27 réflexions sur « Vidéo – Fukushima / François Leclerc »

  1. Écrit à l’époque

    voir
    https://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/la-fin-d-un-monde-11-09-2001-11-03-91725

    Le début du texte
    « Le terrible séisme intervenu au Japon et la catastrophe de Fukushima apparaitront sans doute comme la scansion d’une période capitale dans l’évolution des sociétés humaines ; le 11 mars 2011 est l’une de ces dates clés dont l’on se souviendra comme la borne et la frontière d’un monde. »

    neotopia2017.blogspot.com/

  2. Et c’est le jour que le CAC 40 a choisi pour revenir à 6000 après avoir été à 3600 l’an passé à la même période, avec les dividendes on explose même le score. Crise effacée largement au niveau boursier et remontée historique de la bourse à coup de milliards des banques centrales (1 milliard/heure!), des endettements des Etats, de « destruction créatrice » et donc de précarité et détresse sociale accentuée.

    Question : où va-t-on, un Monde nouveau moins humain et plus capitaliste encore (jusqu’à ce que ça craque) ou bien une crise majeure, en cours, l’air de rien, et qui va apparaitre à l’Automne ?

  3. Medellín, le 11 mars 2021

    @Paul Jorion

    Cher Paul,

    1. Bienque je ne sache pas si la cause de votre voix presque inaudible sur ce vidéo doit se trouver de ce coté de l »étang, il me parait important de signaler ce probleme.

    2. En ce qui concerne votre inquiétude (oui cet aspect du ¨ton¨ de votre présentation sortait tres bien sur mon ordinateur portable (HP) ), j’aimerais ajouter les observations suivantes.

    a. L’action presque inmédiate, audace, de Mme. Angela Merkel, la chancelliere de l’Allemagne, quant a sa proposition, et décision, de fermeture de tous les centrales nucléaires en Allemagne apres le desastre de Fukushima. Cela en contraste avec l’état napoléonnien voisin La France, qui joliment continue avec sa politique énergétique de ¨betting on the nuclear¨, non seulement en France mais aussi, et peut etre bien de le souligner, surtout au Niger.

    (voir aussi:

    https://www.bfmtv.com/economie/sortie-du-nucleaire-berlin-va-verser-2-4-milliards-d-euros-d-indemnites-aux-energeticiens_AD-202103050241.html

    et

    https://www.usip.org/publications/2020/11/niger-foreign-security-interests-undermine-stability-what-can-be-done )

    b. Entretemps et en contraste avec l’Allemagne, d’autres pays en Europe et une tres grande et importante partie de l’Amérique Latine, sur l’échelle mondiale, les acteurs ¨nucléaires¨ comme la France, les EEUU, le Japon, et notamment le couple ¨inséparablement uni¨ Russie-Chine, continuent avec leurs pratiques de prolifération de la technologie nucléaire, malgré les preuves colossales de la supérioté des solutions renouvelables, décentralisées, pacifiques, non-nucléaires, et écologiquement aimables, sans nécessité de protection militaire excessive.

    c. Entre-temps, M. Erdogan sait très bien et précisément comment aller à contre-courant de la dénucléarisation.

    https://www.world-nuclear.org/information-library/country-profiles/countries-t-z/turkey.aspx

    https://www.fmprc.gov.cn/fra/zxxx/t1843415.shtml

          1. Je fais partie de la classe « pauvre » (la tranche des 10% les plus bas là où je vis), et n’ai donc jamais vraiment envisagé de m’abonner à votre blog (même si je me dis de plus en plus souvent que je devrais le faire).
            Mais j’ai vraiment envie de participer d’une manière ou d’une autre.
            Oserais-je vous proposer de vous offrir un micro spécial streaming ?
            Un léger et pas trop encombrant, mais qui assurerait une qualité de son plus égale dans vos vidéos ?
            Je me débrouille assez bien pour trouver des prix assez bas, donc ce ne serait pas un sacrifice pour mon budget.
            Serait-ce acceptable à vos yeux, et surtout, serait-ce utile, dans le sens que vous consentiriez à essayer de l’utiliser ?

                1. Si on peut être tenu au courant des bonnes filières pour « avoir de bons prix bas » , je suis sur que Paul Jorion , dans le cadre de ses travaux sur la formation du prix , sera heureux de compléter ses analyses sur les rapports de forces .

                  1. Meuh non, tout le monde sait bien que le prix, c’est la main magique qui vient aider l’offre et la demande à s’équilibrer… ^^

                    1. Ça , on connait déjà , ce qui m’intéressait c’est la main magique de Grotroll , pour obtenir le prix le plus bas .

                    2. Main magique…mmmmh…j’aurais plutôt parlé de la main verte et velue du gros troll… ;-p

  4. Pour les curieux anglophones, voici le rapport des Nations-Unis sur les conséquences sanitaires des exposions de Fukushima : https://www.unscear.org/docs/publications/2020/UNSCEAR_2020_AnnexB_AdvanceCopy.pdf (on peut trouver facilement des articles journalistiques en français).

    On peut en retenir que Tchernobyl garde haut la main le pompon du pire accident nucléaire de l’histoire, à ce jour (moins de rejets radioactifs, dont 80 % emportés vers la mer, meilleure réactivité des japonais, évacuation bien plus rapide).

    1. Une catastrophe nucléaire peut elle être « moins pire » ? Une catastrophe nucléaire dure un a deux siècles. Dites-moi où, en quel pays européen, une telle catastrophe serait « moins pire ».

      1
      1. La quantité et la nature des radionucléides rejetés, le déroulement de l’accident (l’enceinte de confinement s’est-elle ouverte ou non ?), sa gestion, la météo, l’emplacement de la centrale, la population concernée, la nature du sous-sol… Bien des facteurs jouent pour faire d’énormes différences entre deux accidents.

        Pour le type de réacteur utilisé en France, l’accident de référence reste Three Mile Island (fusion du coeur sans perte de confinement, rejets très limités).

  5. Dans le peu de commentateurs médiatiques qui rappellent cette date anniversaire, toujours la même hypocrisie sur la présentation du danger de la radiation:
    On nous vend la globalité d’un chiffre d’exposition qui correspondrait à un seuil de dangerosité en dessous duquel on ne risque rien….
    Toujours le même amalgame complaisant entre « irradiation » où là, le seuil de dangerosité se comprend (on est éclairé par le rayonnement, mais on n’ingère pas sa source _ l’effet est donc passager) et la « contamination » où là le seuil identique présenté comme anodin est au contraire très dangereux (on avale la source du rayonnement et il y a de grandes chances qu’on ne puisse s’en débarrasser à vie même par chélation_ donc on subit un rayonnement permanent interne fixé sur un point chaud).
    C’est toute la problématique entre être seulement éclairé par une lampe et avaler la lampe avec sa source d’énergie.
    L’irradiation ça se discute , tandis que la contamination n’est pas admissible.
    D’autant que les particules radioactives ont des comportements électrochimiques particuliers qui les font confondre par le corps humain avec certains éléments essentiels pour son développement. C’est le cas du calcium des os , ce qui explique en partie les maladies du sang et les problématiques de tumeurs sur le squelette. La particule radioactive est confondue avec le calcium et est intégrée au métabolisme.
    Nous n’entendons plus parler de la congélation du sol de la centrale (où cela en est?) pour éviter les infiltrations ; ni de l’éventualité de rejets volontaires de l’eau corrompue dans l’océan.
    De même nous n’entendons plus parler de la dissémination lente par les voyageurs de la poussière radioactive résiduelle et des contrôles par des portiques spécialisés dans les aéroports de la radioactivité transportée.
    D’ailleurs, l’idéologie du « sans frontiérisme » a, semble-t-il, encore bloqué en France les équipements nécessaires que d’ailleurs la chine avaient inaugurés dès les premiers temps de la catastrophe (désolé pour l’élément de langage désormais connoté politiquement_ vous ferez la part des choses en sachant que cela ne s’applique pas à tout et n’importe quoi)
    J’en viens aussi à suspecter (sans en être sûr) que malgré le covid, la température des voyageurs n’est toujours pas contrôlée systématiquement par des portiques . (une amie a pris l’avion avec une fièvre de cheval due à une intoxication alimentaire_en ayant auparavant été chez son médecin pour être sûre que ce n’était pas le covid)
    D’ailleurs on sait qu’en France, dès que l’on parle d’investissement, le réflexe pavlovien du patronat le plus décadent d’Europe, ou de son émanation collusive étatique , c’est la pingrerie de principe pour tout ce qui sert à ce que sans doute ils perçoivent comme « populasse ».
    Je me souviens qu’en pleine crise du COVID les personnels navigants avaient lâché qu’ils ne faisaient la désinfection des cabines que toutes les 8 rotations (et tant pis si entre-temps un contaminateur avait fait le voyage…)
    D’ailleurs en France, la crasse (visible ou invisible), l’inadéquation et le sous-dimensionnement des équipements destinés au public , c’est la norme. (et ne parlons pas des w.c. , mal conçus , dont la salle d’eau est fermée par des portes qui vous obligent après vous être lavé les mains, à vous recontaminer en touchant la poignée pour sortir )
    Pourtant virus ou radioactivité participent du même entraînement pour s’en prémunir (éviter les sources de dissémination d’un pathogène invisible) ; et on aurait pu à cette occasion un peu mieux penser les équipements, dispositifs et entretiens de salubrité sans laisser cela à l’anarchie des acteurs et au bon vouloir des individus pour se contenter de règles minimalistes qui ne nécessiteraient pas de subventionner une « montée en gamme ».
    Je suis frappé de voir comment dans cette crise du covid, on conçoit de donner de l’argent aux entreprises (qui peuvent inventer tous les modes comptables ou organisationnel d’évaporation vers les dividendes sous prétexte de productivité) , mais on ne conçoit pas de subventionner l’investissement matériel vers une montée en gamme… Sans doute comme le matériel cela reste, c’est un outil de travail concret peu « financiarisable » et difficilement « délocalisable ».
    C’est la même chose pour les enseignements et les réglementations tirés de Fukushima (quelques équipements rendus obligatoires façon sparadrap), mais toujours pas de filière « robot » conçue pour créer les moyens d’intervention en milieu hostile . La recherche s’est perdue dans les limbes, ce qui signifie que « l’accident majeur » n’est toujours pas sérieusement envisagé; on continue de penser qu’on a tout prévu!
    PS: Bon repos à F Leclerc et B. Btiegler

    4
  6. Cette semaine les médias abondent en commentaires sur les énergies propres.
    Cependant les édiles du CEA sont toujours incapables d’afficher le coût réel du KW, comme ils sont incapables de chiffrer le coût du démantèlement des centrales nucléaires. Et ils se gardent bien de relier les nombreux cancers de la thyroïde avec les taux de radioactivité démesurés, en Polynésie française à Fukushima.

    1
    1. … dommage que les acteurs et actrices disent leur texte comme s’ils n’avaient pas la moindre idée de quoi ça parle … C’est ce qu’on appelle « pas bien jouer » je suppose.

      1. Oui c’est vrai.
        Pour avoir vu la plupart des films et des séries sur ce thème, je ne peux pas dire que celle-ci mérite la palme d’or.
        De façon générale, et au risque de blesser les chauvins, il me semble qu’il y a une plus grande proportion d’acteurs de qualité chez nos voisins britanniques.
        A ce propos qui a vu « Years and Years » ?

        1. La plupart, mais as-tu vu Fukushima 50 ?
          https://fr.wikipedia.org/wiki/Fukushima_50_(film,_2020)
          Un film d’une tellement grande objectivité, où les supérieurs hiérarchiques parlent calmement et respectueusement à leurs subalternes, prennent des décisions en faisant fi des intérêts financiers et uniquement dans le but de sauver le monde ! Grandiose…
          Que dis-je, un monument de la filmographie japonaise !

    1. Simplification-déformation journalistique : ce n’est pas ce que dit le rapport ! Voir mon commentaire plus haut pour la source.

      La difficulté est qu’on ne sait pas prouver que certains effets, qui pourraient être dus aux rayonnements ionisants des rejets des réacteurs, leur sont bien attribuables, parce que les cas supplémentaires ne sont pas nettement plus nombreux, et qu’ils peuvent avoir d’autres causes (dont les rayonnements naturels ou médicaux).

      Par ailleurs, le traumatisme associé à la catastrophe et aux évacuations a fait des dégâts qui, eux, sont clairement identifiés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.