Archives par mot-clé : soliton

Les « hold-up » et leurs trappes, par Timiota

Dans le sillage de la polémique sur le « documentaire » Hold-up, voici une analogie à deux siècles d’écart.

La partition des partisans et opposants de ce film dessinent une géographie en termes de « prise sur la réalité ».

Voir par exemple le commentaire de Macko Dragan (accents manquants)

(le 13/11/2020 à 22:49) sur ce fil d’un blog de MP dans la critique par Claude Trautmann  du « documentaire ».
Continuer la lecture de Les « hold-up » et leurs trappes, par Timiota

Partager :

Les « choses » semblent changer, toujours un signal faible ou le début de « la survenue de l’improbable » d’Edgar Morin ? par Pierre de la tribu des Queralt’s

Ouvert aux commentaires.

Jean-Marc Jancovici vient de publier deux articles sur son compte Facebook : il relayait une tribune d’Alain Minc, qui admet que les dogmes économistes ne fonctionnent plus et qu’il nous faut revoir ces derniers.

Je ne sais pas vous, mais j’ai relu deux fois l’article pour être bien sûr des propos de M. Minc, jusqu’alors chantre et défenseur sans réserve du libéralisme. Je ne sais pas vous, mais il y a du Paul Jorion dans les propos et propositions de M. Minc.

Le deuxième article explique qu’une institution internationale, l’OCDE, organise un colloque : « Averting Systemic Collapse » – Éviter l’effondrement systémique – les 17 et 18 Septembre à Paris, où l’on discutera des possibilités d’effondrement (financier, économique, environnemental et sociétal), et des liens entre elles.

Là encore, il y a l’expression du « soliton » pour expliciter l’effondrement systémique. La reconnaissance de l’OCDE dans cette temporalité, à rajouter au changement de dogme des patrons de  grandes entreprises aux USA, aux prises de positions de notre Président, même si elles servent sa personne. 

Toutes ces « choses » témoignent-elles du début d’un changement dans la lutte pour la survie de l’humanité ?

Serions-nous en train de gagner ?

Partager :

Le (bon) soliton, la brute vague, et le truand (Trump), par Timiota

Billet invité.

SolitonsCherchant à penser hors des cadres usuels les évolutions qui nous harcèlent ou nous agacent, nous sommes amenés à voir comment agissent les conjonctions de plusieurs phénomènes concomitants. Dans ce cadre, le mot « soliton » a été utilisé dans un sens élargi, un peu comme le pull-over dans d’autres métaphores. Je tente ici de faire la part du soliton « d’origine », des vagues scélérates (freak ou rogue en anglais) qui ne sont pas le soliton d’origine mais agissent à l’aide d’ingrédients similaires, et je tente au passage de prendre du recul pour l’usage plus jorionnien qui est fait de ce concept, ici d’abord et plus généralement voir ici.

Continuer la lecture de Le (bon) soliton, la brute vague, et le truand (Trump), par Timiota

Partager :

Pourquoi on n’arrête pas un soliton, par Philippe Soubeyrand

Ce que l’on voit très bien sur cette vidéo, c’est qu’une gigantesque quantité d’eau qui se meut à grande vitesse (dont les facteurs aggravants sont multiples) s’accumule soudain contre un second front d’eau qui lui se meut à vitesse beaucoup plus faible, créant une vague scélérate.

Continuer la lecture de Pourquoi on n’arrête pas un soliton, par Philippe Soubeyrand

Partager :

LE TEMPS QU’IL FAIT LE 10 AVRIL 2015 – (retranscription)

Retranscription de Le temps qu’il fait le 10 avril 2015. Merci à Olivier Brouwer.

Voilà, donc nous sommes vendredi, c’est le 10 avril, et je suis à San Patrignano et vous voyez d’ailleurs la salle derrière moi… En fait non, c’est une photo ! C’est une photo qui se trouve dans la petite pièce où je suis, mais qui montre, voilà, la communauté qui se trouve là, et donc, l’idée, c’est d’aider des jeunes gens qui ont pu avoir des difficultés dans le passé [à] refaire une vie.

Alors, je viens de faire mon exposé, un peu dans le style de celui dont j’avais fait un essai, un test, l’autre jour. Ça n’a pas été tout à fait la même chose. Pourquoi, eh bien parce qu’on voit l’[auditoire], on voit les gens qui vous écoutent, on a l’occasion de les voir avant, puis on les voit dans la salle, et on adapte peut-être un petit peu aux circonstances. Mais enfin, le message a été le même : c’était lancer un cri d’alarme, c’était dire : « On n’a plus le temps ! » On n’a plus le temps, il faut s’occuper du soliton, les trois éléments, environnemental, économique et financier, et la complexité, les robots qui nous remplacent et les logiciels qui nous remplacent, et l’intelligence artificielle qui devient une dépendance de l’armée, et c’est de ça que j’ai parlé.

Continuer la lecture de LE TEMPS QU’IL FAIT LE 10 AVRIL 2015 – (retranscription)

Partager :

LE TEMPS QU’IL FAIT LE 7 NOVEMBRE 2014 – (retranscription)

Retranscription de Le temps qu’il fait le 7 novembre 2014. Merci à Olivier Brouwer !

Bonjour, nous sommes le vendredi 7 novembre 2014. Et il y a quelques jours, donc, j’avais rédigé un billet en soirée. Et ça m’arrive souvent, quand je l’écris très tard : au lieu de le mettre en ligne immédiatement, je le laisse reposer jusqu’au lendemain matin pour voir si je n’étais pas trop fatigué et le vérifier. Et donc, j’ai fait ça, et donc, ce billet, il s’appelait : « La question du soliton est devenue indécomposable ». Et le matin, au moment où je reprends ce billet pour le relire, je regarde la une du journal Le Monde, et je vois qu’il y a un compte-rendu d’un film dont, honnêtement, je n’avais jamais entendu parler, bien que ce soit le jour où il sort, et je regarde ça… et là, je m’arrête, parce qu’effectivement, eh bien, il se fait que ce dont parle ce film, c’est à peu près la même chose que ce dont je parlais dans mon billet.

Alors je me suis dit : « Eh bien, je vais d’abord aller voir le film », parce que, comme je l’ai dit, l’incompréhension de ces critiques devant ce film m’a donné le sentiment que le film était très important. Bon, ce n’est pas très gentil pour eux ce que je dis là, mais cette espèce de perplexité, de consternation, montrait qu’il y avait là quelque chose qui les dépassait complètement. Et donc, je suis allé voir ce film, qui m’a convaincu qu’effectivement, eh bien voilà, on parlait de la même chose.

Continuer la lecture de LE TEMPS QU’IL FAIT LE 7 NOVEMBRE 2014 – (retranscription)

Partager :

LA QUESTION DU SOLITON EST DEVENUE INDÉCOMPOSABLE

Ce matin, je m’apprêtais à mettre en ligne le billet qui suit…

Lorsqu’on me demanda en décembre 2011 de faire une conférence à l’intention des anciens de l’école de commerce HEC, la personne qui m’invitait me dit quelque chose du genre : « Si vous pouviez dresser un panorama général… ». C’est alors que me vint l’image du « soliton », la lame de fonds constituée de plusieurs vagues venues se superposer pour en constituer une seule, mais monstrueuse.

Les éléments composant cette vague scélérate ? Il y en a trois. D’abord, la crise environnementale : l’épuisement des ressources, le réchauffement climatique accompagné de l’acidification des océans et de la hausse du niveau de la mer. Ensuite, ce que j’appelai « crise de la complexité » : crise due à un monde où les interactions augmentent du fait que nous sommes de plus en plus nombreux dans un environnement de plus en plus mécanisé, monde où nous confions nos décisions à l’ordinateur alors que l’emploi disparaît en raison de notre remplacement par la machine sous la double forme du robot et du logiciel. Enfin, crise économique et financière, due au fait que nos systèmes ont en leur cœur une gigantesque « machine à concentrer la richesse » fondée sur le versement d’intérêts sur la dette, dont les effets délétères sont encore amplifiés par la spéculation, que chacun tolère comme une bizarrerie inoffensive.

Continuer la lecture de LA QUESTION DU SOLITON EST DEVENUE INDÉCOMPOSABLE

Partager :