Archives par mot-clé : Isaac Asimov

Les USA se sont un peu plus enfoncés dans leur déclin, par Jacques Seignan

Le 6 janvier, par curiosité, j’avais vu en partie le discours de Trump. Une grande foule avec les casquettes MAGA enfoncées, des gens éructant. Ensuite dans la soirée, comprenant que des événements exceptionnels se passaient, j’ai regardé CNN. Pour quelqu’un de ma génération qui se souvient enfant avoir vu les premières retransmissions télé en N&B par satellite depuis l’Amérique (ah Pleumeur-Bodou !), voir en direct de tels instants de si loin reste fascinant.

Toute personne familière avec l’Histoire sait qu’il ne faut jamais tenter d’expliquer un processus comme si ses acteurs en connaissaient la fin. Dans le cas du direct, par exemple, on ne savait pas qu’une deuxième tour à New-York allait s’effondrer ni que N.-D. de Paris, elle, résisterait à l’incendie. Alors à Washington, cette nuit-là, tout pouvait dégénérer et Trump ne voulait pas calmer le jeu car il était complice. De plus Mike Pence lynché, comment Trump n’aurait-il pas décrété l’état d’urgence, gagné les pleins pouvoirs ? Mais tous les « spectateurs » forcément extérieurs furent un peu piégés. Un certain aspect folklorique surnageait malgré les mots effarés des commentateurs de CNN. Un cas illustre bien cela : le fou torse nu et tatoué de signes néonazis, le QAnon Chaman. (En France des journalistes incultes ont dit qu’il était déguisé en Viking : visiblement dans leur enfance ils n’ont jamais vu ou lu des histoires d’Indiens avec leurs sorciers.)
Continuer la lecture de Les USA se sont un peu plus enfoncés dans leur déclin, par Jacques Seignan

Partager :

Amis programmeurs, les « Lois de la Robotique » sont-elles programmables ?

Toujours dans ce rapport contenant des recommandations à la Commission concernant des reÌ€gles de droit civil sur la robotique que je viens d’évoquer dans mon billet « Taxe robots » : La bataille est très loin d’être gagnée !, une affirmation qui m’apparaît très contestable :

§L. considérant que, jusqu’à ce que les robots deviennent conscients de leur propre existence, ou soient fabriqués ainsi à dessein, si tant est que cela advienne un jour, il y a lieu de considérer les lois d’Asimov * comme s’appliquant aux concepteurs, aux fabricants et aux utilisateurs de robots, étant donné que lesdites lois ne peuvent être traduites en langage de programmation ;

Continuer la lecture de Amis programmeurs, les « Lois de la Robotique » sont-elles programmables ?

Partager :

Trois lois pour une plate-forme ?, par Patrice Brient

Billet invité. Réflexions sur le billet de Paul Jorion du 27 août dernier, “LA PLATE-FORME DES 80%”.

Il me semble que cette plate-forme devrait avant tout être une sorte de constitution, un cadre, un référentiel, un ensemble de principes définissant les règles intangibles que devrait suivre le modèle de société proposé.

Elle devrait en outre prendre la forme d’un texte bref, aisément intelligible et mémorisable, afin de permettre au plus grand nombre de s’y référer à tout instant. On notera au passage que la brièveté offre l’avantage, non négligeable, d’interdire au diable de se cacher dans les détails d’un de ces pavés technocratiques dont nos dirigeants sont si prodigues, et les avocats d’affaires si friands.

Un texte bref, donc, mais jusqu’au quel point ?

Continuer la lecture de Trois lois pour une plate-forme ?, par Patrice Brient

Partager :

TOUT SERA BIEN QUI FINIRA BIEN ?, par Ar c’hazh du

Billet invité.

Bonjour M. Jorion,

Nul doute que votre érudition vous a fait connaître depuis longtemps Isaac ASIMOV. Nul doute non plus que vous ayez lu (peut-être même, à la différence de votre serviteur, en version originale) « Face aux feux du soleil » (The Naked Sun) paru en 1957.

Solaria, est une planète peuplée des 20.000 êtres humains capables de vivre 350 ans (appelés spaciens pour les discerner des terriens, jugés inférieurs) et de 200.000.000 de robots. Des robots Asimoviens, bien entendu, incapables de nuire aux humains mais autonomes, diligents et complètements asservis.

Depuis que vous avez évoqué sur votre blog (et ailleurs) le thème de la disparition du travail, du remplacement, souhaité par tous, des travailleurs par des robots, sans que nous ayons à ce jour trouvé de solutions pour répartir entre tous le fruit de ce travail remplacé, je me pose la question :

L’évolution de la société capitaliste ne doit-elle pas in fine aboutir mécaniquement à ce monde Solarien ?

Continuer la lecture de TOUT SERA BIEN QUI FINIRA BIEN ?, par Ar c’hazh du

Partager :