Archives par mot-clé : Planification

Trends-Tendances – L’après-Covid a commencé, le 25 mars 2021

L’après-Covid a commencé

Oui, les choses changent. Mais les changements sont-ils ceux que nous appelions de nos voeux ?

Davos 2021, c’était en janvier. Klaus Schwab, son patron, lui avait donné pour thème « The Great Reset », la grande remise à zéro des compteurs économiques. Nous tergiversions à initier les transitions qui s’imposent : l’abandon des énergies non-renouvelables, la fin des émissions de gaz de serre, l’adieu au plastique, à ses déchets non-recyclables et ses micro-particules mortelles, le renversement de la vapeur dans la concentration de la richesse. 

Or la grande réinitialisation n’aura probablement pas lieu. La raison en est simple : la distribution des responsabilités aujourd’hui dans nos pays entre le privé et le public, et le rapport de force entre les deux.

Continuer la lecture de Trends-Tendances – L’après-Covid a commencé, le 25 mars 2021

Partager :

LE PEARL HARBOR DU VIVANT, par François Ruffin

LE PEARL HARBOR DU VIVANT

PAR FRANÇOIS RUFFIN Le 12/10/2020 PARU DANS LE FAKIR N°95 – (EN KIOSQUE)  

70 % des vertébrés disparus en trente ans… C’est un Pearl Harbor du vivant. Qui devrait, d’urgence, réclamer une mobilisation générale. A la place, nos dirigeants baissent la Contribution économique territoriale de 3 à 2 % !

Continuer la lecture de LE PEARL HARBOR DU VIVANT, par François Ruffin

Partager :

Est-il possible de se passer de la planification en macro-économie ?, par Jean-Paul Vignal

À propos de Planification : le retour d’un Commissariat au Plan ? par Loïk Le Floch-Prigent, le 19 août 2020

Cet article de Loïk Le Floch-Prigent sur le retour du commissariat au plan me semble mériter plus de débats qu’il ne l’a fait parce que je crois qu’il porte sur un sujet vraiment important au moment où presque tout le monde s’accorde à reconnaitre les limites du capitalisme financier mondialisé actuel. 

Sur la forme, je trouve amusant que celui qui, en qualité de directeur de cabinet de Pierre Dreyfus, alors Ministre de l’Industrie, fut l’une des chevilles ouvrières des nationalisations de 1981 conteste 40 ans plus tard le bien-fondé de la planification, mais je n’en suis pas surpris sur le fond : Loïk Le Floch-Prigent a eu depuis tout le temps d’apprendre in vivo que la conduite d’une entreprise ne peut être guidée que par la poursuite inlassable de la maximisation de ses intérêts propres, réduits en système capitaliste financier à ceux de ses actionnaires et de ses cadres dirigeants, et que toute considération qui s’oppose à l’épanouissement de ces intérêts doit être ignorée quand c’est possible, ou vigoureusement combattue quand ça ne l’est pas. Continuer la lecture de Est-il possible de se passer de la planification en macro-économie ?, par Jean-Paul Vignal

Partager :

Recension de Comment sauver le genre humain, par Cédric Chevalier

Pour Joseph Tainter, théoricien de l’effondrement, la théorie du conflit problématise l’Etat comme institution coercitive de la domination et de l’exploitation. La théorie de l’intégration en fait une solution : l’institution consensuelle des intérêts sociaux partagés.  Dépassant ces visions limitées, le philosophe Michel Foucault rejette l’idée d’Etat comme trop abstraite et se concentre sur les modes d’exercice pratiques du pouvoir, la gouvernementalité. Partageant le constat des risques existentiels, nos auteurs proposent ainsi une nouvelle gouvernementalité de l’urgence : un effort de guerre écologique via un Etat planificateur repensé. L’ouvrage bousculera les certitudes des « collapsonautes » institutionnellement résignés. L’Etat étant l’organisation humaine la plus puissante de l’histoire, les dégoûtés doivent expliquer pourquoi ils l’abandonneraient aux dégoûtants. Malgré une histoire étatique écodestructrice, Jorion et Burnand-Galpin écrivent qu’un Etat anti-collapse est encore possible, nécessaire et souhaitable. Nous n’avons pas mille ans mais dix. Avec un réalisme enraciné dans notre sol –les gens, idées et institutions tels qu’ils sont–, l’essai referme systématiquement des portes : déni, résignation, citoyennisme, survivalisme, révolution, abandon de la technologie et des marchés financiers, écologisme graduel, utopies ou eschatologies. Exit bien sûr capitalisme, économisme et profit, vive une politique des fins et non des moyens. Une seule porte reste ouverte : nous vivrons ou nous périrons tous ensemble. Le citoyen a besoin de l’Etat, l’Etat a besoin du citoyen. Comme le dit Bruno Latour, le citoyen est la clef pour recharger l’Etat de nouvelles pratiques. A lire d’urgence pour nous retrousser les manches et ne pas nous complaire dans le fatalisme. L’Etat c’est nous.

Cédric Chevalier, coauteur de Déclarons l’Etat d’Urgence écologique (avec Thibault de La Motte, Editions Luc Pire 2020)

Partager :

“Comment sauver le genre humain” : Un livre qu’on continue donc à lire en haut-lieu !

Le Figaro : Le premier ministre promet la création d’un commissariat au Plan, le 15 juillet 2020

Pour rebondir face à la crise, l’exécutif ressort le commissariat au Plan. Le premier ministre Jean Castex a en effet profité de son discours de politique générale, ce mercredi après-midi à l’Assemblée nationale, pour annoncer le grand retour de ce portefeuille censé « rééclairer l’action publique d’une vision de long terme ». Pour lui, le commissariat a vocation à permettre « de planifier la politique économique et définira les gisements de croissance future ».

Ajout [18 juillet 12h45] : Continuer la lecture de “Comment sauver le genre humain” : Un livre qu’on continue donc à lire en haut-lieu !

Partager :

La « planification économique » à droite : un retour au gaullisme ?, par Vincent Burnand-Galpin

Ouvert aux commentaires. « Il nous faudra bâtir une stratégie où nous retrouverons le temps long, la possibilité de planifier, la…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

Le monde en décomposition que nous transmettons à nos enfants, le 16 février 2020 – Retranscription

Retranscription de Le monde en décomposition que nous transmettons à nos enfants, le 16 février 2020. Bonjour, nous sommes le…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

Grand entretien avec Thibault Fajal (IV) « Comment sauver le genre humain”

Ouvert aux commentaires.

TF : Paul Virilio proposait la création d’un ministère du temps mais également d’un ministère du désastre.

PJ : J’ai écrit avec Vincent Burnand-Galpin, qui étudie en ce moment à l’ENSAE et à Sciences Po, un livre qui paraîtra en mars : Comment sauver le genre humain ? Le titre a évolué depuis « Déclarer l’état d’urgence pour le genre humain ? », le nom qu’avait le cycle de 6 conférences que j’ai données à l’Université catholique de Lille en 2018-19, pour se stabiliser sur cet intitulé là.

Nous proposons de rétablir, au niveau national, une planification partiellement impérative pour intégrer l’épuisement des ressources, le réchauffement climatique, l’ensemble des problèmes environnementaux, et ceci servirait de marche-pied  pour une planification planétaire. La question climatique, cela va de soi, n’est pas soluble au niveau de pays individuels.

Continuer la lecture de Grand entretien avec Thibault Fajal (IV) « Comment sauver le genre humain”

Partager :

Climat : Le moment Pearl Harbor, par Vincent Burnand-Galpin

Ouvert aux commentaires. Cette mobilisation massive pour sauver le climat, l’environnement et donc l’espèce humaine ne s’est toujours pas déclenchée.…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :