Brexit #5 – Vu du Canada anglophone

« Adieu, pauv’types ! »
Partager :

40 réponses à “Brexit #5 – Vu du Canada anglophone

  1. Avatar de CloClo
    CloClo

    Oui bon c’est pas exactement un radeau sur lequel ils ont débarqué, mais sur leur île !

    Enfin vu qu’ils y étaient déjà, on ne comprend pas trop ce que cela va changer. Pour l’instant en fait cet accord de ce que j’en ai survolé, ne change pas grand chose aux relations et accès réciproque aux marchés des biens tant que l’UK respecte les règles de l’UE. Mais deux questions surgissent :

    Qui va contrôler et comment que les règles sont bien respectés côté UE ? Et côté UK plus moyens de contribuer dans un sens ou dans un autre à ces règles…

    Enfin si j’ai bien compris le secteur des services (donc la Finance !) n’est pas cet accord juste les biens pour ce qui est du commerce entre autres ? Ou bien ai-je mal lu ?

    https://assets.publishing.service.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/948104/EU-UK_Trade_and_Cooperation_Agreement_24.12.2020.pdf

  2. Avatar de un lecteur
    un lecteur

    Margaret serait fière de vous Boris !

    1. Avatar de Pierre-Yves Dambrine
      Pierre-Yves Dambrine

      Non, pas vraiment, Boris nationalise, et laisse tomber la City.
      C’est un fait, Boris agit souvent là où on ne l’attendait pas. A contre-emploi, venant d’un libéral.
      C’est le Guardian qui le dit : Johnson fait basculer l’économie vers la gauche. IL fait voter les plus importantes dépenses publiques en 15 ans.

      « If, as some of Johnson’s critics say, this is the most rightwing government in history, it has a strange way of showing it. « 

      https://www.theguardian.com/commentisfree/2020/jan/30/boris-johnson-tories-left-economy-labour

      1. Avatar de un lecteur
        un lecteur

        Allez, je vais être vache, ne m’en voulez pas.
        Pour amortir le choc du Brexit-covidin-UKButchering, il promet, la mise en œuvre c’est pour plus tard, de l’argent à l’économie, qui inclut pour l’instant la City. Lorsque cette dernière aura ramassé légalement sa part, soit environ 95% du pactole, elle hissera son pavillon de pirate, fera pétarader son gros moteur de milliardaire pour un atoll virtuel sous lequel le soleil de l’oseille ne se couche jamais.

        1. Avatar de PIerre-Yves Dambrine
          PIerre-Yves Dambrine

          Je ne vous en veux pas, je vous donne même un point. 😉

  3. Avatar de Roberto Boulant
    Roberto Boulant

    Touché-coulé !

    Comparer l’Union à un paquebot de croisière, c’est effectivement très bien vu :
    – des croisiéristes plutôt âgés,
    – sur le mode après moi le déluge,
    – avec des soutes grouillantes de premiers de corvée,
    – des officiers aux valeurs morales aussi hautes que leur professionnalisme,
    – le tout, bien évidemment, sous pavillon de complaisance.

    Los !

    1. Avatar de un lecteur
      un lecteur

      Le fantôme du Titanic guette !

    2. Avatar de ilicitano
      ilicitano

      Roberto

      Ne me dites pas que vous pensez au Titanic quand même !!!!

      Après , le commandant de bord peut changer de cap pour éviter l’iceberg .

      On peut toujours rêver , surtout que , si le bateau coule , il y aura toujours des canots de sauvetage réservés à qui de droit et moyennant payant.

      1. Avatar de Roberto Boulant
        Roberto Boulant

        La bande annonce de Titanic II est pourtant très alléchante, on y voit Emmanuel sur la proue criant « Je suis le Maitre du Monde » tandis que Brigitte crie « je vole ».

        Comment ça, non merci ?! 😀

        1. Avatar de ilicitano
          ilicitano

           » je vole  » est à double sens !!!!!

          Faudrait demander à Brigitte !!!

        2. Avatar de Jeanson Thomas
          Jeanson Thomas

          Titanic II, ça me rappelle un bateau que j’ai vu.

          Il s’appellait  » Unsinkable II « 

    3. Avatar de François Corre
      François Corre

      Un paquebot de croisière, c’est toujours mieux que des torpilleurs…

      1. Avatar de Roberto Boulant
        Roberto Boulant

        Oui, la croisière s’amuse follement sur le pont supérieur,
        pendant que dans les soutes ça rigole nettement moins.

        Maintenant, si je n’ai rien contre l’honorable profession de domestique et que je loue bien haut la fidélité canine, je ne suis pas sûr que leurs maitres les laisseront monter à bord de leurs canots de survie quand l’insubmersible coulera.

      2. Avatar de François Corre
        François Corre

        Ah non, là ce sont les ‘tort-pilleurs’… 🙂

  4. Avatar de Hervey

    La Chine ne devrait pas être la dernière à souhaiter la bonne année aux anglais.
    Proverbe chinois :
    « La belette ne souhaite pas la bonne année aux poules sans arrières pensées. »

  5. Avatar de un lecteur
    un lecteur

    Le Moloch de lumière.

    Les USAs vu depuis mon salon, d’où je vois la neige alourdir les branches du grand sapin et venir les cris de joie des enfants.

    Pour quelques Stars du consumérisme et du rêve américain projeté contre les murs des gratte-ciel symbolisant la puissance de la ville, combien de citoyens sont venu alimenter le carburant de cette lanterne affadissante de leur mort absurde devant un fléau qui n’en demandait pas tant.

  6. Avatar de PIerrre-Yves Dambrine
    PIerrre-Yves Dambrine

    Boris Johnson abandonne la City au profit de la pêche.
    https://www.lemonde.fr/international/article/2020/12/25/brexit-comment-boris-johnson-a-abandonne-la-city_6064498_3210.html

    Si l’effondrement concerne la City, c’est plutôt une bonne nouvelle non ? Même Jacques Attali disait pis que pendre de la City.
    Cette fois l’Union n’aura plus l’excuse dire que c’est la faute à la perfide Albion pour prendre le taureau (de la finance) par les cornes.

    1. Avatar de Pierre-Yves Dambrine
      Pierre-Yves Dambrine

      Il fallait lire « … pour ne pas prendre le taureau par les cornes »

    2. Avatar de Roberto Boulant
      Roberto Boulant

      Pierre-Yves, penses-tu vraiment qu’en transférant une partie de ses activités de La City à la place de Paris, Goldman Sachs va devenir vertueuse ou que les hedge funds atterrissant aux Pays-Bas vont devenir herbivores ?

      Disons plutôt que les bandits continentaux vont tenter de rapatrier sur leur sol un maximum des marchés des changes et des dérivés, tandis que les bandits insulaires vont tenter de réaliser le rêve d’une place financière totalement dérégulée.

      Pour paraphraser un célèbre humaniste du 7ième de cavalerie : « un bon bandit est un bandit mort ».

      1. Avatar de Pierre-Yves Dambrine
        Pierre-Yves Dambrine

        Non je ne le crois pas, mais sur le continent, la finance apparaîtra moins que jamais l’affaire des autres, en l’occurrence celle des anglo-saxons. Je fais juste l’hypothèse que cela pourrait favoriser une prise de conscience au moins du coté des citoyens de l’Union. Évidemment ce n’est pas gagné !

        1. Avatar de Roberto Boulant
          Roberto Boulant

          Pierre-Yves, je pense que la conscience de l’extrême dangerosité de l’industrie financière est largement partagée.
          Le véritable combat consiste plutôt à faire prendre conscience aux gens que cette industrie est hors d’atteinte de leur bulletin de vote .

  7. Avatar de daniel
    daniel

    Et le Canada francophone?
    Pas d’avis?
    Pas de caricature?
    Ou bien déjà absorbé? (Ça c’est pour exciter un francophone droit dans ses bottes…)

    Peut-être, s’en tamponnent ils le coquillard? Et ils auraient raison. Un non-événement, à revoir à la fin de période de transition, 5 ans et 6 mois pour la pêche.

    1. Avatar de lit75
      lit75

      Je ne sais pas ce qui ce serait passé si le Québec avait voté oui au referendum de 1995 (probablement un énorme bazar aussi), mais la question :

      « Acceptez-vous que le Québec devienne souverain, après avoir offert formellement au Canada un nouveau partenariat économique et politique, dans le cadre du projet de loi sur l’avenir du Québec et de l’entente signée le 12 juin 1995 ? »  »

      me semble inifiment mieux posé que la qestion sur le referendum du Brexit :

       » Le Royaume-Uni doit-il rester membre de l’Union européenne ou quitter l’Union européenne ? »

  8. Avatar de ilicitano
    ilicitano

    Pour info:

    La Suisse a retiré sa candidature à l’UE en 2016.
    Cette candidature avait été lancée le 20 mai 1992

    Il sera intéressant de comparer les conditions des accords de sortie du Brexit UK/UE avec ceux existant entre la Suisse et l’UE:

    https://www.eda.admin.ch/dam/dea/fr/documents/folien/Folien-Abkommen_fr.pdf

    1. Avatar de François Corre
      François Corre

      En fait elle a été rejetée par votation en décembre 1992, puis ‘formellement retirée’ en juillet 2016, la Norvège l’a rejetée deux fois par référendum en 1972 et 1994, l’Islande a ajournée en 2013 sa candidature de 2009, puis retirée en 2015.

    2. Avatar de Juannessy
      Juannessy

      l’UK va devoir alors cracher au bassinet , car de puis 1973 , l’état-canton de Genève verse aux départements de l’Ain et de la Haute-Savoie , ce qu’on appelle la compensation financière genevoise soit près de 270 millions d’euros par an , à ce jour .

      Ceci étant , autant les accords bilatéraux UE -Suisse https://www.eda.admin.ch/dea/fr/home/bilaterale-abkommen.html

      , pour ardus qu’ils ont été , sont de fait équilibrés , autant j’ai moins de sympathie avec la conception anglo-saxonne des  » échanges » .

      Car, si les Suisses ont refusé de rentrer dans l’UE , de ce que j’en connais des amis suisses que j’ai eus ( j’en ai encore quelques uns ), ce n’est pas pour les raisons avancées par les britishs pour en sortir , c’est pour une raison éthique et logique qui les honore : eux qui ont l’expérience et la pratique heureuses du fonctionnement fédéral , n’ont au bout du compte pas compris en 2015/2016 que l’Europe , si elle se voulait efficace , n’adopte pas le même fonctionnement et une identité complète par sa monnaie , par sa marque d’indépendance aux USA via l’OTAN ( c’était alors une période tendue vis à vis de la Russie et les projets d’implantation de missiles anti-missiles ) . Il y avait aussi quelques autres raisons  » pro -domo  » ( dont des craintes vis à vis du franc suisse ) moins convaincantes .

      Mais sur le fond , je pense que si l’on propose aux suisses une Europe fédérale , avec l’Euro obligatoire , une politique internationale qui à défaut d’être  » neutre » , assure son autonomie vis à vis des grands blocs , et qui prenne en compte de façon la plus pacifique possible les grands enjeux qui sont débattus ici depuis plus de 10 ans , les Suisses opteront et heureux de le faire ( et moi aussi ) pour une Europe enfin digne d’elle …et de la Suisse .

      Les suisses n’ont pas voulu entrer en UE , parce qu’ils ont jugé que l’Europe n’était pas assez  » politique » ( et démocratique , au sens où ils pratiquent le fédéralisme ) .
      Les anglais la quittent parce que l’UE commence à prendre corps , qu’ils n’y font pas assez leur beurre selon eux , et qu’ils n’ont pas encore réglé leur atavisme atlantiste .

      1. Avatar de ilicitano
        ilicitano

        @Juan

        Le versement de la compensation financière genevoise correspond à une partie du versement de l’impôt prélevé à la source par le Canton de Genève sur les travailleurs transfrontaliers résidents en France.

        https://www.impots.gouv.fr/portail/international-particulier/questions/suis-je-bien-un-travailleur-frontalier

        La Suisse
        C’est une Confédération dans laquelle chaque canton décide de sa fiscalité, et en fonction de leur décision, l’impôt doit être acquitté en Suisse ou en France.

        Zone France : pas de délimitations ;
        Zone Suisse : cantons de Berne, Soleure, Bâle-Ville, Bâle-Campagne, Vaud, Valais, Neuchâtel et Jura.

        Activité dans les cantons de Vaud, Valais, Neuchâtel, Jura, Berne, Bâle ville, Bâle campagne ou Soleure : imposition dans l’État de résidence (la France pour un résident français), sauf si : nationalité suisse + employeur de statut public ou résidence en semaine dans le canton ou séjour en Suisse plus de 45 nuitées par an . Dans ce cas, imposition à la source en Suisse.

        Si activité à Genève ou dans tous autres cantons suisses, paiement des impôts en Suisse, soit dans l’État d’emploi.

        Il y a des accords inter pays pour éviter la double imposition:
        – impôt à payer dans le pays du contrat de travail sur le revenu versé
        – impôt à payer dans le pays de résidence fiscale sur les revenu perçus

        1. Avatar de Juannessy
          Juannessy

          J’aurais pu vous l’expliquer si vous me l’aviez demandé .

          Ça ne change rien à la manière  » franco  » des suisses d’établir des relations réellement équilibrées et justes pour autant qu’on sache ce que justice veut dire .

          Ceci étant , par les temps qui courent , on aimerait bien qu’ils nous rendent nos infirmières et aide soignantes .

          1. Avatar de ilicitano
            ilicitano

            Je m’étais déjà intéressé à la double imposition ,en Europe , bien avant .

            Par contre la disparité fiscale selon les cantons m’a vraiment surpris !!!!!!!!

            Ensuite reverser à l’Ain et à la Haute Savoie 3,5% des salaires bruts perçus par les trans frontaliers travaillant dans le Canton de Genève , selon une clé de répartition du nombre de salariés par département, il y a de quoi à discuter pour certain:
            https://www.latribunerepublicaine.fr/2612/article/2019-12-08/compensation-financiere-genevoise-un-manque-gagner-colossal-pour-le-departement.

            1. Avatar de Juannessy
              Juannessy

              Je peux vous dire que les présidents successifs du conseil général devenu départemental de la Haute Savoie , eux ne se plaignent pas .

              Je ne sais pas si c’est toujours le cas , mais entre 1973 et mon départ à la retraite , les seuls qui faisaient vraiment la grimace , c’était les inspecteurs de Bercy car ces fonds étaient (sont encore ? ) versés directement aux deux départements concernés qui les gèrent librement sans supervision du ministère des finances français ( je crois que c’était la seule exception en France sur ce type de ressources ) .

    3. Avatar de Ruiz

      @ilicitano Une démarche séparatiste réelle, pour la Savoie qui ne fait partie de la République que depuis peu (150 ans ?) serait de demander son rattachement à la Confédération Helvétique.
      Mais les règles de la république ne permettent pas le retrait et sont ainsi plus drastiques que celles de l’Union Européenne depuis le dernier traité.
      Une modification constitutionelle sur le séparatisme (le vrai) ouvrirait alors la voie à une évolution progressive dont l’autodétermination de la Seine Saint-Denis.

      1. Avatar de Juannessy
        Juannessy

        Les Savoie pourraient historiquement se rattacher à Genève ou à l’Italie ( royaume sarde comprenant le comté de Nice ) mais quand elles font mine de velléité d’indépendance , c’est plutôt pour rester savoisiennes , et adhérer à  » l’Alliance pour la liberté des peuples d’Europe  » . Cherchez  » ligue savoisienne  » sur G… , vous saurez tout ou presque .

        J’ai très bien connu Patrice Abeille , l’un de ses responsables ( ex Normale Sup , élu une fois conseiller régional Rhône Alpes ) , pour avoir été hébergé dans la villa de ses parents qu’il gérait en chambres d’hôte . C’est lui qui préparait les petits déjeuners , et nous avons eu quelques discussions de haut vol . Il avait un vieux chat énorme que j’ai à moitié écrasé dans le noir en rejoignant ma chambre , un soir en lui marchant dessus . Il n’y a pas si longtemps qu’il est mort ( Patrice Abeille ) .

        Je n’avais trouvé qu’un point fort dans leurs revendications , c’était celle d’une Europe fédérale .

        Par contre , les Savoie ont encore aujourd’hui de la peine à ne faire qu’une ,et les deux départements restent jaloux de leurs prérogatives territoriales respectives et du magot qui va avec ( La Haute Savoie est plus peuplée et plus riche que la Savoie , alors que c’était historiquement le contraire dans l’ancien Dauphiné ).

        1. Avatar de Juannessy
          Juannessy

          …du temps de l’ancien Dauphiné , avec lequel la  » Savoie » s’est souvent battue .

          Nous n’avons été envahis que par le Dauphiné Libéré .

      2. Avatar de ilicitano
        ilicitano

        @Ruiz

        La République Française est une et indivisible.

        Article 1ier de la Constitution Française:

        « La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. Son organisation est décentralisée.

        La loi favorise l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives, ainsi qu’aux responsabilités professionnelles et sociales. »

        1. Avatar de Ruiz

          @ilicitano indivisible Oui c’est bien là qu’une révision constitutionelle serait nécessaire, pour permettre une libre adaptation.
          Bon La Nouvelle Calédonie ne semble pas poser trop de problème et en bonne voie (indépendance ou Covid).
          Mais le texte laisse cependant des marges :
          l’égalité devant la loi de tous les citoyens (pas des autres).
          des distinctions de sexe ne sont pas explicitement exclues (mariage, héritage, droit de garde).
          La non-croyance (athéisme) est-elle une croyance ?
          L’organisation est décentralisée, mais les confinements en métropole sont jusqu’à présent uniformes.
          La loi favorise mais n’assure pas … (en tout cas c’est pas précisé ici)
          Un rôle de ministre pour lequel une égalité d’accès est revendiquée n’est pas un mandat électoral ni une fonction élective, est-ce une profession ?
          les responsabilités sociales concernent-elles les conseils d’administration ou les syndicats, la gestion de la Sécu ou les assistantes sociales ?
          l’égal accès ne semble pas concerner les pratiques commerciales, ni l’éducation.

  9. Avatar de Hadrien
    Hadrien

    Si j’ai compris, le UK devra appliquer les normes européennes s’il veut (et il le veut) accéder au marché UE. « Grâce au brexit » , UK ne pourra participer à ces normes. Curieuse « reprise de contrôle ».
    Définition de la souveraineté par M Audiard:
    « Quand les types de 100 kilos parlent, les gars de 60 écoutent. 😉
    Le départ du très eurosceptique UK peut être une chance pour l’ Europe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima ChatGPT Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon John Maynard Keynes Karl Marx pandémie Portugal psychanalyse robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme Vladimir Poutine zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta