Boris Johnson, Dr. Folamour du coronavirus, par Timiota

Ouvert aux commentaires.

Boris Johnson va-t-il trier le demi-million de Britanniques à sacrifier ?

Selon un article du Guardian, Boris Johnson, flanqué de deux conseillers scientifiques, a semble-t-il déclaré qu’il faudrait passer par la « herd immunity », l’immunité de groupe, quand 60% des gens auront eu à faire au virus, ce qui fait qu’il ne pourra plus se propager.

Pouvoir dire à l’avance comme cela qu’on va sacrifier autant que lors des moments les plus meurtriers des grandes guerres (Verdun, Dunkerque), soit 300.000 à 500.000 à la louche, — mais bon, dans le non-dit, sans doute que des gens « not fit », un peu trop vieux, quoi, — est proprement hallucinant.

Au vu des autres pays de cette taille, qui vont maintenir des mortalités sans doute en-dessous de 20.000 (même en Italie, on peut encore l’espérer : +600/j au pic, *30 jour (largeur pic) = 18.000), c’est cracher à la face de tout ce qui a pu ressembler à un État-providence. « How dare you, Boris ? ».

Le pire est qu’il ne me semble s’agir que de la résurgence de la vieille idéologie des punitions corporelles qui a eu du mal à disparaitre chez les Britons, et dans le cercle des « hautes formations » (Eton), il en reste sans doute une perverse nostalgie. Avec le rêve tout aussi malsain d’être « le peuple prêt à tout » pour la suite, eux seront immunisés… sauf si Cov-02xx avait le mauvais goût de muter, Boris, il faudrait alors en remettre une louche.

La dislocation de l’Europe semble s’accroitre en proportion de la dureté des épreuves à surmonter. N’enterrons pas la vigilance à notre fraternité sous celle visant une contagion que l’on peut rendre de brève durée.

Partager :

51 réflexions sur « Boris Johnson, Dr. Folamour du coronavirus, par Timiota »

    1. PYD,

      A utiliser le mot NAZI à tort et à travers, on aboutit en fait à le galvauder, et in fine le vider de son sens, et donc louper sa critique.

      Non, BJ est un salopard de droite décomplexée, qui annonce simplement ce qui va se passer si on arrive pas à juguler cette pandémie avant que le système colapse. Il a choisit son camp en bon enfoiré, tant pis pour les vieux. Et puis c’est tout. Durant les guerres, les vraies, à l’ancienne, les gars comme lui, ils envoyaient une partie des classes d’âge chez les jeunes au casse pipe pour leur système, là ben ça sera une partie des vieux. Et y aura plein de gens pour se dire que ben c’est pas si grave que ça, ils allaient mourir sous peu de toute façon, alors que là même, on leur évite de longues (et coûteuses) années de souffrance.

      Un salopard donc.

      1. Si vous préférez, c’est en tous cas la première réaction qui m’est venue, à cause du dégoût que m’inspire l’attitude de Johnson.
        J’ai pensé immédiatement à nazi parce comme chez les nazis ou les eugénistes, qui les ont inspirés, il s’agit de se débarrasser des inutiles, ici en l’occurence les vieux. On est dans la considération biologique, où toute humanisme a disparu. On inocule pas ici un virus pour tuer volontairement, mais on laisse le virus s’emparer d’une population qui ne pourra pas se défendre. C’est inqualifiable. On est au delà du « salaud » car cela relève d’une idéologie, d’une certaine vision du monde.

      2. L’exterminisme il est véhiculé pratiquement et implicitement par des gens comme Boris Johnson, oh il ne se déclarera pas lui-même comme tel, mais son idéologie, le darwinisme social, conduit à l’exterminisme si l’on en suit la logique jusqu’au bout.
        On me dira c’est juste une histoire de gros sous : trop chère la santé pour tous. Mais le résultat est le même, on a sacrifié des êtres humains qui comptent pour du beurre sur l’hôtel du fric : tous ces êtres surnuméraires qui ne sont utiles que morts, pour la reproduction de super classe des aristocrates de l’argent.

      3. Enfin, et j’en aurai terminé, il y a une similitude avec l’idéologie nazie, qui est que l’on est ici en capacité d’anticiper le nombre de morts, et ce de façon assez précise, les épidémiologistes apportant leurs prévisions chiffrées en fonction des hypothèses retenues. J’ai bien dit similitude, car il y a bien entendu une spécificité nazie, unique. Mais rien n’empêche d’établir des connexions intellectuelles et pratiques entre différentes idéologies et visions du monde.

      4. Bojo est ainsi le premier å proposer une solution exterministe.
        Merci timiota pour ce billet.
        Merci Pierre-Yves pour ces commentaires : exterminisme = nouvel avatar d’une idÄ—ologie extrême de type nazisme.

        PS . @ CloClo elle est où votre  » douce brise  » du 10 mars? Vous rejoignez les alarmistes ?

      5. Seignan,

        Si tu ne sais pas lire le second degré dans le texte, « douce brise » que veux-tu que je te dise ?

        Et non, je ne rejoins pas les alarmistes, mais les réalistes. Il faut limiter la casse, par tout moyen humainement tenable. Je n’ai jamais eu de position insouciante, mais je fréquente bien trop des mecs comme BJ, et il y en a dans toutes les positions de l’ordre sociale en fait, pour savoir que le choix, ils le feront plus vite qu’on ne le pense pour sauver les meubles.

        Quant à la position de la Chine, c’est bien en temps de guerre qu’on utilise la Propagande. Je ne fais pas confiance à un Parti Etat pour assumer la vie d’êtres humains libres, mais si vous voulez devenir des termites, grand bien vous fasse. La vie sociale, de mon point de vue, ne peut pas être basée exclusivement sur la sécurité. Et sans remettre en cause la réalité du contrôle de l’épidémie en Chine, qu’on nous annonce comme un fait, je reste dans l’expectative.

        https://www.lci.fr/international/coronavirus-la-chine-estime-avoir-pratiquement-jugule-l-epidemie-2147665.html

        Et quand je lis les propos sur le mode « élevez-vous », « réveillez-vous » de P. Soubeyrand où le doublement des points d’exclamations confine pour le coup à une forme de messianisme qui est contre productif.

        Et aussi que ce soit bien clair, que penser de quelqu’un qui continue de hurler « au feu », quand tout le monde voit que la maison brûle ? A part sortir le maximum de gens des flammes, dans l’ordre et le calme, en faisant preuve de courage, mais pas de suicide, moi je ne vois pas. Mais je reconnais volontiers qu’il y a toujours plus malin que les autres.

        Mais cette pandémie va rebattre des cartes et ouvre des possibilités dont les conséquences sont imprévisibles dans un sens ou dans un autre. Garder des valeurs humanistes et solidaires, ne pas renoncer à ce qui fait la richesse d’une vie, me paraît important à tenir comme discours.

    2. Allons allons,un peu de retenu !
      Nazi,le mot n’est-il pas un peu fort …
      L’organisme doit de son côté se défendre de lui même face à tout éventuel risque sanitaire d’origine inconnu…
      Il n’a donc pas forcément tort !
      De là à dire que toutes les personnes âgées vont s’éteindre, n’exagérons pas…
      Tous les jours il y a des décès dans les hôpitaux ou les cliniques,et avant tout cela,on n’en parlé jamais !
      IL FAUT ARRÊTER LA PARANOÏA !!!

      1. Allons ALLONS aucun politique ne doit se substituer aux instances médicales notamment a l’OMS,ce petit bonhomme fanfaronnant n’a pas ni les connaissances ni le niveau intellectuel des professeurs en médecine,son dogme est dangereux et criminel,regardons les faits ! Plus de virulance,plus de morts et pas seulement des personnes âgées, pandémie mondiale en quelques semaines, l’OMS n’a pas donné l’alerte a tort et a travers, Bozo Johnson est juste un clown ne parlant sans savoir,il ne marquera pas son époque,il veut simplement faire le buzz, l’argent est pour lui plus important que la vie, même s’il reconnaît s’être bien évidemment trompé il est trop tard, tout le monde bien sûr voudrais que la vie redevienne normal..!

  1. @ PY D.
    On peut aussi y voir une leçon sur « comment descendre la pyramide de Maslow le plus efficacement possible grâce au néolibéralisme ».
    (Pour ceux qui connaissent pas, la pyramide de Maslow a une base qui sont les besoins physio (nourriture, où dormir=maison), puis des étages qui égrènent les sophistications et bienfaits de l’appartenance sociale (« estime de soi » au 3ème de mémoire) ).
    Donc Boris montre très bien comment casser ça le plus efficacement possible.
    On s’attaque à ceux qui sont pas très haut dans la pyramide (les malades respiratoires et les vieux), on laisse corona faire le sale bouleau, et on recommencera tant qu’il faudra jusqu’à retrouver le fond féodal et seigneurial d’avant même la Grande Charte, qu’il abolira sans doute dans une réincarnation future.

    1. J ai eu comme 1er médecin psychiatre a 15ans un médecin qui était un eugénisme convaincu. Le doute ne faisait partie de son bagage intellectuel.. J avais encore qques illusions sur B. Johnson. Le discours malthusien qu il tient un discours peut être pas nazi mais fasciste. En bon liberal que je suis J ai lu il y a 1temps:L avenir de la nature humain. Vers un eugénisme liberal.. Du liberal Jurgen Habermas du groupe de Francfort. Propos assez bien nuances relatif à la sélection humaine qui existe ds toutes les societes humaines..

      1. Avec le coranavirus pour moi le corps social à émis, une plainte. Pour empêcher cette mortalité qui frappe presque toute la planète je crois que en Belgique on a choisi et on a pris les bonnes solutions prophylactiques.et sanitaires..

  2. PYD,

    Je ne suis pas certain que cela soit tant idéologique, mais une certaine vision du monde, oui.

    Maintenant, le monde ouvert et interdépendant tel qu’il est, ne résistera pas si on se mange se genre de problème à répétition, et ça nous pend au nez depuis pas mal d’années, on a cette fois encore une forme de chance que la létalité et la propagation reste dans des valeurs inférieures au virus aérosol comme la rougeole (R = 12 je crois !). Bref, je pense que les dirigeants (économiques, politiques) vont juste le niveau de dégât sur le système, et à partir d’un certain point, tu verras, les discours vont changer et y aura plein de petits BJ partout. Pragmatiquement votre afin de défendre le dieu pognon. Vous savez ma bonne mère, on ne fait d’omelettes sans casser des oeufs et toute la ribambelle de phrase à la noix dans le même genre. Si tu savais mon pauvre PYD le nombre de gens que je vois pour qui simplement éviter de serrer la main te fais passer pour le dernier des cons craintifs tellement ils n’ont pas compris le principe du pourquoi du comment, que des soutiens avec ce genre d’abrutis, tous les petits BJ vont en trouver partout. Et comme ils décident et on le pognon, bah on verra bien.

      1. OK. Bien sur que Fraternité et Solidarité doivent commander les décisions prises par les politiques. Quand aux décideurs qui ont les, manettes pour diriger le monde des multinationes, J espère pour eux que le colonzvirus est un coup de semonce pour l économie mondiale et qu une réflexion générale suivra parmi ces décideurs.. L économie mondiale mettra un laps de temps important à se remettre en route de façon synchronisee. Quant à la mortalité elle est jusqu à présent sous controle..

    1. Mais non cloclo on a pas une sorte de chance , ça n’a rien à voir avec la rougeole ou les oreillons car il n’y a pas de vaccin , on est dans le pire des scenarios vous le comprenez ça ?

      1. Blinblin,

        Merci de m’expliquer que ce n’est pas rougeole ou les oreillons, que ferais-je sans vous ?

        Et coller une bande annonce de film catastrophe, comme argumentation, on est sur du lourd.

      2. oui on est dans du très lourd , il n’y a plus de droite de gauche , d’élections ou d’€ à la banque , tout ça n’a plus aucune espèce d’importance en ce moment !

  3. Johnson un salopard ? Oui sans hésitation.
    Son cynisme est le même que celui de Thatcher laissant mourir Boby Sanders.
    J’ai vu l’an dernier une pièce plus que remarquable retraçant les deux romans de Sorj Chalandon sur la saloperie Angleterre/Irlande.
    Le cynisme de cette classe sociale anglaise plus que représentée par Johnson couplée avec ce particularisme que représente l’insularilté est glaçant, odieux.
    J’ai plus qu’aimé mes séjours en Ecosse mais mes séjours au pair en Angleterre (dans ma jeunesse !) font écho avec le vomitif que représente Johnson.
    Dominique-e

  4. Un petit goût de V pour Vendetta… Ne manquent que les milices politiques pour compléter le tableau, bien que des tentatives aient déjà été entamées quelque part en Europe (non, ce n’est pas loin à l’Est).

    1. B. Johnson n à, trouve d autres métaphores devant la souffrance du corps social que la, solution d une forme de purge demographique devant les plus de 8milliards et plus d individus sur terre..

  5. Quelle est la différence avec la France? Voir l’article du Figaro à ce sujet. Boris Johnson le dit plus ouvertement, c’est la différence. Et l’Allemagne semble avoir la même approche. Pauvre Europe…

    1. Je vais essayer de préparer un texte construit sur ce sujet aujourd’hui, mais j’ai de forts doutes que ce soit bien la « stratégie » d’Emmanuel Macron.

      En un mot, les chiffres ne correspondent pas. L’idée de faire passer par le feu 70%+ de la population française – en gros, les moins de 70 ans, sachant que le président recommandait justement aux plus âgés de sortir le moins possible – afin que les plus jeunes une fois immunisés protègent par immunité de groupe les plus âgés à qui l’on pourrait ensuite permettre de sortir de chez eux ***et en même temps*** de s’assurer que les unités de soin intensif ne soient pas débordées… un calcul rapide de coin de table me semble suffisant pour déterminer que ces deux objectifs sont contradictoires et que le « en même temps » ne tient pas.

      Pourquoi : en gros parce que même compte tenu des taux de mortalité incomparablement plus faibles à 40 ans qu’à 70 ans, la masse de la population des plus jeunes – en gros, les non-retraités – est telle que s’ils étaient tous infectés en quelques mois, ils déborderaient très facilement les capacités très limitées des unités de soin intensif.

      Or, je pense que le président doit quand même avoir parmi ses conseillers des gens qui sachent compter ! Il y a donc autre chose. Quoi, c’est une excellente question.

      A préciser. Je m’y essaie.

      1. Non mais sérieusement !!

        La naïveté face à l’attentisme le justifie toujours Alexis… Élevez-vous donc vous aussi…

        Toutes nos élites occidentales sans exception (ou presque ici : merci BoJo) agissent toujours de la même manière depuis des décennies !!

        Toutes nos élites agissent systématiquement « sans jamais se salir les mains » (je me cite ici)…

        Donc entre une politique brute de décoffrage à la britannique (que je ne défends absolument pas) et une politique fourbe et molle à la française façon « affaire du sang contaminé » (que je ne défends absolument pas non plus), vous préférez laquelle ?!

        Alors voilà où nous en sommes !! Jusqu’à quand les uns les autres allez-vous nier certaines évidences ?!

        Utilisez/jouez avec « shodor » !! Posez-vous les bonnes questions !! Car ces gens là utilisent bien évidemment des simulateurs bien plus perfectionnés que celui-ci… Et vous toucherez du doigt la vérité de toute cette sinistre histoire…

        C’était évident dès le départ toute cette histoire d’ailleurs… Car avec un retour d’expérience scientifiquement parfaitement étayé en provenance de la Chine depuis janvier 2020, comment pourrions-nous justifier autrement aujourd’hui un tel attentisme occidental en mars 2020, et ceci depuis au moins février 2020 ?!

        Sauf que vient un moment où forcément, ce genre de stratégie à très haut risque fera toujours flipper à mort celles et ceux qui en sont les seuls auteurs crasses et inavoués !!

        Regardez d’ailleurs où en sont les italiens !! Ils paniquent !! Les chinois viennent maintenant en urgence pour les aider !!

        Alors à ce stade, moi je dis surtout merci à BoJo pour sa maladresse de communication qui est surtout sur le point de mettre en Lumière une bien sinistre réalité occidentale ; nous n’en attendions d’ailleurs pas moins de ce monsieur…

        Élevez-vous bon sang !! Jouez toutes et tous avec « shodor » !! Et cessez de ménager en permanence la chèvre et le choux comme vous le faites ici… Car ce sont nos vies que ces gens là jouent aux dés en permanence, décennies après décennies !!

        Et je vais vous dire !! S’il n’y avait que le SARS-Cov-2 !! Pour le CO2 eq. Par exemple, c’est pire !! Comment croyez-vous que le conditionnel juridique ait été dégainé à la toute dernière minute le 12 décembre 2015 à l’issue de la COP21 !! J’ai écrit tout un billet à ce sujet pour ce Blog ; Paul m’avait d’ailleurs écrit ceci : « c’est votre meilleur billet »…

        D’ailleurs, quand SARS-Cov-2 sera provisoirement sous contrôle, CO2 eq. saura rapidement nous rappeler à notre bon souvenir son importance dans cette crise systémique globale dont Covid-19 n’est ici qu’une strate provisoirement visible…

        Comment mène-t-on habilement une enquête ?! C’est très simple !! Le temps est toujours votre meilleure allié !! Le temps vient toujours à bout des contradictions des seuls vrais coupables !!

        Avec cette crise de SARS-Cov-2, nos élites sont bel et bien prises au dépourvu pour le coup… Et elles agissent et accumulent forcément les pires contradictions comme ici…

        Alors merci BoJo !! Grâce à votre style bien à vous et outrageusement brute de décoffrage, vous nous aidez à mettre en Lumière une bien sinistre réalité vécue…

        Maintenant concernant Emmanuel Macron… Pour le coup, je le crois sincère… Je le crois pris au piège… Et c’est ce que j’aimerais bien pouvoir vérifier justement, si c’est ce à quoi je pense suite aux révélations d’hier dans Les Échos (Larcher et Fabius), et maintenant cette sinistre affaire à la BoJo…

        Dans quatre jours, je vais rompre mon auto-confinement pour un aller/retour éclair à la FNAC et me procurer « Comment sauver le genre humain »…

        Paul !! J’attends beaucoup de ce livre !! Bien plus que vous ne pouvez l’imaginer !! C’est là que je saurais une bonne fois pour toutes, si vous êtes enfin réellement parvenu à vous élever vous aussi !!

        Pour l’heure !! Je comprends beaucoup mieux grâce à cette sinistre réalité vécue autour du SARS-Cov-2, pourquoi à ce stade, aucun éditeur aux ordres ne veut me publier !!

        Et ne m’en voulez pas, mais mes (!!) sont tous ici amplement justifiés… Si vous êtiez à ma place, vous feriez probablement pareil…

        En attendant, la Chine… L’occident…

  6. Pensez à tester le simulateur « shodor » qui figure dans la boîte à outil cartographique indiquée par arkao sur le file Covid-19, car l’immunité de groupe y est elle aussi simulée…

    J’imagine que BoJo a dû jouer avec un simulateur du genre, et surtout bien plus perfectionné…

    Et si lui l’a fait, pourquoi pas d’autres ?!

    Lui le dit et le fait ! D’autres le savent et attendent ! C’est quoi le pire ?!

  7. 1/ Eugénisme. Le mot est juste et fort. Il pourrait être lié à une attitude de type « masculin », éloigné des affects émotionnels attendus des humains : pas de conscience de douleur de la mort pour les intéressés (« de toutes façons, un jour ou l’autre »), de la perte relationnelle pour l’entourage, de la négation de l’investissement émotionnel fait dans une gestation, un accouchement, un paternage/maternage. Approche d’économie globale (« ce n’est pas une perte lourde, et il y a des gains évidents ») plutôt que locale (« comment allons nous vivre maintenant ?).
    On peut faire de l’eugénisme à l’envers : à nos âges, que pouvons-nous encore apporter d’utile que les moins âgés manqueraient sans moi ? Notre 4e âge vaut-il la peine d’être vécu ? La prolongation même de la vie n’est il pas un acharnement ? par des drogues diverses ? Ne suffirait-il pas d’atténuer la douleur comme on peut le faire aujourd’hui ? Mais il faut sans doute tenir compte de la ténacité du corps à vivre, et adapter en ce sens les efforts collectifs à une vie sociale de qualité pour cet âge.
    2/ Nos dirigeants ont-ils une propension à l’eugénisme ? De par leur orientation sociale « élitiste » ? Je trouve que certains vont un peu vite en besogne (le pt goodwin est facile à atteindre). Il y a des élites capables d’humanité, courageuses aussi bien. Mais certains peuvent être empreints davantage de mépris de groupes entiers, de méchanceté pure, et de volonté d’exciter la haine et la ségrégation. Tout en tirant de cela des conclusions et décisions habillées de rationalité. et d’humanité (mensongère).
    3/ Derrière cela, il y aussi notre capacité à accepter les accidents de la vie. Nous nous acharnons à dénicher des causes, des responsables, des complots et des auteurs. Depuis que le premier humain a vu le premier éclair zébré le ciel. Mais d’autant plus aujourd’hui. Nous sommes de plus en plus « compétents » dans nos explications rassurantes, permettant de diriger notre angoisse. Mais c’est aussi le témoin de notre incapacité à « subir », et spécialement les phénomènes naturels. Le parcours fait par l’humanité pour amoindrir les maladies et autres à coups de la nature sont indispensables, mais il faudrait aussi prendre conscience de leurs limites, plutôt que de s’acharner. Et de se déchirer politiquement. Par exemple, il y a une profonde égalité devant le virus, mais aussi une profonde inégalité sociale (transport, domicile, état de santé et de handicap) au surplus de l’inégalité d’âge. Or la plupart des mesures prises n’en tiennent pas compte. (Par exemple,je fais l’hypothèse (je n’en vois pas d’autres) que le maintien des « friteries » en Belgique, ajouté en exception soudaine à la fermeture des restaurants, tient à cette nécessité de nourrir une série de gens qui n’ont pas d’autre issue ou compétence pour se nourrir).

    1. Chabian,

      « Par exemple, il y a une profonde égalité devant le virus, mais aussi une profonde inégalité sociale (transport, domicile, état de santé et de handicap) au surplus de l’inégalité d’âge. Or la plupart des mesures prises n’en tiennent pas compte. »

      Exactement, quid des sans abris, des réfugiés, actuellement sur le territoire ? Quelles mesures à leur destination ?

      Les mères isolées, les malades, les anciens chez eux, etc etc. En un mot les plus faibles de la sociétés, quelles mesures de protection et de soutiens ?

  8. Médecin généraliste de 62 ans je vous lis tous avec presque toujours admiration pour votre réflexion . Sur le terrain nous faisons tous ce qu’on peut pour éviter cette horreur eugéniste mais irrationnellement j’aimerais bien que le « barbotage » du virus dans les populations confinées l’atténue par création d’une immunité de population qui fasse barrage pour ne pas engorger les services de réa avec des anciens ou des jeunes et vice-versa .
    PRATIQUEMENT , notre petit groupe de formation n’utilise plus d’anti-inflammatoires à dose antalgique ou antipyrétique dès qu’il y a toux fièvre céphalées malaise général enfin symptomatologie pseudo grippale . A bon entendeur …
    Vous lisez Enimel chez François Leclerc : pourquoi pas mais comment plutôt fédérer tous ceux qui ont encore une idée de la décence ordinaire ( en cabinet on a l’impression que ça pourrait toucher jusqu’aux 10% supérieurs) plutôt que jeter des anathèmes sur les uns ou les autres .
    En brandissant le prochain Paul Jorion comme le petit livre rouge ? J’ai l’impression qu’il faudrait rapidement rebondir après cette crise et , je suis désolé , j’adhère assez à l’idée de M Lordon , qu’ils ne lâcheront pas facilement et qu’il faudra aller les chercher . Les œufs cassés ne font pas toujours partis du même panier . Sinon on peut toujours continuer à discuter sur les blogs en attendant que les idées percolent mais le monde accélère , n’est-il pas ?

    1. Pas compris ce que Lenine-Eninel vient faire là-dedans ? ?? Le fait de jeter des anathèmes sur tout sauf son groupuscule ?
      Pas trop ici, non, à part sur les « fascistes en col blanc », …. type BoJo justement, lancé dans son immunité de troupeau niveau Dunkerque 1940 (version foirée sans la flotte qui vient récupérer les 300 000 dans la poche) ou allez, au choix, Verdun 1916 (70 000 victimes/mois pendant 10 mois je crois que c’est au total des bélligérants).

      1. Je voulais simplement dire , à partir du contre-exemple Eninel et ses anathèmes , qu’il fallait que nous trouvions un plus petit dénominateur commun pour rassembler les énergies , pour aller chercher chacun là où il est , pour contrer les « fascistes en cols blancs » ( je provoque en disant les 1% qui n’appartiennent plus à l’espèce humaine et leurs parasites gouvernementaux ultralibéraux , ce que j’ai lu sur le blog sous la forme : «  la seule espèce capable de se déchirer elle même » et qui mettent le monde en coupe réglée ) . Sans angélisme , je crois que nous sommes un certain nombre à être d’accord sur le fond . Et je pense , sauf maladresse de ma part , ne pas avoir du tout défendu la position épidémiologique de Bojo ( problème des discussions par clavier interposé ) .

    1. Souvenez-vous du discours de Toulon, j’avais dit (vous pourrez retrouver cela ici sur le blog) : « C’est bien dit, c’est dans cette voie-là qu’il faut aller ! ». J’avais dit la même chose au moment où, là aussi sous Sarkozy, une mesure avait été prise qui voulait qu’il n’y ait pas d’augmentation des dividendes versés aux actionnaires sans une augmentation des salaires en parallèle.

      Et vous vous souvenez qui avait gueulé comme des putois contre la première mesure authentiquement socialiste depuis 40 ans ? Les syndicats ! Sans même se demander de quoi ça parlait ! Simplement parce que ça venait de Sarkozy !

      Godin là, c’est la même chose : « C’est ce qu’il faudrait faire MAIS COMME ÇA VIENT DE MACRON, on va dire que c’est dégueulasse ! »

      Ça s’appelle « cracher dans la soupe », c’est la politique du pire. Je suppose que ça repose sur une vague idée du genre « La Révolution nous sauvera ! », c’est ce qu’Élisée Reclus (un VRAI révolutionnaire) appelait « confier notre avenir au hasard des balles perdues ». La vraie pensée réactionnaire, elle est là.

      1. Il me semble qu’il n’est que dubitatif sur la réalité du changement à terme du paradigme économique de nos dirigeants et que son article se termine sur un espoir de reconstruction différente de notre monde . Comment fédérer toutes les bonnes volontés en rapprochant les points de vue , en tenant compte des déterminismes de chacun et donc sans exclusions . Si on regarde , R Godin n’est peut-être pas aussi réactionnaire qu’E Reclus inécouté ou incompris et je ne les mets pas sur le même plan : voilà le problème . Et si vous-même ne faites pas la synthèse de tout ça , et avec les syndicats aussi , comment cela tournera t’il ? Allons chercher chacun là où il est ( puisqu’il me semble que vous ne croyez pas trop au libre-arbitre ) et avançons ensemble .
        Avec toute mon amitié à tous .

  9. Bon, au fond, c’est une question qui revient à être boxeur ou judoka.

    Boxeur comme Godin, « Macron a tapé sur la droite mais juste à l’épaule, et comme d’habitude il prépare son uppercut contre la gauche, ne misez pas sur lui pour éclaircir le bon chemin ».

    Judoka : « Tiens, Macron, bon moment : tu as pris de l’élan pour boxer sur ta droite, je vais te mettre un petit genou devant ton tibia et on pourra voir que la force peut rester de ce côté là, la force de ton élan n’est pas inutile si nous te poussons à la canaliser là. »

  10. Coucou,

    Il aurait peut-être pu dire que quoiqu’on fasse, il y a aura 60 à 70% de la population qui sera touchée dans les deux ans.

    Mme Merkel a dit la même chose, mais pas de la même façon.

    « Ces choses nous dépassent, feignons d’être à la manoeuvre », peut-être. De la à parler de sacrifice …

    Bonne soirée

    Stéphane

  11. Et si sa future jeune épouse attrapait le corona il dirait quoi. Que ça soit Boris ou son buddy américain Trump ce sont des fous qui dirigent le monde . Attention à eux ce sont eux les virulents.

  12. Je vais vous en apprendre une bonne, le covid-19 n’existe pas !
    C’est un fantôme créé sur le dos de la grippe saisonnière, afin de déstabiliser l’économie mondiale qui était déjà au ralenti et sous perfusion monétaire.
    Et oui, faut bien trouver un coupable imaginaire…
    C’est à ce moment, que l’on s’aperçoit que le monde est peuplé de limace prêt à croire n’importe quel idiotie…

      1. Personnellement, pour ma part,je ne me reconnais pas dans cette description !
        Mais j’avoue en toute honnêteté, qu’il faut de tout pour faire un monde…

  13. Nasim Nicholas Taleb et 1 autre auteur tirent quelques conclusions des choix de BoJo/Cummings
    Taleb est l’auteur du best seller « Le cygne noir »

    Traduction de cet article du jour dans la Guardian:

    ——– La politique du Royaume-Uni en matière de coronavirus peut sembler scientifique. Elle ne l’est pas.
    ———Dominic Cummings aime faire des théories sur la complexité, mais il se trompe

    %%%%%% Nassim Nicholas Taleb et Yaneer Bar-Yam
    %%%%%% Mercredi 25 mars 2020 19.56 GMT

    Lorsque, avec le Dr Joe Norman, spécialiste des systèmes appliqués, nous avons réagi pour la première fois au coronavirus le 25 janvier avec la publication d’une note académique appelant à la prudence, le virus aurait infecté moins de 2 000 personnes dans le monde et moins de 60 personnes étaient mortes. Ce nombre n’a pas dû être aussi élevé.

    Au moment où nous écrivons ces lignes, les chiffres sont respectivement de 351 000 et 15 000. Nos recherches n’ont pas utilisé de modèle compliqué comportant un grand nombre de variables, pas plus que quelqu’un qui regarde une avalanche se diriger dans sa direction n’appelle des modèles statistiques compliqués pour voir s’il doit s’écarter du chemin.

    Nous avons appelé à un simple exercice du principe de précaution dans un domaine où cela compte : les systèmes complexes interconnectés ont certains attributs qui permettent à certaines choses de se produire en cascade de manière incontrôlable, produisant des résultats extrêmes. Adopter des mesures robustes qui auraient été, à l’époque, peu coûteuses : limiter la mobilité. Immédiatement. Plus tard, nous avons invoqué un investissement rapide dans la préparation : tests, capacité des hôpitaux, moyens de traiter les patients. Juste au cas où. Des choses peuvent arriver.
    Annonce

    Au Royaume-Uni, l’erreur se situe à deux niveaux. La modélisation et l’élaboration des politiques.

    Tout d’abord, au niveau de la modélisation, le gouvernement s’est appuyé à tous les stades sur des modèles épidémiologiques conçus pour nous montrer approximativement ce qui se passe lorsqu’un ensemble d’actions présélectionnées sont réalisées, et non pas ce que nous devrions faire, et comment.

    Les modélisateurs utilisent des hypothèses/hypothèses, qu’ils intègrent ensuite dans les modèles et dont ils se servent pour tirer des conclusions et formuler des recommandations politiques. Il est essentiel qu’ils ne produisent pas de taux d’erreur. Que faire si ces hypothèses sont fausses ? Ont-elles été testées ? La réponse est souvent non. Pour les articles universitaires, c’est très bien. Les théories erronées peuvent provoquer des discussions. La gestion des risques – comme la sagesse – exige la robustesse des modèles.

    Mais si nous basons nos plans de réponse à la pandémie sur des modèles académiques défectueux, des gens meurent. Et ils mourront.

    Ce fut le cas avec la désastreuse thèse de l' »immunité collective ». L’idée derrière l’immunité collective était que l’épidémie s’arrêterait si suffisamment de personnes tombaient malades et acquéraient une immunité. Une fois qu’une masse critique de jeunes gens aurait acquis une immunité, comme nous l’ont dit les modélisateurs épidémiologiques, les populations vulnérables (personnes âgées et malades) seraient protégées. Bien sûr, cette idée n’était rien d’autre qu’une version déguisée de l’approche « ne rien faire ».

    Les particuliers et les scientifiques du monde entier ont immédiatement souligné les défauts évidents : il n’y a aucun moyen de s’assurer que seuls les jeunes sont infectés ; il faut que 60 à 70 % de la population soit infectée et se rétablisse pour avoir une chance d’acquérir une immunité collective, et il n’y a pas tant de jeunes et de personnes en bonne santé au Royaume-Uni, ni ailleurs. De plus, de nombreux jeunes sont atteints de cas graves de la maladie, ce qui surcharge les systèmes de santé, et un nombre non négligeable d’entre eux meurent. Ce n’est pas un voyage gratuit.

    Cela n’inclut même pas la possibilité, déjà soupçonnée dans certains cas, d’une réapparition de la maladie. L’immunité n’est peut-être même pas fiable pour ce virus.

    Pire encore, elle ne tient pas compte du fait que la durée d’hospitalisation peut être plus longue qu’on ne le pense, ou que l’on peut être confronté à une pénurie de lits d’hôpitaux.

    Deuxièmement, mais c’est plus grave, il y a l’élaboration des politiques. Le numéro 10 semble être épris de « scientisme » – des choses qui ont les attributs cosmétiques de la science mais sans sa rigueur. Cela se manifeste dans le groupe de pression qui se livre à des expériences avec des citoyens britanniques ou qui applique des méthodes d’économie comportementale qui ne fonctionnent pas en dehors de l’université – tout en traitant les citoyens avec condescendance, comme une insulte à leur sagesse ancestrale et à leur appareil de perception des risques. Les sciences sociales traversent une « crise de réplication », où moins de la moitié des résultats se répliquent (dans des conditions identiques), moins d’un dixième peuvent être pris au sérieux et moins d’un centième se traduisent dans le monde réel.

    Ainsi, les méthodes dites « fondées sur des preuves » ont un bilan désastreux et sont pratiquement exemptes de preuves. Ce scientisme se manifeste également dans l’amour du conseiller principal de Boris Johnson, Dominic Cummings, pour la complexité et les systèmes complexes (notre spécialité), qu’il semble appliquer de manière incorrecte. Et laisser une partie de la population mourir pour le bien de l’économie est une fausse dichotomie – mis à part la répugnance morale de l’idée.

    Comme nous l’avons dit, lorsqu’on est confronté à une incertitude profonde, la gouvernance et la précaution nous obligent à nous couvrir contre le pire. Alors que la prise de risque est une affaire qui est laissée aux individus, la sécurité collective et le risque systémique sont l’affaire de l’État. Manquer à ce mandat de prudence en jouant avec la vie des citoyens est un acte professionnel répréhensible qui va au-delà de l’erreur académique ; c’est une violation de l’éthique de la gouvernance.

    La politique évidente qui reste à présent est un verrouillage, avec des tests et une recherche de contacts trop actifs : suivez les preuves de la Chine et de la Corée du Sud plutôt que des milliers de codes informatiques sujets à l’erreur. Nous avons donc perdu des semaines, et des semaines qui comptent avec une menace multiplicative.

    – Nassim Nicholas Taleb est un éminent professeur d’ingénierie du risque à la Tandon School of Engineering de l’université de New York et l’auteur de The Black Swan. Yaneer Bar-Yam est président du New England Complex System Institute

    1. Le covid-19 est un cygne noir par la façon dont il a été traité par nos décideurs, (sauf peut-être le pouvoir central chinois) : la sidération devant l’ampleur potentiel d’un phénomène et des mesures à prendre pour y faire face, le rejet dans le déni, puis l’acceptation fataliste et sa justification (immunité degroupe) lorsqu’il devient de plus en plus manifeste qu’il est un peu tard pour le contenir à l’origine, puis l’adoption des mesures tant différées (arrêts des transports, de l’activité, confinement, quarantaine aux frontières) sous une forme encore plus couteuse devant la réalité des conséquences percues comme inacceptables par l’opinion publique et susceptibles de mise en cause.

      Pourtant celà n’aurait pas dû être un cygne noir, car s’il s’agit bien de catastrophe, il ne s’agit pas de catastrophe non probabilisable (et donc évacuée de la modélisation du monde) tellement effrayante que sa probabilité est jugée très faible, donc considérée impossible.
      Cette pandémie avait une probabilité de 100 % ! pas aujourd’hui, pas en 2019, mais dans un horizon décennal !
      Le livre de Nasim Nicholas Taleb est non seulement un best-seller mais aussi un excellent ouvrage.
      Les recommandations de l’article du 25 mars restent d’actualité :
      « La politique évidente qui reste à présent est un verrouillage, avec des tests et une recherche de contacts trop actifs : suivez les preuves de la Chine et de la Corée du Sud plutôt que des milliers de codes informatiques sujets à l’erreur. Nous avons donc perdu des semaines, et des semaines qui comptent avec une menace multiplicative. »

      Quelles étaient les recommandations du premier article du 25 janvier. ?

Les commentaires sont fermés.