Archives par mot-clé : Covid-19

Les dirigeants chinois auront-ils été les seuls à se conduire humainement ?

Ouvert aux commentaires.

Avertissement. À ceux qui prennent leur plume pour s’indigner, en n’ayant encore lu que le titre du billet. Et à ceux qui, n’ayant lu qu’en diagonale, croient que j’affirme exactement le contraire de ce que je dis, et m’opposent alors comme « objections », une longue redite de ce que je viens d’expliquer, soyez gentils : lisez ce qui est écrit et ne marquez votre désaccord qu’une fois certains d’avoir compris. Car l’heure est grave.

La brutalité des propos d’un enfant gâté de la haute, tel M. Boris Johnson, ainsi que ceux sibyllins de l’Élysée, assurant que la décision de maintenir les élections municipales a été prise sur le conseil de scientifiques et non de politiques, et qu’elle n’est donc pas la bourde monumentale qu’elle semble être, mais une décision délibérée, ne nous conduiront-ils pas à dire un jour (ceux d’entre nous qui serons toujours là) que les seuls dirigeants à s’être conduits humainement au cours de cette crise, auront été les chinois ?

Partager :

Boris Johnson, Dr. Folamour du coronavirus, par Timiota

Ouvert aux commentaires.

Boris Johnson va-t-il trier le demi-million de Britanniques à sacrifier ?

Selon un article du Guardian, Boris Johnson, flanqué de deux conseillers scientifiques, a semble-t-il déclaré qu’il faudrait passer par la « herd immunity », l’immunité de groupe, quand 60% des gens auront eu à faire au virus, ce qui fait qu’il ne pourra plus se propager.

Pouvoir dire à l’avance comme cela qu’on va sacrifier autant que lors des moments les plus meurtriers des grandes guerres (Verdun, Dunkerque), soit 300.000 à 500.000 à la louche, — mais bon, dans le non-dit, sans doute que des gens « not fit », un peu trop vieux, quoi, — est proprement hallucinant.

Au vu des autres pays de cette taille, qui vont maintenir des mortalités sans doute en-dessous de 20.000 (même en Italie, on peut encore l’espérer : +600/j au pic, *30 jour (largeur pic) = 18.000), c’est cracher à la face de tout ce qui a pu ressembler à un État-providence. « How dare you, Boris ? ».

Le pire est qu’il ne me semble s’agir que de la résurgence de la vieille idéologie des punitions corporelles qui a eu du mal à disparaitre chez les Britons, et dans le cercle des « hautes formations » (Eton), il en reste sans doute une perverse nostalgie. Avec le rêve tout aussi malsain d’être « le peuple prêt à tout » pour la suite, eux seront immunisés… sauf si Cov-02xx avait le mauvais goût de muter, Boris, il faudrait alors en remettre une louche.

La dislocation de l’Europe semble s’accroitre en proportion de la dureté des épreuves à surmonter. N’enterrons pas la vigilance à notre fraternité sous celle visant une contagion que l’on peut rendre de brève durée.

Partager :

Bourses : un vigoureux rebond, mais qui s’essouffle

À 16h30.
Le Financial Times a encore en titre dans sa version en ligne « Les actions américaines ont repris 4% après une chute historique », alors que le rebond en question n’est plus que de l’ordre de 1%. La raison : l’information qui se diffuse relative au degré d’impréparation de pays devant la pandémie. « Pire que l’Iran ! » affirment certains experts à la télévision. La pire insulte !

À 16h30.

En Europe, le rebond est plus solide, même s’il s’effrite en séance.

… Et finalement, en clôture, il ne reste pas grand-chose du rebond :

Partager :

Macron sera rapidement obligé de durcir la stratégie, par Alexis Toulet

Ouvert aux commentaires.

A moyen/long terme, Emmanuel Macron a ouvert quelques pistes intéressantes hier soir – reste bien sûr à voir ce qu’il en sortira dans six mois ou un an.

A très court terme, pour faire face au coronavirus, si je veux voir le verre à moitié plein je vois un président qui commence à bouger – fermeture des écoles, recommandation aux personnes âgées de sortir moins, aux entreprises de faire davantage de télétravail.
Continuer la lecture de Macron sera rapidement obligé de durcir la stratégie, par Alexis Toulet

Partager :

Municipales : il reste encore un peu de temps pour faire prévaloir la raison !

Le Monde :

« De toute façon, on n’a que des mauvaises solutions, résumait un proche de M. Macron, avant l’allocution du chef de l’Etat. Si on reporte l’élection, on nous accusera de vouloir gagner du temps car on nous prédit une défaite ; si on maintient, on nous accusera de ne pas avoir pris la mesure de la gravité de l’épidémie… »

1° « vouloir gagner du temps » = être accusé d’un calcul politique.

2° « gravité de l’épidémie » = disposer avec légèreté de dizaines ? centaines ? milliers ? de vies humaines

Moralité : le cynisme tue.

P.S. M. le Président, il reste encore un peu de temps pour faire prévaloir la raison

Partager :

Les trolls sont comme le coronavirus !

Les trolls sont comme le coronavirus : leur capacité à la mutation est sidérante !

En 13 années de blog, n’en ai-je pas vu, des flopées de trolls dans les commentaires ici ?

Mais alors que leur message est habituellement – sur le mode du « On nous cache tout, on nous dit rien  » – que tout va beaucoup plus mal qu’on ne l’imagine – « Personne n’en parle ! et patati et patata ! » – ils sont passés cette fois-ci au « TOUT VA BEAUCOUP MIEUX QU’ON NE L’IMAGINE ! » :

Coronavirus ? Moins dangereux que de traverser la rue ! Le sirop d’orgeat vous permettra de passer entre les gouttes !, etc.

Ces sales petites bêtes ont décidément une capacité de mutation et d’adaptation redoutable !

Partager :

Marius Gilbert et les « décès acceptables pour raisons socio-économiques », par Alexis Toulet

Réponse à Covid-19 : entre banalisation et alarmisme. Ouvert aux commentaires.

Je dirais qu’il y a deux positions à éviter s’agissant de la réaction à l’épidémie Covid-19 :

– La tête dans le sable, représentée par ceux qui prétendent que le virus ne serait qu’une « grosse grippe », et que Marius Gilbert attaque à raison

– La banalisation, qu’il défend dans ce texte

Continuer la lecture de Marius Gilbert et les « décès acceptables pour raisons socio-économiques », par Alexis Toulet

Partager :

Covid-19 : entre banalisation et alarmisme, par Marius Gilbert

Marius Gilbert, épidémiologue qui s’est déjà exprimé ici, s’est élevé dimanche dans une émission sur RTL Belgique contre la position défendue par Marc Wathelet. Je lui ai demandé de développer son point de vue. Ouvert aux commentaires.

Covid-19 : entre banalisation et alarmisme

paraît aussi dans La Revue Nouvelle • le 10 mars 2020
SantéSanté PubliqueAction PubliqueCoronavirus.

L’épidémie naissante du coronavirus Covid-19 touche aux peurs fondamentales de nos sociétés. Dans ce cadre, deux positions caractéristiques se sont développées qui mobilisent chacune une sélection subjective des chiffres relatifs aux décès et à la transmission de cette maladie. Continuer la lecture de Covid-19 : entre banalisation et alarmisme, par Marius Gilbert

Partager :