CES BRANCHES QUI NE DOIVENT PAS CASSER, par François Leclerc

Billet invité.

À quelles branches se raccrocher dans un monde où les alertes et les incertitudes se multiplient ? Le Forum annuel de Davos a donné une petite idée de ce qui trotte dans la tête de l’élite mondiale à ce propos, ou plutôt de ce qu’elle laisse en échapper quand elle est en représentation.

Continuer la lecture de CES BRANCHES QUI NE DOIVENT PAS CASSER, par François Leclerc

Partager

Si j’étais Elon Musk…

Ouvert aux commentaires.

Elon Musk est le patron de la firme SpaceX qui a réussi hier à faire revenir de l’espace une fusée et à la faire atterrir verticalement en douceur (comme dans l’aventure de Tintin On a marché sur la lune).

Continuer la lecture de Si j’étais Elon Musk…

Partager

Le 1% se débarrassera bientôt des 99% encombrants, par AncestraL

Billet invité.

Je relisais l’article très intéressant de Bill Joy, fondateur de Sun Microsystems : Pourquoi l’avenir n’a pas besoin de nous. Et je me faisais la réflexion que la société, telle qu’elle avance aujourd’hui, continuant son mouvement initié avec la révolution industrielle, ressemble à une personne désespérée qui veut mettre fin à ses jours.

Continuer la lecture de Le 1% se débarrassera bientôt des 99% encombrants, par AncestraL

Partager

LA VALEUR ESPRIT SACRIFIÉE À L’UTILE ?, par Vincent Teixeira

Billet invité. Ouvert aux commentaires.

Face à certains outrages, aussi loin des illusions de l’angélisme que des poses du pessimisme, sans être ni pessimiste ni optimiste, sauf à se voiler la face, ou être dans l’auto-aveuglement, il est temps de sonner le tocsin, et comme disait Walter Benjamin , « il faut organiser le pessimisme 1 ».

Continuer la lecture de LA VALEUR ESPRIT SACRIFIÉE À L’UTILE ?, par Vincent Teixeira

Partager

1 – BILAN CHIMIQUE : des centaines de millions de tonnes de produits toxiques pour quelques pépites !, par Philippe Soubeyrand

Billet invité. Ouvert aux commentaires.

Alors que la Chine s’apprête à devenir « un acteur majeur » de la COP21, selon les propres termes employés par François Hollande, Président de la République, lors de sa réponse à la dernière question de sa conférence de presse de ce 7 septembre 2015, la catastrophe de Tianjin n’a pas encore fini de faire parler d’elle. Et alors que les dernières données rendues officielles font état de 160 morts (dont 107 pompiers et policiers) et de 13 disparus, le chiffre éloquent de 700 tonnes de cyanure de sodium (NaCN) vient d’être une nouvelle fois relayé par la presse chinoise [1], comme s’il fallait tout simplement s’arrêter à cela. Or, nous en avions déjà parlé lors d’un précédent billet [2], ce sont près de 2400 tonnes de produits chimiques divers et variés dont certains hautement toxiques, qui étaient entreposées là, sur l’un des ports commerciaux les plus importants au monde.

Continuer la lecture de 1 – BILAN CHIMIQUE : des centaines de millions de tonnes de produits toxiques pour quelques pépites !, par Philippe Soubeyrand

Partager

De la trahison de la science et du moyen de la retrouver, par Ioana-Noemy Toma

Billet invité. Ouvert aux commentaires.

Jean de La Fontaine,
L’AVANTAGE DE LA SCIENCE,  Livre VIII, fable 19 

Entre deux Bourgeois d’une Ville
S’émut (1) jadis un différend.
L’un était pauvre, mais habile,
L’autre riche, mais ignorant.
Celui-ci sur son concurrent
Voulait emporter l’avantage :
Prétendait que tout homme sage
Etait tenu de l’honorer.
Continuer la lecture de De la trahison de la science et du moyen de la retrouver, par Ioana-Noemy Toma

Partager

Le dernier humain, à la machine qui s’apprête à le terminer : « Mission accomplie ! »

Martin Rees est le quinzième Astronome Royal du Royaume-Uni depuis 1675, date de création du poste dans l’entourage du roi : « Pour s’appliquer avec le soin et la diligence les plus exacts à la rectification des tables des mouvements des cieux, et des positions des étoiles fixes, afin de découvrir la longitude tant désirée des endroits pour le perfectionnement de l’art de la navigation ».

Continuer la lecture de Le dernier humain, à la machine qui s’apprête à le terminer : « Mission accomplie ! »

Partager

Devenir des robots pour ne plus souffrir de la condition humaine, par Pascal

Billet invité

Tiré du documentaire d’Arte de 2012.

Pierre Dardot, professeur de philosophie (retranscription en italique)

« On construit la fiction d’un individu-cerveau, c’est-à-dire d’un individu qui est son cerveau et qui dans la mesure où il est son cerveau, doit faire attention au fonctionnement de ce cerveau. Donc, il doit faire attention pour éviter tout dérèglement de ce fonctionnement, et ne doit pas hésiter à recourir à des artifices pour améliorer le fonctionnement du cerveau. Parce que, bien évidemment, ce qui est en jeu ce sont les avantages compétitifs. Ce qui veut dire que les rapports entre les individus sont remodelés de manière à faire prévaloir la norme de la concurrence entre les individus conçus chacun comme étant une entreprise de soi ».

Continuer la lecture de Devenir des robots pour ne plus souffrir de la condition humaine, par Pascal

Partager

Le robot samouraï n’est toujours qu’une machine, par Pascal

Billet invité. À propos de la vidéo « Bushido Project« . Ouvert aux commentaires.

Comment interpréter la fin de cette vidéo sinon qu’en reconnaissant une certaine supériorité du robot sur le samouraï ?

Pourtant, le titre « Bushido Project » est la pure illustration de l’exploitation marketing de certains mots totalement détournés de leur sens réel et utilisés à contresens.

Continuer la lecture de Le robot samouraï n’est toujours qu’une machine, par Pascal

Partager

L’Open Source pour sortir la tête du bocal, par Pascal

Billet invité. Ouvert aux commentaires.

Et si nous fabriquions nous-mêmes nos outils et que nous mettions sur le Net nos recettes de fabrication ?

C’est l’idée qu’a eue un jeune Américain né en Pologne Marcin Jakubowski, en créant ses propres machines agricoles pour sa ferme écologique et en mettant en ligne sur son site Open source Ecology leur processus de construction.

Continuer la lecture de L’Open Source pour sortir la tête du bocal, par Pascal

Partager

Inutile de courir humains, vous mourrez fatigués !, par Roberto Boulant

Billet invité.

À tous celles et ceux qui se poseraient des questions sur la finalité de la chose, un indice : ce robot sera présenté au DARPA Robotics Challenge.

Continuer la lecture de Inutile de courir humains, vous mourrez fatigués !, par Roberto Boulant

Partager

Une explication « écono-territoriale » des Trente Glorieuses, par Timiota

Billet invité.

Il est courant de considérer les Trente Glorieuses avant tout dans un contexte historico-politique au sein de la montée inexorable des techniques (le « progrès »): la mise au pas d’une industrie et dune finance capitalistes qui certes assuraient de fortes croissances potentielles, mais venaient aussi d’accompagner deux Guerres Mondiales et la Grande Dépression.

De cette mise au pas, et d’un rapport de force rétabli entre travailleurs et capitalistes à la faveur de la peur du communisme, une grande redistribution des richesses, vers une large classe moyenne prospère, produisit des décennies de stabilité économique et de croissance, gommant rien moins que les secousses des indépendances des ex-colonies, ou que les doutes anti-consuméristes de 1968.

Je propose ici une vision complémentaire, basée sur des échelles spatiales et leur temporalité associées, ainsi qu’un « structuralisme de l’inégalité ».  Pour dire l’essentiel, des échelles momentanément ajustées entre politique et économie me semblent en effet une bonne clé d’explication aux Trente GlorSieuses .

Continuer la lecture de Une explication « écono-territoriale » des Trente Glorieuses, par Timiota

Partager

Pourquoi pas 100% d’électricité renouvelable décentralisée en 2050 ?, par Jean-Paul Vignal

Billet invité.

La publication récente par Mediapart dans des conditions cocasses de l’étude de l’ADEME « Vers un mix électrique 100% renouvelable en 2050», a suscité quelques remous. Elle a pourtant le grand mérite d’enrichir le débat sur la transition énergétique en montrant que le 100% renouvelable n’est pas une utopie à l’horizon 2050, mais une option techniquement et économiquement possible, dont le choix est donc « politique » au meilleur sens du terme.

Sur le fond, il convient de rappeler que, quoi qu’en disent les détracteurs de l’optimisme énergétique, l’analyse des données disponibles est plutôt rassurante pour le long terme, pour une raison simple et difficilement réfutable : on admet généralement que le soleil rayonne chaque année sur la terre 8,2 millions de quads, soit 2,4 milliards de térawatts/h. Or la consommation humaine est actuellement d’un peu plus de 500 quads, et tout porte à croire qu’elle ne devrait pas dépasser 2 000 quads, soit moins de 0,25%, quand, – les progrès technologiques aidant dans le domaine de l’efficacité énergétique -, la population humain se stabilisera et que chaque terrien aura accès à un mode de vie décent, s’il le souhaite. Si l’on ajoute les potentiels éoliens, géothermiques et hydrauliques, on conçoit assez facilement que la fourniture d’énergie durable n’est pas un problème de disponibilité de la ressource, mais un problème de « technologie », de choix de société, et, last but not least dans notre monde hyper-marchandise, de modèle d’affaires.

Continuer la lecture de Pourquoi pas 100% d’électricité renouvelable décentralisée en 2050 ?, par Jean-Paul Vignal

Partager

Et les « boîtes noires » des centrales nucléaires ?, par Alain Corréa

Billet invité.

La vérité est parfois cruelle mais ces jours-ci, elle a pris une allure épouvantable avec la découverte de l’origine du crash de l’Airbus allemand. En effet, le CVR ou cockpit voice recorder (enregistreur de conversations de la cabine de pilotage) a permis de savoir que le copilote avait sciemment précipité l’avion et ses passagers vers une mort certaine.

Sans le CVR, peu de personnes auraient imaginé cette hypothèse.

Le BEA analysait les éléments sonores mais la soudaineté de l’accident et son étrange « scénario » rendaient l’attente insupportable. Cette connaissance macabre mais essentielle a toutefois été possible grâce à une indiscrétion des milieux de l’enquête relayée par le New York Times, le tout à peine 48 heures après le terrible drame. Les auteurs des fuites font d’ailleurs l’objet d’un dépôt de plainte contre x par le syndicat des pilotes de ligne pour avoir rompu le secret de l’instruction (1).

Continuer la lecture de Et les « boîtes noires » des centrales nucléaires ?, par Alain Corréa

Partager

COP 21 : N’est-il pas trop tôt pour désespérer, Monsieur Attali ?, par Cédric Chevalier

Billet invité. Cédric Chevalier livre une analyse du dernier billet du blog de Jacques Attali

Comme vous le savez, Monsieur Attali, la forme interrogative et la paraphrase des propos des autres sont des paravents commodes pour préparer le terrain de sa démonstration dans un essai. Mais je vous propose dans cette analyse d’annuler les effets de ces artifices rhétoriques pour analyser la validité factuelle des propositions mises en incise de cette manière dans votre billet « À quoi peut encore servir la COP 21 ? ». C’est donc le fond des idées que vous avez évoquées ou défendues, et pas la forme ou la stratégie que vous suivez, dont je propose d’analyser avec vous la validité et la pertinence.

« Peut-on raisonnablement espérer qu’après tant d’échecs, une nouvelle conférence internationale, à Paris, en novembre prochain, réussisse à maitriser le réchauffement climatique ? »

Oui et non dans l’absolu.

Non, aucune conférence internationale ne réussira en elle-même à maitriser le dérèglement climatique. C’est donner trop de pouvoir à une simple conférence. Surtout après autant d’échecs de cette longue suite de conférences internationale portant sur le dérèglement climatique. Il y a un monde de différence, comme nous l’avons vu [Bas les masques Monsieur Attali] entre une intention, une parole, un texte et une réalisation concrète. C’est le cas de tous les textes internationaux.

Continuer la lecture de COP 21 : N’est-il pas trop tôt pour désespérer, Monsieur Attali ?, par Cédric Chevalier

Partager