Archives par mot-clé : Covid-19

Covid-19 – Risque de contamination : le passé n’influence pas le présent

Je peux me tromper, mais j’ai l’impression que la personne à qui je viens de parler pense qu’à chaque jour qui passe ses chances d’attraper le Covid-19 diminuent d’une certaine manière, du fait de ne pas l’avoir encore attrapé. L’idée est du genre : j’accumule un capital du type « personne passant entre les gouttes ».

Or le fait est qu’on n’accumule rien du tout. Oui la probabilité qu’on mette au point un vaccin efficace augmente de jour en jour mais tant qu’on n’a pas été vacciné, ça nous fait à chacun une belle jambe. Oui, le nombre de gens acquérant une certaine immunité pour avoir été malade (encore qu’on ne soit pas encore sûr que ce soit le cas) augmente, rendant la transmission plus difficile, mais d’ici qu’on en soit au point où cela fera une différence, beaucoup d’eau coulera encore sous les ponts, faisant encore beaucoup de morts en cours de route.

Le raisonnement, si l’on peut dire, c’est celui du joueur qui pense que ses chances d’avoir un six augmentent parce que ça fait une demi-heure qu’il n’en a pas eu. Or non, la chance d’avoir un six est une sur six à chaque coup, parce qu’il y a six faces sur un dé, les jets sont indépendants : ceux du passé n’ont aucune influence sur ceux du présent.

À ça on va me répondre : « OUI MAIS si on jette un dé 600.000 fois, on est d’accord qu’on aura eu à peu près 100.000 fois un 1, 100.000 fois un 2, etc. 100.000 fois chacune des faces ? » Oui. « Et alors, disons qu’on a jeté le dé 599.999 fois et qu’on n’a toujours pas eu de 6, si on le jette maintenant, on a quand même plus de chance d’avoir un six ? » Non, rien n’a changé, les jets sont indépendants : toujours une chance sur six d’obtenir un 6, ou un 5, ou un 4, etc.

Donc, si vous étiez tenté de vous dire « Je peux peut-être faire un peu moins attention puisque je n’ai rien attrapé jusqu’ici » : c’est faux, archi-faux, rien n’a changé, comme je l’ai dit, d’avoir eu de la chance hier ne vous en donne pas davantage ni pour aujourd’hui, ni pour demain : les coups sont indépendants, le risque d’infection pour vous n’a pas changé, maintenez la même vigilance exactement.

Partager :

Confinement et immunité de groupe : deux types de milliardaires, par ‘un lecteur’

Nous sommes dirigés par les milliardaires. (Pour certains pays comme les USA cela fonctionne aussi, même si c’est évident.)

Démonstration

Il y a deux catégories de milliardaires :

a) Ceux qui en veulent toujours plus pour se sentir vivre : les gros cons à l’état brut.

b) Ceux qui veulent plus de temps, les transhumanistes.  Continuer la lecture de Confinement et immunité de groupe : deux types de milliardaires, par ‘un lecteur’

Partager :

Test Covid-19 : le parcours du combattant, par Jean-Baptiste Auxiètre

Suite à un mal de gorge, et comme conseillé par le médecin, j’ai fait un test COVID CRP. Le souci en l’occurrence c’est que, pour commencer, mon médecin traitant était en vacances, donc j’ai déjà mis 2 jours pour obtenir une ordonnance (inutile depuis). En attendant, entre le jour où j’ai présenté les premiers symptômes et les 5 jours d’attente du résultat, cela a fait dans mon cas une durée de 10 jours ! Dans mon cas le test à date est négatif heureusement pour moi mais aussi pour mes proches et certainement très malheureusement pour ceux qui seraient dans la même attente mais positifs car s’ils sont laissés livrés à eux-mêmes pendant une telle durée on n’ose imaginer la propagation du virus en attendant les résultats.

Il n’y a aujourd’hui que quelques pour cent de la population qui sont testés et déjà les laboratoires sont débordés, et rendent des résultats dans des délais qui ne sont pas raisonnables si on veut éviter la propagation du virus. Il serait vraiment utile de mettre réellement les moyens : nous nous rapprochons rapidement d’un nouveau confinement si les tests ne sont pas disponibles en 24 ou 48h et cela pour une part importante de la population, et non pas 1 ou 2 pour cent.

Partager :

Covid-19 – Un très bon point pour la France ?

L’ONS (Office for National Statistics), l’équivalent britannique de l’INSEE, produit aujourd’hui un rapport comparatif entre les différentes nations : Comparisons of all-cause mortality between European countries and regions: January to June 2020, une comparaison de toutes les causes de mortalité entre pays et régions européens de janvier à juin, qui permet en particulier de mettre en évidence la surmortalité due à la Covid-19. En combinant les chiffres trouvés là avec d’autres, la BBC a composé le diagramme suivant :

Le titre dit : « L’Angleterre est le pays (sic) le plus touché en Europe par l’épidémie de coronavirus ». Le sous-titre dit : « Augmentation du taux de mortalité en comparaison avec les années précédentes ». La note donne quelques précisions : « … au 23 mai » ; l’Italie n’apparaît pas en raison de lacunes dans les données, ainsi que certains pays où les décès ont été inférieurs à la moyenne des années précédentes.

Alors ? Un très bon point pour la France ?

Partager :

Politico : La mort de la ville, par AITOR HERNÁNDEZ-MORALES, KALINA OROSCHAKOFF ET JACOPO BARIGAZZI

La mort de la ville
Le télétravail, et non le coronavirus, rend la vie urbaine obsolète.
© Politico, le 27 juillet 2020

Il y a environ 700 ans, la ville toscane de Sienne était une puissance bancaire et proto-industrielle en plein essor, avec plus de 50 000 habitants – une population qui n’était dépassée que par les « mégapoles » médiévales comme Paris, Londres et Milan.

Mais en 1348, alors que la ville florissante était au sommet de son âge d’or, la prospérité de Sienne a été soudainement interrompue par la peste noire. En quelques années seulement, la ville a perdu 60 % de sa population et est entrée dans un déclin rapide, tombant dans l’obscurité. Il a fallu attendre le XXe siècle pour qu’elle retrouve sa taille d’avant la pandémie. Continuer la lecture de Politico : La mort de la ville, par AITOR HERNÁNDEZ-MORALES, KALINA OROSCHAKOFF ET JACOPO BARIGAZZI

Partager :

Lévi-Strauss sur les épidémies

Une remarque de Claude Lévi-Strauss sur les épidémies, que je soumets à votre réflexion.

Avec le néolithique, l’homme s’est mis à l’abri du froid et de la faim ; il a conquis le loisir de penser ; sans doute lutte-t-il mal contre la maladie, mais il n’est pas certain que les progrès de l’hygiène n’aient fait plus que rejeter sur d’autres mécanismes : grandes famines et guerres d’extermination, la charge de maintenir une mesure démographique, à quoi les épidémies contribuaient d’une façon qui n’était pas plus effroyable que les autres.

C’est à la page 452 de Tristes Tropiques, un texte daté 12 octobre 1954 – 5 mars 1955

Partager :

Covid-19 – 48 ou 72 heures ?

Google vient d’informer ses salariés aux quatre coins du globe qu’il ne sera pas demandé à la plupart d’entre eux de revenir au bureau avant au plus tôt juillet de l’année prochaine.

L’histoire va vite ces jours-ci. Entre le moment où on s’est dit : « Une deuxième vague se dessine-t-elle ? », et le moment où on dit aujourd’hui (ici ou ) : « Elle est là ! », il s’est passé quoi ? 48 ou 72 heures ?

Partager :

Vidéo – Nous sommes très mal équipés pour la suite

Tiens ! Quelqu’un qui parle de la même chose que moi, même si c’est de tout autre autre chose 😉 . Et qui réagit de la même manière que moi devant les questions insolubles 😀 : Continuer la lecture de Vidéo – Nous sommes très mal équipés pour la suite

Partager :