Mauvais temps pour les boutiquiers !

L’axe majeur de la contre-révolution ultralibérale des années 1970 fut que l’on devait gérer un État – et un État-Providence en particulier – non pas comme une institution ayant à cœur le bonheur de tous, mais comme une boutique où l’on compte ses sous sans se préoccuper de rien d’autre. Le père de Margaret Thatcher, souvenez-vous, était épicier.

Continuer la lecture de Mauvais temps pour les boutiquiers !

Partager

Retranscription – « Le monde des affaires est fasciné par le darwinisme », le 31 août 2014

« Le monde des affaires est fasciné par le darwinisme », le 31 août 2014. Merci à Marianne Oppitz !

Mais dans un monde qui est de plus en plus marchandisé, tout a un prix et tout ce qui crée de la valeur et qui n’a pas encore véritablement un prix, heureusement, n’est pas apprécié à sa juste valeur et, par conséquent, est considéré comme étant inutile, qu’il faut s’en débarrasser, etc. Continuer la lecture de Retranscription – « Le monde des affaires est fasciné par le darwinisme », le 31 août 2014

Partager

LE TEMPS QU’IL FAIT LE 7 JUILLET 2017 – Retranscription

Retranscription de Le temps qu’il fait le 7 juillet 2017. Merci à Pascale Duclaud !

Bonjour, nous sommes le vendredi 7 juillet 2017 et je suis dans une chambre d’hôtel à Aix-en-Provence parce que j’ai été invité aux Rencontres économiques d’Aix-en-Provence qui ont lieu une fois par an. C’est la première fois que je suis invité. Continuer la lecture de LE TEMPS QU’IL FAIT LE 7 JUILLET 2017 – Retranscription

Partager

« De l’anthropologie à la guerre civile numérique » – X. L’homme est un robot sentant

Suite et fin de l’entretien du 5 mai 2016 avec Franck Cormerais et Jacques-Athanase Gilbert de la revue Études digitales, en complément de l’entretien intitulé De l’anthropologie à la guerre civile numérique.

X. L’homme est un robot sentant

Continuer la lecture de « De l’anthropologie à la guerre civile numérique » – X. L’homme est un robot sentant

Partager

Le Tribunal de l’UE annule la décision de la Commission refusant l’enregistrement de la proposition d’initiative citoyenne européenne « Stop TTIP », par Jean-Paul Vignal

Billet invité. Ouvert aux commentaires.

Une (petite) bonne nouvelle : le Tribunal de l’Union Européenne vient de juger que la Commission avait eu tort de rejeter l’initiative citoyenne européenne du mouvement « Stop TTIP ». Il a fallu presque trois ans, et le traité CETA a été ratifie entretemps, mais c’est un début.

Continuer la lecture de Le Tribunal de l’UE annule la décision de la Commission refusant l’enregistrement de la proposition d’initiative citoyenne européenne « Stop TTIP », par Jean-Paul Vignal

Partager

Le nazisme était-il un anticapitalisme ? LE TEMPS QU’IL FAIT LE 6 MAI 2017 – Retranscription

Retranscription de Le temps qu’il fait le 5 mai 2017. Merci à Marianne Oppitz !

Bonjour, nous sommes le vendredi 5 mai 2017 et la semaine dernière, en pensant à la vidéo que je ferais aujourd’hui je vous ai dit que je ne manquerais pas de parler de l’actualité. Et en fait, je ne vais pas le faire. Je disais que je vous parlerais de l’actualité parce que nous sommes à deux jours du second tour de la présidentielle, en France. Je vais vous dire deux petits mots sur l’actualité et puis, je passerai à autre chose.

Continuer la lecture de Le nazisme était-il un anticapitalisme ? LE TEMPS QU’IL FAIT LE 6 MAI 2017 – Retranscription

Partager

Compte-rendu de Claude Simon, L’idéologie néolibérale : ses fondements, ses dégâts, Paris : TempsPrésent 2016, par Madeleine Théodore

Billet invité.

Le livre de Claude Simon, L’idéologie néolibérale : ses fondements, ses dégâts, est un ouvrage qui devrait circuler entre toutes les mains, tant la synthèse de l’auteur sur le passage du libéralisme à son contraire, l’ultralibéralisme, aussi bien que sa réflexion critique nous semblent importantes pour comprendre l’impasse de notre société, de plus en plus impénétrable et par là ingérable.

Continuer la lecture de Compte-rendu de Claude Simon, L’idéologie néolibérale : ses fondements, ses dégâts, Paris : TempsPrésent 2016, par Madeleine Théodore

Partager

LE TEMPS QU’IL FAIT LE 6 JANVIER 2017 : Comprendre Donald Trump – Retranscription

Retranscription de Le temps qu’il fait le 6 janvier 2017. Merci à Olivier de Taxis !

Bonjour, nous sommes le vendredi 6 janvier 2017 et on me reproche gentiment de vous dire « Bonne année ! » parce que tout le monde sait qu’elle ne va pas être terrible celle-ci. Les nuages sont nombreux qui s’amoncellent. Il n’y a pas vraiment de choix, si : il y a des choix entre la peste et le choléra ; tout ça n’est pas brillant alors. Mais j’espère quand même que l’année sera bonne pour vous tous et pour chacun en particulier. On fera chacun de notre côté ce qu’on peut faire pour qu’elle ne soit pas trop mauvaise.

Continuer la lecture de LE TEMPS QU’IL FAIT LE 6 JANVIER 2017 : Comprendre Donald Trump – Retranscription

Partager

L’ultra-libéralisme : l’histoire en profondeur qui sous-tend le triomphe de Trump, par George Monbiot

L’ultra-libéralisme : l’histoire en profondeur qui sous-tend le triomphe de Trump, par George Monbiot

© The Guardian, le 14 novembre 2016

[Monbiot emploie « néo-libéralisme » plutôt qu’« ultralibéralisme », l’expression consacrée en français]. Merci à Marianne et à Timiota pour le traduction.

Les événements qui ont mené à l’élection de Donald Trump ont débuté en Angleterre en 1975.À une réunion quelques mois après la nomination de Margaret Thatcher à la direction du parti conservateur, c’est du moins ce que l’on dit, expliquait ce qu’il considérait comme les principes fondamentaux du conservatisme. Elle a alors saisi son sac à main,l’a ouvert et en a retiré un livre écorné qu’elle fit claquer sur la table sur la table : « C’est ça, ce que nous croyons”. Une révolution politique qui allait submerger le monde venait de démarrer.

Continuer la lecture de L’ultra-libéralisme : l’histoire en profondeur qui sous-tend le triomphe de Trump, par George Monbiot

Partager

LE TEMPS QU’IL FAIT LE 13 OCTOBRE 2016 – Retranscription

Retranscription de Le temps qu’il fait le 13 octobre 2016. Merci à Marianne Oppitz !

Bonjour, nous sommes le jeudi 13 octobre 2016 et ce n’est pas toujours facile de trouver un bon angle dans une chambre d’hôtel : il y a des contraintes liées à la lumière.

Continuer la lecture de LE TEMPS QU’IL FAIT LE 13 OCTOBRE 2016 – Retranscription

Partager

LE TEMPS QU’IL FAIT LE 29 SEPTEMBRE 2016 – Retranscription

Retranscription de Le temps qu’il fait le 29 septembre 2016. Merci à Marianne Oppitz !

Bonjour, nous sommes le jeudi 29 septembre 2016 et une fois de plus un jeudi parce que vendredi, demain, ah ! je vais être sur la route : je vais rentrer chez moi ! Je vais rentrer chez moi après une dizaine de jours de tournée de conférences, leçons, etc. émissions de radio. Vous avez vu ça, je vous ai tenu au courant.

Continuer la lecture de LE TEMPS QU’IL FAIT LE 29 SEPTEMBRE 2016 – Retranscription

Partager

De quoi le livre Le négationnisme économique et comment s’en débarrasser est-il le nom ?, par Roberto Boulant

Billet invité.

Le but n’est pas ici de démontrer l’imposture qu’il y a à vouloir présenter l’idéologie mortifère des économistes orthodoxes sous le jour d’une science exacte s’appuyant sur des protocoles d’expérimentations normés et communément admis. Non, les articles de Paul Jorion (dont encore le dernier), ses livres, mais aussi la réponse des Économistes atterrés et surtout, le simple constat que plus les recettes ultra-libérales sont consciencieusement appliquées, plus la situation des 99% se dégrade, y suffisent amplement. Continuer la lecture de De quoi le livre Le négationnisme économique et comment s’en débarrasser est-il le nom ?, par Roberto Boulant

Partager

Le Monde / L’Écho, Qui veut la peau des économistes orthodoxes ?, le mardi 27 septembre 2016

Qui veut la peau des économistes orthodoxes ?

Dans leur ouvrage récent, Le négationnisme économique et comment s’en débarrasser (Flammarion 2016), Pierre Cahuc et André Zylberberg font grand cas du livre de Naomi Oreskes et Erik M. Conway, Les marchands de doute (Bloomsbury Press 2010). Dès les premières pages, les auteurs identifient la cause des économistes du courant dominant néo-classique à celle des biologistes qui tentaient de prouver qu’un lien existait entre tabagisme et cancer du poumon et furent en butte à une campagne de dénigrement orchestrée par l’industrie du tabac, propagandiste manipulateur et sans scrupule.

Continuer la lecture de Le Monde / L’Écho, Qui veut la peau des économistes orthodoxes ?, le mardi 27 septembre 2016

Partager

Caterpillar et ultralibéralisme : un excellent commentaire de Martin Buxant et une mauvaise réponse de Charles Michel

Le journaliste du quotidien financier belge L’Écho, Martin Buxant, fait une excellente remarque au Premier ministre belge, Charles Michel, à propos de la fermeture du site de Gosselies de Caterpillar, une firme prospère :

Tout ceci, finalement, c’est la conséquence de l’ultralibéralisme…

Continuer la lecture de Caterpillar et ultralibéralisme : un excellent commentaire de Martin Buxant et une mauvaise réponse de Charles Michel

Partager

LE TEMPS QU’IL FAIT LE 26 AOÛT 2016 – Retranscription

Retranscription de Le temps qu’il fait le 26 août 2016. Merci à Cyril Touboulic !

Bonjour, nous sommes le vendredi 26 août 2016, et là je suis dans une chambre à Massembre. Massembre, ça se trouve sur la commune de Heer, en Belgique, et on est, je crois que c’est à 2 km de la frontière française parce qu’on est tout près de Givet.

Continuer la lecture de LE TEMPS QU’IL FAIT LE 26 AOÛT 2016 – Retranscription

Partager

Ars Industrialis reçoit Paul JORION et Geert LOVINK, le 21 mai 2016

Ars Industrialis et Bernard Stiegler invitent Paul Jorion et Geert Lovink, sur le thème : PENSER ET AGIR LA PUISSANCE EN FRANCE, EN EUROPE ET DANS L’INTERNATION au XXIè siècle

Dans la matinée, Bernard Stiegler interrogeait Frédéric Lordon.

Partager

Les aventures de TINA bientôt remisées aux côtés des histoires désuètes, par Pascal

Billet invité.

Le libéralisme décomplexé nous récite depuis bientôt 40 ans, partout à travers le monde, l’histoire de TINA (There Is No Alternative), allant même jusqu’à affirmer « la fin de l’Histoire ». Nous avions enfin trouvé le paradis sur Terre, il était ultralibéral. Et chacun de se soumettre à l’austérité comme autrefois les malades, à la saignée des médecins de Molière. Seulement voilà, depuis peu, beaucoup de par le monde se lassent de TINA, la petite marchande d’allumettes, et des mensonges des vitrines qui ne sont destinées qu’aux 1%. Certains prétendent aujourd’hui qu’une autre narration économique est possible.

Continuer la lecture de Les aventures de TINA bientôt remisées aux côtés des histoires désuètes, par Pascal

Partager

Les Ultras, leurs outrances, leurs outrages, par Jacques Seignan

Billet invité.

Plus un domaine n’échappe à l’emprise du système mortifère dont Paul Jorion et ses invités sur son blog ont exploré en détail les sources, les fondements, les stratégies et les conséquences. Ce système de pouvoir, il se serait mieux de le nommer ultralibéralisme plutôt que néolibéralisme. C’est bien sûr un détail et il suffit de savoir ce qui se cache derrière les définitions (1). Toutefois rien n’est complètement neutre dans les façons de désigner les concepts et de les modifier par des préfixes, d’autant plus que le terme libéralisme, par son origine et son histoire, est une idée positive (aux États-Unis, liberal signifie de gauche).

Continuer la lecture de Les Ultras, leurs outrances, leurs outrages, par Jacques Seignan

Partager

France : Experts en ‘collapsologie’ réclamés d’urgence !, par Roberto Boulant

Billet invité. Ouvert aux commentaires.

Un des pires scénarios qui puisse se concevoir en matière de sécurité aérienne est celui où l’on passe soudainement d’une situation de routine, à une situation d’urgence, puis à une situation de détresse. C’est ce qui peut se passer quand l’équipage ne s’aperçoit pas que les performances aérodynamiques de l’appareil sont fortement dégradées, et que les chaînes informatiques de l’autopilote tentent désespérément de maintenir l’avion dans son enveloppe de vol. Vient alors l’inévitable moment où les automatismes se déconnectent… à l’instant même où l’appareil cesse de voler et entame sa chute vers le sol ! Un retour instantané à une dure réalité qui peut s’avérer mortelle, si le cockpit n’accède pas très rapidement à une bonne appréciation de la situation. Inutile de préciser qu’en cas de mauvaise évaluation, les risques sont maximaux d’entamer des manœuvres qui aggraveront la situation, jusqu’à dépasser le point de non-retour !

Continuer la lecture de France : Experts en ‘collapsologie’ réclamés d’urgence !, par Roberto Boulant

Partager