Archives de catégorie : Technologie

La rénovation thermique des bâtiments doit trouver une nouvelle voie, par Stéphane Gaufrès

Ouvert aux commentaires.

Des études récentes se sont intéressées à l’impact réel des travaux entrepris pour améliorer l’isolation des bâtiments d’habitation. « L’impact réel » a été mesuré  par l’économie constatée après travaux sur la facture énergétique des ménages concernés. Une étude américaine en 2018 et une étude française en 2019 (exposée par un des auteurs sur le site slate.fr) font le constat étonnant d’une performance calamiteuse des travaux entrepris pour améliorer la performance thermique des logements anciens. 

Continuer la lecture de La rénovation thermique des bâtiments doit trouver une nouvelle voie, par Stéphane Gaufrès

Partager :

VHS, Betamax vs. Blu-Ray

Je vais une fois de plus mettre vos connaissances à contribution. Bien que je parle rarement de cinéma, je dispose d’une collection importante (1000 ou beaucoup plus ?) de disques et de cassettes dans divers formats : VHS, Betamax, DVD, Blu-Ray. Je dispose du coup d’une batterie de lecteurs (+ un indispensable transformateur 110v => 220v) qui me permet de continuer à visionner tout ça.

Question : j’ai le sentiment que la qualité de l’image sur les cassettes est comparable au Blu-Ray. Ai-je la berlue ?

Merci d’avance !

Partager :

La fusion nucléaire, dernière planche de salut des Cornucopiens ?, par Cédric Chevalier

Ouvert aux commentaires.

Qui sont les Cornucopiens ?

Le terme « Cornucopien » provient du latin « cornu copiae », qui signifie « corne d’abondance ». Cette corne, bien connue des amateurs d’arts, de tableaux et de plafonds sculptés, est le symbole antique de l’abondance et de la prospérité. De la corne d’abondance mythique jaillissait tout ce qui était nécessaire à la prospérité humaine, sans limite. Bien que ce terme soit utilisé péjorativement par leurs adversaires, on peut appeler aujourd’hui « Cornucopiens » toutes les personnes qui croient que nous trouverons toujours les moyens de répondre aux besoins humains, quels qu’ils soient. Les Cornucopiens estiment que, grâce au Progrès technoscientifique et économique, la Terre et l’univers contiennent assez d’énergie et de matière pour répondre à la hausse illimitée de ces besoins, quelle que soit la taille et le niveau de vie de la population. Il s’agit bien d’une croyance, sauf à penser que les Cornucopiens auraient secrètement inventé la machine à voyager dans le temps pour démontrer leur opinion. Il s’agit donc aussi d’un pari sur l’avenir, un pari résolument techno-optimiste. Bien sûr, il y a des Cornucopiens radicaux, qui répondent fidèlement à cette définition, et d’autres qui exprimeront quelques bémols, par exemple quant à la taille de la population et le niveau de vie qui serait permis sur Terre et dans l’Univers, et les contraintes à prendre en compte.

Continuer la lecture de La fusion nucléaire, dernière planche de salut des Cornucopiens ?, par Cédric Chevalier
Partager :

Louvain-la-Neuve, À quoi bon penser à l’heure du grand collapse ?, le 30 août 2019 – Retranscription

Retranscription de À quoi bon penser à l’heure du grand collapse ?, le 30 août 2019.

Merci d’être là. !

La prise de conscience

Vous venez d’écouter, d’entendre, peut-être même d’apprendre un certain nombre de choses. En effet, les faits sont là. Si j’étais moi, Antoine, je dirais : « Non, ce n’est pas une crise. Non, ce n’est pas un effondrement. C’est seulement, mon général, une extinction ».

Ça me rappelle qu’effectivement – il y a été fait allusion tout à l’heure – quand j’ai écrit ce livre en 2015, qui est paru en 2016, qui s’appelait Le dernier qui s’en va éteint la lumière, l’éditeur, pour qu’on sache de quoi il s’agit, si le titre n’était pas suffisamment éloquent, a voulu mettre ce bandeau « Essai sur l’extinction ». La question s’est posée à ce moment-là. Est-ce que c’était une bonne idée ou non ? Parce que ça a fait rire un certain nombre de personnes et c’était seulement il y a 3 ans, seulement il y a 3 ans.

C’est pour ça que quand on me dit parfois : « Vous ne regrettez pas de prêcher dans le désert ? », je dis : « Non, les choses vont très très vite ! ».

Continuer la lecture de Louvain-la-Neuve, À quoi bon penser à l’heure du grand collapse ?, le 30 août 2019 – Retranscription

Partager :

« Brève de comptoir » au zinc de Rouen, par Timiota

Ouvert aux commentaires.

La chimie a tout pour devenir un mode de connaissance du monde. On aurait aimé qu’à l’occasion de l’incendie géant de l’usine Lubrizol à Rouen, les connaissances des chimistes de la planète, ou au moins de l’Europe, soient mobilisées, car ce site, comme le nom Lubrizol l’indique, est un des rares à fabriquer des lubrifiants avec les additifs spéciaux qu’ils contiennent. Il sera donc question ici de Zinc, Soufre Phosphore et d’une histoire qui remonte aux années de la guerre, lorsque les avions britanniques survolaient entre autres… Rouen.

Continuer la lecture de « Brève de comptoir » au zinc de Rouen, par Timiota

Partager :

Namur, Conférences du Samedi, Vers un nouveau monde – Questions de la salle, le 23 mars 2019

Ouvert aux commentaires.

Sylvain Laurens, Les courtiers du capitalisme. Milieux d’affaires et bureaucrates à Bruxelles, Agone, 2015

François Quesnay, Tableau économique de la France, 1759

La vidéo de mon exposé – avant les questions de la salle – se trouve ici.

Partager :

Université catholique de Lille, Paul Jorion : « Déclarer l’état d’urgence pour le genre humain ? », Le transhumanisme – Retranscription

Retranscription de Université catholique de Lille, Paul Jorion : « Déclarer l’état d’urgence pour le genre humain ? », 2eme de six conférences, Le transhumanisme est-il la nouvelle religion d’une technologie triomphante ?, le 11 décembre 2018. Merci à Eric Muller ! Les premières minutes manquent. Le transhumanisme y est situé dans plusieurs traditions de la pensée occidentale, qui se chevauchent partiellement : l’individualisme, l’« esprit des Lumières ». Ouvert aux commentaires

[… ] Parfois, les auteurs renvoient à des penseurs, par exemple Jean-Jacques Rousseau, ou Nicolas de Condorcet sur la notion de perfectibilité, c’est-à-dire de la capacité de l’homme à se perfectionner lui-même – une réflexion qui est parfois fondée d’ailleurs sur un parallèle avec la domestication – nous avons domestiqué certains animaux pour en tirer parti ; les chiens pour le plaisir de les avoir avec nous à la chasse ou défendre nos maisons, les cochons pour les manger et les vaches pour les manger ou en tirer du lait. Ces espèces ont connu une évolution tout à fait particulière : la vache ne ressemble plus fort à l’auroch – sauf par quelques traits extérieurs – le cheval que nous avons aujourd’hui n’est plus le cheval sauvage que nous connaissions autrefois. La domestication est un processus qui conduit à une évolution des espèces, et certains penseurs ont attiré l’attention sur le fait que nous avons produit une sorte d’auto-domestication de notre propre espèce : nous avons créé des caractères chez nous qui ressemblent fort à ceux que nous avons produit chez les animaux domestiques, et on peut imaginer que la perfectibilité, le perfectionnement soit du même ordre chez nous, et que nous puissions continuer à nous développer par les moyens que la technologie nous offre, de la même manière que nous avons pu le faire pour d’autres choses autour de nous. Et là, bien entendu, ma réflexion aujourd’hui sera autour de certaines difficultés, de certains dangers, de certaines questions qui se posent à nous – parfois même dans l’urgence – autour de ces questions.
Continuer la lecture de Université catholique de Lille, Paul Jorion : « Déclarer l’état d’urgence pour le genre humain ? », Le transhumanisme – Retranscription

Partager :

Sciences Critiques, « Que sont la technologie et la critique de la technologie ? », le 29 mai 2019 – Retranscription

Retranscription de « Que sont la technologie et la critique de la technologie ? » le 29 mai 2019. Ouvert aux commentaires.

Merci. Vous m’avez coupé l’herbe sous le pied car j’allais dire comme les autres : « Je vais vous parler d’autre chose que celles qui m’ennuient parce que je les répète tout le temps. » Non, si je vais dire autre chose que d’habitude, c’est parce que j’ai ce sentiment de l’urgence, qu’il faut aller vite et que, d’un exposé à l’autre, il faut tenter de faire un progrès – un mot que personnellement j’adore – c’est-à-dire qu’il faut essentiellement que nous épurions de plus en plus la représentation de dans quoi nous sommes plongés parce que le temps manque et je ne plaisante pas en disant qu’entre deux de mes exposés, j’ai effectivement ce sentiment qu’il faut aller de plus en plus vite parce que nous n’avançons pas dans la solution des problèmes qui peuvent conduire à notre extinction.

Continuer la lecture de Sciences Critiques, « Que sont la technologie et la critique de la technologie ? », le 29 mai 2019 – Retranscription
Partager :

Le temps qu’il fait le 21 juin 2019 – Retranscription

Retranscription de Le temps qu’il fait le 21 juin 2019.

Bonjour, nous sommes le vendredi 21 juin 2019. C’est l’été. Il y a une époque où je faisais une vidéo par semaine pendant de très nombreuses années. J’appelais cela « Le temps qu’il fait » et puis je vous donnais la date. Ma raison de procéder était la suivante : d’abord, il y avait énormément d’actualité. Je parlais essentiellement de la crise des subprimes quand j’ai commencé à faire ces vidéos et, s’il l’avait fallu, pour être logique, il fallait faire une vidéo par jour ou plusieurs par jour alors j’avais trouvé la formule d’en faire une par semaine. C’était plus difficile aussi de faire des vidéos. La technique que vous proposait YouTube était moins sophistiquée. Ça allait beaucoup moins vite aussi sur les machines. Il fallait des heures et des heures pour que ça télécharge. Ce n’était pas très facile.

Continuer la lecture de Le temps qu’il fait le 21 juin 2019 – Retranscription
Partager :

Fleurance, « Apollo 13 » (1995) de Ron Howard, le 4 août 2019 à 17h30

Je serai à Fleurance le 3 août pour le Marathon des sciences, pour parler de « Combien existe-t-il de vérités ? Réponse : 2 ! » et le lendemain 4 août je commenterai le film de Ron Howard Apollo 13, sur la mission lunaire qui a manqué très mal tourner en raison de l’explosion d’un réservoir d’oxygène.

Regardant le film hier soir pour me faire une idée de ce que je dirai (qui mettra en boule une fois de plus les Heideggeriens égarés sur mon blog 😉 ), j’ai été pris de regret : voilà le genre d’aventures que je ne ferai probablement pas. Et je repensais à la conversation que j’avais eue avec Claudie Haigneré, où je lui demandais de commenter le visage qu’on lui voit dans une vidéo tournée très haut là-haut et que je qualifiais d’« extatique », et elle m’avait répondu en substance : « On pense au fait qu’il y a quelque chose de profondément curieux au fait qu’on soit là : ‘C’est formidable d’être ici, mais ce n’est vraiment pas normal !' »

Cela dit, si vous connaissez une combine… n’hésitez pas à m’écrire ! En échange pour vous, un billet pour le blog écrit au-dessus des nuages, très au-dessus des nuages, qui vous serait entièrement dédicacé !

Partager :