Les considérations « purement techniques » ou « Comment on nous prend pour des imbéciles »

Ouvert aux commentaires.

La complexité croissante de notre monde permet qu’on nous prenne en haut-lieu de plus en plus pour des imbéciles – en toute impunité – en présentant des choix idéologiques majeurs comme de « simples ajustements techniques », dont des bureaucrates bienveillants auront l’amabilité de s’occuper pour nous, nous permettant ainsi de regarder le foot en toute quiétude.

Continuer la lecture de Les considérations « purement techniques » ou « Comment on nous prend pour des imbéciles »

Partager

« Osons » le zéro Hulot pour le zéro nucléaire, par Thierry Ribault

Billet invité. P. J. : Faut-il s’en prendre par priorité à ses ennemis où à ses « alliés objectifs » dont on suppose qu’ils « pourraient faire beaucoup mieux » ? Mon choix personnel est clair : à ses ennemis, et c’est un reproche que je ferais à la gauche en général, d’avoir toujours préféré l’entre-déchirement à la lutte ciblée au bon endroit. Le débat sur les questions soulevées ici est cependant essentiel, c’est pourquoi je publie ce billet, mais seulement parce que je sais que d’autres viendront remettre en question, non pas les faits – qui sont avérés – mais l’approche, qui pourrait être plus consensuelle.

Continuer la lecture de « Osons » le zéro Hulot pour le zéro nucléaire, par Thierry Ribault

Partager

Fukushima, bilan d’une situation sanitaire inquiétante, par Cécile Asanuma-Brice

Billet invité.

Tant est grand l’irrationnel en cet affaire et par-delà les contradictions qui dépassent l’entendement, simultanément à l’annonce des résultats du groupe de recherche INWORKS (Ionising radiation and risk of death from leukemia and lymphoma in radiation-monitored workers) selon lesquels le risque de mortalité par leucémie ou myélome multiple des travailleurs de centrales nucléaires après exposition à des faibles doses est désormais avéré [1], le gouvernement japonais, avec l’aval de l’AIEA [2], a relevé les doses acceptables pour les travailleurs du nucléaire de 100msv/an à 250 msv/an en cas d’urgence [3].

Continuer la lecture de Fukushima, bilan d’une situation sanitaire inquiétante, par Cécile Asanuma-Brice

Partager

IMAGINE, demain le monde : Gloire aux Générations futures !,
N° 110, juillet-août 2015

Ouvert aux commentaires.

IMAGINE, demain le monde, le numéro 111 est aujourd’hui en librairie. Ma chronique pour le N° 110.

Gloire aux Générations futures !

Quand j’étais petit, dans les années cinquante, les grands nous expliquaient qu’ils n’avaient qu’un seul souci : se sacrifier pour les générations futures.

Continuer la lecture de IMAGINE, demain le monde : Gloire aux Générations futures !, N° 110, juillet-août 2015

Partager

Les maîtres chanteurs du nucléaire redémarrent un réacteur au Japon face à une résistance effroyablement inoffensive, par Thierry Ribault

Billet invité

Le 11 août 2015, le réacteur n°1 de la centrale nucléaire de Sendaï, dans le département de Kagoshima situé au sud-ouest du Japon, a redémarré. L’administration Abe souhaite donner à ce moment un caractère décisif pour sa stratégie énergétique, considérant le nucléaire comme « vital » pour l’avenir de la nation, au même titre qu’entre 1931 et 1945, l’occupation de la Mandchourie était également considérée comme « vitale » pour un Empire dont on connaît le bel avenir auquel il a été promis.

Continuer la lecture de Les maîtres chanteurs du nucléaire redémarrent un réacteur au Japon face à une résistance effroyablement inoffensive, par Thierry Ribault

Partager

La loi sur la transition énergétique a été votée… hélas…, par Philippe Soubeyrand

Billet invité. Ouvert aux commentaires.

La loi sur la transition énergétique a donc été votée en l’état [1] ce mercredi 22 juillet 2015. L’ensemble des 20 actions dites « phares » par la Ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, sont saluées par une partie de la classe politique française, alors que la Ministre scande tout haut : « La France exemplaire pour la COP21 »…

Exemplaire ?

Continuer la lecture de La loi sur la transition énergétique a été votée… hélas…, par Philippe Soubeyrand

Partager

VILLAGES POTEMKINE À FUKUSHIMA, par François Leclerc

Billet invité.

« Une prison à ciel ouvert de confinement dans les maisons et sur les routes » : c’est par cette description peu engageante que Greenpeace décrit le projet de retour des évacués de la région autour de la centrale de Fukushima qui est mené à grand train, normalisation oblige.

Continuer la lecture de VILLAGES POTEMKINE À FUKUSHIMA, par François Leclerc

Partager

Fukushima : CES ROBOTS QUI LES TRAHISSENT, par François Leclerc

Billet invité.

Quarante années de travaux de démantèlement de la centrale dévastée de Fukushima avaient été annoncés, il fallait bien dire quelque chose pour faire semblant de maitriser la catastrophe ! Mais, le nez sur les premiers obstacles sérieux, les premiers retards par rapport à ce calendrier de circonstance sont enregistrés.

Continuer la lecture de Fukushima : CES ROBOTS QUI LES TRAHISSENT, par François Leclerc

Partager

EPR de Flamanville : de mieux en mieux ! par Roberto Boulant

Billet invité.

Les journalistes de Mediapart ont eu accès à un rapport de l’IRSN (Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire) révélant des « défaillances multiples »concernant les soupapes de sûreté du pressuriseur. Ces pièces dont le principe de fonctionnement est le même que celui de la soupape d’une banale cocotte-minute, sont des éléments vitaux pour la chaine de sécurité du réacteur. Elles se situent sur le pressuriseur qui permet de contrôler la pression et la température de l’eau circulant dans le circuit primaire.

Continuer la lecture de EPR de Flamanville : de mieux en mieux ! par Roberto Boulant

Partager

Une réalité nucléaire qui dépasse la fiction, par Cédric Chevalier

Billet invité.

Le directeur de l’Agence fédérale belge de contrôle nucléaire dérape et décrédibilise l’institution censée protéger la vie et la santé des citoyens Belges.

Le choix de l’usage de l’atome à des fins de production civile d’énergie implique une lourde responsabilité de la part de ceux qui ont la charge de la sécurité et de la sûreté nucléaire [1]. Une responsabilité envers les citoyens d’ici et d’ailleurs, d’aujourd’hui et de demain.

Continuer la lecture de Une réalité nucléaire qui dépasse la fiction, par Cédric Chevalier

Partager

Nucléaire belge – La lettre et l’esprit de la loi – L’autojustification humaine a posteriori, par Cédric Chevalier

Billet invité

Le dossier du nucléaire civil, un des sujets phares de ce blog, connaît des développements critiques en Belgique.

Pour ceux qui suivent l’actualité belge, vous aurez remarqué qu’un des dossiers chauds du moment est la prolongation ou non des deux réacteurs nucléaires civils situés à Doel (à 25 km au Nord d’Anvers en Belgique) : Doel 1 et Doel 2.

Continuer la lecture de Nucléaire belge – La lettre et l’esprit de la loi – L’autojustification humaine a posteriori, par Cédric Chevalier

Partager

Invasion de cliquets, par Timiota

Billet invité. À propos de Martin Gilens and Benjamin I. Page : Testing Theories of American Politics: Elites, Interest Groups, and Average Citizens, Perspectives in Politics, September 2014, discuté dans Le temps qu’il fait le (jeudi) 16 avril 2015.

L’invasion de cliquets

Sauf si vous êtes un cyborg, une fois une langue maternelle apprise, apprendre une autre langue est une difficulté incomparable:  c’est que votre cerveau a « pris des plis ».


Cliquet de langue

Les cliquets, c’est un peu ça, quelque chose qu’on fait au début, puis qui vous coince après. Pour la langue, ce cliquet se transforme en un vrai bonheur : les efforts mis dans les langues ouvrent nos oreilles et nos cœurs plus sûrement que vingt sermons. Car la langue est le cliquet de nos vies-mêmes : explorer d’autres langues, c’est explorer d’autres vies. Explorer sa langue, c’est être poète.

Continuer la lecture de Invasion de cliquets, par Timiota

Partager

EPR de FlamanvilleTINA, option Abracadabra ! par Roberto Boulant

Billet invité. Ouvert aux commentaires.

Les Français connaissaient déjà les nuages radioactifs qui s’arrêtent aux frontières, voilà qu’ils découvrent les ministres-devins.

Alors que de graves doutes se font jour, sur la résilience des aciers spéciaux constituant le couvercle et le fond de la cuve du réacteur EPR de Flamanville. Alors que le président de l’ASN a déclaré qu’il sera nécessaire d’avoir une quasi-certitude quant à la fiabilité et à la sécurité, avant d’envisager tout démarrage. Ségolène Royale, ministre de l’Écologie et de l’Énergie, a balayé toutes les interrogations d’un simple revers de main. En les ramenant au rang de simples ajustements, elle en nie la gravité et annonce par avance, la reprise des travaux dès l’automne prochain.

Continuer la lecture de EPR de FlamanvilleTINA, option Abracadabra ! par Roberto Boulant

Partager

EPR de Flamanville : Qui va l’emporter ? La noble vérité ou la dure réalité (économique) ?, par Roberto Boulant

Billet invité.

Le couvercle et le fond du réacteur de l’EPR de Flamanville présentent des valeurs de résilience en dehors des normes prévues. Quand on connait la prudence et le soin dans le choix des mots, dont et coutumière l’ASN, on se dit que le problème est vraiment énorme pour que son président dise, selon Le Figaro : « Je ne présage en aucune manière de la décision qui sera prise, compte tenu de l’importance de l’anomalie, que je qualifie de sérieuse, voire très sérieuse. » (Voir aussi Le Monde).

Les protections périphériques et le circuit primaire ayant déjà était posées, s’il s’avère qu’il faut changer la cuve, la seule solution consistera… à tout casser pour la sortir !

Question n°1 : qu’en est-il des autres EPR ? Les cuves livrées à la Chine ont-elles le même problème ?

Question n°2 : devinez qui va payer ?

À moins bien sûr que l’exploitant torde le bras de l’ASN en passant par le niveau politique. Sur le thème du « les valeurs relevées, bien qu’en-dehors des normes, sont tout de même largement suffisantes pour assurer le bon fonctionnement du réacteur ».

Affaire à suivre…

Partager

LE DÉMANTÈLEMENT DE FUKUSHIMA N’EST PAS BIEN PARTI, par François Leclerc

Billet invité.

Le projet de démantèlement à long terme de la centrale de Fukushima, dans lequel les autorités japonaises et mondiales se sont engagés, suscite deux grandes interrogations qui ne sont pas prêtes de trouver une réponse satisfaisante : que faire de l’eau contaminée après refroidissement des réacteurs – dont le stockage précaire actuel est provisoire – et quelles solutions inventer pour récupérer et stocker les trois coriums dont la localisation n’est pas établie, qui représentent 250 tonnes de matière nucléaire hautement radioactive ?

Pour la première d’entre elles, l’Agence Internationale de l’énergie atomique (AIEA), qui renvoie une mission sur le site de Fukushima du 17 au 21 avril, préconise faute d’autre solution un expédient : la rejeter à la mer après l’avoir autant que possible décontaminée. On n’en sera pas surpris, connaissant sa détermination à défendre l’énergie électronucléaire dont elle représente de facto les intérêts. Yukiya Amano, son directeur général, en a fait preuve la semaine dernière en réaffirmant à son propos que « malgré l’accident de Fukushima Daiichi, elle continue à jouer un rôle important dans le mix énergétique mondial ». L’AIEA participe activement à la normalisation en cours en apportant sa caution.

Continuer la lecture de LE DÉMANTÈLEMENT DE FUKUSHIMA N’EST PAS BIEN PARTI, par François Leclerc

Partager

Et les « boîtes noires » des centrales nucléaires ?, par Alain Corréa

Billet invité.

La vérité est parfois cruelle mais ces jours-ci, elle a pris une allure épouvantable avec la découverte de l’origine du crash de l’Airbus allemand. En effet, le CVR ou cockpit voice recorder (enregistreur de conversations de la cabine de pilotage) a permis de savoir que le copilote avait sciemment précipité l’avion et ses passagers vers une mort certaine.

Sans le CVR, peu de personnes auraient imaginé cette hypothèse.

Le BEA analysait les éléments sonores mais la soudaineté de l’accident et son étrange « scénario » rendaient l’attente insupportable. Cette connaissance macabre mais essentielle a toutefois été possible grâce à une indiscrétion des milieux de l’enquête relayée par le New York Times, le tout à peine 48 heures après le terrible drame. Les auteurs des fuites font d’ailleurs l’objet d’un dépôt de plainte contre x par le syndicat des pilotes de ligne pour avoir rompu le secret de l’instruction (1).

Continuer la lecture de Et les « boîtes noires » des centrales nucléaires ?, par Alain Corréa

Partager

L’ÉCONOMIE DU NUCLÉAIRE JAPONAIS, par François Leclerc

Billet invité.

Dépourvu d’énergies fossiles, le Japon ne l’est pas d’une activité sismique intense. Mais cela n’a pas dissuadé les docteurs Folamour du Village nucléaire d’en faire un paradis de l’électronucléaire, à moins que ce ne soit un enfer. À la suite de la catastrophe de Fukushima, le redémarrage des réacteurs nucléaires du parc japonais est toujours suspendu au feu vert de la nouvelle autorité de sûreté, créée en septembre 2012 sur les décombres de la précédente. Celui-ci est un préalable à toute décision des autorités politiques locales et nationales.

Certains réacteurs sont d’ores et déjà voués au démantèlement, d’autres doivent subir d’importants travaux pour ne pas connaitre le même sort, d’autres enfin attendent encore le verdict. Les risques géologiques potentiels des sites sur lesquels ils ont été construits sont un critère important, renvoyant à la légèreté des décisions d’autorisation précédemment prises, qui sont réexaminées. À chaque fois, une même question est posée : une faille à proximité de la centrale est-elle ou non active ? Rétrospectivement, cela n’est pas spécialement rassurant. Des batailles d’experts s’en suivent, qui témoignent de la difficulté à trancher, si ce n’est de la complaisance présumée de ceux qui épousent la thèse des opérateurs des centrales. Mais le doute devrait naturellement prévaloir, et la nouvelle autorité de sûreté a sa réputation à défendre. Cela demande à être confirmé.

Continuer la lecture de L’ÉCONOMIE DU NUCLÉAIRE JAPONAIS, par François Leclerc

Partager

FUKUSHIMA : LES TROIS CORIUMS NE SONT PAS LÀ OÙ ILS DEVRAIENT ÊTRE… par François Leclerc

Billet invité.

Le résultat du premier test de localisation dans le réacteur n°1 de l’un des trois coriums de la centrale de Fukushima a mis en évidence qu’il avait tout simplement disparu, présumé au fond du réacteur sans savoir s’il a ou non traversé la semelle de béton qui l’isole du sous-sol. Il aura fallu quatre ans pour arriver à cette conclusion, combien faudra-t-il de temps pour dire où il se trouve ?

Menée sous la conduite de chercheurs de l’Université de Tsukuba, l’expérience a fait appel à l’émission de particules à haute énergie appelées muons, qui ne sont arrêtées dans leur course que par des substances à haute densité, comme le corium, ce qui permet de produire une image de celui-ci s’il fait obstacle. Le corium est un amalgame à très haute température et très haut degré de radioactivité du combustible nucléaire fondu avec ce qui l’entourait et qu’il rencontre ensuite sur sa trajectoire, après rupture de la cuve en acier du réacteur. Il doit alors être refroidi en permanence par des injections d’eau massives dans le réacteur.

L’expérience n’a fait que confirmer ce que des simulations et des calculs avaient déjà laissé supposer, mais elle pose désormais dans toute son étendue la problématique de la récupération des trois coriums, la situation devant être identique au sein des réacteurs n°2 et 3. Pour faire bonne contenance, un calendrier a été annoncé, selon lequel les travaux d’enlèvement pourraient débuter en 2020 et durer entre vingt et trente ans. Mais, dans l’état des connaissances et des technologies disponibles, ces prévisions ne reposent que sur le besoin d’accréditer l’objectif de démantèlement de la centrale et de justifier par cette fin heureuse le redémarrage des autres.
Continuer la lecture de FUKUSHIMA : LES TROIS CORIUMS NE SONT PAS LÀ OÙ ILS DEVRAIENT ÊTRE… par François Leclerc

Partager