Archives par mot-clé : désobéissance civile

Extinction Rebellion participe à un combat mondial de vie ou de mort, par un citoyen anonyme

Ouvert aux commentaires.

« Je sens que je ne peux plus m’abstraire d’un combat mondial de vie ou de mort ». C’est avec ces mots qu’Edgar Morin s’engage en 1943, à 21 ans, dans la Résistance française. 

Est-ce grandiloquent ? Je ne sais. Mais comme Morin il y 80 ans, j’ai en 2019 le sentiment d’un combat mondial de vie ou de mort. Alors que l’urgence écologique, sociale et démocratique s’intensifie drastiquement, je n’ai pu trouver le repos de l’esprit qu’en intensifiant tout autant mon engagement d’être humain, de père, de citoyen et d’intellectuel. A l’inverse de Morin, m’engager ne menace pas ma vie. Ne pas nous engager par contre met en péril toutes nos existences.

Je suis d’un naturel prudent. Ne voulant commettre aucun mal, ni à personne ni à aucun bien, je me garde des excès. Mais face à l’urgence écologique, trop de prudence devient imprudent. Cela m’oblige à l’audace, seule aujourd’hui raisonnable. Morin nous rappelle la vanité de la maîtrise des effets de l’engagement : « L’écologie de l’action nous indique que toute action échappe de plus en plus à la volonté de son auteur à mesure qu’elle entre dans le jeu des inter-rétro-actions du milieu où elle intervient. Ainsi l’action risque non seulement l’échec, mais aussi le détournement ou la perversion de son sens. » C’est pourquoi je veux clarifier mes intentions : agir pour que demeure possible une vie authentiquement humaine sur Terre, sans violence, en renforçant la démocratie et la justice sociale.

Continuer la lecture de Extinction Rebellion participe à un combat mondial de vie ou de mort, par un citoyen anonyme

Partager :

La rébellion contre l’extinction, par Vincent Burnand-Galpin

Ouvert aux commentaires. Si de nombreuses ONG agissent depuis plusieurs décennies pour sensibiliser les citoyens et les États aux enjeux…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

À nous de contraindre les États à faire mieux, par Vincent Burnad Galpin

Ouvert aux commentaires. L’État ne peut pas devancer les aspirations de ses citoyens : il a toujours un temps de…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

L’inaction climatique est causée par l’absence d’intérêt citoyen, par Vincent Burnand-Galpin

Ouvert aux commentaires. Voilà trente ans que les politiques climatiques sont un échec. Dès son second rapport datant de 1995,…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

Tant de grands tournants en même temps !

Ouvert aux commentaires.

Ç’aurait été bien que le grand tournant du Blog de PJ ait eu lieu en même temps que les autres. On y a passé toute la nuit en vain : trop de systèmes de sécurité conflictuels. On y arrivera !

Les autres grands tournants n’ont pas attendu. Je parle des péripéties de l’histoire humaine d’abord (Royaume-Uni, États-Unis) avant de parler du Grand Tournant, celui avec des majuscules.

Au Royaume-Uni, vous avez dû voir, on a cessé de parler de Brexit, pour parler d’élections législatives anticipées le 12 décembre. Il faut dire – comme je vous l’ai rappelé – qu’on a dépassé hier la troisième date à laquelle on avait dit (« Vous allez voir ce que vous allez voir ! ») qu’on quittait l’Union européenne.

Continuer la lecture de Tant de grands tournants en même temps !

Partager :

L’Écho, Paul Jorion et Bruno Colmant: « La situation est grave. En l’absence de solutions, c’est la rue qui décidera », le 22 juin 2019

Ouvert aux commentaires.

Paul Jorion et Bruno Colmant : « La situation est grave. En l’absence de solutions, c’est la rue qui décidera »

Paul Jorion et Bruno Colmant évoquent les défis sociaux et climatiques ainsi que la montée des populismes. Et ils parlent d’une certaine urgence.

©Kristof Vadino

Bruno Colmant, professeur de finance et membre de l’Académie royale de Belgique et Paul Jorion, anthropologue et professeur associé des facultés de l’Université catholique de Lille, se sont rencontrés pour la première fois en 2009 lors d’une émission de radio de la RTBF. Depuis lors, ils aiment débattre et échanger leurs idées.  

Continuer la lecture de L’Écho, Paul Jorion et Bruno Colmant: « La situation est grave. En l’absence de solutions, c’est la rue qui décidera », le 22 juin 2019

Partager :

« Fin du monde ! Fin du mois ! », le 19 mai 2019 – Retranscription

Retranscription de « Fin du monde ! Fin du mois ! », le 19 mai 2019. Ouvert aux commentaires.

Bonjour, nous sommes le dimanche 19 mai 2019 et le thème aujourd’hui, c’est « Fin du monde ! Fin du mois ! ». Vous avez entendu ce slogan qui a été inventé par quelqu’un. C’est une bonne idée. Ça a des allitérations. Ça essaye de suggérer l’idée d’une convergence des luttes, que les gens qui se battent contre la destruction de l’environnement, le réchauffement climatique, etc. et les gens qui vont dans la rue non sans raison aussi, parce que la situation leur est impossible dans le contexte actuel, que ces gens pourraient défiler ensemble et représenteraient à ce moment-là une masse critique de gens qui veulent autre chose.

Continuer la lecture de « Fin du monde ! Fin du mois ! », le 19 mai 2019 – Retranscription
Partager :

Fin du monde ! Fin du mois !

Ouvert aux commentaires.
Partager :

Désobéissance civile : une Suédoise fait du grabuge pour empêcher la déportation d’un Afghan

Ouvert aux commentaires.

Deportation from Gothenburg to Afghanistan

Publiée par Elin Ersson sur Lundi 23 juillet 2018

Elin Ersson a acheté un billet dans le même avion qu’un Afghan qui allait être déporté, risquant la mort, affirme-t-elle, s’il rentre au pays. Elle a refusé de s’asseoir, l’Afghan a été débarqué, elle est descendue de son plein gré.

Pour en savoir plus : A Swedish student stopped an Afghan man’s deportation by refusing to sit down on a plane, The Washington Post, le 25 juillet 2018

Partager :

Compte-rendu de Henry David Thoreau, « La désobéissance civile » (1849), par Madeleine Théodore

Billet invité.

Au moment où Henry David Thoreau écrit « La désobéissance civile » °, sévissent aux Etats-unis l’esclavage et la guerre de conquête que lance le pays à l’encontre du Mexique *. Pacifiste et abolitionniste convaincu, Thoreau refusera de payer un impôt, minime cependant, à sa patrie pour protester contre les agissements de l’État responsable de ces fléaux. Il lui en coûtera une nuit d’emprisonnement, auquel un paiement versé par un tiers mettra un terme.

Continuer la lecture de Compte-rendu de Henry David Thoreau, « La désobéissance civile » (1849), par Madeleine Théodore

Partager :

La République des consciences, par Bertrand Rouziès-Leonardi

Billet invité.

Le regain révolutionnaire en Égypte provoque un grand embarras chez nos dirigeants démocratiquement élus et chez les commentateurs condescendants qui voient dans les printemps arabes une forme larvaire de la démocratie dont nos états occidentaux représenteraient l’imago, la forme achevée. Coup d’État, pas coup d’État ? L’armée est dans le coup, certes, mais il semble qu’elle se rappelle assez son impéritie durant l’intérim Tantaoui pour s’en tenir cette fois, sous réserve d’une manœuvre machiavélique, au rôle de simple adjuvant d’une contestation populaire qui aura sans doute mis dans la rue plus de gens que le candidat Mohamed Morsi n’avait rassemblé d’électeurs sous sa bannière. Ne pourrait-on pas considérer plutôt, à voir les chancelleries hésiter sur la qualification de l’événement, que la société égyptienne a plusieurs trains d’avance sur la nôtre ? La légitimité, en démocratie, serait-elle hermétiquement scellée par les urnes jusqu’au prochain scrutin ? Une victoire électorale aurait-elle valeur de blanc-seing, pour le ou les représentant(s) qu’elle désigne, de permis de régner en maître(s) sans être comptable de rien ? Pour cela, il faudrait que les élus fussent aussi volontaires que volontaristes, infaillibles dans leur action au service du bien commun, désintéressés dans leur gestion du bien public, il faudrait, en un mot, qu’ils ne fussent pas des hommes. Des millions d’Égyptiens, tous partis confondus (moins celui des Frères Musulmans, dont l’ex-président Morsi était la créature), se sont soulevés, se sont élevés – car le gain en dignité est considérable – contre les injustices et cette dénonciation des injustices fonde et assure pour l’avenir la légitimité de leur révolte, quelle qu’en soit la fin.

Continuer la lecture de La République des consciences, par Bertrand Rouziès-Leonardi

Partager :

REFUSER DE PARTICIPER SELON LES RÈGLES ACTUELLES, par zébu

Billet invité

Je m’apprêtais à transmettre un billet sur une analyse concernant l’impasse actuelle quant aux méthodes utilisées (jusqu’à maintenant) pour transformer la situation économique, sociale, politique, financière désastreuse que nous subissons. Jérome Grynpas et le Yéti m’ont devancé.

J’ajouterais juste à ce tableau quasi exhaustif des méthodes utilisées pour lutter contre les causes et les effets de la crise qu’en France (mais aussi très certainement un peu partout en ‘Occident’) une partie de l’opposition se joint au concert des pleureuses sur le sort de la dette publique et de la croissance, pour entonner in petto le chant de la réduction irréfragable de ces mêmes déficits.

De l’autre côté de l’Océan Atlantique, ceux que l’on dénommait les « indignés » des États-Unis, les ‘révoltés’ du Wisconsin, n’ont pas pu et ne pourront sans doute pas non plus inverser les rapports de force sur la mise en œuvre d’un plan d’austérité par le gouverneur républicain de l’État, Scott Walker, malgré une procédure inégalée de ‘recall elections‘ (élection ‘rappelée’ par les électeurs insatisfaits) par 9 sénateurs de l’État, les républicains étant d’ores et déjà assurés de conserver la majorité au sénat de l’État du Wisconsin. La loi très réactionnaire sur les syndicats publics et le plan d’austérité drastique resteront donc applicables.

Continuer la lecture de REFUSER DE PARTICIPER SELON LES RÈGLES ACTUELLES, par zébu

Partager :