Archives par mot-clé : islam

Qui étions-nous ? – Paul de Tarse en résumé

Ouvert aux commentaires.

Paul de Tarse n’était pas là au bon moment, même s’il ne se trouvait pas très loin. Jésus de Nazareth, un prophète, sur la foi d’autres prophètes avant lui, se convainc qu’il est le messie attendu, chargé d’annoncer la venue du Royaume de Dieu sur Terre. Il suit à la lettre le scénario tel que Zacharie l’a tracé, mais rien ne se passe comme prévu, il échoue, et sera supplicié comme un larron parmi d’autres, offrant la possibilité à l’insurgé Barrabas de sauver sa tête.

Continuer la lecture de Qui étions-nous ? – Paul de Tarse en résumé

20Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Piqûre de rappel : La désintoxication indispensable de nos nations avides de pétrole, le 3 janvier 2016

La raison pour ma piqûre de rappel : l’imminence d’un embrasement du monde musulman où l’affrontement entre Sunnites et Chiites dans leur schisme millénaire est proche d’atteindre son point culminant (Le Monde, L’Arabie saoudite dit avoir capturé des gardiens de la révolution iraniens dans le golfe Persique, le 20 juin 2017) *. En choisissant le camp sunnite et en semblant disposé à mettre toute la puissance des États-Unis à son service, Trump prépare le déflagration qu’évoquait ici ce matin, Abel Musard.

Continuer la lecture de Piqûre de rappel : La désintoxication indispensable de nos nations avides de pétrole, le 3 janvier 2016

11Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

LE TEMPS QU’IL FAIT LE 6 JANVIER 2017 : Comprendre Donald Trump – Retranscription

Retranscription de Le temps qu’il fait le 6 janvier 2017. Merci à Olivier de Taxis !

Bonjour, nous sommes le vendredi 6 janvier 2017 et on me reproche gentiment de vous dire « Bonne année ! » parce que tout le monde sait qu’elle ne va pas être terrible celle-ci. Les nuages sont nombreux qui s’amoncellent. Il n’y a pas vraiment de choix, si : il y a des choix entre la peste et le choléra ; tout ça n’est pas brillant alors. Mais j’espère quand même que l’année sera bonne pour vous tous et pour chacun en particulier. On fera chacun de notre côté ce qu’on peut faire pour qu’elle ne soit pas trop mauvaise.

Continuer la lecture de LE TEMPS QU’IL FAIT LE 6 JANVIER 2017 : Comprendre Donald Trump – Retranscription

16Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

La violence nue, par Dominique Temple

Billet invité. P. J. : Je me permets d’attirer votre attention sur ce qui me paraît une réflexion essentielle ici sur le meurtre-suicide. Ouvert aux commentaires.

Toutes les sociétés, nous rappelle Marcel Mauss, sont fondées à l’origine sur le principe de réciprocité. Mais d’où vient que depuis l’origine des temps les sociétés se livrent des guerres inexpiables ? Serait-ce que chaque système de réciprocité produirait un sentiment de l’humain, exclusif et irréductible ? Hors de la réciprocité, autrui serait-il abandonné aux forces de la nature ?

Continuer la lecture de La violence nue, par Dominique Temple

40Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Ils cherchent le paradis, ils ont trouvé l’enfer (II), par Jeanne-Favret-Saada

Billet invité.

Le 11 octobre dernier, un billet portant ce titre m’a valu un courrier abondant. Au bout de quelques jours, j’ai interrompu ma participation au débat en annonçant que j’allais m’instruire un peu plus avant de continuer à émettre des opinions. Nous étions partis d’un livre, et la discussion cahotait d’une manière qui me paraissait périlleuse entre des considérations sur les jeunes Français qui partent faire le jihad en Syrie et un contenu supposément essentiel du Coran.

Voici ce que m’a conduite à penser la lecture des livres de Dounia Bouzar et, accessoirement, du dernier livre d’Olivier Roy (En quête de l’Orient perdu, 2014) : mon appréciation de Ils cherchent le paradis, ils ont trouvé l’enfer (2014) reste ce qu’elle était, mais je peux l’inscrire dans une perspective plus large (car les premiers travaux de Bouzar méritent d’être lus et travaillés), et avancer quelques propositions sur nos jeunes concitoyens partant au jihad.

Continuer la lecture de Ils cherchent le paradis, ils ont trouvé l’enfer (II), par Jeanne-Favret-Saada

10Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Le Grand Tournant, c’est quand même quelque chose !

En infligeant à la Chine les guerres de l’opium, les nations occidentales parvinrent à retarder jusqu’en 1980 la révolution industrielle de cette nation.

Combinée à un certain nombre d’interférences occidentales sanglantes (la liste est trop longue pour que son énumération complète n’apparaisse pas fastidieuse aux lecteurs du blog de PJ), la dynamique interne au schisme musulman est parvenue en 2014 au stade que le christianisme avait atteint quant à lui le 24 août 1572 (cf. « massacre de la Saint-Barthélemy »).

L’Occident endure aujourd’hui de son côté les affres de la transition dite Skynet (ou Terminator) qui voit la maîtrise humaine sur le monde désormais transmise à la machine.

Le télescopage en 2014 de ces différents processus historiques, soumis chacun à la logique de son propre déroulement, produit un brouet délétère.

Si l’espèce sort indemne de tout cela, elle aura eu bien de la chance !

14Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

« Printemps arabe » ? Vous avez dit : « Printemps arabe » ?, par Annie Cyngiser

Billet invité.

L’Europe, intriguée – alarmée ?-, scrutant le « Printemps arabe ». Que charrie-t-il depuis plus de deux ans ce si « Proche-Orient » ? Cet Orient qui a tant séduit, subjugué et fait couler d’encre depuis le 19e siècle surtout, colonisation aidant.

Un Orient que l’on a tenté de juguler depuis les Croisades, étripant, pillant or et savoirs au passage, un Orient que l’on a cru soumettre, passée la domination ottomane, au joug de la bienveillante « civilisation » colonisatrice, puis que l’on a choyé, courtisé, non sans arrière-pensées, bizness à la clé, une fois les Indépendances acquises, voilà qu’il se réveille cet Orient ! Et boute hors du royaume ses tyrans, nos « chers amis » d’hier !

Ce lointain proche, qui a tant interpellé l’Occident, qui a fait s’interroger honnêtement un Montesquieu, et même fait rêver des conservateurs (Théophile Gautier, Ernest Renan ..), cet Orient, encore aujourd’hui si mal défini et mal appréhendé, que l’on s’acharne, en dépit des faits historiques, à dénommer « arabe », en une appellation réductrice et ethnicisée, aurait aujourd’hui son mot à dire !

Continuer la lecture de « Printemps arabe » ? Vous avez dit : « Printemps arabe » ?, par Annie Cyngiser

0Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

LA REPRISE DE QOUSSAIR

En septembre de l’année dernière, dans un billet intitulé : Ne pas rater une bonne diversion si l’on en voit une, j’évoquais la querelle qui s’envenimait entre la Chine et le Japon à propos d’îlots inhabités revendiqués par les deux pays.

J’écrivais : « Nous nous disons que nous sommes assez idiots pour rechercher une diversion qui nous fasse oublier notre lâcheté devant l’attitude adoptée par nos dirigeants face au désastre économique et financier qui nous engloutit, en allant faire la guerre ailleurs, avec un quelconque de nos ennemis de toujours. »

L’intervention en ce moment-même du Hezbollah comme fer de lance dans la reprise de la ville syrienne de Qoussair, aux côtés de l’armée loyaliste, met en évidence qu’un mélange encore plus détonnant que celui de la guerre froide de jadis est en train de se mettre en place, où ce ne sont plus simplement l’Ouest et l’Est qui s’affrontent dans un vieil antagonisme ressuscité, mais l’Ouest et l’Est identifiés chacun à l’un des camps de l’ancien schisme islamique.

Un vote au parlement russe a-t-il un jour entériné l’alignement des citoyens russes avec la cause chiite ? Quand avons-nous décidé, de notre côté, qu’il est essentiel que le sunnisme soit déclaré vainqueur ?

0Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

LES REVOLTES DU MONDE ARABE, par Guillaume Lapeyre

Billet invité

L’objectif est de proposer une analyse qui évite de spéculer sur ce que souhaiteront et réaliseront les peuples arabes.

L’essentiel de cet article traite des lectures dominantes que nous avons de ces événements et cherche à faire remarquer que les commentaires qui sont les nôtres en disent finalement plus long sur nous-mêmes que sur les pays concernés.

Il est inutile de spéculer sur l’avenir mais il est possible de prendre en compte le fait que le sens de l’Histoire, son inertie pousse dans certaines directions qu’il est intéressant de relever.

C’est ce que cette analyse essaie de montrer dans un deuxième temps. Cette crise risque de rencontrer dans son déroulement à venir certains des déterminismes qui sont ceux d’une réalité globale et historique à laquelle le monde arabe ne pourra pas échapper. En effet, de profondes influences auront tendance à pousser sur le devant de la scène des logiques qui peuvent être autant de limites aux luttes entamées.

Le premier point intéressant à considérer est le regard que porte l’Occident sur la situation. Nous lisons les événements à travers deux grilles de lecture majeures ; deux lectures qui sont liées à notre propre situation, qui est celle d’une civilisation traversant une situation de crise. Cette crise est pour certains passagère et inévitable dans la globalisation, pour d’autres elle nécessite de profondes réorientations.

Ainsi quand les seconds verront dans ces événements au Maghreb et au Proche-Orient la naissance d’une contestation dont l’Occident devrait s’inspirer, les premiers y verront la preuve que les valeurs absolues qui régissent nos sociétés restent plus que jamais d’actualité. Dans les deux cas, ces approches s’inscrivent dans une tentative pour l’Occident de se rassurer sur sa destinée. Se rassurer en espérant y trouver une source d’inspiration pour réformer notre civilisation ou au contraire en y voyant l’affirmation et la preuve de la pérennité de notre modernité et de l’adhésion qu’elle entraine.

Ces deux lectures ne s’opposent pas que du point de vue des conclusions, elles s’opposent plus globalement par les idéologies qui les sous-tendent.

Dans un cas, il s’agit de la pensée révolutionnaire internationaliste néo-marxiste qui part du principe que la révolution contre le capitalisme ne se fera pas en Occident – où il n’existe plus de prolétaires révolutionnaires, seulement des « exclus » de la prospérité – et que le prolétariat potentiellement révolutionnaire se trouve ailleurs. Il se situe dans les ateliers sud-asiatiques, en Afrique, dans les « pays en développement » subissant le capitalisme impérialiste dans toute sa barbarie. D’où l’espoir que ces pays s’unissent dans une contestation globale qui mettrait un terme au capitalisme, et qu’ils exportent leur contestation vers les pays dits développés.

Continuer la lecture de LES REVOLTES DU MONDE ARABE, par Guillaume Lapeyre

0Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail