LIBÉRATION, « Il faut pénaliser le pillage et la rapine », le 18 juillet 2012

« Il faut pénaliser le pillage et la rapine »

Pour l’économiste et anthropologue Paul Jorion, le système financier est toujours en manque de régulation.

Le scandale du LIBOR, c’était en 2008 et dans la quasi indifférence. Aujourd’hui l’indignation est totale. Pourquoi ?

C’est une situation spécifique à la Grande-Bretagne. C’est là qu’est apparu un contexte qui a permis à l’opinion publique d’avoir le sentiment d’avoir véritablement identifié les raisons de la crise. Et soudainement, au moment où l’on fait savoir publiquement qu’une banque britannique, la Barclays, a triché et qu’elle doit pour cela payer une amende d’un montant considérable, la maîtrise de la réaction que manifeste la population échappe entièrement à ceux qui ont mis en scène cette condamnation sur un mode théâtral et totalement aseptisé. Les metteurs en scène, régulateurs et gouvernants, pensaient qu’une condamnation de principe ferait l’affaire et que le règlement / liquidation du scandale passerait comme une lettre à la poste. En vain : c’est l’écœurement qui mène en réalité le bal. Le gouverneur de la banque d’Angleterre, Sir Mervyn King, le régulateur en chef, Lord Adair Turner, sont obligés de reconnaître que la réaction de l’homme de la rue a dépassé en ampleur tout ce qu’ils avaient prévu.

Pourquoi une telle réaction ?

Parce qu’il existe depuis un an exactement un climat extrêmement délétère en Angleterre. En juillet 2011, les Britanniques découvraient que la compagnie News Corporation de Rupert Murdoch avait pris un ascendant extraordinaire sur la manière dont les affaires sont menées à tous les niveaux Outre-Manche. On ne parle pas ici simplement de l’influence excessive d’un groupe de presse sur la politique d’un gouvernement, mais de la manière invraisemblable dont cette compagnie avait perverti le fonctionnement de la démocratie. News of the World, organe de presse caniveau, appartenant à l’empire Murdoch, avait piraté les téléphones de plus de 4 000 personnes en Angleterre. Et quand des plaintes étaient déposées, elles n’aboutissaient jamais parce que Murdoch corrompait les services de police qui étouffaient alors les affaires.

La population est encore sous ce choc ? 

Certainement. Alors, quand on vient lui expliquer que les grandes banques du pays communiquaient des chiffres falsifiés concernant les taux d’intérêt prévalant sur les marchés interbancaires, et ceci pour grappiller de misérables avantages financiers ici ou là, l’écœurement apparaît en surface. On dit en français : « la goutte qui fait déborder le vase », l’expression anglaise n’est pas moins parlante : « la paille en plus qui brisa le dos du chameau ».

Mais cet écœurement renvoie-t-il aussi à la manière dont a été gérée la crise des subprimes, et ce depuis près de quatre ans ?

C’est évident. On nous a répété : « la crise des subprimes est un simple dysfonctionnement dans la manière normale dont opère la finance : la panne sera rapidement réparée ! ». Mais les nouveaux scandales, en Angleterre ou ailleurs, mettent en évidence la trame de trafics à la petite semaine dont est constitué le système financier tout entier. La finance triche sur tout et partout, même pas avec panache : médiocrement. Et ceci sous le regard nonchalant d’une classe dirigeante arrogante qui trouve évident que celui qui dispose du pouvoir arrange ses affaires selon son bon plaisir.

Pourtant, il n’a jamais été autant question de régulation…

Qui pourrait croire qu’une régulation de la finance a été adoptée et serait sur le point d’être mise en œuvre ? On se paie de mots. Aux États-Unis, la tentative de régulation que constitue le Dodd-Frank Act reste lettre morte, ses adversaires ont fait en sorte que les fonds permettant de recruter les équipes qui devraient le mettre en application, ne soient jamais réunis. Au contraire, le rouleau compresseur de la dérégulation financière poursuit sa progression inexorable, et en Europe plus particulièrement.

C’est-à-dire ? 

Que propose la Troïka constituée de la BCE, du FMI et de l’UE lorsqu’elle va imposer ses diktats en Grèce ? Que se poursuive ce mouvement de dérégulation financière. La finance dirige le monde depuis plus de trente ans. Le moyen qui lui a permis de prendre chacun en otage, c’est l’explosion du crédit que la concentration de la richesse nécessite puisqu’il ne reste aucun pouvoir d’achat aux salariés. Le seul moyen de lui faire rendre gorge est de pénaliser le pillage et la rapine : ramener la rémunération des avances que sont les dividendes à un niveau décent et le salaire des dirigeants des grandes entreprises dont le comportement nous fait trop souvent honte au niveau de leur réelle compétence – niveau très éloigné de l’opinion qu’ils s’en font personnellement.

Partager :

92 réflexions sur « LIBÉRATION, « Il faut pénaliser le pillage et la rapine », le 18 juillet 2012 »

  1. si la régulation se mettait à rapporter de l’argent
    elle se mettrait à cogiter comment faire des bénéfices…

    curieusement quand on entend que telle boite ou société à été condamnée pour prise d’intérêt, entente frauduleuse etc à des milliards d’amendes
    et jamais personne pour vérifier si c’est vraiment payé
    et de toute façon l’amende était quasi intégrée dans le bénéfice à frauder
    c’est la notion même d’amende qui ne joue pas dans toutes ses situations
    il faudrait substituer le remboursement intégral
    ça refroidirait l’ambiance
    mais ce n’est pas le but, juste une mise en scène
    ( comme c’est contraire à l’idée de justice telle que prévue par la loi yen a qui sont tranquille pour un bon moment, le système est fait pour confirmer la puissance du plus gros malfrat)

    donc en même temps que revoir la copie des économistes il faudra revoir celle de la justice.

  2. La faiblesse de la législation judiciaire, la rareté des peines et le fait que les amendes ne représentent qu’une partie infime du bénéfice réalisé ne peut qu’accroître ce type de procédé frauduleux. Deux crises économiques majeurs viennent de frapper les 5 dernières années, et le niveau de vie a baissé par la cherté des prix, ainsi les populations sont moins enclin à comprendre ses dérives, qui sont monnaies courantes.

    La situation s’est très fortement dégradé pour les citoyens, qui n’ont aucun lobby représenter dans les instances nationales ou internationales de décisions, qui sont dans l’impossibilité de faire appel à une multitude d’avocats et de recours d’avocats pour eux-même ou leurs défenses à l’état social. Les escroqueries financières ont un impact sur le niveau de vie du citoyen, qui voient ses revenus baissés tandis que les sommes colossales des bénéfices réalisés ne seront de toute manière pas récupérer par un quelconque appareil policier, judiciaire ou autres.

    Même les sources qui fixent des repères ou des implications sur les taux d’intérêts comme les agences de notations sont sujettes à caution, à partir du moment où un AAA=subprimes. Une partie de la population américaine s’est vu expulser de son logement, sans aucun moyen de conciliation par rapport à un impact financier qui a pourtant rapporter énormément d’argent. Ce n’est que l’un des nombreux exemples montrant une dérive du système financier et économique.

    La faiblesse de la représentation des citoyens dans les processus de décision, de l’économie ou de la finance a créé un fossé entre d’un côté, une masse marginalement représentée et moteur principal de l’économie en consommation (par son volume) et, des choix économiques et financiers avec conflits d’intérêts régulier qui sont non seulement sur-représentés montrant la situation actuelle mais aussi représentant la quasi-inexistence des décisions par les citoyens dans le monde moderne.

Les commentaires sont fermés.