Étiquette : inflation

  • Bourse : « Ok, mais cela n’explique pas pourquoi cela s’écroule aussi à Paris, à Londres… dans la même proportion »

    Chabian commente il y a une heure :

    Ok, mais cela n’explique pas pourquoi cela s’écroule aussi à Paris, à Londres… dans la même proportion.

    L’explication se trouvait déjà dans mon billet du 19 avril : De la perte de biodiversité à la rébellion des peuples :

    […] La hausse du prix des marchandises et des produits victimes de difficultés d’approvisionnement, voire de ruptures de stock, alimente l’inflation dans les pays où elle se manifeste. Dans une politique antisociale scandaleuse mais considérée aujourd’hui comme allant de soi, les banques interviennent alors en compensant l’érosion du capital due à l’inflation en noyant son taux dans une hausse des taux d’intérêt plus élevée.

    Lire la suite…

  • Bourse en berne : plus un problème de finance comportementale que de valorisation des flux financiers, par Philippe Fraipont

    Selon le discours actuel de bons nombre d’analystes, la hausse des taux a un impact sur les flux de trésorerie futurs actualisés , ce qui expliquerait la baisse de la valorisation des entreprises surtout celles avec des horizons de profit lointain.

    Mais, à l’heure actuelle, la hausse de l’inflation est au dessus de celles des taux directeurs. Donc les taux réels sont plus négatifs qu’ils ne l’étaient il y a un an. D’un certain point de vue l’argent, par rapport à autre chose, est de moins en moins cher ou autrement dit vaut de moins en moins puisqu’il faut payer plus pour s’en priver, pour ne pas le transformer en consommation de biens et services et parallèlement il coûte de moins en moins cher à emprunter (toujours en taux réels).… Lire la suite…

  • De la perte de biodiversité à la rébellion des peuples

    Extrait d’un article à paraître en juin dans un magazine.

    Il est devenu clair, quand a fallu comprendre l’origine de la pandémie de Covid-19, que la perte de biodiversité fait que des maladies susceptibles de se transmettre entre vertébrés débouchent aujourd’hui de plus en plus souvent sur des zoonoses : des maladies animales se transmettant aux hommes, les chauves-souris constituant en particulier, en raison de leur bonne résistance aux virus, un réservoir privilégié de maladies pouvant se transmettre aux humains. 

    Dans un autre ordre d’idées, la globalisation économique fait que la production manufacturière se concentre dans des zones de rentabilité maximale qui sont aussi celles bien sûr où les populations sont présentes en fortes densités.… Lire la suite…

  • L’argent, la dette et la Gauche : Faut-il avoir peur de la dette publique ?

    L’intervention que je ferai demain au Colloque organisé par le groupe socialiste, écologiste et républicain du Sénat : L’argent, la dette et la Gauche. Faut-il avoir peur de la dette publique ? Pour les personnes qui souhaitent suivre le colloque, voici le lien vers l’évènement facebook sur la page du groupe socialiste et un « live » sera diffusé à partir de 9h00.

    Pour fonctionner, pour rendre les services attendus de lui, comme l’éducation, la police et la justice, la défense des frontières, pour pallier partiellement les inégalités dues au hasard, pour venir en aide aux plus démunis,  l’État a besoin d’un budget, d’un Trésor.… Lire la suite…

  • Trends-Tendances – La « Théorie Moderne de la Monnaie » n’en est pas une, le 20 mai 2021

    La « Théorie Moderne de la Monnaie » n’en est pas une

    On parle beaucoup aujourd’hui de la Théorie Moderne de la Monnaie ou TMM. Des affirmations sensationnelles sont prises au sérieux dans la presse économique et financière, comme une annulation sans risque de leur dette par les pays, ou la possibilité pour une nation de faire du plein-emploi un impératif et de créer autant de monnaie qu’il sera nécessaire pour atteindre un tel objectif. Deux livres emblématiques du courant ont récemment été traduits en français : Le mythe du déficit (2021) de Stephanie Kelton et La garantie d’emploi (2021) de Pavlina R.… Lire la suite…

  • Pourquoi les économistes ne comprennent rien, alors que la Bourse comprend ?

    Un petit problème technique en ce moment sur le site du New York Times en ligne : un titre apparaissant en…

    Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l’article. Vous pouvez vous abonner iciLire la suite…

  • Création monétaire, salaires, prix et inflation

    Petite discussion en commentaires. Mais mérite sans doute la une.

    * Gérard

    Bonjour. Une société sans impôts est-elle possible ? En seulement 10 mois en 2020, environ 35% de tous les dollars américains ont été créés par le gouvernement américain et, apparemment, cela n’a créé aucun type de surinflation.

    * Paul Jorion

    C’est parce que ces dollars ne se sont pas transformés en hausse de salaires. Hausses de salaires que les industriels et prestataires de services répercutent habituellement en augmentation du prix des produits et des services, provoquant une inflation. Vous voyez : le mécanisme est simple !

    * Gérard

    Merci.

    Lire la suite…

  • Trends-Tendances, Éloge de Mario Draghi, le 31 octobre 2019

    Éloge de Mario Draghi

    Mario Draghi a quitté la semaine dernière son poste de président de la Banque centrale européenne.

    Le 21 octobre, le Financial Times proposait un bilan de l’action du président par Valentina Romei et Martin Arnold, intitulé « Le mandat BCE de Draghi : Sauvant l’euro, défaillant sur l’inflation ».

    Pourquoi défaillant sur l’inflation ? Deux personnes interrogées s’expliquent.

    « Le plus grand paradoxe de Mario Draghi est qu’il a été l’un des plus actifs et des plus crédibles des banquiers centraux de l’histoire moderne, et pourtant il quittera la BCE avec l’un des pires palmarès en termes de ciblage de l’inflation », déclare M.… Lire la suite…

  • Le temps qu’il fait le 9 février 2018 : La Bourse

    Pourquoi la Bourse baisse-t-elle ?

    Penser tout haut l’économie avec Keynes (Odile Jacob 2015)… Lire la suite…

  • La Bourse à la peine : deux questions à ne surtout pas poser !

    -1,64% pour le CAC40 à Paris, -1,68% pour le Dax à Francfort. Pire encore, à New York, -1,96% pour les firmes technologiques du Nasdaq, et -2,54% pour les grosses firmes industrielles du DJIA. Source de l’inquiétude aux États-Unis ? Les salaires (gaspation !) en progression !… Lire la suite…

  • LA BCE, SUR LA POINTE DES PIEDS… par François Leclerc

    Billet invité.

    Enfin, la BCE va jeudi prochain clairement annoncer ses intentions ! Avec un grand luxe de précautions et après avoir longtemps hésité, elle va engager la marche arrière et réduire ses mesures non conventionnelles. Plus précisément le volume de ses achats de dette, laissant intouchés ses taux directeurs proches de zéro.… Lire la suite…

  • LA CLAIRVOYANCE N’EST PAS UNE VERTU PARTAGÉE, par François Leclerc

    Billet invité.

    Après la BCE qui s’intéresse à la qualité de l’emploi, c’est au tour de l’OCDE de constater, allant plus loin, que « l’inégalité des revenus est inédite en ce moment et met en danger la cohésion sociale ». L’organisation déplore « l’incapacité des politiques publiques existantes à promouvoir une croissance inclusive » (qui bénéficie à tous), car une politique de l’emploi ne doit pas se focaliser uniquement sur les taux de chômage et d’emploi, mais aussi sur la qualité de ces emplois. … Lire la suite…

  • Le Monde / L’Écho, Les taux d’intérêt négatifs signalent-ils – comme l’imaginait Keynes – l’avènement du socialisme ?, mardi 8 mars 2016

    L’euthanasie par les taux d’intérêt négatifs

    Une légende tenace veut que Keynes ait qualifié l’inflation d’« euthanasie du rentier ». Or s’il a bien utilisé cette expression, c’était dans un autre contexte, dans la conclusion de sa Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie (1936) intitulée : « Notes finales sur la philosophie sociale à laquelle la théorie générale peut conduire ». La philosophie en question était le socialisme et Keynes décrivait une stratégie douce pour le mettre en œuvre : une « euthanasie du pouvoir oppressif cumulatif du capitaliste d’exploiter la valeur-rareté du capital… ». Autrement dit mettre fin au capitalisme en éliminant ce qui permet à tout détenteur de capital, ou « capitaliste », d’en obtenir une rente.… Lire la suite…

  • AUTOUR DU POT DES TAUX, DE LA DETTE, DE LA RELANCE ET DE L’INFLATION, par François Leclerc

    Billet invité.

    La remontée des taux sur le marché obligataire est-elle momentanée ou l’amorce d’une tendance durable ? La question a opposé Ben Bernanke et Lawrence Summers aux États-Unis et n’est pas accessoire : la poursuite de cette hausse redonnerait de l’air à un système financier qui prend des risques et inquiètent la Fed, afin de trouver du rendement, mais elle alourdirait le poids d’un endettement public qui ne cesse de croître, après l’avoir soulagé. Dans l’immédiat, les ventes soudaines d’obligations ont pris à contrepied les investisseurs qui n’y ont pas procédé, ou ne s’étaient pas couverts, imprimant leur marque sur le marché en dépit des achats Jde la BCE.… Lire la suite…

  • ILS JOUENT SUR LES MOTS ! par François Leclerc

    Billet invité

    L’inflation sous-jacente en France au mois d’octobre a été négative selon l’Insee. Cet indice permet de dégager les tendances de fond de l’évolution des prix, excluant de son calcul les produits dont les prix sont soumis à l’intervention de l’État, ceux qui sont volatils en raison de facteurs climatiques ou de tensions sur les marchés mondiaux, et il corrige les effets des mesures fiscales.

    Lorsqu’un indice devient négatif, ce n’est pas très bon signe. Alors pour ne pas mettre les points sur les « i », ne pas parler de décroissance quand c’est le cas, ou de déflation comme cela se présente, on parle de croissance ou d’inflation négative.… Lire la suite…