Archives par mot-clé : élection présidentielle française

Prochaine étape naturellement, les Législatives, par Alexis Toulet

Une manière d’analyser la situation politique du pays est de constater l’existence de trois blocs assez nettement définis :
– Centre libéral / européiste = LREM + partie de LR + partie de EELV et PS
– Droite souverainiste / identitaire = RN + Reconquête + DLF + partie de LR
– Gauche anticapitaliste / écologiste = FI + PCF + partie de EELV et PS

Au premier tour de la présidentielle, ces blocs totalisaient peu ou prou 1 / 3 de l’électorat chacun (un peu moins pour la Gauche, un peu plus pour la Droite) suivant la manière dont on répartit l’électorat « à cheval » entre deux blocs des partis LR, EELV et PS, et suivant la manière dont on compte l’électorat de Jean Lassalle.
Continuer la lecture de Prochaine étape naturellement, les Législatives, par Alexis Toulet

Partager :

Un angle d’analyse particulier centré sur l’ Île-de-France, par Tout me hérisse

A partir des chiffres des votes lors du premier tour de l’élection présidentielle actuelle en Île-de-France, voici une analyse succincte afin de voir où pourrait se situer le gisement des ‘fachos’ :

– dans les arrondissements de Paris où E.Macron réalise ses meilleurs scores, au-delà de 40 %, les scores de E. Zemmour sont également élevés, il s’agit des arrondissements 6, 7, 8, 9, 15, 16 et 17, le score de E. Zemmour culmine à 17,48 % dans le 16e .. !

– dans les arrondissements où J.L. Mélenchon a fait les meilleurs scores, 20e, 19e, 18e, 13e, 11e, 10e, le score de E. Zemmour se situe entre 4,68 % et 6,88 %, quant aux 5e, 12e, 14e et centre où cela est partagé entre E. Macron et J.L.Mélenchon, le score de E. Zemmour est un peu au-delà de 7 %. 

Continuer la lecture de Un angle d’analyse particulier centré sur l’ Île-de-France, par Tout me hérisse

Partager :

Présidentielle 2022 : Qu’est-ce que je retiendrai ? par Thomas Saupique

Qu’est-ce que je retiendrai de cette 12eme élection sous la 5e République ?

Que comme aux Etats-Unis en 2016, le discours élitiste du centre gauche comme du centre droit ne reflète plus les classes moyennes et populaires et crée une place grandissante pour le discours démagogue de l’extrême droite. Prenez les USA : personne ne croyait qu’une star de la télé et de la presse à scandale y arriverait mais le ras le bol du manque de reformes portés par un Establishment qui occupa le pouvoir si longtemps, a fini par donner voix au chapitre pendant 4 ans à une figure aussi clivante que Donald Trump.

Continuer la lecture de Présidentielle 2022 : Qu’est-ce que je retiendrai ? par Thomas Saupique

Partager :

En direct – Débat entre Mme Le Pen et M. Macron

Bon, ça y est : je suis devant mon poste, il ne m’aura fallu que 5,5 ans pour m’équiper du câble hdmi (High-Definition Multimedia Interface) qui me permettra d’assister à l’événement (5,5 ans de redevance comme un don désintéressé à la communauté dans son ensemble).

Sondages : Aucun doute sur qui est le favori, et qui la challenger.

D’emblée (c’était flagrant bien sûr déjà il y a cinq ans), un excellent orateur face à une oratrice un peu laborieuse. Ce qui est cependant une arme à double tranchant : le bon orateur peut apparaître comme un beau parleur un peu habile, alors que la bredouilleuse sonnera plus proche des gens ordinaires.

Je suis biaisé, bien entendu, comme le disait en levant les yeux au ciel mon patron à l’époque où j’étais jeune enseignant en Angleterre : « Paul est toujours du côté du sous-chien (underdog) », ce qui fait que j’ai un préjugé favorable pour Mme Le Pen. Évidemment, en sens contraire, il y a le contenu.

Bon point pour M. Macron (j’avais annoncé que bénéficierait d’un préjugé favorable, le candidat qui reprendrait certaines de mes propositions) avec le « chèque alimentaire » (food stamp) prôné par moi comme l’un des points de la gratuité pour l’indispensable depuis Vers un nouveau monde (2017).

Bon point pour Mme Le Pen quand elle complimente M. Macron pour ses conversations avec Poutine. Évidemment, c’est lui qui parlait, pas elle.

Mme Le Pen en difficulté (c’était prévisible), quand elle affirme être entièrement libre dans ses propos sur la Russie, alors que son parti bénéficie d’un prêt accordé par une banque russe proche du pouvoir (application cohérente de la doctrine Guérassimov).

Mme Le Pen marque des points quand elle mentionne relocalisation et réindustralisation et que M. Macron ne répond pas. Elle perd un point quand elle affirme que le Covid ne se transmettait pas dans les petits commerces, contrairement à ce que le gouvernement supposait.

Remarque qui sonne juste de Mme Le Pen : « Vous n’intervenez que quand la crise est déjà là ! »

La relocalisation comme remède au réchauffement climatique … dû au libre-échange, dit Mme Le Pen, c’est sympathique, mais ça ne tient pas debout. Nous n’avons hélas pas les sous pour produire tout localement : souvenons-nous des masques made in France deux fois plus chers à produire.

M. Macron pas assez enthousiaste pour le nucléaire, selon Mme Le Pen, il faut oser ! Par contre, la source de tous nos maux ce sont … les éoliennes (pauvres moulins à vent !), un de ces dadas bizarroïdes des extrêmes-droites partout dans le monde.

Langage non-verbal : Macron très à l’aise, qui s’étale sur son siège, « à la Sarko », Le Pen, très droite, bras croisés, sur la défensive, parce qu’elle est obligée d’admettre que le seul cadre possible pour le numérique, c’est l’Europe.

Pourquoi les petites Françaises, et petits Français, sont-ils aussi nuls en maths ? En raison de l’insécurité dans les écoles, dit Mme Le Pen, qui propose un retour aux maisons de correction. M. Macron met en cause à très juste titre les disparités dans la qualité de l’école selon les quartiers. Mais bien localiser le problème ne veut pas dire qu’il ait fait ce qu’il fallait pour qu’il ne se pose pas ou qu’il se pose de moins en moins

Sur la sécurité, dispute sur les chiffres.

Ils rient de bon cœur l’un et l’autre quand il est fait allusion au caractère plus courtois du débat 2022 par rapport à 2017, ce qui permet à M. Macron d’être extrêmement galant : contrairement à moi, le passage des 5 années ne se voit pas chez vous.

Le foulard. Mme Le Pen souligne que la plupart des femmes portant le foulard sont contraintes de le faire. M. Macron reproche à Mme Le Pen de commencer par condamner l’islamisme, pour condamner ensuite l’islam au passage et terminer par les étrangers en général.

L’immigration. Mme Le Pen, je vais aller vite : « À bas les immigrés ! ». M. Macron : comment allez-vous, sur un plan pratique, raccompagner dans leur pays des étrangers jugés indésirables, parce qu’un référendum aura rendu leur séjour en France plus difficile ?

Mme Le Pen se présente comme porte-parole des Gilets Jaunes. Pouvoir de l’Assemblée nationale ou du référendum (« Renaissance démocratique ») ?

M. Macron conclut, très respectueux de Mme Le Pen, qui invoque les grands principes.

M. Macron beaucoup plus « pro », Mme Le Pen, beaucoup plus « amateur de bonne volonté », mais rien sur le réchauffement climatique, rien sur la disparition de la biodiversité, rien sur le risque d’extinction. Pas un seul mot.

Pas d’accord sur ceci et cela, et rien sur l’essentiel. Un grand Rien À Signaler !

Partager :

Un dimanche ordinaire, par Laurent Jetzer

Journée ensoleillée propice aux promenades : partout sur les petites routes de la Drôme, des cyclistes aux tenues impeccables, des motards aux tenues rutilantes, les affairements d’un repas familial en ce dimanche de Pâques après les recherches enfantines des chocolats exotiques… rien ne change.

Il est loin le temps des regroupements « citoyens » (sic) d’il y a 20 ans où dans notre petite ville frondeuse tout un chacun prenait la parole pour dénoncer les raisons de la montée du FN, les questionnements infinis sur la façon de voter au 2e tour (avec ou sans gants !). Nous pensions que la gauche de l’époque aurait pris conscience de ses reniements et qu’elle aurait infléchi vers moins de néolibéralisme.
Continuer la lecture de Un dimanche ordinaire, par Laurent Jetzer

Partager :

Beaucoup si ce n’est pratiquement tout dépendra du débat de l’entre deux tours, par Alexis Toulet

Je me répète je crois, mais beaucoup si ce n’est pratiquement tout va dépendre du débat de l’entre deux tours le 20 avril.

Selon le modèle statistique de The Economist, Marine Le Pen aurait aujourd’hui une probabilité de 17% de remporter l’élection présidentielle, le score « le plus probable » pouvant être estimé actuellement à 53-47 pour le président sortant. Personnellement, j’estimerais ses chances un peu plus haut, justement à cause de ce débat, et du fait qu’il est possible de déplacer 6 à 7 points de vote avec un débat réussi, comme l’a fait le Macron version « feuille blanche » de 2017 – voir l’évolution des sondages avant et après le débat.
Continuer la lecture de Beaucoup si ce n’est pratiquement tout dépendra du débat de l’entre deux tours, par Alexis Toulet

Partager :

Le piège Macron / Résumé des épisodes précédents / Avec ou sans Macron, par Régis Pasquet

Avril 2002 : Jospin n’est pas au second tour face à Chirac. Pour la première fois, les citoyens de ma génération sont contraints de faire barrage au FN en raison de la menace que le Pen père fait peser sur la démocratie. Très nombreux sont les bons petits soldats sidérés qui protestent dans la rue, puis qui acceptent dans les bureaux de vote de se faire violence au nom de la démocratie. ( DSK a été le premier à la télévision le soir du 22 avril 2002 à faire cette incroyable proposition. Résultats : Chirac est élu et nomme Raffarin qui mènera une politique ultra-libérale très dure.
Continuer la lecture de Le piège Macron / Résumé des épisodes précédents / Avec ou sans Macron, par Régis Pasquet

Partager :

Élection présidentielle française : premier tour

Le Monde :

22:48 L’ESSENTIEL

Marine Le Pen désormais créditée de 23 % et Jean-Luc Mélenchon de 22,2 % des suffrages exprimés

L’écart entre Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen se resserre dans la nouvelle estimation d’Ipsos-Sopra Steria pour France Télévisions, Radio France, France 24-RFI-MCD, Public Sénat-LCP Assemblée nationale et Le Parisien-Aujourd’hui en France.

Emmanuel Macron reste en tête, avec 27,6 % des voix. Marine Le Pen est créditée de 23 %, et Jean-Luc Mélenchon de 22,2 %. Eric Zemmour obtient 7,2 % des voix selon cette nouvelle estimation. Valérie Pécresse est créditée de 4,8 %, Yannick Jadot de 4,7 %, et Jean Lassalle de 3,1 %. Sous les 3 %, on retrouve Fabien Roussel avec 2,3 %, Nicolas Dupont-Aignan avec 2,1 %, Anne Hidalgo avec 1,7 %. Philippe Poutou avec 0,7 % et Nathalie Arthaud avec 0,6 %.

(à suivre…)

Continuer la lecture de Élection présidentielle française : premier tour

Partager :

Qui bénéficierait / serait pénalisé par une candidature Taubira ?

Serait favorisé :

+ 0,5% : Zemmour

Ne verrait aucune différence : Pécresse, Hidalgo

Serait quelque peu pénalisé :

– 0,5% : Le Pen, Poutou, Mélenchon, Jadot, Dupont-Aignan

Serait pénalisé de manière significative :

– 1,5% : Macron

Bien entendu 0,5% cela ne représente pas la même chose pour tous les candidats : pour Poutou c’est tout son électorat, pour Dupont-Aignan, c’est ¼ de son électorat, etc.

(Sondage IFOP 10-13 janvier)

Partager :

Présidentielle française : Et si la situation de l’opinion était assez différente de celle mesurée par les principaux instituts de sondage ?, par Alexis Toulet

Et si la situation de l’opinion était assez différente de celle mesurée par les principaux instituts de sondage ?

C’est la question que pose une étude d’opinion publiée il y a quelques jours par Marianne, réalisée par Cluster 17 un institut de sondage qui a la caractéristique d’estimer l’abstention par une méthode différente de celle de ses confrères. Et en arrive à des prévisions électorales assez différentes.

Sachant que le niveau d’abstention est sans doute la donnée la plus difficile à modéliser par les sondeurs, disposer d’une méthode alternative pour l’estimer offre l’intérêt de mieux représenter le champ des possibles. Il ne s’agit pas de dire « Cluster 17 a raison », pas davantage « les autres instituts ont raison »… mais plutôt de reconnaître qu’il est difficile de dire qui parmi eux est plus dans le vrai ! Donc mieux comprendre quels scénarios sont ouverts, et quels scénarios sont difficilement envisageables.
Continuer la lecture de Présidentielle française : Et si la situation de l’opinion était assez différente de celle mesurée par les principaux instituts de sondage ?, par Alexis Toulet

Partager :