Archives par mot-clé : Union Européenne

Un « Super-Brexit » en forme de… non-Brexit…

Si vous vous souvenez de mon verdict au lendemain du referendum sur le Brexit en juin 2016, vous vous rappellerez que le Non-Brexit n’était pas ma seule option, j’en envisageais une autre (je n’ignore jamais à quel point nos gouvernants sont astucieux !), l’option « Orwell » : que l’on affirmerait haut et fort que le Brexit a eu lieu alors que le Royaume-Uni demeurerait dans l’Union européenne. Bonne nouvelle pour les Brexiteurs un peu inquiets ces jours-ci : il est maintenant question de la seconde option !

« Gelons la situation jusque fin 2022 ! », aurait-on entendu dire au 10 Downing Street durant le weekend. Cela aurait en effet l’avantage de permettre de remettre sur pied une assemblée au palais Stormont à Belfast (en vacance depuis de 26 janvier 2017) donnant ainsi l’occasion aux Irlandais du Nord de s’exprimer sur leur propre sort. Cela permettrait aussi de mettre en place une solution « purement électronique » au retour d’une frontière entre République d’Irlande et Irlande du Nord. Et ainsi de suite … Sans compter bien entendu l’avantage de pouvoir affirmer jusqu’à la Saint-Sylvestre 2022 que le Brexit a bien eu lieu (la preuve !) … alors que rien n’aurait changé !

Partager :

Le coût économique du Brexit

Ouvert aux commentaires.

Depuis juin 2016, date du réferendum britannique, je donne comme explication de l’impossibilité pratique du Brexit :

  • son coût économique faramineux
  • le retour probable de la guerre civile en Irlande du Nord

Une étude de la KUL (Katholieke Universiteit te Leuven), Sector-Level Analysis of the Impact of Brexit on the EU-28, chiffre ces coûts :

Un Brexit négocié implique pour l’UE-27, une perte de 0,38 % de son PIB, de l’ordre de 2,5 milliards d’euros et 280.000 emplois perdus. Pour le Royaume-Uni, une perte de 1,2 % du PIB et d’environ 140.000 emplois.

Un Brexit sans accord implique pour l’UE-27, une perte de 1,54% de son PIB et de 1.200.000 emplois. Et pour le Royaume-Uni, une perte de 4,4 % de son PIB et d’environ 525.000 emplois.

La menace s’éloigne heureusement 😀 .

Mise à jour, le 6/9 à 18h : Les Lords approuvent la proposition de loi prohibant un Brexit sans accord. 

Partager :

Brexit : La prophétie qui m’aura donné le moins de souci

Ouvert aux commentaires.

Ma prophétie sur une grande crise du capitalisme qui résulterait des prêts subprime, j’étais sûr de mon coup, mais quand même ! Celle de la fin du capitalisme enclenchée en 2009 par le quantitative easing, je me doutais que ce serait lent, et vous seriez justifiés de me dire : « On attend toujours ! ». C’est celle, faite au lendemain du vote, que le Brexit n’aurait jamais lieu (vu A. le retour impossible d’une frontière dure en Irlande + B. le cataclysme économique que ce serait pour le Royaume-Uni) qui m’aura donné le moins de souci.

Le Monde : En direct : deux ministres britanniques démissionnent après l’accord sur le Brexit

Le Monde : Brexit : « Les démissions rendent plus probables un “no deal” catastrophique pour l’économie »

Pièce à conviction B (cataclysme économique).

Le cours de la livre contre le dollar ce matin

Pièce à conviction A (retour impossible d’une frontière dure en Irlande).

Dominic Raab, Ministre démissionnaire du Brexit : « Je suis convaincu que le régime réglementaire proposé pour l’Irlande du Nord constitue une menace très réelle pour l’intégrité du Royaume-Uni. »

Continuer la lecture de Brexit : La prophétie qui m’aura donné le moins de souci

Partager :

Accord de coopération de M. Paul Manafort avec la justice américaine (suite et fin)

J’ai commencé à vous parler de l’accord de coopération de M. Paul Manafort avec la justice américaine à mi-chemin de la lecture du document, et je vous livre ici mes dernières remarques.

Je vous ai déjà dit que bien que la proposition d’accord émane de Robert Mueller, procureur spécial enquêtant sur une éventuelle collusion entre l’équipe Trump et la Russie, il ne fallait rien attendre de ce document prouvant quoi que ce soit en ce sens : l’accord porte sur les affaires que l’on reproche à Manafort (fraude fiscale et avoir été le représentant d’une puissance étrangère sans s’être enregistré à ce titre) pour faire pression sur lui et qu’il révèle ensuite tout ce qu’il sait précisément sur une éventuelle collusion. Continuer la lecture de Accord de coopération de M. Paul Manafort avec la justice américaine (suite et fin)

Partager :

Le Monde / L’Écho – Le Royaume-Uni victime du Brexit, le 2 juillet 2018

Ouvert aux commentaires.

Le Monde : Le Brexit et « la débâcle du Royaume-Uni »
L’Écho : Le Royaume-Uni victime du Brexit

Nous nous sommes fait à l’accession au pouvoir de régimes autoritaires en Hongrie et en Pologne en nous rassurant que ces nations ne sont que les marches de l’Europe. Malgré son immédiate dérive xénophobe, le gouvernement populiste en Italie est instantanément devenu la nouvelle norme : les marchés sont pragmatiques bien davantage qu’omniscients.

Mais c’est au cœur du noyau idéologique de l’Occident : aux États-Unis et au Royaume-Uni, que la décomposition s’opère ces jours-ci avec la plus grande vigueur et à un rythme allant en s’accélérant. Si les citoyens les plus éclairés de ces deux nations décrivent la voie où elles sont engagées de « tragi-comédie », de « farce tragique », nous qui les observons en extériorité y lisons une authentique tragédie. Notre propre sort est hélas bien trop lié à elles sur les plans commercial et militaire pour que nous sortions indemnes de leur décadence.

Continuer la lecture de Le Monde / L’Écho – Le Royaume-Uni victime du Brexit, le 2 juillet 2018

Partager :

Italie : Giuseppe Conte renonce à former un gouvernement

Ouvert aux commentaires.

Moi, ici, il y a neuf jours, le 18 mai :

Donc, ce n’est pas évident ! Maintenant on va voir si Mattarella accepte ce gouvernement, s’il ne dit pas simplement : « Eh bien, écoutez, ce n’est pas ce que Bruxelles veut, donc on ne peut pas le faire, et de toute façon les marchés seront contre nous et je pourrais appeler à de nouvelles élections qui pourraient essayer de faire revenir d’autres – des partis traditionnels – au pouvoir ». Encore que là, je crois qu’il vaut mieux qu’il n’essaie pas parce qu’on a l’impression que les gens sont suffisamment montés maintenant pour qu’ils votent encore davantage (rires) pour la Lega et Cinque Stelle la prochaine fois.

Le Monde, ce soir :

Continuer la lecture de Italie : Giuseppe Conte renonce à former un gouvernement

Partager :

DES DISSONANCES ITALIENNES À FORTE PORTÉE, par François Leclerc

Billet invité.

En matière de politique européenne, Emmanuel Macron joue petit et Matteo Renzi joue gros. Et cela ne s’accorde pas, minorant la main du premier. En Italie, les trois partis qui se partagent l’électorat – le Parti démocrate, le Mouvement des 5 étoiles et Forza Italia (ainsi que ses alliés) – sont désormais tous sur la même longueur d’onde, prenant leurs libertés avec les contraintes budgétaires européennes.

Continuer la lecture de DES DISSONANCES ITALIENNES À FORTE PORTÉE, par François Leclerc

Partager :

La machine-arrière du Brexit, par George Soros

Brexit in Reverse, Project Syndicate, June 19, 2017, par George Soros. Merci à Marianne Oppitz ! P.J. : je n’ignore pas que Soros, en tant que représentant authentique de la pensée socialiste – en dépit de son passé – est très logiquement la bête noire N°1 du proto-fascisme régnant en maître aujourd’hui à Moscou comme à Washington.

La réalité économique est sur le point de rattraper les faux espoirs du public. Lequel a cru aux promesses de la presse populaire qui affirmait que le Brexit ne ferait pas baisser son niveau de vie. Il n’est en fait parvenu à maintenir celui-ci qu’en augmentant son endettement.

Continuer la lecture de La machine-arrière du Brexit, par George Soros

Partager :

Le Monde / L’Écho – Les Britanniques peuvent-ils vraiment se passer du continent ? le 11 avril 2017

Dans Le Monde : Les Britanniques peuvent-ils vraiment se passer du continent ?

Dans L’Écho : Les Britanniques méprisent le continent mais n’ont jamais pu s’en passer

L’anthropologue Karl Pearson (1857 – 1936), inventeur du fameux « coefficient de corrélation », outil de base de la statistique, fit cette remarque à propos de restes humains mis à jour sur les champs de bataille de la guerre de Cent Ans, que rien n’était plus éloigné du crâne d’un combattant anglais que celui d’un Français.

Continuer la lecture de Le Monde / L’Écho – Les Britanniques peuvent-ils vraiment se passer du continent ? le 11 avril 2017

Partager :

« …TIREZ LES PREMIERS ! », par François Leclerc

Billet invité.

Quelle forte dynamique le Brexit a-t-il engagé ? Les commentateurs se perdent à tenter d’en évaluer les conséquences économiques, pour les uns et pour les autres, sans véritablement la percevoir dans toute sa globalité. Un second moment Lehman, en référence à la chute de la banque américaine Lehman Brothers, n’est pas nécessaire pour considérer que l’affaire ne vient que de commencer.

Continuer la lecture de « …TIREZ LES PREMIERS ! », par François Leclerc

Partager :

RT en français, Référendum sur le Brexit : conséquence du « mépris que l’on manifeste envers les électeurs », le 1er juillet 2016

Bon, cela devait arriver un jour, que j’accorde un entretien à quelqu’un d’autre que la personne à qui je croyais parler. J’ai cru répondre jeudi à « France Info », je répondais en réalité à « France RT ». Je viens de consulter le journal de mon téléphone, l’appel venait bien de Moscou. J’aurais dû faire attention… sauf que je ne savais pas jusqu’il y a quelques minutes à quoi ressemblait un appel en provenance de Moscou ! Comme je réponds la même chose à tous ceux qui me posent les mêmes questions, il n’y a pas grand mal et j’ai la faiblesse de croire que ce que je dis se prête particulièrement mal à tout effort de propagande. N’empêche, je vais aller me familiariser avec un certain nombre d’indicatifs téléphoniques… 😉

Référendum sur le Brexit : conséquence du « mépris que l’on manifeste envers les électeurs »

Plusieurs intellectuels dits « eurocritiques » ont signé un appel pour une renégociation des traités européens. L’un des signataires, économiste et anthropologue belge Paul Jorion, explique à RT ses raisons.

Continuer la lecture de RT en français, Référendum sur le Brexit : conséquence du « mépris que l’on manifeste envers les électeurs », le 1er juillet 2016

Partager :

L’arrogance et le mépris de classe (suite), par Jacques Seignan

Billet invité.

Dans sa dernière vidéo Paul Jorion évoque le Brexit. Un des fils rouges qui permet de comprendre ce qui se passe dans ces révoltes électorales aux terribles conséquences est le mépris sans limite, et affiché sans vergogne, par les classes qui se croient et se sentent supérieures.

Continuer la lecture de L’arrogance et le mépris de classe (suite), par Jacques Seignan

Partager :