Archives de catégorie : Science économique

LES BONS OUVRIERS N’ONT PAS DE MAUVAIS OUTILS, par François Leclerc

Billet invité.

On savait la magistrale science économique défaillante mais, pour couronner le tout, il ressurgit que son indicateur universel et incontournable, le produit intérieur brut (PIB), ne vaut pas tripette. Comment raisonner sur des bases erronées, en vient-on alors à se demander dans certains cercles les mieux établis ?

Continuer la lecture de LES BONS OUVRIERS N’ONT PAS DE MAUVAIS OUTILS, par François Leclerc

Partager :
Email This Post Email This Post

LE TEMPS QU’IL FAIT LE 7 OCTOBRE 2016 – Retranscription

Retranscription de Le temps qu’il fait le 7 octobre 2016. Merci à Cyril Touboulic !

Bonjour, nous sommes le vendredi 7 octobre 2016. Je suis en train de travailler à un projet particulier, qui est la mise en forme de l’ensemble de mes chroniques consacrées à l’économie et à la finance : ça a commencé en septembre 2008 quand Le Monde m’a confié une chronique mensuelle sur les questions d’économie et de finance, et en 2014 (fin 2014), le magazine belge d’économie et de finance, Trends-Tendances, m’a demandé, m’a confié aussi une chronique, L’Écho, le journal belge L’Écho, a commencé à reproduire mes chroniques dans Le Monde, je ne sais plus, c’est à peu près à la même époque (en 2014).

Continuer la lecture de LE TEMPS QU’IL FAIT LE 7 OCTOBRE 2016 – Retranscription

Partager :
Email This Post Email This Post

Le temps qu’il fait le 7 octobre 2016

La « science » économique
L’Intelligence Artificielle

Le Monde / L’Écho, Qui veut la peau des économistes orthodoxes ?, le mardi 27 septembre 2016

Up-magazine, Convocation de la psychanalyse dans le monde de l’intelligence artificielle, par Juliette Wolf, le 2 septembre 2016

Retranscription de Le temps qu’il fait le 5 décembre 2014

Partager :
Email This Post Email This Post

De quoi le livre Le négationnisme économique et comment s’en débarrasser est-il le nom ?, par Roberto Boulant

Billet invité.

Le but n’est pas ici de démontrer l’imposture qu’il y a à vouloir présenter l’idéologie mortifère des économistes orthodoxes sous le jour d’une science exacte s’appuyant sur des protocoles d’expérimentations normés et communément admis. Non, les articles de Paul Jorion (dont encore le dernier), ses livres, mais aussi la réponse des Économistes atterrés et surtout, le simple constat que plus les recettes ultra-libérales sont consciencieusement appliquées, plus la situation des 99% se dégrade, y suffisent amplement. Continuer la lecture de De quoi le livre Le négationnisme économique et comment s’en débarrasser est-il le nom ?, par Roberto Boulant

Partager :
Email This Post Email This Post

Le Monde / L’Écho, Qui veut la peau des économistes orthodoxes ?, le mardi 27 septembre 2016

Qui veut la peau des économistes orthodoxes ?

Dans leur ouvrage récent, Le négationnisme économique et comment s’en débarrasser (Flammarion 2016), Pierre Cahuc et André Zylberberg font grand cas du livre de Naomi Oreskes et Erik M. Conway, Les marchands de doute (Bloomsbury Press 2010). Dès les premières pages, les auteurs identifient la cause des économistes du courant dominant néo-classique à celle des biologistes qui tentaient de prouver qu’un lien existait entre tabagisme et cancer du poumon et furent en butte à une campagne de dénigrement orchestrée par l’industrie du tabac, propagandiste manipulateur et sans scrupule.

Continuer la lecture de Le Monde / L’Écho, Qui veut la peau des économistes orthodoxes ?, le mardi 27 septembre 2016

Partager :
Email This Post Email This Post

Les marchands de doute de Naomi Oreskes et Erik M. Conway

Dans leur ouvrage récent, Le négationnisme économique et comment s’en débarrasser (Flammarion 2016), Pierre Cahuc et André Zylberberg font grand usage (le terme « plagiat » est-il ici excessif ?) du livre Les marchands de doute des auteurs américains Naomi Oreskes et Erik M. Conway (Bloomsbury Press 2010 ; Le Pommier 2012 pour la traduction française).

Continuer la lecture de Les marchands de doute de Naomi Oreskes et Erik M. Conway

Partager :
Email This Post Email This Post

L’économie peut-elle être une science exacte ? par Jean-Paul Vignal

Billet invité.

Les périodes électorales sont toujours propices à une abondante floraison de  propositions, de programmes et de promesses qui font la joie des media et des éditeurs, mais qui, depuis longtemps, n’engagent jamais que ceux qui les croient comme le dit fort justement la sagesse populaire. Depuis que le monde politique s’est converti de plus ou moins bonne grâce, suivant l’humeur, les intérêts et les convictions de chacun, au dogme de l’économie néo-libérale dite à tort de marché, toute décision est en effet dictée par les marchés financiers, cette nouvelle divinité qui ne connait qu’un commandement : « tu maximiseras ton retour sur investissement à la sueur du front voire au sang des autres ».

Continuer la lecture de L’économie peut-elle être une science exacte ? par Jean-Paul Vignal

Partager :
Email This Post Email This Post

Un grand débat sur « Keynes aujourd’hui » entre Jacques De Larosière et Paul Jorion

Dans mon Le temps qu’il fait du 13 mai 2016, je vous signalais tout le bien que pensait Jacques De Larosière de mon Penser tout haut l’économie avec Keynes (Odile Jacob 2015), comme il avait tenu à me le faire savoir alors que nous patientions dans les couloirs de BFM Business. Il aurait voulu m’en dire davantage après l’émission mais nous avions été interrompus par l’arrivée d’un taxi trop zélé.

Du coup je reste sur ma faim. Alors si vous organisez des débats et que vous êtes à la recherche de quelque chose qui décoifferait : Un grand débat sur « Keynes aujourd’hui » entre Jacques De Larosière et Paul Jorion, serait une excellente idée.

Partager :
Email This Post Email This Post

Allez voir « The Big Short » !, par Jacques Seignan

Billet invité

The Big Short [Le Casse du siècle, d’Adam McKay ; film américain produit par Brad Pitt, avec notamment Ch. Bale, S. Carell, R. Gosling, B. Pitt …] est un film impressionnant, très fort ; il suffit de relire le billet de Paul Jorion : ses mots en disent l’essentiel sur la forme et le fond. Il faut toutefois insister sur la qualité de cette œuvre exceptionnelle, à la fois intelligente, perturbante et drôle, pour qu’elle soit vue par le plus grand nombre de spectateurs. Continuer la lecture de Allez voir « The Big Short » !, par Jacques Seignan

Partager :
Email This Post Email This Post

La ‘science’ économique pour les nuls, par Roberto Boulant

Vous ne comprenez rien à l’économie et à son langage codé truffé d’anglicismes et d’attentats à la langue française ? Vous avez des doutes sur le sérieux d’experts capables de démontrer tout et son contraire dans une même conférence (voire dans une même phrase, pour les plus doués d’entre eux) ? Vous soupçonnez tous ces gens-là d’être de fieffés bandits, tout entier au service d’une petite caste d’hyper-privilégiés ?

Eh bien, vous avez raison !

Partager :
Email This Post Email This Post

LE TEMPS QU’IL FAIT LE 15 OCTOBRE 2015 – (retranscription)

Retranscription de Le temps qu’il fait le 17 octobre 2015. Merci à Cyril Touboulic !

Bonjour, nous sommes le jeudi 15 octobre 2015, et si vous êtes dans la région de Douai (dans le Nord) ce soir, n’hésitez pas à venir m’écouter. Je remettrai l’annonce qui explique exactement où à Douai, où a lieu la conférence.

Continuer la lecture de LE TEMPS QU’IL FAIT LE 15 OCTOBRE 2015 – (retranscription)

Partager :
Email This Post Email This Post

La VUB assigne Paul Jorion devant le Tribunal du travail

Ouvert aux commentaires.

La Vrije Universiteit Brussel a l’intention de m’assigner devant le Tribunal du travail pour demander à celui-ci de mettre fin au contrat qui nous lie. La VUB entend arguer que je ne suis pas le chercheur de haut niveau en science économique qu’elle avait cru nommer, la preuve en étant que durant les trois années durant lesquelles j’ai été détenteur de la chaire « Stewardship of Finance », j’ai été incapable de publier un seul article (à l’exception d’un texte de quatre pages) dans une des grandes revues de science économique.

Il est encore dit que la médiocre qualité de mon enseignement et de mes travaux a porté discrédit à la VUB qui réclamera, à titre provisionnel, 1 euro de dommages-intérêts et 1.320 euros couvrant les frais d’assignation.

Partager :
Email This Post Email This Post