Les « choses » semblent changer, toujours un signal faible ou le début de « la survenue de l’improbable » d’Edgar Morin ? par Pierre de la tribu des Queralt’s

Ouvert aux commentaires.

Jean-Marc Jancovici vient de publier deux articles sur son compte Facebook : il relayait une tribune d’Alain Minc, qui admet que les dogmes économistes ne fonctionnent plus et qu’il nous faut revoir ces derniers.

Je ne sais pas vous, mais j’ai relu deux fois l’article pour être bien sûr des propos de M. Minc, jusqu’alors chantre et défenseur sans réserve du libéralisme. Je ne sais pas vous, mais il y a du Paul Jorion dans les propos et propositions de M. Minc.

Le deuxième article explique qu’une institution internationale, l’OCDE, organise un colloque : « Averting Systemic Collapse » – Éviter l’effondrement systémique – les 17 et 18 Septembre à Paris, où l’on discutera des possibilités d’effondrement (financier, économique, environnemental et sociétal), et des liens entre elles.

Là encore, il y a l’expression du « soliton » pour expliciter l’effondrement systémique. La reconnaissance de l’OCDE dans cette temporalité, à rajouter au changement de dogme des patrons de  grandes entreprises aux USA, aux prises de positions de notre Président, même si elles servent sa personne. 

Toutes ces « choses » témoignent-elles du début d’un changement dans la lutte pour la survie de l’humanité ?

Serions-nous en train de gagner ?

Partager :

23 réflexions sur « Les « choses » semblent changer, toujours un signal faible ou le début de « la survenue de l’improbable » d’Edgar Morin ? par Pierre de la tribu des Queralt’s »

  1. Hé bien, cher Paul, j’ai comme qui dirait des doutes. Je ne veux certainement pas tempérer votre enthousiasme mais je ne vois pas de miracle à l’horizon… le capital se porte encore plutôt pas mal, ce me semble, et je ne vois rien de réellement tangible dans toutes ces affaires qui vous emmène à cet optimisme. Certes, j’espère être démenti par les faits à venir. Nous verrons bien.

    Et je vous salue.

  2. Medellín, le 26 août 2019

    De plus en plus, la décision consciente et politique de faire sortir, en 2015, PJ de l’ULB reste et me paraît toujours une erreur collosale, qui a exclu aussi l’opportunité d’inviter à Paul de rejoindre l’initiative au coeur du secretariat général de l’OCDE dès 2017 des NAEC (= Approches Nouvelles aux Défis Economiques):

    https://www.oecd.org/naec/NAEC_update_Autumn_2017.pdf

    Probablement au nom de nous toutes et tous ici au BLOG et au nom de l’université catholoque de Lille, Paul pourrait rejoindre les discussions au sein de l’initiatieve des NAEC de l’OECD:

    en mai 2019: https://www.oecd.org/naec/NAEC_Update_May_2019.pdf

    et le colloque en septembre prochain mentionné par Paul (https://www.oecd.org/naec/NAEC_Update_May_2019.pdf)

    ¨Serions-nous en train de gagner?¨

    Ne l’oublions pas… l’OCDE est une organisation multilatérale GOUVERNEMENTALE, avec un charactère ‘double’:

    a. d’un coté une expression du ‘state of affairs’ du rapport de forces au niveau des états membres de l’OCDE (où les décisions fondamentales sont prises par un conseil des ministres: le MCM: http://www.oecd.org/mcm/ )

    b. de l’autre coté, l’OCDE est une plateforme de la production et de l’organisation du ‘consensus’ scientifique et non-gouvernementale sectorielle et thématique, une sorte de ‘thinktank’ multi-latérale, et dans ce sens, NON-politisée, dans le sens mentionné sous a.

    Surtout l’OCDE (et notamment le secretariat du DAC, Development Assistance Committee, su sein de l’OCDE) mentionnée sous (b.) m’est (très) chère, et j’ai des expériences et des mémoires chères de cette plateforme, où la pensée critique, les innovations, non-orthodoxes, toujours ont été bienvenues. Et cela contrairement à l’opinion souvent préjugée mobilisée contre l’OCDE, qui, à mon avis, confondait trop les aspects (a) et (b) de l’OCDE.

    Espérons, néanmoins, que Paul Jorion le pressentit bien, et que la partie a. de la plateforme sera et soit plus attentive à ce que dit et produit la section b. de l’OCDE, dans ce cas les NAEC.

    Et je répète ma recommandation au rectoriat de l’uni de Lille:

    ¨Envoyez Paul Jorion aux Approches Nouvelles aux Défis Economiques¨.

    1. J’ai appris en lisant Serge Audier (« L’âge productiviste », Ed. La Découverte, 2019)
      que Cornelius Castoriadis (oui oui le psychanalyste et philosophe, grec né à Istanbul (1922-1997), était économiste à l’OCDE dans le gros de sa carrière (1948 à 1970, de ses 26 ans à ses 48 ans, en 1968 il est directeur de la branche des statistiques et comptes nationaux dans le Département des affaires économiques et statistiques, haut responsable donc).
      Ce qui ne l’empêchait pas de publier « en sous-main » les textes contestataires de l’avant 1968 dans des revues ad hoc comme « Socialisme et Barbarie ». Le rapport de l’OCDE « The Growth of Output » en 1970 est dit par Audier lui devoir beaucoup dans son inspiration, contestant la croissance.
      L’anecdote croustillante est que un autre contestataire, l’italien Giorgio Ruffolo, voisin de Bureau à l’OCDE et lecteur de « Socialisme et Barbarie », ignora longtemps que c’était Castoriadis qui était le directeur de la revue qu’il lisait volontiers (Ruffolo « deviendra dans les années 1970 l’une des figures les plus novatrices d’un socialisme démocratique prenant en charge le défi écologique, avant de devenir ministre de l’Enronnement* dans la péninsule)
      * Oops, de l’Environnement bien sûr, mais j’ai voulu laisser ce lapsus clavieri, du fait de la consonnance Enron, peu neutre sur ce blog (voir les ouvrages du taulier, vers 2005), et du fait qu’un acteur de l’ombre de la structure stato-économique italienne a toujours été depuis les années 1950 l’ENI, « Ente Nazionale degli Idrocarburi », (voir le film de Francesco Rosi, l’affaire Mattei où le personnage Enrico Mattei, fondateur de l’ENI et désireux d’autonomiser la péninsule non sans raison face à l’emprise américaine (les bases OTAN et plus…), est incarné par Gian Maria Volonte.). Enron fut certes le contraire d’ENI, un pur produit libéral profitant des « meilleures » perversions du marché, alors qu’ENI faisait « du concret », m’enfin, l’énergie ouvre sur tout, c’est connu.

      1. Tous contestatires , ça ne les empêche pas de spéculer d’avoir des actions ches IBM et de prendre l’avion pour passer leurs vacances à l’autre bout de la planète

      2. @ Yves

        Medellín, le 27 août 2019

        Vous me permettez deux questions et remarques s.v.p.?

        1. Qu’est-ce qu’il y a contre l’achat des actions dans une entreprise saine et forte, dans votre exemple IBM?

        2. Qu’est-ce qu’il y a contre l’aviation chaque fois plus propre, plus sûr, et cela surtout dans les situations où les alternatives de transport n’existent pas ou sont extrèmement dangéreuses ou coûteuses ou polluantes?

        https://press.siemens.com/global/en/pressrelease/siemens-sells-electric-aircraft-propulsion-business-rolls-royce?content%5B%5D=Corp

        https://www.electrive.com/2019/05/09/airbus-and-siemens-cooperation-cut-short/

        https://newatlas.com/nasa-cheeta-funding-aircraft-fuel-cell/59725/

        B.à.v. JL

      3. Il y a monsieur que ça s’appelle le système capitaliste , quant à l’aviation civile il faut la proscrire , à éviter de toute urgence prenez le bateau ou le train ou mieux restez tranquillment peinard chez vous

  3. Touché mais pas coulé.
    Il est certain que cela craque de partout mais je crains que beaucoup de temps soit nécessaire afin que des décisions favorables à la population apparaissent clairement. N’oublions pas qu’à ce jour, 6 milliardaires possèdent autant que 50% de la population la plus pauvre.
    Le courage politique est à géométrie variable tout comme le fut l’interview de Jupiter ce soir.
    S’il semble y avoir une avancée – à confirmer – sur l’imposition des GAFA, vous noterez qu’en ce qui concerne les retraites, la même logique financière perdure à savoir un financement uniquement via les salaires.
    Difficile de sortir du cadre, pas de révolution sur le mode de financement, aucune volonté d’élargir l’assiette de contribution comme par exemple faire contribuer les robots à la richesse produite, taxer le trading à haute fréquence, etc …
    Bref rien de neuf permettant d’augmenter les recettes via d’autres financements.
    Donc, à défaut de créer un âge d’équilibre fixé à 64 ans dans un premier temps, ma compréhension des propos présidentiels est qu’il est probable que nous nous acheminions vers 43, 44 années de cotisations obligatoires.

    En résumé, comme à l’école : peut largement mieux faire.

  4. Tiens, tiens : Monsieur Minc dans le doute ? Croisé (indirectement, s’entend) lors des mémorables privatisations des autoroutes française, à l’occasion desquelles il a été placé à la présidence de l’une d’elle. Sans vouloir caricaturer, on ne peut pas être plus partie-prenante du système actuel. Le modèle économique mis en place avec la privatisation des autoroutes est on ne peut pas plus dogmatique. Avec le dossier ADP sur la table, la question est reposée aujourd’hui : cette grande partie de Monopoly, où de plus en plus d’acteurs économiques sont exclus, où le risque systémique d’une crise est non seulement de plus en plus élevé, mais admis comme normal, ça ne tient pas. Il est de mon souvenir que Minc était un grand chantre du modèle allemand, dont la France devait absolument s’inspirer : pas de chance, car aujourd’hui celle-ci se retrouve en difficulté, tangentant avec une récession….

    1. Alain Minc 🙂 Il a publié il y a des années un ouvrage « Le monde qui advient » – ca ne vaut plus un clou aujourd’hui. Minc s’oriente au goût du jour, s’exprime selon la situation, mais il n’est pas un prophète, ni un sage qui aurait une réponse à tout.

      1. Exacte ! Ce mec s’est planté toute sa vie et à fait profession de charlatan toute sa carrière. Qu’il pense dorénavant correctement peut donc interpeller en fait… Mais un miracle peut aussi arriver dans le réel (ou pas).

  5. Je m’étais interrogé moi aussi en découvrant ces liens sur le site de Jean-Marc Jancovici.
    Celui sur Minc surtout. A tort ou à raison, j’ai beaucoup de mal à croire à la « sincérité » du très médiatique personnage, qui sue l’ultralibéralisme par tous les pores de sa peau. Le réel finirait-il par lui ouvrir les yeux?
    Ceci pourrait-il aussi être rangé dans la catégorie « nous nommes en train de gagner »?
    (Ce n’est pas pour autant que je fais de l’idée de décroissance un autre dogme).
    http://www.projet-decroissance.net/?p=2524

  6. Alain Minc…
    celui qui est toujours à côté de la plaque, qui se trompe sur tout, et qui finit toujours par gagner.
    En 2008 il disait que la « crise » des subprime était purement psychologique.
    A moins qu’il s’agisse d’un énième revirement opportuniste, à l’instar de son caméléon d’ami Jacques Attali, pour écrire quelque chose de lisible dans son torchon préféré. Parce qu’en général la seule lecture du nom de l’auteur suffit à me dissuader de le le lire !

    1. “Toutes ces « choses » témoignent-elles du début d’un changement dans la lutte pour la survie de l’humanité ?”
      Je dirais plutôt que cela correspond à une boucle de rétroaction…
      De l’erreur de l’esprit à l’errance du cœur…
      Qui, voyant la maison qui brûle pour de bon, tente de demander pardon de s’être tant trompé, dans un dernier moment d’égarement ?
      Bref, quel est celui qui tombera en panne le premier ?
      Le chameau ou le riche ?

  7. Cher toutes, cher tous,
    Peut être ben que oui, peut être ben que non.
    Pour ma part je prends la métaphore du croisement des courbes.
    Nous en serions au moment où la forêt qui pousse en silence commence à prendre plus de poids que le bruit des arbres qui tombent.
    La suite quelle quelle soit ne se fera pas dans la temporalité d’un claquement de doigt.
    La fumée précède toujours le feu, celle ci annonce t’elle ? non elle annonce le début du virage qui sera long très long à prendre avec toujours le risque de la sortie de route.

    Alors prenons part et participons au récit de notre prophétie auto réalisatrice.

    Après la dénonciation et le constat soyons le changements et écrivons la suite de l’histoire.

    Et pour finir sur une métaphore iconoclaste « Tout est bon dans le cochon »

    C’est ben vrai que rien ne se perd tout se transforme même les climatosceptiques les plus retords.

    Hier tard dans la nuit en grande conversation avec Virginie la femme de ma vie nous imaginions que demain nous serions tous à raconter comment nous avons changer ce monde à l’instar qu’à la fin de la guerre tous était résistant.

    Alors encore merci d’amender de vos comment terre et entretenir notre bien commun en contribuant de vos réflexions sur ce blog, le blog le plus optimiste de la planète.

    Bizz avec toute ma tendresse toute pleine de tendresse matinale, Pierre de la tribu des Queralt’s.

  8. Dans l’effondrement civilisationnel en cours il est difficile d’attribuer une évolution en faveur de la raison (la lutte pour la survie de notre espèce) de celle du délitement d’un compartiment du système.
    Par contre, le web et ses grands acteurs ne cessent de prendre le pas sur la gouvernance et la contestation traditionnelle.
    Ce basculement s’articule autour de la technique qui ne connaît pas la crise et qui signe pour moi l’émergence de l’IA (web+Gafa) comme acteur central de l’humanité.

  9. Alain Minc qui critique le libéralisme ce n’est rien de plus qu’une horloge cassée qui donne l’heure juste deux fois par jour. Il ne se défait en rien des fondements de la doctrine qui a nourrit sa carrière. Il se charge juste de lui trouver un ou des sauveurs (comme Keynes fut le sauveur du capitalisme à Bretton Woods).

    Quant à Jancovici, son éloquence à propos du pétrole et des énergies renouvelables n’a d’égale que son allégeance au lobby nucléaire. Une part de son propos est intéressante, mais de là à en faire une source intangible, il y a une sérieuse marge.

  10. Mon anglais laisse certainement à désirer mais je sent que Averting signifie surtout comment garder la main en cas de collapse et en tirer profit pour ces gens là….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.