Archives par mot-clé : Parti communiste chinois

Chine : prémonition

Giuseppe Castiglione – Le Glorieux règne de l’empereur Qianlong.
Le Blog de Paul Jorion, le 27 juillet 2015 : Chine : « Traverser le gué en tâtant une pierre à la fois »

Teng Hsiao-Ping avait dit à propos de l’exploration chinoise du capitalisme qu’il initiait : “Traverser le gué en tâtant une pierre à la fois”. C’est-à-dire, que l’on garderait un pied dans le communisme et que l’on essaierait de voir prudemment si tel ou tel aspect du capitalisme marche ou ne marche pas, en se réservant toujours la possibilité de revenir un pas en arrière si telle ou telle pierre du gué se révèle trop branlante. À la chinoise : sans confiance aucune accordée à une théorisation quelconque : par essais et erreurs uniquement !

J’avais rappelé cela il y a cinq ou six ans [donc 2009-10] à un groupe d’anthropologues de retour de Chine qui m’assuraient, croix de bois, croix de fer, que le communisme en Chine, c’était fini, f – i – fi, n – i – ni, fini !

Le Monde, cinq ans plus tard, aujourd’hui 7 septembre 2021 : Le virage à gauche de Xi Jinping révèle la crainte d’une occidentalisation de la Chine, par Frédéric Lemaître

Tout se passe comme si, durant une quinzaine d’années, les autorités avaient laissé les jeunes pousses croître et prospérer mais qu’elles estimaient l’heure venue de leur appliquer désormais les règles communes. Ou, plutôt, la seule règle qui vaille dans la Chine de Xi Jinping : la suprématie du Parti. Cette mise au pas va donc bien au-delà du nécessaire toilettage des règles de la concurrence. En l’absence d’explications convaincantes à cette véritable mousson réglementaire, les observateurs en sont réduits à suivre la lecture qu’en a faite un blogueur chinois, un certain Li Guangman.

Nul ne connaît vraiment cet homme mais, son blog ayant été relayé par les plus grands sites officiels – depuis l’agence de presse Chine nouvelle jusqu’au quotidien de l’Armée populaire de libération –, nul ne doute qu’il reflète la voix de son maître. On y lit notamment qu’« un changement profond ou une révolution est en train de prendre place dans les champs de l’économie, de la finance, de la culture et de la politique. (…) Ce profond changement est aussi un retour aux aspirations initiales du Parti communiste chinois, un retour centré sur le peuple, un retour à l’essence du socialisme. (…) Le marché des capitaux n’offrira plus aux capitalistes un paradis où ils pourront s’enrichir du jour au lendemain,[il] ne sera plus un paradis pour les stars efféminées, les nouvelles et l’opinion publique ne seront plus en position de vénérer la culture occidentale. Nous avons besoin de reprendre le contrôle sur le chaos culturel et de bâtir une culture vivante, saine, virile, orientée vers les gens ».

Plus la mesure qui va creuser de manière spectaculaire l’écart entre la Chine et le monde occidental :

interdiction aux moins de 18 ans de jouer plus de trois heures par semaine aux jeux vidéo en ligne…

Partager :

La Chine – Tiens ! Pour voir ce que vous en pensez

Les chercheurs de la Kennedy School de Harvard publient une étude marquante sur l’opinion publique chinoise

Cambridge, MA – Les chercheurs du Ash Center for Democratic Governance and Innovation ont publié aujourd’hui une étude marquante sur l’opinion publique chinoise sur une période de 13 ans, couvrant l’impact politique de trois administrations gouvernementales. Comprendre la résilience du Parti communiste chinois : Un panorama de l’opinion publique chinoise au fil du temps, co-écrite par Edward Cunningham, Tony Saich et Jesse Turiel, présente les résultats de l’étude indépendante de la plus longue durée visant à suivre la satisfaction des citoyens chinois à l’égard des performances du gouvernement. Cette nouvelle étude fournit pour la première fois une importante vision à long terme de la façon dont les citoyens chinois perçoivent leur gouvernement au niveau national, ainsi qu’au niveau régional et local en Chine.
Continuer la lecture de La Chine – Tiens ! Pour voir ce que vous en pensez

Partager :

Coronavirus : la déclaration du Prof. Dong Yuzhen

Ouvert aux commentaires.

Le Prof. Dong Yuzhen dans Le quotidien du Peuple :

Le combat de la Chine contre l’épidémie a montré que le Parti communiste chinois est de loin le parti politique ayant la plus forte capacité de gouvernance de l’histoire humaine.

Source : The Wall Street Journal, le 8 mars 2020

Dans le même article :

À l’époque où l’épidémie était essentiellement cantonnée à la Chine, un grand nombre de personnalités du monde politique occidental ont concentré le tir sur les erreurs commises initialement dans le Wuhan, insistant sur le fait que la libre circulation de l’information dans nos démocraties leur conférait un avantage indiscutable en cas de crise sanitaire d’envergure. Or ce qui apparaît cependant évident aujourd’hui, c’est qu’une telle connaissance des faits ne se traduit pas pour autant nécessairement en actes faisant une différence significative.

Oui, vous ne rêvez pas : il s’agit bien d’un article du Wall Street Journal. Dans Comment sauver le genre humain (à paraître dans 9 jours), vous lirez ceci : que notre choix sera un jour d’acheter le système chinois clé en main, ou de crever. À moins du sursaut d’ici-là que nous cherchons à créer Vincent Burnand-Galpin et moi avec ce livre…
Continuer la lecture de Coronavirus : la déclaration du Prof. Dong Yuzhen

Partager :

Le confucianisme distingue l’homme des autres animaux, par Roberto Boulant

Billet invité. Ouvert aux commentaires.

Dans un article récent (en anglais), titré « Pourquoi la Chine retourne-t-elle au confucianisme ? », le Wall Street Journal analyse les raisons qui poussent le Président chinois Xi Jinping à utiliser les anciennes traditions, pour asseoir la nouvelle puissance chinoise. Un retournement paradoxal, pour qui se souvient de la révolution culturelle et de ses slogans visant à abattre « la boutique de Confucius ».

Continuer la lecture de Le confucianisme distingue l’homme des autres animaux, par Roberto Boulant

Partager :