Archives de catégorie : Oligarchie triomphante

L’humanité à l’heure du choix : grande bifurcation ou grande liquidation ?, par Roberto Boulant

Ouvert aux commentaires.

Bernard Stiegler dans un tout récent entretien avec Aude Lancelin (Éviter l’apocalypse) défend l’idée que face au nihilisme d’un capitalisme nous conduisant directement à l’extinction, il faut que l’humanité construise de toute urgence (et c’est le GIEC qui le dit) une vision alternative à même de nous redonner espoir. Il ne s’agit plus de résister, de tenter de limiter les ravages humains, sociaux et écologiques du Moloch mondialisé et financiarisé, mais de renverser la domination, c’est-à-dire de faire la révolution (bifurcation) qui nous permettra de survivre. Pour cela le philosophe défend l’idée que nous devons passer du système fermé du néolibéralisme – incapable par construction d’évoluer (TINA) – à un système dynamique ouvert qui bien qu’utilisant le calcul, admet que tout ne peut pas être calculé.

Continuer la lecture de L’humanité à l’heure du choix : grande bifurcation ou grande liquidation ?, par Roberto Boulant

41Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Kurt Vonnegut : Player Piano (New York : Scribner 1952) – Extrait

Ouvert aux commentaires.

Pages 18 et 19.

    « Kuppo ! » dit le Shah, secouant la tête.
    Khashdrar rougit, et traduisit mal à l’aise, d’un air de s’excuser. « Shah dit : ‘Communisme’. »
    « Pas Kuppo ! » dit Halyard avec véhémence. « Le gouvernement n’est pas propriétaire des machines. Il taxe tout simplement la part des revenus de l’industrie qui allait autrefois au travail, et la redistribue. L’industrie appartient et est gérée par des personnes privées, et coordonnée – pour éviter le gaspillage qui découle de la concurrence – par un comité de dirigeants du secteur privé, pas par des politiques. En éliminant l’erreur humaine par la mécanisation, et la concurrence inutile par l’organisation, nous avons considérablement élevé le niveau de vie de l’individu moyen. »
    Khashdrar interrompit sa traduction. Il fronçait les sourcils avec perplexité. « S’il-vous-plaît, cet individu moyen, il n’y a pas d’équivalent dans notre langue, je crains bien. »
    « Vous savez », dit Halyard, « l’homme ordinaire c’est, eh bien, ‘tout le monde’ – comme ces travailleurs qu’on a vus sur le pont, le type dans la vieille bagnole qu’on a croisée. Le petit bonhomme, pas une lumière mais le coeur sur la main, sans chichis, ordinaire, une personne dans la vie de tous les jours. »
    Khashdrar traduisit.
    « Aha ! », dit le Shah, opinant du bonnet : « Takarou ! »
    « Qu’est-ce qu’il a dit ? »
    « Takarou », dit Khashdrar. « Esclave. »
    « Pas Takarou », dit Halyard, s’adressant directement au Shah : « Ci-toy-en. »
    « Ahhhhh », dit le Shah, « Ci-toy-en ». Il souriait tout heureux. « TakarouCi-toy-en. Ci-toy-enTakarou. »
    « Pas Takarou ! » dit Halyard.
    Khashdrar haussa les épaules. « Dans le pays du Shah, il n’y a que l’Élite et les Takarou. »

5Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Le mauvais comportement des plus riches : ce que j’ai appris des gestionnaires de fortune, par Brooke Harrington

Ouvert aux commentaires.

Le mauvais comportement des plus riches : ce que j’ai appris des gestionnaires de fortune

Les habitudes des plus riches sont l’écho des prétendues « pathologies » des pauvres. Mais alors que ceux qui vivent dans la pauvreté sont qualifiés de paresseux, les riches sont surnommés « bon vivants » (en français dans le texte).

© The Guardian, le 19 octobre 2018

Continuer la lecture de Le mauvais comportement des plus riches : ce que j’ai appris des gestionnaires de fortune, par Brooke Harrington

125Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

LE TEMPS QU’IL FAIT LE 29 DÉCEMBRE 2017 – Retranscription

Retranscription de Le temps qu’il fait le 29 décembre 2017. Merci à Catherine Cappuyns et Marianne Oppitz !

Bonjour, nous sommes le vendredi 29 décembre et c’est probablement la dernière fois que je vous fais une petite vidéo en 2017, la prochaine sera sans doute l’année prochaine mais, on ne sait jamais. On ne sait jamais ce que l’actualité peut être, en particulier durant la trêve des confiseurs !

Continuer la lecture de LE TEMPS QU’IL FAIT LE 29 DÉCEMBRE 2017 – Retranscription

11Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Des cadeaux pas pour tout le monde, par François Leclerc

Billet invité.

2.500 milliards de dollars, tel est le montant des bénéfices des entreprises américaines qui échappent à l’impôt en ne les rapatriant pas, selon la Commission mixte du Congrès sur l’impôt. L’affaire ne date pas d’hier, mais Donald Trump a décidé d’y mettre bon ordre avec sa réforme de la fiscalité, en prenant un ensemble de dispositions qui n’étonneront pas.

Continuer la lecture de Des cadeaux pas pour tout le monde, par François Leclerc

20Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail