Étiquette : Travail

  • Réforme des retraites « Macron » : un algorithme vicié par une erreur de paramétrage ?, par Sylvain Duchêne

    Quand j’ai voulu me rendre compte de l’effet de la réforme des retraites « Macron » sur mon hypothétique date de départ en retraite, j’ai remarqué que je devrais travailler presque 2 ans de plus, mais surtout, que si j’étais né un mois plus tard, l’impact aurait été nul !

    J’ai alors cherché à savoir comment s’appliquait la réforme pour une personne ayant eu une carrière continue (plus simple), en fonction de son âge d’entrée dans la vie active (sans prendre en compte les mesures de transition). La courbe obtenue est plutôt erratique et, pour certaines périodes, elle est très défavorable aux personnes nées en fin d’année (le mois de naissance a une influence sur le calcul d’âge de départ en retraite anticipée).

    Lire la suite…

  • « What’s Up, Doc? » Journée de mobilisation générale, par Pierre Juillot

    En ce jour de l’an de grâce un, du « nouveau monde » du « Conseil National de la Refondation »… les rues de la capitale résonnent d’une étrange musique…

    Un son métallique striant et strident, fait entendre sa mécanique, qui roule des airs…

    Les caisses automatiques des supermarchés, manifestent main dans la main avec les guichets automatiques de banques, de gares, de la CAF, etc. Les robots industriels et ménagers, ouvrent la marche du cortège, avec les logiciels de Trading à Haute Fréquence, de traitement de texte… En fin de défilé se retrouvent toutes les applications numériques, des services publics privatisés et digitalisés… Les automates de la « télémédecine » encadrent les côtés de cette mobilisation, des drones autonomes du « maintien de l’ordre public » sécurisant les airs.… Lire la suite…

  • Vers l’effondrement de la volonté (vs. Le triomphe de la volonté – 1935) : vers une réelle incapacité à créer ou réaliser !, par Jean-Baptiste Auxiètre 

    Nous sommes désormais dans un monde où l’on nous a vendu que notre volonté pourrait réaliser nos désirs et qu’en raison d’un principe égalitaire, si certains le peuvent, automatiquement nous aussi !

    On nous a vendu une égalité de tous, non plus celle des droits et des devoirs (et seulement celle-là au détriment de toutes les autres selon nos textes) mais bien une égalité imbécile qui, sous prétexte d’être de gauche, laisse entendre que le plus paresseux pourrait prétendre à la même chose que le plus travailleur, que le plus inculte ou imbécile aurait le même poids et temps de parole que le plus cultivé ou érudit (cf.… Lire la suite…

  • « Les Français ne travaillent pas assez ! », par Jean-Baptiste Auxiètre et Paul Jorion

    Une lecture simpliste conduit à affirmer que les 35 heures hebdomadaires de temps de travail des Français sont insuffisantes et qu’il en faut davantage. Les études sérieuses montrent cependant que l’on est plus efficace et productif en 35 qu’en 40 heures, et même que l’optimum hebdomadaire se situerait entre 28 et 32 heures. 

    La même lecture simpliste décrète que certains Français se délectent d’être au chômage et refusent un travail lorsqu’on leur en propose un. Les données montrent elles que la population, plutôt que d’être assistée, embrasse le travail de bon cœur pour autant qu’il soit décemment rémunéré.

    Quant à l’âge de la retraite, prétendre que ce sont la travailleuse et le travailleur qui le définissent en leur âme et conscience, n’est qu’un boniment, le chiffre réel étant déterminé au point de rencontre de la volonté des entreprises et de la réelle lassitude de travailleurs épuisés dans certains métiers, où la prolongation au-delà d’un certain âge n’est que le moyen de soutirer aux plus démunis, leur santé en plus de leur force de travail.… Lire la suite…

  • PJ TV : « Le monde d’après… » – Invité Paul Magnette, aujourd’hui mardi 21 avril à 18h00

  • Canicule et vie de tous les jours, par Arkao

    Ouvert aux commentaires.

    Bonsoir,

    Je dirige actuellement un chantier en extérieur (et pas en Bretagne 😀 ). 

    Il fait effectivement très chaud, malgré une petite brise. Il ne m’est pas possible d’évaluer la température ressentie en plein soleil, mais nom de dieu ça cogne dur. Jusqu’à ce soir, l’équipe a survécu. Nous bénéficions quand même d’un local de chantier climatisé (dont l’électricité provient d’un groupe électrogène fonctionnant au fioul tournant 7 h par jour, accentuant de fait l’effet de serre) où nous pouvons faire (légalement) une pause fraicheur de 20 minutes par demi-journée. Comme je suis un chef de chantier « cool » (d’après ce que j’entends dire par la rumeur – je n’oserais me juger moi-même), l’ambiance est bonne et on essaye de prendre avec bonne humeur et détachement cet épisode climatique particulier.… Lire la suite…

  • Le Monde diplomatique, Les sociopathes (de France Télécom à Macron) par Frédéric Lordon, 31 mai 2019

    Les sociopathes (de France Télécom à Macron), par Frédéric Lordon, le 31 mai 2019. Remarquable réflexion. Comme son blog n’est pas ouvert aux commentaires, j’ouvre la discussion ici. J’aurai des choses à dire – ayant en particulier travaillé plus de 10 ans dans des boîtes américaines (le modèle où France Telecom aura joué un rôle pionnier en l’important en France). 

    … Les « objectifs » sont, pour les individus, la manière dont la guerre leur tombe dessus, ce à quoi ils se trouvent mis en demeure d’accrocher leur survie. Pour les « objectifs », ils se feront donc des kapos.

    Lire la suite…

  • « Fin du monde ! Fin du mois ! », le 19 mai 2019 – Retranscription

    Retranscription de « Fin du monde ! Fin du mois ! », le 19 mai 2019. Ouvert aux commentaires.

    Bonjour, nous sommes le dimanche 19 mai 2019 et le thème aujourd’hui, c’est « Fin du monde ! Fin du mois ! ». Vous avez entendu ce slogan qui a été inventé par quelqu’un. C’est une bonne idée. Ça a des allitérations. Ça essaye de suggérer l’idée d’une convergence des luttes, que les gens qui se battent contre la destruction de l’environnement, le réchauffement climatique, etc. et les gens qui vont dans la rue non sans raison aussi, parce que la situation leur est impossible dans le contexte actuel, que ces gens pourraient défiler ensemble et représenteraient à ce moment-là une masse critique de gens qui veulent autre chose.… Lire la suite…

  • Fin du monde ! Fin du mois !

    Ouvert aux commentaires.
    Lire la suite…

  • Kurt Vonnegut : Player Piano (New York : Scribner 1952) – Extrait

    Ouvert aux commentaires.

    Pages 18 et 19.

        « Kuppo ! » dit le Shah, secouant la tête.
        Khashdrar rougit, et traduisit mal à l’aise, d’un air de s’excuser. « Shah dit : ‘Communisme’. »
        « Pas Kuppo ! » dit Halyard avec véhémence. « Le gouvernement n’est pas propriétaire des machines. Il taxe tout simplement la part des revenus de l’industrie qui allait autrefois au travail, et la redistribue. L’industrie appartient et est gérée par des personnes privées, et coordonnée – pour éviter le gaspillage qui découle de la concurrence – par un comité de dirigeants du secteur privé, pas par des politiques.

    Lire la suite…

  • Formation « LA CRISE DU CAPITALISME : QUELLE ANALYSE ET QUELLES PROPOSITIONS ? » à l’intention de syndicalistes

    Voici le texte que j’ai rédigé pour la formation que j’assurerai à l’Institut Régional du travail Occitanie, à l’Université Toulouse Jean Jaurès, les 17 et 18 septembre prochain. Si vous connaissez d’autres syndicalistes que cela peut intéresser, signalez leur que je viendrai bien entendu volontiers également dans leur région.

    Présentation de la session de formation

    « LA CRISE DU CAPITALISME : QUELLE ANALYSE ET QUELLES PROPOSITIONS ? »

    Face aux crises successives du capital, quelles réponses syndicales ? Cette formation vise à fournir aux syndicalistes exerçant des responsabilités des apports théoriques à croiser avec leurs expériences de terrain pour comprendre les possibilités de dépassement du capitalisme et la manière de les mettre en œuvre.… Lire la suite…

  • Compte rendu de « Fuck Work ! » de James Livingston, par Hubert Guillaud sur internetactu.net

    Fuck Work !… Et puis ? par Hubert Guillaud sur internetactu.net

    Un extrait :

    Sur le fond, Livingston pose des questions qui ne laissent pas indifférent, mais n’y apporte aucune réponse nouvelle. Il a beau répéter Fuck Work en boucle, ça fait un slogan, pas une réponse. En appeler à un revenu universel, à l’heure où les allocations de toutes sortes sont plutôt en péril et à l’heure où le capital ne cesse de s’expatrier, me paraît proposer une solution guère opérante, qui pourrait être remplacée par bien d’autres solutions, comme la gratuité à l’indispensable que propose Paul Jorion (@pauljorion) dans la préface à l’édition française de Fuck Work (et dans l’un de ses derniers livres, Vers un nouveau monde).

    Lire la suite…

  • « Fuck Work ! » : un message de l’auteur

    Un message de James Livingston :

    I just received six copies of the Flammarion translation with your brilliant preface. We need to talk. I’ve commissioned a translation of the preface for my little online magazine, politicsslashletters.org. Maybe we can debate there. Maybe you want to write for us. In any case, we need to talk. Best wishes, Jim

    Lire la suite…

  • « Ils viennent voler notre pain ! »

    Ouvert aux commentaires.

    Rafle de travailleurs immigrés illégaux dans les usines de Cactus au Texas. Depuis, les usines sont vides car personne d’autre n’est prêt à les remplacer dans leurs boulots de merde.

    L’article du Washington Post est ici : Trump says American workers are hurt by immigration. But after ICE raided this Texas town, they never showed up. : « Trump affirme que les travailleurs américains souffrent de l’immigration. Mais après que l’Office de l’immigration et des douanes eut opéré sa rafle, ils ne sont jamais venus ».

    Lire la suite…

  • Pékin remporte la bataille pour un ciel bleu – mais les pauvres en payent le prix, par Simon Denyer

    Ouvert aux commentaires. Merci à Joel Bomane pour la traduction.

    Pékin remporte la bataille pour un ciel bleu – mais les pauvres en payent le prix, par Simon Denyer © The Washington Post, le 13 janvier 2018 

    Il y a un an, la capitale chinoise était en proie à un smog étouffant et potentiellement mortel qui rendait la vie pénible avec une pollution dangereuse pour la santé respiratoire. Ce mois-ci, l’air à Pékin est sain et le ciel bleu. Le vent et la météo ont joué un rôle, mais ce n’est pas dû au seul hasard. Lire la suite…