À propos de « No More Work. Why Full Employment Is a Bad Idea » de James Livingston, par Madeleine Théodore

Billet invité. Ouvert aux commentaires.

Le livre de James Livingston, No More Work * – mais dont il explique dans les premières pages qu’il aurait voulu l’appeler « Fuck Work » – agit sur le lecteur comme une psychanalyse, la question qu’il nous soumet sans ambages étant la raison de notre attachement plein de persévérance à la « valeur travail », alors que nous pourrions et surtout devrions nous tourner vers une autre voie, actuellement, pour répondre à nos aspirations les plus profondes, les emplois disparaissant chaque jour davantage « grâce » à l’automation.

Continuer la lecture de À propos de « No More Work. Why Full Employment Is a Bad Idea » de James Livingston, par Madeleine Théodore

Partager

Harari/Jorion, par Michel Jourdan

Billet invité. Ouvert aux commentaires.

Tout d’abord, permettez-moi de me présenter. Je m’appelle Michel Jourdan et j’ai 49 ans. Je suis Belge et suis établi depuis plus de 15 ans à l’île Maurice, où je travaille dans la presse écrite.

Le mois dernier, j’ai lu deux ouvrages offrant des prédictions radicalement différentes sur le devenir de l’humanité, à savoir Homo Deus, de Harari, et Le dernier qui s’en va éteint la lumière, dont vous devez très bien connaître l’auteur. Je ne sais pour quelle raison, mais de les avoir lu successivement m’a amené à vouloir dresser une comparaison, notamment en termes de perspectives. Continuer la lecture de Harari/Jorion, par Michel Jourdan

Partager

Le chercheur satisfait et DeepL

Ouvert aux commentaires.

Qu’espère un chercheur en fin de carrière ? Il espère que ses idées soient aisément accessibles à un grand nombre de personnes.

J’ai récemment eu (il y a un mois) la satisfaction que la première condition soit remplie sous la forme d’un excellent résumé, présentant en sus la garantie d’un tiers impartial (en l’occurrence, de deux) disant : « Écoutez-moi, ceci mérite d’être lu », ce qui est d’une tout autre qualité que d’en faire soi-même la réclame. Il reste le second souhait, celui du grand nombre de personnes à vous lire, qui pour l’auteur écrivant en français et non-traduit, reste largement inexaucé.

Continuer la lecture de Le chercheur satisfait et DeepL

Partager

LA GRANDE MUTATION SOUTERRAINE DE NOS SOCIÉTÉS, par François Leclerc

Billet invité.

Nos sociétés mettent progressivement en place les instruments d’un contrôle social sophistiqué. Alimentée par les révélations sur la NSA américaine, cette alarme a ensuite pris corps. Puis elle a été confortée en Chine, où ce contrôle s’installe dans une version accomplie, sous les auspices d’un comité ad hoc que préside Xi-Jinping, son nouvel empereur.

Continuer la lecture de LA GRANDE MUTATION SOUTERRAINE DE NOS SOCIÉTÉS, par François Leclerc

Partager

Numérisation : L’avenir des centres commerciaux

Ouvert aux commentaires.

Images extraites de Seph Lawless, Autopsy of America (2017)

Continuer la lecture de Numérisation : L’avenir des centres commerciaux

Partager

Ces humains qu’on croise dans les gares et au sommet des gratte-ciel, par Pierre-Yves Dambrine

Billet invité. Ouvert aux commentaires.

Je viens de visionner l’impressionnante vidéo « si vous ne savez pas quoi faire dimanche ».

Continuer la lecture de Ces humains qu’on croise dans les gares et au sommet des gratte-ciel, par Pierre-Yves Dambrine

Partager

Les nouvelles technologies numériques et l’automatisation sont-elles une question de survie ? par Emmanuel Rousseaux

Billet invité. Ouvert aux commentaires.

Le texte ci-dessous (traduction d’un résumé par Jean Hagan de l’étude produite conjointement par l’Institute for the Future, think-tank californien, et Dell Technologies (juillet 2017) est très intéressant parce qu’il est probablement un très bon condensé de la vision actuelle du monde des affaires et de spécialistes en pointe sur le sujet. Continuer la lecture de Les nouvelles technologies numériques et l’automatisation sont-elles une question de survie ? par Emmanuel Rousseaux

Partager

La Silicon Valley a dû en rabattre. Mais ses projets restent aussi dangereux, par Evgeny Morozov

Billet invité. Merci à Timiota pour la traduction !

La Silicon Valley a dû en rabattre. Mais ses projets restent aussi dangereux, par Evgeny Morozov © The Guardian

Harcèlement sexuel, querelles au sujet du terrorisme, craintes de leur impact sur les politiques sociales : le retour de manivelle contre les « Big Tech » a commencé. Où finira-t-il ?

Continuer la lecture de La Silicon Valley a dû en rabattre. Mais ses projets restent aussi dangereux, par Evgeny Morozov

Partager

La « négociation » de la révolution numérique selon Bernard Stiegler, par Madeleine Théodore   

Billet invité.

Notre époque est traversée par un flot de questions sans réponses, du moins immédiates, et de situations propices à déboucher sur le désespoir. C’est ce que confirme Bernard Stiegler dans l’introduction à son livre paru chez Fayard en 2015, L’emploi est mort, vive le travail ! *, lorsqu’il affirme : « Les gens sont dépressifs, et moi aussi » (p. 16).

Continuer la lecture de La « négociation » de la révolution numérique selon Bernard Stiegler, par Madeleine Théodore   

Partager

LE TEMPS QU’IL FAIT LE 28 JUILLET 2017 – Retranscription

Retranscription de Le temps qu’il fait le 28 juillet 2017. Merci à Marianne Oppitz et Olivier Brouwer ! Ouvert aux commentaires.

Bonjour, nous sommes le vendredi 28 juillet 2017 et hier, j’ai reçu un long message d’un participant au Blog, qui fait des billets sur le blog, et qui participe aussi à l’activité du groupe plus restreint qui s’appelle : « Les Amis du Blog de Paul Jorion ». Il m’envoyait un portrait de la situation de mon blog, des « Amis du Blog de Paul Jorion » et, d’une manière plus générale aussi, de la situation dans les pays où on lit, où on écoute essentiellement le Blog de Paul Jorion, c’est-à-dire dans les pays francophones : en France, en Belgique, en Suisse, au Québec et dans d’autres endroits. Continuer la lecture de LE TEMPS QU’IL FAIT LE 28 JUILLET 2017 – Retranscription

Partager

Mark O’Connell, To Be a Machine (VI) La Singularité est-elle pour demain ?

Ouvert aux commentaires.

Comme le fait remarquer O’Connell dans son remarquable To Be a Machine (2017), la Singularité, telle que la comprennent les transhumanistes correspond bien à ce que J. Good, un ancien agent du contrespionnage britannique, avait caractérisé dans le titre d’un article publié par la NASA en 1965 comme « La dernière invention que l’homme devra jamais faire » (The last invention man need ever make) (90) : à partir de ce point de basculement, la machine inventerait tout, alors que nous, êtres humains, nous nous trouverions dans la position inconfortable du chimpanzé tentant d’interpréter ce qu’un être plus intelligent que lui tel que nous, décide de faire autour de lui.

Continuer la lecture de Mark O’Connell, To Be a Machine (VI) La Singularité est-elle pour demain ?

Partager