Archives par mot-clé : Lucien Lévy-Bruhl

Vidéo – Chine / Occident : deux manières d’appréhender le monde

“Comment la vérité et la réalité furent inventées” (Gallimard 2009)

Partager :

Que font les mathématiciens ? le 18 avril 2021 – Retranscription

Retranscription de Que font les mathématiciens ? le 18 avril 2021. Bonjour, nous sommes le dimanche 18 avril 2021 et je…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

Le totémisme (I) – Laissé à d’autres par les anthropologues

Texte de synthèse inédit en plusieurs parties sur cette question que j’ai eu l’occasion d’effleurer ici et là. J’ai mentionné…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

Cambridge University IV. Glissements progressifs de la curiosité intellectuelle

Je me suis toujours laissé guider par le fil de ma pensée. J’avais dans un premier temps lu les anthropologues contemporains, puis leurs maîtres, pour remonter ensuite, par étapes successives, aux « ancêtres » : les « philosophes des voyages » du XVIIIe siècle. Durant les années où j’ai enseigné l’anthropologie sociale à Cambridge, j’ai ouvert encore davantage mon horizon en me passionnant pour l’histoire des mathématiques et de la physique. Durant cette période, je participais avec un enthousiasme égal à nos séminaires et à ceux du département d’histoire et de philosophie des sciences, qui jouxtait le nôtre dans Free School Lane, une simple allée comme son nom l’indique, à l’arrière de la chapelle de Corpus Christi college, avec à un bout, faisant face au fameux pub The Eagle où plus d’une théorie physique révolutionnaire fut mise au point, la boutique de tissus précieux asiatiques qu’avait ouverte Deirdre Evans-Pritchard, fille du fameux anthropologue du même nom (1902-1973) et sœur du tonitruant journaliste Ambrose Evans-Pritchard, et à l’autre bout, le boucher qui découpait la viande « à l’anglaise », c’est-à-dire à la tronçonneuse, mais qui me révéla les secrets du crackling et m’initia à la cuisson céleste de l’épaule d’agneau. 

Continuer la lecture de Cambridge University IV. Glissements progressifs de la curiosité intellectuelle
Partager :

Reprendre à zéro (1986)

Reprendre à zéro

A paru dans L’Homme 97-98, 1986, XXVI : 299-308

Comme mon programme n’intéressait pas grand monde, je l’ai réalisé moi-même dans Comment la vérité et la réalité furent inventées (2009).

– Sous couvert de « scientificité », l’anthropologie s’est enfermée dans un discours objectiviste qui ne laisse aucune place à ce que Sauvages, Barbares et Paysans savent et que nous ne savons pas. En conséquence, l’anthropologie n’apporte plus rien de neuf, et la classe des intellectuels s’en désintéresse. Or un domaine qui n’intéresse plus que ses praticiens va vers une fin certaine.

On indique, à titre d’exemples, deux voies qui pourraient contribuer à replacer l’anthropologie au centre de la scène intellectuelle : premièrement, l’éclairage qu’elle peut apporter à l’histoire et à la philosophie des sciences à partir de sa fréquentation des mentalités autres ; deuxièmement, le renfort qu’elle apporterait aux autres sciences humaines en mettant au point une approche authentiquement anthropologique, au-delà des hésitations éclectiques entre « psychologisme » et « sociologisme ».

Continuer la lecture de Reprendre à zéro (1986)
Partager :

Vidéo – Nous sommes très mal équipés pour la suite

Tiens ! Quelqu’un qui parle de la même chose que moi, même si c’est de tout autre autre chose 😉 . Et qui réagit de la même manière que moi devant les questions insolubles 😀 : Continuer la lecture de Vidéo – Nous sommes très mal équipés pour la suite

Partager :

De l’anthropologie à la guerre civile numérique, entretien réalisé le 21 mars 2016 (texte complet)

Ouvert aux commentaires.

I- La « mentalité primitive »

Jacques Athanase GILBERT

Votre parcours est particulièrement atypique, marqué en particulier par cette étonnante transition du chercheur au blogueur. Au-delà, votre pensée s’enracine dans le champ de la transdisciplinarité, empruntant à la fois à la philosophie, à l’anthropologie, à la sociologie et à l’économie. Comment appréhendez-vous cet itinéraire ?

Continuer la lecture de De l’anthropologie à la guerre civile numérique, entretien réalisé le 21 mars 2016 (texte complet)

Partager :

De l’anthropologie à la guerre civile numérique (VI), Pourquoi – selon nous – les jumeaux ne sont pas des oiseaux, entretien réalisé le 21 mars 2016

Jacques Athanase GILBERT

Vous soulevez la question de la réalité objective au sein de votre ouvrage Comment la vérité et la réalité furent inventées. Celle-ci engage, selon vous, un schéma des relations asymétriques qui se développe à travers le discours scientifique, une option qui apparaît en raison de la structure-même de la langue grecque mais est entièrement absent de la pensée ancienne chinoise, d’essence symétrique, comme sa langue. Continuer la lecture de De l’anthropologie à la guerre civile numérique (VI), Pourquoi – selon nous – les jumeaux ne sont pas des oiseaux, entretien réalisé le 21 mars 2016

Partager :

De l’anthropologie à la guerre civile numérique (I) La “mentalité primitive”, entretien réalisé le 21 mars 2016

Jacques Athanase GILBERT

Votre parcours est particulièrement atypique, marqué en particulier par cette étonnante transition du chercheur au blogueur. Au-delà, votre pensée s’enracine dans le champ de la transdisciplinarité, empruntant à la fois à la philosophie, à l’anthropologie, à la sociologie et à l’économie. Comment appréhendez-vous cet itinéraire ?

Continuer la lecture de De l’anthropologie à la guerre civile numérique (I) La “mentalité primitive”, entretien réalisé le 21 mars 2016

Partager :