1990 : Préhistoire parisienne du trading à haute fréquence

Ce qui deviendrait le trading à haute fréquence est né en parallèle au début des années 1990 en tant que trading algorithmique en divers hauts-lieux des marchés financiers, dont en particulier, Paris.

Trader (profil recherche) à la Banque de l’Union européenne (elle absorbera le groupe CIC), je mets au point mon logiciel à partir de février 1990. Je définis des stratégies de vente et d’achat automatique sur le marché à terme des obligations, des devises et des matières premières. Ces stratégies émergent d’une optimisation sur des « séries chronologiques » (de longues suites de prix de marché) à partir d’une philosophie. La présence d’un attracteur pour le prix [« ATTRAC » sur le formulaire ci-dessous] est l’une de ces philosophies ; une transposition aux vendeurs / acheteurs du modèle proies / prédateurs de Lotka-Volterra [« ITER »] en est une autre.

Pour visualiser mes tentatives successives, j’utilise à cette époque un outil très récemment apparu : le logiciel Mathematica inventé par Stephen Wolfram et à la disposition des programmeurs depuis juin 1988.

Il s’agit de découvrir des stratégies robustes : si l’optimisation ne découvre que des pics isolés entourés de précipices, la stratégie est risquée : il suffit en effet de tomber deux ou trois fois un tout petit peu à côté de l’objectif visé pour finir aux poubelles des … traders euthanasiés par le Grand Capital !

Ce que la visualisation Mathematica montre dans l’image tout en haut, c’est une stratégie correspondant à une optimisation robuste : la pyramide est massive, ce qui signifie qu’il est possible de tomber un petit peu à côté de la plaque tout en continuant à faire (confortablement) des sous. [J’ai dû explorer des stratégies qui débouchaient en Mathematica sur des paysages en pelage de porc-épic, qui sont allées tout droit dans la corbeille (employé-modèle, j’avais à cœur de conserver mon boulot 😉 ).]

P.S. Mes travaux ne présentaient pas qu’un intérêt purement théorique et retiendraient l’attention d’un hedge fund (fonds spéculatif) à Houston (cf. ici).

Partager :

56 réponses à “1990 : Préhistoire parisienne du trading à haute fréquence

  1. Avatar de Arnaud

    Quelle était votre réflexion personnelle sur le capitalisme et sur l’activité de trading, à l’époque où vous mettez en place ces modélisations pour de nouveaux programmes d’automatisation des marchés et de nouvelles techniques de maximisation de profits?

    1
    1. Avatar de Jean N.

      Et n’y a-t-il pas une contradiction entre le fait de gagner sa vie en travaillant pour le capitalisme et en profitant de ses bénéfices, puis d’écrire un livre intitulé “Se débarrasser du capitalisme est une question de survie” ?

      1
      1. Avatar de Paul Jorion

        Et n’y a-t-il pas une contradiction entre le fait de gagner sa vie en travaillant pour le capitalisme et en profitant de ses bénéfices, puis d’écrire un livre intitulé “Se débarrasser du capitalisme est une question de survie” ?

        Votre question postule qu’il y a des bénéfices au capitalisme. Pourriez-vous préciser ce qu’ils sont ? J’ai consacré bien des travaux à la question et je ne lui en ai encore découvert aucun. Je crains que vous ne pensiez qu’à des éléments pour lequel le capitalisme a au contraire essentiellement constitué un handicap.

        Votre éclairage sur la question sera donc tout particulièrement bienvenu.

        3
        1. Avatar de Jean N.

          @ PJ

          Je dirais que le premier bénéfice en ce qui vous concerne est d’avoir pu gagner votre vie au sein d’une institution, la banque qui en est le symbole et le fleuron. Mais il est vrai que tous les travailleurs en sont là aujourd’hui. Et puis, vendre un livre qui s’attaque au capitalisme reste une action commerciale qui rémunère son auteur et lui permet de se constituer un capital. La force de ce système est qu’il se moque des contradictions ou des oppositions et que la critique même la plus acerbe entre parfaitement dans son jeu.

          1
          1. Avatar de Paul Jorion

            La force de ce système est qu’il se moque des contradictions ou des oppositions et que la critique même la plus acerbe entre parfaitement dans son jeu.

            C’est une nouvelle objection. Sans aucun rapport avec la précédente. Je crains que vous n’objectiez pour le plaisir. Est-ce le cas ?

            1
            1. Avatar de Jean N.

              @ PJ

              Pas du tout, il me semble que ce j’écris est logique et feu Jean Baudrillard ne dirait pas autre chose.
              Voyez vous même, les Chinois ont renié leur communisme adoré et leur critique virulente du monde capitaliste pour un capitalisme made in China. C’est-dire.

              Maintenant, il est possible que je n’aie rien compris à votre biographie et qu’il existe une autre vérité qui pourrait faire l’objet d’un bon polar qu’il vous reste à écrire pour compenser un peu les “17 portraits de femmes.”

              Voici l’idée du scénario :
              “ L’illustre anthropologue et psychanalyste Paul Jorion était un espion envoyé aux States par les autorités chinoises qu’il encense souvent, et cela pour infiltrer les banques américaines et y déclencher la crise des subprimes. Il était donc aux avant-postes; ce qui lui permettait d’être informé du désastre avant les autres. Tout s’éclairait donc en cette fin d’année 2021,” etc…

              1. Avatar de Paul Jorion

                Ce serait mieux carrément en documentaire plutôt qu’en film de fiction.

              2. Avatar de Khanard

                ah! la voilà donc la « théorie du complot » !

      2. Avatar de Khanard

        Bonjour Jean N , il y a de nombreuses années -42 pour être précis- j’ai obtenu un diplôme d’université qui, par mon classement m’ouvrait une voie royale dans le nucléaire , Saclay en particulier . Nous étions dans les années 80 et le nucléaire avait mauvaise presse.
        Après bien des réflexions j’ai décidé de ne pas participer à ce secteur d’activité. Est -ce pour autant que le nucléaire a périclité ? Bien sûr que non .
        Plutôt que de parler de contradictions je préfère parler d’addictions au capitalisme et dans ce cadre toute action ne peut être que bénéfique , fût elle comme un cheval de Troie .

        1
      3. Avatar de Khanard

        Pensez-vous qu’Einstein était dans la contradiction losqu’il a fait ses découvertes qui aboutirent là où l’on sait?

        1. Avatar de Jean N.

          @ Khanard

          Einstein n’était peut-être pas dans la contradiction lors de ses recherches sur l’atome mais il l’était en participant à la réalisation de la bombe, même si c’était de façon marginale. D’ailleurs, il ne s’est pas vraiment remis du bombardement d’Hiroshima.
          Pour Ari Beser du National Geographic, “le dilemme d’Einstein illustre les contradictions de la condition humaine”.

          A ce sujet:
          https://www.nationalgeographic.fr/sciences/einstein-est-il-le-pere-de-la-bombe-atomique

      4. Avatar de Khanard

        Je ne pense pas qu’on puisse parler de contradiction. Que l’on parle d’IA ou de biotechnologies ou tout autre concept qui pourraient être une victoire du capitalisme , le plus important, et même vital, consiste en ce que le capitalisme puisse leur donner un SENS et surtout ledit capitalisme devra conjointement incorporer l’IA, big data, ….dans un nouveau récit qui ait du sens .

        1
    2. Avatar de Didier

      @Arnaud:
      Je trouve votre question extrêmement pertinente et formulée de manière tout à fait polie.
      Je note que le maître des lieux n’y a pas apporté l’embryon d’un début de réponse.

      1. Avatar de Paul Jorion

        La partie où je parle de mon engagement syndical, contre la guerre au Vietnam, et mon militantisme dans deux mouvements : socialiste et anarchiste, devrait vous apporter un début de réponse 😉 .

    3. Avatar de Paul Jorion

      J’étais épaté qu’on laisse entrer dans la finance quelqu’un comme moi, dont son CV (épluché pourtant soigneusement par les RH dans chaque banque) montrait de manière criante qu’il vendrait la mèche un jour ou l’autre.

      Pourquoi l’ont-il fait quand même (sept employeurs sur 18 ans) ?

      1) Ils ont pu se dire que je succomberais comme quiconque aux charmes de l’argent (plusieurs de mes patrons étaient des gens très intelligents qui n’ont sûrement jamais cru ça).

      2) Ils se sont dit qu’au moment où je vendrais la mèche, je leur aurais déjà fait gagner tant d’argent, qu’ils s’en foutraient royalement, et que le fait que je vende la mèche ferait un beau … trou dans l’eau. Les faits leur ont donné raison. Moralité : ils étaient beaucoup plus malins que moi, ce qui justifie qu’ils aient gagné beaucoup plus d’argent que moi *.

      * Une preuve de plus que vous vous trouvez bien sur « Le blog le plus optimiste du monde occidental ».

      1
      1. Avatar de Didier

        L’hypothèse n° 2 me parait, hélas, tout à fait crédible.
        Avec un effet de bord auquel vous semblez n’avoir pas songé : elle rendrait de facto beaucoup plus inconfortable de venir réclamer, quelques années plus tard, l’interdiction de la spéculation financière. Un discours du type «voyez, c’est une activité au service de laquelle j’ai mis toute mon intelligence et mon énergie, et dont j’ai tiré de très confortables revenus, mais que personne ne doit pratiquer» risquerait en effet d’apparaître comme légèrement incohérent.
        Du coup encore, vos engagements parallèles – bienvenus – dans le militantisme syndical et politique en hériteraient comme d’un léger parfum de compensation carbone…
        Qu’en pensez-vous ?

        1. Avatar de Paul Jorion

          Ce que j’en pense ? Que je connais le ton de vos commentaires depuis pas mal de temps et que vous n’hésiteriez pas à dire à un soldat infiltré derrière les lignes ennemies : « Tout ça, c’est très beau cette histoire de les battre parce qu’ils sont méchants, mais avouez que ça n’explique pas entièrement pourquoi vous vous trouvez en ce moment bel en bien du mauvais côté de la frontière, hein ? » Ce n’est jamais la bonne foi qui vous a étouffé.

          1. Avatar de Didier

            Le ton de mes commentaires est souvent critique, oui. Si vous choisissez de maintenir un blog en l’ouvrant aux commentaires, c’est un risque qu’il vous faut prendre. Mais ça fait pas mal de temps que vous semblez ne plus accepter qu’un seul ton dans les commentaires, la flagornerie. Dommage.

            Votre fiction du « soldat infiltré derrière les lignes », que vous resservez régulièrement sur ce point précis (Lévi-Strauss vous demandant d’aller enquêter dans le monde de la finance, etc.) , me paraît ressembler très fort à une justification a posteriori passablement alambiquée. Une autre lecture apparaît beaucoup plus simple, et partant, plus crédible : vous étant rendu compte, comme beaucoup d’entre nous, qu’il était extrêmement difficile d’assurer son existence matérielle en œuvrant dans le domaine de la recherche (cf. l’épisode British Telecom) ou des sciences sociales (cf. votre passage à la FAO), vous vous êtes tourné vers le privé et avez monnayé, comme tout un chacun, vos compétences au meilleur prix, à une époque où les mathématiciens informaticiens ne couraient pas les rues. Vous avez choisi la finance, soit. Ce n’est pas un crime. Mais ce faisant, vous obériez vos possibilités futures de dénoncer comme néfaste une ingénierie qui a (avait déjà) largement prouvé ses capacités de nuisance, et à laquelle vous aviez « fait gagner tant d’argent ». C’est tout.

            Vous me permettrez de juger inutile de répondre à vos accusations de mauvaise foi de ma part. Effectivement, je ne suis pas croyant.

            1. Avatar de Paul Jorion

              Il y aura deux sortes de lectrices et de lecteurs de votre commentaire : ceux qui savent qui je suis, et ceux qui, comme vous, l’ignorent, et comme dit la sagesse populaire « Dieu reconnaîtra les siens ».

              1
  2. Avatar de Benjamin

    Bonjour Paul,

    Par curiosité, vous faisiez tourner Mathematica sous quel OS à l’époque : Solaris ? MS Dos ? Unix ?…
    Et, combien de temps deviez-vous attendre pour obtenir un résultat ?

    Enfin, je rejoins les interrogations d’Arnaud : comment appréhendiez-vous à l’époque la pierre que vous ajoutiez à l’édifice du trading ?

    1
    1. Avatar de Khanard

      A titre personnel j’ai utilisé Mathematica sous un OS appelé GCOS pour des simulations de résistance des bâtiments soumis à des séismes. Ah c’était le bon vieux temps ! 😉😉😉😉
      Maintenant des logiciels de Graitec ou même Autocad font le même boulot

      1. Avatar de Juannessy

        Mon « bon vieux temps » a quelques années de plus , car en 1972 à l’époque où je sortais l’avant projet sommaire du viaduc des Egratz , c’est  » à la main » que je dégrossissais les vérifications que le viaduc saurait résister aux contraintes sismiques recensées sur ce secteur alpin .

        Lors du tremblement de terre du 15 juillet 1996 à 2h et quart , quand j’ai été tiré de mon lit , la première chose qui me soit venue à l’esprit c’est  » si le viaduc est toujours debout , c’est qu’on s’est pas trop planté » . Ce qui était le cas , mais pas mal d’ouvrages du secteur annécien avaient par contre perdu quelques  » dents » des peignes de joints de dilatation et déplacés quelques corniches .

        Remarque faite que si l’avant projet était de 1972 , les travaux se sont déroulés entre 1977 et 1981 , et que les calculs du projet d’exécution étaient bien évidemment conduits avec les meilleurs bécanes numériques du moment , en particulier parce que c’était la première fois en France que l’on faisait de la précontrainte en tracé courbe et en pente de 5 % .
        Je me souviens encore que j’étais arrivé à devoir prendre en compte une accélération horizontale de près de 10 G en tête de pile de plus de 60 mètres de hauteur .
        Je ne suis pas sur que je m’en souviendrais encore si j’avais pu confier mon problème à une bécane .

        Et c’est un peu mon réflexe , quand je découvre aujourd’hui toutes les  » appli » pré calibrées : l’utilisateur possède -t-il encore toute la sensation presque charnelle de coller avec la théorie qui sous -tend ses interrogations ?

        Petit plaisir personnel :

        http://www.histoire-passy-montblanc.fr/nos-dossiers/geographie-humaine/infrastructures/routes-et-autoroute/le-viaduc-des-egratz/

        1
        1. Avatar de Khanard

          Merci beaucoup pour votre lien . Très intéressant. je fais partie de cette génération où on voyait arriver les ordinateurs béa mais en corolaire les professeurs exigeaient de nous de poser les calculs manuscritement et en toute fin de les vérifier avec l’ordinateur . Mon premier contact a été avec une TI 64 ! rocambolesque !

      2. Avatar de Benjamin

        @Khanard

        Merci pour GCOS : je l’avais oublié celui-là !

        Personnellement, j’ai travaillé en Unix, Linux, OS/2, MS-Dos, Windows (de 95 au plus récentes version) mais aussi en IBM Mainframe (Z/OS) qui reste encore commun en « core system » dans le milieu bancaire et assurantiel.

        1. Avatar de Khanard

          oui GCOS qui était implanté sur des calculateurs Mini6 de chez Bull ; les disques durs étaient des galettes de 75 mégabits et 300 mégabits (vertigineux!) qui tournaient dans des  » lessiveuses » ! Inoubliables!

          1. Avatar de Benjamin

            Bull… Le symbole à la fois du succès (de part ses calculateurs) et de l’échec (de part son absence grand public) de l’informatique française.

    2. Avatar de Paul Jorion

      J’ai commencé à travailler sur des « stations de travail » sous Solaris chez Freud Lemos à Londres en 1994. À la banque de l’Union européenne en 1990, ça devait être sur des bécanes standard sous MS Dos.

      L’idée c’était de faire des choses qu’on avait toujours eu envie de faire et qui étaient jusque-là impossibles; mais que l’ordi rendait soudain possibles. C’était un sentiment général, c’était le même qui avait conduit (Sir) Edmund Leach à me dire un jour : « Paul, nous allons résoudre ces systèmes de parenté casses-têtes. Nous en avons maintenant les moyens ! ». Ce qui était vrai.

      1
      1. Avatar de Juannessy

        La première fois que j’ai vu une Station c’était en 1987 quand nous avons commencé à travailler , au conseil général de la Loire , à un Système d’Informations Géographiques portées par le réseau routier départemental . C’était une station SUN sous Unix et j’étais tout benêt avec cet engin . Je m’y suis alors collé avec l’aide d’un ingénieur d’une SSII lyonnaise qui était en fait un ancien militaire ayant travaillé pour la DGA . On a passé presque un mois ensemble avec des journées presque non stop de 10 heures . On avait ( surtout grâce à lui ) réussi à coupler le SIG proprement dit avec le traitement comptable des opérations en cours ou programmées sur le réseau , mais les comptables du service m’ont maudit pendant 3 mois , le temps de trouver les bons écrans ergonomiques de saisies des données !

        Mais on n’a pas eu besoin des fractales .

      2. Avatar de Benjamin

        @ Paul,

        Quand je pense que la plupart des moins de 30 ans au boulot n’ont pas connu Sun avant le rachat par Oracle !

        Sinon, je comprends votre approche : ceux qui ont bénéficié des premières plateformes « big data » ont été dans la même logique. L’outil informatique permettait soudainement de s’affranchir de « barrières » techniques et, ainsi, d’ouvrir de nouveaux terrains de « jeux » (avec de grosses guillemets compte tenu des conséquences de certains de ces terrain de jeux).

        Pour ma part, j’ai connu l’informatique via un Amstrad CPC 464 (à cassettes avec écran monocrome).

    3. Avatar de Sous-fausse-identité

      Je serais plus intéressé par la question suivante : avec toute l’expérience des 30 ou 35 dernières années, Paul referait-il la même chose ? Si oui, pour quelle raison ? Parce qu’il faut bien remplir la marmite ? Ou bien par curiosité intellectuelle ? Perso j’ai arrêté tout ça, j’attends la fin et j’aviserai. Mais je me sens un peu seul. Avec la différence que (j’ai l’impression que) une plus grande partie de mes contemporains ne va plus au boulot que pour la marmite.

      3
      1. Avatar de Vincent Rey

        « travailler uniquement pour faire bouillir la marmitte »

        C’est une bonne question que nous a rappelé David Graeber, et puis ensuite la covid : « qui fait un boulot vraiment utile dans le capitalisme ? ».

        Y-a-t-il un économiste qui s’est amusé à calculer la part de la croissance correspondant aux Bullshitjobs ? (je pense toujours aux centraux téléphoniques… mais il y a aussi tout le travail correspondant à une production jetable à court terme, puis celle de ceux qui détruisent et recyclent..)

        Ce serait intéressant à connaître, et à mettre en balance avec les 140 à 170 mds/ans de subventions et dégrèvements divers qu’on offre aux entreprises. On pourrait peut-être travailler moins sans subventionner !

        Mon estimation au doigt mouillé : au moins 30% du PIB ne sert à rien. (sans même évoquer la production des armes, qui n’a son utilité que dans le stade final de la concentration, lorsque tout le monde je jette les uns contre les autres !)

  3. Avatar de Jean N.

    @ Sous fausse-identité

    Allez; allez ! Un peu d’optimisme quand même. Si je comprends bien votre question et vous avez raison, il faut bien remplir la marmite. C’est vrai depuis l’aube des temps et, plus tard, ça dépendra de la taille de la marmite qu’on souhaite. Cette année, tout est encore possible. L’avenir sera probablement différent et ressemblera un peu plus au passé. Mais, pensez-vous que le bonheur n’existait pas autrefois ?
    Bien sûr, il est toujours difficile de se défaire de ce qu’on a connu. Pourtant, le plus souvent on se fait à tout, c’est sans doute une vertu de l’espèce humaine.

    Courage et bonne fin d’année.

    NB. Il faut bien quelqu’un pour rappeler que ce blog est le seul optimiste du monde occidental.

    1. Avatar de Paul Jorion

      NB. Il faut bien quelqu’un pour rappeler que ce blog est le seul optimiste du monde occidental.

      Voilà ! J’avais cette intuition que vos commentaires finiraient par servir à quelque chose.

      1. Avatar de Jean N.

        @PJ

        Mais oui et c’est magnifique, pour une fois tout le monde est content. C’est sans doute l’esprit de Noël qui se prolonge ou celui des fêtes qui s’annonce. Mais attention à l’année prochaine…

        Bonne soirée.

    2. Avatar de Sous-fausse-identité

      Je suis optimiste : je pense qu’il y aura des survivants.

  4. Avatar de Khanard

    « une plus grande partie de mes contemporains ne va plus au boulot que pour la marmite. » Bin oui , j’appelle ça de l’aliénation : état qui résulte de l’expérience par laquelle quelque chose qui nous est propre devient étranger à nous et se retourne contre nous provoquant un sentiment de privation, dépossession, impuissance souffrance.

    1. Avatar de Vincent Rey

      Je ne vois pas l’aliénation au même endroit. Une femme avec 2 enfants qui accepte n’importe quel boulot (y compris la prostitution) n’est pas aliénée. Elle cherche juste à s’en sortir.

    2. Avatar de 2Casa

      Salut Khanard, Salut Vincent,

      Lordon a une formule que j’aime bien et qui résume pas mal la situation : « chantage quotidien aux conditions matérielles de subsistance ». Formule qui s’est « heureusement » trouvée vérifiée pendant l’épidémie lorsque le maintien dans l’emploi et le salaire qui va avec, se sont vus soumis à l’obtention du passe sanitaire.

      Le capitalisme – et je renvoie au commentaire de Benjamin sur les motivations économiques et non sanitaires qui président aux décisions gouvernementales en ce moment ( https://www.pauljorion.com/blog/2021/12/28/piqure-de-rappel-notre-foi-dans-le-miracle-nous-empeche-de-gerer-la-pandemie-par-jean-baptiste-auxietre-et-paul-jorion-le-5-avril-2021/#comment-880877 ) nous laissant chaque fois face à un sentiment d’incrédulité/ incompréhension/ sidération/ fureur (!!!*) – a donc montré que le salariat était son arme ultime pour mater toutes velléités de résistance (pour de bonnes ou moins bonnes raisons, c’est pas la question) malgré les risques encourus par les populations face à un danger mortel (6 à 8000 morts par mois pendant l’hiver l’année dernière, je le rappelle, et qualifiés de « réussite » par Macron himself).

      Ça vous donne pas envie de tout péter, ça ?!

      https://youtu.be/Cj4ZQXJwRK8

      (* Je cite P.S. 😉 )

      1. Avatar de khanard

        excellente vidéo , paroles exceptionnelles ! je suis tordu de rire !
        Pour le reste de votre commentaire citer Lordon est une excellente initiative d’autant plus qu’on ne le verra jamais au journal de 20h!
        Il y a quelques mois j’ai lu de Yuval Noah Harari : « il faut protéger plutôt les humains que l’emploi » (cité de mémoire)

        1. Avatar de CloClo

          Yuval Noah Harari a fait un très joli bouquin bien monté et enchaîné sur Sapiens, qui se lit comme un Romans (c’est un peu le but d’un best seller). Pour ceux qui n’ont pas encore lu, à faire en vacances.

          Une petite critique par là kamême :

          http://www.journaldumauss.net/?Une-trop-breve-histoire-de-l-humanite

          1. Avatar de Pascal

            @Cloclo et Khanard
            Merci pour les références sur Harari que je ne connaissais pas.
            Comme tout historien, dans le capharnaüm des « faits historiques », il cherche, semble-t-il, à écrire son « roman » de l’évolution, comme les Etats-Nations écrivent leur « roman national » afin de créer une identité commune parmi les adhérents à cette fiction. Et si son bouquin est devenu un best-seller (je suis tenté de faire le parallèle le succès de l’oeuvre de Tolkien plus clairement fictionelle), c’est certainement que nous sommes tous à la recherche de cette « vérité » justifiant notre place en ce monde, cette « raison » sensée nous dire qui nous sommes, au lieu de chercher par nous-même qui ou qu’est-ce que nous pourrions être.
            Comme le souligne cet autre anthropologue critique (https://anthropogoniques.com/2020/05/09/yuval-noah-harari-sapiens-lecture-critique-1-une-revolution-culturelle/), la vision d’une « révolution » des capapcités cognitives me rappelle soit une vision créationiste (comme la main divine dans la Bible), soit une vision ufologique (nous serions des OGM produits par des E.T.).
            Je lui préfère très nettement cette vision du « Grand bordel de l’évolution  » de ce jeune Youtubeur, Léo Grasset !
            https://www.youtube.com/watch?v=GXaQUgX0D7M
            Seulement voilà, se dire qu’on est simplement le résultat aléatoire d’un immense bordel, c’est moins porteur ! 😉
            Si l’on veut bien s’y plonger, ça ouvre pourtant bien d’autres perspectives que l’idée simpliste de « Sapiens l’être élu » !

  5. Avatar de Khanard

    J’éprouve en venant sur ce blog une humilité certaine car il est assez rare de pouvoir exposer ses connaissances qui , c’est mon cas, sont assez réduites . Je me moque éperdument de savoir si un bénéfice quelconque peut profiter à l’auteur de ce blog aussi je ne comprends pas pourquoi on puisse essayer de lancer des polémiques stériles .
    J’absorbe tout ce savoir qui est mis à notre disposition même si je ne comprends pas tout , j’ose l’avouer . Etre un figurant dans la transmission des savoirs ou un spectateur du travail des pêcheurs d’Houat peu m’importe .
    Alors posons nous la question : que pense M. Jorion de nos contributions au regard des siennes ?

    1. Avatar de Jean N.

      Tiens ! Pour quelqu’un qui fait preuve d’une grande humilité, la question est diablement pertinente. Mais c’est souvent le cas.

      1. Avatar de Juannessy

        Et fine mouche , ce Jean N .

        Que de talent gaspillé dans les sous entendus stériles .

        1. Avatar de Stéphane

          « Sous entendus stériles », endormis, au repos (diurne) pour l’instant et il n’en est pas mort.

          1. Avatar de Stéphane

            Réponse trop hâtive, qui provoque des chevauchement sémantiques. En prenant mon temps, cela aurait donné: « Sous entendus stériles », endormis, en sommeil (diurne), au repos pour l’instant et il n’en est pas mort.

    2. Avatar de Bruno GRALL

      @ Cher Khanard;
      C’est une très très bonne question !

  6. Avatar de Bruno GRALL

    Nous ne pouvons pas faire de test ‘projectif’ !

    1. Avatar de Juannessy

      Ça doit arriver à se faire , mais ce serait du billard de très haute compétition .

      Et sans intérêt .

  7. Avatar de brothier

    C’était le temps où un ami informaticien stéphanois tentait de fabriquer des ronds via des lignes de codes sur Unix, tandis que nous dévorions les nouvelles de Philip K. Dick

    1. Avatar de Juannessy

      Au moins trois erreurs :

      – il n’était pas informaticien ( et il ne l’a jamais été),
      – il ne sait pas ce qu’est un rond et ça n’était pas son job que de le savoir ,
      – Blade Runner lui avait permis de s’intéresser aux ouvrages de Philip K. Dick , mais c’est vrai que Dostoïevski et Tolstoï le passionnaient davantage .

      Signé Jules César ( la guerre des Gaules )

      PS : et que faisait brothier , quand il ne lisait pas Philip K Dick , qui l’a rendu si amer et sectaire .

  8. Avatar de Vincent Rey

    Si disons 20% des gens font un « Bullshit job », et si comme le dit l’économiste du CNRS Gaël Giraud il y a 30% de chômage en équivalent « temps plein », alors le capitalisme patine vraiment dans la semoule !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Boris Johnson Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France François Hollande Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon John Maynard Keynes Karl Marx La survie de l'espèce pandémie Portugal robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta