Archives par mot-clé : Brexit

De nouveaux renforts inattendus !

Quel est le nom du journal dont la rédaction qualifie M. Boris Johnson, Premier ministre britannique, de « charlatan, démagogue, aspirant-dictateur, despote », de « chef sans scrupules », parle pour ses actions de « vandalisme constitutionnel », appelle le parlement à lui refuser la confiance, tance certains parlementaires Conservateurs rebelles et Libéraux-Démocrates pour penser qu’un gouvernement d’union nationale dirigé par M. Jeremy Corbyn, chef du Parti travailliste, constituerait un plus grand danger qu’un gouvernement sous la houlette de Boris Johnson ?

Est-ce Le drapeau rouge ? Ou peut-être La voix du Peuple ? Non, c’est le Financial Times !

Quelle époque ! Et pendant ce temps-là, M. Donald Trump dit à ses partisans d’enfreindre les lois si elles s’opposent à sa volonté. Qu’ils ne craignent rien : il leur accordera la grâce présidentielle.

Les temps sont durs pour la démocratie ! Heureusement que la Business Roundtable et le Financial Times ont désormais rejoint le vrai peuple, contre les démagogues !

Partager :

Royaume-Uni : Vers la guerre civile ?

Quand j’avais déclaré en juin 2016, au lendemain du referendum qui avait vu une courte victoire du Brexit, que la sortie de l’Union européenne n’aurait pas lieu parce qu’elle était tout simplement irréalisable, pour deux raisons : économique et en raison du statut de l’Irlande, stabilisé de manière apparemment irréversible par les accords du Vendredi-Saint 1998, je n’avais pas réfléchi si le non-événement aurait lieu dans le calme ou dans le tumulte.

Nous le savons aujourd’hui, et la chose se confirme de minute en minute : c’est dans le tumulte.

Un groupe de parlementaires : une ex-Conservatrice, des Travaillistes, des Libéraux-Démocrates et la représentante Verte, ont produit hier la déclaration de Church House, qui affirme que le Premier ministre Boris Johnson constitue une menace à la « nature profonde » de la démocratie britannique, et que le parlement se réunira, même si Johnson le dissout pour faciliter le passage d’un Brexit « sans accord » :

« Toute tentative pour empêcher le parlement de se réunir, de faire passer en force un Brexit sans accord, trouvera devant elle une résistance démocratique forte et généralisée. »

À quoi Johnson a répondu ce matin à 11h33 par une lettre où il annonce une fin des travaux du parlement le 14 octobre, après la reprise des travaux parlementaires en septembre, alors que la date du Brexit est fixée au 31 octobre.

Nicola Sturgeon, cheffe de file du Parti nationaliste écossais (SNP), le troisième parti en nombre de représentants au Royaume-Uni (35), avait précédemment déclaré ce matin :

« Il semble donc que Boris Johnson soit sur le point de suspendre le Parlement pour faire passer de force un Brexit sans accord. À moins que les députés ne se rassemblent pour le stopper la semaine prochaine, la journée d’aujourd’hui s’inscrira dans l’histoire comme une journée tout particulièrement sombre pour la démocratie au Royaume-Uni. »

Partager :

Boris Johnson, Steve Bannon, Donald Trump, Nigel Farage : la même bande

Quand Alison Klayman expliqua à Steve Bannon que la conversation ci-dessus ne serait pas reprise dans le documentaire qu’elle préparait (The Brink), il s’est sans doute senti rassuré. Elle ne lui avait pas dit qu’elle ne la transmettrait pas à la presse.

Si vous ne comprenez pas l’anglais, Steve Bannon, le suprémaciste blanc qui fut à une époque conseiller de Trump à la Maison-Blanche, explique que le discours que Boris Johnson (sans doute prochain Premier ministre britannique) prononça le 18 juillet 2018 aussitôt après sa démission du poste de ministre des Affaires étrangères du gouvernement de Theresa May, avait été écrit conjointement par eux deux. Steve Bannon faisait à la même époque une tournée européenne durant laquelle il soutenait Nigel Farage, leader de l’extrême-droite britannique. Il avait déjà apporté son soutien à Marine Le Pen en mars de la même année.

Partager :

« Fin du monde ! Fin du mois ! », le 19 mai 2019 – Retranscription

Retranscription de « Fin du monde ! Fin du mois ! », le 19 mai 2019. Ouvert aux commentaires.

Bonjour, nous sommes le dimanche 19 mai 2019 et le thème aujourd’hui, c’est « Fin du monde ! Fin du mois ! ». Vous avez entendu ce slogan qui a été inventé par quelqu’un. C’est une bonne idée. Ça a des allitérations. Ça essaye de suggérer l’idée d’une convergence des luttes, que les gens qui se battent contre la destruction de l’environnement, le réchauffement climatique, etc. et les gens qui vont dans la rue non sans raison aussi, parce que la situation leur est impossible dans le contexte actuel, que ces gens pourraient défiler ensemble et représenteraient à ce moment-là une masse critique de gens qui veulent autre chose.

Continuer la lecture de « Fin du monde ! Fin du mois ! », le 19 mai 2019 – Retranscription
Partager :

Fin du monde ! Fin du mois !

Ouvert aux commentaires.
Partager :

L’Écho – Brexit : une bombe à retardement d’une taille colossale, le 9 avril 2019

Brexit : une bombe à retardement d’une taille colossale

David Cameron a été Premier ministre britannique de 2010 à 2016. Il dirige aujourd’hui une association luttant contre l’extrême pauvreté. Il est également président d’une association de défense des patients atteints de la maladie d’Alzheimer et encourageant la recherche sur cette terrible maladie.

Dans quel état d’esprit est-il quand il se lève le matin ces jours-ci ? C’est lui en effet qui fut à l’origine du referendum du Brexit, en tant que Premier ministre. Durant la campagne, il s’affirma personnellement opposé à la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, et démissionna ensuite quand les électeurs désavouèrent son choix en votant à 51,9% en faveur du Brexit.

Continuer la lecture de L’Écho – Brexit : une bombe à retardement d’une taille colossale, le 9 avril 2019

Partager :

Le point sur le Brexit, le 4 avril 2019 – Retranscription

Retranscription de Le point sur le Brexit, le 4 avril 2019. Ouvert aux commentaires.

Bonjour, nous sommes le jeudi 4 avril 2019 et, vous vous souvenez – sinon on vous l’a rappelé – qu’à une époque, je prêchais dans le désert et je disais « Il va y avoir une crise extraordinaire dans le domaine financier, ce sera causé par un truc qui s’appellera les titres subprimes, qui sont des titres adossés à des prêts immobiliers de pas très bonne qualité aux Etats-Unis ».

Pour le moment, il y a plein de gens qui vous disent « Il va y avoir une terrible crise financière, etc. » mais, parmi ceux-là, je n’en connais pas qui, comme moi, disent que ce sera causé par le Brexit ou, plutôt, – j’allais dire un vilain mot – le marasme autour des tentatives désordonnées et couronnées d’échec jusqu’ici des Britanniques d’appliquer le vote qui a eu lieu en juin 2016 de sortir de l’Union européenne.

Continuer la lecture de Le point sur le Brexit, le 4 avril 2019 – Retranscription

Partager :

Brexit : on saura bientôt ! (1.011 jours plus tard)

Les députés britanniques se prononcent en ce moment même sur quatre scénarios envisageables. Je retiens mon souffle ! (depuis 1.011 jours en fait).

Mise à jour à l’instant (23h16) : heureusement que je n’ai pas perdu mon temps à vous expliquer quels étaient les quatre scénarios, on vient d’apprendre qu’ils ont été rejetés tous les quatre.

Moralité : tout ça serait du plus haut comique si ce n’était aussi triste.

Question subsidiaire : Qui a un jour dit qu’un effondrement généralisé pourrait bien débuter avec une cornichonnerie comme le Brexit ?

Partager :