Étiquette : Jean-Claude Trichet

  • IL NE MANQUERAIT PLUS QUE LES BANQUES CENTRALES PERDENT LA MAIN ! par François Leclerc

    Billet invité.

    Reconnaitre son impuissance est pour une banque centrale un art difficile, car l’exercice écorne sa toute puissance présumée. C’est la situation dans laquelle se trouve la Banque du Japon, qu’elle essaye de masquer. Son programme de création monétaire de l’équivalent de 620 milliards d’euros n’est pas parvenu en deux ans a faire croitre l’inflation que de 0,2%, une fois soustraite l’augmentation de la TVA de 2%. En dépit d’un taux de chômage orienté à la baisse de 3,4% en mars, ainsi que des promesses d’augmentation des grandes entreprises en réponse aux injonctions gouvernementales – en attendant leur confirmation – la demande intérieure continue à reculer de mois en mois.… Lire la suite…

  • RIEN QUE DES BRAVES GENS… par François Leclerc

    Billet invité.

    On n’a pas fini de sortir des cadavres des placards : le Luxembourg favorisait à grande échelle l’optimisation fiscale de 340 grandes entreprises transnationales entre 2002 et 2010, du temps où Jean-Claude Juncker en était le premier ministre, et la BCE a en 2010 pratiqué un chantage caractérisé sur le gouvernement irlandais, afin que l’État fasse sa demande d’un plan de sauvetage et prenne à sa charge le sauvetage des banques du pays, et celles des banques européennes qui en étaient les créancières du même coup, du temps où Jean-Claude Trichet en était le président.

    Les deux larrons sont pris la main dans le sac, et même si ce ne sont pas à proprement parler des révélations, les preuves en sont désormais étalées sur le tapis.… Lire la suite…

  • L’actualité de demain : LES PARADOXES CHYPRIOTES, par François Leclerc

    Billet invité

    La situation n’est pas à un paradoxe près. Les Chypriotes ont manifesté leur joie devant le refus du parlement d’avaliser le plan de sauvetage qui leur était imposé, rappelant comment Georges Papandréou avait au dernier moment proposé un référendum en Grèce, qui avait précipité sa chute (il ne fait pas bon défier les dirigeants européens). Ils viennent à la fois de manifester leur patriotisme, ferment d’une ancienne bataille menée sous le drapeau de l’Énosis (l’union avec la Grèce), et de défendre les fortunes russes et leur argent sale, source de leur prospérité. L’État russe a quant à lui naturellement soutenu la finance de l’ombre qu’il a suscité et avec laquelle il compose, mettant en évidence que ces deux mondes ne font qu’un, et pas seulement en Russie !… Lire la suite…

  • LE TEMPS QU’IL FAIT, LE 7 SEPTEMBRE 2012

    Je renvoie à The network of global corporate control, par Stefania Vitali, James B. Glattfelder, and Stefano Battiston, article dont la traduction française est ici.

    Goldman Sachs, la banque qui dirige le monde, un film de Jérôme Fritel et Marc Roche

    Sur YouTube, c’est ici.… Lire la suite…

  • LA POUSSIÈRE ACCUMULÉE SOUS LE TAPIS EMPÊCHE D’ENTRER DANS LA PIÈCE

    Ce texte est un « article presslib’ » (*)

    L’image de la poussière qu’on a repoussée sous le tapis en telle quantité et pendant si longtemps que l’on ne peut désormais plus entrer dans la pièce s’est imposée à moi à la lecture ce matin d’un article par David Enrich et Sara Schaefer Muñoz dans le Wall Street Journal, intitulé : « EU Lenders Kick Troubles Down the Road ».

    Parce que – oui, vous allez être surpris – plutôt que de remettre en ordre leurs affaires grâce à la manne des mille milliards d’euros dispensée par la Banque centrale européenne dans le cadre de la Long-Term Refinancing Operation (LTRO), les banques européennes préfèrent contourner l’obstacle.… Lire la suite…

  • L’actualité de la crise : CETTE TRÈS CHÈRE DETTE, par François Leclerc

    Billet invité

    Le bras de fer engagé à propos de la restructuration de la dette publique grecque se poursuit, après trois semaines de marathon. En discussion, le taux auxquel seraient assujettis les titres émis en remplacement des obligations actuelles, destinées à subir une décote de 50 %, ainsi que le volume présenté volontairement à l’échange de ces dernières. De la combinaison de ces deux paramètres résulteront des pertes données pour les créanciers qui y participeront et une réduction déterminée de la dette publique.

    Sont en lice le gouvernement grec et l’Institute of International Finance (IIF), lequel représente les créanciers présents dans la négociation.… Lire la suite…

  • RAPPROCHEMENTS ASSEZ GÊNANTS

    Dans Le Monde d’aujourd’hui : Jean-Claude Trichet : « Le secteur financier doit changer ses valeurs »,

    Le Monde : Certaines de vos décisions continuent à faire débat, comme la hausse de vos taux en 2008 quelques semaines avant la chute de la banque américaine Lehman Brothers…

    J-C. T. : A l’époque, il y avait une menace réelle de déstabilisation des anticipations d’inflation sous l’impact de la hausse des prix du pétrole. Bien entendu personne ne pouvait prévoir que Lehman Brothers allait déposer son bilan à la mi-septembre.

    Ici-même, en date du 31 mars 2008, dans le billet intitulé : Notateurs et autorités financières,

    Quand, il y a quinze jours, la Fed orchestra le sauvetage de Bear Stearns par J.P.

    Lire la suite…

  • LE TEMPS QU’IL FAIT LE 30 SEPTEMBRE 2011

    Achever le programme ultralibéral
    Le trader Alessio Rastani
    Comment on écrit un algo
    La BBC et le Daily Telegraph

    La « lettre secrète » de Mario Draghi et Jean-Claude Trichet adressée à Berlusconi

    Mon échange avec Éric Woerth

    Le billet de NikademusLire la suite…

  • FLASH SPÉCIAL : La signification de la démission de Jürgen Stark

    Menace finale sur la zone euro
    La démission de Jürgen Stark
    La restructuration de la dette grecque
    Les Credit-default Swaps, le FMI et la zone euro
    La responsabilité des économistes dans la crise … Lire la suite…

  • Dans l’oeil de la tempête, le 29 août 2011

    L’impuissance des banquiers centraux

    Prière à sainte Anne.

    La transmission des savoirs, Geneviève Delbos et Paul Jorion (MSH 1984)… Lire la suite…

  • L’actualité de la crise : CAPITALISME A LA DÉRIVE, par François Leclerc

    Billet invité.

    Soumis à une pression maximale, les députés grecs ont adopté les nouvelles mesures destinées à débloquer les fonds européens et du FMI, évitant le défaut immédiat du pays et l’apocalypse promise. La place Syndagma (de la Constitution, en Grec) n’est plus qu’un nuage épais de gaz lacrymogène destiné à la vider de toute vie, symbolisant ainsi ce qui reste de la démocratie parlementaire grecque et du pouvoir d’un gouvernement placé sous étroite tutelle. L’intégration européenne vient de réaliser un glorieux pas en avant !

    De partout, et surtout de soulagement, il est crié victoire, en omettant le coût dévastateur prévisible du nouveau plan et son échec annoncé.… Lire la suite…

  • L’HUMANITÉ, « LE CAPITALISME À L’AGONIE », VENDREDI 15 AVRIL 2011

    À l’occasion de la sortie de Le capitalisme à l’agonie, un long entretien avec Laurent Etre.

    Partons du titre de votre dernier ouvrage : « Le capitalisme à l’agonie ». Vous soutenez que le capitalisme connaît son « essoufflement final »… Or, on a plutôt l’impression que ce système est reparti de plus belle, en faisant payer sa crise au monde du travail. Il suffit de regarder les profits du Cac 40, qui ont augmenté de 85 % en 2010 par rapport à 2009…

    Paul Jorion : Vous venez de parler des profits du Cac 40 qui explosent. Cela reflète essentiellement une panique du système.… Lire la suite…

  • L’actualité de la crise : DERNIERES BETISES A NE PAS DIRE, par François Leclerc

    Billet invité

    Jean-Claude Trichet s’est dernièrement fait remarquer en déclarant qu’augmenter les salaires en Europe « était la dernière bêtise à ne pas faire ». Il se joint ainsi à ceux qui depuis quelque temps osent dire tout haut ce que d’autres pensent tout bas, pensant le moment venu pour relever la tête et reprendre la main pour réaffirmer leur vision du monde et de leurs intérêts.

    Ainsi, Laurence Parisot, la présidente du Medef, n’a pas hésité à qualifier de « vue de l’esprit » l’idée du partage des profits en trois tiers entre les actionnaires, les salariés et l’entreprise elle-même (pour investir).… Lire la suite…

  • L’actualité de la crise : DONNANT-DONNANT, par François Leclerc

    Billet invité.

    Les dirigeants européens font de la politique, et quelle politique ! Les voilà embarqués dans la négociation entre quatre yeux d’un paquet de mesures destinées à gérer la crise, où chacun glisse son grain de sel et cherche à protéger ses intérêts. Un exercice délicat qui pourrait fort bien ne pas être terminé à temps pour leur prochain sommet du 4 février, continuant d’alimenter toutes les incertitudes. Prochain arrêt : les 24 et 25 mars prochains.

    Concentrée sur ses échéances de l’année à venir, la coalition gouvernementale allemande CDU-FPD voudrait trouver les meilleurs arguments électoraux pour justifier de prochains sauvetages européens – c’est en tout cas ainsi qu’elle voit les choses.… Lire la suite…

  • BFM Radio, lundi 30 août 2010 à 10h46 – Les banquiers centraux : « Il n’y a jamais eu, et il n’y aura jamais de raisons de s’inquiéter »

    Ce texte est un « article presslib’ » (*)

    Les banquiers centraux : « Il n’y a jamais eu, et il n’y aura jamais de raisons de s’inquiéter »

    La réunion annuelle des banquiers centraux à Jackson Hole dans le Wyoming a eu lieu le weekend dernier. J’en ai personnellement retenu deux choses : la discussion générale sur les bulles financières et le discours de Jean-Claude Trichet, le patron de la Banque Centrale Européenne.

    Les bulles financières

    La discussion sur les bulles financières a été l’occasion d’une belle cacophonie : aucun consensus sur le fait qu’il faudrait intervenir à titre préventif : avant qu’elles ne se créent, ou bien pendant : au moment où on constate leur existence, voire encore même après : la politique actuelle en la matière.… Lire la suite…