20 réflexions sur « Vidéo – Transhumanisme et posthumanisme »

  1. Vers 22 minute y’a une grosse planche de salut en bois de Stiegler. Je savais ( merci pour les réfléxions préalable (déjà avec Descola)), mais je sens qu’il va falloir ( outre le greenwashing) imposer ce regard japonaisement bienveillant. Merci

  2. Selon mes propres « déformations de jeunesse » , j’ai parfois tendance à trouver que vous attribuez des traits à l’Humanisme qui ,dans mon panthéon ,sont plutôt des traits du Libéralisme philosophique (la faute à Rousseau sans doute ) , mais il est vrai que c’est une forme de rejet de l’état oppresseur qui a fait naitre l’humanisme libéral , alors que , paradoxalement l’humanisme revendique un statut politique citoyen via le Droit ( DDHC ) et une Constitution ( je suis dans ces clous là ).

    Il ne serait pas inutile de rappeler le parcours ancien de l’Humanisme ( grec , romain , chrétien , de la Renaissance et des Lumières ) jusqu’à sa presque mort provoquée par le traumatisme des deux guerres mondiales , qui à mis l’humanité en détresse ( comme l’accumulation des impasses actuelles ?) . Relever aussi comment et pourquoi des philosophies ( mais l’Humanisme est il bien une philosophie ?) autres ( dont le structuralisme et le marxisme !) ont pu le dévitaliser .

    Je remets ça aussi , pour rentabiliser  » mes prises de tête » :

    https://www.pauljorion.com/blog/2012/10/21/finance-et-ethique-une-approche-pragmatique/comment-page-1/#comment-373388

    1
  3. Il faut quand même garder un semblant de réserve, on pas mis le moindre pied dans le transhumanisme, ni les cristallins en plastiques ni les hanches en titane, pas plus qu’une jambe de bois ne font de nous des surhumains. Pour l’instant il n’y a pas le moindre humain qui ait des capacités supérieures grâce à la cyborgisation.

    Quid si les anges simultanément ont et n’ont pas de matérialité? 😉

    1. Pas de cornes ni d’ailes mais presque à chaque fois que je tombe sur du dup tantôt je l’immatérialise tant je me matérialise.

      C’est la patience le plus grand des pouvoir humains, ce qu’on fait tous!

    1. De manière générale, ce risque est très minime 😉

      Il faudrait qu’une maison d’édition française s’y intéresse. C’est l’audimat qui en décide, c’est-à-dire (appelons un chat, un chat) qu’une polémique se développe, internationale de préférence. Dans celui-ci, il y a ce qu’il faut ! (c’est une première pour moi : vous savez que je parle rarement de contemporains dans mes livres, si je critique quelqu’un, c’est Platon, Bismarck ou Gödel 😀 ).

  4. @ Paul Jorion…
    Vouiii, je sais, et vous “encensez” particulièrement Aristote !
    Mais j’aimerais, personnellement, avoir votre opinion sur Korzibsky, et sur la “Sémantique Générale” -en général…

    Cela pourrait paraître hors-sujet, mais la “S.G.” nous entraîne à séparer les faits bruts de nos interprétations.

    Hors je crois bien que, les “complotismes”, nous les interprètons, alors qu’on ne peut guère que les constater.

    Comprendre le ou les mécanismes, moi je veux bien.
    Mais j’aimerais bien qu’en dehors de toute croyance, révolte ou autre, mon entourage soit capable de comprendre la différence entre une pandémie et des accidents de la route.
    Et Qu’ils arrêtent de faire des conneries !

    Et ça, j’y arrive plus ! 🙁

    On fait comment maintenant ?

    1. Korzibsky ? Si j’ai bon souvenir, c’était l’une des stars du « Matin des magiciens », et de la revue Planète : exactement ce qu’on a envie de lire quand on a 15 ans, mais plus vraiment quand on en a 18 (sauf l’alchimie et la SF qui ont continué de me passionner) ! Mais ce sont des bons souvenirs !

      Korzibsky, honnêtement, je n’en sais pas assez pour avoir une opinion informée.

      1
      1. Korzybski et sa sémantique générale ont inspiré René Magritte (et beaucoup d’autres): ex. « ceci n’est pas une pipe » (la carte n’est pas le territoire).

  5. Bon, d’accord !
    Tout ça est sûrement dépassé maintenant, mais, avec Severan Schæfer, dans les années 70, j’avais pas mal étudié sur “le rôle du langage dans les processus perceptuels”, et tout ce que ça peut entraîner dans les problèmes de communication.
    Des stages (work-shops… 🙂 ) très intéressants, où on touchait du doigt le fait de réagir avant de s’en rendre compte.
    D’où des réactions facilement erronées…
    Bref… la fabrication d’un filtre (perso) pour garder du recul sur les informations qui nous entourent (mes 5, ou plus, sens en font partie aussi)
    Je n’ai pas encore fini “Comment la vérité et la vérité…” etc…
    Mais LA vérité étant essentiellement discursive, je cherchais votre avis…
    …également ! 😉
    C’est pour cela aussi que je vous avais questionné sur “Le monde des Ô, il y a déjà quelques temps : mais le tableau “Ceci n’est pas une pipe” attaque le même sujet…

    En gros : que voit-on ? qu’a-t’on envie d’y voir ? qu’a-t’on envie d’en croire ?
    C’est bien vrai qu’un bon gros complot, ça rassure !
    Et puis, comme ça, on peut toujours trouver des boucs émissaires…
    Bonne journée !

    1. Je crois ce que je vois ( comme Saint Thomas) , ou je vois ce que je crois ?

      Dans les deux cas , il vaut mieux avoir un bon oculiste d’abord , prendre le temps du recul et d’une nuit de sommeil , ensuite .

      1. Oui , mais si les yeux font du strabisme , le cerveau risque de mal interpréter .

        C’est d’ailleurs quand les organes déconnent qu’on peut vous sucrer votre permis de conduire .

  6. Bonjour à tous,

    L’humanisme me semble toujours le plus pertinent véhicule
    Pour ceux de nos semblables qui se veulent encore humanistes
    Et désirent avancer tout en le restant …
    Encourageons les donc , ils le méritent!
    Alors de grâce, évitons d’altérer davantage l’intemporalité du concept.
    En lui greffant d’inutiles et ronflants appendices.
    Avant de reléguer l’humanisme au rang des antiquités,
    Avec ces notions de post – et de trans- humanisme.
    Ne pourrions nous pas nous réapproprier l’outil,
    Et avant tout en redéfinir tous ensemble des usages et principes
    Davantage en rapport avec les contraintes de notre époque.
    Car je n’entends pas ici appeler à restaurer l’humanisme de la Renaissance ou des Lumières
    Mais plutôt à faire naitre un idéal humaniste évolutif.
    Cet humanisme, à l’évidence, pourrait être notre maison commune,
    Un refuge qui nous réunisse tous et ou chacun se sente chez lui.
    (Je rejoins , en cela, ceux qui en appellent à une sorte de constitution),
    Alors, bien-sûr, il faudra mener quelques travaux de transformation
    Mais les structures ont fait leurs preuves, et une fois réaménagée,
    Rien ne pourra nous empêcher d’ adjoindre quelques extensions…
    Histoire d’avoir quand-même un peu l’oeil
    Sur ces deux morveux de Post- et Trans-

    Très fraternellement, Eric.

  7. Bonsoir,

    Par ma barbe, quel débordement d’enthousiasme!
    Partirais-je donc de si loin?
    Me faudra t- il, pour qu’on m’entende,
    Que je sème, de mes conceptions, quelques échantillons?
    Bien ! Je m’exécuterai alors volontiers…
    Mais, si il faut que je dévoile ici la portée de mes batteries,
    Souffrez que je n’en dévoile qu’une infime portion.
    Je vous livrerai toutefois une pièce de choix,
    Tirée de ce bâtiment dont je peux déjà caresser l’étrave en chantier…
    Voici donc l’article premier de ce qui pourrait être
    Un  » Projet de constitution Humaniste planétaire »…
    A moins qu’on lui trouve un autre nom…

    Article Premier: Tout être humain naît, et grandit en apprenant à accepter sa fin.

    Oui, oui, c’est tout! hé, hé…
    Je sais que c’est à la fois très peu et beaucoup trop!
    Mais je suis persuadé que quelques-uns ici seront à même d’imaginer aisément
    Les valeurs immuables que pourraient défendre les articles suivants…
    Car je ne vais quand-même pas m’envoyer seul tout le boulot!
    Déjà que je risque d’être pris par certains pour le Ravi de la Crèche…

    Eric.

    1. Ça n’est pas parce qu’on est né dans une Crèche en sachant la « fin » , qu’on peut se dispenser de finir avec l’article 2 : ELOï , lamma sabachtani ?

      1. Cher ami,

        Savoir la fin n’est pas l’accepter.
        Mais je parle surtout d’apprendre, pas de savoir.
        Et, sans doute, aussi d’aimer.
        Mais le doute est une souffrance humaine,
        Et de même, toute souffrance peut conduire au doute.

        Quel chemin veut donc suivre votre article 2 – Renonçer à croire en soi, en l’autre, renoncer à aimer ?
        Si c’est le cas,
        De grâce, quittez enfin ce triste costume
        Qui, pour respirer, me semble par trop ajusté.
        Car si le mien tombe bien, je ne le dois,
        Qu’à mon choix d’un modèle qui n’a plus cours,
        Mais dont l’étoffe, aussi rare que précieuse,
        Déchirée et souillée, gisait sur mon chemin.
        Je n’ai fait qu’endosser un peu de sa chaleur,
        Et je vois bien que d’avoir oser m’en revêtir,
        Fait penser à chacun, selon le point de vue,
        Soit que le costume est trop grand,
        Soit que celui qui le porte est trop petit.
        Et bien-sûr qu’il est grand…
        Il n’est pas mien, puisque c’est le nôtre.
        Et je pense qu’il me faudrait, un peu d’aide,
        Pour porter un manteau qui serait plus utile
        A servir aux Humains de bannière.
        L’empêchant ainsi de glisser encore au ruisseau,
        Au risque de voir foulés aux pieds,
        Bien plus que ma seule pudeur,
        Nos ultimes rêves d’humanité.

        Pour conclure et poser la seconde pierre que m’inspire votre remarque:

        Article deuxième: Il n’existe pour l’être humain qu’un seul blasphème, celui d’ôter la vie.

        Eric.

        NB: La crucifixion n’est pas une bonne idée, le supplicié passe pour un martyre, et c’est ainsi qu’on initie des religions.
        Ponce Pilate n’était pas très clairvoyant, espérons que l’Histoire apprendra de ses erreurs passées…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.