Étiquette : High Frequency Trading

  • 1990 : Préhistoire parisienne du trading à haute fréquence

    Ce qui deviendrait le trading à haute fréquence est né en parallèle au début des années 1990 en tant que trading algorithmique en divers hauts-lieux des marchés financiers, dont en particulier, Paris.

    Trader (profil recherche) à la Banque de l’Union européenne (elle absorbera le groupe CIC), je mets au point mon logiciel à partir de février 1990. Je définis des stratégies de vente et d’achat automatique sur le marché à terme des obligations, des devises et des matières premières. Ces stratégies émergent d’une optimisation sur des « séries chronologiques » (de longues suites de prix de marché) à partir d’une philosophie.… Lire la suite…

  • Drame à la Bourse !

    Un ami m’envoie le lien d’un article intitulé « Les jeunes banquiers de Goldman Sachs se révoltent contre les semaines de 100 heures », La Libre, le 28 mars 2021. Et il commente

    … peut-être la conclusion de Goldman Sachs est qu’il faut remplacer ces humains défaillants par des IA non susceptibles de burn-out, ce qui augmentera encore… le taux de profit ?

    Je lui réponds ceci :

    Ce n’est pas ça : ces jeunes réagissent au fait qu’ils sont la première génération de gens issus d’écoles de commerce, ou avec des doctorats universitaires en maths ou en physique, qui est entièrement SUBORDONNÉE à l’IA : ils ont DÉJÀ été remplacés par elle.

    Lire la suite…

  • Trading à haute fréquence : les Bourses sont complices, par Jacques Seignan

    Billet invité.

    Parfois il vaut mieux en rire, dit-on, et en effet devant le sérieux ahurissant des gens qui prétendent diriger le monde, tout en sachant que seule la cupidité absolue est leur idéal, le ridicule de certaines situations devrait quand même nous aider à leur dire que « trop, c’est trop ». On apprend ainsi que le Trading à Haute Fréquence serait (enfin !) au centre d’un procès.… Lire la suite…

  • Le Monde / L’Écho, Tout va mieux quand les marchés ignorent tout !, le 5 novembre 2015

    Ouvert aux commentaires.

    Tout va mieux quand les marchés ignorent tout !

    Les régulateurs américains se posent la question de savoir si c’est le self-trading, le fait qu’une firme s’achète et se vende à elle-même, par algorithmes automatisés interposés, qui produit les nombreux krachs instantanés que l’on observe en ce moment. Ainsi les 35 krachs sur le marché du brut West Texas Intermediate, jusqu’ici en 2015, ou les violentes oscillations pendant 12 minutes du marché des Treasury bonds américains en octobre 2014.… Lire la suite…

  • L’ENA hors-les-murs, « 2014 : Malversations financières en tout genre », N° 447, décembre 2014

    L’année financière 2014 a débuté dans l’inquiétude qui avait caractérisé le deuxième semestre 2013 : que se passerait-il lorsque le quantitative easing américain, la création mensuelle de 85 milliards de nouveaux dollars, prendrait fin ? Une annonce anticipée avait causé en juin la panique sur les marchés boursier et obligataire, l’injection d’argent frais ne trouvant pas de débouchés dans une économie mondiale anémique, et alimentant du coup les bulles financières. Sur ce plan, c’est en laissant dans son sillage un parfum d’amateurisme que Ben Bernanke quitta la direction de la Federal Reserve dont il avait été le gouverneur pendant huit ans.… Lire la suite…

  • LE SOIR, Trading à haute fréquence : « La panacée ? Taxer les opérations annulées », samedi 17 mai 2014

    ENTRETIEN avec Alain Jennotte

    Faut-il tirer la prise des super-ordinateurs qui moulinent des millions d’opérations à la minute? Économiste et observateur attentif du système financier, Paul Jorion estime que le trading à haute fréquence est tout le contraire d’un levier favorable à la bonne santé de l’économie.

    Les technologies se font de plus en plus sophistiquées. Ne risque-t-on pas de perdre tout espoir de contrôler le fonctionnement des places de marché ?

    De 50 à 60% des opérations sont maintenant faites par des robots. Le mini-krach de 2010 avait eu lieu en quatorze secondes. À peine les observateurs ont-il pris conscience qu’il se passait quelque chose que tout était déjà terminé.Lire la suite…

  • Taxer les transactions financières, c’est trahir sa navrante ignorance en matière de finance

    La France et l’Allemagne essaient en ce moment même d’accorder leurs violons sur la question de la taxation des transactions financières, encore appelée « Taxe Tobin », du nom de James Tobin (1918-2002), économiste, « prix Nobel d’économie 1981 », son initiateur autrefois.

    Je voudrais rappeler ma position sur cette question.

    Les opérations financières sont, comme la classification des insectes à l’école primaire, et comme l’a très bien rappelé Lord Adair Turner, de deux types : les utiles et les nuisibles.

    Les opérations financières utiles sont, comme leur nom l’indique, utiles. Il faut les encourager. Les taxer, c’est les décourager. Ce qu’il ne faut pas faire parce qu’elles ne sont déjà pas si nombreuses.… Lire la suite…

  • Y A-T-IL UN MOT PLUS FORT QUE NULLISSIMME ?

    Le Monde : Trading haute fréquence, l’histoire d’un renoncement, par Mathilde Damgé

    L’amendement 240, voté par la commission des finances de l’Assemblée nationale le 8 octobre, et qui se présente sous la forme d’un article additionnel, a été retiré par le rapporteur de la commission, le député (PS) Christian Eckert, qui en était l’auteur.

    Il étendait le champ d’application de la taxe (de 0,2 %) aux transactions dites « intraday » – c’est-à-dire commencées et débouclées dans la même journée – avec pour but, selon ses partisans, d’augmenter les recettes de l’Etat, et surtout de dissuader les spéculateurs.

    Lire la suite…

  • AH ! CES ALGOS, ILS NOUS ÉTONNERONT TOUJOURS !

    Il y a trois jours, le 2 octobre, la compagnie BlackBerry annonce ses chiffres, les robots – et leurs milliers d’opérations à la seconde, se déchaînent : le prix de l’action passe en dix secondes de 7,61 $ à 8,00 $. Voici (au ralenti, pour que nous les – minables – humains y voyions quelque chose), ces 10 secondes d’opérations par des « algos » (*) qui suivent la nouvelle.

    (*) « Algo » pour « algorithme ».… Lire la suite…

  • LE DICIBLE ET L’INDICIBLE

    Je faisais partie cet après-midi du jury du rapport individuel d’expertise de Jean-François Gayraud, Commissaire divisionnaire de la police nationale, rapport consacré au « Trading haute fréquence : quels enjeux pour la sécurité nationale ? »

    La soutenance avait lieu au CHEMI, le Centre des Hautes Études du Ministère de l’Intérieur, dont les locaux sont situés dans l’enceinte du Fort de Charenton.

    J’ai rarement été invité jusqu’ici dans des forts et je n’avais jamais eu l’occasion auparavant de découvrir au cours d’une longue conversation qu’un directeur-adjoint d’Interpol et moi pouvions être sur la même longueur d’onde sur la plupart des sujets.… Lire la suite…

  • TRADING HAUTE FRÉQUENCE ET DÉLITS FINANCIERS, par William Bourdon

    Billet invité

    L’innovation technologique a permis le développement du trading à haute fréquence au sein des grandes places financières mondiales. Il représente aujourd’hui 60 % du trading sur actions aux États-Unis et 40 % en Europe.

    Cette nouvelle pratique du trading, associant la sophistication des algorithmes à la vitesse du traitement informatique de données, remet en cause la transparence et l’équité du fonctionnement des marchés financiers.

    Elle pose aussi la question de l’adéquation de l’arsenal législatif aux fins de prévenir et sanctionner les éventuelles manipulations de marché que permet cette nouvelle forme de trading.

    Peu de travaux juridiques ont étudié la question de manière rigoureuse et systématique.… Lire la suite…

  • UNE ANECDOTE MAL CONNUE À PROPOS DE MOÏSE

    Lorsque Moïse descendit du Mont, un lobbyiste vint à sa rencontre, et voyant sur les Tables de la Loi qu’il tenait : « Tu ne tueras point !!! » (l’histoire n’a pas gardé le souvenir des trois points d’exclamation), il lui dit, faisant la moue : « Faites attention : tous les assassins en puissance pourraient bien décider de quitter le pays pour aller s’installer sous des cieux qui leur seront plus cléments ! Pensez au fait que ce sont là des personnes qui jouent très souvent un rôle crucial dans l’économie ! ».

    Ce qui m’a rappelé cette anecdote mal connue, c’est un article dans le Financial Times d’hier qui nous explique que devant le projet de réglementation allemande du High Frequency Trading, Deutsche Börse et la FIA European Principal Traders Association, le « syndicat » des maîtres-algo (sur le modèle de « maîtres-chien »), adressent un avertissement à Mme Merkel : « Une législation excessive [traduisez : « une législation tout court »] pourrait nous conduire à nous expatrier vers des marchés moins transparents ! … Lire la suite…

  • LA FINANCE CASINO RISQUE DE DÉTRUIRE NOS SOCIÉTÉS, par Denis Dupré, Marc Chesney et Paul Jorion, Le Temps, le 26 septembre 2012

    La finance casino risque de détruire nos sociétés

    Version papier dans le quotidien.

    PAR DENIS DUPRÉ*, MARC CHESNEY** ET PAUL JORION***

    Certains outils financiers sont à interdire. Exemple : les CDS nus, qui consistent à parier sur la faillite des États, devraient être prohibés dans la zone euro à partir de novembre 2012. Déjà la marine anglaise en 1745 punissait les joueurs lors de l’assurance de navires si l’assuré ne pouvait prouver son intérêt pour la cargaison. Combien de cargaisons de navires marchands anglais ne seraient pas arrivées à destination si les gouvernements avaient laissé les parieurs ramasser la mise, ayant payé des hommes de main pour couler les bateaux ?… Lire la suite…

  • LE CAPITALISME CE MATIN

    Dans mon livre La crise du capitalisme américain (2007), j’annonce, avec moult détails, la crise des subprimes. Dans une première partie – qui reprend ce que j’avais déjà écrit dans mon Investing in a Post-Enron World (2003) – j’annonçais autre chose, qui se produit là aussi, même si c’est de manière plus larvée et moins spectaculaire : la fin des marchés boursiers au comptant et à terme.

    On parlait encore peu à l’époque de High Frequency Trading, de dark pools ou d’algos, mais tout cela était déjà là, en germe ou en préparation, en tout cas connu ou éminemment envisageable pour les gens de la branche.… Lire la suite…

  • INJONCTION

    Je reçois à l’instant par lettre recommandée, une injonction de retirer du blog la vidéo relative à l’émission
    Cash Investigation intitulée « Finance folle : l’attaque des robots traders ». Je me suis exécuté : le lien vers la vidéo sur YouTube a été retiré.

    Comme il y a de nombreux juristes parmi vous qui auront un avis éclairé sur la question, je reproduis la lettre reçue ci-dessous.
    Lire la suite…