Étiquette : Rupert Murdoch

  • Vidéo – Cryptomonnaies, Ukraine, Donald Trump, le 15 novembre 2022

    Argent de Monopoly – David et Goliath – la baudruche Trump se dégonfle… Lire la suite…

  • Vidéo – Donald Trump sera poursuivi II. Pris en tenaille

    La commission d’enquête parlementaire et le ministère de la Justice l’attaquent par deux côtés.… Lire la suite…

  • L’Amérique de M. Trump : petits faits significatifs de la journée d’hier

    Ouvert aux commentaires.

    Steve Bannon entend survivre au chaos qui s’annonce

    Steve Bannon, stratège en chef à la Maison Blanche, personnalité de l’Alt-right fascisante, dont j’avais dit hier matin que contrairement à ce que tout le monde affirmait alors, il ne serait pas limogé dans la journée, s’est adressé à la presse de gauche. La raison : quel que soit le sort le Trump maintenant, il entend conserver le droit de parler en son propre nom. En montrant qu’il n’est pas un imbécile, il dissocie automatiquement son avenir de celui de son patron.… Lire la suite…

  • LIBÉRATION, « Il faut pénaliser le pillage et la rapine », le 18 juillet 2012

    « Il faut pénaliser le pillage et la rapine »

    Pour l’économiste et anthropologue Paul Jorion, le système financier est toujours en manque de régulation.

    Le scandale du LIBOR, c’était en 2008 et dans la quasi indifférence. Aujourd’hui l’indignation est totale. Pourquoi ?

    C’est une situation spécifique à la Grande-Bretagne. C’est là qu’est apparu un contexte qui a permis à l’opinion publique d’avoir le sentiment d’avoir véritablement identifié les raisons de la crise. Et soudainement, au moment où l’on fait savoir publiquement qu’une banque britannique, la Barclays, a triché et qu’elle doit pour cela payer une amende d’un montant considérable, la maîtrise de la réaction que manifeste la population échappe entièrement à ceux qui ont mis en scène cette condamnation sur un mode théâtral et totalement aseptisé.… Lire la suite…

  • LE MONDE-ÉCONOMIE : « LE SCANDALE DU LIBOR, C’ÉTAIT EN 2008 », lundi 16 – mardi 17 juillet

    Le scandale du LIBOR, c’était en 2008

    The English version of this post can be found here.

    Quand l’affaire du LIBOR éclata en avril 2008, les commentaires de la presse furent pour le moins laconiques. Quand le feu qui couvait reprit le mois dernier avec la condamnation de la Barclays pour avoir manipulé ces taux réglant les prêts en dollars que les banques se consentent entre elles, on assista au contraire à un feu d’artifice médiatique. La Barclays était alors l’une des seize banques (18 aujourd’hui) en charge de communiquer les données qui permettent le calcul de ces taux.

    Un événement qui n’avait provoqué qu’un froncement de sourcils en 2008 fait trembler aujourd’hui sur ses bases non seulement la City mais la finance toute entière.… Lire la suite…

  • LES QUATRE ANS QU’IL FAUT POUR FAIRE UNE INFAMIE

    Ce texte est un « article presslib’ » (*)

    The English version of this post can be found here.

    Vous m’avez vu au cours des années récentes faire quelquefois des calculs d’apothicaire du genre : « Il a bien fallu quatre ans – entre 1933 et 1929 – pour qu’on commence à prendre de véritables mesures à l’époque de la Grande Crise ! ». Et ce genre de calcul me conduisait – puisque rien ne se passait – à des réflexions désabusées comme celles que j’exprimais récemment lorsque je me demandais le 28 juin s’il ne fallait pas arrêter le blog.… Lire la suite…

  • UN MONDE TRÈS « COSY » (POUR CERTAINS), BEAUCOUP MOINS POUR D’AUTRES

    Ce texte est un « article presslib’ » (*)

    Quand j’ai écrit hier dans mon deuxième billet de la journée consacré à la perte de 2 milliards de dollars chez JPMorgan,

    Ah ! Nous ne sommes pas à court d’hommes et de femmes à montrer en exemple à la jeunesse ! (Demain, dans la même série : les responsables du groupe de presse Murdoch et les ministres britanniques qui couchent dans leur lit),

    mon allusion à News Corp. le groupe de presse de Rupert Murdoch n’était qu’une boutade : je n’avais aucune intention d’y consacrer un billet aujourd’hui. L’actualité en a décidé autrement avec l’inculpation ce matin pour détournement du cours de la justice, destruction de preuves essentiellement, de six personnes dont Rebekah Brooks, qui fut à différentes époques la rédactrice en chef du Sun et de News of the World, deux fleurons du groupe Murdoch et de ce que les Britanniques appellent la « gutter press », le « gutter » étant la rigole le long du trottoir, encore appelée « ruisseau ».… Lire la suite…

  • NOUVELLES DE LA DÉMOCRATIE

    Je suis depuis tout à l’heure la retransmission en direct de l’audition de Rupert et James Murdoch, père et fils et, en ce moment, Rebekah Brooks, devant une commission du parlement britannique.

    Un incident récent a été la tentative par un « entarteur » d’entarter Rupert Murdoch qui répondait aux questions que lui posaient les membres de la commission. Très significatif à mon sens a été la différence de réaction entre le fils et l’épouse du magnat de la presse au moment où l’activiste, le comédien Jonnie Marbles, attaque sa victime : le fils fait un geste pour se protéger le visage, tandis que l’épouse (Wendi Deng Murdoch, née en 1968 à Jinan, dans le Shandong) bondit sur l’assaillant avec une telle vigueur qu’un député complimentera Murdoch sur « l’excellent crochet du gauche » de son épouse (en fait, du droit).… Lire la suite…

  • LE GRAIN DE SABLE

    Ce texte est un « article presslib’ » (*)

    Il est difficile de savoir quelles seront les conséquences ultimes de l’affaire des écoutes de News of the World, l’hebdomadaire à sensation appartenant à la branche britannique de News Corporation, l’empire de presse de Rupert Murdoch, mais si un diagnostic devait être posé à l’instant-même, ce serait celui de la fin prochaine de cet empire, emporté par la tourmente, et la mise à jour en parallèle d’un torrent d’informations révélant les relations « cosy », comme disent les Britanniques, « de copinage », qu’entretiennent de grandes entreprises jugeant que la loi, c’est pour les autres, avec la classe politique et les milieux policiers, qui obtempèrent en échange de privilèges et avantages divers.… Lire la suite…

  • GROSSES ENTREPRISES ET GOUVERNEMENTS : LE CAS DE LA GRANDE-BRETAGNE

    J’indiquais tout à l’heure que le thème de mon intervention sur France Culture ce soir est : « Un axe constitué de grosses entreprises et de gouvernements s’est-il constitué pour faire régner l’ordre sur l’internet ? »

    Il n’y a pas que l’internet, puisqu’on apprenait il y a deux heures à peine l’arrestation en Grande-Bretagne, pour écoutes téléphoniques et corruption de policiers, de Rebekah Brooks, rédactrice en chef du magazine défunt – car sabordé en raison d’un scandale d’écoutes téléphoniques – News of the World, et l’une des dirigeantes, jusqu’à sa démission vendredi, de l’empire de presse de Rupert Murdoch (de double nationalité australienne et américaine).… Lire la suite…