LE GRAIN DE SABLE

Ce texte est un « article presslib’ » (*)

Il est difficile de savoir quelles seront les conséquences ultimes de l’affaire des écoutes de News of the World, l’hebdomadaire à sensation appartenant à la branche britannique de News Corporation, l’empire de presse de Rupert Murdoch, mais si un diagnostic devait être posé à l’instant-même, ce serait celui de la fin prochaine de cet empire, emporté par la tourmente, et la mise à jour en parallèle d’un torrent d’informations révélant les relations « cosy », comme disent les Britanniques, « de copinage », qu’entretiennent de grandes entreprises jugeant que la loi, c’est pour les autres, avec la classe politique et les milieux policiers, qui obtempèrent en échange de privilèges et avantages divers.

La vague de démissions et d’arrestations au sein-même du groupe Murdoch, s’accompagne depuis deux jours de démissions au sommet de l’appareil policier, dont celle du chef de Scotland Yard lui-même, qui n’hésite pas à mouiller le premier ministre David Cameron dans une lettre trop détaillée pour ne pas laisser percer une tonne de ressentiment.

Effractions au fil des ans des boîtes vocales de personnalités et de victimes de faits divers, dont le nombre pourrait s’élever à 4.000 personnes, suivies de corruption de la police à grande échelle, chaque fois que des plaintes étaient vainement déposées. Soulignant l’existence de la « revolving door », la porte tournante entre emplois au sein du groupe Murdoch et dans les instances gouvernementales et administratives. Un phénomène déjà observé aux États-Unis dans le cas de « Government Sachs » au moment-même où la firme – on le sait maintenant – mobilisait son inventivité dans des paris pris sur l’effondrement du secteur immobilier américain, qu’elle ne manquait pas de précipiter du coup.

Méfaits d’un côté, autorités étouffant les affaires de l’autre : la machine était bien huilée. Ce qui l’aura grippée, c’est une notion dont on parle beaucoup en ce moment : l’indignation. On trouve celle-ci présente en effet dans des propos, dans des livres, sur des places publiques, etc. Elle est malheureusement largement absente au contraire dans l’esprit du public quand il s’agit de la finance, ce qui explique pourquoi aucun véritable progrès ne s’accomplit là en ce moment.

News of the World aurait piraté les boîtes vocales de soldats britanniques morts en Irak et en Afghanistan, ainsi que de victimes des attentats sanglants de Londres en 2005, mais le véritable grain de sable, c’est l’affaire Milly Dowler, du nom d’une adolescente disparue en 2002 et dont le corps fut retrouvé six mois plus tard. News of the World avait chargé un détective de s’introduire dans la boîte vocale du téléphone de l’adolescente. Celle-ci étant pleine, il avait effacé certains appels « pour faire de la place », espérant bénéficier de l’ajout de nouveaux messages. La disparition de certains enregistrements convainquit la police ainsi que la famille que la jeune fille était encore en vie. Jusqu’à ce qu’ait lieu la découverte macabre de ses restes dans un bois.

Les révélations au fil des années des exactions de News of the World tombaient dans le ronron du « business as usual », ce qui permettait à la collusion du mauvais côté de la loi entre grands de ce monde, toutes catégories confondues, de se poursuivre. C’est une colère rentrée, qui ne s’était pas éteinte, malgré les neuf années qui s’étaient écoulées depuis le meurtre d’une adolescente, qui aura constitué le grain de sable fatal. Le grand débat intérieur qui agite constamment chacun de nous entre le « Juste » et l’« Injuste » a été soudain ravivé. L’indignation a fait le reste.

Grands de ce monde, méfiez-vous du peuple et de sa mémoire d’éléphant.

(*) Un « article presslib’ » est libre de reproduction numérique en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Paul Jorion est un « journaliste presslib’ » qui vit exclusivement de ses droits d’auteurs et de vos contributions. Il pourra continuer d’écrire comme il le fait aujourd’hui tant que vous l’y aiderez. Votre soutien peut s’exprimer ici.

Partager :

72 réflexions sur « LE GRAIN DE SABLE »

  1. Encore une fois le grain de sable a un sexe , n’est ce pas significatif ? Peut étre quelque chose a t il été oublié dans notre culture , pour ne pas dire refoulé . Supposons que çà commence par les Grecs . Il y a l’homosexualité chez eux comme chez certains informaticiens , je ne vais pas m’étendre là dessus comme les membres du banquet de Platon à table . Mais quand méme prenons Aristote , la logique , la réthorique , la polique , l’éthique , c’est une affaire d’hommes .
    Pour la société c’est la démocratie mais pour la famille c’est la monarchie . Pour la société , importance des couches moyennes , pour les arts le théatre , pour la science l’universel , pour la raison , le logos , bref toujours la représentation , éviter les extrémes . Pourtant il a été precepteur d’Alexandre qui a amené l’Empire , les moeurs éfféminées de l’Orient et le triomphe de la chrématistique par le biais du trésor des Perses . Il doit y avoir une erreur de fond là dedans .
    Déjà de son temps Démocrite , péripatéticien à sa maniére , énonçait : la preuve de la marche
    la voilà …en marchant . Et les femmes ne se privaient pas de bacchanales .
    Ce qui manque c’est : le singulier et la femme est … singuliére . Avant le régne de l’universel ,
    elle s’expliquait avec lui et les hommes par la Danse , qui exclut le logos et la représentation .
    Les problémes de la logique ont commencé vraiment avec les Stoiciens avec la ..relation .
    Il est quand méme étrange que dèjà la chimie , mais tout ce qui est vivant , soit polarisé .
    Les coquilles , les plantes , ne tournent pas dans un sens quelconque . Méme la parthénogenése suppose un sexe . Pourquoi cet asymétrie ?
    Russel a cru s’en tirer avec son histoire de chaussettes , mais Wiener a réintroduit une polarité dans la paire , sans axiome du choix . Bref les étres vivants ont un sexe et la relation sexuelle est singuliére . Aristote avait bien compris cela , à mon avis , mais l’avait refusé comme Aristocrate. Tant que la rationalité , l’universel , voudra prévaloir , il y aura des grains de sable , et je dirais méme , plus elle prévaudra , plus il y aura des affaires de moeurs .
    Croire que l’accés au pouvoir des femmes résoudra la question est une illusion , c’est encore
    créer de la symétrie , à moins qu’elles ne réintroduisent la Danse qui soit dit en passant disparait dans nos sociétés ( je parle d’une vraie danse ) , encore faudrait-il que les hommes
    en perçoivent l’importance .Il est remarquable que Wagner qui voulait un art total ait abouti au festival de Bayreuth et l’ait complétement exclu . Que dans dans les danses actuelles ont ne se
    touchent plus , que çà ne concerne pratiquement que les jeunes et encore … La catharsis de la
    représentation s’adresse à l’ame , et notre corps ?
    PS : si Paul Jorion a écris un livre qui parle de sexe , je suis preneur .

    1. Armageddon: l’appel à la danse (du vent d’ Ouest) ?

      Dansons le rigodon ; foin des chaperons,
      et sans illusion, sautons. A fond.
      Mais pas vers l’ Orient efféminé.

      Polarisation oubliée: la géographique.
      Selon vous, l’ Est est caractérisé par des moeurs efféminées .
      J’imagine que tous les pays ont une représentation opposée d’Est en Ouest.
      (je veux dire: on est toujours l’Ouest de quelqu’un)
      L’Ouest , c’est viril, comme au Far-West.
      En somme l’Est, c’est les autres et sans femme, bien sûr.
      Si les femmes sont si peu représentées dans le vie publique,
      c’est, probablement et quelque part, que l’Orient s’étire vers l’Ouest.

      Mais bon, j’ai sans doute tout faux.

  2. Bonsoir,

    des portes tournantes en France aussi pour nos édiles, hauts dirigeants et grands fonctionnaires énarquis lassés des petites payes et du service de l’état ?

    A vos claviers !

    cordialement

    1. Si vous voulez vous amuser, il est très simple de faire rougir les intéressés et leurs obligés ici en France.

      Ce n’est pas l’objet de ce blog mais pour l’affaire Paypal et Visa et MasterCard (Cf. weeky leaks et le dernier livre de P Jorion) les esprits se sont échauffés ici-même et ailleurs. Certains esprits vengeurs allant jusqu’à pirater des serveurs. A cette occasion, des techniques simples de manifestation indignées et actives ont été mises en évidence. Par exemple, citer le numéro de téléphone du service relation clients et faire sauter le standard. Ou faire exploser les boites mails. Ou saturer les serveurs, etc.

      Certains journaux seraient ravis d’avoir à se mettre quelque chose de concret sous la dent durant l’été. Le problème est que le pantouflage et les portes tournantes sont tellement nombreuses que cela finira par lasser. Et puis les incriminés ne manqueront pas de souligner que leur avancement (car c’est comme cela qu’on appelle la collusion et le conflit d’intérêt chez ces gens-là, Monsieur) n’est dû qu’à leur talent et leur mérite. Rappelez-vous l’affaire Woerth l’été dernier. Combien de mains prises dans le pot de confiture en regard des cas avérés de mélanges des genres ?

      Bon. Admettons que ces mises en garde ne vous intimident pas. Comment faire ?

      Il suffit de croiser les organigrammes de grands groupes entre eux, ou avec les grandes administrations. Il existe même un site (à cette heure tardive j’ai oublié le nom) qui référence tout ce qui compte d’organigrammes exécutifs importants : quelque chose comme the official board.com je crois ou http://www.theofficialboard.fr

      Plus intéressant est de croiser ces organigrammes avec les postes d’élus politiques régionaux, départementaux, nationaux, etc. Très instructif.

      Plein de moyens, on vous dit. Le tout c’est de choisir la proie et de ne plus le lâcher. Même les cuirs épais ont des défauts. Le tout c’est de les trouver, les défauts pas les élus.

      1. étaler toutes ces complicités pour quel résultat ?

        ce dont les peuples ont besoin , c’est d’abattre la TINA tatchérienne et le seul moyen à mon sens c’est l »alternative » concrète.

        regardez l’exemple zapatiste : croyez vous que cela perdure depuis si longtemps uniquement à coups de dénonciations, de propagande ou de luttes armées ?

        cette expérience perdure car les alternatives mise en place répondent aux besoins du peuple du chapias.

  3. Le peuple serait-il plus moral que les élites ou les décideurs ?
    Chacun sa réponse mais l’histoire donne des exemples et le populisme ambiant aussi.
    Le coeur du problème est le pouvoir. Ce que les sociétés doivent organiser pour le contrôler.
    Notre système démocratique révèle sa vulnérabilité dans ce rapport de force.
    Les dérives des pouvoirs alimentent un anarchisme de droite qui profite aux gourous de l’extrême droite auxquels on ne peut abandonner l’exclusivité de propositions de réformes. Nous savons tous où cela conduit. Même si l’histoire ne repasse pas les plats, parfois elle fait une nouvelle cuisine avec les restes.

Les commentaires sont fermés.