, évolutions, répétition. En tout cas plus et mieux qu’un certain nombre des « contributeurs » à ces commentaires qui me semblent plutôt polluer le débat que le faire avancer (vieille technique militante).

    Je suis un élu de base d’une toute petite commune rurale. Ce qui est décrit dans la grande politique est aussi vrai dans les toutes petites communes : comment des élus arrivent à trafiquer des projets et des votes pour leur seul intérêt personnel (exemple : révision de la carte communale – régissant la constructibilité – pour arriver à ce que la plupart des terrains qui resteront constructibles appartiennent au premier adjoint… Autre exemple : la politique de l’assainissement : ces mêmes élus qui ont réussi à se faire construire un assainissement collectif pour leur quartier, mais pas pour le reste de la commune, etc). Même petite équipe soi disant « apolitique » mais roulant en sous main pour le candidat UMP du coin aux élections départementales, et embarquant tout le conseil municipal qui n’y voit goutte. 11 élus, 104 habitants, et une déjà grande difficulté à assainir la politique. Et il ne s’agit pas d’une « élite » comme on l’entend à longueur de médias : ce sont des gens du coin, agriculteurs, ouvriers, retraités qui se comportent comme cela.
    Donc bien sûr las de la politique menée par nos gouvernements successifs, mais las de la manière de faire de la politique. J’avais été élu il y a 20 ans dans une commune de 20 000 habitants, dans un « syndicat d’agglomération nouvelle » où le président, socialiste, à l’époque, tenait pour certains que les problèmes qui se posaient dans l’agglomération étaient liés à … l’immigration.
    Alors même si l’on peut douter et critiquer les nouveaux gouvernants grecs, leur combativité et l’exposition « active » de leurs principes fait au moins un peu de bien au coeur.

    Autre chose : l’un des commentateurs faisait remarquer que la question de l’austérité concerne aussi la gabegie des dépenses publiques. Je crois que, de gauche, la question doit être posée au même titre que la capatation par la finance du produit du travail. Un exemple dans mon domaine : la consommation et la dépense de médicaments. 34 milliards d’euros par an payé en grande partie par la socialisation des dépenses. Regardez la « négociation » sur le récent médicament pour l’hépatite C pour lequel le comité économique des produits de santé a réussi à faire baisser le prix de la boite de médicaments (pour 1 mois) de 19000 à 13600 euros. 41 000 euros par traitement. 200 000 clients potentiels. Pourquoi un tel prix : parce que l’OMC a rendu possible la brevétisation du vivant. Mais les autres médicaments extrêmement coûteux et prescrits larga manu par les médecins? Est-ce un progrès? Surtout quand on s’aperçoit que 50 % des accidents de santé des personnes âgées qui prennent plus de 8 à 10 médicaments par jour sont précisément liés aux médicaments…

    Entre progrès, travail, entreprises, et gabegie, il y bien des liens. Et gouvernement, état, institutions publiques ne semblent pas s’en soucier plus que cela. Bien au contraire : il faut produire de la richesse, de la plus value, être productif, faire de la croissance. Et on sera plus heureux.

    Donc ce n’est pas seulement de la politique de M. VALLS que je suis las, non plus que de la politique en tant que telle. Mais aussi du fait que l’intelligence humaine est pratiquement entièrement captée par le profit et l’argent, que n’importe quelle entreprise a comme finalité non pas de produire des biens améliorant la vie, mais de faire du profit. Qu’à choisir entre retirer un médicament nuisible pour la santé, et faire du profit, la plupart des entreprises choisit le profit. Ce n’est pas tant la politique économique qui est à revoir, que la finalité même de l’économie. De la production. La finance n’étant en définitive que l’écume d’un fonctionnement économique délétère. Et les dévôts de cette religion féroce qui n’est pas seiulement la finance, mais une morale d’inversion de la fin et des moyens ou les moyens sont devenus les fins (développer la production est une fin et non plus un moyen) et où les fins (améliorer la santé par exemple) sont devenues des moyens au service de la production.

    Alors oui, je signe, en étant bien conscient que le problème est profond, et dépasse de beaucoup le champ de la politique immédiate et ressort d’un nécessaire débat philosophique, que le blog de PJ contribue fortement à alimenter.

    1. Bonjour à vous. J’ai lu ce que vous dites sur votre commune, les petits arrangements entre amis, les politiques publiques instrumentalisées pour servir des intérêts privés immédiats au préjudice d’un intérêt général supposé encore valide, sous la V° république. Vous devriez proposer sur le Net une approche topologique, un jeu de cartes interactives qui monterait les politiques d’assainissements, les disparités dans la commune, les bienheureuses coïncidences dans les achats de terrain, etc… Une information communale comme une autre. Tout cela à fleuret moucheté, of course ! Comment dénoncer la PROFITATION ORDINAIRE comme le disent nos amis Antillais sans tomber dans l’ignoble agissement d’un  » corbeau  » ? Dur écueil certes, mais avec un peu d’imagination et en accord avec le respect de la loi et de la décence commune, cela ne devrait pas être impossible.

      1. Oui Hervé! Un jeu de cartes…et interactif en plus! Quelle remarquable imagination!
        Brillante idée! Il vous faudrait d’urgence déposer ce concept, vous risqueriez sinon, de vous le faire chiper… Et pire de laisser passer le jack-pot!
        Très bien, la « décence commune », oui, très comme il faut!
        Allez, envoyez moi donc votre photo, encore quelques efforts et à ce train là, on pourra la coller bientôt en bonne place dans mon « chamboule-tout virtuel »(cf.l/107).
        De la graine de champion, ce sacré Hervé!

    2. @ michel bass
      j’apprécie ce post qui aurait pu faire l’objet d’un article ouvert à discussion
      et je m’interroge de la même façon :  » mais qui donc sont-ce ces fameux amis du blog de paul jorion  »
      ne pas voir dans cette question autre chose qu’une certaine curiosité
      je me sens ( sentais ? ) moi aussi ami du blog et je participe à sa survie ( au moins financière )
      y aurait-il, là aussi ,une élite, ou se prenant comme telle, secrète et cooptée?

      1. @ Michel et Patrice,

        Coupons court tout de suite aux fantasmes, point d’élite : les ABPJ regroupent simplement les contributeurs de billets réguliers sur le blog, ni plus ni moins.

  78. @ M BASS

    entièrement d’accord,

    je vous cite « Donc ce n’est pas seulement de la politique de M. VALLS que je suis las, non plus que de la politique en tant que telle. Mais aussi du fait que l’intelligence humaine est pratiquement entièrement captée par le profit et l’argent, que n’importe quelle entreprise a comme finalité non pas de produire des biens améliorant la vie, mais de faire du profit. Qu’à choisir entre retirer un médicament nuisible pour la santé, et faire du profit, la plupart des entreprises choisit le profit. Ce n’est pas tant la politique économique qui est à revoir, que la finalité même de l’économie. De la production. La finance n’étant en définitive que l’écume d’un fonctionnement économique délétère. Et les dévôts de cette religion féroce qui n’est pas seiulement la finance, mais une morale d’inversion de la fin et des moyens ou les moyens sont devenus les fins (développer la production est une fin et non plus un moyen) et où les fins (améliorer la santé par exemple) sont devenues des moyens au service de la production.

    Alors oui, je signe, en étant bien conscient que le problème est profond, et dépasse de beaucoup le champ de la politique immédiate et ressort d’un nécessaire débat philosophique, que le blog de PJ contribue fortement à alimenter.  »

    oui et quand « Mais aussi du fait que l’intelligence humaine est pratiquement entièrement captée par le profit et l’argent,  »

    – qui et quels groupes fixent ces caps et ces objectifs comme une fin en soi ?
    – à qui profitent ces détournements et cette perte de sens , cette course au profit ?
    – n’y aurait il pas des alternatives pour nourrir et faire croître ce qu’il y a de plus évolué chez nos concitoyens plutôt que de manipuler et gaver leurs bas instincts ?

    Merci pour votre positive contribution à la construction d’un « autre édifice  » voire d’une autre vision !

    Cordialement

  79. @ M. BASS

    Par rapport au mimétisme des petits arrangements entre amis & élus dans une petite commune de France et les pratiques internationales, il est intéressant de lire ceci :

     » L’affaire des «BongoLeaks»: Gabon, le braquage du siècle  » Par Fabrice Arfi

     » Mediapart a obtenu plusieurs documents confidentiels sur la holding familiale des Bongo au Gabon, baptisée Delta Synergie. Ils révèlent un système de prédation probablement inégalé dans l’histoire de la Françafrique. Une poignée de membres du clan au pouvoir s’approprie des pans entiers de l’activité économique du pays. L’actuel président Ali Bongo en est le principal bénéficiaire. Révélations.  »

    [Article complet sur Médiapart]

    1. sauf qu’il s’agit là de la mise à sac systématique d’un pays au profit d’un roitelet et sa cour avec rétrocessions à l’ ancienne colonie
      les petits arrangements entre amis dont parle m. bass, pour les plus beaux coups, sont plus à contempler vers sivens, notre dame des landes, la faute sur mer …pour les plus connus

  80. Devant une déroute annoncée aux élections départementales 2015 et les sondages catastrophiques, Manuel Valls agite un chiffon rouge devant les électeurs. Au lieu de critiquer le fond où il y aurait bien à dire, notamment la politique économique proposée par front national, il s’en prend aux personnes et joue le « Monsieur va-t’en guerre ». Cet individu est pitoyable et ressemble de plus en plus par son comportement à un ex président de la république que la France ne supporte plus.

    1. pourquoi ne se ressembleraient-ils pas?
      ils partagent les même inspirateurs, bauer pour la sécurité et attali pour l’économie

  81. @TORPEDO

    L’ironie est bien souvent salvatrice, je vous l’accorde. L’humour aussi – Je veux bien croire que l’imagination me fait parfois défaut. C’est très possible que j’ai été cette fois-ci mal inspiré. Mais au fou rire qui vous a pris, il aurait été bon d’y mettre une forme moins bouffonne et de vous expliquer en plusieurs mots distincts. Comment informer, comment toucher un plus vaste public, comment s’adresser aux citoyens locaux pour les sensibiliser à la RES PUBLICA ? Tout le monde s’en fout ? Vous aussi ? Comment feriez-vous, vous, pour dénoncer les magouilles d’un élu et de son staf ? Publier une énième feuille de choux ? Ester en Justice ? Avec quels moyens ? Bon, ceci étant dit, je veux bien croire que ma proposition était vaseuse. Je fais amende honorable auprès des amis du site de Paul Jorion.

    1. @Hervé,
      Ma remarque amusée vous renvoyait seulement à mon intervention précédente (ligne 107) où je proposais aussi un jeu, virtuel et interactif… Même si c’était présenté sur un ton peut-être un peu caustique, le projet n’en était pas moins de nature à permettre à chacun d’identifier les coupables les plus représentatifs des malversations des lobbies comme des institutions.
      A la lecture de votre propre intervention (jeu de carte virtuel interactif), je n’ai pas douté que vous aviez déjà lu la mienne… J’ai peut-être conclu trop vite…
      Heureux donc, je suis, de constater une certaine convergence d’idées
      Amicalement, Eric

      1. Alors là je suis bluffé. Franchement j’avais plutôt pensé que vous vous moquiez ( à juste titre, un peu, tant le danger est grand de tomber dans le travers de se faire justice soi-même ou de tomber dans la dénonciation nauséabonde ) – Les bras m’en tombent donc. Il ne me semble pas avoir lu votre ancien message, non. L’inconscient cependant, me jouerait -il des tours ? vous aurais-je lu et puis aurais-je ensuite oublié en imaginant cette application d’informations locales & légales mais ignorées des communs des mortels. Peu importe. L’essentiel est ailleurs. La fraternité numérique retrouvée. Cela m’apparait plus heureux effectivement de voir des convergence d’idées.Merci pour votre réponse.

  82. Bon, 700 et quelques signatures en deux jours…

    C’est pas « la grande vague » comme dirait l’autre….

    Ce doit être parce que tout va bien, en fait.

    Ouf !

    1. Ce doit être parce que tout va bien, en fait.

      Bonjour Thomas,

      A moins que ce soit parce que rien ne va plus…
      Avez vous remarqué que dans le débat FN / Macron, d’hier soir, le mot « criminel » a été lâché…
      Et que ce n’est pas Macron qui l’a prononcé!
      La pétition est peut-être un peu « décalée » par rapport aux aspirations de ceux qui sont bien plus que simplement « las de la politique actuelle » !
      Seraient ils par malheur majoritaires?
      Il serait temps de se poser la question faute de prochaines déconvenues.
      Bien fraternellement,Eric.

  83. Bonjour à tous,

    Je me décide à ré-intervenir sur ce débat, pour un tout autre sujet, puisque aucun autre n’est ouvert aux commentaires, malgré les 2 dernières contributions de F. Leclerc nous donnant des nouvelles de Fukushima.
    Et c’est bien le sujet de Fukushima, que je souhaitais aborder ici, tout en tentant d’élargir le sujet à celui de l’humanité toute entière qui, me semble-t-il, est (et le sera de plus en plus), concernée par cette  » tumeur maligne » que Fukushima représente pour ma planète, et tous mes semblables…
    Je sais que je n’ai pas les connaissances scientifiques et techniques qui me rendrait apte à donner à quiconque des conseils sur ce qu’il convient de réaliser pour stopper la fusion en cours du coeur même du réacteur.
    Toutefois, je me rend bien compte, comme vous tous ici, j’en suis sûr, que les moyens à mettre en oeuvre pour, ne serait-ce que confiner de façon efficace cette fusion, dépassent les possibilités d’un seul pays.
    Et même si une coalition de scientifiques internationaux est en action, comment ne peuvent-ils pas rendre compte plus activement des mesures prises pour freiner, si ce n’est stopper, la diffusion des eaux contaminées dans le milieu naturel?
    Echouent ils donc totalement?
    L’on apprend incidemment ici ou là que les normes d’exposition acceptables des personnels ont été notablement déplafonnées, ce qui signifie une fois de plus, que face aux puissances surhumaines générées par ses élites, l' »homme de tous les jour » est toujours en première ligne pour réparer les effets des fausses certitudes d’antant.
    Mais quels sont les résultats positifs obtenus par ces sacrifices humains de la part de ceux qui vivent sur place ou de ceux qui opèrent sur le site même?
    Rien qui mérite d’être signalé?
    Ou bien les moyens mis en oeuvre pour traiter le problème sont ils insuffisant?
    Devra t-on signer un pétition à l’échelle de l’humanité pour exiger des comptes, des mesures planétaires, puisque l’enjeu est planétaire?
    Scientifiquement, comme politiquement parlant, nos élites se contenteraient elles seulement de refroidir la surchauffe parce qu’il y a urgence… tout en laissant certains se remplir les poches avec l’argent destiné à éteindre l’incendie?
    Pouvons nous encore leur faire confiance?
    …Alors qu’aucune enceinte de confinement (potentiellement titanesque), aucun sarcophages
    ( forcément gigantesque) en cours de réalisation, ou même en projet, ne sont, à ma connaissance à ce jour, médiatisés.
    Et ces fameux robots parfaits, pensant, ou même sensibles, que nos chers chercheurs expérimentent devant des gogos admiratifs qui pensent n’avoir bientôt plus à se salir les mains, ces fameuses machines, qui savent déjà soit-disant tout faire mieux que l’homme, sont elles si efficaces pour agir dans la merde radioactive?
    Des hommes ne sont ils pas déjà obligé de s’y plonger eux-même dans cet enfer, pour sauver leur futur et le nôtre?
    Nous avons tous un droit de regard sur les sacrifices humaines, avant même que sur ceux de richesses matérielles. Faute de le faire valoir quand il est temps, c’est à notre propre sacrifice que nous parviendrons.
    Les moyens en hommes et en matériels à disposition sur la planète, ceux-la même qui permirent de construire partout (et parfois même contre l’avis des peuples), des centrales nucléaires comme celles de Fukushima, sont gigantesques.
    En unissant ces moyens de façon coordonnée, il ne saurait être impossible de réaliser une enceinte protectrice permettant de stopper la transmission fatale d’une radioactivité mortelle
    à l’environnement même lointain. Pourquoi ces moyens ne sont ils pas mis en oeuvre?

    Quelque chose de tel est-il en gestation? Le temps passé à pomper pour refroidir, à stocker pour épurer, puis à pomper pour recycler ou rejeter les eaux dans la mer, empêcherait-il d’agir sur le mal lui-même? Même les « shadocks » se poseraient la questions!
    J’espère que F. LECLERC a des informations plus précises et rassurantes que ses 2 dernières contributions…
    Merci à lui de nous en faire part rapidement, car voilà, me semble-t-il un sujet qui mérite aussi plus qu’une simple pétition, et pourquoi pas une lettre ouverte des peuples à leurs dirigeants?
    A plus, Eric.

  84. « Devra t-on signer un pétition à l’échelle de l’humanité pour exiger des comptes, des mesures planétaires, puisque l’enjeu est planétaire? »

    Je suppose que c’est ironique.

    et pourquoi pas une lettre ouverte des peuples à leurs dirigeants?

    Ben non, ça ne l’était pas.
    Un bêlement général du troupeau à leurs pâtres?
    Sinon, une supplication, un pèlerinage, une manif? Sinon…

    Nous n’obtiendrons seulement ce que nous arracherons

    Pas clair?

    1. @Komunist,
      Clair,et même lumineux, assurément!
      Avant d’arracher quelque chose ensemble, camarade, nous devrons d’abord nous entendre sur quoi arracher… Et puis pourquoi arracher quand on peut couper proprement, surtout avec un bon couteau, comme celui que dans le passé chaque communiste avait entre les dents?
      et qui faisait si peur aux bourgeois… Ah vous l’avez plus, c’est dommage, ça marchait mieux !
      Mais trêve de plaisanterie, si on pouvait déjà essayer d’arracher au monde un cri unanime qui ne soit pas de douleur, mais un rugissement de fureur humaine bien primale (genre « intello-supporter de tribune de foot plein de Kro », ok?).
      Un bon début pour remplacer les bêlements du genre:
      « Il nous faudrait une 6ème République, on verra après… beeeh! »
      Quand j’entend ça, c’est moi qui m’arrache!
      Et je ne suis pas le seul, joli résultat, avec la meute affamée qui zieute le reste du bétail!
      Il va finir par l’avoir son prix Nobel de la Paix, notre « Dernier Rempart contre l’Extrême Droite ».
      Il est en train de disparaître votre troupeau, Komunist, réveillez vous! Va falloir des renforts pour arracher tout ce qu’il y a à arracher, ça repousse! Surtout par là bas, tout à droite, sous la statue de Jeanne d’Arc, et plus loin encore à Bruxelles, et de l’autre côté de l’Atlantique, ça va en faire du boulot…
      Alors oui, moi, je suis tout seul, mais ça fait rien, je gueulerai plus fort, c’est tout.
      A plus, Eric.

      1. Avant d’arracher quelque chose ensemble, camarade, nous devrons d’abord nous entendre sur quoi arracher…

        Eh, non! On arrache en arrachant.
        Il n’y a, et il n’y aura pas d’unité, ni d’entente préalable.
        Un cri de colère, primal des primates déprimés? Des cris de rage, des revendications, une demande en bonne et due forme, la fureur, vous m’en crierez tant…
        La VIème, et tout le reste (Qu’est-ce que c’est que ces républiques qui ne savent que compter, comput, ratio?), sont comme bourdonnement à mes oreilles, je n’ai pas de troupeau, pas de pot, même de drapeau.
        Ceux de la gauche, l’ont bien cherché, à faire comme ceux de droite, vous y croyez, ou quoi?
        Qui « la fin de l’indexation des salaires sur les prix », qui » toute la misère du monde », qui « des whites, des blancos », qui « les charters pour expulsion », et qui « mon programme n’est pas socialisse », qui « l’Algérie c’est la France », qui reprend les thématiques Front-Nationalistes, la « sécurité », la « protection », qui magouille avec la FNSEA à Sivens dans le Tarn, qui magouille dans la Fédé des Bouches-du Rhône, qui s’entendait si bien avec le milieu marseillais, pour s’acharner sur les grévistes, qui, qui, qui?
        Et oui, ça va en faire du boulot.
        ça nous occupera.

  85. Et c’est encore moi!
    Tans pis! Au risque d’agacer… Cette « lettre ouverte des peuples » ne pourrait elle pas simplement exiger publiquement de nos dirigeants qu’ils agissent conjointement sur la finance mondialisée pour l’obliger à « investir » sans aucune limite, condition, ou contrepartie, dans des travaux de sauvegarde, certes gigantesques, mais pour une fois vertueux, alors même que des volontaires(?), qui n’ont certainement plus rien à perdre, paieront probablement de leur vie pour des réparations réalisés dans l’urgence?
    L’enjeu ne serait-il pas si vital pour justifier que d’autres pays s’en saisissent?
    Et si l’on s’intéressait aussi à ce qu’il advient de la vie autour de Tchernobyl, qu’apprendrait on?
    Qu’il n’y a plus rien à voir, et que les mesures de radioactivité sont inaccessibles pour tout à chacun?
    Allez hop, hop, hop ! Pas de photos! Circulez! Zone contaminée!
    N’y pensons plus, bientôt le printemps, c’est écrit sur nos smartphones!
    Dommage, je n’ai pas de religion pour mieux digérer l’hypocrisie ambiante, ça doit être pour cela que j’ai si souvent envie de vomir… Burrrp!
    Oh! Désolé, Excusez-moi pour la belle moquette…
    C’est rien… Mais, non! pas d’inquiétude, ça se lave, c’est même pas radioactif !
    Enfin pas encore!

    Bonne fin de semaine à tous! Eric.

  86. @ TORPEDO 14 mars 2015 à 11:47

    S’il fallait encore une preuve de ce que « nos dirigeants » ne sont pas au service des peuples, vous l’avez parfaitement montré.

    Ce que vous appelez « nos dirigeants » sont de simples exécutants au service des Fortunés. Les pétitions devraient en fait être adressées à ces derniers. Mais il est impossible de faire ainsi car cela signifierait que nous ne sommes pas en démocratie, et remettrait en question nos lois, car non démocratiques.

    Nous sommes dans un monde de fous, au pied de la lettre, et devons faire mine de l’ignorer car nous ne pouvons faire autrement. Ce qui est une dictature parfaite.

    On peine à imaginer ce qui pourrait nous ramener sur terre, et pourtant il le faudra bien…

    1. @Dominique Gagnot

      Qui sont nos dirigeant?
      Je n’ai aucun doute la dessus, vous si?
      Voyons, ce sont ceux qui se présentent comme tels, pas question de les dé-responsabiliser pour incompétence notoire. Ce serait trop facile.
      Il convient simplement pour chacun de nous, de faire en sorte qu’ils soient très vite écartés et traduits en justice dès lors qu’ils prennent des décisions contre leur propre peuple.
      Ce qui me semble t-il, est le cas aujourd’hui.
      Il convient donc de dénoncer ces agissements. Et c’est en cours il me semble…
      Faute de quoi, nous serions responsables à leur place, tout simplement.
      Pour les autres qui gravitent dans la sphère dirigeante,et qui profitent des avantages de la situation pour améliorer leur ordinaire, c’est la même chose, car il est plus nécessaire à mon avis de châtier le corrompu que le corrupteur par nature irrécupérable.
      L’exemplarité est à ce prix. Un prix que notre justice peine cependant à faire payer aux puissants pour l’instant.
      Mais ne râlons pas trop, car elle va finir par s’y mettre et on risque d’avoir du mal à l’empêcher de s’emballer… Nous verrons cela très prochainement, j’en suis sûr.
      Bonne nuit, Eric.

    2. Ce que vous appelez « nos dirigeants » sont de simples exécutants au service des Fortunés.

      Les serviteurs de la classe capitaliste.

  87. Une question hors sujet et un peu rapide…

    Il y a toute sorte de capitalismes, mais ca semble etre une organisation qui semblent offrir de la souplesse a l’echelle de l’individu ou d’une petite communaute. Il devrait y avoir des especes de degres dans cette possibilite.

    L’ « ultra capitalisme » s’accommode tres bien des regime autoritaire, dictatoriaux mais aussi simplement de dominations eccessives. En quoi finalement? Peut-t-on trouver une certaine correlation entre ces differentes formes de capitalisme et le degre de « liberte » des individus ou des goupes de personnes? De la sociologie ou comme les systemes d’Emmanuel Todd…

    Bien sur, on ne peut surement pas quantifier cela mais ca reste flou j’ai l’impression
    Voila pour des remarques approximatives…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.