Je ne suis pas d’accord avec vous (I), par Dominique Temple

Ouvert aux commentaires.

La raison de mon désaccord est que vous critiquiez l’économie capitaliste en ajoutant que personne ne propose de solution. Vous n’en proposez aucune j’en conviens, mais que signifie que vous disiez que personne n’en propose ?

Prétendre qu’il n’y a pas de solution signifierait-il que l’on ne dissocie pas ou que l’on ne veut pas dissocier l’économie capitaliste de l’économie politique, ou que l’on ne souhaite pas remettre en cause le capitalisme ?

Pour nous, la question est tout autre : faut-il suggérer un autre système économique qui oblige à tout modifier, depuis la Constitution jusqu’aux mœurs et coutumes des citoyens parce qu’ils sont tous compromis malgré eux ou collaborateurs volontaires, ou encore formatés et inconscients ?

Ou bien, au contraire, doit-on supposer que la société civile construit spontanément, inconsciemment, empiriquement, et quotidiennement les conditions favorables à l’économie politique, et que celle-ci l’emportera progressivement sur l’économie capitaliste ?

(I)

La catastrophe ou l’évolution ?

Selon la première hypothèse (la catastrophe), il faudrait attendre que le système s’effondre pour que de ses ruines naisse une autre société. Jamais un système économique ne change qu’il n’ait au préalable épuisé toutes ses forces, ses ressources, et actualisé ses potentialités, fussent-elles de nuisance pour la société. Dans les termes de Marx : jamais une société n’abandonne son idéologie avant que les forces productives n’aient par leur croissance disqualifié comme obsolètes ses rapports de production. Cela s’est vérifié encore récemment avec le collectivisme en Europe de l’Est. Le problème, avec le capitalisme, est que les forces productives appartiennent aux capitalistes, et que tout changement ne constitue qu’une crise dans son développement, qui se résout dialectiquement à leur avantage et non par une révolution. Faut-il attendre la dernière crise ? Ceux qui soutiennent cette thèse, se comptent sur les doigts de la main. Toutefois, au fur et à mesure que la catastrophe s’approche, ils deviendront très nombreux !

L’autre hypothèse (l’évolution) est qu’aujourd’hui les techniques évoluent si rapidement et deviennent si complexes, qu’elles échappent chaque jour davantage à ceux qui prétendent les manipuler à leur profit. Libres, elles devraient permettent à de nouveaux acteurs de bénéficier de la rigueur qui est la leur pour imposer au capital des normes qui lui sont étrangères. L’évolution de la science conduirait donc inexorablement au changement du pouvoir en faveur de la communauté internationale.

Cette autonomie de la technologie a déjà eu pour effet de permettre aux spécialistes de l’information de s’imposer au pouvoir, mais se faisant ils ont créé une sphère supranationale (purement fonctionnelle) de vampires financiers qui ont mis en péril des entreprises capitalistes familiales ou nationales et même étatiques, la Grèce par exemple. D’où la réaction des possédants qui se réfugient comme dans des forteresses (le repli américain, anglais et allemand-européen, et de façon plus générale des capitalistes sur le capital patrimonial). Mais ce repli libère un espace à une autre dynamique que celle de la spéculation financière, pour une technologie productive des conditions d’existence de la planète à laquelle concourt désormais une partie de la science. Autrement dit, la science se met au service de la démocratie. Elle libère l’économie politique de l’économie capitaliste, du moins répond-elle de façon de plus en plus attentive à l’indignation de la société inquiète des échéances.

En faveur de la première thèse (le grand soir ou l’apocalypse), chaque jour nous rapproche de la dernière crise ! Mais faut-il l’attendre ?

En faveur de la seconde (doit-on accompagner l’évolution ?), on éviterait le chaos mais au risque d’accélérer la croissance du capital au lieu de la maîtriser !

La réponse commune serait la préparation d’une autre Constitution qui fonde l’économie sur d’autres principes que la privatisation de la propriété, l’exploitation de l’homme par l’homme, et la croissance du profit, tout en acceptant une interface entre l’économie capitaliste et l’économie post-capitaliste. Et nombreux sont ceux qui y travaillent.

(à suivre …)

Partager :

26 réflexions sur « Je ne suis pas d’accord avec vous (I), par Dominique Temple »

    1. Ah…
      Interfaces des concepts capitalistes :
      Dettes => Amortissement
      Amortir le choc
      Amortir le choc des dettes

      Donc voir à qui les intérêts sont versés et savoir fermer les robinets de l’ancienne interface,
      ne garder que ceux de la nouvelle, en provisoire, jusqu’à nouvelle tuyauterie
      (et retour du plombier polonais… mais où ?)

  1. Chères toutes, chers tous,

    C’est mon dada quelle que soit la suite, avec ne serais ce que 10% de pétrole en moins la donne n’est plus du tout la même.
    Pour les USA
    Les petits producteurs de pétrole de schiste américain ferment font faillite et ne rouvriront pas.
    Les plus gros c’est pas vraiment sur d’autant que le « Baken » est déjà en déplétion.

    Pour le vénézuela dont le brut lourd sert à compenser et à raffiner le très léger schiste des USA, c’est déjà la mouise au prix d’avant qu’au prix d’après ce sera la super super mouise.

    Pour les Russes,
    En Sibérie les puits qui seront fermés pour cause que les stock et les tankers sont pleins ne pourront pas réouvrir pour bonne raison que l’oléoduc gèle quand il n’y a plus de circulation de pétrole.
    alors ils fermeront les plus vieux mais ils les ré ouvriront pas.

    Pour l’Arabie C’est ou dite au prix actuel ils vont pas tenir le traind de vie et la géopolitique de la guère au Yémen et par proxis avec l’Iran ne vas pas arranger leurs histoires.
    D’ailleurs si Amramco était si rentable pourquoi l’ont ils fait entrer en bourse.
    La aussi le prix actuel ne permet pas de faire des investissements et selon le géologue Lahirre il y a belle lurette qu’ils injectent de l’eau dans les vieux puits.

    L’investissement, de mémoire là encore il est est en chute depuis des années.

    Pour l’Europe le peak oil est passé partout et il repassera pour une deuxième louche.

    La hollande a prévu de fermer cette année Groninge avec + ou – 4 ans d’avance.

    La mer du nord qui avait payé la facture sociale du Royaume Unis sous Tacher est sur la fin.

    Ce n’est pas les 10 milliards de fond pétrole des Norvégiens qui seront remplacé par de nouveau parc à Saumon à tiques rebelle. Eux aussi ils sont sur la fin.

    Bon je ne listerais pas tous les autres pays dont on dit que les révolutions « Arabes » ont à voir avec le peak oil.

    Alors et je suis modeste car même si tout ceci est à la louche, – 10 % de disponibilité de pétrole dans le monde d’après qui repartirait se serait déjà un tragédie.

    Alors pour penser quelle protection sociale, quelle sécurité militaire quelles focntions régaliennes, une agriculture même subventionnelle ne fonctionne pas sans tracteur et les monstres actuels font entre 30 et 50 litre à l’heure.

    En bonus et cerise sur le gateau le pétrole vert, prenons celui des USA qui est fait avec du maïs.
    Après on garde les tourteaux de maïs pour le bétail.
    Et bien au prix actuel c’est même plus la peine de semer.

    En France nous sommes dépendants des tourteaux de protéine végétale soja, maïs et autre à plus de 80% d’importation. Importation majoritaire des Amériques.

    Il y a un article dans le Paysans Breton que je vous donnerais plus tard.

    Je dois libérer l’ordi.

    Allez à bientôt, avec toute ma tendresse non pétrolum, Pierre de la tribu des Quel(s) Art(s).

    1. Cher Pierre Queralt
      Lorsque l’on tient des propos du genre de ceux que vous venez d’écrire – en gros : « Il n’y a plus de pétrole ! » – il se trouve toujours des gens, dans « l’auditoire des écoutants ou des lisants », pour dire : « On trouvera autre chose ! »
      Ainsi, depuis le tout début des années 90, je suis pris pour un con, parce que ces propos, je les tiens dès que je peux, dès que l’occase se présente, un peu tenu que je suis par la charte des géologues de l’UFG. J’essaie de prévenir mes congénères des risques que génère notre économie. Un vrai rabat-joie !
      Rien n’y fait.
      D’où quantité de surnoms.

      Alors je vous préviens que vous allez voir qu’il va s’en trouver ici même des optimistes béats, qui vont encore soutenir mordicus que, « avec les énergies renouvelables, on va pouvoir… »
      Stop ! Je dirais. Game over ! Votre avis n’a plus lieu d’être écouté et encore moins entendu.
      Moi, maintenant, ce qui m’intéresse, c’est les avis des zadistes. Ils sont pas cons, les zadistes ! Si vous saviez comme c’est beau, à tout point de vue, dans certains coins des ZAD !
      Il reste encore une toute petite chance de s’en sortir mal en point, mais tout de même, (notamment en restaurant la Nature, en arrêtant le feu d’artifice avec ce qui reste de pétrole et en changeant la logique de l’économie, il ne s’agit plus de perdre du temps à écouter celles et ceux qui n’ont jamais écouté et qui se sont toujours, et pour toujours, trompés.

      Si vous saviez comme j’ai toujours eu envie d’avoir tort !
      Mais je n’ai jamais réussi à changer d’avis. Non pas que je serais têtu – bien que breton d’adoption quand même !
      Non ! Ce qui m’a empêché de changer d’avis, c’est juste les Lois de la Physique. Vous savez, des trucs du genre « Dans un volume V il ne peut y avoir V1, avec V1 supérieur à V » ; des trucs simples en fait, et que l’on comprend sans qu’il soit besoin de faire X ou l’ENA et que, sauf exception, l’on ne comprend plus dès qu’on a fait ces ‘écoles ! Des trucs simples qui on fait dire à un mec, un jour : « Ceux qui croient qu’il peut y avoir une croissance… ou économiste ».

      J’ai pourtant fait des efforts. J’suis même allé, très souvent, vu que tout le monde semblait savoir et avoir raison, simplement en affirmant, imaginer que Carnot, Prigogine, Roegen avaient peut-être eu tort. Qu’ils se seraient trompés !?!
      Enfin bref, m’suis pourri la vie. M’suis fait du soucis. M’suis dit que j’étais un nul, un naze…
      Et maintenant, pour les soucis, ben c’est pire ! Parce que les Carnot, Prigogine, Roegen (ce dernier n’ayant jamais été publié en langue de Molière), ils avaient raison ! Et parce que le futur, il va être terrible.

      Caliméro vous souhaite un bon déclin.

      1. Cher Ecoudouble,
        Merci pour votre comment taire la fin de la disponibilité du pétrole comme on ouvre et ferme le robinet d’eau de sa douche.
        La douche sera froide ou chaude et la géopolitique hésitera entre nouvelle guerre froide style c’est les chinois qui on trafiqué le virus comme la fiole preuve de la présence d’armes chimiques en Irak.
        Mais bon ne nous écartons pas du sujet, le capitalisme pourra ou pas survivre il gèrera ou pas la déplétion.
        comme vous le rappelez nous sommes soumis au lois de la physiques, nous sommes nous humain une machine thermo-dynamique.
        Les calories de notre alimentation se retrouve grosso modo en 1/3 d’énergie transformé pour faire tourner notre corps, 1/3 en chaleur et caca,pipi, 1/3 en énergie pour les muscles et le cerveaux.

        L’économie c’est pareil 1/3 d(entropie, 1/3 de dissipation de chaleur et 1/3 en travail.

        Moins d’énergie disponible c’est moins de travail réalisé à la fin.

        Je partage l’in-je sais pas quoi de toutes et tous les instruits qui ne mettent pas la disponibilité d’énergie au même niveau que manger dans la pyramide de Maslow.

        Il y a toujours les vidéo de François Rodier qui explique que notre système social par la thermo dynamique.

        Alors faîte un bon gros potager, vous gagnerez des sous car du faut des problèmes de flux les légumes bio ont augmenté de 25% et les conventionnel de 10%.

        Les info main stream parle des tomates mais quand interdira t-on les tomates au gaz encore à cette époque de l’année.

        Pour la majorité j’ai le sentiment que mes sœurs et mes frères sont encore à un stade enfantin, même de l’enfant roi, je veux, j’exige ma tomate pour ma fraise parce que je le vaut bien.

        Bon ma planche d’herbes à gazon que je transforme à la main m’attends pour y préparer mes carottes.

        Comme dans le livre pour enfants édition Père Castor, « Les bon amis » ou chacun va donner à sa voisine son voisin la carotte qu’il a en trop, c’est tous ensemble qu’on est résilient.

        J’ai triplé ma surface potagère, au pire cela fera 3 jours de « bouffe » avec mes voisins au mieux si eux aussi font du potager et/ou augmente leur production c’est cela qui nous rendra résilient.

        Alors pour celles et ceux qui ont un jardin, c’est le moment.

        Avec ma tendresse terre votre, Pierre de la tribu des Queralt’s.

  2. Parler d’interface et « d’économie post-capitaliste » signifie-t-il qu’au lieu de faire de l’évolution spontanée -inconsciente « , vous allez proposer de faire de  » l’évolution consciente balisée » vers des solutions dont on aurait déjà une « conscience  » suffisamment élaborée .

    Pour parer au risque d’accusation de favoriser une République des élites ( qui ont dores et déjà la vision de l’économie post-capitaliste ) , est ce que le processus d’interface ne doit pas s’accompagner d’une maturation et partage démocratique ( même si  » nombreux  » sont ceux qui travaillent ) de cette économie post-démocratique ? Qu’en disent les peuples américains , brésiliens ,anglais , hollandais , luxembourgeois , autrichien , hongrois …..chinois et russe à vérifier ?

    On souhaite que les « nombreux » le soient dans les 193 pays de l’ONU .

    1. Eh ! juannessy !
      Qu’est-ce que ça veut dire « démocratique » ?
      C’est pas dans le dictionnaire officiel du néolibéralisme !

  3. Bonjour,
    Selon Marx, il serait bien de revoir (la classe ouvrière ) par activité économique. Il est fondamentalement
    « Dégueulasse » que le viticulteur fasse appelle à de la main d’oeuvre étrangère pour les travaux dans les vignes.

  4. Dans la continuité de mon précédent commentaire, Michel Husson (économiste)fait paraître quelques lignes de l’oeuvre de Marx : « les rouages du capitalisme »
    Oui la classe ouvrière c’est pas du cinéma

  5. L’émission « Les cours de l’Histoire » de France Culture du 21/04 nous livre une excellent analyse de la propriété et ses effets néfastes.
    Une propriété privée à hauteur d’homme oui.
    Un ménage propriétaire de son logis en prendra plus soin en général qu’un locataire.
    Tous les excès de propriété sans limite non.
    Exemple : certains propriétaires de multiples propriétés immobilières les font trop souvent financer par leurs locataires et accumulent ainsi du capital personnel à peu de frais.
    Ce n’est qu’un exemple assez mineur face à certains mégas propriétaires qui amassent.

    Loin d’une histoire naturelle déconnectée des hommes et extérieure aux sociétés, l’histoire environnementale s’applique à révéler les pratiques et les rapports de force qui lient depuis toujours les sociétés humaines à leur environnement.
    https://www.franceculture.fr/emissions/le-cours-de-lhistoire/lhistoire-en-vert-24-la-nature-et-le-capital-0
    L’émergence de la propriété individuelle et exclusive transforme radicalement le rapport à l’environnement puisqu’on peut dire que c’est un rapport désormais cadastral, géométrique qui s’instaure. Cela place la cosmologie des sociétés dans une sorte de face à face de l’individu, qui triomphe au même moment, et la nature, mais la nature vue comme appropriable, cadastrable, découpable en morceau géométriques. L’émergence de la propriété privée fait partie de l’émergence et de l’affirmation définitive du naturalisme, dans le sens où la nature est vue comme cet objet inerte qu’on peut s’approprier et qui se trouve désormais dans un face à face avec une foule d’individus. Fabien Locher
    Les relations entre propriété et environnement sont complexes mais un certain type d’appropriation privatique et exclusive a des effets écologiques néfastes, en même temps que des effets sociaux néfastes. Il est important de garder à l’esprit cet entrelacement entre des effets écologiques et des effets sociaux. Une véritable pensée environnementale est une pensée qui lie toujours ces deux dimensions c’est-à-dire l’accès aux ressources pour les individus d’une société et par ailleurs la bonne santé de ces ressources et de cette nature qui fait vivre. Fabien Locher
    Un sujet sérieux mais traité quelque peu avec humour.

  6.  » L’évolution de la science conduirait donc inexorablement au changement du pouvoir en faveur de la communauté internationale. »
    La communauté internationale dans l’esprit de l’auteur, c’est quoi, c’est qui ?

  7. » L’évolution de la science conduirait donc inexorablement au changement du pouvoir en faveur de la communauté internationale. »

    Ah ? Pas dans l’esprit de Billy, billy, zé consorts, krands philanthropes devant l’Eternel, en tous cas !

    Aaaah le monde selon billy billy Gates, entre autres, hélàs…les portes du monde Orwellien qui s’ouvrent, c’est y pas mimi toussa toussa : pouah !
    Des « certificats numériques » ie des micro-puces électroniques, placés sous la peau et qui enregistreraient si quelqu’un a été vacciné ou pas contre le Covid19, voire votre dossier de santé.

    “A terme, nous aurons des certificats numériques pour montrer qui s’est rétabli ou a été testé récemment ou quand nous avons un vaccin qui l’a reçu”, a écrit billy Billy.
    https://www.ted.com/talks/bill_gates_how_we_must_respond_to_the_coronavirus_pandemic

    Storing medical information below the skin’s surface
    Specialized dye, delivered along with a vaccine, could enable “on-patient” storage of vaccination history.
    https://news.mit.edu/2019/storing-vaccine-history-skin-1218

    Biocompatible near-infrared quantum dots delivered to the skin by microneedle patches record vaccination
    https://stm.sciencemag.org/content/11/523/eaay7162

    Et en partenariat avec Gavi en Inde et pour les SDF au Texas :

    ID2020 and partners launch program to provide digital ID with vaccines
    “We are implementing a forward-looking approach to digital identity that gives individuals control over their own personal information, while still building off existing systems and programs,” says Anir Chowdhury, policy advisor at a2i. “The Government of Bangladesh recognizes that the design of digital identity systems carries far-reaching implications for individuals’ access to services and livelihoods, and we are eager to pioneer this approach.”

    « The City of Austin, ID2020, and several other partners are working together with homeless people and the service providers who engage with them to develop a blockchain-enabled digital identity platform called MyPass to empower homeless people with their own identity data. »
    https://www.biometricupdate.com/201909/id2020-and-partners-launch-program-to-provide-digital-id-with-vaccines

  8. Rien ne sera comme avant entend-on évoquer, mais il faut remarquer que les forces contrôlant l’économie (MEDEF + affiliés politiques + système bancaire) poussent pour une reprise au plus vite de l’économie telle qu’elle était avant l’irruption du COVID-19 détraquant la bonne marche des choses.
    Dans tous les compartiments politiques, la question de la reprise est évoquée et pour certain, évoquent l’obligation d’un changement profond du type de vie en société.
    Il serait évidemment judicieux de poser la question en toute honnêteté aux populations, par le biais d’élections anticipées ou de référendum par exemple.
    Il y a actuellement sur notre planète bleue deux grands systèmes d’organisation : capitaliste pur et dur en Amérique du Nord et en Europe (teinté de plus ou moins de socialisme) et le système chinois qui se prétend ‘communiste’ mais admet l’enrichissement individuel parallèlement à la gestion étatique du système économique et social.
    Ne pourrait-on s’inspirer utilement de la nouvelle constitution de Cuba, laquelle défini le pays comme socialiste dont les productions essentielles sont contrôlées par l’État via la planification ; le travail rémunéré doit être la principale source de revenus ; s’il est possible d’être propriétaire de son logement, la concentration de biens et richesses est prohibée, en bref à Cuba il est possible de vivre bien mais pas de devenir milliardaire.

    La constitution actuelle : https://www.gacetaoficial.gob.cu/sites/default/files/goc-2019-ex5_0_0.pdf

  9. Et en écho au billet de D Temple, Bruno Latout sur FI.

    Bruno Latour : « Si on ne profite pas de cette situation incroyable pour changer, c’est gâcher une crise »
    « On a un arrêt général brusque et il serait terrifiant de ne pas en profiter pour infléchir sur le système actuel », poursuit Bruno Latour. « On disait qu’il était impossible de tout arrêter, on l’a fait en deux mois. On se rend compte que brusquement, on peut tout arrêter et que les États peuvent s’imposer. Si on ne profite pas de cette situation incroyable pour voir ce qu’on garde ou pas, c’est gâcher une crise, c’est un crime. »

    « En décembre, on allait vers une autre catastrophe qui est la mutation écologique. Malgré la situation tragique que nous vivons, elle est moins tragique pour les gens qui s’intéressent à la mutation écologique », analyse le philosophe et sociologue.  »
    https://www.franceinter.fr/emissions/l-invite-de-8h20-le-grand-entretien/l-invite-de-8h20-le-grand-entretien-03-avril-2020

    1. La mutation écologique contre l’étalement urbain n’est autre que de faire profiter à certains du droit de vendre leur terrain pour construire.
      Si la terre avait un prix égal aux terrains à construire, il n’y aurait pas de mutation écologique.

  10. Les techniques échappent-elles réellement à ceux qui prétendent les manipuler à leur profit ?
    Il est permis d’en douter ou du moins de constater que nous ne sommes pas vraiment sur cette voie.
    La question serait plutôt d’échapper à certaines utilisation de la technique et je ne vois que le politique pour ce faire.

    un exemple dans l’actualité :
    https://www.arte.tv/fr/videos/083310-000-A/tous-surveilles-7-milliards-de-suspects/
    …/… Aujourd’hui, plus de 500 millions de caméras sur la planète offrent aux autorités la capacité de nous surveiller, à peu près partout et à chaque instant. Sous couvert de lutte contre le terrorisme ou la criminalité, les grandes puissances se sont lancées dans une dangereuse course aux technologies de surveillance. Dorénavant, l’incroyable perfectionnement de l’intelligence artificielle valide l’idée d’un regard total. Aux États-Unis, les forces de police utilisent la reconnaissance faciale pour identifier les suspects. En Chine, les caméras peuvent repérer les criminels de dos, à leur simple démarche. En France, la police utilise des caméras intelligentes qui analysent les émotions et les comportements des passants. …/…

    1. Je suis manipulée comme d’Autres le sont. Je ne crois pas à la mutation écologique parce que l’immobilier à déjà tiré partie de son activité comme l’ont fait les divers groupes politiques.
      Je dirai même que certains groupes fonctionnent comme des moutons de panurge. Ils ont réussi à mettre les habitants les uns contre les autres. La plupart ne connaissent pas le territoire éligible. Ils se contentent des prendre en compte des divers congrès de leur parti politique. Désolé de dire ce que je pense.

    1. Nous aussi et avec impatience .

      Tellement qu’on a pris le risque d’écrire la suite nous même .

      Suspens donc , d’autant qu’on ne sait toujours pas qui est vous et qui est nous .

    1. Peut être même en seconde catégorie avec un soupçon de début de troisième voie telle qu’ on peut l’imaginer sous la plume à venir de Dominique Temple .

      Mais faire du travail et de l’appropriation des moyens de production ( comme Octobre ) une clé miracle pour pouvoir accéder au nouveau monde , sans mettre plus largement la propriété privée ET publique sur l’établi , me parait réducteur de l’enjeu propriété , et réducteur globalement quant au nombre de principes à remettre en cause dans la Constitution dynamisante de Dominique Temple ( qui en cite trois , ce qui n’est d’ailleurs pas forcément idéalement exhaustif ).

      Votre premier lien est par contre directement en résonance avec les billets de Dominique Temple .

Les commentaires sont fermés.