Archives par mot-clé : Brexit

La une du « National » d’aujourd’hui, par Duncan Sutherland

Comme le suggère cette une, le principal message du mouvement indépendantiste écossais à l’électorat écossais pour ces élections anticipées au Royaume-Uni n’est pas tant qu’il serait souhaitable que l’Écosse évite le Brexit, mais qu’elle le fasse pour ne pas subir de dommages économiques catastrophiquement inacceptables, le seul moyen certain d’échapper au Brexit étant de quitter le Royaume-Uni.

Continuer la lecture de La une du « National » d’aujourd’hui, par Duncan Sutherland

Partager :

Today’s National front page, by Duncan Sutherland

Open to comments.

As this front page suggests, the Scottish independence movement’s principal UK general-election message to the Scottish electorate is not so much that it would be desirable for Scotland to avoid Brexit as that it is necessary for it to do so in order not to suffer catastrophically unacceptable economic damage, the only certain way to escape Brexit being to leave the UK.

Continuer la lecture de Today’s National front page, by Duncan Sutherland

Partager :

Le Monde : « Personne ne peut exclure le scénario vertigineux d’un Brexit sans fin »

Ouvert aux commentaires.

2128 : Une coutume étrange dont l’origine se perd dans la nuit des temps : le Premier ministre britannique se rend à Bruxelles pour demander une extension du Brexit. La cérémonie attire toujours une foule nombreuse.
Partager :

Tant de grands tournants en même temps !

Ouvert aux commentaires.

Ç’aurait été bien que le grand tournant du Blog de PJ ait eu lieu en même temps que les autres. On y a passé toute la nuit en vain : trop de systèmes de sécurité conflictuels. On y arrivera !

Les autres grands tournants n’ont pas attendu. Je parle des péripéties de l’histoire humaine d’abord (Royaume-Uni, États-Unis) avant de parler du Grand Tournant, celui avec des majuscules.

Au Royaume-Uni, vous avez dû voir, on a cessé de parler de Brexit, pour parler d’élections législatives anticipées le 12 décembre. Il faut dire – comme je vous l’ai rappelé – qu’on a dépassé hier la troisième date à laquelle on avait dit (« Vous allez voir ce que vous allez voir ! ») qu’on quittait l’Union européenne.

Continuer la lecture de Tant de grands tournants en même temps !

Partager :

Brexit – Qui est pour, qui est contre ?

Ouvert aux commentaires.

Je vous montre un diagramme : les derniers sondages pour les législatives anticipées du 12 décembre au Royaume Uni.

Maintenant je vous montre comment se répartissaient les partisans des différents partis en Resteurs (« Remain ») et Quitteurs (« Leave ») au moment du referendum.

Enfin, je multiplie l’un par l’autre. Cela suppose que les gens n’ont pas changé d’avis (connaissant les gens, c’est une supposition raisonnable). Faute de chiffre, j’ai supposé pour le SNP indépendantiste écossais 95% de Resteurs, 5% de Quitteurs. Et j’obtiens au total :

Resteurs : 47,41% ==== Quitteurs : 47,59%

Bon, d’accord, c’est pas ça qui va nous aider !

Partager :

25/10/19 : Brexit Live

N.B. Il devient de plus en plus difficile d’écrire des phrases qui soient compréhensibles pour décrire ce qui se passe. Je me lance !

L’Union européenne s’apprêtait aujourd’hui vendredi à accorder à M. Johnson un délai jusqu’au 31 janvier quand celui-ci l’a prise au dépourvu en déclarant qu’il retirerait son projet de Brexit si M. Corbyn, à la tête du Parti travailliste, refusait le principe d’élections législatives le 12 décembre *.

* L’accord des Travaillistes est indispensable du fait que des élections anticipées nécessitent un vote favorable des deux tiers de la House of Commons (Assemblée nationale).

Bon, j’ai l’impression que ça va. La difficulté, c’est qu’on aime bien les prévisions disant : « Il va se passer ceci ». Une prévision disant : « On ne peut une fois de plus pas prévoir ce qui va se passer », a quelque chose de foncièrement insatisfaisant.

Partager :

Brexit : Johnson jette l’éponge !

Johnson appelle à des élections, sauf que … ça ne peut être qu’un appel… à l’aide, puisqu’il lui faut 2 tiers des parlementaires qui soient d’accord avec lui pour que des élections législatives puissent effectivement se tenir.

Tous mes voeux l’accompagnent car il risque de n’avoir à l’arrivée, ni Brexit, ni élections.

Décidément, les temps sont durs pour les démagogues, de part et d’autre de l’Atlantique !

P.S. Le plus bizarre c’est que dans la situation actuelle de déliquescence du pouvoir au Royaume-Uni, s’il devait y avoir un Brexit sans accord (no-deal), le 31 octobre (dans une semaine exactement), la responsabilité en incomberait non pas aux Britanniques, mais … (par défaut) à l’Union européenne !

Partager :

« Bande de sales communistes ! »

Je vous ai reproduit dans mon dernier billet la réaction de la Maison-Blanche au témoignage hier de William « Bill » Taylor, par le biais de sa secrétaire de presse Stephanie Grisham : « une campagne coordonnée de calomnie de la part de députés d’extrême-gauche et de bureaucrates radicaux non-élus en guerre avec la Constitution ».

Il faut dire que le compte-rendu des événements, quasi minute par minute devant la commission du Congrès étudiant l’éventualité d’un impeachment, laissait peu de place à une contestation des faits. Il ne restait alors que l’argument « Bande de sales communistes ! », auquel M. Trump lui-même n’avait pas hésité à recourir lors de son affrontement à la Maison-Blanche le 16 octobre avec une délégation du Parti démocrate : « Il y a des communistes impliqués [en Syrie], ce que vous les gars, aimez peut-être ».

On parle beaucoup en ce moment de l’avocat actuel de M. Trump : Rudolph Giuliani, chef officieux donc de la « seconde équipe » du Président en Ukraine : celle travaillant – jusqu’à récemment – sous les ordres directs de Trump. On parle moins de Michael Cohen, son avocat précédent, sous les verrous  pour trois ans, pour avoir fait ce que son client lui demandait. On parle encore moins du premier avocat de Trump : Roy Cohn.

Continuer la lecture de « Bande de sales communistes ! »
Partager :