Archives par mot-clé : guerre thermonucléaire

Vidéo – 4 doom scenarios

4 sénarios collapsologiques. Pourquoi en anglais ? Parce que demain, en compagnie de Vincent Burnand-Galpin, nous nous adressons à la nouvelle promotion de l’ESSEC. J’improvise pour découvrir de quoi j’aurais envie de parler 😉 .

P.S. À l’appui de ce que je dis là : ceci.

Partager :

Grand entretien avec Thibault Fajal (II) L’Intelligence Artificielle : amie ou ennemie ?

Ouvert aux commentaires. TF : Selon vous l’Intelligence Artificielle peut-elle être un danger pour l’humanité ? PJ : Je pense…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

Je vous avais dit que Trump était très dangereux

Ouvert aux commentaires.

Un début de l’année sur les chapeaux de roue !

Quand je vous dis que

Nos semblables qui se sont achetés des îles au milieu de l’Océan pacifique pour y vivre en autarcie avec leur famille et quelques-uns de leurs amis, ne survivront au reste d’entre nous qu’une cinquantaine d’années tout au plus. Cinquante ans, à condition qu’aucune des neuf nations à la tête d’un arsenal nucléaire ne perde son sang-froid durant l’effondrement généralisé qui se prépare et ne désigne comme responsable « évident » de la catastrophe en cours son « ennemi héréditaire ». Or, selon une étude publiée en 2014 *, il suffirait qu’explosent 100 bombes thermonucléaires (0,7 % de notre stock global) pour provoquer un « hiver nucléaire » débouchant sur une « famine nucléaire globale »

… je ne dis pas ça juste pour faire rigoler !

* Michael J. Mills  Owen B. Toon Julia Lee‐Taylor  Alan Robock, « Multidecadal global cooling and unprecedented ozone loss following a regional nuclear conflict », le 7 février 2014

Partager :

Trends-Tendances, Pour l’humanité, le temps presse, le 22 août 2019

Ouvert aux commentaires.

Pour l’humanité, le temps presse

Steven Pinker, professeur à Harvard, affirme que nous n’avons jamais été aussi riches, nous n’avons jamais été en meilleure santé, jamais la violence dans nos sociétés n’a été aussi faible qu’aujourd’hui.

Tout ce qu’il dit là est absolument vrai.

Mais une fois nous être réjouis de ce constat réconfortant, notons que le fait que nous soyons plus riche qu’autrefois, en meilleure santé, que la violence soit réduite, est sans rapport avec le fait de savoir si nous maîtrisons ou non le risque d’une extinction de l’humanité, à moyenne ou à brève échéance.

Continuer la lecture de Trends-Tendances, Pour l’humanité, le temps presse, le 22 août 2019

Partager :