Le Financial Times : La science économique a-t-elle échoué ?

Ouvert aux commentaires.

Hier, le Financial Times a publié un article intitulé « Has economics failed ? FT readers and writers debate the future of the discipline », soit « La science économique a-t-elle échoué ? Les lecteurs du FT et des auteurs débattent de l’avenir de la discipline ».

Ayant lu cet article, et ayant eu l’occasion de lire Keynes attentivement *, j’ai écrit ceci à quelques amis : « La réponse à la quasi totalité des questions que ces économistes en vue se posent se trouve chez Keynes. Keynes n’est pas un inconnu. Quel est le mécanisme qui explique qu’ils ne soient pas au courant ? »

Pour vous permettre à vous aussi de participer au débat, je reproduis le texte de l’article dans la section « Commentaires ».

19Shares

38 réflexions sur « Le Financial Times : La science économique a-t-elle échoué ? »

  1. The Financial Times May 1st 2018

    Has economics failed? FT readers and writers debate the future of the discipline

    JOSHUA OLIVER and FT Readers

    Last week, two writers debated whether economics has failed. Tom Clark, editor of Prospect magazine, argued that outdated theories still lead policymakers to poor conclusions. Chris Giles, the FT’s economics editor, countered that the real issue is an unrealistic demand that economists deliver infallible predictions. Their debate sparked a remarkable reaction. More than 300 readers responded by email or in online comments, not counting a vigorous discussion on Twitter. In addition, several FT writers could not resist weighing in. The comments ranged from critiques of the profession’s diversity to a call for new measures of value, while Tim Harford reimagined the debate in the style of Monty Python. Here is an edited selection of what you had to say.

    Martin Wolf ECONOMICS MUST SEE ITS LIMITS

    Is an inescapably flawed intellectual discipline better than none? This is, in essence, the debate between Tom Clark and Chris Giles. Theirs is not really a debate about what economics can and cannot do. The two writers seem largely to agree on this. Nor is it a debate about the risks of trusting too much in simplistic models. Again, the two largely agree on this. The debate is about whether the economics we have is better than nothing. My answer is: definitely yes, so long as one remembers what economics cannot do. There exist a host of economic models that help us analyse important questions. Why are house prices rising? What is the connection between fiscal policy and the balance of payments? What is the impact of a commodity price shock? Do intellectual property rights promote innovation, or slow it? Should we build a new high-speed railway between London and the north? It is not that the answers economists will give will necessarily be right. But they will be done within a systematic and rigorous framework. That is far better than merely waving our hands in the air. Yet economics also suffers from fundamental difficulties and, as a result, a great danger. One difficulty is that economics studies just one dimension of human social interaction. Separating economic behaviour from other aspects of society can be seriously misleading. Another difficulty is that the future is inherently uncertain: it cannot be calculated. Much human behaviour and some fundamental economic institutions — the desire to hold money, for example — are the result of this fact. These two difficulties help explain the great danger. To deal with the complexity of economic life, economic analysis makes heroic simplifications. The danger is to believe these simplifications are true. It is essential to have an understanding of how far they can be pushed and when they will break down.

    The writer is the FT’s chief economics commentator

    Diane Coyle THE DISCIPLINE SUFFERS FROM ITS LACK OF DIVERSITY

    The debate about the state of economics is a bit surreal, to an economist. Tom Clark says economics is “a profession in a defensive mood”. Only if it is defensive to point out that what some critics are describing bears scant resemblance to economics. I’d go so far as to say there is economics, which is what academics, consultants and many officials do; and something almost entirely different, “economics”, an ideological construct deployed by some politicians and polemicists. The critics are attacking “economics” and calling it economics (when they are not calling it neoliberalism). This is deeply frustrating. Partly because it would be marvellous if critics could accept that areas of the discipline such as market design, behavioural economics, industrial organisation, auction theory, data and techniques for policy evaluation, institutional economics, construction of major historical data sets et cetera are not just the few useful contributions identifiable in “a far-fetched vision of omnipresent and flawless markets”. On the contrary, areas such as these form the bulk of the work economists do. But it is frustrating as well because there are certainly valid criticisms of economics. My top concern is its social composition. It is a largely male, white and posh profession — not a foundation for good social science, whose questions, hypotheses and data need to be rooted in society. The male dominance reflects both culture and the unusually narrow criteria for advancement in the academic profession, where only five journals really count. Other people would highlight further weaknesses, but then economics is a living science, looking at a constantly changing society, and there is a lot to learn.

    The writer is the Bennett Professor of Public Policy at the University of Cambridge

    Gavin Jackson INSIGHTS ARE NOT TRANSLATED TO THE PUBLIC

    The political philosopher and Nobel Prize-winning economist Amartya Sen described the democratic ideal as “public reason”. For democracy to work, according to Mr Sen, there must be a kind of shared language of the public sphere. The justification for rules that govern society must be intelligible to everyone so that all can participate in the debate. On these grounds economics has certainly failed. While the discipline has influence over politics and policy it struggles to explain why its prescriptions are needed, falling far short of the “government by discussion” envisioned by Mr Sen and often working just as an appeal to the authority of experts. In public debate, “the economy” is frequently presented as an abstraction. Policies are good or bad for “the economy”, which seems to demand sacrifices every now and then to prevent its vengeful wrath being turned on the population in the form of a recession. The problem is made worse by those who use economics as a weapon to win arguments for their own values. Those who supported austerity following the 2008 financial crisis appealed to economics; those who were against it cited economics as well. What was someone with not much interest in the debate to conclude, other than economics is just a way for those who are trained in its particular language to rationalise what they already believe?

    The writer is the FT’s economics reporter

    Mariana Mazzucato THE DEFINITION OF “VALUE” SHOULD BE RECONSIDERED

    Economics has failed on three main fronts. First, its emphasis on unique equilibria, diminishing marginal returns and average behaviours means it has a hard time dealing with the central characteristic of capitalism: technological innovation. Innovation causes long-run difference between companies, far from average events, and self-reinforcing mechanisms that cause multiple equilibria. Indeed, the use of mathematics from Newtonian physics (rather than biology) allows these dynamics to be ignored. Second, most economics students are not trained in the history of economic thought so they think there is only one theory of value — which is not presented as a possible theory among many. The lack of “debate” about value in economics departments has allowed business schools to capture the word — and the concept of shareholder “value” goes largely uncontested theoretically. Hence one of the greatest ills of modern capitalism — financialisation — is ignored and we end up blaming the robots for de-skilling and unemployment, rather than corporate governance structures which have meant a lack of reinvestment of profits into the economy. Third, the assumption that price reflects value means that we end up constantly correcting gross domestic product for the priceless activities it ignores (caring services at home, environmental damage, quality of life). And similarly, those activities which do have a price, but are just moving things around rather than creating value, get included (eg. most of the financial sector). My suggestion is that before we add happiness indicators, we first take out rents. This would cause the GDP of some countries to drop drastically and for new questions to be asked about the “direction” of growth, not only its rate.

    The writer is a professor of innovation and public value at University College London

    Maurice Obstfeld THE PUBLIC DEMANDS TOO MUCH

    Pity the economist. Share prices have recovered from the dismal levels of the financial crisis — with some credit due to the rescue and rebuilding efforts economists recommended. But the stock of economists remains in the tank. Politicians these days scorn “experts” and encourage voters to ignore them. They feel free to disavow even their own economic analysts in favour of convenient alternative views. Economic forecasting is widely derided as useless — or worse. I have lost count of the number of times I have been asked by a journalist: “Why should we believe anything you say, when the you were wrong about ___?” There are sadly many ways to fill in that blank, and some criticism of economics is justified. Yet, just as it is important not to overstate what economics can do, it is critical not to understate it. Economics is far from an exact science. Who would expect to predict global outcomes that depend on the individual actions of about 5bn working-age individuals, not to mention the intervention of natural and man-made disasters? At the same time, however, economics provides essential tools for understanding, and to some degree shaping, those events. While economics is less than a science, looked at in another way, it is more. It may be the curse of economists that their subject cannot be reduced to a routine technical exercise — like dentistry, to use an example of Keynes’s. But that is also what makes economics so fascinating, and leaves room for perpetual improvement.

    The writer is the IMF’s economic counsellor and director of its research department

    Tony Yates ECONOMIC INSIGHTS DON’T SEEM “OBVIOUS” TO ME `

    A theme in Tom Clark’s piece is that what little “economic reasoning” is deployed to good effect is “obvious”. He uses the example of adverse selection. I have to confess that my limited talents left me not finding it “obvious” that hidden information about pre-existing health conditions can cause markets to disappear entirely, and to be the foundation on which state provision rests. Or how adverse selection conditions how central banks should devise reverse auctions to buy risky private securities to stimulate the economy. I did not find it “obvious” what policymakers should do about model uncertainty: something Mr Clark thinks economists don’t contemplate but leading economists in most central banks talk about routinely. The subject has also been explored laboriously by Nobel laureates Hansen and Sargent and others (even myself). Nor was it self-evident at first that one could use a change of the unit of account to escape the zero bound. I didn’t find the implications of debt, demographics and inequality for the natural real interest rate “obvious” either; nor the analysis explaining when persistent trade and finance “imbalances” are healthy and when they are a threat. It wasn’t initially “obvious” why it should be that immigration does not lower native wages; or why minimum wage legislation should not reduce employment. It still is not obvious what the relative contributions of low real interest rates and housing supply are to real house prices. Rather than taking pre-emptive aim at economics, critics should read more. However well intended, generalised attacks on a discipline that are not based on familiarity serve the same end as Michael Gove’s comments about people having had enough of “experts”. If economists sound defensive in the face of these attacks, it’s because there is something worth defending: a lot of work society can draw on to improve the way it runs itself.

    The writer is a former monetary economist at the Bank of England, where he worked for 20 years, and former professor of economics at the University of Birmingham

    Tim Harford ‘BLOODY ECONOMISTS’

    Let me see if I understand Tom Clark’s argument against economics correctly. First, he acknowledges that the world is full of economists doing useful work, and useful economic ideas. Nevertheless, none of these count: if it’s useful, apparently, it’s not really economics. Second, let us move to “economics” as an abstraction. It is far less easy to defend once we’ve ruled that any specific example of economics being useful or insightful is inadmissible evidence. Third, let us consider the case for the prosecution, which is that economic jargon seems confusing or silly to ordinary people. Fourth, merely observe that when confronted with points (1-3), economists get annoyed. QED. I suppose I have fallen into Mr Clark’s trap, since I do find this argument annoying. But I comfort myself that similar arguments can be — and have been — deployed to mock any inconvenient academic endeavour, whether you want to smear climate scientists or just laugh at someone for being a nerd. In the end, it is hard to know what to do with an argument that lists so many useful examples of economics in practice, but insists that none of them count. As so often, Monty Python was here a long time ago: Q: What has economics ever done for us? Nothing! A: Auction theory. Made billions of pounds for the British taxpayer. It fuels much of Silicon Valley, too. And it’s textbook stuff — literally. Hal Varian, Google’s chief economist, wrote the textbook that taught my generation economics. Q: Yes, they gave us auction theory. That’s true. But . . . A: Externalities! An understanding of how market forces can produce too much pollution and too little innovation, and what we might do about that. Q: Obviously, yes. Auction theory and externalities. But apart from auction theory and externalities . . . A: National accounts. The measurement of growth and inequality. Winners and losers from changes to the tax system. Opportunity costs. Behavioural economics. How incentives shape behaviour. Field experiments to test policy. The design of systems to match pupils to schools and manage kidney donations . . . Q: Yes, yes. But leaving aside practical statistics, fiscal analysis, market design, human behaviour, and a widespread application of the experimental method . . . what has economics ever done for us? Nothing!

    The writer is the FT’s Undercover Economist

  2. L’article commenté ci-dessus (un truc pour ceux qui ne sont pas abonnés et qui veulent lire un article du FT sans payer: faire une recherche google sur le titre, et cliquer sur l’article via la recherche google…bingo, pas besoin de payer, mais chhhhhhht)

    Tom Clark and Chris Giles APRIL 24, 2018 Print this page275
    Yes — outdated frameworks still inform policy prescriptions
    A bit of throat-clearing is necessary before discussing a profession in a defensive mood, writes Tom Clark. So let me be clear: many people called economists are doing valuable things. They can tell us whether a pension system is sustainable, whether the poor world is catching up with the rich, and who might lose from a particular tax.

    But much of this work is in truth just social arithmetic; specifically economic reasoning merely colours (or on occasion distorts) the interpretation. The useful work certainly requires statistical literacy, but often not — if we’re honest — much of the economic theory at issue. Indeed, some of the most eye-catching recent empirical findings have knocked that theory for six — such as the discovery that if you give pensioners a winter fuel payment, they do not rationally pocket it like any old cash, but really do spend it on fuel.

    I am not saying there are no useful lessons in the basic theory: the fundamental insight that people respond to incentives helps make sense of the world; so do a few other concepts, such as “externalities” and “opportunity costs”. Very occasionally, more abstract reasoning finds powerful application: while he was chancellor of the exchequer, Gordon Brown cashed-in on an auction of mobile spectrum designed by brilliant game theorists. But even if you don’t go as far as Howard Reed, who writes in the latest issue of Prospect that it is time to rip up the old theory, it is hard to rate contemporary economics as a success.

    It understands the world as a series of deviations from a far-fetched vision of omnipresent and flawless markets — imperfect competition, imperfectly shared information and so on. Explain such wrinkles to someone who has never been bewitched by perfect competition and you meet a baffled look.

    Take “adverse selection” (roughly: “I know that you know whether the second-hand car you are trying to sell me is rubbish, which makes me reluctant to part with my cash”). After one term of economics, I thought, “that’s brilliant”. But put it to someone who has not done any (I’ve tried) and they will say, “that’s bloody obvious”.

    The old paradigm still frames policy prescriptions. In business and government, economists assume that efficiency will be improved by bringing price and marginal costs into line, even though there is no guarantee that is so the moment we move an inch from the competitive ideal. And, in a world of flux, where fortunes are shaped by dynamic processes such as invention and war, economics is led astray by a hankering for stable equilibria.

    That tidy frame of mind fuelled the infamous failure to see the 2008 crash coming. Outsiders — such as the Financial Times’s Gillian Tett, who approached things from an eclectic, anthropological point of view — sounded far clearer warnings. I remember being in a pub after the storm hit with a bunch of economists and one had the honesty to ask: “So what’s going on then?” Nobody could shed much light. True, these were generalists, not macro-specialists, but the country was enduring an economic heart attack. Nobody would forgive a GP who forgot what a cardiac arrest involved.

    When it comes to future crises, Martin Wolf argues that searching questions must be asked about pathology, prophylactics and palliatives. That sounds like every base you would have hoped economics would have covered. While we just about mustered the palliatives to survive the previous slump, there is no confidence we’ve got enough left in the cupboard for next time. As for prevention, economists can describe how debt changes form, but are short on ideas about how to reduce it.

    Much that is basic remains clouded in haze. The strange status of money — a socially-created promise to pay, not an ordinary good — is rarely discussed. Then there are unquantifiable uncertainties — something John Maynard Keynes thought important 80 years ago, which has since languished in the “too-difficult” box because the models malfunction when percentage risks are replaced with question marks.

    Here’s the rub. The great economic problems of our age, perhaps every age, are about uncertainty. The greatest economists have always devised models to prove particular points in one context, then cheerfully discarded them in another. But teaching and assessment has emphasised mastery of models over the critical facilities to take them to bits.

    The last few cohorts of youngsters who, in England at least, have grown up being spoon-fed for interminable school exams, arrive at university and find that the short-cut to a first-class degree is not critical thinking or even accuracy, but spurious precision. The profession gets too confident about its grip on the world, and then — from what I see on social media — starts taking umbrage when awkward questions are pressed. For me, that is the clearest failing of all.

    The writer is editor of Prospect

    No — as long as you do not expect soothsaying, it is remarkably successful
    If you asked a group of economists to predict my response to this question, the vast majority would say I would reply, “no”, writes Chris Giles. An analysis of my probable motivations and my constraints working in the rigorous Financial Times newsroom would be sufficient evidence for most. They would have had no guarantee of being correct, but they would have been right. Ignore lengthy diatribes referring to “neoclassical paradigms” or “neoliberal” dominance of the subject (terms which mean nothing to sensible people); this trivial example is much closer to the sort of analysis that underpins economics. Borrow a bit of the most relevant theory, think through a question logically, gather and analyse data and then come to a view, understanding that you might be wrong.

    Economics is fundamentally a study of how the world works and how to make it a better place. So long as you don’t expect soothsaying, it is remarkably successful in this endeavour, shining light on many of the most important and difficult questions facing society.

    Good economists do not claim to be able to predict the future or answer all questions with precision, but they can use a variety of tools, data and theories to provide insight and improve our understanding.

    If you want a careful analysis of who really gains and loses from Donald Trump’s tax cuts, the dangers inherent in the continued growth of debt, the importance of smartphones for the working lives of people in east Asia or the historical effects of imposing trade barriers, economics informs and economists can give good answers. At last week’s Spring meetings of the IMF and World Bank, economic analysis provided interesting evidence on each of these subjects, among many more.

    It is important not to get hung up on mistakes, even big ones. Yes, economists collectively failed to predict the financial crisis. Macroeconomics underestimated the importance of banks for economic stability and too few microeconomists were looking at the incentives that applied in the financial system. Economics is far from perfect and has much still to learn. That’s what makes the subject still so important and exciting.

    But the discipline is learning from errors. It does not have its head in the sand, saying that its models which failed are still fine. Following the new analysis, financial and economic policy has changed.

    The new thinking will not stop all new financial crises. More fundamentally, even if it does prevent meltdowns in the years ahead, we will never know because you cannot spot a crisis dodged.

    So, when the Queen asked why nobody warned us of the financial crisis, the economists present were polite and mumbled something into their shoes, but they should have stood tall and responded: “That’s a stupid question, your Majesty. Why aren’t you interested in what we’re doing to improve things next time?”

    Critics of the dismal science are also often obsessed with the fact that economic forecasts have errors. Of course they do. The future is uncertain. The present is uncertain. The past is uncertain because we cannot measure things perfectly. When economists make a forecast — whether it is an unconditional one (how much the Italian economy will grow next year) or a conditional one (how much a sugar tax would reduce obesity) — economists attempt to collate the relevant evidence that can provide some guidance.

    The outcome will be wrong, but economists can tell you from history how big the errors are likely to be and the degree to which this is a question that is amenable to a forecast. More importantly, models and forecasts allow scrutiny so careful audiences can be clear about what simplifying assumptions were made and which are important. Getting a forecast wrong is a learning opportunity to improve the analysis and process next time. This is what good economists do. Just look at perhaps the UK Office for Budget Responsibility’s best publication — its forecast evaluation report — to see how good professional economists examine what went wrong and seek to improve their analysis.

    This is exactly how other good disciplines work. Meteorology seeks to improve its understanding of weather patterns with better models and data to improve its service to the public. Medicine seeks to improve its treatment. It has not failed when people die in hospital.

    Nor does economics tell people what is the “right” decision. It tries to tell you the likely consequence of an action and give an indication of how well it knows its facts. It is curious about ways to influence behaviour which do not tally with simple financial incentives, for example “nudge” theories. It seeks to collect better data and expose arguments to scrutiny, such as the always vexed question of distinguishing between correlation and causation.

    There is, of course, a lot of bad economics out there: random thinking, both by orthodox economists sticking rigidly to one school of thought and self-styled heterodox voices doing exactly the same, but with another set of rigid theories.

    Worst are economic voices who suggest things are easy if only people viewed the world their way. They peddle the fantasy of decisions which do not involve the many trade-offs most in the mainstream profession agonise about. Trade wars are simple to win, Brexit will liberalise Britain’s trading environment, tax cuts pay for themselves — these are just three bad arguments that have gained traction on both sides of the Atlantic recently.

    Knocking economics has become a popular sport, even within parts of the profession. But the world would be much poorer without its contribution to understanding how societies function and economists’ suggestions as to how politicians might improve them. So, has economics failed? No. Could it do better? Of course.

    1. Pour moi, la plus grande faillite de la science économique, c’est de ne pas voir que la création de richesses est retenue, par tous ces inactifs, qu’ils soient rentiers, oisifs ou chômeurs.

      Je m’interroge aussi sur les 2 sens du mot économie :
      1/ Gérer, administrer la création de richesse
      2/ dépenser moins.

      La fusion de ces deux sens en un seul mot n’est peut être pas un hasard. Elle résulte peut-être d’un constat qui nous viendrait des premières sociétés néolithiques. En sortant d’une vie au jour le jour, pour véritablement s’organiser en plusieurs métiers, on a dû constater qu’en agissant ainsi, on dépensait moins d’énergie ou de vies, pour créer un même niveau de richesse.

      Presque tout le contraire de notre époque, puisque l’on s’organise pour faire cohabiter l’oisiveté croissante des uns, avec la richesse décroissante des autres, en dehors de quelques nantis. C’est un constat qui reste à faire, même quand on est de gauche.

    2. Ça ressemble à un jugement de Salomon à l’intérieur du Royaume de Salomon .

      L’économie retrouvera selon moi sa raison d’être , quand elle retrouvera son étymologie .

      Et quand on traitera bien , sans les confondre ,
      – le « système » conditionné par des « règles  » et des outils ( capitaliste pour le moment )
      – l’échange ( ce qu’on appelle parfois le marché )
      – l’environnement politique au sens du rapport entre l’individu et le collectif ( ce qu’on prétend être pour le moment le libéralisme , caricature de la démocratie , mais auxquels certains préfèrent la dictature sous différentes formes ).

      L’économie selon mon goût , c’est ces trois rouages articulés et le mieux dosé possible .

      C’est dire si l’économie n’est pas globalement l’affaire des économistes . C’est l’affaire du citoyen et de sa Loi .

      Dans l’immédiat un progrès pourrait passer par l’imposition de la justice sinon de l’éthique dans « l’échange » .

      Ce qui aurait peut être vocation à pousser à l’amélioration du politique et du système .

      L’économie ne fait pas une politique . C’est la Politique qui fait une économie .

      Et ça ne peut « marcher » et s’adapter , qu’en Démocratie .

  3. Bonjour,

    Étudiant à l’ENSAE ParisTech (Eole Nationale de la Statistique et de l’Administration Économique), autrement dit le temple de l’economie orthodoxe, je vais essayer de répondre à votre question. Je ne prétends pas avoir une réponse claire et définitive à ce sujet, mais j’ai quelques éléments qui me viennent à l’esprit. Je vous en propose trois.

    Premièrement, l’enseignement de l’économie aujourd’hui n’est pas l’apprentissage d’une réflexion critique sur l’économie et sa science, mais en vérité, une licence de mathématiques appliquées. Je sais de quoi je parle… Mariana Mazzucato a raison quand elle dit que « most economics students are not trained in the history of economic thought so they think there is only one theory of value ». Depuis le début de l’année je n’ai eu qu’un cours d’histoire de la pensée économique (6 cessions de 3 heures : un sur la pensée scolastique et mercantiliste ; un sur la pensée des physiocrates ; un sur Adam Smith ; un sur Ricardo ; un sur Marx et un dernier sur Keynes). Sur en moyenne 30h d’enseignement par semaine pendant un an, nous n’aurons eu que 3h de cours sur Keynes ! De manière générale, les théories de Polanyi, Michel Aglietta (sur la valeur), ou encore de Frédéric Lordon sont complètement inconnus des étudiants de l’ENSAE. Je les connais uniquement grâce à la classe préparatoire lettres et sciences sociales où l’enseignement de l’économie est beaucoup plus sur le ton du débat d’idées que sur la construction de l’édifice mathématique-économique.

    Je pense qu’un deuxième élément de réponse réside dans le fait que l’on caricature beaucoup trop souvent la science économique. On assimile trop facilement science économique et libéralisme économique. On fait trop souvent ce raccourci qui nie tout le travail des chercheurs en économie aujourd’hui. Un exemple typique est ce que l’on fait dire à la Richesse des Nations d’Adam Smith. On parle beaucoup de « la main invisible » : gouverné par nos « égoïsmes » on sert l’intérêt général. La main invisible serait le symbole même de la perfection du marché. Or, beaucoup de confusions sont faites sur la théorie de Smith qui est beaucoup plus fine et complète que l’on veut bien nous faire croire. Adam Smith était avant tout titulaire d’une chaire de philosophie morale : son œuvre qu’il considérait la plus aboutie était la théorie des sentiments moraux. Loin de se contredire, ses deux œuvres majeurs se complètent. En vérité, il est loin de dire que l’économie ne fonctionne qu’avec notre égoïsme, il avait déjà compris sa dimension sociale.
    Ainsi, trois groupes d’individus ont tendance à faire ces raccourcis, chacun pour des raisons différentes :
    1) les commentateurs dans les média, ceux qu’on entend le plus, ceux qui crient le plus fort ne connaissent que peu de choses sur la véritable science économique, ils utilisent ses caricatures n’ayant ni les connaissances, ni la rigueur, ni la prudence d’un véritable chercheur en économie. Et, souvent, ceux qui parlent le plus fort sont souvent ceux qui argumentent avec le moins de finesse et de prudence.
    2) les chercheurs-professeurs qui ont tendance à caricaturer les théories contre lesquelles ils construisent leur propre théorie. C’est un classique : on nie le travail des autres pour mieux mettre son propre travail en avant ! C’est un peu ce que fait Mariana Mazzucato : elle dénonce le fait que l’on ne propose qu’une seule théorie de la valeur. Or, il y a des travaux critiques sur ce sujet, certes moins médiatisés, mais qui existent bel et bien (Michel Aglietta sur la théorie de la valeur ; Ann Chadeau et Annie Fouquet sur la valeur du travail domestique ;…).
    ​3) l’opinion publique, loin d’être intéressé par le cheminement intellectuel des économistes, se ruent sur leurs conclusions et implications politiques alors que cette partie du travail des économistes est souvent considérés par eux-mêmes comme très annexes : ils se prononcent sur les mesures à prendre parce qu’ils sont poussés à le faire.

    Dernièrement, pour comprendre le refus de faire allusion aux théories de Keynes, on peut chercher une explication dans les travaux de Thomas Kuhn. La « science économique » est fondée sur le paradigme de l’homo oeconomicus, et l’on a construit dessus toute une théorie très complète qui fait système. Les économistes sont tout simplement bloqués dans ce système d’explication ne pouvant intégrer des théories aussi radicalement différentes que celles de Keynes ou de tout autre théorie économique hétérodoxe qui tente de prendre en compte les explications sociologiques des phénomènes économiques. Certains, comme vous, Lordon, Aglietta, Askenazy, etc… travaillent sur un nouveau paradigme économique : mais vous ne pourrez jamais réformer le paradigme actuel mais seulement le révolutionner, le remplacer complètement. Ceux à l’intérieur du paradigme de l’économie orthodoxe ne peuvent pas faire allusion à Keynes, ou même à vous, parce que vos théories sont simplement incommensurables dans leur système de pensée.

    Mais pour conclure, peut-on dire que Keynes soit vraiment nié par les économistes actuels ? N’est-il pas tout simplement passé de mode depuis les années 1980 ? Les économistes qui conseillaient le pouvoir public ont longtemps utilisé les théories keynésiennes pour espérer avoir un contrôle sur l’économie (le modèle IS-LM très utilisé durant les Trente Glorieuses). Ce modèle marchait très bien pendant cette période : un petit coup de mou dans l’économie ? Il suffisait à l’Etat d’injecter des liquidités et d’investir massivement pour réamorcer la pompe. Mais dans les années 1980/1990, ce modèle ne marchait plus, il avait montré ses limites dans le contexte de l’époque. Mais l’économie, et en particulier la macroéconomie est un cycle : les vieilles théories peuvent redevenir d’actualité parce que les contextes changent. Les théories de Keynes sont-elles d’actualité aujourd’hui ? Je ne saurais pas vous dire, mais comme vous le montrez, nombreux sont les indices qui nous le suggère !

    Excusez-moi pour la longueur de ma réponse !

    Bien à vous,

    Vincent Burnand-Galpin

    1. Bon , si l’ENSAE se pose des questions tout n’est pas perdu .

      Au final , c’est quoi l’économie pour vous et qu’espérez vous de l’ENSAE ?

      1. Ce n’est pas l’ENSAE qui se pose des questions, mais seulement quelques étudiants !

        Qu’est-ce que l’économie ? Si vous parlez de la science économique, pour moi cela est et doit être un débat d’idées. Nombreux sont les auteurs qui contestent les théories orthodoxes. Et chaque théorie a ses intérêts : je pense qu’il ne faut pas refuser en bloc la théorie néoclassique car c’est réduire le travail de milliers de chercheurs à l’idéologie libérale. Or, ce n’est pas si simple, il y a des débats à l’intérieur même du cadre néo-classique, il y a une diversité de recherches qui mérite d’être connue.

        Ce que j’espère en étant à l’ENSAE c’est acquérir des outils de traitement de données, de statistiques et d’analyse. Ils peuvent être très puissants pour comprendre notre société.

      2. Merci de l’écho ( plutôt sympathique ) .

        Mon petit doigt me dit que vous finirez anthropologue !

    2. Belle réponse !
      L’inopérance de la pensée keynésienne face à la stagflation qui marqua peu ou prou la fin des 20-30 glorieuses (ça commence vers la fin des années 1960 je crois, le mot est introduit en 1965 d’après wikixxx). Est-ce que une des façons — non prévue par JMKeynes, disons — de contourner la crise de surproduction liée à l’automatisation n’est pas survenue à ce moment, fin aussi de la reconstruction post WWII ? Les progrès des usines et manufactures diverses sont marquants dans les années 50 et 60 car encore nourris par des gens d’un sens pratique rodé pendant la guerre (quand on voit l’ampleur du projet Manhattan par exemple). Il y a une forme de saturation (à laquelle james Livingstone fait allusion dans le « Fuck Work! ») dans ces années là. Mais on n’a pas voulu amender l’édifice keynésien, on a préféré rétablir un édifice alternatif, type ruissellement en terme de justification élémentaire au grand public, qui était non keynésien. Keynes avait-il eu le temps ou la volonté (aristocrate qu’il était quand même) de laisser un édifice réutilisable par d’autres ? Peut-être a-t-il été pris par le temps et affecté par la bataille finale perdue du bancor ?

      (Sans avoir relu le « penser tout haut… » de PJ… qui parle un peu de cela)

      1. oops, la 1ere phrase posait une question :
        Belle réponse !
        Comment présent-t-on l’inopérance de la pensée keynésienne face à la stagflation qui marqua peu ou prou la fin des 20-30 glorieuses (ça commence vers la fin des années 1960 je crois, le mot est introduit en 1965 d’après wikixxx) ? etc…

    3. Une discipline qui doit évoluer quand le contexte change ne peut pas être appelée « science ». Ce qui en ferait une science, ce serait la réussite de la prospective macroéconomique. Or pour l’instant, c’est l’échec total. On en a eu la preuve en 2008 lorsque la crise économique mondiale a surpris tout le monde.
      De même que la prospective en climatologie essaie de modéliser trop de facteurs que nous ne comprenons pas, ou que nous inventons, la discipline nommée « science économique » tente de modéliser l’activité humaine à partir de statistiques, mais elle est trop diverse, trop protéiforme, trop liée à son environnement, liée à sa propre évolution et à ses propres mythes, si bien que non seulement le contexte, mais l’objet de l’étude lui-même (l’activité humaine) change en permanence. Seuls quelques génies extrêmement instruits et aux facultés d’observation hors du commun, sont parvenus à faire un peu de prospective, en prévoyant par exemple la crise que provoquerait les subprimes, mais c’est l’exception. Et il ne faut pas se faire d’illusions, c’est parce que Paul Jorion connaît mieux l’Homme sous de multiples aspects (histoire, psychologie, sociologie, biologie, technologies..) et pas seulement quelques statistiques prises ici ou là, qu’il est parvenu à « deviner » l’origine de cette crise, et à se trouver au bon endroit au bon moment. Quel exploit, quand on y pense…
      (D’ailleurs, parfois, je me demande si Paul Jorion n’est pas un extra-terrestre essayant de nous prévenir ! votre petit doigt ne serait pas un peu raide, M Jorion ? montrez-nous que vous le pliez bien dans une prochaine vidéo… histoire de vérifier que vous n’êtes pas un « envahisseur » ! )

  4. Bonjour,
    Et finalement est ce que ce ne serait pas Gavin Jackson qui aurait soulevé le cœur du probléme quand il s’interroge sur « economics is just a way for those who are trained in its particular language to rationalise what they already believe? ».
    Rappelez vous le débat « Macron , Plenel, Bourdin » lorsque ce dernier interpelle le président sur les dérives de l’évasion fiscale. A ce moment là, Emmanuel Macron parle plutôt d’optimisation fiscale!! Nous avons à faire à 2 explications économiques d’un même phénomène. Les 2 protagonistes choisiront la leur en fonction de leur CONVICTION POLITIQUE! L’économie ,c’est de la politique!!!! C’est là que je trouve certains économistes particulièrement mal honnête intellectuellement car ils voudraient faire passer leur « science » (observez les guillemets 😉 à une sorte d’analyse de faits objectif dont ils tireraient des lois naturelles au même titre que celles des sciences physiques!!! Eh oui, elle est là l’astuce ! Personne ne remets en cause la gravité ou la force nucléaire forte! Donc pourquoi on remettrait en cause « la main invisible du marché », « l’offre et la demande », « le capital et le travail », des notions reines de la « science économique »….
    Il y a autant de théories économies que de gens sur la planète. Parlez d’économie, c’est parler de soi même!

  5. Mes réponses à l’intuition :

    1) Quel est le mécanisme qui explique qu’ils ne soient pas au courant ?

    ==> Le même qui fait qu’on peut lire un peu n’importe quoi dans Le Monde. La dose de discours est proportionnelle à la taille du tuyau, pas à la pertinence du message.
    Nous autres (« des sciences dures ») voyons depuis 20 ans (200 ans me dit une chouette) l’inflation des revues, et toujours des critères de « novelty » affiché. Ouarf.

    2) Mariana Mazzucato,
    ==> j’ai un peu lu ce qu’elle raconte dans le cadre de mes contacts à Paris-Denis-Diderot sur l’énergie. Elle a oublié d’être bête; je vois que tu as souligné bcp ses écrits (jaune + vert !).

    Maintenant, elle a peut être mis dans l’innovation ce que JMKeynes avait mis dans le « hasard sauvage », donc pour garder son estime propre, elle préfère ne pas se rendre compte de l’apport de JMK ?

    3) ==> la spécificité de l’argent !
    Car, enfin, l’éco est biaisée parce que la métrique de la richesse la plus communément admise dans la communauté en charge de la théoriser se plaque fatalement sur celle de ses financeurs : avant-hier la rente du charbon de Germinal, hier la valeur actionnariale indexée sur le coup encore compressible de la main d’oeuvre (les « licenciements boursiers »), aujourd’hui le ponzisme du bitcoin et autres dérivées de dérivées…
    Aucune autre parmi les sciences sociales et humaines n’a cette caractéristique. Les facs de littératures ne sont pas financées par les producteurs d’alexandrins qui en sont sortis, que je sache.

  6. L’économie n’est pas une science car son postulat fondamental : les ressources naturelles sont infinies, est (devenu) faux.
    Un autre postulat a toujours été faux: les humains agissent rationnellement.
    Il s’ensuit que les « sciences » économiques camouflent des idéologies.

    Un essai de rationalisation par JM Jancovici (moins de 10 minutes – est-ce trop demander ?):

    https://www.youtube.com/watch?v=HElV74gz3CU

    Sans illusion…;)

  7. Medellín, le 3 mai 2018

    Une voix de 2012, du Chile (dr José Joaquín Brunner, PhD Université de Leiden, Pays-Bas, 2008) en Colombie, du même Chile, où l´on savait tellement bien, c.à.d. par le sang et le feu, éliminer la pensée keynesienne dès NOTRE 11 de septembre (1973).

    Je cite El Espectador, le grand journal de Gabriel García Márquez, fondé à Medellín en 1887, actuellement à Bogotá.

    quote

    ¨La gratuité de l’enseignement supérieur contribue à l’inégalité ».

    Source: El Espectador, Bogotá, Colombie, le 17 août 2012 – 20h15

    Le Chilien José Joaquín Brunner, qui faisait partie de la Commission qui, il y a près de 20 ans, a mené la dernière grande réforme de l’éducation dans son pays, se trouvait en Colombie.

    Considéré comme une autorité mondiale dans le domaine de l’éducation, il affirme que l’éducation en Amérique latine devrait être financée par des fonds publics et privés, compare les modèles éducatifs de l’Amérique et de l’Asie avec l’Europe et va à l’encontre des universités libres dans les pays sous-développés. L’universitaire s’est rendu à Bogotá à l’invitation de l’Université Jorge Tadeo Lozano.

    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

    Q: Quelle part du budget national d’un pays devrait être consacrée à l’éducation ?

    R: Les pays d’Amérique latine ont déclaré qu’ils affecteront 1% de leur produit intérieur brut (PIB) à la recherche et au développement (R&D). Je ne dis pas, bien sûr, que le montant devrait provenir exclusivement de l’État, mais d’une combinaison de fonds publics et privés, dont certains iraient aux universités et d’autres aux laboratoires indépendants ou commerciaux.
    Cependant, la Colombie consacre actuellement 0,5 % de son PIB à cette question, alors que d’autres pays de la région atteignent ce niveau. Un cas à part est celui du Brésil, qui a atteint l’objectif de 1 % il y a quelque temps et le dépasse depuis plusieurs années.
    Si l’on considère que dans les pays membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), entre 2,5 et 3,5 % du PIB est consacré à la R&D, l’écart existant est énorme et, si nous ne nous dépêchons pas, nous prendrons encore plus de retard, au sein de ce type de société mondiale qui, de plus en plus, vit de la connaissance.

    Q: Quelles sont les différences marquées entre l’enseignement supérieur latino-américain et celui des États-Unis et de l’Europe ?

    R: Notre enseignement supérieur est hautement spécialisé dès la première année : nous forçons nos jeunes, à 18 ou 19 ans, à définir s’ils veulent être juristes, sociologues ou anthropologues, alors qu’à cet âge ils n’ont pas besoin de savoir comment ils vont développer leur vocation.
    Une autre lacune est que nous ne développons pas beaucoup d’enseignement supérieur technique et technologique, qui ne fait pas partie de l’enseignement traditionnel. Nos économies n’exigent pas seulement des professionnels formés pendant six ou sept ans à l’université, mais aussi des techniciens formés pendant deux ans dans un éventail de compétences qui leur permettent d’entrer immédiatement sur le marché du travail et d’y apporter, au cours de leur vie, d’autres améliorations, modifiant les compétences initialement acquises.

    Q: En 1994, vous avez présidé le Comité présidentiel pour la modernisation de l’éducation au Chili, quelles sont les réalisations de cette initiative pour votre pays ?

    R: À l’époque, une commission a été proposée, créée par le gouvernement, mais composée d’universitaires, de chercheurs et de personnes expérimentées, qui a établi une stratégie large et prudente, conçue pour dix ou quinze ans.
    Ceux d’entre nous qui font partie de cette commission ont été invités et appelés, cinq et dix ans plus tard, à faire rapport sur ce qu’ils ont fait conformément aux propositions initiales. Bon nombre des suggestions que nous avons faites en 1994 ont été faites et, malgré le fait que le système éducatif de mon pays présente encore de grandes lacunes et de profonds défis, il est un fait que le Chili, dans les tests internationaux, est l’un des pays du monde qui a le plus amélioré la qualité de l’éducation.
    Les connaissances qu’un étudiant chilien reçoit actuellement, indépendamment de la famille ou de la condition sociale dont il est issu, lui donne la possibilité d’obtenir de bien meilleurs résultats que ceux obtenus par ses pairs il y a 10 ou 20 ans.
    Au Chili et en Colombie, il y a eu beaucoup de controverse ces derniers temps sur la question de savoir si l’éducation devrait être prioritaire dans la sphère publique ou s’il devrait y avoir des éléments et des participants de la sphère privée.
    En général, l’Amérique Latine a un modèle mixte d’enseignement supérieur. Cependant, d’un point de vue juridique, j’ai du mal à croire qu’une différence dans ce sens puisse constituer un élément de prise de décision, lorsque l’éducation dispensée à l’ensemble de la société est publique, au-delà de celle dispensée par un organisme privé ou officiel.
    La tendance générale à opposer le public au privé, en termes de financement, ne me semble pas refléter la profondeur du problème et la réalité de l’Amérique Latine. Nous devons garder à l’esprit que l’Amérique Latine et l’Asie ont un modèle d’enseignement supérieur différent du modèle classique, créé en Europe, où 100 % de l’enseignement supérieur est protégé par l’État et où, jusqu’à tout récemment, les enseignants étaient considérés comme des fonctionnaires.
    En Asie, les systèmes éducatifs mixtes existent depuis la naissance des républiques. Et avec elle, ils ont des dynamiques, tout comme nous, qui sont complètement différentes des autres.
    Je pense que nous devrions prendre pleinement en charge le modèle que nous avons, car il s’agit d’une question qui, jusqu’à présent, n’a pas fait l’objet de recherches approfondies. Le véritable objectif est de déterminer comment nous gérons les établissements d’enseignement universitaire, qu’ils soient privés ou publics, afin qu’ils répondent tous aux mêmes normes et que tous les diplômes décernés aient la validité qu’ils ont en fait. Lorsqu’une personne obtient un diplôme universitaire, il n’est pas précisé s’il s’agit d’un diplôme public ou privé, mais a la même connotation.

    Q: L’accès à l’enseignement supérieur devrait-il être gratuit ou non ?

    R: Je crois que dans les pays où il y a des inégalités économiques et sociales, depuis le berceau, et où les plates-formes de perception des impôts sont faibles, il n’y a pas d’élément qui contribue davantage à l’inégalité que la gratuité de l’enseignement supérieur.
    Dans les nations aux sociétés égalitaires, où l’État est capable de capter 50% du PIB en impôts, comme les pays nordiques, l’Angleterre, les Pays-Bas ou l’Allemagne, il est possible de parler de ce qui est considéré comme « libre » et qui n’existe pas vraiment, puisque quelqu’un paie pour cela, qu’il s’agisse de l’État, d’une personne ou d’une institution.

    unquote

  8. Medellín, le 3 mai 2018

    A plusieurs reprises, j´ai écrit ici que quelques éléments des changements (d´autres, comme Wallerstein, disent et écrivent ‘révolution’) de culture de 1965-1966 aux Pays-Bas (Tilburg, Nijmegen, et en DERNIER instant Amsterdam) n´étaient pas du tout ¨rationnels¨, mais plutôt ‘bizarres’, anti-intellectuels, et profondéments anti-cientifiques.

    Je me réfère à ma critique féroce d´il y a quelques années ici au BLOG contre (1) les manipulateurs trompeurs de la banque Triodos et leurs racines dans la tradition profondément raciste de Steiner, (2) les folies ultra-dangéreuses du roi de la drogue Simon Vinkenoog, et (3), comme se démontre aujourd’hui, du grand capitaliste destructeur Peter J. Muller, qui vient de publier aujourd´hui une lettre qui va vous intéresser ici au BLOG. Je l´ai traduit, et le résultat suivra ici.

    Pourquoi mentionner mes critiques antérieures et actuelles, par rapport à une série d´éléments des changements des années 1965 – 1966 aux Pays-Bas, et, liés à ces changements, en France que je considère moi comme ultra-dangéreux pour les progrès, pour nos efforts de chercher le ‘buen vivir’ pour tous, toutes, la nature, les animaux et les plantes?

    (Des évènements seulement plus tard, en mai 1968, suivis aux EEUU, notamment à l’université Columbia, New York, à lire le commentaire d´avant hier de Immanuel Wallerstein là-dessus).

    Parce que des éléments CLÉS dans les changements 1965-1966 aux Pays-Bas n´ont pas été compris bien dans le reste du monde.

    Beaucoup des gens pensent que la clé se trouve dans un changement de culture par rapport à la démocratisation, la sexualité, et la liberté de la consommation des drogues.

    Mais il manque quelque chose très important dans cet inventaire.

    Et ce sont deux changements beaucoup plus fondamentaux.

    D´abord le processus scandaleux de la décolonisation de l´Indonésie.

    Lorsque l´élite colonialiste-politique Néerlandaise refugiée aux EEUU et en Angleterre voyait ¨évaporer¨ la source de son pouvoir et richesses immenses en Indonésie par l´occupation nazi-fasciste Japonaise, on se mobilisait pour, non seulement à Londres, mais aussi à Washington (et plus tard a Bretton Woods), pour ´prendre des mesures´.

    C’était complex. Puisque, rien ne restait du pouvoir IMMENSE, militaire et financier des ‘Ollandais’ après les doubles destructions par des nazis allemands et japonais.

    Il n’y avait qu´une seule solution. Aux genoux à Washington.

    Ainsi naissait cette politique DAMNIFIÉE des ‘Ollandais’ de l’après guerre 40 – 45.

    Un aliniément TOTAL avec Washington, à fin d´obtenir les supports militaires et financiers, pour pouvoir RE-conquister l´empire de rèves perdus…. l´Indonésie.

    Et commencait une des guerres PLUS sales, plus oubliées de l’humanité, la guerre de 1945 – 1949 en Indonésie, avec de dizaines de milliers de soldats-appelés néerlandais, envoyés ‘outre-mer’.

    Amies et ami francaises et francais… s.v.p. sachez que les GROS hypocrites à La Haye ne commencent GUÈRE maintenant avec une recherche PARLEMENTAIRE d´une des guerre PLUS oubliées, plus scandaleuses de l´humanité.. la guerre sale et immense, ré-colonisatrice des petits politiciens ollandais (avec un role scandaleux pour les catholiques et les socio-démocrates).

    Si vous en voulez lire plus.. lisez avec attention la page d´étoile ouverte par le Parlement néerlandais, pardonnez moi, en anglais, non en francais.

    https://www.ind45-50.org/en

    Dans cet effort immense du rétablissement des relations coloniales entre les Pays-Bas et l´Indonésie (et rappelez vous que vous ne comprenez RIEN, ZERO, des villes de Amsterdam et de Rotterdam si vous ne savez pas que ces deux villes doivent TOUT au grand vol, pillage de 400 années de durée en Indonésie), se trouve le grand secret de la tragédie de la Colombie, et du refus de support à Keynes du coté des néerlandais à Bretton Woods.

    Une lutte autoritaire, violente, militariste, uax Pays-Bas CONTRE la démocratisation et CONTRE le bien être (salaires ULTRA bas), qui automatiquement menait aux explosions des années 1965 1966.

    D´abord ¨l´explosion des salaires¨, et deuxièment l´explosion de la naissance du premier syndicat des soldats appelés au monde, le VVDM, le 4 aout 1966 a Ede (Elias Beeckman kazerne) et a Amsterdam.

    Mais, PARADOXALEMENT, ces changements socio-economiques et syndicaux TOTS, ne menaient pas du tout a une politique progressive aux Pays Bas.

    Quand le premier (et jusqu’ici seul…) gouvernement progressif prenait le pouvoir a la Haye (1973 – 1977), le ´flux´ progressif était déjà à son retour.
    La chute de Nixon, la chute d´Allende etc.

    Les pensées de John Maynard Keynes disparaissaient de plus en plus dans le brouyard, avec quelques petites exceptions, comme en Scandinavie, et, dans le petit groupe d’économistes autour de Yo Brenner, mon prof de fac d’économie à Utrecht.
    (https://www.amazon.com/Theories-Economic-Development-Growth-Brenner/dp/0415851645).

    Des ‘fous’ irresponsables CONTRE le cerneau de la critique des années 1945 – 1949, comme l´idiot total Vinkenoog, avait des supports réactionnaires dans la forme des personnes comme Peter Muller, l’éditeur de Candy, un magazine de porno. Un capitaliste PUR sang, qui volait les ‘avantages’ (??) des années de changement entre 1965 – 1968.

    Beaucoup de ces sieurs et femmes auto-déclaré(e)s ‘révolutionaires’ se sont enrichi(e)s d’une facon impressionantes, tous et toutes des hypocrites, et tous et toutes en secret de GROS(ses) admirateurs et -trices du style oncle Donald T.

    C´est remarquable que personne ne critique l’addiction de oncle Donald a une drogue TRES, trop bien connue, c.a.d. le sexe, ou plus bien connu parmi les spécialistes comme dopamine.

    Là aussi Keynes était honnete, direct, NON-hypocrite dans ses relations pluri-sexuelles, mais vers la fin de vie avec une dédication sexuelle seulement à Lydia Lopokova.

    Enfin, lisez svp avec attention la traduction d´une carte du sieur misérable Muller, publié aujourd´hui dans le NRC Handelsblad à Amsterdam, et lisez bien sur sa connection avec la force réactionnaire en France (Zemmour, traité ici au BLOG a plusieurs reprises).

    Ré-activer la force Keynesienne, implique automatiquement ré-activer la force anti-coloniale, anti-hypocritique, anti-démocratique.

    La réaction réactionnaire nous attend… bien éduquée, bien capitalisée, bien et tres hypocritique, plein de finances formels et informels, des systemes maffieux, et de shadow banking.

    Des adversaires anti-keynesiens formidables, et chacun-une qui les SOUSESTIME, est déjà condamné/e à l’échec total.

    quote

    1968

    JE SAVAIS AQUE J´AVAIS TORT.

    Dans ‘Les idéalistes de 1968 sont maintenant l’établissement’ (NRC, 1/5), le correspondant Peter Vermaas cite l’essayiste français Éric Zemmour.

    Pour Zemmour, la libération sexuelle, la démocratisation et l’égalité des droits apportés par le mouvement de 1968 sont les germes de « la grande décomposition des sociétés occidentales ». Les valeurs traditionnelles (familiales) étaient attachées et l’autorité gouvernementale s’est rétrécie.

    Cette affirmation est conforme à ce que j’ai écrit il y a plus de 45 ans, le 20 mai 1972, avec un stylo de la couronne dans mon journal : « Je commence à voir de plus en plus, comme si j’étais un observateur de moi-même, que je ne suis pas seulement en ce moment et un mal du pays constant et lancinant pour ce que je sais derrière moi. Le passé opprime et inspire.¨

    Il me donne le courage d’aller plus loin (…) Je contribue à la destruction des valeurs et du respect de soi humain, au renversement d’une civilisation dont je puise chaque jour la force, l’inspiration et la joie de vivre. Je sèche consciemment un puits, auquel je ris moi-même. Je détruis mes propres racines et j’attaque le monde que j’admire et respecte d’une manière égoïste et lâche. Je choisis consciemment la dégradation systématique, pour des raisons de profit et de gain personnel, et je serai un jour appelé à en rendre compte.

    A cette époque, j’avais 27 ans et j’étais l’éditeur du magazine ‘révolutionnaire’ Candy, fondé en 1968.

    Peter J. Muller Amsterdam

    Source : NRC Handelsblad, en-tête : Lettres soumises, Amsterdam, 3 mai 2018.

    unquote

    PS: veuillez me pardonner mes multiples erreurs de style, de composition, de choix de mots et d´orthographie. Je suis un peu fatigué d´écrire en francais avec tous ces accents tellement compliqués sur une machine en Amérique Latine, avec un clavier español. JL

    1. Au nom de plusieurs lecteurs (sans doute), merci de ce retour provocateur et évocateur. Beaucoup de travail de documentation serait nécessaire pour lui donner toute sa force.

      1. Medellín, le 4 mai 2018

        @ Chabian:
        C´est un quiet plaisir et un devoir sans cesse.

        Plus une petite, essentielle correction.

        ‘Pro-démocratique’, évidemment.

        ¨Ré-activer la force Keynesienne, implique automatiquement ré-activer la force anti-coloniale, anti-hypocrite et pro-démocratique.¨

        Veuillez bien suivre comme notre ´junkie´ de dopamine, est en train de réactiver la ´war on drugs´ dans mon pauvre pays… (où les gringos plus les ollandais ont ´imposé´ le monopole étatique-maffieux-illégalisé, après le démantèlement du monopole-étatique mondial de la cocaïne Java – Amsterdam, comme ´prix´ (Paul J. !) au support militaire et financier des gringos aux ollandais dans leur effort misérable et échoué de la ré-colonisation des Pulau Seribu (= Indonésie) entre 1945 – 1949).

        Sources:

        https://academic.oup.com/ahr/article-abstract/115/4/1200/34416

        http://upf.com/book.asp?id=VELLIS04

        https://chg.kncv.nl/history-cocaine

        http://www.oapen.org/search?identifier=340274

        etc.

        En ce qui concerne ces ´shots´ (piqûres, dirait Paul J.) de dopamine, veuillez voir, entre autres:

        La drogue / le stupéfiant de Trump:

        * https://www.nytimes.com/2016/12/16/opinion/the-narcotic-of-trump.html

        * https://www.inc.com/john-boitnott/is-your-need-for-another-dopamine-hit-wrecking-your-business-your-life.html

        * http://thebrainyouneed.com/dopamine/trump-trolls-and-dopamine

      2. Je ne sais pas retrouver de lien vidéo , mais il me semble que Antonio Maria Costa avait eu sur le sujet des propos très clairs , sur France Culture en fin de l’année passée.

      3. C’était une information au titre de complément aux outils de traitement de données ,de statistiques et d’analyse de l’ENSAE .

        Elle peut être relativement puissante pour comprendre notre société .

        Et l’importance de l’esprit citoyen et de la Loi dans « l’économie » .

      4. Je laisse par contre JA juger de l’opportunité du lien , car si le contenu de l’article me parait conforme à ce que j’avais entendu sur France Culture , je sais que le site est parfois cité comme suspect d’affinité FN par certains .

  9. Je n’arrive toujours pas à comprendre comment on parle de science économique, car si l’économie existe bel et bien , qu’aurait t’elle de scientifique dans la mesure ou elle est incapable de prédire , la prédiction étant le véritable test d’un modèles scientifique.

    Il y a une foule de modèles économiques qui se plantent même sur du court terme pour mettre en question
    cet attribut de « scientifique  »
    Merci de vos lueurs……….

    1. Il faut faire attention quand on utilise le terme  » prédiction » car les télévangélistes US pourraient y gagner des galons de « scientifiques  » un peu étranges .

      Si l’on s’en tient aux modèles mathématiques d’ailleurs , ils ne sont pas tous déterministes .

      Je dirai plutôt que les modèles scientifiques maitrisent mieux leurs limites et domaines de validité , savent s’arrêter quand le terrain n’est plus sur , et ne promettent pas plus qu’ils ne savent pouvoir tenir sans tomber dans l’à peu près et le délirant .

      Ce qui n’est pas le cas des « sciences économiques ».

  10. Vincent Burnand-Galpin 3 mai 2018 à 0 h 46 min

    Merci de votre grain de sel, ce que j’y lis me rappelle le pronostic de Kuhn, comme quoi pour que certains paradigmes meurent, il faut d’abord enterrer ceux qui les ont nourris, donc les dégâts sont encore à venir car en formation dans les jeunes cervelles qu’on biberonne…
    Au plus court, il n’y a pas de science économique (lubie idéologique masquée) mais de l’économie politique. La propriété inviolable et sacrée est un pilier de « l’économie », au sens ou le pilier de bistrot soutient le bistrot et réciproquement, la « main invisible » un autre nom pour Dieu chez Smith (ce qui justifie tout et rien), et si le désir d’un quidam se suit aux traces de sa vie, les tendances ne font pas prédictibilité. En nombre l’IA suit les traces des quidams et prédit les comportements à grand renfort de béquilles comme la publicité…Bah les théories économiques sont des opiacés de synthèse rendant le monde entier accro. Version Jorion une table de lois servie par des prêtres d’une religion féroce. Bon courage dans l’aventure, mais si vous êtes ici, c’est déjà le signe dubitatif d’un malaise…

  11. Au béotien de service (lecteur du blog de P.J. quand même…) il est proposé trois façons de voir l’économie :

    1 – De quelque façon que l’on regarde les choses, l’économie, c’est l’interaction des humains entre eux, avec médiation de biens, de services, ou d’autre chose. L’important, c’est de comprendre comment ça se passe entre les humains. Parce que ce n’est pas du tout évident ! L’économie est donc une branche de l’anthropologie.

    2 – De quelque façon que l’on regarde les choses, l’économie, c’est la puissance d’agir des hommes sur leur condition et leur environnement. L’important, c’est de comprendre ce qui permet d’agir sur le monde, c’est-à-dire l’information, les ressources physiques, et l’énergie. Parce que ça urge! L’économie est donc une branche de la physique.

    3 – De quelque façon que l’on regarde les choses (de très loin et en plissant très fort les yeux), l’économie, ce sont des flux entre des agents économiques que l’on peut considérer de façon abstraite, pour pouvoir discerner les lois éventuelles qui s’appliquent à ces flux. Faire des modèles cohérents, c’est tellement beau ! L’économie est donc une branche des mathématiques.

    Le béotien se demande laquelle de ces façons de voir nous est le plus utile, et s’étonne que ce soit la troisième qui mobilise 85% des économistes…

    1. Ça en fait des branches dont chacune prétend être le tronc des autres , d’autant que l’on peut regarder … les choses , de multiples façons supplémentaires .

      Je préfère en rester à mon mécano de 11 heure 13 .

      1. Ah, les branches et les troncs.
        Stem, en anglais : le tronc (le Stammtisch allemand tronc-table)
        To stem : tarir/endiguer
        l’acronyme STEM (« STEM education ») : Science, Technology, Engineering & Maths

        gainsbar : Stem moi non plus…

      2. Je ne suis pas forcément convaincu que arcs et points soient plus éclairants que troncs et branches .

        Mais c’est sans doute la fatigue .

  12. Quand le but est de maîtriser l’économie, il n’est d’autre possibilité que de maîtriser les hommes. Sans cesse en mouvement, ‘nos’ spécialistes n’ont d’autre choix que de piocher une idéologie et se l’accrocher bien chevillée pour ne plus figer cette bougresse. Éventuellement, le seul mouvement qu’ils lui autorise est le leur, exactement.

  13. Tient donc, la science économique a une mission « Divine » ou humaine. Je pense plutôt que la science économique est une construction ad hoc des marchands puissants de ce monde passée et avenir pour justifier leurs tas d’or. Elle imite le couple physique/mathématique d’une manière plus sophistiqué que l’astrologie. Le sermon d’Hippocrate à la sauce économique pourrait ressembler a « Serre ton maître qui te le rendra ».
    La science économique est une réponse parmi d’autre a notre besoin de filiation avec le Tout.

  14. « What has economices done for us? Nothing! »
    Si l’on parle de l’économie en tant que « science » (ce qu’elle n’est pas, elle est comme la politique plutôt un art, dépendante des facteurs émotionnels, instinctifs, sociaux, situatifs….), ne peut effectivement rien faire pour nous. Elle ne peut que servir aux idéologues de toutes couleurs pour justifier telle ou telle tactique ou objectif politique.
    Et puis il y des facteurs X, incalculables, imprévisibles qui sont l’antipode même de la science au sens stricte. L’un des seuls éléments scientifiques: quand j’ai faim, je dois me procurer des aliments…….Hypothèse et vérification, la base de toute recherche scientifique, fonctionnerait alors.
    La soi-disante « science » économique n’a rien de mystérieux, je dirais même le tout est assez primaire, pour ne pas dire primitif.

  15. Un élément (décisif à terme) peu évoqué, la technique du « garrot » appliquée en France aux (ex-) Sciences Humaines..
    Un article (récent) payant chez Médiapart détaille le processus définitivement éradicateur des termes de la pensée « non-TINA » à partir du dossier d’une plainte collective.
    Suivent le lien et quelques extraits: (29 avril-Laurent Mauduit)
    https://www.mediapart.fr/journal/france/290418/economie-l-universite-est-toujours-plus-sectaire-face-aux-heterodoxes

    « Le pluralisme en économie est de plus en plus menacé à l’université. Au moins six candidats malchanceux à la qualification pour devenir professeur ont engagé un recours. L’étude de leur dossier, que Mediapart a pu consulter, suggère qu’ils auraient pu être victimes d’une discrimination au motif que leurs travaux ne s’inscrivent pas dans la doxa dominante. » …(…)…
    « Les récents résultats de la session de qualification du Conseil national des universités (CNU) de la section économie font apparaître des discriminations sans précédent à l’encontre des candidats dont les travaux puisent leur inspiration dans les courants hétérodoxes. Des discriminations si visibles que six candidats, selon le décompte minimal de Mediapart, ont décidé d’user de leur droit de recours auprès de la ministre de l’enseignement supérieur. »..(…)…
    « Pour comprendre ce texte, il faut connaître le déroulement de la procédure pour devenir professeur des universités en économie. Les candidats à cette fonction, qui doivent avoir un doctorat et avoir obtenu une habilitation à diriger les recherches (HDR dans le jargon universitaire) et éventuellement être maitre de Conférences (ce qui est souvent le cas mais pas indispensable – les conditions requises pour être candidat sont ici), doivent s’inscrire à une procédure de qualification sous l’égide du CNU. Les inscriptions ont lieu chaque année d’octobre à décembre. Les candidats doivent constituer un important dossier, comprenant leur curriculum vitæ, leurs travaux de recherche et leurs publications dans des revues qui sont agréées par le Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (Hcéres). [copie de la dernière liste en date]…L’AFEP critique cette liste, qu’elle ne juge pas pertinente, et fait valoir qu’elle ne comprend pas de revues hétérodoxes. Mais les candidats sont bien obligés d’accepter la règle du jeu, même si elle est mal faite….

    Une fois les inscriptions closes, le CNU dépouille les dossiers et fait savoir chaque année en février la listes des personnes qui bénéficient de la qualification. Le parcours d’obstacles pour devenir professeur d’université n’est pas alors terminé, mais il n’y a plus qu’une seule étape à franchir : quand une université a un poste de professeur disponible, elle doit organiser un concours auquel ne peuvent participer que ceux qui sont déjà professeurs ou ceux qui ont obtenu la qualification du CNU. Cette qualification est donc une étape décisive dans le chemin qui conduit au poste très convoité de professeur des universités. »…

    Inutile d’insister sur la suite , qui correspond bien à ce que chacun peut supputer. Décès de T.A.T.A. par asphyxie!

      1. @ Juannessy (5/ à 12h38) : « T.A.T.A. …Ques a quo ? »

        T.I.N.A. … There Is NO Alternative..
        T.A.T.A. … There Are THOUSAND Alternatives…
        Bien à vous.

      2. @Juannessy(6/5 à 18:33)
        Ajoutons pour l’anecdote que l’usage de l’acronyme T.A.T.A. est soigneusement « évité » dans le jargon économique dominant (orthodoxe) . Le diable se cache dans les détails…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.