Archives par mot-clé : « Penser tout haut l’économie avec Keynes »

Le Financial Times : La science économique a-t-elle échoué ?

Ouvert aux commentaires.

Hier, le Financial Times a publié un article intitulé « Has economics failed ? FT readers and writers debate the future of the discipline », soit « La science économique a-t-elle échoué ? Les lecteurs du FT et des auteurs débattent de l’avenir de la discipline ».

Ayant lu cet article, et ayant eu l’occasion de lire Keynes attentivement *, j’ai écrit ceci à quelques amis : « La réponse à la quasi totalité des questions que ces économistes en vue se posent se trouve chez Keynes. Keynes n’est pas un inconnu. Quel est le mécanisme qui explique qu’ils ne soient pas au courant ? »

Pour vous permettre à vous aussi de participer au débat, je reproduis le texte de l’article dans la section « Commentaires ».

19Shares

Trends-Tendances – Et si le prix n’était pas un signal mais l’expression d’un rapport de force ? le 22 mars 2018

Et si le prix n’était pas un signal mais l’expression d’un rapport de force ?

La théorie économique dominante, ou mainstream, suppose qu’il existe pour les prix un niveau « objectif » assurant l’« efficience allocative » optimale, autrement dit permettant la satisfaction maximale de l’ensemble des consommateurs.

Continuer la lecture de Trends-Tendances – Et si le prix n’était pas un signal mais l’expression d’un rapport de force ? le 22 mars 2018

16Shares

Les temps qui sont les nôtres : La guerre froide bat son plein, le 16 mars 2018 – Retranscription

Retranscription de Les temps qui sont les nôtres : La guerre froide bat son plein. Merci à Catherine Cappuyns et Marianne Oppitz !

Bonjour, nous sommes le vendredi 16 mars 2018. Il y a deux jours, avant-hier, je vous ai fait une vidéo qui s’appelait « L’affaire du défecteur Sergueï Skripal », cet ex-espion russe qui a été victime d’une tentative d’assassinat – et sa fille aussi qui se trouvait à ses côtés – et j’évoquais une atmosphère de guerre froide. Continuer la lecture de Les temps qui sont les nôtres : La guerre froide bat son plein, le 16 mars 2018 – Retranscription

15Shares

« Penser tout haut l’économie avec Keynes » (Odile Jacob 2015), La rareté comme facteur explicatif du prix

Paul Jorion, « Penser tout haut l’économie avec Keynes », La rareté comme facteur explicatif du prix, pp. 194-199

La rareté comme facteur explicatif du prix

L’économiste italien Alessandro Roncaglia, dans son ouvrage intitulé Sraffa and the Theory of Prices, explique les différents usages qui ont été faits de la notion de rareté en science économique :

« Pour les économistes classiques […] les biens sont considérés comme rares par rapport aux besoins et aux désirs au sens où pour tout bien en particulier la quantité disponible à un moment donné est inférieure à la quantité qui serait requise pour épuiser la demande si son prix était de zéro » (Roncaglia 1978 : 5).

Continuer la lecture de « Penser tout haut l’économie avec Keynes » (Odile Jacob 2015), La rareté comme facteur explicatif du prix

21Shares

Pour comprendre l’économie, Keynes demeure un excellent point de départ (III) National Self-Sufficiency (1933)

jorionSi l’on veut remplacer la théorie économique dominante, dont Andrew Haldane, économiste en chef de la Banque d’Angleterre, vient de rappeler les faiblesses fondamentales, Keynes demeure un excellent point de départ. Je vous propose du coup en feuilleton dans les jours qui viennent, mes commentaires relatifs aux principaux textes de Keynes, tels qu’on les trouve dans Penser tout haut l’économie avec Keynes (Odile Jacob, 2015).

Continuer la lecture de Pour comprendre l’économie, Keynes demeure un excellent point de départ (III) National Self-Sufficiency (1933)

15Shares

Pour comprendre l’économie, Keynes demeure un excellent point de départ (II) A Short View of Russia (1925)

jorionSi l’on veut remplacer la théorie économique dominante, dont Andrew Haldane, économiste en chef de la Banque d’Angleterre, vient de rappeler les faiblesses fondamentales, Keynes demeure un excellent point de départ. Je vous propose du coup en feuilleton dans les jours qui viennent, mes commentaires relatifs aux principaux textes de Keynes, tels qu’on les trouve dans Penser tout haut l’économie avec Keynes (Odile Jacob, 2015).

Continuer la lecture de Pour comprendre l’économie, Keynes demeure un excellent point de départ (II) A Short View of Russia (1925)

16Shares

Pour comprendre l’économie, Keynes demeure un excellent point de départ (I) The End of laissez-faire (1926)

jorionComme j’ai tenu à l’expliquer dans Penser tout haut l’économie avec Keynes (Odile Jacob, 2015), la tache aveugle du système économique de John Maynard Keynes (1883 – 1946) est le rapport de force dans l’économie et la finance. J’ai tenté dans ce livre de compléter en proposant cette pièce manquante. Quoi qu’il en soit, si l’on veut remplacer la théorie économique dominante, dont Andrew Haldane, économiste en chef de la Banque d’Angleterre, vient de rappeler les faiblesses fondamentales, Keynes demeure un excellent point de départ. Je vous propose du coup en feuilleton dans les jours qui viennent, mes commentaires relatifs aux principaux textes de Keynes, tels qu’on les trouve dans Penser tout haut l’économie avec Keynes.

  Continuer la lecture de Pour comprendre l’économie, Keynes demeure un excellent point de départ (I) The End of laissez-faire (1926)

25Shares

Confucius / Keynes : un petit clin d’oeil !

Wang Fuzhi (1619 – 1692) était un disciple de Confucius, mais considérait que la philosophie néo-confucéenne qui dominait la Chine à cette époque avait détourné l’enseignement de Confucius. C’est pourquoi il écrivit ses propres commentaires des classiques confucéens.

Continuer la lecture de Confucius / Keynes : un petit clin d’oeil !

8Shares

De l’anthropologie à la guerre civile numérique, entretien réalisé le 21 mars 2016 (texte complet)

Ouvert aux commentaires.

I- La « mentalité primitive »

Jacques Athanase GILBERT

Votre parcours est particulièrement atypique, marqué en particulier par cette étonnante transition du chercheur au blogueur. Au-delà, votre pensée s’enracine dans le champ de la transdisciplinarité, empruntant à la fois à la philosophie, à l’anthropologie, à la sociologie et à l’économie. Comment appréhendez-vous cet itinéraire ?

Continuer la lecture de De l’anthropologie à la guerre civile numérique, entretien réalisé le 21 mars 2016 (texte complet)

21Shares

De l’anthropologie à la guerre civile numérique (XI), Keynes aujourd’hui, entretien réalisé le 21 mars 2016

Franck CORMERAIS

Quel est l’intérêt de la théorie de Keynes aujourd’hui, au-delà d’une perspective de relance par la demande ?

Continuer la lecture de De l’anthropologie à la guerre civile numérique (XI), Keynes aujourd’hui, entretien réalisé le 21 mars 2016

0Shares

LE TEMPS QU’IL FAIT LE 13 MAI 2016 – (Retranscription)

Retranscription de Le temps qu’il fait le 13 mai 2016. Merci à Marianne Oppitz !

Bonjour, nous sommes le vendredi 13 mai 2016.

La dernière fois que j’ai fait ma vidéo un vendredi 13, j’ai fait allusion à la superstition, au fait qu’il y a des gens qui considèrent que ça porte malheur. En fait on était le vendredi 13 novembre 2015 et cette journée là s’est terminée dans un bain de sang.

Continuer la lecture de LE TEMPS QU’IL FAIT LE 13 MAI 2016 – (Retranscription)

0Shares

« En couple dans un an ou remboursé* », par Stéphane-Samuel Pourtalès

jorion

Billet invité.

La saint-valentin est sûrement une bonne occasion pour parler des « positions nues sur credit-default swap ».

Explicitées de manière inédite par Paul Jorion dans « Penser tout haut l’économie avec Keynes », elles montrent ce qui relève du pari purement spéculatif dans les activités financières. Et que l’économie traditionnelle ne prend pas en compte. Pourquoi est-ce que les 99% ne constituent pas un groupe social dominant dans les rapports de forces économiques ? Parce que 99%, c’est un chiffre et non une réalité.

Continuer la lecture de « En couple dans un an ou remboursé* », par Stéphane-Samuel Pourtalès

17Shares

rfi, IDÉES, une émission de Pierre-Edouard Deldique, Paul Jorion : « Penser tout haut l’économie avec Keynes », le 16 janvier 2016

jorion

N.B. Dieu seul sait pourquoi j’appelle Alfred Marshall (1842 – 1924) « William » ! Ou que je qualifie la « Federal Reserve » de banque centrale « européenne » !

14Shares

Quel pourrait être l’impact de « Penser tout haut l’économie avec Keynes » ?

jorion

Paul Jorion, Penser tout haut l’économie avec Keynes, Odile Jacob 2015 : 307-308

Quel pourrait être l’impact d’un livre comme celui-ci ? La réponse se trouve peut-être dans l’intervention de Joan Robinson lors de la discussion qui conclut les conférences Rafaelle Mattioli données par Richard Kahn en 1978 à Milan et consacrées à la genèse de la Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie.

Continuer la lecture de Quel pourrait être l’impact de « Penser tout haut l’économie avec Keynes » ?

16Shares