193 réflexions sur « Vidéo – Ne votez pas Poutine dimanche – activement ou passivement »

  1. Bonsoir à tous,

    Depuis quelques jours, je relis le blog en gardant silence (comme je l’ai fait pendant très longtemps).

    Et un truc me saute aux yeux : dans les débats actuels, nous retrouvons des clivages similaires à ceux de la crise du covid entre « pro-confinement » et « anti-confinement », entre « pro-0 covid » et anti-0 covid », entre « pro-Raoult » et « anti-Raoult », entre « pro-vaccins » et « anti-vaccins », « pro-pass sanitaires » et « anti-pass sanitaires », … Et des clivages similaires à ceux de la crise des gilets jaunes … Ou encore les attentats islamistes…

    En fait, si le blog de Paul est représentatif des sensibilités de gauche… et bah la gauche c’est comme le village d’Asterix et Obélix : toujours prête à se foutre sur la « goule »… mais en pire que dans la BD !

    Les fractures sont multiples… et pour certaines elles paraissent profondes.

    A quand la prescription d’un bon programme commun pour guerrir tout ça ?!

    3
    1. @Benjamin Bonne idée ! faudrait trouver un.e mec.e de droite ambitieux, barré ailleurs qui s’y colle, ça peut encore marcher, mais on ne peut plus exiger qu’il ait travaillé pour Pétain.

      1. @ Ruiz,

        Plus le temps passe et moins je comprends le sens de vos interventions. Pourtant je suis adepte du 2nd degré et de l’ironie…

        1. @Benjamin un indice : 26 octobre 1916 Jarnac – 8 janvier 1996 Paris.
          Quand à refaire le coup de 1977 (1965-1981) ça demande du temps de la notoriété et de l’habileté,
          Mais aujourd’hui peut-être peut-on procéder autrement.

    2. N’est-ce pas la nature fractale du « syndrôme de Stockholm » qu’est devenu le capitalisme « réparti » ?

      Chacun a un « petit chef » qui lui apporte sinon la sécurité du moins un répit dans la précarité.
      Donc on aime son « petit chef » (le « N+1 » si on est le « N »), mais on a un ressentiment pour ce qu’on est en tant que pion coincé quelque part.

      On attribue le mal au N+2 ou au N+3 suivant la perception du type de « grand chef », « patron », voire pour les complotistes « franc-maçon » etc. qu’on a.

      Et en gros, si on ne voit pas le système dans son ensemble, on croit voir à un certain niveau le coupable, sauf que dans les X niveaux au-dessus de soi,
      ça se coagule en deux choix
      (les contremaitres et les patrons du temps de Zola, les garde-chiourmes des agences de Deliveroo ou des entrepôts Amazon remplaçant ces premiers de nos jours)

      Des lois de distribution de l’information assez simple (Pareto etc.) donnent une justification à cela : si les rôles managériaux et les informations afférentes
      sont tronçonnées avec la bonne série d’échelles, font qu’on a presque tous ce choix de s’en prendre au petit chef immédiat ou au moyen ou grand patron derrière, ou au supposé manoeuvrier de tout cela pour les complotistes. Le clivage réformisme /révolution ou radicalisme se greffe là-dessus, et voilà que deux camps sont installés pour un paquet de temps.

      En effet un programme commun s’impose, mais on peut méditer sur le fait qu’il nécessite un partage et une réelle circulation de l’information.
      (malgré les silos de savoirs de chaque type, dont « [pseudo-]savoir économique », etc.).

      C’est un peu ce que fait F Ruffin dans Fakir et autour : faire circuler de l’info sur le niveau « local », vers le plus général.
      L’info et les moteurs plus affectifs qui mettent en mouvement les solidarités.

      5
      1. @ Timiota,

        « En effet un programme commun s’impose, mais on peut méditer sur le fait qu’il nécessite un partage et une réelle circulation de l’information. (malgré les silos de savoirs de chaque type, dont « [pseudo-]savoir économique », etc.). »

        Vous pointez là ce qui est certainement la grande victoire du capitalisme depuis la fin du XXème siècle : via les médias dit de masse (voir certains médias dit alternatifs), une vision tronquée de notre monde nous est donnée à voir. La concentration des médias – quelque soit leur vecteur (télé, radio, papier, internet, …) – dans les mains de quelques multi-miliardaires a favorisé la sélection et le tri des informations distillées à telle ou telle partie de la population.

        Aux temps anciens, il suffisait de ne pas apprendre aux peuples ni à lire ni à écrire pour les garder dans l’ignorance. Aujourd’hui que les peuples savent lire et écrire (dans leur très grande majorité), l’ignorance se maintient à travers un silotage « savamment orchestré » des informations, une distribution de visions partielle du monde, …. voir (pour en revenir aux clivages que je soulève) des pseudos guerres d’idées et/ou d’informations qui fracturent nos sociétés et enferment chacun dans des (pseudo) certitudes.

        Tout ça se gère à coup de sondages d’opinion, d’algorithmes de recherche d’information, de techniques plus ou moins fondées sur nos biais intellectuels ou psychologique (le nudge par exemple).

        Et parce que dans certains pays, l’école a trop bien fait son travail quelques décennies durant en créant des gens qui tentent de réflechir en embrassant les problèmes plus largement, aujourd’hui nous assistons (comme en France) à une lente et méticuleuse casse du système éducatif histoire d’enfoncer le clou de l’ignorance dans la tête dans nos enfants, petits enfants ou arrières petits enfants (selon notre âge).

        C’est en fait là le vrai grand danger pour nos société, au regard des défis environnementaux et sociaux qui se dressent devant nous : déconstruire la fabrique de l’ignorance pour revenir à une fabrique du savoir qui permet à tout le monde de partager la même vision de ce monde et donc tenir le même cap pour relever tous ces défis !

        2
    3. @Benjamin

      Celui qui est allé voir à l’époque M.Raoult en grandes pompes à Marseille, c’est M.Macron, il ne faut pas l’oublier, hein…

      Le peuple lui, dans sa très grande majorité était plutôt calme et conscient et il cousait les masques à la main tandis que le gouvernement Macron non seulement ne nous les distribuait pas mais il faisait passer des messages pour nous dire que c’était dangereux d’en porter !

      Nous nous rappelons parfaitement la haute performance de Madame Sibeth Ndiaye – militante PS puis secrétaire d’État auprès du Premier ministre et porte-parole du gouvernement de M.Macron ; il est inutile de réécrire l’Histoire récente à bon compte en inventant toutes sortes de fausses informations.

      Pendant toute une année ce fut l’incurie la plus totale. Aucune directive ne fut jamais véritablement déployée dans les écoles, les collèges et les lycées à part le gel hydroalcoolique et il fallut attendre la seconde année pour que les professeurs des écoles, collèges, lycées aient des  » masque slip  » dont un grand stock s’est avéré comme étant toxique.

      M.Blanquer aimait à véhiculer cette fake news comme quoi les enfants n’étaient pas des vecteurs contaminants…ce qui s’est avéré tout à fait faux, bien sûr…

      Qui ne se rappelle pas aussi l’abandon total des étudiants laissés à leur sort et mourant littéralement de faim ? Si les associations caritatives n’avaient pas été là, que se serait-il passé ?

      Quand aux dites  » fractures », demandez plutôt aux Gilets Jaunes – les éborgnés, celles et ceux aux crânes fracassés et aux mains coupées ce qu’ils pensent de ce gouvernement mauvais rempli d’individus vils, incompétents et médiocres.

      8
      1. @ Hervé,

        Que Macron et son gouvernement (et l’oligarchie médiatique qui les soutienne) aient soufflé sur les braises de la discension à gauche pour la fracturer toujours un peu plus qu’en 2017 à chaque nouvelle « opportunité » (i.e. crise) durant ce quinquennat, c’est un fait.

        Ceci étant dit, pourquoi à gauche avons-nous accepter de rentrer dans le « jeu » du locataire de l’Élysée en se divisant dans chaque crise au lieu de se réunir ?!…

        Peut-être parce que sous le poids de certains égos politiques, la gauche est plus encline à se diviser qu’à se fédérer depuis 20 ans. Pour réaliser un vrai programme commun, il faut pas mal d’âmes prêtes à l’écrire et quelques personnes pour le porter. Or là, j’ai l’impression que nous avons plus de porteurs potentiels d’un projets que de rédacteurs à gauche.

        J’ai l’impression que Macron et sa clique n’a fait que s’engouffrer dans la brèche politique qui s’est créée à gauche le 21 avril 2002.

        1. @ Benjamin

          Ce n’est pas faux.

          M. Macron a fait augmenté de dix points le parti fasciste français, de Madame Le Pen au chroniqueur du Figaro, M.Zemmour.

          2
  2. Pourquoi jouer à se faire peur? Le scénario de cette élection présidentielle est déjà écrit depuis bien longtemps : E. Macron sera réélu.
    Les derniers sondages laissent apparaître un écart d’intentions de vote de 12%, c’est impossible à surmonter, et si d’aventure, la tendance s’inversait à la suite du débat de ce mercredi, il est évident que l’ensemble des journalistes et analystes politiques orienteront, en toute objectivité, la réflexion des électeurs pour le prochain dimanche ; donc pas de soucis pour ce second tour.
    Le soucis sera plutôt comment ce président, reconduit, considérera-t-il la ‘majorité’ qui lui a permis cette réélection ? Dissoudra-t-il l’Assemblée Nationale actuelle dès le 25/04 pour précipiter les législatives initialement prévues en juin ? Nommera-t-il un gouvernement avec beaucoup plus de gens véritablement de gauche aux postes clefs ? S’emparera-t-il de certains thèmes liés à la mixité sociale dans les quartiers ou les villes qui possèdent une trop grande proportion de logements sociaux (jusque 61%!) qui sont de véritables logements de relégation pour la part des plus pauvres de notre société, et qui sont par ailleurs le plus souvent immigrés ? Et lié à ceux-ci, comment compte-t-il en faire des français éduqués et bien formés ?

    1
  3. En tout cas si Le Pen passe, on se souviendra :
    – Que pour-lutter-contre-les-violences-policières-pendant-les-gilets-jaunes, on aura laisser passer la présomption de légitime défense pour les policiers auteurs de violences policières, grâce à Le Pen, qui d’ailleurs, comme Macron, avait dit : « il n’ y a pas eu de violences policières pendant les gilets jaunes ».
    – Que pour lutter contre le-masque-qui-est-une-terrible-règle-liberticide, on aura laisser passer Le Pen et l’interdiction du voile qui permettra à la police de mettre des amendes aux musulmans et de les violenter en fonction de leur tenue vestimentaire. De quoi apaiser les tensions.
    -Que pour sauver-la-retraite, on interdira à tous les étrangers (en situation régulière, les autres n’en parlons même pas) de bénéficier du système social.
    -Que pour sauver-l’éducation-nationale, on laissera passer Le Pen et l’interdiction de la liberté pédagogique, l’uniforme pour tous, avec sans doute, très prochainement la Marseillaise, le matin. Projet très intéressant !
    – Que pour sauver-l’hôpital-publique, on interdira aux étrangers et aux binationaux de devenir fonctionnaires.
    – Que pour sauver l’agriculture, on aura élu Mme Le Pen, la climato-sceptique.
    – Que pour lutter-contre-le-crédit-social, on se sera défendu en votant pour l’extrême-droite (c’est la seule raison qui me fait rire ce matin).
    – Enfin, et pour couronner le tout, qu’on aura laisser passer Le Pen car comme elle est super-douée, elle va arrêter-la-guerre-en-Ukraine-qui-n’a-pas-été-envahi-par-Poutine-d’ailleurs.
    C’EST UN PEU FORT DE CAFÉ.

    1. @Jojo Ben oui, c’est un problème de pilotabilité avec une unique commande à 2 positions exerçables tout les 5 ans.
      Aucune des positions de commande choisies ne correspond à la trajectoire souhaitée, mais en alternant entre 2 positions il est sans doute possible compte tenu de l’extrème inertie de l’engin de lui faire suivre une trajectoire plus acceptable.
      C’est en rééditant successivement la même option de commande que inertie aidant on peut sortir de route ou rendre le redressement plus difficile.

      Alors c’est vrai Macron n’a pas pu exercer pleinement ses choix et son projet, mais rien ne dit l’orientation étant bien en place qu’il subisse les mêmes contretemps dans un prochain quinquennat.

      En attendant les sujets soulevés et compris par une quasi majorité ne seront pas traités.

  4. Bonjour, plus important que d’aller voter ou pas dimanche, la question qu’il faudrait se poser à mon avis c’est de savoir à quel point on est disposé à souffrir dans sa chair si on veut se battre contre la folie qui est en train d’advenir (anthropocène, réchauffement climatique, particules de plastique dans le sang etc.).

    C’est sûr qu’avec lepen, les jeunes d’extinction rébellion risque d’avoir plus de traumatisme crânien…

    J’avoue que je ne crois pas du tout aux solutions technologiques qui vont éventuellement résoudre nos problèmes et je comprends qu’en étant dans ce cas on ait tendance à aller dans le sens d’un vote pour Macron.
    Malgré ça, je vais, pour la 3ᵉ fois ! (2002/2017), aller faire le castor (ras le bol). Dommage qu’il n’y a pas eu assez de vote utile à gauche au 1er tour.

    Il n’y a aucune volonté sociale d’organiser la décroissance.

    Joyeuses apocalypses à tous ?

    1
  5. IMPORTANT

    Bonjour à tous,

    @timiota qui écrit : « En effet un programme commun s’impose, mais on peut méditer sur le fait qu’il nécessite un partage et une réelle circulation de l’information.
    (malgré les silos de savoirs de chaque type, dont « [pseudo-]savoir économique », etc.). »

    Ah ! Ouai ! Quelle superbe découverte timiota ! Vraiment !

    Et c’est donc pour cela que lorsqu’ENFIN quelqu’un de totalement inconnu débarque avec toutes ses valises pleines d’idées totalement novatrices, comme par exemple celles relatives à la mise à mal de toute forme d’entrave à la libre circulation des informations et des données de la science, la première chose que vous faites, c’est d’esquiver à tort son propos, de le dénigrer par peur de l’inconnu avant de l’ignorer pour toujours, voire de lui foutre tout « simplement » sur la gueule comme certains l’ont déjà fait par le passé, notamment ici même sur ce Blog ?

    Et s’il n’y avait que ces « [pseudo-]savoir économique », ce serait trop beau. Or, j’ai toujours alerlé sur l’existence de pseudo-scientifiques ; la pandémie vous en a fait la preuve !

    Nous sommes désormais en avril 2022 mon cher timiota (tic tac tic tac) et j’ai déjà dit ce qu’il fallait faire de toute urgence. Personne hélas ! ne m’a pris au sérieux.

    Ne vous étonnez pas si 12 ans plus tard (tic tac tic tac) l’Humanité toute entière (dont nos enfants et nos petits enfants) se noie désormais dans sa propre MERDE.

    Il n’est donc plus temps de parler de programme ou de quoi que ce soit d’autre dès lors que l’on a au moins l’honnêteté de reconnaitre ses erreurs de jugement passées…

    Le temps est désormais venu d’appliquer, hélas ! au forceps (il ne faudra pas venir pleurer), voire les yeux fermés, l’ensemble des mesures systémiques qui s’imposent d’elles-mêmes en pareille situation au regard de l’état actuel du système complexe observé !

    Comment en avril 2022, peut-on encore oser verser dans une telle tergiversation aussi chronophage au regard de l’urgence systémique en cours, certain(e)s s’efforçant vraisemblablement de connaître un jour la gloire en agissant de la sorte ? Un sapeur pompier s’efforce-t-il lui aussi de connaître la gloire lorsqu’il sauve une vie ? Non !

    @Benjamin

    Personnellement, je ne me reconnais absolument pas dans la grille que vous nous décrivez ici…

    Je vais suivre le débat de ce soir avec attention, prendre des notes pour mon livre, puis aviser…

    Il nous reste encore une, voire deux étapes importantes à franchir, avant la meilleure stratégie :

    1- le second tour de l’élection présidentielle de 2022 qui, sauf folie collective, doit normalement se dérouler sans encombre pour Emmanuel Macron,

    2- la nomination déterminante du prochain premier ministre ; inutile ici de préciser qu’en cas de folie collective au 1- ou de reconduction de l’actuel premier ministre au 2-, tout serait définitivement plié côté France, voire même côté Europe (je ne vois hélas ! personne d’autre en Europe susceptible d’y arriver) !

    Ensuite, ce sera au tour de la stratégie qui signera :

    a- soit le commencement d’une campagne de lobbying sans précédent en faveur desdites mesures systémiques, puis avec de la chance, le dénouement,

    b- soit l’achèvement d’un repli sur soi généralisé avant le tout dernier stade de la sixième extinction de masse en cours…

    Alors ce n’est certes pas le scénario idéal que j’espérais pour chacun(e) de nous dès avril 2016, mais c’est hélas ! le seul que nous ayons sous la main en avril 2022 ! Aussi, s’il vous plaît, ne gâchez pas le peu de temps qu’il nous reste en tergiversant de la sorte… @timiota : https://www.pauljorion.com/blog/2017/02/02/les-lumieres-doivent-jaillir-maintenant-par-philippe-soubeyrand/

    Franchement les gens, arrivera très bientôt ce moment où vous ne pourrez jamais me reprocher de ne jamais vous avoir alertés !
    Cela fait près de 8 ans maintenant que je participe activement sur le Blog de Paul Jorion.
    Cela fait donc près de 8 ans maintenant que vous êtes toutes et tous dûment alerté(e)s…

    A bon entendeur…

    A suivre…

    Philippe

    ps : IL FAUT TOUT STOPPER…

    « Comme je l’écrivais précédemment, mais aussi récemment à Paul Jorion, il faut opposer un autre type de CHOC de COMPLICATION/SIMPLIFICATION au CHOC de COMPLICATION/SIMPLIFICATION en cours, ce fruit amer du HARCÈLEMENT MORAL PAR OMISSION d’une part, et du HARCÈLEMENT BIOSPHÉRIQUE PAR ÉROSION d’autre part. Ensuite, et seulement ensuite, les conditions seront alors réunies pour pouvoir se remettre au travail et créer le CHOC de COMPLEXIFICATION/DIVERSIFICATION propre à tout ÉCOSYSTÈME que nous avons depuis trop longtemps ignoré/négligé/éludé. Nous devons écrire au plus vite une NOUVELLE PAGE de l’ANTHROPOCÈNE afin que l’HUMANITE et la BIOSPHÈRE ne fassent à nouveau plus qu’UN, sans quoi celle où nous nous trouvons sera bel et bien, tôt ou tard, la dernière page d’un volume à la fois inique et inachevé… et sans doute beaucoup plus tôt que tard, quoi qu’on en dise. », par Philippe Soubeyrand, pour le Blog de Paul Jorion, le 16 septembre 2016…

    C’est ici toujours pour rappel :
    https://www.pauljorion.com/blog/2016/09/16/le-canari-arctique-ne-chante-plus-lettre-ouverte-a-lattention-de-tous-les-elus-de-france-sans-exception-par-philippe-soubeyrand/

  6. Pierre-yves
    Oui, c’est gros comme un camion!
    Et puis sa position « claire » sur l’Ukraine, elle ne l’est toujours pas pour ce qui me concerne.
    Il le sait certainement aussi bien que nous que c’est le président qui nomme le premier ministre.
    Qui va choisir Le pen comme P.M si l’union populaire est majoritaire aux législatives? Mélenchon? Là, effectivement on risque d’être gouvernés directement par le kremlin!
    Qui va choisir Macron dans la même situation? Mélenchon? Pourquoi pas celui avec qui il était à l’école à Amiens?
    Et là ce n’est plus le kremlin, c’est Piketti, Jorion, Giraud etc…
    Il y en a 22 % qui sont allés mettre un bulletin pour un programme qui leur semblait porteur d’espoir. Si une partie du programme était appliquée et que la politique de la France vis à vis de Poutine et de l’Ukraine restait la même, ces 22 % n’iraient pas manifester pour se plaindre!
    Ces 22 % à qui certains, ici, dimanche soir dernier à 20h01 ont déclaré: la fête est finie les enfants maintenant faut aller voter macron le béret à la main et le petit doigt sur la couture du pantalon. Et à 20h 15, les ont quasiment traité de fachos parce qu’ils avaient pas encore envoyé leur procuration pour réélire le banquier d’affaire qui est fier d’avoir pour ami un repris de justice!
    Personne ne s’est dit qu’ils avaient peut être un peu de peine ces 22%? Gros sur la patate?
    Qu’il fallait un peu laisser retomber la poussière?
    La stratégie populiste de Mélenchon ne dâte pas d’hier. Il a choisi de s’engouffrer dans cette voie: il garde la ligne. ( ce n’est pas celle qui a ma préférence)
    Il ne dira pas qu’un premier ministre de gauche avec Macron à l’Elysée, c’est bien plus raisonnable et efficient qu »avec la Le pen mais j’ose espérer qu’il le pense ou alors c’est que Poutine a fait encore plus fort ici qu’avec Trump aux USA…
    Bien sûr que 290 députés « union populaire » c’est peu probable. Mais tuer 22 % d’espoir, c’est mortifère. J’en ai dans mon quartier qui entament des 8.6 dès 7 heure du mat, des qui prennent des médocs, qui vont de CDD en RSA, qui peuvent pas payer des vacances à leurs gosses, qui n’y croient plus…
    Quand Mélenchon parle de ceux là, il a toujours un peu l’oeil sec…
    Il nous faut un premier ministre aux yeux humides.
    C’est peut être une carte à jouer. Et à négocier!

    1
  7. Il s’agit d’apprécier le centile, c’est une affaire de classement pas de moyennes.

    Les Musk et compagnie sont bien au dela du centile (10 -2) mais plutôt du 10 -8
    soit le centile de centile de ..
    donc le revenu au niveau du centile mondial doit être sensiblement au niveau du décile sur les pays favorisés qui représentent 10-15 % de la population mondiale à la louche.

  8. Pour conclure sur ce dernier commentaire laissé sur ce billet disant : « Ha… Sacrée « propriété intellectuelle » (de la « mémoire » en question dans le précédent texte) incapable d’être définie, énoncée, suffisamment clairement, sans que soit bien conçu, qu’est-ce qui est du domaine privé, ou public, de son « moi », « ça », « surmoi »… de son impact Historique sur la société… et à qui elle doit/a le devoir de rapporter le plus « économiquement/culturellement » parlant…? »… que dire de plus…?

    A l’heure, ou « on » vous vend le « débat décisif » (il paraît que c’est un progrès venu des USA – Trump l’ayant « inauguré – s’il n’y a pas eu de débat au premier tour des présidentielles, opposant le « roi te touche dieu te guérit » à ces « vassaux »…),ne risquant que de promettre que tout va changer, pour que rien ne change… ne faites pas de la « propriété intellectuelle » de vos indécisions, doutes, incertitudes – issues d’une « inculture politique/ »sociétale… » structurelle et/ou conjoncturelle suivant sur quels territoires périurbains ou ruraux, quels types de « crises » agissent et/ou vous subissez comme inégalités, injustices, d’accès au service public judiciaire (hospitalier, etc), ou pour trouver une « représentativité institutionnalisée » pour vous défendre de « discriminations systémiques » à l’embauche », dans l’accès aux logement », et dans les « inégalités de destin » [NON RECOURS par rapport au soit disant « pognon de dingue mis dans les minimas sociaux, qui fait que les pauvres le restent et se déresponsabilisent », par rapport à l’impunité des « violences policières » commises lors de contrôles aux faciès, « manifestation interdites » par une partie croissante du personnel du « monopole de la légitime violence de l’Etat », votant à plus de 50% pour l’extrême droite avec la « complicité des pires » : « Jupiter » vs l’extrême droite policière/militaire : gendarmerie en milieu rural] – « propriétés intellectuelles » d’indécisions traduites par des votes blancs, nuls abstentionnistes, à certains moments chaotiques du soit disant « roman politique nationaliste français/européen », cette « majorité silencieuse » à qui « ça ne mange pas de pain » de lui faire dire n’importe quoi, même le contraire de ce qu’elles n’expriment pas… de lui promettre le « retour des jours heureux »…

    Faites de ces indécisions – si le « silence est d’or », vous rendez pas « complice du pire » en n’exprimant ce sur quoi la pauvreté et précarité démocratique, vous empêche, révolte, déçoit… – étant devenu le nouveau « marché libre », des « parts de marchés électoraux », purement quantitatives, mathématisées, réduites à de vulgaires équations… « numéros »… parce que sans humanités, sensibilités, expressions propres… la multitude d’un pluriel conjugué, d’alternatives démocratiques possibles… qualitatives… incalculables au niveau des algos (IA) de la « DICTATURE des émotions » sondées, et du court-termisme médiatico-politique calqué sur le court-termisme capitaliste ultralibéral/ »national-socialiste », dominant… et les « Vérités » de ses « Hommes providentiels »…

  9. Le Choléra létalité 50-70%
    La Peste létalité 70%
    La Rage létalité 100%
    (NB: létalités sans soins)
    On peut imaginer choisir entre Peste et Choléra, mais le moteur d’un nombre grandissant de gens est bel et bien la Rage!
    Il va sans dire que l’on tarde à mettre en œuvre la prophylaxie efficace contre cette inflammation sociale inhérente à notre espèce.

    8
    1. La Rage , au pays de Pasteur on a des parades .

      La vie , par contre est bien létale à 100 % et c’est pour ça qu’il faut éviter de l’enlaidir et de gaspiller les années où elle nous accueille , surtout quand elle parle français comme le rappelle Fabrice Dubus , juste en dessous .

      3
  10. Je suis arrivé en France de Belgique il y a deux ans, et je suis consterné.

    Consterné par la haine, par la violence des propos, par l’impossibilité de parler ou écrire sans immédiatement recevoir une floppée d’injures.

    Consterné de voir combien la plupart des gens, quelque soit leur position sociale ou politique, ne s’intéresse qu’à son propre intérêt et non à l’intérêt général.

    Consterné de voir que chacun ne voit pas plus loin que le bout de son nez. Oui, la vie actuelle est difficile, et les difficultés sont croissantes. On peut penser que les politiques actuelles ne font que les accroitre, et je suis bien d’accord. Mais franchement, vous n’avez pas l’air de savoir combien la France est un pays de cocagne, même par rapport à la Belgique qui est pourtant déjà un beau pays où il fait bon vivre.

    Consterné de voir l’égoïsme, l’égocentrisme, le rejet systématique de l’autre.

    Consterné et fatigué.

    Je voterai Macron Dimanche (ah oui, j’ai la nationalité française), Comme au premier tour. Vous le trouvez arrogant, suffisant. C’est vrai. Comme tous les autres. Et paradoxalement je crois moins que les autres, plus respectueux. Les deux dernières minutes du débat vont pour moi dans ce sens.

    2
  11. Bon … je propose pour la suite un « colloque triangulaire improbable » (dé)tenu par Paul Jorion et Vincent Burnand-Galpin (binôme improbable que j’ai le plaisir de connaitre et même un peu plus) qui rassemblerait pendant 48h au même endroit (plutôt en bord de mer !) : 1/ François Ruffin 2/ David Lisnard 3/ Gaspard Koenig … oui c’est moi qui fait le casting 🙂 ces 3 là sont de belles personnes solides qui pensent et qui font !

      1. Ben , il a bientôt 70 ans .

        Bon ok , nous avons tous les deux quelques années de plus , mais il faut croire que la philia et les vaccins ARN messager préservent mieux de la gagaterie et des délires massacrants .

        PS : la table a raccourci , mais elle a besoin d’être stable car il s’y cramponne comme moi quand je suis en crise de polyarthrite rhumatoïde .

          1. J’en prends pas et me contente de serrer les dents en comptant les minutes . Mais ça me permet de rester svelte et élégant .

            L’emploi de la cortisone ( jamais neutre et sans danger ) est fait dans des pathologies très nombreuses et de virulences bien différentes .

            Si c’est cet anti inflammatoire qu’on administre à Poutine , c’est quand même moins inquiétant , s’agissant du « bouton rouge  » , qu’une overdose d’anti dépresseurs .

            1. @Juannessy
              Une pensée pour les sans-dents qui n’ont plus rien à serrer.
              En cas de pénurie de paracétamol, la bière est assez efficace, tout en étant aussi nocive pour le foie 🙂

              1. Pour la bière , ça fait aussi grossir , même si le taulier n’a pas la figure encore trop bouffie dans les vidéos . Mais c’est peut être après une canette de trop qu’il s’est pété un genou .

                En fait , j’aime pas trop la bière , et pour le paracétamol ( même si les infirmières ne sont pas d’accord et m’engueulent en me disant que s’accoutumer à la douleur la rend plus difficile à traiter ) , je ne le prends qu’en dernier recours. Vieille habitude des anciennes générations avec ou sans dents .

        1. Non Juan, y a autre chose il a vraiment l’air pas bien. C’est étonnant que quelqu’un qui attache autant d’importance à se montrer en homme fort ou à humilier ses visiteurs autorise la diffusion d’une vidéo le montrant diminué à ce point. Ça sent le sapin….

  12. Au pays (de cocagne, parait-il) des influenceurs, votez ceci, votez cela, les media vous le disent ; des Sommités de tout poil vous le disent : ça va bien se passer, votez donc Macron au final. On sait ce qu’on quitte, on ne sait pas ce qui vient-certainement des immigrés, toujours là pour profiter. D’ailleurs, les statistiques vous le disent : c’est lui et pas un autre. Si c’est quelqu’un d’autre, l’UE, l’OTAN, l’Occident s’écroulent. Et Poutine s’est déjà immiscé dans tous les réseaux. Les plateformes numériques sont gangrenées par le cyrillique bien que la CIA, la NSA et le Marché, contrôlent tout en sous-main ; mais ça c’est du Assange, alors… De toutes les façons, vous êtes déterminés dans tous vos mouvements, alors, pourquoi pas Macron, vous éviterez les complications : Franchement, c’était bien la peine de faire campagne pendant des semaines pour retrouver le même tandem, Macron-Le Pen ! Quelle fatuité : vous vous imaginez être libres ? J’ai déjà vos réponses : Quelle confusion dans votre tête ! J’ai quand même un repère ; dans le drapeau tricolore, il y a le bleu, le blanc et le rouge. Et une réaction bien de chez Nous : Va fan culo.

  13. Je vois que se rajoutent à ma suggestion de votes blancs massifs d’autres commentaires cherchant à me convaincre de voter « utile » en votant Macron.
    Ma réponse une fois pour toutes.
    Je pense que depuis les (environ)80% de votes utiles pour Chirac , tous les votes utiles ensuite ont contribué à tourner en rond tel le serpent qui se mord la queue. Ca ne change jamais.
    Et d’années en années l’extrême droite prend du crédit.
    Or, dans les 2 cas : ultralibéralisme contre extrême droite (sous entendu dictature ) le pouvoir est celui de l’argent.
    -Le 1er par la spéculation, comme nous l’a si bien expliqué Paul Jorion, qui donne plein pouvoir économique aux 10% les plus riches d’une fortune sans cesse croissante et jamais égalée dans toute l’histoire de l’humanité ,
    -La 2ème par la manipulation d’abord puis la soumission des peuples, car tous dirigeants et oligarques dans toute l’histoire des dictatures s’accaparent en biens propres les richesses confisquées aux peuples (y compris sous Staline).
    Si, chacun, nous assumions une fois pour toutes notre démocratie et que personne ne vote contraint et forcé, nous pourrions en votant blanc (c’est à dire « ne choisir ni l’un ni l’autre des candidats ») exprimer notre mécontentement mieux encore qu’avec des grèves à répétition assez souvent stériles ou obtenant des compromis qui ne modifient pas grand chose dans les faits (quand bien même les votes blancs ne comptent pas pour le résultat des urnes, depuis 2017 si je ne m’abuse, ils doivent être comptabilisés et publiés -enfin! un petit progrés-).
    Car celui qui remporterait les élections gouvernerait ensuite sur un champ de mines, il le saurait et devrait en tenir compte.
    Exemple avec les élections de 2017 :
    Macron : 20 743 128 voix
    LP : 10 636 475
    exprimés : 31 381 603
    abstention : 12 101 366
    votes blancs : 3 021 499
    votes nuls : 1 064 225

    – 1er cas (avec votes « utiles ») :
    Si abstentions, votes blancs et nuls s’étaient additionnés en votes blancs, cela aurait donné en ordre décroissant :
    Macron : 20 743 128
    Votes blancs :16 187 090
    LP : 10 636 475

    – 2ème cas : sans vote utile :
    Supposons 20% en moins pour Macron, 5% en moins pour LP (il y a + de votes utiles chez les démocrates de droite ou de gauche que chez les extrêmes gauche qui constituent une petite partie des électeurs de Mélenchon)

    Le résultat aurait été :
    votes blancs : 20 867 598
    Macron : 16 594 503
    LP : 10 104 652
    (corrigez moi si je me trompe)

    Utopie ? Certes, j’en suis consciente, mais toutes les idéologies politiques sont ou partent d’une utopie.
    Un monde égalitaire : utopie
    Un monde sans immigration : utopie
    Un monde sans le pouvoir des plus riches : utopie
    …etc …etc

      1. Bonjour Juan
        J’ai vu que dans votre réponse vous aviez joint la video « ne votez pas Poutine, activement ou passivement » , ce à quoi j’adhère bien évidemment. Sauf que je considère que voter blanc n’est ni vote actif ni vote passif , mais bien expression démocratique.
        Oui tout ça pour ça, je fais avec mes moyens narratifs, faibles j’en conviens, je ne suis pas une oratrice experte comme Mélenchon ; mais au moins j’ai essayé de revoir ma copie. Parce que Mélenchon malgré son score respectable n’a pas revu la sienne, ou si peu. Et encore moins l’ensemble de la gauche au point que le PS se rue vers sa disparition.
        M.LP elle l’a revue, et est experte pour convaincre toujours plus d’électeurs en reprenant tous les griefs populaires fondés ou infondés, lesquels s’accentuant d’années en années. Il y a donc un os !
        Quant à Macron, égal à lui-même, bien que grapillant un peu de ci de là dans les propositions de gauche ou de droite (ce que je nomme « un centrisme passif »). Démocrate certes, mais il ne compte que sur les multinationales (qu’il appelle « très grandes entreprises » pour minimiser l’impact sur ses détracteurs) pour créer de l’emploi… Tout est dans la narration… Donc je considère que les arguments de défense tels que « ne votez pas Poutine » , ainsi que les votes utiles, ne fonctionnent pas. On commence à avoir du recul. Ni les manif massives d’ailleurs comme celles des gilets jaunes. Il faut donc tenter autre chose avec nos moyens démocratiques.
        Certes, ni Marine ni Poutine. Mais dans le pire des cas (pas souhaitable bien évidemment), elle serait vainqueur des urnes, enfin une vraie résistance s’organiserait en coalition avec les partis opposants et on pourrait revoir en activité un gouvernement de transition tel celui de 44/49 dans lequel la droite de de Gaulle et la résistance communiste ont mis communément en place durablement des réformes sociales qui constituèrent un réel progrès.
        Faudrait-il en arriver là ? C’est je le crois ce que pensent nombreux de gauche votant LP, dont le vote est plus une leçon magistrale donnée à tous ceux en qui ils ont cru qui se sont montrés trop passifs (ou dit autrement « trop mollement consensuels »)
        Donc mes arguments ne sont peut-être pas convaincants, mais le vote utile accordé à quelqu’un dont on reproche la ligne politique non plus.
        Je choisis in fine d’être intègre et honnête au moins envers moi même.

        1. Quand on vote « pour donner une leçon magistrale », on cesse automatiquement d’être de gauche car on trahit les valeurs fondamentales de la gauche. Celui qui vote Le Pen « pour donner une leçon magistrale » est d’extrême-droite comme son vote le signale sans ambiguïté.

          1
          1. Evidemment, je le sais, nous le savons, mais j’ai entendu bien souvent cet argument parmi des électeurs de droite comme de gauche qui se sont tournés vers l’extrême droite. Cela pour moi est stupide comme ce à quoi conduit la colère mauvaise conseillère (ou le désespoir) mais on ne peut pas faire comme s’ils n’existaient pas.

          2. M. Jorion
            Lapalissade (désolée). Mais ces électeurs de gauche ou de droite qui veulent frapper un bon coup de colère, existent bel et bien. Vous en avez sûrement recontré. Moi plusieurs depuis 3 mandats électoraux. Je discute avec tout le monde, pas sectaire dans mes écoutilles.

        2. Accessoirement je ne me rappelle pas avoir joint la vidéo que vous évoquez à une quelconque réponse .

          Hallucination obsessionnelle ?

          1. exact : le titre du billet, puisque j’ai vu votre réponse par mail. Je n’ai pas réalisé sur le coup, c’est risible, rions ensemble .

  14. Pourquoi ne pas protester par une ABSTENTION ACTIVE ?
    A voté ! C’est la déclaration que fait le responsable du bureau de vote après que l’enveloppe ait été introduite dans l’urne.

    NE PAS INTRODUIRE l’enveloppe dans l’urne, mais venir dans le bureau de vote et l’isoloir jusqu’à l’urne et le prononcé du nom pour bien manifester qu’il ne s’agit pas d’une paresse ou d’un oubli.

    C’est un comportement qui pourrait étonner et être repris par les médias et réseau sociaux au cours de la journée.

    Mais celà constitue un geste fort non répudiable et nécessite de considérer que l’on est dans un état de droit, non sujet à pression ou rétorsion.

    Le vote blanc ou nul reste secret.
    L’abstention (sans venir au bureau de vote) peut être attribuée à d’autres causes et ne préjuge pas de l’opinion.

    Bon ici on vote Macron alors c’est juste une idée comme ça …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.