Archives par mot-clé : Travail

Retranscription – « Reconstituer la planète, c’est du travail… et de l’emploi », le 18 août 2014

« Reconstituer la planète, c’est du travail… et de l’emploi », le 18 août 2014. Merci à Marianne Oppitz !

Mais il faut bien voir que si on veut passer d’un monde où nous consommons 1,6 planète par an et, si nous continuons dans la direction où nous sommes sans changer de cap, eh bien, ça va devenir 1,8, ça va devenir 2 etc. Il faut revenir au moins à une. Continuer la lecture de Retranscription – « Reconstituer la planète, c’est du travail… et de l’emploi », le 18 août 2014

Partager :

LA LANCINANTE QUESTION DE LA RÉPARTITION DU TRAVAIL (appliquée aux retraites), par Michel Leis

Billet invité

Avec un système de retraite construit sur la répartition, chaque nouvelle réforme donne lieu à un discours stéréotypé qui aborde le problème sous l’angle comptable et met en avant le déséquilibre né du ratio entre le nombre d’actifs et le nombre de retraités. À part quelques questionnements sur le taux d’activité des seniors et l’idée d’une intégration massive des immigrés dans le circuit officiel du travail, les hypothèses retenues dans les différents scénarios du Centre d’Orientation des Retraites présupposent une continuation des tendances antérieures en matière de répartition du travail. Beaucoup de commentateurs ont pointé les hypothèses de taux de chômage (entre 4,5 et 7 % suivant les scénarios), il y a là une simplification excessive puisqu’une grande partie de la population issue du baby-boom sera alors en retraite et la diminution du taux de chômage dans ces scénarios résulte avant tout de la diminution du nombre d’actifs. Par contre, ce chiffre comporte bon nombre d’hypothèses sous-jacentes qui sont sujettes à caution et qu’il convient d’expliciter.

L’hypothèse basée sur une croissance régulière des gains de productivité me paraît être l’un des exemples les plus frappants. Dans les documents du Centre d’Orientation des Retraites (C.O.R.), la répartition du travail dans des conditions actuelles semble aller de soi sans que cette hypothèse ne soit jamais remise en cause. Considérer l’état actuel de la répartition comme stable me semble pourtant extrêmement aléatoire : il y a une dynamique à l’œuvre dont les effets sont tels qu’ils posent la question du sens et de la nature du système de retraite ainsi que de sa soutenabilité dans le temps. Pour poser les termes du débat, il faut aborder les différentes dimensions de cette répartition, entre machines et êtres humains, entre pays, par secteurs, qualifications et statuts du travail offerts aux individus, par tranches d’âges ainsi qu’entre hommes et femmes.

Continuer la lecture de LA LANCINANTE QUESTION DE LA RÉPARTITION DU TRAVAIL (appliquée aux retraites), par Michel Leis

Partager :

PROJET D’ARTICLE POUR « L’ENCYCLOPÉDIE AU XXIème SIÈCLE » : travail, par Michel Leis

Billet invité.

Activité de transformation de la matière, de l’information ou de la pensée exercée par l’homme. Considéré sous l’angle de la transformation, voire de la création, le travail peut être porteur de réalisation de soi mais le plus souvent, il est exercée par l’homme dans le cadre d’une activité de production contre rémunération* (indispensable à la survie dans les économies soumises à la marchandisation) ou par une machine (le travail de la machine) mise en œuvre par un investisseur. Le travail nécessite des savoir-faire plus ou moins complexes qui sont remplacés par l’automation si la tâche est exercée par une machine. Le travail est l’un des principaux facteurs de production. Il est l’un des enjeux majeurs des stratégies d’entreprise mises en œuvre par les entrepreneurs ou les dirigeants d’entreprise (représentant les intérêts des actionnaires) et visant à augmenter la marge et la rentabilité dans un contexte d’élévation générale des attentes de profits.

Si l’on se réfère à l’augmentation de la production de biens et services dans le monde, à la complexité croissante des processus de fabrication et à la stratégie d’augmentation de la valeur des biens et des services produits qui requièrent toujours plus de traitement de l’information et plus de technologies, il est raisonnable de penser que la quantité totale de travail ne diminue pas. Les gains de productivité réalisés reposent en partie sur une efficacité plus grande des processus de production et en partie sur l’augmentation de la valeur des biens vendus, mais pas sur une diminution du travail incorporé dans la fabrication.

Continuer la lecture de PROJET D’ARTICLE POUR « L’ENCYCLOPÉDIE AU XXIème SIÈCLE » : travail, par Michel Leis

Partager :

COMMENT ORGANISE(RA)-T-ON LE TRAVAIL ?, par zébu

Billet invité

La question du salariat s’est souvent posée comme un marqueur important dans les débats politiques et philosophiques concernant le travail et plus largement l’économie. Marx considérait que ce type de statut social devait disparaître, au même titre que les classes sociales. Car il considérait que le salariat était une institution créée afin de rendre subordonnés les travailleurs (du moins les prolétaires, ceux qui n’ont que leur travail comme source de revenus) aux propriétaires du capital ou des entreprises (les entrepreneurs). Le travailleur, comme salarié, abdiquait en quelque sorte une partie de ses droits de citoyen dans le cadre du travail organisé dans un espace économique conçu comme dissocié de l’espace politique, espace économique qui s’organisa ensuite politiquement, d’abord sous forme de contractualisation puis ensuite de droits bientôt recensés dans des conventions collectives et un code.

Pour autant, la question de la subordination du salarié ne disparaissait pas avec l’émergence de ces droits collectifs et restait toujours pendante cette question de subordination du travailleur à l’entrepreneur, dans le cadre de son contrat passé avec lui, l’entrepreneur étant lui-même subordonné aux apporteurs de liquidités et de capitaux mais dans un rapport de force néanmoins bien plus favorable, avec ou sans code du travail par ailleurs : preuve s’il est en que la question du rapport de force dépasse la seule question de sa formalisation en code et conventions, quand bien même collectives. Le salariat reste donc marqué de manière indélébile par cette relation de subordination au sein du travail, à l’envers des droits politiques pourtant proclamés. D’où la nécessité, notamment pour les marxistes, de dépasser ce statut du travailleur afin de lui rendre sa pleine et entière liberté.

Continuer la lecture de COMMENT ORGANISE(RA)-T-ON LE TRAVAIL ?, par zébu

Partager :

EN OUVERTURE DE L’UNIVERSITÉ CITOYENNE DU BLANC-MESNIL, LE 8 FÉVRIER : ENTRETIEN ENTRE BERNARD FRIOT ET PAUL JORION

Bernard Friot et moi, avons débattu le 8 février dans le cadre de l’Université Citoyenne du Blanc-Mesnil. Uncaillou a enregistré le débat qui est toujours visible ici.

Avant que le débat ne commence, « Un Belge » et son équipe, nous ont interviewé. C’est ce que vous pouvez voir maintenant.

Partager :

Augmenter la productivité pour rémunérer le capital et le travail rare : exemple de finitude de la mécanique, par Christophe Diss

Billet invité

Dans mon dernier billet (ici) évoquant le cas de la rentabilité des exploitations laitière inscrites dans un rapport de force de filière, j’évoquais par quel mécanisme de la pensée économique, les chefs d’exploitation et les financiers ont cherché à augmenter le flux de liquidité par l’argument de la productivité du travail, facteur de rentabilité face à une déflation du prix du lait, une hausse de charge et une confiscation de la valeur ajoutée le long de la chaine de valeur.

Continuer la lecture de Augmenter la productivité pour rémunérer le capital et le travail rare : exemple de finitude de la mécanique, par Christophe Diss

Partager :

OPTION FINANCIÈRE DU TRAVAIL ET DU SALAIRE : RESTAURER LA LIBERTÉ DU TRAVAIL, par Pierre Sarton du Jonchay

Billet invité. Pierre Sarton du Jonchay propose ici une analyse de la relation salariale qui fait écho à celle du métayage proposée par Paul Jorion dans Le prix, ainsi qu’au débat qui s’est tenu ici-même sur la proposition de prime sur les dividendes.

Aiguillonné par le commentateur Fab qui rejette le salariat, je suis amené à redéfinir le salaire comme nominal d’une option séparant la valeur du travail en un revenu stable sur la durée limitée du contrat de travail et un revenu instable qui est la plus-value. Le salaire sous-jacent à l’option d’emploi du travail permet de définir la plus-value comme conséquence du travail producteur de valeur. Au lieu de nier la recherche de certitude de revenu futur dans le salaire, il devient possible de satisfaire ce besoin par la rémunération salariale du travail sans fermer la discussion sur le partage d’une plus-value qui doit rémunérer tous ses auteurs : le travailleur, l’entrepreneur et le fournisseur de la liquidité monétaire du capital. L’option d’emploi du travail définit les statuts nécessaires à la régularité des revenus du travail sans figer les citoyens dans un statut ou dans un état économique. Le travail redevient la cause du capital qui garantit le crédit qui matérialise le salaire en monnaie. Dans un marché transparent d’option régulé par l’État de droit démocratique, le capital est obligé de rémunérer le travail à sa vraie valeur pour se transformer en plus-value qui rémunère le propriétaire de la liquidité du capital. Dans ce schéma, le travailleur est propriétaire de la matérialité du capital (impossibilité de produire du capital sans travailler) ; l’entrepreneur est propriétaire de la formalité du capital (équilibre anticipé du capital nécessaire pour garantir les salaires) ; et le capitaliste est le propriétaire de la liquidité finale du capital (calcul de la valeur conforme au droit du travailleur consommateur de la production de valeur).

Le contrat de travail souffre de la même déformation cognitive que le contrat financier : confusion entre l’objet et le sujet, entre la réalité matérielle, sa conceptualisation et la finalité des sujets. La confusion se concrétise dans la monnaie qui dans une matérialité unique paraît absorber toutes les dimensions du travail et de la finance. La déformation cognitive s’exprime dans l’incapacité où la monnaie nous a amenés de différencier la finalité de la matérialité : une fois attribué un prix en monnaie à quelque chose, nous tendons à croire que ce quelque chose contient les finalités que nous poursuivons. Nous enfermons nos finalités sans limite dans la matérialité monétaire qui peut tout recouvrir. Comme l’argent ne fait pas le bonheur, il est tout simplement devenu le bonheur.

Continuer la lecture de OPTION FINANCIÈRE DU TRAVAIL ET DU SALAIRE : RESTAURER LA LIBERTÉ DU TRAVAIL, par Pierre Sarton du Jonchay

Partager :

LE TEMPS QU’IL FAIT, LE 22 AVRIL 2011

En France, la prime de 1 000 € pour les salariés des entreprises dont les dividendes sont en hausse.

Le prix (2010) : pp. 97-163 ; 229-236

Le capitalisme à l’agonie (2011) : pp. 30-34

Réponse à un commentateur : « La mesure doit faire partie d’un paquet de mesures allant dans le même sens, et empêchant les échappatoires : cela doit s’accompagner de l’interdiction des stock options et du rachat par une entreprise de ses propres actions ».

Partager :

Une charte « Blog de Paul Jorion » pour les entreprises

Ce texte est un « article presslib’ » (*)

Hier après-midi, je discutais quelque part en France de l’avenir de la région avec les représentants locaux de la Chambre de Commerce et d’Industrie. Il était question du genre d’industries qu’il serait bon de voir éclore mais aussi de l’image écornée de l’industrie locale auprès de la population en termes d’emploi – le nombre d’emplois, et leur qualité. Trop de mauvais sentiments, trop d’espérances déçues.

J’écoutais essentiellement. C’est sur le chemin du retour que les idées ont commencé à germer.

Nous avons évoqué ici le mois dernier, la nécessité de passer à la phase constructive, je concluais mon billet en écrivant : « Il nous faut reconstruire. Aucun pouvoir en place ne nous aidera : le déclin, la décadence sont inscrits comme principes dans leurs tables de la Loi. Nous devrons le faire seuls ». Il n’est pas pour autant possible de tout reconstruire tout partout : comme le disait un commentateur ce matin, trop d’argent est en jeu pour qu’on nous laisse faire sans nous tomber dessus à bras raccourcis. Mais on peut tenter d’infléchir.

Et ce qui m’est venu à l’esprit, c’est une sorte de label « Blog de Paul Jorion » – il vaudrait mieux dire « charte » (merci Julien) – pour les entreprises. Celles qui souscriraient aux principes obtiendraient le label. Quitte pour les régions, les villes, les « zones », de devenir alors les fers de lance de cette nouvelle perspective, cette nouvelle manière de travailler et de partager la richesse produite.

Parce que – il faut bien le dire – si l’image de l’industrie est écornée dans les « petits pays », ce n’est pas sans bonne raison : si la piraterie est aujourd’hui cantonnée à quelques mers du globe, elle connaît toujours de beaux jours dans le domaine de l’entreprise.

Je me contente pour le moment de lancer la discussion sur ce que devrait être un carnet des charges, j’esquisse quelques pistes. Il ne faut pas faire trop long car comme le « financial overhaul » américain vient de le rappeler une fois de plus, l’enfer est pavé de bonnes intentions et le diable est dans les détails.

Voici un squelette. Je compte sur vous pour l’étoffer et/ou le mettre en pièces.

1) Les salariés sont des partenaires a part entière dans la répartition de la richesse créée par l’entreprise, pas des « coûts de production » qu’il s’agit de réduire au maximum. L’entreprise prend au sérieux le fait que c’est le travail qui produit la marchandise ou le service, pas le génie spéculatif de ses dirigeants ou de ses investisseurs. Les gains de productivité bénéficient aux travailleurs. Un salarié remplacé par un robot reçoit une partie de la richesse créée par le robot.

2) L’entreprise est axée sur l’autofinancement. On ne distribue pas toute la richesse créée en dividendes pour les actionnaires et en bonus pour les patrons – pour devoir ensuite emprunter l’argent nécessaire pour faire tourner la boîte !

3) Interdiction des stock-options. Pas de court-termisme de spéculation boursière pour les dirigeants de l’entreprise mais une visée à long terme de son avenir. Le dirigeant est un « entrepreneur », pas la personne chargée de créer une bulle financière et de filer ensuite avec la caisse, quand la compagnie se krache. Il est là pour exercer une activité qui – pour utiliser les termes de Lord Adair Turner – présente « une utilité d’un point de vue social ».

4) Démilitarisation de la structure de décision de l’entreprise. Quel est le nombre adéquat de niveaux hiérarchiques dans l’entreprise : deux ou trois ? Les influences latérales sont les meilleures.

5) Entreprises propres : pas de déchets intraitables ou non-traités.

6) Entreprises vertueuses : pas de firmes d’armement, pas de compagnies de mercenaires. On n’est pas là pour massacrer ou se faire massacrer.

(Très court) etc.

(*) Un « article presslib’ » est libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Paul Jorion est un « journaliste presslib’ » qui vit exclusivement de ses droits d’auteurs et de vos contributions. Il pourra continuer d’écrire comme il le fait aujourd’hui tant que vous l’y aiderez. Votre soutien peut s’exprimer ici.

Partager :

Aristote explique la production de valeur, par Pierre Sarton du Jonchay

Billet invité

La monnaie mathématiquement complexe

La monnaie est l’effet du choix de numération de la valeur. La monnaie peut être la matérialisation de la valeur du travail seulement physique au présent ou aussi métaphysique en passé, présent et futur. Dans la matérialité de l’objet monétisable, de l’objet mesurable par la monnaie sur le marché, le sujet conçoit librement le prix de son travail comparé à celui des autres. La décision du travail signifie un sujet qui commence dans son imaginaire à offrir ce qu’il demande. S’il se voit capable de produire par lui-même ce qu’il veut, il va consommer directement le fruit de son travail. Parce que la valeur du sujet est le motif du travail, la transformation de matière physique est rationnellement une consommation de la forme introduite dans la matière. S’il est une raison de travailler, elle relie l’effet à la fin du travail par l’imaginaire personnel. Si le travailleur ne se voit pas capable de produire lui-même sa demande, il l’échange contre celle d’un autre qu’il pourvoie par son offre. Le travail est un échange d’imaginaire entre offre et demande de personnes individuelles d’une même collectivité. L’effet matériel du travail est une dépense de temps et d’énergie. L’effet formel du travail est la valeur sans laquelle le sujet n’aurait pas agi ni en offre, ni en demande. La valeur du travail est positivement ordonnée par l’imaginaire : à la fois réellement négative en ne répondant pas tout à fait à une demande et réellement positive par l’échange équilibré en offre et demande de sa production consommée.

L’imaginaire origine les causes métaphysiques du travail humain. L’origination forme la relation entre la fin et l’effet. Avant la consommation d’énergie physique qui matérialise le travail, l’origine relie la matérialité de l’effet à une fin intelligible. L’origine mathématiquement complexe du travail est l’échange effectif d’un objet produit contre un objet consommé. La valeur de l’objet consommé justifie la valeur de l’objet produit. S’agissant matériellement du même objet, c’est la différence entre le sujet producteur et le sujet consommateur qui prouve objectivement la valeur du travail échangé. La contrepartie de l’échange établit le prix de l’objet travaillé. Dans le troc, la contrepartie est un autre objet également travaillé, au minimum par l’identification de la forme qui lui donne sa valeur. Si la contrevaleur de l’échange est une matière qui n’a nécessité aucune dépense d’énergie physique à son porteur, mais seulement l’identification de sa forme numéraire, alors elle est monétaire ; utile non par sa matérialité physique mais par sa représentation du nombre issu du travail de réalité dans l’imaginaire. Qu’il soit ou non physiquement matérialisé, le prix est un nombre réel imaginaire ; matériellement visible dans le nombre réel et physiquement invisible dans la plus-value des acteurs de l’échange.

Continuer la lecture de Aristote explique la production de valeur, par Pierre Sarton du Jonchay

Partager :

La crise : ses dessous et ses implications futures, par Paul Tréhin

Billet invité

La crise financière actuelle, combinée à une crise économique dans « l’économie réelle », n’est plus probablement que la partie visible de l’iceberg d’une évolution structurelle beaucoup plus profonde dans l’économie. L’observation de cette crise comme un phénomène purement financier va peut-être mener à une solution à court terme des problèmes sans vraiment adresser les problèmes sous-jacents : « Nous ne pouvons pas résoudre des problèmes en utilisant le même mode de pensée que nous utilisions quand nous les avons créés. » Albert Einstein.

Bien qu’il y ait quelques similitudes entre la crise actuelle et la grande dépression de 1929, les solutions utilisées dans les années trente pour un retour de l’économie à la prospérité à cette période ne suffiront certainement pas à résoudre le problème de manière durable dans la situation présente.

Au moins deux aspects sous-jacents de la crise économique devraient être abordés :
1. L’accroissement de la rapidité d’évolution de l’innovation technologique
2. L’écart croissant entre économies riches et économies sous-développées.

Continuer la lecture de La crise : ses dessous et ses implications futures, par Paul Tréhin

Partager :

Repenser le travail : Réponse aux commentateurs de mon billet du 4 juillet, par Bernard Friot

Billet invité.

Je remercie chaleureusement les personnes qui ont commenté mon billet du 4 juillet (La pension comme salaire continué, solution aux impasses dans lesquelles sont aujourd’hui le travail et l’investissement) et je souhaite faire écho à leurs questions et objections en quatre points.

    1. Système utopique ou changements révolutionnaires ?

Mon propos est d’observer des contradictions porteuses de changements révolutionnaires en matière d’investissement et de travail, ce qui est le contraire de la construction d’un système utopique. A l’opposé d’une démarche utopique qui construit un système imaginaire symétrique d’une réalité lue d’une manière péjorative et univoque, opérer un changement révolutionnaire c’est savoir discerner dans le présent le déjà-là révolutionnaire et le porter plus loin. Ainsi, j’observe une contradiction entre l’emploi et le salaire à vie que je pose au cœur de l’enjeu des retraites. Construite au 20ème siècle comme un salaire continué, la pension de retraite subvertit le marché des capitaux par l’extraordinaire réussite d’un engagement massif et de long terme assumé sans aucune accumulation financière qui montre que celle-ci est inutile pour l’investissement. Elle subvertit aussi le marché du travail par l’expérience massive du bonheur au travail dès lors qu’est attachée à la personne une qualification qui était jusqu’alors l’attribut de ses emplois. Les changements révolutionnaires à notre portée consistent donc

– à transposer à l’investissement la cotisation sociale et à abolir le droit de propriété lucrative [1] tout en asséchant le profit,

– et à attribuer à tous à partir de 18 ans le salaire à la qualification des retraités en supprimant ainsi le marché du travail négateur de notre qualité de créateurs du monde commun.

Continuer la lecture de Repenser le travail : Réponse aux commentateurs de mon billet du 4 juillet, par Bernard Friot

Partager :