Archives par mot-clé : Alexandria Ocasio-Cortez

Le sourire d’Alexandria Ocasio Cortez

J’écrivais samedi dernier dans J’aimerais voir le visage de Mme Ocasio-Cortez ce matin :

J’imagine qu’un sourire flotte sur le visage de Mme Alexandria Ocasio-Cortez ce matin, parce qu’elle doit toujours être sous la divine surprise de la conférence de presse de M. Biden. J’imagine qu’elle ne pensait plus qu’un chef d’État puisse encore aujourd’hui tenir un discours socialiste, et moins encore qu’ailleurs, dans son propre pays (si elle vivait en France, elle serait sceptique encore davantage).

Elle émet quelques réserves sans doute : que 2,5 mille milliards de dollars, c’est vite dépensé quand on parle de refaire des ponts sur toute la surface des État-Unis. Bien entendu (je dirais la même chose 😉 ). Mais enfin, le sourire est bien là.

Partager :

J’aimerais voir le visage de Mme Ocasio-Cortez ce matin

J’imagine qu’un sourire flotte sur le visage de Mme Alexandria Ocasio-Cortez ce matin, parce qu’elle doit toujours être sous la divine surprise de la conférence de presse de M. Biden. J’imagine qu’elle ne pensait plus qu’un chef d’État puisse encore aujourd’hui tenir un discours socialiste, et moins encore qu’ailleurs, dans son propre pays (si elle vivait en France, elle serait sceptique encore davantage).

Je suis comme elle, à écouter ce président de gauche, apparemment “socialiste instinctif”, “à la Keynes” *, je demande à ce qu’on me pince, je me dis qu’il y a sûrement une entourloupe, que je vais me réveiller. On verra. En attendant, je prie que le rêve se poursuive.

Continuer la lecture de J’aimerais voir le visage de Mme Ocasio-Cortez ce matin

Partager :

La théorie moderne de la monnaie (TMM) ne tient pas debout – Feuilleton

M. Bernie Sanders a fait de la Théorie moderne de la monnaie, ou Théorie monétaire moderne (TMM), de l’anglais “Modern Money Theory” (MMT), l’armature de la politique économique de sa campagne aux primaires de la récente élection présidentielle aux États-Unis. Mme Alexandria Ocasio-Cortez dit de la TMM qu’elle “devrait être débattue”. Or cette théorie est viciée par une mécompréhension majeure du mécanisme de la formation des taux d’intérêt à moyen et long terme, cruciaux pour l’économie comme pour la dette publique.

La raison pour laquelle ce défaut passe inaperçu de certains économistes intelligents est qu’ils et elles raisonnent à l’intérieur du cadre d’une monnaie forte comme le dollar ou l’euro, monnaies qui bénéficieraient en effet d’une mise en œuvre de la TMM, mais aux dépens des monnaies faibles et des économies qui y sont attachées.

Mise en œuvre à l’échelle mondiale, la TMM entraînerait rapidement la ruine des petites économies. Un mécanisme de plus aurait été mis en place qui drainerait le peu d’argent des pauvres vers l’escarcelle des riches. C’est bien là la dernière chose dont nous aurions besoin aujourd’hui.

Comme la question est d’actualité et que ses enjeux sont majeurs, je vais y consacrer plusieurs billets et vidéos, en français et en anglais.

Partager :

Présidence Trump : Quatre ans qui ont ébranlé le monde, mais ont laissé de marbre les gauches européennes !, par Yorgos Mitralias

Le premier acte de l’actuel drame américain étant achevé avec l’investiture de Joe Biden, on peut légitimement s’interroger sur les réactions ou le manque de réactions qu’a provoqué la tumultueuse présidence de Donald Trump en dehors des États-Unis. Et évidemment, s’interroger sur la totale incompréhension de ce qui s’est passé tant au sommet qu’à la base de la société américaine durant les 4 ans de cette présidence Trump, dont ont fait preuve les médias et les élites intellectuelles internationales mais aussi l’écrasante majorité des gauches européennes.

Il ne fait pas de doute que l’origine de cette « totale incompréhension » doit être recherchée dans la scandaleuse indifférence que tout ce monde, pour le reste très hétéroclite, a montré pour ce qui se passait non pas dans un petit pays du Tiers Monde mais au cœur de la super-puissance mondiale ! Et si la victoire, l’ intronisation et les quatre ans de la présidence de Trump ont attiré un peu l’attention, on ne pas dire de même de la candidature de Bernie Sanders et du grand mouvement populaire qui s’est formé autour d’elle. Il va sans dire que l’indifférence des médias n’est pas surprenante vue qu’ils n’avaient aucun intérêt à informer l’opinion publique européenne qu’aux États-Unis était en train de naître un formidable mouvement populaire de masse, composé surtout de jeunes gens radicalisés qui osaient se déclarer socialistes au pays où ce mot était traditionnellement plus que diabolisé.

Continuer la lecture de Présidence Trump : Quatre ans qui ont ébranlé le monde, mais ont laissé de marbre les gauches européennes !, par Yorgos Mitralias

Partager :

La démocratie américaine est-elle vraiment sauvée ?, par Terence

À propos de Biden hails democracy and rebukes Trump after electoral college victory | US news | The Guardian

Quand un président-élu de la deuxième plus grande démocratie du monde prononce des discours de victoire aux accents lyriques… pour se féliciter… de l’intégrité du processus des élections démocratiques…

Même si on peut partager ce réconfort et se réjouir de l’éjection du pouvoir de Trump, ne ressent-on pas aussi dans ce discours de victoire invraisemblable des traces de “l’esprit de Munich”… les problèmes de la République française et de la République de Weimar juste avant la seconde guerre mondiale… cette mollesse et cette impuissance des démocraties à résoudre leurs problèmes ? Etre vite content, être content seulement de la “normalité”, ou pire, être content d’avoir “heureusement entre deux maux le moindre”, n’est-ce pas déjà le signe d’une faiblesse mortelle pour la démocratie ?
Continuer la lecture de La démocratie américaine est-elle vraiment sauvée ?, par Terence

Partager :

Kamala : une assurance anti-AOC

“AOC” dans mon titre, c’est “Alexandria Ocasio-Cortez”, la gauchiste de choc du Parti démocrate, d’origine portoricaine par ses parents – ce qui la rend sinon “black”, mais tout juste, en tout cas “colored” selon les critères du système à caste des États-Unis.

Dans un excellent article de Lauren Martinchek dans Medium, “Why Joe Picked Kamala”, pourquoi Joe [Biden] a choisi Kamala [Harris, comme colistière dans sa course à la présidence], la commentatrice fait le calcul suivant : Kamala devient Vice-présidente en 2020, Présidente en 2024 (Biden sera trop vieux pour se représenter), réélue en 2028. Ce qui interdit à AOC de se présenter à la présidence avant 2032 : douze ans de paix pour Wall Street.

Bien vu Mme Martinchek ! Continuer la lecture de Kamala : une assurance anti-AOC

Partager :

Comment éviter une “guerre civile” entre les jeunes et les vieux durant le XXIe siècle ?, par Cédric Chevalier

La trajectoire de l’économie mondialisée détruit les conditions de vie sur Terre pour les jeunes vivants aujourd’hui, et ceux qui naîtront durant ce siècle. Le confinement pandémique a imposé aux jeunes, aux enfants (qui sont légalement soumis à l’autorité de leurs parents et n’ont aucun droit de vote) des sacrifices pour sauver la vie des vieux. On a impacté la santé mentale et physique des jeunes sans suffisamment de soucis pour eux. Continuer la lecture de Comment éviter une “guerre civile” entre les jeunes et les vieux durant le XXIe siècle ?, par Cédric Chevalier

Partager :

Post-scriptum à “Fin du capitalisme : bonnes nouvelles !”

Post-scriptum à Fin du capitalisme : bonnes nouvelles !

Je n’ai pas été le seul avant-hier à avoir salué la déclaration officielle du syndicat patronal américain Business Roundtable affirmant qu’il faut mettre fin à la prééminence de l’actionnaire dans la définition des objectifs de la firme, pour y inclure quatre autres parties prenantes : ses clients, ses employés, ses fournisseurs et la communauté, en les faisant bénéficier toutes du même traitement équitable.

Je rappelle que le slogan “L’entreprise fonctionne pour le seul bénéfice de ses actionnaires”, dû au Prix Nobel d’économie (sic) Milton Friedman, a eu valeur de dogme au cours du demi-siècle écoulé, et peut être considéré comme la devise du capitalisme dans sa version ultralibérale. Continuer la lecture de Post-scriptum à “Fin du capitalisme : bonnes nouvelles !”

Partager :

L’anti-Trump que les Américains s’arrachent !

De gauche à droite : Rashida Tlaib, D-Mich., Ilhan Omar, D-Minn., Alexandria Ocasio-Cortez, D-N.Y. et Ayanna Pressley, D-Mass.

Toutes quatre sont des députées “communistes” (dixit Lindsey Graham, sénateur Républicain de Caroline du Sud), qui devraient “retourner et tenter de réparer les endroits à la dérive et infestés par le crime d’où elles viennent” (dixit le Président Donald Trump).

La députée Ocasio-Cortez a répondu lors de la conférence de presse que l’on voit ci-dessus, qu’elle s’apprêtait à suivre le conseil du Président l’après-midi même : elle se rendrait dans sa circonscription du Bronx à New York.

Partager :