Archives par mot-clé : Vaccins Covid-19

Vie quotidienne : Pourquoi les anti-vax sont-ils en général des enthousiastes du remède-miracle ?

C’est la réflexion de l’un d’entre vous qui m’y fait penser : pourquoi les anti-vaccin (qui a le mérite d’exister) sont-ils en général par ailleurs des partisans enthousiastes du remède-miracle (qui n’existe pas) ?

« Il vaut mieux guérir que prévenir », semblent-ils affirmer. Pourquoi ce comportement paradoxal ?

Partager :

Covid-19 : Les anti-vaxs

Je regardais attentivement hier le visage de ces citoyens américains qui expliquaient pourquoi ils ne voulaient pas se faire vacciner. Si c’était une opposition d’ordre politique ou disons « idéologique », ils viendraient à peu près tous avec la même explication, mais ce n’est pas le cas : il y a au moins une douzaine d’explications différentes. Du coup, une question qui me vient : « Et si c’était simplement des phobiques de la piqûre, inventant n’importe quoi comme explication plutôt que d’admettre que les piqûres les font flipper ? ».

Si c’est de cette manière-là que leur opposition au vaccin s’explique, ne pourrait-on pas faire des vaccins anti-Covid 19 sous forme buvable, comme c’est le cas pour certains ?

Mise à jour le 27 juillet :

Quand j’ai écrit avant-hier ce billet de cinq lignes, je me suis dit que mon explication était sans doute tirée par les cheveux. Mais je viens de regarder la vidéo ci-dessous et je me dis que mon hypothèse rend compte peut-être d’une proportion importante des cas : plutôt que des endoctrinés ou des gens trop stupides pour comprendre le principe de la vaccination, avec les anti-vaxs on a peut-être essentiellement à faire à des gens qu’une piqûre terrorise.

Partager :

Covid-19 : Un excellent test de la rationalité humaine

Si vous comprenez l’anglais, regardez ceci : la mentalité « À moi on ne me la fait pas ! »

– L’infirmière qui explique qu’on les accuse elle et ses consœurs et confrères de tuer les patients délibérément pour créer un nombre de morts que l’on attribuera alors au Covid-19 pour faire croire qu’il y a une pandémie.
– « Comment osez-vous faire peur aux gens ? ».
– « C’est les autres qui attrapent ça ».
– « Je l’ai eu mais ce n’est pas une raison pour se faire vacciner ».
– La femme dont l’enfant a manqué en mourir et qui ne se vaccinera pas « pour ne pas être un cobaye du gouvernement ».
– « Tout ça c’est des prétextes pour surveiller les gens (crowd control) ».
– « Je veux qu’on me traite en adulte ».
– « Les experts disaient : quand les gens tomberont malades eux-mêmes ou des gens dans leur entourage, ils changeront d’avis, mais ce n’est pas ça qu’on voit dans l’Arkansas ».

* La blague dont il est question : l’infirmière a mis sur les réseaux sociaux « Envoyez-moi 10$ et je vous révèle la vérité sur le Covid-19 ! » Elle a gagné 100$ en échange de dire : « Oui, il existe vraiment ! »

Partager :

On ne peut exclure l’idée optimiste que l’ARNm soit l’une des bonnes nouvelles du moment, par Timiota

Une illustration pertinente en partie des difficultés vaccinales est le cas de la polio.

C’est compliqué car la souche affaiblie du vaccin (français) peut se ragaillardir dans certaines conditions (de vaccination insuffisante dans des poches hors contrôle sanitaire).

C’est un bon argument pour les vaccins ARN. On ne sait pas présenter la protéine sans virus (on ne sait pas administrer disons), ou seulement des formes trop mal fichues pour une bonne immunisation. On n’est pas assez bon avec des virus inactivés (cf le vaccin de la grippe usuel cultivé sur oeuf, au moins historiquement si j’ai bonne mémoire), et ça se comprend parce qu’on introduit pas mal de choses en même temps. Du coup la stratégie ARN, maintenant qu’on a réussi à le stabiliser (à -80°C s’il le faut) apparait au moins bonne, voire très bonne. Continuer la lecture de On ne peut exclure l’idée optimiste que l’ARNm soit l’une des bonnes nouvelles du moment, par Timiota

Partager :

Variants et efficacité des vaccins, par François M

Il y a actuellement de grandes discussions sur les effets secondaires concernant chaque vaccin, mais pas sur leur efficacité, notamment vis-à-vis des variants. Or celle-ci est importante pour savoir si la politique de vaccination permettra ou non d’arrêter la pandémie.

Il y a deux points de vue différents concernant l’efficacité d’un vaccin :

  1. celui du vacciné, qui souhaite être protégé au mieux contre le virus ;
  2. celui de la société, qui souhaite éviter une épidémie et la saturation du service hospitalier.

Continuer la lecture de Variants et efficacité des vaccins, par François M

Partager :

Notre foi dans le miracle nous empêche de gérer la pandémie, par Jean-Baptiste Auxiètre et Paul Jorion

Notre culture déiste majoritairement chrétienne et pour certains, musulmane, est la cause du biais de pensée faisant obstacle à une véritable gestion de la pandémie. Notre disposition d’esprit est d’attendre le miracle : médicament-miracle ou immunité-miracle. Peut-être pas indéfiniment mais, la preuve est faite, au moins un certain nombre d’années. Notre erreur est là.

Et ce miracle, on nous l’annonce invariablement pour demain. Après la potion miracle marseillaise, sa forme la plus récente est le vaccin miracle. Oui, le vaccin va limiter la propagation un certain temps et calmer le jeu probablement pour la durée de l’été. Mais le miracle demeurera un mirage car certains variants apparaissent et, bénéficiant d’une sélection positive, prospèrent. Nous nous retrouverons plus que probablement sur la case zéro à la venue de l’automne ou de l’hiver, attendant que de nouvelles générations du vaccin nous protègent des variants nouvellement apparus. Par ailleurs, et de manière générale, un vaccin produit une immunité sensiblement de la même durée que celle que la maladie elle-même assure, soit 8 à 9 mois seulement.

Continuer la lecture de Notre foi dans le miracle nous empêche de gérer la pandémie, par Jean-Baptiste Auxiètre et Paul Jorion

Partager :