Archives par mot-clé : pandémie

Coronavirus : France, Belgique, Suisse, et les autres

J’ai commencé, c’était le 8 mars, il y a 3 semaines, à vous donner des chiffres, et j’ai pensé alors que ce qui était le plus important, c’était de mettre en évidence le nombre de nouveaux cas, pour qu’on puisse voir s’il s’agissait avec cette pandémie, d’un feu de paille ou d’un phénomène qui prenait sans cesse de l’ampleur. À l’époque, il prenait de l’ampleur partout dans le monde.

Continuer la lecture de Coronavirus : France, Belgique, Suisse, et les autres

Partager :

Coronavirus : un impact aux États-Unis de 30 à 60 fois supérieur à celui pour la Chine

J’écrivais vendredi dans Coronavirus : États-Unis vs Chine :

Interrogé tout à l’heure par un magazine, j’ai dit que le nombre de cas aux États-Unis serait au total entre 10 et 100 fois supérieur à celui pour la Chine.

Le Dr. Anthony Fauci, directeur du National Institute of Allergy and Infectious Diseases, qui dirige la force d’intervention Covid-19 de la Maison-Blanche, a produit pour la première fois aujourd’hui une estimation : de 100.000 à 200.000 décès aux États-Unis.

La Chine comptant à ce jour un chiffre stabilisé de 3.300 morts, l’estimation de Fauci est donc d’un nombre de morts aux États-Unis de 30 à 60 fois supérieur à celui de la Chine.

Partager :

« Un chant de rédemption », le 21 mars 2020 – Retranscription

Retranscription de « Un chant de rédemption », le 21 mars 2020. Ouvert aux commentaires. Bonjour, nous sommes le 21 mars. C’est…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

Pourquoi si peu de morts en Allemagne ? Un nombre très élevé d’examens

Ouvert aux commentaires.

Selon Christian Drosten, virologiste

Partager :

Intello n°1. Paul Jorion : « Il nous faut une économie dirigée », par François Ruffin

François publiera ça sur son site facebook lundi ou mardi. Il me permet de le mettre ici également. Ce n’est pas un verbatim de notre conversation mardi (24 mars) : il a monté des choses que nous avons dites avec des passages du livre. Ouvert aux commentaires.

Quand l’heure du confinement a sonné, je lisais justement Comment sauver le genre humain, le dernier essai de Paul Jorion et Vincent Burnand-Galpin. Des tas de passages faisaient écho à la crise que nous traversons. Aussi, depuis ma cuisine, ai-je appelé l’anthropologue de la finance.

François Ruffin : Votre livre, c’est un éloge de l’ « économie dirigée »…

Paul Jorion : Oui, c’est un coup d’Etat qui a eu lieu : l’économie dirige, et on ne dirige plus l’économie. D’un moyen, c’est devenu une fin. Du coup, on fait passer la vie des choses bien avant la vie des gens, la vie des rétroviseurs avant celle des gens qui font les rétroviseurs. Continuer la lecture de Intello n°1. Paul Jorion : « Il nous faut une économie dirigée », par François Ruffin

Partager :

Hydroxychloroquine et coronavirus, comment apprécier la valeur des résultats de Didier Raoult ?, par Alexis Toulet

Ouvert aux commentaires.

Le chercheur Didier Raoult, directeur de l’IHU Méditerranée Infection, a publié le 27 mars une nouvelle étude tentant de démontrer l’efficacité de la combinaison de l’hydroxychloroquine et d’un antibiotique dans le traitement du Covid-19.

Alors que la controverse médicale autour de ce traitement continue et s’amplifie, n’y-t-il donc pas d’autre choix que s’en remettre soit aux arguments d’autorité du directeur de recherche, soit aux arguments d’autorité des médecins détracteurs ? Voire à des a priori soit optimistes, soit pessimistes, ou bien à une « volonté de croire », ou de ne pas croire… bref, tout sauf des arguments rationnels ?

Si, il y a un autre choix. Un regard aux méthodes des deux études réalisées par l’équipe de Didier Raoult permet de conclure quant à la valeur de leurs résultats

Continuer la lecture de Hydroxychloroquine et coronavirus, comment apprécier la valeur des résultats de Didier Raoult ?, par Alexis Toulet

Partager :

Pandémies : deux époques, par D.H.

Ouvert aux commentaires.

Quelques réflexions sur le Covid-19

                 Nous sommes sévèrement confinés, assignés à résidence, il y a donc un grand danger qui nous menace. Quel est-il exactement ? D’après les flots d’information (?) qui nous submergent à toute heure du jour et de la nuit, il ressort, quand on laisse décanter, que le danger qui nous tient au bout de son flingue est moins l’agressif « coronavirus » lui-même que la possible/probable incapacité de nos hôpitaux à soigner tous les contaminés. C’est ce discours sur les lits disponibles, les respirateurs et même les masques et le gel hydro alcoolique qui phagocyte toutes les antennes. Nous sommes d’autant plus prêts à l’entendre que l’hôpital public, victime de coupes sombres dans ses budgets, a été un des « gros » sujets de polémique politique ces dernières années et que l’ensemble du personnel soignant nous a tous alertés par de longues grèves sur la précarité de son sort. Nous savons donc que nous sommes « en guerre » et que, dans l’armée, c’est la débandade. Non seulement on manque de fusils, mais aussi de bandes molletières ! Continuer la lecture de Pandémies : deux époques, par D.H.

Partager :

Coronavirus : France, Belgique, Suisse, Italie, États-Unis : la tendance

Avant-hier, dans Coronavirus : France, Belgique, Suisse. Nouvelle formule : la tendance, j’ai expliqué que je changeais la manière de montrer l’évolution de la pandémie : au lieu de présenter les chiffres de nouveaux cas, j’allais analyser leur évolution.

J’expliquais aussi le principe : quand aucun obstacle n’existe pour la pandémie (pas de gens guéris et donc immunisés, pas de confinement), les chiffres augmentent de manière exponentielle et sur une échelle logarithmique (avec une échelle normale pour le temps), ils apparaissent comme une ligne droite (rouge). Quand il y a décélération du processus, ils apparaissent comme une courbe dont l’angle fléchit de plus en plus : plus elle est molle plus le processus est endigué.

France

Un fléchissement, mais insuffisamment marqué, trahissant les contradictions et les incohérences dans les mesures d’endiguement (élections municipales, travail se poursuivant dans des secteurs non-essentiels).

Belgique

Évolution difficilement interprétable. Les à-coups reflètent le faible nombre de données.

Suisse

Évolution peu rassurante jusqu’à récemment mais l’infléchissement est depuis quelques jours, bien marqué.

Italie

Malgré le nombre élevé de décès, le processus a bien été endigué.

États-Unis

Aucun fléchissement de la tendance, qui continue d’apparaître comme une droite bien rectiligne, trahissant l’absence totale d’endiguement. En nombre de cas, les États-Unis ont maintenant dépassé la Chine (104.256 > 81.394). Si la tendance se poursuit, le chiffre des États-Unis sera lundi le double de celui de la Chine (comme je l’ai déjà signalé, je vois mal le chiffre final des États-Unis ne pas être au moins dix fois plus élevé que celui de la Chine).

Partager :

Coronavirus : États-Unis vs Chine

© The Wall Street Journal

En nombre de cas de Covid-19 les États-Unis ont maintenant dépassé la Chine. Voyez la tendance pour les États-Unis (ligne bleue) : le mouvement n’est pas près de s’arrêter. Interrogé tout à l’heure par un magazine, j’ai dit que le nombre de cas aux États-Unis serait au total entre 10 et 100 fois supérieur à celui pour la Chine.

Partager :

Un message d’Alexis Weigel de la librairie 47 degrés nord à Mulhouse

Ouvert aux commentaires.

Alexis Weigel habite Mulhouse, ville où les mesures restrictives ont été depuis plusieurs semaines bien plus strictes que dans la plupart des autres villes. Il est l’un des responsables de la librairie 47 degrés nord que je connais puisque j’ai participé à son Forum Latitudes en novembre dernier. Il écrit ceci :

« Le coronavirus rend la situation très compliquée à Mulhouse. Nous sommes tous en difficulté. C’est une tragédie qui est réelle et quotidienne pour tout le monde. Il fut un temps, comme à chaque fois, où la maladie semblait lointaine : « le mari de la vendeuse de la boulangerie l’a attrapé » entendait-on. Aujourd’hui, ce sont nos amis et notre famille, quand ce n’est pas nous directement. Je suis moi-même confiné à la maison depuis un mois en raison de ma fragilité pulmonaire et les précautions prises autour de moi sont infernales. Nous sommes tous concernés sans exception, et nous savons combien le personnel soignant est en souffrance absolue. J’implore je ne sais trop qui pour que le reste de la France soit protégé mieux que nous ne le sommes, parce qu’il nous est très difficile de décrire la tragédie que nous vivons telle qu’elle est réellement et de mettre en garde l’ensemble des gens. Continuer la lecture de Un message d’Alexis Weigel de la librairie 47 degrés nord à Mulhouse

Partager :

Dans les villes, aux rues désertées, les animaux de la forêt reviennent

Dans les rues de Nara au Japon

Paul Jorion, Défense et illustration du genre humain, 2018, pp. 135-136

À l’endroit où les eaux douces du Pargo viennent se mêler à celles saumâtres du Vincin, j’aperçois en contre-bas, dans ce no man’s land marécageux, une aigrette garzette pataugeant avec la circonspection et la solennité qui lui va si bien. Je m’arrête un instant pour observer, vaquant à ses occupations, ce gracieux échassier au blanc immaculé et la pensée qui me vient est une pensée « à la Lévi-Strauss » : « Ne vaudrait-il pas mieux pour que continue d’exister la splendeur paisible d’un tel endroit et de son visiteur, que l’homme vide les lieux ? le plus tôt étant le mieux. 

Continuer la lecture de Dans les villes, aux rues désertées, les animaux de la forêt reviennent

Partager :