Archives par mot-clé : Vladimir Poutine

Intelligence Artificielle : M. Poutine n’est pas le dernier des imbéciles. Mais la question n’est pas là.

Ouvert aux commentaires.

M. Poutine déclare que la nation qui gagnera la course à l’Intelligence Artificielle s’assurera la domination du monde. Il dit que les drones qui neutraliseront ceux du camp d’en face auront gagné la guerre une fois pour toutes. Sans même faire de morts. Ce qui n’est pas rien si l’on pense aux reliques de la IIIe Guerre mondiale n’ayant pas eu lieu mais qui traînent encore leurs savates ces jours-ci du côté de la Corée, et qui risquent en fin de parcours de faire encore des millions – voire des dizaines de millions – de morts.

Continuer la lecture de Intelligence Artificielle : M. Poutine n’est pas le dernier des imbéciles. Mais la question n’est pas là.

40Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

À mes amis poutinophiles : mobilisez-vous !

Les poutinophiles sont nombreux, même parmi les lecteurs du Blog de PJ. Il ne se passe pas de jour sans que l’un ou l’autre m’écrive (le plus récent, c’était hier dans la soirée) m’assurant qu’il aime mon blog (je mets « il » en confiance, aucune dame qui m’écrit ne s’étant jamais déclarée poutinophile), mais que cela ne l’empêche pas d’aimer M. Poutine également.

Continuer la lecture de À mes amis poutinophiles : mobilisez-vous !

26Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Ma signature du texte Brexit : vingt intellectuels eurocritiques lancent un appel pour un nouveau traité, un récapitulatif

Quand on m’a proposé l’autre jour de m’associer à un appel pour une reprise à nouveaux frais du projet européen : Brexit, vingt intellectuels eurocritiques lancent un appel pour un nouveau traité, j’ai fait ce que je fais toujours dans un cas comme celui-là : j’ai regardé qui me l’envoyait, ce que ça disait, et qui d’autre signerait. Continuer la lecture de Ma signature du texte Brexit : vingt intellectuels eurocritiques lancent un appel pour un nouveau traité, un récapitulatif

8Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Une manœuvre grossière mais habilement menée, par Zébu

Billet invité. P.J. : C’est bien volontiers que je publie ici le reproche que m’adresse Zébu d’avoir signé l’appel Brexit : vingt intellectuels eurocritiques lancent un appel pour un nouveau traité.

Quand on signe le texte d’un appel pour un nouveau traité européen après un Brexit, on est sans doute moins regardant quant à la teneur dudit texte quand on sait la présence parmi ses signataires de personnes proches de votre positionnement. Mais quand on reçoit un appel téléphonique d’une chaîne de télévision financée par l’État russe, qui diffuse en français, deux jours après avoir signé cet appel, on peut commencer à se poser des questions.

Continuer la lecture de Une manœuvre grossière mais habilement menée, par Zébu

10Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

SYRIE : APRES SON ECHEC MILITAIRE, POUTINE PASSE A L’OFFENSIVE DIPLOMATIQUE, par Cédric Mas

Billet invité.

Après une période de ralentissement en début de semaine, l’agenda de la crise syrienne semble s’accélèrer depuis la visite surprise de Bachar el-Assad à Moscou mardi 20 octobre au soir (transporté dans un appareil russe pour son 1er déplacement hors de la Syrie depuis 2011, et sa première sortie de Damas depuis 2012 – voir commentaires sous ce billet).

Continuer la lecture de SYRIE : APRES SON ECHEC MILITAIRE, POUTINE PASSE A L’OFFENSIVE DIPLOMATIQUE, par Cédric Mas

68Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Coup d’État en Russie ? Poutine éliminé ?

Vous êtes plusieurs à me demander ce qu’il faut penser de la rumeur d’un coup d’État en Russie et de l’élimination éventuelle de Vladimir Poutine. Je ne sais absolument rien à ce sujet, j’en suis réduit à lire ce qui apparaît ici et là dans la presse : dans le Daily Mail, le Huffington Post ou dans Haaretz.

Alors que nous analysons systématiquement l’information financière internationale au Blog de PJ et pouvons ainsi découvrir des pépites que nous vous communiquons, nous n’avons pas d’accès privilégié aux informations de ce type.

16 mars, 11h06 : Poutine en bonne santé (AFP).

12h09 : Poutine apparaît en public après dix jours d’une absence qui a alimenté les rumeurs (AFP).

5Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Addendum à « Des similitudes qui font froid dans le dos », par Michel Leis

Billet invité.

Addendum à mon billet du 16 décembre 2014 : Des similitudes qui font froid dans le dos.

Il est probable que nul ne saura jamais la vérité sur l’assassinat de Boris Nemtsov, mais il est par contre certain que « l’enquête » demandée par le Kremlin livrera un coupable. Si on met de côté la thèse de la « manipulation pour déstabiliser la Russie », à peu près aussi crédible que la thèse de l’incendie du Reichstag commandité par les communistes, reste à voir le contexte de cet assassinat.

Quelques commentateurs russes indépendants pointent du doigt les mouvements ultranationalistes qui fleurissent un peu partout en Russie. Pour ces mouvements, toute remise en cause du soutien accordé par Moscou aux séparatistes pro-russes est inadmissible. Dans le même temps, il paraît peu vraisemblable que le pouvoir ait formellement ordonné cet assassinat, au même titre que le pouvoir nazi ne commandita pas explicitement toutes les exactions commises dans la période 1933-34 par les diverses factions se réclamant du nazisme. Reste que dans la Russie d’aujourd’hui, le climat délétère et de haine croissante contre l’Occident, soigneusement entretenu par les médias officiels, crée une toile de fond où ce type d’évènement est devenu inéluctable.

Continuer la lecture de Addendum à « Des similitudes qui font froid dans le dos », par Michel Leis

102Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

LES ÉMERGENTS SOUFFRENT ET LA RUSSIE EST AU TAPIS, par François Leclerc

Billet invité.

Sonnés, les dirigeants russes se tâtent pour vérifier s’ils sont entiers. Les grandes entreprises exportatrices ont été mises à contribution pour vendre les devises dont elles disposent et contribuer à la stabilisation du rouble, afin d’épargner la Banque de Russie qui a dépensé plus de dix milliards de dollars depuis le début du mois, et dont les réserves abondantes ne sont pas inépuisables. Dans l’attente d’autres mesures, elle va faciliter l’accès aux devises étrangères et protéger les banques de leurs pertes comptables.

Le premier ministre Dmitri Medvedev affirme aujourd’hui qu’aucune mesure d’encadrement des changes ne sera prise, afin de ne pas porter atteinte aux principes du marché, dit-il. Mais, en tout état de cause, le rouble aura perdu la moitié de sa valeur depuis le début de l’année, et rien ne pourra empêcher la Russie d’entrer dans une franche récession, et de connaître simultanément une flambée inflationniste des prix. Le système bancaire va être soumis à rude épreuve en raison de l’endettement des entreprises et des particuliers en devises étrangères. Composé d’une myriade de petits établissements côtoyant une poignée de grands établissements, ce système est très fragile et va devoir être restructuré dans l’urgence. Enfin, Vladimir Poutine – qui s’est tenu à l’écart afin de se démarquer du gouvernement, seul responsable selon lui de la conduite de la politique économique – tirera demain les leçons politiques et essayera d’en faire autant avec les marrons du feu en faisant une fois de plus appel au chauvinisme russe, sa carte favorite.

Continuer la lecture de LES ÉMERGENTS SOUFFRENT ET LA RUSSIE EST AU TAPIS, par François Leclerc

0Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

LES GROSSES FICELLES DU G20, par François Leclerc

Billet invité

Attendu comme l’annonce de Philea se posant sur sa comète, ou presque, le communiqué du G20 de Brisbane est enfin tombé. Vladimir Poutine a loué son « atmosphère constructive » après avoir failli en claquer la porte et s’être contenté de le quitter un peu avant la fin, car il avait besoin de dormir a-t-il déclaré. Mais le pompon revient aux 2,1 % de croissance que le monde va assurément connaître d’ici 2018, d’après le communiqué final, et à la manne de 2.000 milliards de dollars américains qui va nous inonder ainsi qu’aux millions d’emplois qui vont être créés : 2 %, c’était du doigt mouillé, 2,1 % ne peut que résulter d’un savant calcul crédibilisant la promesse.

Angel Gurria, le secrétaire général de l’OCDE, ne s’est pas contenté de reconnaître que l’économie mondiale était « collée dans l’atelier de réparation » et que les marges de manœuvre fiscales et monétaires étaient « très limitées », il a aussi affirmé que les « réformes structurelles » étaient en conséquences « la seule manière d’avancer », le communiqué proscrivant le protectionnisme et les dévaluations compétitives… Vite, une autre bouteille à la mer !

Continuer la lecture de LES GROSSES FICELLES DU G20, par François Leclerc

7Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Vol MH 17 : À QUI PROFITE LE TROUBLE ? par François Leclerc

Billet invité

Un chasseur ukrainien était à proximité de l’avion de ligne malaysien, à distance de tir d’un missile air-air, avant que ce dernier ne soit abattu, selon le général Andreï Kartapolov de l’État-major des forces russes, qui a par ailleurs nié toute livraison de matériel militaire aux séparatistes ukrainiens, et tout particulièrement de systèmes de missiles mobiles sol-air. Il a également fait état de la présence près de Donetsk d’un tel système sous contrôle de l’armée ukrainienne au moment du crash. Telle est la substance d’une intervention destinée à faire pièce aux accusations d’origine américaine et ukrainienne mais qui n’est pas convaincante.

Selon Kartapolov, les Ukrainiens avaient donc deux possibilités d’abattre l’avion de Malaysia airlines, et les séparatistes aucune, bien qu’il se garde de dire que les premiers ont tiré et abattu l’avion. Mais à trop vouloir prouver, on affaiblit parfois sa démonstration : comment croire que les installations de détection russes, qui seraient capables de détecter le chasseur et une batterie de missiles, soient passées à côté d’un tir de missile qui dans les deux cas serait difficilement passé inaperçu ? Comment croire que les Russes n’aient pas fourni de matériel militaire aux séparatistes, après la mascarade à laquelle ils se sont prêtés – et qu’ils ont niée – en camouflant leurs troupes d’élites ainsi que leurs blindés légers ? Tout cela vient trop à point nommé, et tardivement de surcroît.

Continuer la lecture de Vol MH 17 : À QUI PROFITE LE TROUBLE ? par François Leclerc

0Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Vol MH 17 : UN DEAL EST UN DEAL ! par François Leclerc

Billet invité.

Vladimir Poutine vient de commencer à remplir sa part du contrat en déclarant ce matin que « la Russie fera tout ce qui est en son pouvoir pour que le conflit passe d’une phase militaire à une phase de négociations pacifiques par des voies exclusivement diplomatiques ». L’échange de bons procédés négocié par la Chancelière allemande connait un début d’application : la Russie ne sera pas mise en cause à propos du tir du missile ayant abattu l’avion de Malaysia airlines et va en contrepartie s’engager dans des négociations politiques à propos de l’Ukraine. Angela Merkel a pris le risque que ces négociations tournent court ultérieurement sous un prétexte quelconque, sauf à révéler ultérieurement ce qui est a priori destiné à rester un mystère non élucidé. Attendons de voir comment les autorités américaines vont réagir et ce que les ministres des affaires étrangères européens réunis ce soir diront, et enregistrons que David Cameron, le « cousin » britannique, a demandé une enquête complète sur ce qui s’est passé dans un article écrit pour le Sunday Times, impliquant la Russie et lui demandant non seulement d’encourager un cessez-le-feu en Ukraine mais de rendre disponible toutes les informations dont elle dispose à propos du crash…

Continuer la lecture de Vol MH 17 : UN DEAL EST UN DEAL ! par François Leclerc

0Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Vol MH17 : UNE GROSSE ARÊTE DANS LA GORGE, par François Leclerc

Billet invité.

En choisissant de fermer les yeux, Angela Merkel et François Hollande ont sciemment décidé de laisser passer l’occasion d’imposer un cessez-le feu en Ukraine et de porter un coup d’arrêt au soutien russe aux séparatistes ukrainiens de l’Est. Et les autorités américaines – qui pointent du doigt les Russes – peuvent difficilement rendre publics les éléments dont ils disposent sans prendre à contrepied leurs alliés européens. Une division qui n’est pas nouvelle vis à vis de la Russie et dont Vladimir Poutine a usé et abusé.

Depuis le début des évènements ukrainiens, ce dernier s’est réfugié dans la plus parfaite des mauvaises fois, masquant l’intervention russe par de multiples subterfuges – comme la présence de troupes en uniforme sans signes distinctifs – avant d’armer, encadrer et financer une petite armée de volontaires favorables au rattachement à la Russie. Désormais entérinée comme un fait accompli faisant à nouveau des Tatars les victimes de l’histoire, l’annexion de la Crimée n’a pas suffi, et une large partie de l’Est de l’Ukraine où est concentrée la population russophone a pour vocation de faire sécession, l’instauration de la « République populaire du Donetsk » le concrétisant.

Continuer la lecture de Vol MH17 : UNE GROSSE ARÊTE DANS LA GORGE, par François Leclerc

0Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail