La Chine – Tiens ! Pour voir ce que vous en pensez

Les chercheurs de la Kennedy School de Harvard publient une étude marquante sur l’opinion publique chinoise

Cambridge, MA – Les chercheurs du Ash Center for Democratic Governance and Innovation ont publié aujourd’hui une étude marquante sur l’opinion publique chinoise sur une période de 13 ans, couvrant l’impact politique de trois administrations gouvernementales. Comprendre la résilience du Parti communiste chinois : Un panorama de l’opinion publique chinoise au fil du temps, co-écrite par Edward Cunningham, Tony Saich et Jesse Turiel, présente les résultats de l’étude indépendante de la plus longue durée visant à suivre la satisfaction des citoyens chinois à l’égard des performances du gouvernement. Cette nouvelle étude fournit pour la première fois une importante vision à long terme de la façon dont les citoyens chinois perçoivent leur gouvernement au niveau national, ainsi qu’au niveau régional et local en Chine.

Depuis le début de l’enquête en 2003 jusqu’à sa conclusion en 2016, les chercheurs du Ash Center ont constaté que la satisfaction des citoyens chinois à l’égard du gouvernement a pratiquement augmenté dans tous les domaines. De l’impact des grandes politiques nationales à la conduite des responsables locaux, les citoyens chinois estiment que le gouvernement est plus compétent et plus efficace que jamais. « Ces forts taux de satisfaction vont à l’encontre de l’argument selon lequel, alors que l’économie chinoise continue de se développer et que les inégalités économiques s’accroissent, les niveaux de satisfaction des citoyens diminueront à mesure que leurs exigences relatives augmenteront », a déclaré M. Cunningham, directeur des programmes du Centre pour la Chine.

Bien que les zones urbaines et côtières chinoises connaissent les taux de croissance les plus élevés, l’enquête a également révélé que les groupes plus marginalisés des régions intérieures plus pauvres sont comparativement plus susceptibles de faire état d’une augmentation de la satisfaction que leurs homologues plus riches des villes côtières chinoises en plein essor. Pourtant, des inquiétudes subsistent. Plus le niveau des services gouvernementaux examinés est bas, plus le niveau de satisfaction rapporté est faible. « Étant donné que la majorité des biens et services chinois sont fournis par le gouvernement local, cet écart relatif persistant dans la satisfaction au fil du temps est une constatation importante », a déclaré Tony Saich, directeur du Centre des cendres.

Alors que les chercheurs du Ash Center ont constaté que les attitudes au cours des quinze dernières années sont largement favorables au gouvernement chinois, l’enquête a également révélé que la perception des citoyens sur les performances du gouvernement en Chine répondent en fait à la plupart des changements dans le bien-être des individus. Cunningham a conclu que « le PCC n’est pas à l’abri des changements d’opinion publique, en particulier dans des domaines comme la corruption, la dégradation de l’environnement, la santé et le niveau de vie en général ».

À propos du Centre Ash pour la gouvernance démocratique et l’innovation

Le Ash Center for Democratic Governance and Innovation de la Harvard Kennedy School fait progresser l’excellence en matière de gouvernance et renforce les institutions démocratiques dans le monde entier. Grâce à ses recherches, son enseignement, ses programmes internationaux et ses prix pour l’innovation gouvernementale, le Centre encourage la résolution créative et efficace des problèmes gouvernementaux et sert de catalyseur pour répondre à un grand nombre des besoins les plus urgents des citoyens du monde.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Partager :

35 réflexions sur « La Chine – Tiens ! Pour voir ce que vous en pensez »

  1. Le peuple chinois , si tant est qu’on peut faire entrer 1 450 000 000 individus dans un panel statistique , s’il a vraiment pour préoccupation la corruption , la dégradation de l’environnement , la santé et le  » niveau de vie en général » , ressemble beaucoup aux autres .

    Comment différencie-t-on le consommateur du citoyen ?

    Préférer plus de « biens  » ou plus de bien ? Plus d’occasions de consommer , ou plus de droit et liberté citoyenne ?

    1. « Préférer plus de « biens » ou plus de bien ? » Tout est dit.
      « grec ou chinois », point de « miracle » pour le genre humain!

  2. Je suis assez dubitatif pour plusieurs raisons :
    1. Les auteurs de l’enquête sont financés par la fondation Ford
    2. ILs se proposent d’améliorer la gouvernance des États, mais aussi ils s’intéressent beaucoup aux problèmes de compétitivité. Le point 1 se confirme, l’orientation idéologique est assez pro-business.
    3. La mise en œuvre a été dévolue à un institut de sondage chinois réputé * On ne sait rien des conditions dans lesquelles les citoyens chinois ont été interrogés aux différentes périodes de référence. Ni dans quelles villes, quelles localités rurales.
    4. Cette enquête consiste en une analyse plus quantitative que qualitative, ce qu’il faut relier au point 2. (Les questionnaires non dirigés consistant en l’analyse de contenu des paroles ou écrits des interviewés sont plus instructives. )

    *« The survey referenced in this brief was designed by the Harvard Ash Center for Democratic Innovation and implemented by a reputable domestic Chinese polling firm. »

    Le problème d’une enquête dans un pays policier comme la Chine c’est qu’il est très difficile de statuer sur le caractère spontané des réponses. Renseignent-elles sur une augmentation effective de la confiance de citoyens envers les autorités centrales et/ou locales au fil du temps ou bien renseignent-elles sur une augmentation de la peur de faire de ‘mauvaises’ réponses ?

    Peut-on sérieusement statuer sur la viabilité d’une gouvernance telle que la pratique la Chine à l’aide d’un sondage ?
    Mon sentiment en définitive c’est que les mailles du filet sont bien trop lâches pour en tirer quelque chose de vraiment neuf.
    Cela ne m’étonne pas que des auteurs pro-business sortent une telle étude, car le capitalisme est tout à fait compatible avec les régimes autoritaires.

    1. Je ne serais pas aussi catégorique que toi Pierre-Yves, je pense au contraire que ce que les auteurs de cette étude/sondage nous montrent, ce sont 1) cette corrélation remarquable qui existe entre croissance et satisfaction, et 2) ce régime autoritaire chinois qui se retrouve donc désormais pieds et mains liés à cause d’elle (la trappe/le piège du capitalisme en quelque sorte, ce dont on pouvait amplement intuitivement se douter)…

      Car l’arrivée de la Covid-19 pourrait bien être le déclencheur d’une longue période d’insatisfaction en Chine, ce cœur incontesté de la production mondiale, du fait d’une croissance internationale désormais littéralement en chute libre, et ceci d’autant plus si deuxième vague il y a ; or, ne soyons pas dupes, deuxième vague il y aura…

      Alors quelle politique publique faudrait-il mener pour pouvoir remédier à tout ça ? Telle est la question sous-jacente posée par cette étude… 😉

      1. Philippe, oui c’est que montre cette enquête, si l’on fait abstraction des biais possibles sur lesquels je me suis sans doute exagérément appesanti. Et du reste cette corrélation a déjà été maintes fois mises en avant par les sinologues et autres analystes de la politique en Chine.

        Pour ce qui est de la nouvelle donne, les propos récents de Li Keqiang, le premier ministre Chinois, sont éloquents. ILs sont venus comme contredire les grandes déclarations du président XI comme quoi la Chine s’acheminait rapidement vers la prospérité.
        Lors d’une conférence de presse Li Keqiang a en effet déclaré que 600 millions de Chinois vivent avec en moyenne avec un revenu de 1000 yuans par mois, soit sous le seuil de pauvreté.

        Donc il y a la croissance comme facteur d’adhésion, mais ce n’est pas le seul facteur sur lequel s’appuie le régime, il y a aussi la fibre nationaliste, appuyé par un appareil de propagande et de censure hors norme. A noter que le coup de force tout récent à Hong-Kong intervient précisément à un moment où l’économie est en difficulté. L’unification idéologique et politique de la Chine est un plan qui ne date pas de la crise du Covid19 mais celle-ci a été un évènement favorable pour accélérer le mouvement.

        https://www.courrierinternational.com/revue-de-presse/pauvrete-600-millions-de-chinois-tres-loin-detre-bling-bling

        Pour l’heure le dogme de la croissance ne semble pas entamé en Chine, mais cela va-t-il durer ? Comme tu le suggères ce n’est pas tenable, que ce soit en Chine ou ailleurs.

      1. Nicolas,
        Je vais finir par penser que vous êtes en service commandé, car le plus souvent vous n’intervenez sur ce blog que lorsque je commente la politique chinoise.
        Mais je prends cela comme un honneur, celui d’être commenté par une personne qui estime que je dis des choses qui ne devraient pas être dites.

      2. @ Pierre-Yves

        Vous n’arrêtez pas de parler de liberté d’expression, mais dès qu’on n’est pas d’accord avec vous, on est en service commandé. Drôle de conception de la liberté d’expression.

        En passant, sur HK, il faut reconnaître que notre presse ne donne qu’une seule version. Elle ne publie jamais ce que pensent réellement les résidents à HK. Et en voici une lettre d’un résident à HK à destination du Premier ministre britannique: https://www.chinadailyhk.com/article/133866#Open-letter-to-the-Prime-Minister-of-the-United-Kingdom

  3. Ne dit-on pas que les insatisfactions dues à des frustrations matérielles s’avèrent être parfois un truc de nantis et les satisfactions sacrificielles en échange de l’idée d’appartenance à un grand dessein, un truc de pauvre… Hitler n’a-t-il pas creusé cette veine avant les dictateurs chinois à la poursuite d’un suprématisme mondial? Si l’on s’inscrit dans ce type de gestion, il faut donner toujours plus et de façon plus abusive aux nantis pour les satisfaire en se garantissant leur collusion tout en n’offrant que l’illusion d’un avenir en marche aux pauvres ; à la manière d’une marche des fiertés devant vous projeter dans un avenir radieux, qui le sera d’autant plus (radieux) que les sacrifices seront grands…
    Chez Macron, on promet aux uns les relocalisations, la restauration des filières, l’emploi et l’indépendance nationale, l’écologie (mais pas pour tout de suite, c’est pour demain voire après-demain…) pendant que pour les autres s’organisent les shoots d’argent facile de la BCE, dans un aléa moral total comme après 2008 (et là c’est tout de suite, incessamment sous peu et peut-être même avant…)

  4. Au lieu de lire des enquêtes d’opinion qui n’ont qu’un intérêt très ponctuel, je vous propose de lire ce que Emmanuel Todd nous dit de la structure familiale chinoise qui est du type ‘famille tronc » avec des caractéristiques bien particulières. On a, au moins comme ça, un début d’explication des comportements politiques dans les différentes parties du monde, y compris en Europe et en Amérique.

    1. « Tronc » ou « souche » ?

      Je ne possède pas complètement l’approche de Todd par les structures familiales , et je lui reconnais une pertinence dans le décryptage des comportements politiques des membres d’une société politique .

      Je lui préfère pourtant des approches de type P2L ( sans doute parce que je les ai fréquentées plus tôt !) , qui me semble plus proches des fonctionnements de « l’animal sapiens  » , et faire plus de place à la complexité de la formation des comportements , et à ses « degrés de liberté » ..

      Mais , quelques soient les approches , elles n’ont pour moi pas de « vérité » génératrice absolue ou trop prédictive , et ne sont que des repères , plus ou moins riches et méthodologiques , pour tenter de comprendre  » d’où ça peut venir , à qui ça ressemble maintenant , et où ça pourrait aller;  »

      On échappe jamais au juge de paix du suivi des évolutions et potentielles contradictions , sur la durée .

      De ce point de vue , 13 ans de suivi , si ça peut suffire pour mesurer une évolution d’appréciation matérielle , ça me parait bien peu pour mesurer l’évolution ou l’absence d’évolution de la satisfaction et/ou de la demande « politique  » d’une société . Nous serons donc d’accord sur ce dernier point .

      1. « Famille-Souche » : En allemand, souche, c’est ~ le même mot que « stem » pour les deux, troncs et souche : Stamm.

        (la StammTisch, la table à grosse base en forme de souche où l’on se réunit en bande , ou en mode collectif etc., au fond de l’auberge)

        Le résume 45% jorionien 55% hégélien pour ceux qui ont raté les épisodes précédents, c’est que « la ferme hérite du fils », ou « the (factory) show must go on ».

    2. Yess!
      En plus, pourquoi s’embêter avec des has-been.

      Ce genre de truc, comme le signale PYD, en dit plus sur les commentateurs que sur les commentés.
      Ce serait d’ailleurs intéressant d’avoir un avis d’un ou plusieurs chinois sur ce truc.
      Passe que ce truc leur construit des barreaux (à leur cage) encore plus pernicieux que ceux du PCC et autres ‘religions’ asiatiques , à supposer qu’ils en aient connaissance. Dieu ou le Diable les en garde.

  5. Chine 1.400.000.000 habitants 1 ministre de la santé 4641 morts
    Belgique 10.500.000 habitants 7 ministres de la santé 9778 morts
    Et c est comme cela dans tout le monde dit  » libre  » ! ( dit par lui meme d ‘ailleurs ) !
    Personnellement je n ai aucun mal a comprendre la satisfaction du peuple Chinois pas plus que son comportement politique !
    Je suppose qu un Chinois lit les nouvelles du monde , lui aussi !

  6. Pour penser quelque-chose de quelque-chose, il faut des connaissances de ce quelque-chose. Je n’ai pas ces connaissances mais les mots qui viennent à l’esprit, sont une planification efficace et très autoritaire et une culture absolument différente et complexe qui nous laissent cois. Ce que je dis précédemment est évidemment un a priori grossier.

  7. Il n’y a rien d’étonnant là-dedans. Leur situation s’améliore, pourquoi seraient-ils mécontents de leur gouvernement? Ce n’est d’ailleurs pas par rapport à un gouvernement étranger que le « calibrage » du jugement se fait. C’est par rapport aux gouvernements chinois d’un passé pas si lointain (soit Mao and co).
    En Russie aussi ils ont été mécontents sous Eltsine (dégradation de leur condition de vie) et sont maintenant contents sous Poutine (amélioration de leur niveau de vie par rapport à l’époque communiste ou à la période Eltsine). Cela ne signifie aucunement que des Français ou des Américains seraient contents d’avoir Poutine comme chef d’Etat.

    Et oui, c’est évident aussi que ce contentement est directement lié à la croissance (et à la redistribution de celle-ci). C’est d’ailleurs ce qui crée le mécontentement dans les pays riches: moins de croissance et moins bien répartie qu’avant.

    On enfonce là des portes ouvertes je trouve.

  8. Demain, j’ose espérer que je pourrai lire ce titre à la UNE :

    « Les chercheurs de la Kennedy School de Harvard publient une étude marquante sur l’opinion publique US – Les chercheurs du Ash Center for Democratic Governance and Innovation ont publié aujourd’hui une étude marquante sur l’opinion publique des Etats-Unis sur une période de 12 ans, couvrant l’impact politique de trois administrations gouvernementales, celle de G.Bush, celle de B.OBama & celle de D.Trump. « 

    1. ON risquerait encore une fois d’aboutir à des concluions tellement générales qu’on resterait sur notre faim. Et puis pour savoir si les gens sont contents ou pas, il y a les élections. (Il est vrai en Chine il n’y a pas d’élections ! Raison de plus pour s’abstenir de donner dans l’enquête de satisfaction dans des pays où la liberté d’expression est muselée, qu’aurait-ton pu tirer d’une enquête de satisfaction réalisée dans l’Italie de Mussolini ? Faut-il avoir fait Harvard pour savoir que les gens sont de plus en plus contents ? Bref, finalement je trouve qu’il y a un problème éthique et politique dans l’idée même de faire des enquêtes de satisfaction dans ces pays.
      Les élections ont beaucoup de défauts, mais elles sont déjà plus fiables et surtout plus riches d’enseignement que des sondages car lors des élections interviennent un tas de biais mais ces biais sont analysables comme tels. On saura que tel candidat avec beaucoup d’argent à mettre sur la table pour faire campagne, que tel autre a fait ceci ou cela. L’enquête de type Harvard (c’est une marotte d’ailleurs des universités américaines, que de pendre deux variables et tenter d’établir une corrélation, ils font ça avec à peu près tout et n’importe quoi) simplifie tellement les choses, que comme dans l’approche courante du capitalisme où toute notion d’agent a disparu, tous les enjeux ont disparu du tableau.

      1. En Chine, il n’y a pas d’élections pluralistes mais en 2017, aux USA, madame Hillary Clinton a eu sur son nom deux millions de voix supplémentaires que son concurrent direct M.Donald Trump. Bizarrement, c’est le second moins représentatif qui a été élu. C’est vraiment pas de chance ! Partout  » les grands électeurs  » – qu’ils soient du Politburo ou de l’oligarchie US – veillent au grain . L’important pour eux, c’est que le peuple majoritaire ne parvienne jamais au pouvoir car il pourrait avoir de trop bonnes idées : comme par exemple changer les règles du jeu électoral, actuellement faussées, à dessein.

      2. Hervé,
        Ce que vous dites est exact, mais cela confirme ma thèse :
        Le système électif américain est injuste, mais cette injustice est connue, on la mesure même au nombre de voix près, on s’en émeut, on en débat aux US et on peut même encore espérer que la loi change.
        D’une certaine façon la démocratie c’est le moyen qu’a trouvé l’injustice du monde pour mettre sur la table tous les biais.
        Cela ne le rend pas moins injuste de le savoir que tous ces biais existent, mais c’est tout de même mieux qu’un système où on peut juste fermer sa gueule, et risquer s’être emprisonné sans procès.

  9. Je suppose que chacun s’interroge d’abord sur la validité de l’enquête, si loin de chez nous ?
    Chacun s’est interrogé sur la valeur des statistiques de malades et de mortalités Covid-19. Il est une réponse que je n’ai pas trouvée dans mes lectures trop rapides de ces dernières semaines: existerait-il une ou des thérapies chinoises anti-Covid-19 ? ET qui participeraient alors à la moindre mortalité affichée.
    J’ai entendu parler d’une tisane de 12 ou 15 herbes. Je ne doute pas que cela fera rigoler notre « comité scientifique » qui ne peut même pas imaginer que des tisanes puissent avoir un effet contre une maladie virale – surtout prise en retard. Car ce sont les vitesses de réaction qui font la différence dans le développement de la maladie et d’une éventuelle réponse thérapeutique, en plus des questions de terrain personnel.
    Si on aborde cette pathologie multiphasique comme une succession de stress qui attaquent différents tissus, des tisanes selon un mode d’emploi qui reste à définir, ou jointes à une acupuncture suivie peuvent avoir un véritable effet thérapeutique. Il faudra un médecin chinois pour en livrer les détails.
    Mais cela resterait très difficile à traduire en mode occidental surtout pour l’esprit qui s’estime « cartésien » ! Le cartésien découpe selon les pièces qu’il connait mais en oublie beaucoup parce qu’il ne les connait pas. Bref difficile de faire une opinion avec des grilles de lecture si disparates car si profondément culturelles.

    1. Effectivement des remèdes à base de plantes ont été administrées dans les hôpitaux chinois lors de la crise.
      Si l’on en croit certains articles ils auraient prouvé une certaine efficacité, mais comme vous le remarquerez il est difficile d’en juger quand on a pas l’expertise. Cela doit bien exister en France des gens qui pourraient nous apporter des précisions utiles mais jusqu’ici ils ne se sont pas manifestés,
      Pour info Artemísia annua, la plante médicinale qui pousse sur le territoire malgache et dont le président Malgache fait la pub et surtout organise la diffusion dans son pays, est une plante connue depuis fort longtemps dans la pharmacopée chinoise. Elle a été utilisée lors de cette crise associée à d’autres plantes, notamment dans le remède suivant où les autres plantes sont : Locinera Japónica, Fritilaria thunbergii, Scutellaire du Baïkal, Arctium lappa.

      Dans cet article en chinois et en anglais quelques précisions sur 3 remèdes différents, donc celui que je viens de mentionner et au sujet duquel il est écrit :

      Jinhua Qinggan Granule was developed during the 2009 H1N1 influenza pandemic. It consists of 12 herbal components including honeysuckle, mint and licorice and can clear heat and detoxify lungs.

        It has a curative effect in treating mild and moderate patients and can also improve the recovery rate of lymphocyte and white blood cells as well as reduce the rate of patients turning more severe.

        In early February, 102 mild patients in Wuhan took Jinhua Qinggan Granule in their treatment. Only 11.8 percent worsened and it took only one and a half days for patients to reduce fever.

      A comparative experiment showed that patients who took Jinhua Qinggan Granule tested negative for coronavirus two and a half days earlier than a group that did not take the granule. The group treated with the granule also took eight days to show improvement, while the other group took 10.3 days.

      1. Une question naïve d’un « scientiste primaire » (un cousin à moi) : « Pourquoi aller péniblement rechercher dans le cocktail de molécules qu’est un jus de plante, une molécule dont on sait qu’elle est active et qu’on peut aussi bien la produire en usine ? »

        P.S. Je vous rassure : ce cousin est absolument infréquentable et nous avons décidé concurremment il y a 23 ans de ne plus l’inviter à aucune fête de famille.

      2. Mon interrogation était moins une comparaison entre les médecines « plus ou moins naturelles » et la chimie occidentale que de suggérer ( rien de plus) qu’il y a aussi des patients en début de maladie qui ont su ou pu en bloquer l’évolution par des procédés que ne reconnait vraiment l’Académie de médecine occidentale. Il se trouve que le processus viral n’est que l’allumage d’un syndrome pathogénique à plusieurs étages et qu’en intervenant très tôt des traitements variés ont pu en freiner ou bloquer le processus – selon des mécanismes biochimiques qui sont encore en cours de définition. Si l’activité de espèces réactives de l’oxygène est connue depuis plus d’un demi-siècle le concept d’homéostasie redox cellulaire ne remonte qu’à l’an 2000 et les « spécialistes » pataugent encore quant à des thérapeutiques personnalisées – Vous avez remarqué combien nous sommes tous différents et inégaux devant certaines pathologies dont les proliférations virales qui nous tombent dessus tous les ans !
        Bref, Je n’ai aucun doute que des « remèdes de bonne femme » ont pu soulager bien des baisses de forme débutantes sans pour autant être considérés comme légitimes…. ce que je conteste.

      3. J’ai failli oublié une saine lecture Le Télégramme de Brest : le retour du sérum de Quinton ( = eau de mer stérilisée) qui fit des miracles au début du siècle passé en médecine humaine et vétérinaire et qui ne demanderait qu’à continuer d’en faire si une Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) n’était pas hors de prix : c’est une technique administrative conte l’intérêt général. Mais je la recommande à tous, contre tout !!! J’entends déjà les attaques contre une telle « croyance » !

        « Se laver le nez avec une solution d’eau de mer pourrait-il faire reculer les symptômes du Covid-19 ? Cette technique ayant montré ses preuves dans le traitement d’autres virus de la même famille, des chercheurs écossais lancent une étude sur le SARS-CoV-2.
        Aucun traitement, aucun vaccin n’ont encore été mis au point contre le Covid-19. Mais les recherches se poursuivent intensément et une nouvelle piste se dessine. Celle-ci concerne le traitement des premiers symptômes de la maladie. Simple et peu onéreux, il consisterait à nettoyer le nez des malades à l’aide d’une solution d’eau de mer.
        L’étude ne fait que commencer mais les chercheurs ont bon espoir. En effet, leur hypothèse se base sur les résultats d’autres travaux concluants, menés auprès de patients souffrant de rhumes dus à quatre autres coronavirus. Ils supposent donc que les effets pourraient être les mêmes dans le cas du SARS-CoV-2.

        Deux jours de symptômes en moins. Ainsi, au cours de précédents travaux, les scientifiques de l’Université d’Édimbourg ont constaté que les participants qui faisaient des gargarismes et nettoyaient leur nez à l’aide d’une solution d’eau salée présentaient moins de symptômes (toux, congestion nasale…) que les autres. La durée des symptômes était aussi raccourcie de deux jours par rapport aux participants n’ayant pas utilisé cette technique.

        Selon les auteurs, « le sel de l’eau de mer agit comme un booster de cellules de défense antivirale qui se déclenchent lorsqu’un rhume survient ». De plus, les participants ayant utilisé l’eau de mer avaient moins de risque de transmettre le virus et prenaient moins de médicaments.
        Pour déterminer si le SARS-CoV-2 pourrait réagir de la même manière, les chercheurs recrutent actuellement des adultes souffrant de premiers symptômes de Covid-19. À suivre.

        https://www.letelegramme.fr/sante/de-l-eau-de-mer-contre-les-premiers-symptomes-du-covid-19-30

  10. “Ashes to Ashes”
    .. »le Centre encourage la résolution créative et efficace des problèmes gouvernementaux et sert de catalyseur pour répondre à un grand nombre des besoins les plus urgents des citoyens du monde. »..

    Ils se présentent comme une interface « bidirectionnelle » entre nous et les oligarchies de tous bords.
    Nos chefs sont tellement occupés à laisser une trace dans l’histoire qu’ils doivent s’en remettre à « Ashes to Ashes » pour se faire expliquer les cons et comment des trucs innovants vont leurs permettre de les oublier.
    “Ashes to Ashes” Le philosophe ou bien le fou du Roi ?
    Chaque année qui passe, plusieurs couches s’ajoutent entre nous et nos chefs de pacotilles (statistiques Raoultiennes, mathématiques économiques, sondages psychologiques..).
    Aux altitudes stratosphériques qui leur tiennent lieu de résidence, nous ne sommes plus que « Ashes » abstraites et insignifiantes.
    Gasp..

Les commentaires sont fermés.