Archives de catégorie : Science économique

Au-delà de la théorie néoclassique, l’économie de pouvoirs, par Sebastien Groyer

Billet invité.

L’économie de marché séparée du capitalisme implique une critique de la théorie néoclassique et l’intégration du pouvoir comme constituant incontournable alors qu’il était jusque-là laissé de côté. Le premier à avoir établi les bases de l’économie néoclassique est Léon Walras[1] en 1874, en créant un équilibre général théorique sous condition de concurrence parfaite. Cette théorie néoclassique sera largement critiquée pendant le XXème siècle par l’incapacité à faire survenir l’équilibre général ainsi que par l’irréalisme des conditions de départ.

Continuer la lecture de Au-delà de la théorie néoclassique, l’économie de pouvoirs, par Sebastien Groyer

Partager :

Le Monde / L’Écho : Gérons-nous mieux le risque financier qu’au temps des subprimes ? le mardi 19 septembre 2017

Le Monde : Pourquoi nous ne savons pas gérer le risque financier

L’Écho : Comment gérer le risque financier ?

Le risque financier n’est pas maîtrisable ; la science économique qui affirme que oui se leurre et nous trompe ; Non, aucun cadre réglementaire ne permettra jamais de maîtriser entièrement le risque financier.

Continuer la lecture de Le Monde / L’Écho : Gérons-nous mieux le risque financier qu’au temps des subprimes ? le mardi 19 septembre 2017

Partager :

LE TEMPS QU’IL FAIT LE 28 JUILLET 2017 – Retranscription

Retranscription de Le temps qu’il fait le 28 juillet 2017. Merci à Marianne Oppitz et Olivier Brouwer ! Ouvert aux commentaires.

Bonjour, nous sommes le vendredi 28 juillet 2017 et hier, j’ai reçu un long message d’un participant au Blog, qui fait des billets sur le blog, et qui participe aussi à l’activité du groupe plus restreint qui s’appelle : « Les Amis du Blog de Paul Jorion ». Il m’envoyait un portrait de la situation de mon blog, des « Amis du Blog de Paul Jorion » et, d’une manière plus générale aussi, de la situation dans les pays où on lit, où on écoute essentiellement le Blog de Paul Jorion, c’est-à-dire dans les pays francophones : en France, en Belgique, en Suisse, au Québec et dans d’autres endroits. Continuer la lecture de LE TEMPS QU’IL FAIT LE 28 JUILLET 2017 – Retranscription

Partager :

La nouvelle astrologie. En fétichisant les modèles mathématiques, les économistes ont transformé l’économie en une pseudoscience hautement rémunératrice (2/2), par Alan Jay Levinovitz

Ouvert aux commentaires. Merci à Perrick Penet-Avez et à Sora Duly pour la traduction !

La nouvelle astrologie. En fétichisant les modèles mathématiques, les économistes ont transformé l’économie en une pseudoscience hautement rémunératrice © Aeon

Continuer la lecture de La nouvelle astrologie. En fétichisant les modèles mathématiques, les économistes ont transformé l’économie en une pseudoscience hautement rémunératrice (2/2), par Alan Jay Levinovitz

Partager :

La nouvelle astrologie. En fétichisant les modèles mathématiques, les économistes ont transformé l’économie en une pseudoscience hautement rémunératrice (1/2), par Alan Jay Levinovitz

Merci à Perrick Penet-Avez pour la traduction !

La nouvelle astrologie. En fétichisant les modèles mathématiques, les économistes ont transformé l’économie en une pseudoscience hautement rémunératrice © Aeon

Continuer la lecture de La nouvelle astrologie. En fétichisant les modèles mathématiques, les économistes ont transformé l’économie en une pseudoscience hautement rémunératrice (1/2), par Alan Jay Levinovitz

Partager :

« Penser tout haut l’économie avec Keynes » (Odile Jacob 2015), La rareté comme facteur explicatif du prix

Paul Jorion, « Penser tout haut l’économie avec Keynes », La rareté comme facteur explicatif du prix, pp. 194-199

La rareté comme facteur explicatif du prix

L’économiste italien Alessandro Roncaglia, dans son ouvrage intitulé Sraffa and the Theory of Prices, explique les différents usages qui ont été faits de la notion de rareté en science économique :

« Pour les économistes classiques […] les biens sont considérés comme rares par rapport aux besoins et aux désirs au sens où pour tout bien en particulier la quantité disponible à un moment donné est inférieure à la quantité qui serait requise pour épuiser la demande si son prix était de zéro » (Roncaglia 1978 : 5).

Continuer la lecture de « Penser tout haut l’économie avec Keynes » (Odile Jacob 2015), La rareté comme facteur explicatif du prix

Partager :

L’Écho, Paul Jorion : « La science économique fournit le discours ad hoc aux financiers », le 29 avril 2017

L’Écho, Paul Jorion : « La science économique fournit le discours ad hoc aux financiers », mon entretien avec Johan Frederik Hel Guedj

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Le texte complet de l’entretien : Continuer la lecture de L’Écho, Paul Jorion : « La science économique fournit le discours ad hoc aux financiers », le 29 avril 2017

Partager :

LE BLOG DE PAUL JORION A 10 ANS : Un bilan – Retranscription

Retranscription de Le temps qu’il fait le 24 février 2017. Merci à Pascale Duclaud, Olivier de Taxis, Marianne Oppitz et Cyril Touboulic !

Bonjour, nous sommes le vendredi 24 février 2017 et cela signifie que dans 4 jours, le 28 février, il y aura 10 ans exactement que je tiens ce blog. Vendredi prochain, nous aurons dépassé l’anniversaire, donc je vais en parler un peu aujourd’hui. Continuer la lecture de LE BLOG DE PAUL JORION A 10 ANS : Un bilan – Retranscription

Partager :

Utilitarisme / anti-utilitarisme : quel socialisme pour la survie de l’espèce ? par Félicien Baumel

Billet invité. Ouvert aux commentaires.

Monsieur Jorion,

Je me permets de solliciter votre attention sur un passage très important de votre livre Le dernier qui s’en va éteint la lumière que je prends plaisir à relire et qui situe très bien les enjeux de notre siècle.

Continuer la lecture de Utilitarisme / anti-utilitarisme : quel socialisme pour la survie de l’espèce ? par Félicien Baumel

Partager :

LE TEMPS QU’IL FAIT LE 10 FÉVRIER 2017 – Retranscription

Retranscription de Le temps qu’il fait le 10 février 2017. Merci à Marianne Oppitz !

Bonjour, nous sommes le vendredi 10 février 2017 et, hier soir, avant de m’endormir, j’ai eu une pensée, je me suis dit « Tiens c’est curieux, quand même, il y a 9 ans que je fais ces vidéos, 52 fois par an, une fois par semaine et, heureusement je n’ai jamais été empêché de le faire par le fait d’être malade. » Continuer la lecture de LE TEMPS QU’IL FAIT LE 10 FÉVRIER 2017 – Retranscription

Partager :

Compte-rendu de Paul Jorion, Misère de la pensée économique. Paris, Flammarion, 2015, par Giacomo di Tollo

L'auteur de ce compte-rendu (paru dans les Cahiers internationaux du symbolisme N° 143-45, 2016, pp. 464-65) me le communique en exprimant le souhait qu'il soit mis en ligne ici pour ouvrir une discussion. Je rappelle qu'il s'agit de l'édition de poche de Misère de la pensée économique, parue chez Flammarion en 2015, l'édition originale ayant été publiée chez Fayard en 2012. Ouvert aux commentaires.

Les éditions Flammarion proposent un nouvel ouvrage consacré à la crise, à la nécessité de changer le système capitaliste, et à la fin inévitable de l’espèce humaine, si nous continuons à malmener l’environnement et si le capitalisme ne devient pas « vertueux ».

Continuer la lecture de Compte-rendu de Paul Jorion, Misère de la pensée économique. Paris, Flammarion, 2015, par Giacomo di Tollo

Partager :

Pour comprendre l’économie, Keynes demeure un excellent point de départ (I) The End of laissez-faire (1926)

jorionComme j’ai tenu à l’expliquer dans Penser tout haut l’économie avec Keynes (Odile Jacob, 2015), la tache aveugle du système économique de John Maynard Keynes (1883 – 1946) est le rapport de force dans l’économie et la finance. J’ai tenté dans ce livre de compléter en proposant cette pièce manquante. Quoi qu’il en soit, si l’on veut remplacer la théorie économique dominante, dont Andrew Haldane, économiste en chef de la Banque d’Angleterre, vient de rappeler les faiblesses fondamentales, Keynes demeure un excellent point de départ. Je vous propose du coup en feuilleton dans les jours qui viennent, mes commentaires relatifs aux principaux textes de Keynes, tels qu’on les trouve dans Penser tout haut l’économie avec Keynes.

  Continuer la lecture de Pour comprendre l’économie, Keynes demeure un excellent point de départ (I) The End of laissez-faire (1926)

Partager :

« Comment j’ai pu prévoir la crise des subprimes avec pas plus de données que n’importe qui », par Paul Jorion

M. Andrew Haldane, économiste en chef de la Banque d’Angleterre, a expliqué jeudi pourquoi les économistes ont été aussi nuls à prévoir les conséquences économiques du Brexit (il n’y en aurait à l’arrivée, aucune) et de manière générale, pourquoi ils sont aussi nuls à prévoir quoi que ce soit.

Continuer la lecture de « Comment j’ai pu prévoir la crise des subprimes avec pas plus de données que n’importe qui », par Paul Jorion

Partager :

LE TEMPS QU’IL FAIT LE 23 DÉCEMBRE 2016 – Retranscription

Retranscription de Le temps qu’il fait le 23 décembre 2016. Merci à Marianne Oppitz !

Bonjour, nous sommes le vendredi 23 décembre 2016. Demain, ce sera la veille de Noël, aussi je vous souhaite de joyeuses fêtes et « Paix sur la terre aux enfants, aux femmes et aux hommes de bonne volonté ! ». Et dans l’esprit de Noël, j’inclurai les autres : ceux qui sont de mauvaise volonté, en espérant qu’ils ne produisent pas trop de dégâts autour d’eux !

Continuer la lecture de LE TEMPS QU’IL FAIT LE 23 DÉCEMBRE 2016 – Retranscription

Partager :

Le temps qu’il fait le 23 décembre 2016

Le Monde / L’Écho – L’Amérique du repli repose sur une vision du XIXe siècle, le 29 novembre 2016

Wall Street Journal, China Weighs Response to New U.S. Trade Foe, Mark Magnier, le 22 décembre 2016

Refet S. Gürkaynak, « Econometric tests of asset price bubbles: Taking stock », Division of Monetary Affairs, Board of Governors of the Federal Reserve, January 2005

Partager :