Étiquette : croissance

  • L’actualité de la crise : UNE RÉUSSITE À TOUT POINT DE VUE, par François Leclerc

    Billet invité.

    Comment va le monde lorsque l’on quitte des yeux l’Europe ? L’agence de notation financière Fitch vient de souligner dans son rapport trimestriel « la faiblesse persistante [de la croissance] et les risques qui pèsent sur le reprise mondiale ».

    Elle a révisé à la baisse ses prévisions pour 2012, 2013 et 2014, « malgré la nouvelle série de mesures de relance monétaires vigoureuses annoncées en septembre par la Fed, la BCE et la Banque du Japon, ainsi que la baisse de taux de la banque centrale chinoise en juillet. » Elles sont désormais de +2,1%, +2,6% et +3% respectivement.… Lire la suite…

  • LE TONNEAU DES DANAÏDES (II), par Michel Leis

    Billet invité

    L’image du tonneau des danaïdes de mon précédent billet renvoie à cette impossibilité apparente de combler les fuites du système. Le discours dominant de la classe politique insiste sur la nécessité de réformes structurelles dans l’économie réelle et se focalise sur deux sources de fuite : le déficit chronique de la balance commerciale, synonyme de sortie permanente de capitaux dans certains pays, et le déficit public des États nécessitant un recours constant à l’emprunt. Ce même discours dominant insiste sur deux remèdes présentés comme incontournables : la compétitivité et l’austérité.

    Dans le précédent billet, j’ai tenté de montrer en quoi la spécialisation relative des pays fondateurs de l’espace européen s’est opérée en fonction de deux modèles dominants, marques et enseignes.… Lire la suite…

  • LA DESTRUCTION DE LA PLANÈTE EST PROGRAMMÉE

    Ce texte est un « article presslib’ » (*)

    Dans notre système capitaliste, les « avances » qui sont consenties par certains, les détenteurs de capital ou « capitalistes », pour rendre possible un processus de production ou pour permettre à un consommateur de consommer, sont rémunérées par des versements d’intérêts. Dans mon livre Le prix (2010), je montre sur des exemples de « systèmes à la part », en Afrique ou en Europe, comment a dû apparaître ce système de l’intérêt : les intérêts étaient conçus à l’origine comme « part » d’une richesse nouvellement créée, attribuée à l’un des partenaires ayant contribué à sa création.… Lire la suite…

  • SORTIR DU CADRE ? par Thierry Melchior

    Billet invité

    Chacun le sait (ou devrait le savoir), nous sommes confrontés à une triple crise.

    Celle dont il est le plus question dans ce blog, est, bien sûr la crise économico-financière, qui, dans la foulée de la crise des subprimes est loin d’avoir été résolue.

    Elle se conjugue avec deux autres crises qui sont comme les deux faces d’une même médaille, la crise énergétique et la crise climatique. La crise énergétique résulte d’une exploitation toujours plus effrénée des sources d’énergie fossile depuis une centaine d’années, sources qui, en conséquence, commencent à se tarir. L’approvisionnement énergétique n’est pas encore très gravement menacé, mais tout laisse présager qu’il le sera bientôt.… Lire la suite…

  • LE TEMPS QU’IL FAIT, LE 12 AOÛT 2011

    Un état d’apesanteur

    Ventes à découvert sur des établissements financiers
    Interdire les paris sur les fluctuations de prix
    Croissance et récession
    L’évaluation du risque
    Résoudre à chaud
    La Bourse et ses rebonds

    Un article du Wall Street Journal : Raters Fail to See Defaults Coming, Les agences ne voient pas venir le défaut… Lire la suite…

  • FLASH SPÉCIAL Crise de la dette US – Vote hier soir et situation économique

    Le vote au Congrès – projet républicain pour 218 – contre 210
    Le vote au Sénat – projet républicain pour 41 – contre 59
    L’économie
    Où va l’argent des Américains ?

    Garantie financière sur les comptes de dépôt, livrets épargne, compte à vue : 100 000 €Lire la suite…

  • RETOUR SUR « L’AUSTERITE EST UNE CHIMERE » (Paul Krugman), par Jean-Pierre Pagé

    Billet invité

    Il est à craindre que l’article de Paul Krugman dans le New York Times1, « L’austérité est une chimère », ne retienne pas suffisamment l’attention dans le tumulte des grands évènements qui affectent le monde : la confirmation des dangers du nucléaire révélant le côté « apprenti sorcier » de l’homme et le « printemps arabe » avec ses soubresauts, notamment. Pourtant, il serait regrettable que ces évènements fassent oublier la course à l’abîme à laquelle se livrent de nombreux pays d’Europe aujourd’hui.

    Dans leur peur de déplaire aux « marchés » et leur désir de conforter la « confiance » des investisseurs censée faire repartir, comme sous le doigt d’une fée, la croissance, les dirigeants européens font assaut de vertu dans la diminution des dépenses publiques et rivalisent dans la mise en œuvre de programmes d’austérité, tels les « moutons de Panurge » se précipitant dans la mer.… Lire la suite…

  • « ETATS-GENERAUX DE L’EMPLOI ET DE L’ECOLOGIE », Eva Joly

    C’était samedi dernier. Le commentaire en conclusion d’Eva Joly.

    Lire la suite…

  • Tests de stress : des scénarios catastrophe très sympathiques

    Aggregate outcome of the 2010 EU wide stress test exercise coordinated by CEBS in cooperation with the ECB, page 18 :

    Pour la zone euro, l’hypothèse de croissance du PIB dans le scénario de base est +0,7 % (2010) et +1,5 % (2011), tandis que dans le scénario défavorable, la zone euro connaîtra une baisse de PIB de -0,2 % en 2010 et de -0,6 % en 2011. Pour l’ensemble de l’Union européenne (EU27), le scénario de base suppose une croissance de 1 % du PIB et de 1,7 % en 2011, alors que dans le scénario défavorable, le PIB n’augmentera pas en 2010 et déclinera de -0,4 % en 2011.

    Lire la suite…

  • L’actualité de la crise: le temps des discrets conciliabules, par François Leclerc

    Billet invité.

    LE TEMPS DES DISCRETS CONCILIABULES

    Les marchés sont nerveux, les gouvernements sont inquiets, voici venu le temps des conciliabules, qui ne contribuent pas à leur tour à rassurer.

    Ne sachant plus à quoi s’en tenir, les analystes sont à la recherche fébrile de l’indice ou du taux qui cette fois-ci annoncera à temps que le lait va à nouveau déborder, brutal et irrésistible. La volatilité qu’ils constatent du côté des marchés est en soi un indice de la crainte qui s’y est installée et qu’ils partagent.

    Mais quel sera le signal qui leur permettra d’anticiper ? Afin de se replier à temps de positions avancées et hasardeuses, ou au contraire de se préparer à faire de bonnes affaires (car, comme en tant de guerre, une crise financière aiguë est une opportunité à ne pas manquer pour profiter des meilleures occasions).… Lire la suite…

  • « Contre-appel du 22 mars »

    Il y a eu le vote protestataire, où l’on n’accorde pas sa voix en faveur d’un parti mais contre un autre. Il y a eu le vote blanc ou le vote nul, où l’on déverse sur le bulletin la rage que l’on a au cœur. Il y a eu enfin l’abstention, quand le pire ennemi de mon pire ennemi m’est lui aussi devenu à ce point indifférent, que lui non plus ne mérite plus que je me dérange.

    Comment en arrive-t-on là ? Quand dans son ensemble la classe politique parle d’un monde qui a cessé d’exister. Nous aimerions tant qu’un de ses membres dise en public – et non comme aujourd’hui en privé, dans le creux d’une oreille – « La machine est cassée !… Lire la suite…

  • Et si la croissance ne revenait pas ?, par Jean Chamel

    Billet invité.

    Et si la crise que nous traversons actuellement marquait la fin d’une époque, celle de la croissance économique ? Non parce que le capitalisme aurait perdu la raison en se dévoyant dans une financiarisation devenue incontrôlable, ni même parce que des ressources naturelles de plus en plus rares imposeraient une limite infranchissable à l’expansion de l’économie (ce que nous ne contestons pas), mais plus prosaïquement parce que nos vieilles nations, dites industrialisées, arriveraient au terme d’un long processus de transition économique.

    Telle est la thèse que nous souhaitons défendre. Pourquoi en effet, de tous les changements, aussi bien économiques que sanitaires, démographiques, sociaux ou politiques, qui ont marqué la transformation de notre société au cours des derniers siècles, la croissance des activités économiques devrait être le seul qui n’admette point de limites ?… Lire la suite…

  • L’actualité de la crise: « les choses ne redeviendront pas comme avant », par François Leclerc

    Billet invité

    « LES CHOSES NE REDEVIENDRONT PAS COMME AVANT »

    Mario Draghi ne fait pas beaucoup parler de lui mais n’est pas pour autant n’importe qui ! Gouverneur de la Banque d’Italie, c’est également le président du Conseil de stabilité financière (CSF), à qui le G20 a confié dans les flonflons d’importantes responsabilités en matière de régulation financière mondiale. Il est aussi parfois présenté comme le successeur de Jean-Claude Trichet à la tête de la BCE. A Rome, jeudi dernier, il a lâché un lapidaire « les choses ne reviendront pas comme avant », dans l’intention d’anéantir l’espoir plus ou moins caché de tous les acteurs du marché financier.… Lire la suite…