Archives par mot-clé : suprémacisme blanc

L’Amérique se réveille : Steve Bannon arrêté pour fraude

Steve Bannon et trois autres personnes, arrêtées pour s’être appropriés 25 millions de dollars de crowdfunding en vue de la construction d’un mur à la frontière des États-Unis et du Mexique.

Cette nouvelle de l’arrestation d’un escroc à la petite semaine a davantage d’implications qu’il pourrait sembler. Ancien conseiller à la Maison-Blanche, licencié pour avoir été le « penseur » du soutien du Président aux néo-Nazis défilant à Charlottesville en août 2017, il demeurait conseiller de l’ombre. Théoricien du suprémacisme blanc, Bannon a consacré une part considérable de son énergie ces années récentes à coordonner les extrêmes-droites à l’échelon international, tout particulièrement en Europe.

Si vous me lisez régulièrement, vous m’aurez vu récemment le soupçonner d’avoir été le penseur de l’affaiblissement du service postal depuis le début de la présidence de Trump, comme moyen de miner le vote par correspondance auquel recourent plus volontiers les habitants des grandes villes, plus disposés à voter Démocrate. Vous m’aurez vu dire aussi qu’il serait le chef de la sédition si Trump décidait de contester le résultat de la présidentielle en mobilisant les milices armées de ses partisans.

En arrêtant Bannon pour malversations, la cour du district sud de New York (Manhattan), lui met du plomb dans l’aile à deux mois et demi de l’élection présidentielle.

Cette décision va dans le même sens que le rapport bipartite du Sénat avant-hier : rendre le Président et ses affidés bien visibles sur l’écran radar du système judiciaire.

Partager :

Le temps qu’il fait le 14 août 2020 – Retranscription

Retranscription de Le temps qu’il fait le 14 août 2020. Bonjour, nous sommes le vendredi 14 août 2020. Comme je…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

Zut, Trump n’est pas arrivé à infecter une proportion significative de ses partisans !

Bon, il ne sont pas venus. Il y avait place pour 19.000 MAGAs (Make America Great [= White] Again), dans le palais des conventions de Tulsa (Oklahoma), et il n’était plein qu’aux deux tiers, sans même mentionner l’esplanade devant écran géant pour le trop-plein attendu, qu’on a pu fermer entièrement.

Quelle déception ! le président attendait le million de personnes qui s’étaient inscrites (une farce organisée semble-t-il par des fans de groupes pop Sud-Coréens [et de jeunes Américains facétieux]).

Continuer la lecture de Zut, Trump n’est pas arrivé à infecter une proportion significative de ses partisans !

Partager :

L’implosion des États-Unis, le 7 janvier 2020 – Retranscription

Retranscription de L’implosion des États-Unis, le 7 janvier 2020. Ouvert aux commentaires. Bonjour, nous sommes le mardi 7 janvier 2020…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

États-Unis : La polarisation s’accentue, le 5 août 2019 – Retranscription

Retranscription de États-Unis : La polarisation s’accentue, le 5 août 2019.

Bonjour, nous sommes le lundi 5 août 2019. Je suis à genoux dans une chambre d’hôtel et j’essaye de vous montrer quand même un peu du paysage. Je ne sais pas ce que cela va donner en termes de luminosité. Je suis à Tour-de-Faure. Ça ne vous dit sûrement rien parce qu’il y a 3 maisons mais si je vous dis que c’est juste de l’autre côté du pont à Saint-Cirq-Lapopie. Il y a un pont sur le Lot, un pont très étroit d’ailleurs qui permet à des voitures de passer mais uniquement dans une seule direction. Alors, si vous êtes là, il faut attendre qu’il n’y ait plus de gens qui viennent en face. Je suppose que ça a dû produire déjà des incidents dans le passé mais voilà : il n’y a pas de système d’alternance, il faut attendre. C’est bien, c’est une bonne leçon de civisme.

Continuer la lecture de États-Unis : La polarisation s’accentue, le 5 août 2019 – Retranscription

Partager :

Trump : une transnationale fasciste, le 20 juillet 2019 – Retranscription

Retranscription de Trump : une transnationale fasciste, le 20 juillet 2019. Ouvert aux commentaires.

Bonjour, nous sommes le samedi 20 juillet 2019 et vous savez, je parle parfois du marketing et vous savez que je n’ai pas beaucoup de respect pour les gens qui font du marketing parce que je les ai connus dans les entreprises et ce sont des gens qui, en général, n’ont pas de connaissance technique des problèmes.

Je vous ai raconté déjà cette histoire où je me trouve dans une banque. Je suis invité par les gens du marketing et on me dit : « Est-ce qu’on pourrait faire un prêt où on pourrait, comme ça, du jour au lendemain, passer d’un prêt à taux fixe à un prêt à taux flottant ou l’inverse ? ». J’ai dit que j’allais regarder s’il y avait une solution analytique. Une « solution analytique », ils n’ont pas la moindre idée de quoi ça parle parce que c’est des mathématiques. Cela veut dire : est-ce qu’il y a une formule que l’on peut trouver facilement qui transforme l’un en l’autre. Ils se regardent et je dis : « La première chose à faire est de voir s’il y a moyen de le faire ». Là aussi, ils se regardent avec consternation et je dis : « Il faut d’abord savoir si on peut faire ce que vous demandez ». Ils disent : « Ce n’est pas possible ? ». Je dis : « Pourquoi ce n’est pas possible ? » et la réponse est : « Parce que les dépliants, les brochures, sont déjà imprimés ». Voilà.

Continuer la lecture de Trump : une transnationale fasciste, le 20 juillet 2019 – Retranscription
Partager :

Trump : Les immigrés se classent en 2 catégories, les bons et les mauvais

En enjoignant à 4 députées de « retourner d’où elles viennent », Trump suscite l’indignation des Démocrates : « Nous, les États-Unis, SOMMES une nation d’immigrés ! » Et Trump de répondre : « Il y a les bons et les mauvais. Les bons sont blancs, l’autre racaille peut retourner d’où elle vient ! »

Mme Pelosi, chef de la majorité au Congrès, qui était pourtant en froid avec les 4 députées en question (des « communistes », selon Lindsey Graham, Républicain farouche ennemi de Trump devenu son inconditionnel ami), s’initie désormais à la traduction : « Rendre à l’Amérique sa Grandeur » = « Rendre à l’Amérique sa Blancheur », dit-elle, pour ce suprémaciste blanc dont les valeurs sont, comme pour son père Fred, celles du Ku Klux Klan.

Manque de pot pour M. Trump et ses acolytes, ces « mal-blanchis » qu’ils voudraient bien voir « retourner chez eux », sont soit des personnes que leurs propres aïeux esclavagistes ont fait venir en « Amérique » contre leur gré, soit des personnes qui sont précisément chez elles en Amérique et qui seraient en droit de rétorquer à Trump : « C’est à toi, l’envahisseur, de retourner d’où tu viens ! »

Partager :

Trump et les Tricoteuses

Ouvert aux commentaires.

C’est un fait divers, pas même significatif en taille, mais néanmoins révélateur, le principal club américain de tricot et de crochet, Ravelry (8 millions de membres), vient de bannir l’expression de tout soutien à Donald Trump, l’assimilant au suprémacisme blanc :

In ne nous est pas possible d’offrir un espace d’inclusion pour tou.te.s et de soutenir en même temps un suprémacisme blanc déclaré. Tout soutien au gouvernement Trump est indéniablement un soutien au suprémacisme blanc.

Les Tricoteuses constituaient un groupe de soutien à la Révolution de 1789. Elles seraient à l’origine de la Société patriotique et de bienfaisance des amies de la vérité et de la Société des républicaines révolutionnaires.

Partager :

L’Écho – États-Unis : Le lion devenu vieux, le 11 juin 2019

États-Unis : Le lion devenu vieux

La politique étrangère le Donald Trump n’a ni queue ni tête : elle récompense les adversaires de son pays et punit ses amis de longue date. Sa politique de défense est du même acabit : il loue les ennemis de sa patrie et dénonce ses propres généraux et ses services secrets. Sa politique économique semble elle aussi insensée : il entend mordicus faire revenir au pays des emplois qui n’ont pour l’essentiel (87%) pas été délocalisés mais éliminés par les progrès de la mécanisation. Quant à sa politique commerciale, elle est tout aussi incompréhensible : lundi je punis la Chine à l’aide de tarifs douaniers prohibitifs pour un déficit de la balance commerciale dû en réalité à la politique du dollar telle que les Américains eux-mêmes la définissent, mardi je punis à son tour le Mexique, mettant entre parenthèses le fait que lundi dans la soirée, un certain nombre de compagnies américaines – en tentant de s’adapter aux caprices de leur président – ont annoncé qu’elles déplaceraient certaines de leurs activités, de la Chine, vers le Mexique.

Continuer la lecture de L’Écho – États-Unis : Le lion devenu vieux, le 11 juin 2019
Partager :

Les supporters suprémacistes de Trump : plutôt mourir pour nos idées !

Ouvert aux commentaires.

Quand vous lirez à l’automne le premier tome de ma saga en plusieurs volumes, La chute de la météorite Trump, intitulé « Un objet populiste mal identifié », vous aurez l’occasion de vous souvenir que j’appelais Trump en août 2017 : « Le dernier général de l’armée sudiste en déroute », et vous noterez que j’ai été le premier à l’appeler ainsi.

Depuis, et pas plus tard qu’il y a huit jours, je vous ai resitué, pour vous les expliquer, des événements récents aux États-Unis, dans le contexte toujours non-digéré d’une Guerre de Sécession inachevée, et d’un héritage du passé esclavagiste des États-Unis pesant encore toujours de tout son poids sur les événements récents.

Continuer la lecture de Les supporters suprémacistes de Trump : plutôt mourir pour nos idées !

Partager :