Covid-19 : Un excellent test de la rationalité humaine

Si vous comprenez l’anglais, regardez ceci : la mentalité “À moi on ne me la fait pas !”

– L’infirmière qui explique qu’on les accuse elle et ses consœurs et confrères de tuer les patients délibérément pour créer un nombre de morts que l’on attribuera alors au Covid-19 pour faire croire qu’il y a une pandémie.
– “Comment osez-vous faire peur aux gens ?”.
– “C’est les autres qui attrapent ça”.
– “Je l’ai eu mais ce n’est pas une raison pour se faire vacciner”.
– La femme dont l’enfant a manqué en mourir et qui ne se vaccinera pas “pour ne pas être un cobaye du gouvernement”.
– “Tout ça c’est des prétextes pour surveiller les gens (crowd control)”.
– “Je veux qu’on me traite en adulte”.
– “Les experts disaient : quand les gens tomberont malades eux-mêmes ou des gens dans leur entourage, ils changeront d’avis, mais ce n’est pas ça qu’on voit dans l’Arkansas”.

* La blague dont il est question : l’infirmière a mis sur les réseaux sociaux “Envoyez-moi 10$ et je vous révèle la vérité sur le Covid-19 !” Elle a gagné 100$ en échange de dire : “Oui, il existe vraiment !”

Partager :

28 réflexions sur « Covid-19 : Un excellent test de la rationalité humaine »

  1. La rationalité humaine est une qualité indubitable du genre humain, mais très inégalement répartie au sein de sa population, et même ceux qui se targent d’en être fort pourvu, n’échappent pas au vent des passions pour faire les choix qui importent .
    La rationalité est un argument de la science économique, qui n’aime rien tant que mesurer, jauger, que de prêter cette qualité comme première aux agents considérés “économiques” –
    L’Homme est un animal sentimental avant tout, et si la rationalité y participe, c’est comme un garde fou.

    1. La prétendue “rationalité” économique n’a qu’un rapport lointain avec la rationalité : c’est un calcul de maximisation de l’espérance d’utilité.

      2
      1. Bien sûr, j’avancais la primauté de cette qualité dans le discours de la science économique – j’en profite pour vous remercier de votre très large contribution au rassasiement de mon appétît de connaissance 👍

  2. Comment entendre cette grossière manipulation gouvernementale du dénombrement des participants aux manifestations contre le pass sanitaire qui ont eu lieu ce jour – 160 000 chiffres officiels – 10 fois plus si on visionne les nombreux comptes tweeter de journalistes couvrant ces manifestations – est-on entré de plain pied dans un monde objectivement manipulé – pourra-t-on désormais discréditer les discours complotistes, quand les institutions sont à ce point partisane ?
    J’avoue que quelque chose s’est cassé en moi ce soir, devant ce mensonge si grossier et si complaisamment relayé par les mass médias – précisant que je n’étais point participant de ces manifestions, que je cautionne par ailleurs, dans le principe de la défiance vis à vis de mesures de contrôle et discriminations généralisées, sans validation législative.

    3
    1. Cela ne vous gêne pas que l’extrême-droite, largement présente dans ces manif’s crient à la « dictature sanitaire » ? Pourtant ils s’y connaissent en matière de dictature les extrême-droitiers ? Et pas pour critiquer les principes discriminatoires mais pour les appliquer.

      Quand à votre affirmation selon laquelle il n’y aura pas de validation législative, elle est tout simplement fausse.

      4
      1. L’objet de mon ire est à l’endroit de la communication officielle, qui biaise sciemment les chiffres de participation, dans des proportions quand même franchement grotesques.
        Quant à la participation de l’extrème droite, franchement, je ne discréditerai pas l’ensemble des manifestants parce qu’une partie est composée d’individus dont je ne partage pas les valeurs – je trouve salutaire qu’il y ait encore des gens pour manifester leur opinion quand des décisions politiques sont prises à leur endroit – pour le contenu des revendications, il y a bien sûr à boire et à manger, et je ne soutient pas tant le motif de ces manifestations, que la démarche d’une mobilisation citoyenne.

        5
        1. Certains on fait le même coup avec le mouvement des Gilets Jaunes. Au début paraît que c’était des fachos. Bref, le degré zéro de l’analyse.

          Il y a une tension, une pression, dans toutes les sociétés qui traversent toutes les couches et elles trouvent tous les moyens à disposition pour s’évacuer. Tout peut devenir un point de cristallisation et de turbulence.

          Que certains pépins de la fachosphère tentent de se raccrocher aux branches n’étonnera quand même personne ici ? Mais inverser les causes et les conséquences c’est un peu ballot.

          2
            1. “Inverser les causes et les consquences, c’est un peu ballot.”

              Façon TENET ?

              Blague à part, les corrélations inverses existent, et pas qu’elles d’ailleurs. Voilà pourquoi il vaudrait mieux préférer ici le verbe permuter plutôt qu’inverser. Et là en effet, ce serait ballot. On appelle même cela des prédicats faux…

              Je dis ça, je dis rien.

          1. Cloclo,
            Je ne suis pas sûr qu’on fasse reculer l’obscurantisme en imputant la cause au seul Macron. Macron est en partie responsable de la situation actuelle mais pas que…
            Disons que Macron n’a rien fait de bon pour faire reculer l’obscurantisme, c’est son principal tort.

            1
  3. Je trouve que l’un des travers des réseaux sociaux et des médias aujourd’hui, c’est de mélanger l’intime avec ce qui se débat au niveau social. C’est là, à mon sens le glissement totalitaire du réseau social et de la politique, lorsque ces derniers se font intrusifs jusqu’à l’intime.
    Il est des choses qui se débattent dans l’entre-soi intimiste d’une relation particulière mutuellement consentie. La médecine à mon sens est de cet ordre-là et doit se pratiquer dans une relation “clinique”, au chevet du malade. Le soin c’est de l’intime et doit se décider dans une relation de patient à médecin, ce n’est pas du sociétal. Le vaccin cela doit rester un acte médical et pas un fait politique induit par des médias en roue libre derrière lesquels courent des politiques endiablés.
    Il en est de même pour le mariage, ce n’est pas au politique de dire qui doit se marier , et avec qui . C’est un lien qui se noue dans une relation consentie entre adultes bien pensants et les dernières velléités d’intrusion dans l’intime du politique sous prétexte de mariage “gris” ou d’adultes abusés , sont à mon sens le marqueur d’une dérive grave et totalitaire du politique (puisqu’il ne s’interdit pas l’intime). Déjà , à l’époque il avait été réfléchi par des politiques à l’inspiration raciste, un moyen de rendre tracassières les démarches administratives d’accès à l’union nuptiale pour les étrangers. Niant ainsi une liberté fondamentale du “biologique” à décider de ce qui est bon pour lui quand son discernement n’est pas obscurci ;
    La rationalité de chacun dans tout cela réside moins dans le fait d’une capacité de discernement (jugée par l’opinion), que dans l’expression d’une liberté de choix au niveau de sa responsabilité vitale quant à ce qu’elle doit être pour elle-même.
    L’intime n’est pas négociable, n’est pas marchandisable, n’est pas dévoilable sans voyeurisme, et n’est partageable que dans le cadre d’une relation intimiste cadrée par une certaine éthique. L’intime ne peut devenir un sujet traité au niveau sociétal, sans finir en viol ou en exhibition. L’intime c’est l’amour, l’amitié, le soin , l’aide aussi très souvent.
    Peut-on parler de l’intime dans ce cas? Mais bien sûr parce qu’en parler ne signifie pas partager l’intime, ou trahir l’intimité de l’autre, mais deviser de…
    Mais nous savons l’acrimonie libérale soulevée dès qu’on parle de frontières et d’interdits dont l’éthique est d’ailleurs perçue comme un anti-business. Et nos politiques veulent désormais que se partage l’intime en faisant tomber comme une nouvelle frontière ce qui n’est taxé que de pudibonderie. Dévoiler sa vaccination à la cantonade devient un acte “d’exposition civique”.
    Que va-t-on exiger demain lorsque des médias en roue libre auront une nouvelle coqueluche? Va-t-on exiger des malades chroniques qu’ils fassent leur “coming out” en imposant à tous de déclarer publiquement toutes pathologies en dehors de l’intimité de la médecine du travail (et de la relation clinique patient/médecin), pour avoir le droit d’aborder le marché du travail?
    Il faut prendre garde au fait que la rationalité peut être un monstre froid . Dans une démocratie, la rationalité individuelle dont peut faire preuve un individu normalement constitué ne s’apprécie que dans un cadre médical (donc intime) d’altération du jugement lors d’infractions délictueuses ou de troubles avérés de l’ordre public. Seul compte en fait la citoyenneté dans le cadre de droits sociétaux dont les seuls devoirs résident dans le respect de la loi, pas dans le partage de l’intime quel qu’en soit l’enjeu. Une fois le discernement acté, on juge de la finalité qu’on peut prêter à ces actes délictueux, pas de leur rationalité . (l’acte gratuit et barbare, l’acte cupide, l’acte motivé par la confusion des sentiments)
    Le mélange des genres entre l’intime et la chose publique qui se pratique dans les réseaux sociaux (et qui piège souvent des adolescents qui ne font plus la différence), est induit par des groupes mercantilistes qui surfent sur un certain voyeurisme pour promouvoir un business de proxénète. Plus il y a exhibition , plus il y a pognon et plus il y a addiction à se dévoiler pour en espérer inconsciemment de l’amour. Car le partage de l’intime suppose, l’amour, l’amitié, le soin, l’aide, et induit des relations de dépendances affectives, voulues ou subies . Et lorsqu’elles sont subies (la faute à pas de chance), quand on est malade ou en défaillance, le caractère intime doit être préservé par de l’éthique.
    Dans l’intime, il s’intrique plus que du rationnel, et ce doit être respecté. Et le rationnel ne peut devenir la mesure d’un intime “acceptable” car publiquement et politiquement validé et dévoilé, dénonçant un intime de conviction ou d’autoprotection. Le politique doit s’arrêter au seuil de l’intime où seul l’humain a sa place, pas la vie de la cité.

    6
    1. Vous confondez intime et vie privée. L’intime est une pratique sociale qui légalement peut ou pas s’inscrire dans la vie la vie privée telle que définie par l’Europe ou les Nations Unies. Libre à chacun de dévoiler son intimité sur les réseaux sociaux, encore qu’existent des limites, mais pas permis de dévoiler celle du voisin. Le vaccin est certes un acte médical voire para, mais les médecins sont définis par le champ juridique donc politique. Pour les relations consenties et le nez de l’Etat, je vous conseille « du consentement » de Geneviève Fraisse dont vous sortirez ébranlé. Bien sûr que l’État met son nez dans les mariages économiques comme il enquête après plaintes sur tous les escrocs de l’amour basés au Nigéria entre autres. « Dévoiler sa vaccination » écrivez vous ? Le carnet de vaccination n’a pourtant rien de pornographique, mais l’expression « majeur et vacciné » dit bien ce que ça peut faire résonner et pas raisonner dans la rationalité. Il n’est ni permis ni interdit de déclarer son Sida, mais assez mal vu de le transmettre intentionnellement. Le porteur asymptomatique vacciné ou pas du Covid est-il un tueur en puissance ? Que pensez vous de la culpabilité de ceux qui se soupçonnent d’avoir transmis la chose à l’insu de leur plein gré et qui sont allés à l’enterrement ?

      2
      1. Bonjour rosebud1871
        et pardon à vous et à ceux ou celles pour toutes les fois où je ne réponds pas ; soyez sûr que je m’arrange pour lire ce qui est dit sur ce blog jusqu’à la dernière goutte (que cela me concerne ou non) et que cela me change les idées (au sens propre comme au sens figuré) ; mais mon temps n’est pas aussi élastique que je le voudrais et même ma femme trouve que Paul Jorion lui fait une concurrence déloyale captant toute l’attention que je lui dois…
        Là, dans ce que vous dites, nous avons des nuances qui je crois creusent des sujets parallèles, mais différents ; en tout cas, je ne connais pas “du consentement” de Geneviève Fraisse, mais je vais m’empresser de mettre la main dessus; merci pour le tuyau.
        J’étais plutôt dans l’esprit de l’éthique relationnelle de la relation d’aide de Paul Ricoeur. (les relations dans le respect de l’autre et de soi).
        Plusieurs points à la volée:
        pour moi le carnet de santé vaccinal est à mettre sur le même plan que le dossier médical et doit être entouré des mêmes précautions éthiques.
        Le vaccin obligatoire dans certains métiers est une protection de la personne en état de lien de subordination et dont l’exercice de sa profession l’expose spécifiquement à des risques dédiés (inhérent à ce qu’on leur demande). Dans ce cas c’est la médecine du travail qui donne le sésame d’entrée dans le métier et non pas l’employeur lui-même qui n’a pas de rôle de contrôleur sanitaire. L’employeur doit juste s’assurer d’avoir mobilisé la médecine du travail et qu’elle a donné son aval.
        Ensuite l’éthique médicale est définie par le champ juridique, avec la conception du secret professionnel ; l’acte de soin dans l’esprit est surveillé par le conseil de l’ordre selon des spécificités philosophiques et de praxis; et la praxis est encadrée par les professionnels eux-mêmes dans une codification empirique consensuelle issue de la “clinique”. On retrouve l’idée de “la clinique”(relation clinique) avec la conception “au chevet du patient” dans une intimité particulière qui exclut la société. Et il ne s’agit pas de la vie privée (en ce cas) qui concerne selon moi, plus particulièrement “les faits et gestes” et pas les choix relationnels consentis.
        Le nez de l’état dans les mariages économiques est une hérésie qui s’accompagne de voyeurisme policier. C’est en fait une surenchère politicienne typiquement induite par la mayonnaise médiatique et qui ne change rien au non-consensus politique et économique sur l’immigration ; pas plus aux problématiques que cela engendre d’être pour ou d’être contre (dans les 2 cas, totalement sous-évaluées par les protagonistes) , ni à la réalité des problèmes non traités de terrain.
        Pour les abus, comme dans toute relation contractuelle (le mariage est un contrat) il y a la loi qui définit l’abus et protège les “abusés” par des investigations post délit. Là, ce n’est pas du voyeurisme. Par contre quand on commence à deviser avant que le délit ne soit commis, que peut-être la relation censée être librement consentie entre 2 personnes normalement constituées est un délit, cela oblige à poser des questions du genre : “Est-ce que votre mari porte des caleçons ou des slips?”; il y a tracasserie , gêne, entrave à la réalisation, voyeurisme policier et politique, plus contrôle au faciès, car on ne va pas enquêter derrière 2 familles très cathos bon chic bon genre, qui pourraient ne se soucier que de patrimoine au détriment des sentiments des époux .
        Quant à savoir si d’aucuns tirent profit de mariages “arrangés” , il ya le fisc pour cela ; vous ne pouvez justifier de votre argent , que s’il vient d’une activité licite….et avoir le fisc sur le dos, c’est pire que la police. Ce qui est important c’est que là aussi, l’investigation intervient post délit.
        Comme on le voit, il y avait assez de lois comme toujours pour contingenter les pratiques illicites de mariages frauduleux; et il était donc inutile de faire une loi supplémentaire spécifique. (une simple directive ministérielle aux procureurs aurait dû suffire à attirrer l’attention de la justice sur d’éventuelles dérives).
        Et ce qui est marquant, dans ces dérives politiques, c’est le déni de l’action du “curatif” (avec ses obligations de gestion auxquelles on veut échapper), au profit d’une action préventive cherchant dans des oracles médiatiques, la justification d’une diarrhée législative qui ferait croire à de l’action et de la responsabilité….
        Mais comme toujours, le préventif, n’est “responsabilité”, que s’il ne préjuge pas des mauvaises actions potentielles de l’humain, pour justifier de lui retirer sa liberté (jusque dans ses choix intimes). De plus, préjuger d’une mauvaise action potentielle par avance, c’est passer dans la société du film minority report dont la finalité est un sécuritarisme qui fait fî de l’innocence de la personne au nom des potentielles nuisances qu’elle pourrait occasionner (appliquer cela au médical cela donne quoi si ce n’est l’obligation de s’incruster dans l’intime de la relation “clinique”).
        Ce qui est nouveau avec Macron , c’est la volonté de ruiner l’état et ses institutions pour en passer la gestion au privé. D’où le recours à des gadgets malsains et à la mode comme le QR Code derrière lequel se cache des prestataires privés qui en ont seuls, la maîtrise et pas l’administration publique qui n’est là que comme vache à lait. La gestion de macron s’efforce de squeezer les prérogatives de la médecine du travail, pour en déléguer la légitimité du contrôle sanitaire salarial au seul patronat par l’entremise d’une “gadgétisation” censée faire oublier qu’au passage l’éthique (encadrant des relations médicales jusque là, “intimes”), s’est évaporée.
        Le PASS sanitaire ne semble qu’un prétexte à l’introduction d’opérateurs privés pour des prestations publiques (comme l’évaluation de la vaccination par gallup). Ces “nouveautés” sont par essence dispendieuses, sans rien apporter au commun du patrimoine public (pas plus de places d’hôpitaux, mais au contraire des frais de gestion plus importants). Le but d’un libéral est bien de ruiner l’état par des dépenses “d’arrosages” qui ne profitent ni au peuple ni au patrimoine de l’état (dont pourrait profiter le peuple), pour faire l’avènement du libéralisme et le triomphe du privé sur un état devenu impécunieux et contraint de déléguer au marché les arbitrages que naguère il assumait. Un état croupion tel qu’ils l’espèrent pour ne plus avoir à payer d’impôts pensent-ils.
        Ainsi nous pouvons juger de la rationalité d’une gestion, suivant le point de vue d’où l’on se place, comme dans la physique. Et suivant le repère qu’on se choisit, Macron a très bien réussi puisqu’il fait tomber la digue de l’état et permet au marché de façonner au niveau européen une certaine uniformisation des processus qui rend possible le fédéralisme et le libéralisme économique sans entrave prévu dans les traités… C’est là à mon sens , la seule force sous-jacente et agissante qui fait que comme elle est embusquée, elle perturbe la lisibilité des phénomènes et en particulier provoque cette zizanie sur les vaccins.
        Par contre, dans ce qui est en jeu, la question cruciale que vous posez, se trouve dans les dommages collatéraux ; est-ce l’intime qui est en danger, ou la conception de vie privée? Quid de la responsabilité personnelle?
        Et j’avoue Rosebud1871 que j’ai du mal à répondre à cela, si c’est l’intime c’est très grave, si c’est la vie privée c’est grave, mais un ton en dessous. Quant à la responsabilité personnelle , elle engage surtout sa conscience…Mais peut-on incriminer quelqu’un qui n’a été qu’un vecteur non intentionnel; pour cela il y a la responsabilité civile qui s’applique aussi aux conducteurs distraits qui par malchance tuent quelqu’un; Inutile de tout criminaliser…

        1
        1. Dalla Vecchia Luigi 26 juillet 2021 à 16 h 20 min

          1/Ne trompez pas votre femme avec Jorion, elle vous le ferait payer…
          2/Je n’ai pas eu une grande curiosité pour Ricoeur comme Macron, c’était dans mon air : « Le reproche le mieux fondé que les lacaniens aient pu m’adresser est celui de n’avoir jamais rien compris à Lacan. Ricœur Réflexion faite, Autobiographie intellectuelle 2, p. 37
          3/J’ignore comment s’articulent vos questionnements sur les mariages économiques avec vos questionnements sur le regard étatique, mais l’amour offre les clefs pour que l’autre en abuse, ça ne rate pas malgré « l’éthique relationnelle de la relation d’aide de Paul Ricoeur ».
          4/Votre « diarrhée législative » s’épuiserait avec le traitement de choc de l’obligation vaccinale.
          5/Pas neuf avec Macron de transférer au privé des charges classiques de l’Etat, il n’a pas mis la mode au pays.
          6/Le « dommage collatéral » est un effet de la guerre du Vietnam pour les tirs « amis » qui vous veulent du bien. L’intérêt général peut tout à fait être perçu comme persécutif au niveau individuel. Aragon a pu dire que la vie privée était privée de public, mais à chacun son trognon !

    2. Réponse à Dalla Vecchia Luigi du 25 juillet 2021 à 1h 04mn

      Et si l’on envisageait l’intime de façon encore plus radicale. Et si l’intime correspondait à un registre du fonctionnement humain qui autorise qu’on dise à son propos qu’il n’est effectivement pas « négociable, pas « marchandisable », pas « dévoilable » mais surtout, tenant bon dans sa démarche radicale, non propice au « voyeurisme », au « partage ». Et si l’intime constituait lui-même un cadre, n’ayant par conséquent besoin d’aucune éthique pour le préserver. Et si pour faire simple : l’intime était l’intime et le collectif : le collectif. Et si l’on s’en tenait là dans le discernement. Sans se mélanger les pinceaux. Et si l’on considérait les affects du point de vue de l’intime, sans parler d’ « amour », d’ « amitié », de «soin » ou d’ « aide » ce qui reviendrait à les considérer du point de vue du langage, donc du collectif. Et si l’intime ne se réduisait pas aux seuls affects. Et si du coté de l’intime il y avait aussi du symbolisme, du symbolisme inconscient. Et si c’était la relation d’un affect conscient et d’un symbole inconscient qui, dans l’intime, signifiait l’affect sous forme de l’impression qu’on en a qu’il a de l’épaisseur ainsi que le sentiment éprouvé qu’il a une consistance qui lui est propre. Et si pour aller plus loin, on faisait confiance au corps. Au corps intime. Non pas positivement, sans recours à la transcendance, aux esprits ou je ne sais quoi encore, mais par succession de « vétos ». « Véto » : pris non pas comme abandon du langage, mais comme sa simple mise en arrière plan. Et ne se faire aucune illusion sur le fait que les mots reviendront toujours bien assez tôt. Question d’habitude. On y est conditionné dès l’enfance de façon tout à fait pavlovienne. Enfin, si fonctionner dans l’ordre de l’intime n’était pas une finalité ou une sorte d’aboutissement mais une simple question d’hygiène.

  4. Un excellent test de la rationalité humaine :

    Pourquoi faire compliquer avec le pass sanitaire ,qui pourrait être acceptable provisoirement, le temps de faire simple avec la vaccination obligatoire Covid pour tous.

    La HAS , Haute Autorité de Santé, lance le débat

    https://www.has-sante.fr/jcms/p_3278138/fr/covid-19-l-obligation-vaccinale-prevue-par-la-loi-est-justifiee-et-son-elargissement-doit-etre-debattu

    “La HAS recommande donc l’ouverture rapide d’un large débat sur le sujet afin que les pouvoirs publics puissent s’appuyer sur ces discussions pour prendre à temps une éventuelle décision d’obligation plus large (personnes vulnérables, professionnels en contact avec le public voire population générale) si elle s’avérait nécessaire et justifiée au vu du rythme de progression de l’épidémie et de son impact prévisible sur le système de santé.”

    Infection virale ,
    Infection bactériologique,
    Enfant nous avons tous été vaccinés de façon obligatoire:
    – BCG: Le vaccin bilié de Calmette et Guérin, le plus souvent dénommé vaccin BCG, est un vaccin contre la tuberculose
    cette vaccination par scarification à une certaine époque( les petites griffes à l’épaule) a été supprimé en 2007 suite à l’éradication de cette épidémie
    – DTP avec rappel tous les 15 années maintenant : Diphtérie , Tétanos , Polyomyélite
    J’ai eu mon rappel en décembre 2020

    Depuis 2018 11 vaccins sont obligatoires et permettent l’entrée dans la vie collective des enfants:

    1- la diphtérie,
    2- le tétanos,
    3- la poliomyélite,
    4- la coqueluche,
    5- les infections invasives à Haemophilus influenzae de type b,
    6- l’hépatite B,
    7- les infections à pneumocoque,
    8- les infections invasives à méningocoque de sérogroupe C,
    9- la rougeole,
    10- les oreillons
    11- la rubéole

    Les enfants de plus de 12 mois résidant en Guyane française doivent aussi obligatoirement être vaccinés contre la fièvre jaune.

    https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/vaccination/vaccins-obligatoires

    5
    1. Oui qu’on en finisse avec les tergiversations, mais ça fait un moment que des résistants aux vaccins font du buzz.
      “Les Témoins de Jéhovah ne sont pas contre la vaccination. Se faire vacciner est une décision personnelle qu’il appartient à chaque Témoin de prendre.” J’ai piqué ça sur leur site : donc on se retrouve avec des millions de gens jehovahisés. Y a comme un problème !

  5. Dans la vidéo de CNN la pauvre infirmière harcelée a la bonté de dire que le refus de la vaccination et l’attitude des gens de l’Arkansas, état rural, s’explique par leur éducation ( une défiance viscérale à l’égard de l’état ?) mais que ce sont des gens biens.
    En France une partie de la gauche joue un jeu détestable attisant les sentiments de plus en plus mauvais.
    La critique du pouvoir est légitime, mais la c’est vraiment du populisme dans le très mauvais sens du terme.

    3
      1. Oui c’est sans ambiguïté.
        Je suis très déçu par certains, même si pas complètement étonné.
        Il y a heureusement des personnes responsables à gauche, et j’ajoute même courageuses, vu les actions verbales ou physiques violentes que mènent ces contestataires.

        4
  6. Royaume Uni : vers la vaccination totale des adultes.

    https://www.theguardian.com/world/2021/jul/21/labour-opposition-may-scupper-boris-johnson-vaccine-passport-plan

    “L’opposition travailliste pourrait faire capoter le plan de passeport vaccinal de Boris Johnson.

    Montrer le statut de test était initialement envisagé dans le cadre du plan – mais Johnson a déclaré qu’une fois que tous les adultes avaient eu la possibilité d’avoir deux vaccins , il était raisonnable d’interdire ,à ceux qui n’avaient pas pris la vaccination ,les lieux bondés.
    « Je dois vous faire savoir maintenant que d’ici la fin du mois de septembre, lorsque tous les plus de 18 ans auront eu la chance d’être doublement vaccinés , nous prévoyons de faire de la vaccination complète la condition d’entrée dans les boîtes de nuit et autres lieux où de grandes foules se rassemblent », a déclaré le premier ministre.”

    1. Ça me fait bien marrer qu’un gars qui veut sauver la planète s’imagine en dictature à la moindre pseudo contrainte sanitaire.

      Je voudrais bien savoir comment il imagine pouvoir arriver à une société bas carbone sans des mesures généralisées et coercitives…

      4
  7. https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/bresil-des-dizaines-de-milliers-de-manifestants-reclament-la-destitution-de-jair-bolsonaro_4715435.html

    Fora Bolsonaro

    Le Brésil est dans la rue. Des dizaines de milliers de Brésiliens ont manifesté, samedi 24 juillet, afin de réclamer la destitution du président Jair Bolsonaro pour sa gestion de la crise du Covid-19, qui a fait plus d’un demi-million de morts dans le pays.

    Ils ont dénoncé :
    – le démarrage tardif de la campagne de vaccination au Brésil,
    – le chômage massif,
    et ont réclamé davantage d’aides pour les populations pauvres confrontées à la pandémie.

    3

Les commentaires sont fermés.